Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 06:30

 

 

Département :  22 - CÔTES d'ARMOR

 

La tour : 

Est ce une flèche posée par les Templiers ?    Situation :    (--> la voir sur une carte)

       Le petit bourg de Pléboulle est situé à 3km au Nord-Ouest de Matignon, à 8km au Sud du cap Fréhel, à 30km au Nord-Est de Lamballe.

    Le hameau de Montbran est situé à 4km au Sud-Ouest de Pléboulle. 

       Cordonnées de la tour :

48° 35' 36" N 2° 21' 28" W
 48.59347  -2.357823

 

La tour : 

     L'extérieur

Où est la ruine ?

    Grâce au dictionnaire des châteaux forts, j'ai marqué sur ma carte "spécial chevalier Dauphinois"  la présence d'une tour fortifiée médiévale.

Mais où est elles ?

   Au loin, dans le hameau de Montbran, une forme verte feuillue ne ressemble pas à un arbre.

Est ce mon Graal ?

 

Le mythe des Templiers ?

      Dans le hameau, de nombreux balisages pour randonner illuminent poteaux et murs, et c'est avec soulagement que je vois cette flèche (du 12ème siècle  ) m'informant de la direction pour une tour des Templiers .

Est ce vrai ?

   Le très médiatisé Ordre Militaire religieux des Chevaliers du Temple possédait proche de là une commanderie et une église (la présence d'un hameau nommé Temple semble confirmer les suppositions).

 

La recherche commence

   Depuis le centre hameau, il faut moins de 15 minutes pour apercevoir une forme verdâtre posé sur une plate forme en haut d'une petite colline dominant la vallée du Frémur.

    La tour étant dans une propriété privée, il est important de respecter ce lieu.

 

  J'adore quand une ruine joue à se cacher de moiAnalyse 

      Le panneau aux pieds de la tour affirme qu'elle a la forme d'un octogone irrégulier d'environ 35 mètres de diamètre. Hélas, la végétation est si dense que je ne peux pas facilement vérifier cette curiosité.

   Pour mieux comprendre, je m'appuie sur les images de ma documentation, et particulièrement cette ancienne photographie.

 

Voici la preuve de l'octogone

      En écartant les branches et le lierre, je distingue bien 8 cotés réalisés avec des moellons de granite et de grès.

Pensez vous que cette tour ressemblait à celle de Vex en Suisse ?

 

    Malgré mes tentatives de lecture architecturale, il m'est impossible de distinguer une archère, une bretèche ou des mâchicoulis (voir vocabulaire).


     L'intérieur :

Je suis un aventurier

  Pour découvrir l'intérieur très abîmé bien sur, il faut dégager un peu les branches, écarter les épineux  (Aie... Pourquoi poussent ils toujours à coté de mes ruines ?) puis tendre le cou comme une autruche.

  Et là, je suis surpris par les merveilles (hihihi, je suis toujours un peu extrémiste dans une ruine).

1 - L'intérieur n'est pas octogonal mais circulaire,
2 - Le pied droit d'une ouverture semble encore présent,
3 - Je crois distinguer des trous pour des poutres (2 étages ?).
4 - Sur la gauche, mon imaginaire croit voir les vestiges d'un escalier.

 

Elle est vieille

   Hélas, le temps a fait son oeuvre de sape et les hommes ont oublié d'entretenir ce témoin de notre histoire. Je ne vais pas "tendre mon cou" plus longuement et je me console avec le magnifique paysage. Puis je me mets à rêver grâce au croquis réalisé en 1917 par le Vicomte (voir titre de noblesse) Henri Frotier de La Messelière.

 

 

  Histoire de la tour :

* Vers 1150, construction par les templiers d'une tour fortifiée de 13m de haut, proche de la voie romaine reliant l'ancienne ville d'Alet (aujourd'hui Saint-Servan) à Carhaix.
* En 1307, arrestation des Templiers par le roi de France Philippe le Bel (voir liste des rois).
* A la fin du 14ème siècle, Thiphaine Du Guesclin, Dame de Montbran, habite dans un "manoir proche de la tour. (Etait ce le logis templier de cette construction fortifiée de surveillance ?).
* En 1417, Thiphane décède. Isabeau de Montbourcher se réclame héritière du site. Grâce à la protection du Duc Jean V, elle s'installe dans le "manoir".
* En 1442, le Duc Jean V décède. Jehan de Tournemire, héritier officiel de Thiphaine Du Guesclin, récupère le manoir et chasse la famille Montbourcher.
* Durant la première moitié du 19ème siècle, des pièces de monnaie et une arme sont retrouvées proche de la tour.
* En 1994, la tour est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. Mais à ce jour, aucune fouille ou travaux de restauration ont été entrepris.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite bien que ce site soit dans une propriété privée. Veuillez respecter le silence et la fragilité de ce site. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

La Bretagne n'est pas une terre de plaine

Vers liste châteaux des Templiers Vers liste châteaux des Templiers   Vers menu châteaux forts du 22 Vers Menu châteaux des côtes d'Armor
Repost 0
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 08:30

 

Département  40 - LANDES

Le bourg :Point de fortification je vois ici

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Sorde l'Abbaye est situé à 5km à l'Est-Sud-Est de Peyrehorade à la limite Sud du département des Landes.

