Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 06:30

 

Département :   67 - BAS RHIN

 Fermez les yeux, cette ruine se ressens !

Le site :

  Ethymologie : (petite initiation)
      Il semblerait que le nom signifie : Tête --> donc poste avancé  (à vérifier).
 
 
  Coordonnées :
48°27'38''N 7°23'54''E
 48.460556  7.398333
 
 
   Situation :   (--> le voir sur une carte)
* En Alsace, sur la route entre Ottrot et le mont Sainte Odile, de nombreuses ruines sont "cachées" dans la forêt.
* Heureusement, le Club Vosgien a merveilleusement balisé les chemins.
* Les anciennes fortifications sont accessibles sans boussole mais avec la force des mollets.
* Pourtant, un château peut échapper à votre regard si vous n'êtes pas attentifs durant votre marche.
* Avec un oeil averti, dans l'épaisseur du feuillage de printemps, il est possible de voir un curieux poteau.
* Il faut maintenant pousser les feuilles et marcher doucement.
 
 
Le château :
Voyez vous un mur d'angle au fond ?Première sensation
* Il n'y a aucun haut mur et aucune tour.
Suis je vraiment sur le site
du château de Koepfel ?
* Je sens que mon "neurone de Sherlock Holmes" doit se réveiller pour découvrir des indices.
 
La recherche d'indice commence
* En observant un peu mieux, je vois un petit mur régulier.
* Malgré les nombreux arbres, je peux constater que ce vestige a une forme rectangulaire de 50m par 25m.
* Voila l'enceinte de ce "fort" axé Nord-Sud. 
* A l'est, (coté du ravin) le mur "disparaît" un peu.
* Les pierres composant le mur sont cubiques ou parallélépipédiques avec des dimensions très variables.
* Ces pierres sont  en grès et taillées parfois grossièrement.
* Elles sont posées sans scellement :  C'est  curieux !
 * Il semble qu'un fossé ait été creusé, ce qui est classique pour un bâtiment médiéval.
* Au centre du petit coté Nord, des pierres forment les bases  d'une tour carrée.
Etait ce une tour de guet ? 
 
Conclusion
Il me semble être en présence d'un "château" primitif.
* Ce devait être une architecture peu haute (3 à 4 mètres ?) en pierre à l'extérieur avec sûrement des palissades ou protections en bois.
* Il devait être gardé par quelques rares soldats qui surveillaient le passage dans la vallée entre les châteaux de Rathsamhaussen et Hagelschloss.
 
Peut être ressemblait il à cela ?
 
 Curieux, cela ressemble presque à un camps Romain. Qu'en pensez vous ?
         

 

Histoire du château : 

* Au 10ème ou 11ème siècle, construction des remparts et de la tour (ceci est une hypothèse suite à l'analyse de la construction).

* Après cette date...... Mystère. Il n'existe aucun texte ou archive relatant le rôle ou les évènements marquants pour ce site. Il est assez habituel qu'un petit fort ou une tour de guet n'ait pas une grande histoire notée par des scribes (voir le châteaux de Fa), mais qu'il n'y ait rien...Aucun acte de propriété, ni d'hommage..... Je suis surpris.

* Au 21ème siècle, la visite est gratuite, mais est elle libre  ?

* Le risque de recevoir une pierre est faible car les murs sont inexistants, mais les pierres au sol sont mouvantes et les racines d'arbres très présentes. Soyez très prudent. Et surtout veuillez respecter ce site presque "intemporel".

 

  Cliquez pour voir le menu des Châteaux forts du Bas Rhin Vers Menu châteaux du Bas Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 06:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgPrimitive et puissante

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Fabrezan se situe à 10km au Nord-Est de Lagrasse, à 35km à l'Ouest de Narbonne, à 15km au Sud-Est de Capendu et à 4km au Sud-Ouest de l'aérodrome de Lézignan-Corbières.

  Coordonnées du bourg :

43° 8′ 11″ N 2° 41′ 52″ E
 43.136389° 2.697778°

 

La tour 

     L'extérieur :

La malédiction

    Après avoir découvert l'église avec sa puissante tour, je pars en direction de la 2ème imposante tour de Fabrezan.