    Coordonnées de l'église :

43° 31' 44.713" N 1° 3' 16.517" W
 43.529087  -1.054588

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    La brochure récupérée dans un office de tourisme explique que le bourg de Sorde a été fortifié au 13ème siècle mais qu'il ne reste pratiquement aucune trace des fortification médiévale.

     Sachant que de nombreuses abbayes ont été fortifiées durant les périodes de troubles de notre histoire mouvementée, je me rends dans ce bourg pour  tenter de trouver les dernières traces défensives.

 

L'enquête commence

    En arrivant,  les rondes formes de l'église sont jolies mais ne comportent pas les traces qui me mettent en joie.

    La partie refaite, au dessus des fenêtres Romanes à colonnettes latérales, a peut être été un chemin de ronde, mais c'est plus mon imaginaire qui parle que la réalité des pierres.

   Je me précipite à l'opposé du chevet pour  comprendre l'architecture de cette église abbatiale.

Et là c'est le choc !

   Les formes ne sont plus rondes mais anguleuses. La douceur de ma 1ère vision est remplacée par la linéarité brute et des contreforts puissants avec un déport important.

Je suis perdu devant cette architecture !

 

Analyse dans le calme

    Pour mieux comprendre cette église, je regarde dans ma besace les 3 tonnes de maquettes qui ne me quittent jamais (quel menteur je suis ), et j'extrais celle de Sorde l'Abbaye :

  * Je vois Ceci.

  * Puis Cela.

       Il est évident que cette immense abbaye a été construite sur plusieurs siècles. Les styles architecturaux s'entremêlent, ce qui ne va pas me faciliter la tâche.

 

Un plan assez classique et pourtant mystérieuxRecherche des défenses

     Comme toujours quand je suis perdu devant une construction, je prends du recul, et là tout me parait "lumineux" (ou presque). Il y a surtout une puissante et haute tour (à droite). Sa forme asymétrique etavec des étage en décrochement est curieux. Avec des matériaux différents, j'opte pour des reconstructions.

       Entre les tours, il y a un couloir extérieur avec des portes ayant une épaisseur importante.

   Les murs et tours, construits en briques et pierres, comportent des fentes verticales, parfois superposées, qui peuvent s'apparenter à des archères. Ne voyant que peu de système défensif à l'extérieur, j'espère que l'intérieur sera plus démonstratif.  

 

    L'intérieur :

       L'église comporte 3 vaisseaux de 5 travées voûtées d'ogives. Les spécialistes s'accordent à dire que les absidioles datent du 12ème siècle. Qu'importe la technique et les datations, mon plaisir est de voir les polychromies.

   Diantre, je me laisse aller aux divagations d'un visiteur. Je ne suis pas ici pour faire du tourisme mais pour chercher les preuves du système défensif.

    Comme par "miracle"  , une lumière me guide vers une porte. J'approche  et j'entends la voix d'une certaine d'Arc... pas Mireille bien sur , mais Jeanne la Pucelle d'Orléans.

 "Chevalier Dauphinois, l'entrée en ce lieu est interdite. Passe ton chemin en allant vers Compostelle, de nombreuses églises fortifiées t'attendent !".

   Sachant qu'une femme a toujours raison, je quitte donc cette église pour d'autres aventures..... Mais avant, j'admire les mosaïques médiévales.

 


Histoire du bourg et de l'église :

* Il y a 40 000 ans environ, Cro Magnon vit dans les grotte dans la paroi rocheuse au dessus de Sorde.
* Vers le 4ème siècle,les Romains construisent de nombreuses maisons.
* Au 12ème siècle, construction de l'abbaye sur l'emplacement de maisons Romaines.
* Au 13ème siècle, Sorde est érigé en bastide fortifiée - Contrat de paréage entre l'abbé de Sorde et le Roi de France (voir liste des rois).
* Vers 1523, les troupes de Charles Quint ravagent la région et endommage l'abbaye.
* En 1569, les protestants de Montgomery dévastent l'abbaye.
* Au 17ème siècle, l'abbaye est partiellement reconstruite et se remet doucement d'un 16ème siècle très destructeur.
* Vers 1792, les révolutionnaires s'emparent de l'abbaye et la vendent comme bien national.
* Au 19ème siècle, le site est rendu au culte et l'église devient paroissiale.
* En 1909, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 20ème siècle, une maquette de l'abbaye est réalisée.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Jean de Sorde) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Un maquette vaut mieux qu'un long discours

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 06:30

 

     Au 21ème siècle, les murs et plafonds de nos églises d'origine médiévale ont une couleur qui oscille entre le blanc et le gris très sale avec souvent des pierres à nu. Le sol est souvent réalisé avec des pavés ternes ou du ciment gris.

    Mais nos ancêtres au Moyen Age voyaient une construction bien différente. Les constructions religieuses proposaient une vison très colorée. Les églises avaient les murs peints de motifs religieux, animaliers, floraux ou géométriques. Le sol avaient des pavements aux multiples couleurs. 

Voici un exemple d'art religieux médiéval.

 

defilante-anime pt-42

 

L'église de Sorde l'Abbaye possède de magnifiques mosaïques datant du 12ème siècle.

 

     Elles se composent de tesselles de 0,5cm à 2cm de coté insérées dans un mortier de chaux grasse contenant de la brique pillée.

 

Les principales couleurs sont :

   * Le Blanc
   * Le Noir

   * Et des tonalités de :
          - Rouge
          - Vert
          - Ocre

 

    Certains rouges sont réalisés avec de la terre cuite alors que d'autres sont taillés dans des calcaires, des grès et des ophiques se trouvant proche de Sorde ou dans la Chalosse.

 

defilante-anime pt-42

 

Les mosaïque de Sorde l'Abbaye sont composées de huit panneaux .

 

Ces panneaux comportent des variations sur les thèmes suivants :

  * Des rinceaux de feuillages comme

           - Les acanthes,

           - La vigne.

  * Des cercles contenant des fleurs.

  * Des rectangles remplis de nœuds d’entrelacs avec une tresse.

  * Des rosaces géométrique garnis de groupes d’animaux :

           - Félins,

           - Aigles,

           - Chien,

           - Lièvre.

 

 

sorde-l-abbaye-fresque-03 sorde-l-abbaye-fresque-07
sorde-l-abbaye-fresque-08 sorde-l-abbaye-fresque-05
sorde-l-abbaye-fresque-01
sorde-l-abbaye-fresque-04
sorde-l-abbaye-fresque-02

 

 

 

Pour découvrir l'église de Sorde l'Abbaye, veuillez cliquer ici.

 

 

Maquette de l'abbaye de Sorde

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 06:30
     Pour nombre d'entre vous, le nom de Tautavel signifie un petit vin des Côtes de Roussillon très rafraichissant en été, pour d'autres c'est un musée paléonthologique sur la vie d'un homme de 450 000 ans dont le squelette a été retrouvé en 1971.
  Mais pour votre "curieux" chevalier Dauphinois, ce site est porteur d'une ruine médiévale que je me dois de vous montrer.
 
 

Département :    66 - PYRENEES ORIENTALES 

 

Le bourg : 

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le petit bourg de Tautavel se situe à 12km au Nord-Ouest de Perpignan et à 7km au Nord-Est d'Estagel.

  Coordonnées du Bourg :

42° 48′ 25.43″ N 2° 44′ 32.266″ E
  42.808979°  2.747998°

 

Le château : 

    L'extérieur :

L'arrivée

    En arrivant dans le village, mon regard est attiré par une imposante paroi rocheuse dominant le bourg. Il n'est pas facile de distinguer la forme d'un château en ruine au sommet mais mon instinct de chasseur me force à monter.

 

La marche d'approche

    Sous le chaud soleil du Roussillon, la montée est odorante et parfois un peu piquante (les derniers gardiens des ruines sont souvent des épineux raffolant de mes mollets ). Même si les premiers vestiges rencontrés ne sont pas très enrichissants, la situation du château est idéale pour la surveillance du défilé du Verdouble et de la plaine de Tautavel. Les vestiges du 1er rempart en contrebas prouvent l'importance de cet ancien château.

   Le château a été construit sur une plateau rocheux axé Nord-Sud. Le village actuel s'est développé à ses pieds coté Ouest.

 

Minimale est cette ruine et pourtant si impressionnante !Elle est là !

    Avez vous déjà ressenti ce plaisir unique de découvrir une ruine dans un tapis d'herbe verte sur fond de ciel bleu ?

   Je ne m'en lasse pas. Même si parfois il ne reste que 3 "cailloux", ils sont rayonnants sous le soleil !


Rapide analyse

  Les 2 vestiges les plus impressionnants sont d'abord le long mur de rempart borgne dont le crénelage (voir vocabulaire) a hélas disparu et l'imposant éperon Nord protégeant le coté le plus vulnérable.

  Avez vous remarqué la qualité de construction et la beauté du parement d'angle !

 

Le plan du château

   Pour mieux comprendre cette ruine, je vous propose le plan réalisé d'après les relevés de l'AFAN.