- Curieusement, le ciel se voile.
- Comme par enchantement mon lacet se défait.
- Comme par sorcellerie, l'autofocus de mon appareil photo se bloque.
--> Je ne peux hélas vous présenter que 2 images.

 

Analyse

       Au premier coup d'oeil, cette tour du 12ème siècle (?) peut paraître classique, sans mystère. Et pourtant je suis dans le doute :

1 - Les mâchicoulis (voir vocabulaire) n'ont pas la même nature de pierre que les murs. 

2 - La porte en partie basse n'est pas classique au Moyen Âge (car normalement située à plus de 3 mètres du sol).

3 - De plus, cette porte est surélevée d'un petit mètre par rapport au sol, ce qui est illogique.

4 - L'arc de décharge au dessus parait trop imposant pour une si petite porte.

5 - Pourquoi avoir construit une archère unique aussi basse ?

6 - ...

  La dimension impressionnante de cette tour la rend habitable, mais l'absence d'ouverture de lumière ne devait pas faciliter la vie de ses occupants.

Que de mystères !

 

     L'intérieur :

          Hélas, la tour est une propriété privée non visitable.

 

 

Histoire du château :

* En 1302, un château est mentionné.
* En 1951, la tour est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la tour est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est impossible. 

 

Elle trône fièrement au dessus des toits

 


 
  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Cette église comporte t elle des défenses imprenable ?  Situation :   (--> le voir sur une carte)

    Le bourg d'Arjuzanx est situé à 28km au Nord-Ouest de Mont de Marsan.

   Coordonnées du bourg :

44° 0′ 47.88″ N 0° 51′ 16″ W
 44.0133°  -0.854444°

 

Le fantôme du château :

   Au 13ème siècle, une tour fortifiée a été construite, mais elle a été détruite à la fin du 20ème siècle.il ne reste que son souvenir.

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

       Posée sur une petite butte, entre la route principale et le chemin de fer, l'église du bourg semble paisible et ne parait pas être fortifiée.

 

L'enquête commence

    Depuis l'arrière de l'église, je ne distingue aucun système défensif ni de salle de repli en haut de la nef.  Les contreforts sont certes puissants et nombreux mais cela ne transforme pas l'église en un bâtiment fortifié.

  L'architecture de l'église est "linéaire", sans transept ni abside. Cette forme très médiévale  (12ème) devrait comporter un système défensif classique.

Mais où est il ?

 

Voilà enfin les défenses

   Tel un donjon, le clocher porche est la solution intelligente pour se défendre des petites bandes armées sévissant à partir du 15ème siècle. Cette construction, indépendante de l'église a dû être construite quelques temps après puisqu'elle est en ajout devant le clocher-mur.

   Cette masse comporte des archères (voir vocabulaire) sur les 2 faces latérales ainsi que la façade centrale.

Les fentes du bas sont droites avec un faible embrasement, celles du haut sont prévues pour de petites arquebuses. 

 

    L'intérieur  :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées en dehors des offices. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 


Histoire de l'église et de l'ancien château :

* Au 12ème siècl e, construction d'une église dépendant du diocèse de Dax.
*  Au 13ème siècle (1241 ?), construction d'une tour fortifiée. Elle faisait partie des nombreuses tours de Bayle (Provenant du mot : Bailli - La tour abritait le représentant de l'autorité du roi).
* Au 15ème siècl e, ajout d'un clocher fortifié.
* Au 16ème siècle, amélioration des fortifications.
* Au 19ème siècle, modification d'architecture de l'église.
* En 1960, la tour est détruite permettant l'exploitation d'un gisement de lignite.
* En 2002, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint-Jean-Baptiste) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher est interdite.

 

2 archères avec orifice pour arquebuses

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 07:15

 

Département 57 - Moselle
  

Le bourg :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
        La cité de Thionville est située à 25km au Nord de Metz et à 15km au Sud de la frontière du Grand Duché du Luxembourg.