1 - Entrée dans la "basse cour"
2 - Chapelle (emplacement théorique),
3 - Rampe d'accès au château, avec archères dans rempart coté Est.
4 - Emplacement du fourneau de mine,
5 - Sas d'entrée du château,
6 - Éperon coté Sud,
7 - Citerne,
8 - Éperon coté Nord..

 

    L'intérieur :

   Évidemment, l'intérieur n'est point luxe et brillant . La découverte commence par un mur très abîmé mais intéressant sur son épaisseur et son remblai. Puis cela continue par l'immense... heu... l'immensité des salles.
   Pour un fou comme moi ou un admirateur de détails ou un adulateur de pierres taillées, je vous assure qu'il y a des merveilles à découvrir, comme par exemple cette salle voûtée.

Mais comme toujours, le trésor d'une ruine est le panorama unique dont je ne me lasserai jamais.  

 

 

  Histoire du château :

* En 1011, un texte prouve l'existence d'une fortification (Castellum Taltevul) et d'habitats.
* En 1039, présence d'un lieu de culte dédié à Sainte Croix et à Sainte Marie. L'église est intégrée dans la fortification.
*  En 1258,  signature du traité de Corbeil entre le roi de France Louis IX (voir liste) et Jacques 1er d'Aragon. La fortification de Tautavel est "Espagnole".
* En 1659, signature du traité des Pyrénéens formalisant une paix conclue entre le royaume d'Espagne et celui de France. Tautavel devient une ville Française.
* En 1711, le roi de France Louis XIV (voir liste) fait détruire le château marquant ainsi son pouvoir face à une région "trop longtemps Espagnole".
* A partir de cette date, les pierres sont récupérées par les villageois pour aménager des habitats ainsi que l'église du village.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite.Le risque de recevoir une pierre existe, et les salles enterrées sont des pièges importants.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66 Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 06:30

 

Département :   38 - ISERE

 

Le bourg : 

  Situation  (--> le voir sur une carte)

     Le village de Eyzin-Pinet est situé à 15km au Sud-Est de Vienne et à 13km à l'Ouest de Saint Jean de Bournay.

  Le château est à 1,5km au Sud de Eyzin Pinet dans le hameau de Pinet.

   Coordonnées du château :

45° 27' 39.762" N 5° 0' 5.299 E
 45.461045°  5.001472°

 

Le château :

    L'extérieur :

L'approche

    L'approche est un des moments intenses de la découverte castrale. Parfois la ruine se cache, elle se laisse voir de loin mais proche, elle disparaît. Mais j'y pense je vous avais expliqué cela dans un article à redécouvrir ici.

   Après une petite marche, j'arrive sur le plateau où la tour se dresse au dessus des arbres. Je pressens qu'elle a envie d'être séduite, alors, je lui tourne autour en faisant des ronds de jambe. Et là je lui vole quelques  secrets... Les voyez vous ?

 

Les particularités

     Au bout du chemin ombragé je distingue clairement que la tour est ronde (oui, c'était facile à deviner), haute (pfff, joueur je suis), et construite en briques. Ce hameau étant loin des montagnes, ce matériau est idéal. Quel choc pour votre chevalier, cette couleur rouge est assez inhabituelle pour "mes" ruines

 

La pierre est présente

       La brique n'est pas le matériau exclusif de cette tour, la pierre est présente. Sa blancheur est visible au sommet d'abord, sur ce que je suppose être le crénelage (voir vocabulaire), puis sur le système défensif. 

 

Les défenses

   Il y a d'abord cette haute et large fente. Pensez vous que ce soit une archère avec ébrasement double ?

  Puis, cette puissante bouche à feu prouvant que la tour fut encore habitée à la fin du 15ème siècle.

    L'accès dans la tour est dangereux, je préfère la sécurité en restant à l'extérieur pour trouver les traces du château. Une si haute et si belle tour ne pouvait être que le donjon d'un château.

    Mon imaginaire étant très développé, je crois discerner ses contours. Mais je préfère arrêter mes suppositions, et puis je vous laisse aussi un peu de découverte si un jour vos pas vous mènent proche de Vienne. 

 

 

Histoire du château : 

* Au 10ème siècle, un château sur motte (voir vocabulaire) aurait existé en ce lieu pour surveiller la vallée. La famille Pinet en serait les propriétaires.
* En 1080, la chapelle du château est donnée au monastère de Saint André le Bas de Vienne par le chevalier Bérillon. 
* En 1233, le château est possession de la puissante famille de Beauvoir.
* En 1242, au château de Pinet est signée la vente du château de Fallavier, possession de Guillaume de Beauvoir (de Marc) à Hugues de la Tour, évêque de Clermont.
* En 1277, Pinet est donné par Guillaume de Beauvoir à son fils Aymar.
* En 1333, dans son testament, Guigues de Beauvoir précise qu'il faut prélever certaines sommes sur les revenus de Pinet.
* En 1339, Humbert II (voir liste) vient visiter "sa bonne ville de Pinet".
* En 1343 Humbert II concède des franchises à Pinet.
* En 1344, le châtelain de Pinet doit répartir les sommes allouées pour les dommages causés par les "Savoyards" de Villeneuve-De-Marc aux habitants d'Hauterives et de Meyssiés.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

  Vers menu châteaux forts de l'Isère Vers Menu châteaux de l'Isère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 06:30
 
   Bien que chaque église fortifiée soit unique, car souvent modifiées par des hommes différents dans des périodes différentes, lorsque j'ai découvert celle-ci, j'ai pensé de suite à l'église fortifiée de Pareid.
Qu'en pensez vous ?
 