   Coordonnées de la Tour :

48° 57′ 44.28″ N 6° 27′ 7.92″ E
 48.9623°  6.4522°


  Origine du nom :  (initiation à la Toponymie)
       Officiellement, le seul vestige médiéval du château se nomme : La Tour aux Puces.
    Une légende prétend qu'une princesse logée dans la tour aurait été "mangée" par des puces.
  J'adore les légendes mais la vérité est tout autre. A l'origine, ce lieu se nommait  Peetzsturn,mot dérivé d'un patois Luxembourgeois. Il a été déformé par le temps, le bouche à oreille et la traduction approximative.
  Le nom du lieu fortifié est devenu : Tour aux Puces.

La tour :
       L'extérieur :
    Après avoir dormi dans une taverne de Thionville,  je me rends au petit matin au bord de la rivière nommée Moselle pour humer l'air frais avant de partir vers la découverte des châteaux du Luxembourg.

La surprise
Un panneau me guide vers un bâtiment très reconstruit mais dont je pressens les origines. Et avant même mon analyse de ses formes, une beauté me regarde derrière.... Hooo !

La tour
   Comme toujours, avant de regarder les détails, je prends un peu de recul pour admirer cette impressionnante tour. C'est une sorte de donjon qui parait rond, mais est en réalité c'est un polygone à 14 faces. Avec de telles dimensions, il était habitable.
    En plus de ce damier "coloré", la tour comporte des traces du passé comme cette empreinte d'un toit (un entrepôt ?) et une fenêtre de confort (du 16ème ?).

 

Questionnement sur la tour
     Plus haut une ouverture faisant "oeil de boeuf" ressemble beaucoup à une bouche à feu. Puis à quelques mètres des boules de pierres bien "attachées" au parement.

Qu'est ce ?

A - Sont ce des pierres à bossage ?.... J'en doute, point centrées sont ces boules.
B - Sont ce des "Michottes" ?.... J'en doute car il ne semble y en avoir qu'au château de Prény.
C - Sont ce des boulets bloqués par ce donjon ?.... Peut être mais sont ils là depuis plusieurs siècles ?

 

 

   Devant tant de doutes, je préfère regarder le ciel pour connaître la météo du jour. C'est à travers un crénelage très refait que je distingue les prémices du ciel bleu annonciateur de découvertes castrales Luxembourgeoises.

En avant !

 
 
Histoire de la tour :
    L'histoire de la Tour aux Puces est étroitement liée à celle de la ville de Thionville. Elle est si riche qu'il m'est impossible de n'y consacrer qu'un petit article. Je ne vais faire qu'une approche rapide.

* Vers le 8ème siècle, à l'époque Mérovingienne une "légende" prétend que Charlemagne (voir liste des rois) passe quelques nuits dans le château "Theodonis-Villa".
* En 939 par les partisans du futur empereur Othon 1er détruisent les fortifications.
* Au 10ème siècle,Thionville  est sous domination Luxembourgeoise. Sur les bases de l'ancienne fortification, le Duc du Luxembourg fait construire un château. Il est logique de penser que la tour fut le donjon du château.
* En 1292, le château devient la résidence du Prévôt.
* En 1542, des modernisations et reconstructions de la porte d'entrée et des fortifications de la ville sont réalisées.
* Jusqu'en 1639, la ville est aux prises à des combats et des luttes.
* Vers 1659, la ville est Française par le traité des Pyrénées.
* Vers 1660 (?), Louis XIV (voir liste des rois) demande à Vauban de fortifier la ville.
* Hélas durant 250 ans Thionville ne connaît pas vraiment la paix. Les guerres entre Prussiens et Français vont transformer la ville.
* En 1903, la municipalité fait détruire des vestiges des fortifications. Cet acte met en valeur la beauté de la Tour aux Puces.
* En 1980, inscription partielle aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La tour est un musée historique avec accès payant.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 57 Vers Menu châteaux de la Moselle
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 06:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgQuelle beauté se cache derrière ces arbres ?

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Baraigne se situe à 10km l'Ouest de Castelnaudary et à 6km au Nord-Nord-Est de Salles sur l'Hers.