Département:    55  - MEUSE

Le bourg :  
   Situation :  (la voir sur une carte)
       Dugny sur Meuse est une commune située à 100km à l'Est de Reims, à 60km à l'Ouet de Metz et à 8km au Sud de Verdun, en bordure de la rivière Meuse.

   Coordonnées du bourg :

49° 6′ 20.88″ N 5° 23′ 8.88″ E
 49.1058°  5.3858°

 

L'église :

    L'extérieur :

Préambule

   En collectionnant depuis 800 ans    des revues et des brochures sur les fortifications médiévales, j'ai acquis par hasard le croquis d'une église fortifiée dans la Meuse.
   Ce dessin, réalisé vers 1697, montre sans notion de perspective une puissante tour accolée à un bâtiment religieux.
   Lors de ma découverte de la Lorraine, Dugny fut l'une de mes destinations obligatoires.


Bonheur et désenchantement
     C'est avec un immense plaisir que je découvre au loin le clocher fortifié de l'église. Ce hourdage (voir vocabulaire) en bois semble imposant. Hâte j'ai de le dévorer des yeux.
   Mais proche de l'église, mon rêve s'écroule.
Le clocher est toujours aussi beau, aussi haut, aussi fortifié mais le bâtiment est en restauration et de nombreux échafaudages cachent "mon" église.

Rapide observation
   Quelques morceaux de tubes modernes ne doivent pas entamer le moral d'un castellologue-amateur comme moi. La découverte recommence (Hélas, je suis dans l'impossibilité de vous afficher des images détaillées correctes).
    La façade latérale montre dans la partie supérieure, la "classique" surélévation pour une salle de repli. A l'arrière, des ouvertures verticales ressemblant à des archères prouvent que cette église fut fortifiée durant la période médiévale.

Le clocher
     Le pus beau détail architecturale fortifié est incontestablement le clocher. Avec ses arcatures, il nous montre "son âge" puis avec les hourds en bois, sa technique de défense.
    Je suis pourtant interrogatif devant ce système, car il n'y a rien à défendre en dessous. Etait ce simplement un système d'intimidation ?

   La guerre psychologique contre les routiers a t elle eu un grand succès ?
 

Je pense que "Oui", puisque l'église nous est arrivée presque sans dommage malgré l'histoire mouvementée de cette province.
  Autre preuve de l'empreinte laissée par ce hourdage, c'est évidemment le croquis montrant l'importance de la tour sur la nef.


Petit détail

Avez vous remarqué la qualité de construction de cette église et surtout du clocher ?

Taille des pierres et des joints

        L'intérieur :
    Les travaux m'interdisent l'accès à l'intérieur de l'église paroissiale.


Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction d'une église.
* Au 14ème siècle, modification de l'église.
* Au 15ème siècle, fortification de l'église.
* Au 18ème siècle, modification du collatéral Sud et ré-aménagement de la porte d'entrée de l'église.
* Au milieu du 19ème siècle, l'église est considérée comme dangereuse. Elle est désaffectée.
* En 1904, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 20ème siècle, des travaux de consolidations sont réalisés.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à de la Nativité de la Sainte Vierge) est libre à l'extérieur. La découverte des fortifications intérieures est impossible.

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 07:30

 

Pays :

 Grand Duché du LUXEMBOURG

Région :

 Haute Sûre

 

 

Le château :

 

Description :
    La description du magnifique château de Bourscheid est ici

 

Le plan du château :

    L'aménagement durant 5 siècles du château a donné une architecture paraissant complexe, mais avec ce plan tout devient simple :

 1 - Bastion (Barbacane),

 2 - Tour de guet,

 3 - Portail intérieur avec habitation,

 4 - Cour inférieure (partie haute),

 5 - Tour du Nord,

 6 - Cave,

 7 - Escalier,

 8 - Chapelle,

 9 - Cour supérieure,

10 - Habitation seigneuriale,

11 - Petit salon d'hiver,

12 - Cuisine,

13 - Donjon carré,

14 - Ici, la vue est incroyable !