  Coordonnées du château :

43° 19' 48.608" N 1° 49' 16.468" E
 43.330169°  1.821241°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Préambule

    Le département de l'Aude possède de nombreuses et magnifiques ruines très médiatisées. Le web regorge de sites et de blogs montrant ces fortifications sous tous les angles.

    Par mon modeste blog, je souhaite montrer autrement chaque département et surtout faire découvrir (même si cela n'est que partiel) d'autres bâtisses médiévales faisant la richesse de notre beau Royaume.

  Voici un château habité bien différent des classiques lieux médiatiques.

 

La découverte

   A l'Ouest du village, sur une petite colline, un château très reconstruit joue à se cacher dans les arbres.

Est ce le château médiéval que je cherche ?

 

Analyse

    La construction est composée d'une enceinte quadrangulaire avec deux  tours rondes aux angles (les autres ont disparus). Ces tours comportent sur plusieurs niveaux des couleuvrines.

  Sur la façade principale, une bretèche (voir vocabulaire) encore visible protégeait l'entrée.

    La modernisation de la renaissance et une réhabilitation récente ont ouvert de nombreuses fenêtres.

 

     L'intérieur :

         Le château est une propriété privée non visitable.

 

 

Histoire du château :

* Au 15ème siècle, construction d'un habitat fortifié.
* En 1483, Jeau Dubuisson, Capitoul de Toulouse, est cité comme seigneur de Baraigne.
* A la fin du 16ème siècle, Barthélémy de Buisson fait moderniser le vieux château fort.
* En 1948, le site est inscrit aux Monuments Historiques.
* A partir de 1975, des travaux importants de rénovation redonnent vie à la ruine.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du sitee est délicate car c'est une propriété privée qu'il faut respecter. La visite de l'intérieur est impossible.

 

- Je vous invite à lire un site sur les beautés de la ville de Baraigne.

 

Imaginez le sans ses fenêtres !

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 06:30

 

 

Département 09 - ARIEGE

  Voyez vous le château fort au loin ?

 

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La petite xommune de Le Coch est située à 80km au Sud-Sud-Ouest de Toulouse, à 35km à l'Ouest de Foix (voir son château) et à 4km au Sud-Est de Saint Girons.

 

     Coordonnées du château :

42° 57' 30"  N1° 10' 57" E
 42.958389 1.182589

 

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

   Après avoir gravi la route étroite menant au petit village de Le Coch, je dépose mon destrier proche du panneau de départ de randonnée et je scrute l'horizon. Point besoin de jumelle pour voir au bout du village, posé sur un éperon, la curieuse masse du château.

  Je m'attendais à visiter une ruine et c'est un solide bâtiment qui me fait face.

Sera-t-il  me charmer autant ?

 

Anguleux était ce château fort 

Rapide analyse 

     Bien qu'il soit entouré de collines plus élevées, ce château était bien protégé (en général, les châteaux sont posés au sommet d'une colline pour ne point être attaqué de plus haut) car il est éloigné.

   Sa forme tortueuse traduit une construction suivant les contours de l'éperon. La surveillance de la vallée et le contrôle du plateau devait être la mission du château.

 

 

Le rempart

    Fortement reconstruit, le rempart montre encore des détails intéressants. Il y a les classiques trous de boulin (voir vocabulaire) bien alignés. Puis par endroit , quelques fentes verticales. Elles sont trop petites pour des archères primitives.

Sont ce des fentes de tir pour fusil ?

   Je suis surpris par la mauvaise qualité de taille des pierres et les joints trop grossiers. Cela tranche par rapport à la finition du parement d'angle.  Ma lente progression m'amène vers l'intérieur accessible au 21ème siècle sans porte, ni pont-levis.

 

Aseptisée est la cour intérieure 

     L'intérieur :

* Comme je l'imaginais, les consolidations ont un peu enlevé le romantisme de cette ruine.

* Dans la cour goudronée, il ne reste aucune trace des fondations millénaires.

* Quelques trous de boulins  trahissent ses origines.