15 - Cour (partie haute),

16 - Cour (partie basse),

17 - Autre cour,

18 - Mur de défense,

19 - Résidence Stolzembourg,

20 - Cave gothique,

21 - ? ?

22 - Tour d'enceinte,

23 - Sol en mosaïque,

24 - Tour des forgerons. 

 

 Histoire du château :

  • * Avant le 11ème siècle, un fortin en bois (Romain ou Carolingien ?) existe sur la colline.
  • * Vers l'an 1000, un château fort en pierre est construit.
  • * Au 11ème siècle, le donjon carré est entouré de remparts comportant quelques tours.
  • * Au 14ème siècle, la construction d'un rempart avec 8 tours rondes est commencée.
  • * En 1384, le rempart "moderne" est terminé. Début de construction de la maison de Stolzemburg.
  • * Vers 1477, avec l'invention du canon, un bastion est construit.
  • * Vers 1512, les héritiers du dernier seigneur de Bourscheid aménagent des logis.
  • * Vers 1650, la chapelle castrale est agrandie.
  • * En 1785, de nombreux batiments sont en ruine.
  • * En 1812, le château est mis aux enchères par son dernier propriétaire (d'origine noble).
  • * En 1936, la ruine est classée aux Monuments Historiques.
  • * En 1972, l'Etat Luxembourgeois achète la ruine.
  • * A la fin du 20ème siècle, un important travail de consolidation puis de reconstruction est réalisé.
  • * Au 21ème siècle, la découverte gratuite de l'extérieur du château est possible. La visite de l'intérieur est payante en visite libre.

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Luxembourg médiéval
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 03:30
 

Pays :

 ITALIE  
 

Région :

 POUILLES  
 
Province :
 BARI  

 

La tour médiévale vole au dessus des toitsLe bourg

    Situation :  (le voir sur une carte)

    La ville de Bitonto est situé à 20km à l'Ouest de Bari.

Coordonnées du château :

41° 6' 27.749" N 16° 41' 27.524" E
 41.107708 °  16.690979°

 

Le château

     L'extérieur

Mais où est il ?

       Lorsqu'une ruine médiévale est cachée dans un bois, curieusement je la retrouve facilement, mais les vestiges du moyen âge dans une ville sont pour moi une énigme.

    Grâce à mon habituelle chance, dans une troué au milieu des immeubles de la piazza Guglielmo Marconi, une forme attire mon attention. Sans chercher je viens de trouver l'imposante tour du château de Bitonto.

Ne reste t il qu'une tour ?

  L'enquête commence.

 

J'ai trouvé le châteauJe vais tenter d'investir la place !

   Quelques mètres plus loin, je retrouve la tour "encerclée" d'un rempart très arasé me permettant de l'admirer.

 Que de contrastes dans cette tour :

  - Elle est ronde comme une construction du 13ème siècle, mais curieusement elle ne possède aucune archère.
  - Les parois semblent borgnes et pourtant sous les fenêtres récentes de petites canonnières existent.
  - Des pierres forment des pseudo-bossages mais curieusement la partie basse en est dépourvue.
  - Au sommet, des vestiges de mâchicoulis sont identifiables, mais aucun corbeau (voir vocabulaire) pour les soutenir est visible.
  - Elle ne comporte pas de porte à plusieurs mètres du sol comme la plupart des donjons médiévaux (système de protection contre un assaillant) et curieusement l'ouverture d'entrée se situe dans le rempart.
     Je vais tenter d'entrer pour découvrir les réponses à ces contradictions.

 

Puis je entrer ? 

    Fébrilement je marche sur le pont moderne enjambant un fossé et devant la porte close je lis... heu.... que ce n'est ni la bonne heure ni le bon jour pour voir l'intérieur .

 

Que vois je ?

     Sur le chemin du retour, je regarde une dernière fois cette tour médiévale quand un incroyable spectacle architectural s'offre à moi. En dessous de ce que je pensais être le rempart de la tour, je vois un fruit (base inclinée) composé de triangles emboîtés. Si on imagine un fossé plus profond, il est évident que ces rayures servaient de guide aux pierres rondes lancées depuis la tour (peut être même depuis les mâchicoulis).

    Je ne suis pas au bout de mes surprises. Certaines faces possèdent une ouverture pour petit canon.

Ce fruit comporte donc un chemin de ronde interne ou des couloirs ?

Voila un curieux système qui fragilise la base !

     Avec mon oeil incroyable , je vois des petits bastions avancés accolés au fruit et comportant des bouches à feu. Cette amélioration de défense a du être construite après le 15ème siècle.

Mais comment accédait on dans ce bastion (je ne vois pas d'ouverture) ?

 

Conclusion
  Devant cette tour qui semblait banale durant les 1ères minutes, je suis admiratif et plein de questions 2 heures plus tard.
   La découverte de constructions fortifiées est réellement un plaisir à chaque instant.

 

Histoire du château :

* En 1399, un document de la reine Margherita, femme de Carlo III, cite une tour. Cette tour fait partie d'un système de défense plus imposant. L'absence d'archère suggère que cette tour est le refuge ultime.
* En 1932, des fouilles sont entreprises
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible en payant.

 

  Cliquez pour retrouver le menu des Châteaux en Italie
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Italie médiévale
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 02:30

Département :  11 - AUDE 

 

Le bourgY a t il un château sdans ce bourg ?

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le petit bourg d'Axat se situe à 12km au Sud-Est de Quillan et à 15km à l'Ouest de Caudies de Fenoullèdes, sur la rive droite de la rivière Aude.

     Coordonnées du bourg :

42° 48′ 15.84″ N 2° 14′ 9.96″ E
 42.8044°  2.2361°

 

Le château :  

      L'extérieur :

Mais où est le château ?

    En arrivant dans Axat, il n'y a aucun panneau indiquant la présence d'un château (hummm,cela sent la ruine ruinée  ).

Mais y a t il vraiment une ruine ?

   Mon dictionnaire des châteaux forts l'affirme. Malgré l'écrasante chaleur, je décide de grimper à pieds les ruelles en pente (ne suis je pas un chevalier sans peur comme Bayard ?). Comme souvent, mon Graal apparaît sur la hauteur.

Le voyez vous ?

 

La découverte

    Cachée derrière les arbres, certainement protégée par les épineux, je pressens que la découverte de la ruine va se transformer en chemin de "croix pour chevalier".

Suis je aidé par la fée des bois, ou suis je l'élu ?  .

  Je ne sais, mais par "miracle", les arbres s'ouvrent devant moi. En réalité, il ne faut pas monter à travers les bois mais emprunter le chemin longeant le rempart extérieur.  

 Une ruine pleine de mystères

Rapide analyse

   Le rempart est solidement posé sur le rocher et (c'est ce que je crois discerner) comporte des contreforts (c'est surprenant). Le mur est pauvrement appareillé et semble avoir été reconstruit plusieurs fois tant les pierres sont disparate.

     La hauteur n'est pas assez importante pour distinguer des défenses en encorbellement (comme des mâchicoulis, bretèche etc...), mais je suis surpris de ne voir aucune trace d'archère (voir vocabulaire).

 

     L'intérieur :

  Dans une ruine (surtout sur mon blog ), il ne faut pas s'attendre à de beaux bâtiments avec décors, luxe et plafonniers. Mais, pour vous préparer au choc, je préfère vous indiquer que  Axat fait parti de la "race" des ruines sans... rien

   Pourtant, avec un peu d'attention, je crois voir les traces d'anciens murs (bâtiments d'habitation, communs ?).

       Mes efforts de recherche d'indice m'ont donné faim. C'est en admirant le paysage que je déguste une pomme.

 

 

Histoire du château :

* En 1306, un castrum est cité dans un texte. II est possession de la famille Castelport.
* Au début du 14ème siècle, le castrum appartient à Antoine du Vivier.
* Au milieu du 14ème siècle, Arnaud de Dax possède le site fortifié.
* Au début du 15ème siècle, le site appartient à nouveau à la famille Castelport. Cette famille est alliée à la famille du Vivier.
* En 1466, Arnaud de Dax acquit la seigneurie d'Axat (ainsi que celles de Vayra, d'Artigues, La Prade, Ulhac) d'Antoinette de Castelport (ou Castelporre) épouse d'Antoine du Vivier, par acte passé devant Maitre Minety notaire à Narbonne.
* En 1580, il semble que le château soit attaqué puis pris par des "rebelles" (?). Une autre source explique que : "Ce sont les Aragonais, faisant de nombreuses incursions, qui ont pillé le village".
* Vers 1583, le château semble subir une remise en état.
* En 1637, les habitants ne sont plus astreints à consolider et entretenir le château.
* En 1792, les révolutionnaires s'emparent des ruines du château. La famille Dax perd ses droits sur leur possession castrale et territoriale.
* Au 19ème siècle, le château d'Axat est (serait) mentionné comme possession de la Société des Forges d'Axat. Le principal actionnaire est (serait) le marquis (voir titre de noblesse) de Dax d'Axat, maire de Montpellier.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe. 

 

Un panorama comme seule une ruine peut livrer

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 06:30
      Dans le département actuel de l'Isère, l'ancienne vallée Dauphinoise entre Grenoble et Pontcharra possède quelques ruines médiévales. Certaines sont classiques dans leur construction mais d'autres comportent une curiosité.
    Proche de Saint Pierre d'Allevard, une construction isolée ronde et massive nommée "La tour d'Aquin" est porteuse d'une légende nommée :
 


Le prisonnier de la Tour

 

 

     Il était une fois .....
   * "ho, cela commence bien" disent ensemble les princesses-lectrices de mon blog.
   * "Chuuuuut les filles, laissez le chevalier conter cette histoire 'vraie' " râlèrent les princes-lecteurs sur mon blog.