* Seule trône une petite tour carrée du rempart.

* La visite de ses entrailles ne me révèle aucune information sur ses origines.

* Qu'importe, je me console en regardant l'une des richesses d'un château fort :

Son panorama sur les collines.

 

 

 

Histoire du château :

 Je n'ai hélas, aucune information historique sur ce château.

 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible en respectant le calme de la maison installée dans la cour.

 

 

Est ce un mur bouclier ou une tour carrée ?

     
   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 06:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

 

Le bourg :

La masse fortifiée de l'église se détache au petit matin    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Renneval est situé à 55km au Nord de Reims, à 13km au Sud-Est de Vervins et à 7 km au Nord-Nord-Est de Montcornet (voir son église fortifiée).

   Coordonnées du bourg :

49° 44′ 28″ N 4° 2′ 58″ E
 49.741111°  4.049444°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     Après plusieurs jours passés dans le département de l'Aisne à voir des maisons de couleur rouge, des pigeonniers rouges et des églises rouges, je suis à la recherche d'un bâtiment religieux fortifié évidemment en briques... rouges.

Et là, c'est le choc !

  Au centre du village trône un haut bâtiment non pas rouge mais....en pierres grises.

Est ce l'église fortifiée que je cherche ?

 

Première analyse

    En observant rapidement l'église, je comprends que la nef, bien que possédant de puissants contreforts, est classique et n'est point fortifiée. Par contre le bâtiment comportant au sommet le clocher avec ses abat-sons semble plus intéressant. Le plus surprenant, ce n'est point l'entrée actuelle qui soit défendue mais le choeur de l'église.

Incroyable n'est ce pas ?

 Puissance et diversité sont les règles de cette église fortifiée

Deuxième analyse

    La richesse défensive du choeur m'impressionne :

1 -  En partie basse, il y a des ouvertures de tir pour arme à feu avec un ébrasement (voir vocabulaire) large à l'extérieur augmentant l'angle de tir.

2 - En haut du mur, d'autres ouvertures de tir (identiques à celles du bas) prouvent l'existence d'une salle de repli.

3 - Dans l'angle une tour de défense avec de fines fentes verticales (avec une ouverture circulaire au centre pour le canon du fusil) disposées sur la hauteur et la périphérie.

 

Encore plus surprenant !

    Je prend un peu de recul pour admirer l'ensemble et voir si le système défensif est efficace et logique. Quand soudain je vois 2 détails surprenants.

1 -  Je m'attendais évidemment à une autre tour dans l'angle, mais sa forme et surtout ses systèmes de tir sont différents.

  - Pour la partie basse, il ressemble à ceux de sa tour presque jumelle

  - Pour la partie haute, ils sont similaires à ceux de la courtine.

Incroyable n'est il pas ?

2 -  La façade possède un système défensif que je n'imaginais pas à cet endroit.

 

Coup de coeur pour ce choeur !

  J'ai vu et photographié plusieurs centaines d'églises fortifiées, je peux donc affirmer avec certitude que le mur extérieur du chevet est l'un des plus fascinants que j'ai pu observer.

   Il y a :

1 - En partie basse, une puissante fente de tir avec un large ébrasement à l'extérieur.

2 - Une fente de tir identique en haut.

3 - Et une incroyable construction en encorbellement. Si c'est une bretèche, elle ne défend aucune porte en dessous.

Était ce les latrines communiquant avec la salle de repli ?

 

    L'intérieur :

       J'ai hâte de déguster l'intérieur et de comprendre le système défensif. Je me précipite vers la porte coté nef.

Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle. Qu'importe, cette église est une des plus extraordinaires merveilles du Thiérache.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.
* Au 16ème siècle, la région étant peu sure, les abbés du Chapitre de Rozoy décident de fortifier l'église.
* En 1927, le choeur de l'église est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite des fortifications est interdite.

 

Ce lieu est digne d'un conte de fée

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 06:30

 

Département 61 - ORNE


Mon Graal est par là

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Silly en Gouffern est situé à 55km au Sud-Est de Caen, à 40km au Nord d'Alençon et à 7km Est-Nord-Est  d'Argentan

       Coordonnées du bourg :

48° 45′ 20″ N 0° 4′ 13″ E
 48.755556°  0.070278°

 

  La motte se situe dans la forêt, au Nord de Silly en Gouffern et au Sud de Aubry en Exme.

       Coordonnées de la motte :

48° 46′ 29.15″ N 0° 4′ 10.41″ E
 48.774764  0.06956

 

Le site castral : 
        L'extérieur :
Préambule

   Par ce blog, mon but n'est pas de faire l'inventaire de toutes les mottes féodales de France. Après vous avoir montré la spectaculaire motte de Grésignac en Dordogne, je souhaite vous faire découvrir une motte plus discrète, moins impressionnante.

   Ayant visité de nombreuses mottes, je ne pense pas me tromper en affirmant que par ses dimensions, celle de Sainte Eugénie représente la majorité des buttes aménagées par l'homme vers l'an mil.

Plan théorique de la motte de Sainte Eugénie 

Qu'est ce qu'une motte Féodale

    Une motte féodale (nommée aussi motte castrale) est une butte naturelle ou partiellement aménagée par l'homme portant une fortification très souvent en bois. Avec sa hauteur, elle facilite le guet. Avec ses pentes et ses fossés, elle rend difficile l'accès pour les assaillants.

   Durant la période d'insécurité à la fin de l'empire Romain et après les invasions des "barbares" du Nord, certains seigneurs ont cherché la sécurité dans un habitat fortifié en bois. Ainsi il marquait leur territoire puis leur pouvoir. Ces mottes ont engendré le début de la féodalité.

Plan en coupe de la motte féodale

 

Documentations et plans

    La riche documentation fournie sur les panneaux proche du parking me permet de vous montrer la motte :

* Sur une vue en coupe,

* Puis en vue de dessus.

  Maintenant, vous avez toutes les données pour comprendre ce site millénaire.

Les arbres s'amusent à cacher la motte  

La découverte
    Lentement j'avance vers une clairière. Après quelques secondes, je vois une "bosse" portant des arbres (Est ce la nostalgie de l'ancien château en bois ?  ). Cette bosse est précédée d'un fossé.

 

        L'intérieur :
     En un bond, je suis sur la motte. Depuis le sommet je remarque le fossé, certes aujourd'hui rempli de végétation.

   Heureusement que les archéologues ont réalisé des plans détaillés, car avec toute la verdure, il est difficile d'identifier la basse cour en face du rempart Nord.

  Heureux  de ma découverte, je repars en jetant un regard amoureux sur le fossé.

 

 

Histoire du château sur motte :

* Au 9ème siècle, probable construction d'un château et d'habitat en bois sur la motte.

* Au 12ème siècle, la motte semble abandonnée.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Veuillez faire attention aux enfants à cause des fossés et des plantes piquantes. Et surtout veuillez respecter ce lieu de plus de 1000 ans.

 

Quelle vue !

 

Pour les passionnés de motte castrale, j'ai réalisé un article sur un autre site féodal "primitif".

 

 

      Vers Menu châteaux de l'Orne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 23:51

 En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

 

Résumé :

 
    « Juillet 1096 : il fait chaud sous les murailles de Nicée. A l'ombre des figuiers, dans les jardins fleuris, circulent d'inquiétantes nouvelles : une troupe formée de chevaliers, de fantassins, mais aussi de femmes et d'enfants, marche sur Constantinople. On raconte qu'ils portent, cousues sur le dos, des bandes de tissu en forme de croix. Ils clament qu'ils viennent exterminer les musulmans jusqu'à Jérusalem, et déferlent par milliers. Ce sont les " Franj ".
    Ils resteront deux siècles en Terre sainte, pillant et massacrant pour la gloire de leur dieu. Cette incursion barbare de l'Occident au cœur du monde musulman marque le début d'une longue période de décadence et d'obscurantisme. Elle est ressentie aujourd'hui encore, en terre d'islam, comme un viol. »
 
 
 
 
 
Mon avis :
 
Comment les chrétiens ont il été vus ?
 