 

... Donc, il était une fois, un seigneur ayant eu un fils.....
   * "Bof, j'aurais préféré une nana". soupira l'un des lecteurs.
   * "Ho, un beau héro au grand coeur dans ce conte !" firent ensemble les princesses romantiques (et lectrices de mon blog).

 

 

Allons messire, battez vous avec moi !

..... Comme tous les seigneurs du Moyen Age, avoir un héritier était important pour la lignée et pour la conquête de nouveaux territoires, mais notre héro n'était point un combattant. Il maniait l'épée bien sur, mais il préférait manier les mots........
   * "ho, comme c'est romantique !" pensaient à haute voix les princesses-lectrices de mon blog.
   * "pfffff, les filles et les poèmes !" pestèrent les princes-lecteurs sur mon blog.

 

..... "Mignone, allons voir si....."Oui, notre héros avait comme amies, non pas de rudes gaillards costauds et bagarreurs, mais des muses inspiratrices. Ces heures à noircir d'encre des parchemins étaient plus nombreuses que ces moments d'entraìnement aux armes.
  Son seigneur de père était désespéré......
   * "Ha les hommes et leur besoin de montrer leur force" pouffaient à haute voix les princesses-lectrices de mon blog.
   * "......" curieusement les princes-lecteurs sur mon blog ne rétorquèrent pas.

 
 
 Il ordonna à son fils de ne plus écrire. Mais il n'obéit pas.
 De rage, le seigneur déchira tous les parchemins vierges du château; Mais son fils en trouva toujours.....
   * "Une servante devait lui en apporter" commenta à haute voix la blonde princesse-lectrice de mon blog.
   * "Et pourquoi pas son cheval !" pouffèrent les princes-lecteurs sur mon blog.
 
 
 Seul je suis dans cette sombre tour..... Qui entendra ma voix ?Ne voyant aucune solution, le seigneur enferma son fils dans l'imposant donjon sans fenêtre. Il pensa qu'un petit séjour de sevrage redonnera.....
   * "J'ai hâte de connaitre la suite" fit à haute voix la rousse princesse-lectrice de mon blog.
   * "Bof, c'est évident" aboya fièrement le plus boutonneux des princes-lecteurs sur mon blog.
 
 
 .Il faut que nous fassions quelque chose pour ce damoiseau !... le goût des armes et des beuveries entre chevaliers.
   Mais non loin de là, muses et fées n'étaient pas d'accord avec cette décision parentale. Elles se pâmaient, à lire au dessus de son épaule, les proses de notre héro littéraire. Elles se régalaient à déguster les poèmes de ce jeune damoiseau.
 Que faire ? .....
 
 
 ....Normalement, les fées n'avaient pas le droit d'intervenir directement avec leur magie dans les problèmes des hommes terrestres. Mais il était si mignon ce héro.
   Une fée eut l'idée de se transformer en .... cygne géant. Par cet acte, elle n'enfreignait pas la règle puisque la magie était pour elle et non pour ce bellâtre.
   * "Comme toujours, ce sont les filles qui ont les bonnes idées" provoqua à haute voix la brune princesse-lectrice de mon blog.
  
  Cette tour va tomber sur un bec ....La fée-cygne survola la tour et avec son puissant bec, troua la paroi et fit évader le jeune poète.
  On ne sut jamais ce qu'il devint, mais certains prétendent que le vent inspire parfois les hommes de cette vallée.
Est ce le fantôme du Damoiseau ?
 
 * "Le vent ne doit pas souffler assez fort, car mon mec n'a aucun romantisme dans ses actes" pouffa la petite brune princesse-lectrice de mon blog, relayée dans ses rires par toutes les autres.
 * "Elle est nase ta vanne !... Venez les mecs, on va jouer au foot" hurla le gros Bébert, prince lecteur de mon blog.
 
 
 
  C'est depuis ce jour que les habitants de Saint Pierre d'Allevard voient cette curiosité, en regardant vers la pente de Brame-Farine.
 Entendez vous le rire des fées dans le vent du soir ?



      Holalala,  des personnages sont venus dans ma proses pour étaler leurs pensées .... holalalala.......Je voudrais m'excuser pour ce texte entrecoupé de pensées et dialogues de filles bavardes, et de garçons râleurs... Je ne les avais pas invités, mais vous connaissez le monde des blogs, c'est un grand forum où tout le monde particpe.... Cela ne se reproduira pas, je vais en parler à monsieur Bill Gates et au webmaster de over-blog  .......... (hihihi, fou je deviens).

 
  Nota : La description de la tour d'Aquin est ici.
 
 
  Vers menu
Contes
 et
Légendes

<---  clic
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Contes et Légendes
commenter cet article