     
     Les croisades des Européens catholiques en terre Musulmane, il y en a eu beaucoup trop. Et nos chevaliers n'étaient pas si "chevaleresque" que cela en terre Islamique.
   Des livres sur les croisades, il y en a eu beaucoup, mais très souvent écrit par des Européens, et parfois même romancés à la gloire de la "belle chevalerie portant la croix dans le dos".
 
 Avons nous vraiment une vision objective sur cet épisode de la chrétienté féodale ?
 
   Ce livre a le mérite de nous montrer un autre point de vue d'un évènement qui a marqué des générations d'hommes et de femmes, a décimé des familles, et a aussi enrichi certains Barons, Comtes etc....
   Cet ouvrage n'est absolument pas polémique, je ne voudrais pas que mon interprétation à chaud vous le laisse croire. Il décrit une "histoire", une autre vision de notre histoire, c'est notre histoire mais de l'autre coté du miroir, et comme Alice, le monde n'est plus le même.
   Ce livre est il dérangeant ?..... Non, il rétablit une vérité..... La vérité n'a t elle pas plusieurs visages ?
      Dans ce livre, l'écriture d'Amin Maalouf est toujours délicieuse, à la fois fluide, précise et élégante. Un livre utile et très agréable.
   Ce petit ouvrage existe aujourd'hui chez "j'ai lu" en livre économique, alors.......... Vous l'achetez ? 
 

Pour les curieux sur ce sujet, ou pour les amoureux des beaux livres, voici un autre ouvrage très illustré sur les croisades.
 

 

Repost 0
Published by le chevalier du 38 - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 06:30

 

Département 09 - ARIEGE

 La lumière me guide vers mon Graal

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Caumont est situé à 80km au Sud-Ouest de Toulouse, à 50km au Nord-Nord-Ouest de Foix (voir son château), à 32km au Sud-Est de Saint Gaudens et à 8km au Nord-Ouest de Saint Girons.

     Coordonnées du château :

43° 1' 55" N 1° 4' 39" E
 43.03218  1.077647

 

       Origine du nom  :   (--> initiation à la toponymie)

  Les Romains avaient nommé ce lieu "Calvus mont" signifiant "Mont chauve".

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

     En arrivant dans le bourg, je suis guidé par un panneau pleins de promesse. Mon Graal est à 10 minutes à pied, je piaffe déjà d'impatience.

   Mon seul étonnement est que je ne vois pas de haute colline, ni de puissant donjon au dessus des arbres.

La ruine serait elle timide ?

 

La marche d'approche

    Lentement, j'avance sur un sentier plat, protégé du soleil Ariégeois par de magnifiques feuillus. Quelques mètres plus loin, une légère pente me fait comprendre que le château est bien posé en haut d'une colline nommée : Le Plech.

  Soudain, apparaît comme par magie un vestige de rempart.

N'est ce point émouvant des pierres construites il y a 8 siècles ?

    Plan peu traditionnel pour un château médiéval 

Le plan 

    Pour comprendre cette ruine de 118m de long sur 40m de large, il est important de regarder puis d'assimiler le plan.

    La forme en longueur du château n'est pas classique et semble avoir évoluée avec les siècles.

   L'ajout des 2 "verrues" de chaque coté amplifie la non symétrie.

  Légende :

B - Barbacane Sud-Est,

G - Barbacane Ouest,

K - Logements,

L - Logements,

N - Donjon,

O - Logements,

P - Tour carrée,

Q - Logements,

R - Logements

S - Tour semi-cylindrique,

U - Logements,

V - Logements.

 Nota : Les archéologues ont distingué les logements par des lettres différentes. Pour le moment, je n'en comprends pas la raison.

Est ce par situation géographique ?

Il y a 7 siècles, point d'arbre il y avait 

Pourquoi une architecture si "curieuse" ?

    Avec ses nombreux logements, si vous pensez que cette architecture ressemble plus à une caserne pour soldats qu'à un château fort, vous avez partiellement raison. Pourtant, cette construction est citée par les archéologues dans la liste des châteaux forts.

    Au Moyen Âge, (pour faire simple) il existait 3 sortes de construction pour se protéger :

1 - Le village fortifié.

2 - Le château fort habité que les paysans rejoignaient en cas d'attaque.

3 - L'église fortifiée, lorsque le village n'était pas sous la protection directe d'un seigneur.

  Il existe une quatrième solution : La forteresse de repli.

       Ce type de bâtiment est assez rare (car une construction fortifiée sans seigneur ou son représentant parait impossible). Cette architecture se retrouve aussi à Belvezet dans le Gard et à Chypre.

   C'est donc avec beaucoup d'émotions que je vais dévorer cette magnifique ruine.

 

Barbacane 

   En arrivant coté Sud-Est , je me retrouve face à une forte pente dont le sommet est défendu par une barbacane (voir vocabulaire). Ne souhaitant point attaquer ce château par ce coté, je continue mon exploration par le Sud puis l'Ouest.

 
Tour de défense

    Accrochée au vestige du rempart, une tour semi-cylindrique me regarde. Sa hauteur surprend par rapport à l'ensemble du site. En observant ce "haut" vestige, je constate qu'il est réalisé avec des pierres pauvrement taillées, disparates et peu jointives. Ce site n'appartenait donc pas à un puissant seigneur.

  Le tour ne possède pas de crénelage, ni d'archère, ni de mâchicoulis (voir vocabulaire). mais il est délicat d'en conclure qu'elle était borgne car son arasement est évident..

   Précautionneusement, j'enjambe le rempart et j'entre dans la forteresse.

 

        L'intérieur :

La tour (suite)
   Les entrailles de la tour ne me donnent qu'une seule information : L'épaisseur du mur extérieur était importante. Dans le prolongement, le mur est beaucoup moins épais. Cela correspond à un logement (caserne, munitions ?). Il est curieux de constater que parfois, les murs de deux bâtiments ne se touchent pas.

A quoi servait cet espace ?

* Séparateur de fonction ?

* Sentier entre les logements ?... Mais il faut être très mince pour passer.

* Couloir de séparation en cas d'incendie ?

 

Les logements

   Ces logettes sont impressionnantes en nombre et en implantation :

* Le plan en montre 47 (il est facile de les identifier sur le terrain).

* 40 sont adossées au rempart.

* 7 sont alignées au centre.

* Elles semblent avoir une superficie identique, environ 22 m².

* Le mur de séparation entre chaque logette a une épaisseur de 60 cm.

   Sur la base d'une construction de plein pied, avec le "confort médiéval", les historiens ont calculé que 400 personnes pouvaient trouver protection dans cette forteresse.

Impressionnant, n'est il pas !

 Après cette description technique, je vous invite à admirer les logements.

 

 

Le donjon

   La construction la plus impressionnante est certainement le donjon. Il n'est point carré, ni rond. Avec sa forme elliptique, il possède aux extrémités une structure circulaire et au centre, des murs linéaires.

   Évidemment, il faut un peu d'imagination pour le "voir", mais avec ses 2 mètres d'épaisseur à la base, il semble logique qu'il fut "haut".

 

C'est la fin

   Avant de quitter cette ruine magnifique et mystérieuse, j'embrasse du regard l'étendu de la forteresse. Puis j'admire le panorama magnifique des collines Ariégeoises.

 

 

Histoire du château :

* Au 1ème siècle, (les historiens pensent que) les Romains ont construit un bâtiment.

* Au 12ème siècle, les castellologues supposent qu'un château de repli est aménagé.

* Au 13ème siècle, construction probable des barbacanes.

* A la fin du 14ème siècle, les historiens supposent que le château fut détruit durant la lutte entre les maisons de Foix et d’Armagnac. Gaston Fébus a-t-il participé à cette bataille ?

* Au 20ème siècle, des fouilles sont organisées.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. La ruine n'est pas complètement sécurisée et les pierres roulent sous les pieds, soyez prudents et attentifs.

 

La vue est le trésor d'un château fort

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège

 

Repost 0