Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 00:30

 

 

Département :   81 - TARN 

   

 

Le bourg : 

Une commanderie Templière se visite... religieusement !    Situation :   (--> le voir sur la carte)

       Vaour se situe entre Albi et Montauban, au Nord de la forêt de Grésigne et au Sud-Ouest du fameux château de Najac.

 

    Coordonnées du bourg :

44° 4′ 23″ N1° 48′ 9″ E
 44.073056° 1.8025°

 

   Origine du nom

      Le lieu se nommait Bahor signifiant : Ravin, Abîme. Puis le nom se transforma en :

     - VAHOR,
     - VAOR,
     - VOR (par contraction),
     - VAUR, (avec le temps le U se prononça OU),
     - VAOUR.

 

 

La commanderie : 

  A la sortie du village, une route étroite en pente m'amène vers un petit parking herbeux.

      Coordonnées de la commanderie :

44° 4' 7.76" N 1° 48' 10.87" E

 

     L'extérieur :

 Première constatationUn château d'eau.

    Très souvent, s'il n'est pas sur un pic haut perche, le château médiéval a la compagnie d'un "château" plus moderne mais moins prestigieux et moins sophistiqué en architecture (voir autre exemple avec les châteaux de Quillan, et de Cucugnan... ) mais si utile pour notre confort.

 

 Deuxième constatation :

       En sortant de ma petite voiture, devant la voûte d'entrée, je vois un bâtiment carré, très refait. Ma déception est grande devant ce massif assemblage de pierre ressemblant à une ferme du 20ème siècle. Allais je partir bredouille de ruines médiévales ?

   Non, car rapidement mon engouement pour les pierres féodales renaît en voyant une jolie arche de porte et une ruine qui l'accompagne.  Venez avec moi découvrir une COMMANDERIE des TEMPLIERS. (voir le plan)

 

  La première cour :

      En passant sous l'arche de la porte d'entrée, j'arrive dans la 1ère cour. Elle ne comporte aucune trace d'aménagement de défense, ni de fortification. Une jolie pelouse et un chemin gravillonné empêchent toutes déductions. Avant de poursuivre le chemin vers la 2ème cours à l'Est, j'observe les bâtiments qui m'entourent.

   Cette cour est délimitée par 2 bâtiments Templier :
- Une métairie, coté Sud
- Un corps de logis coté Nord-Ouest
- A l'Ouest, un cimetière moderne a pris la place de l'ancien bâtiment de "stockage" je pense. Il a été construit après l'éboulement du donjon, et sur les gravas.

 

  La métairie :

        Ce que j'avais pris pour un gros bâtiment de ferme moderne au Sud-Est est en réalité l'ancienne métairie. Elle a été très remaniée et consolidée pour devenir une salle de spectacle. C'est un bâtiment rectangulaire aligné dans le sens  Est-Ouest de 40m x 15m. L'entrée principale est au Nord, coté cour intérieure de la commanderie. Des archères droites sont encore visibles sur les face Est et Ouest.

    La face Sud comporte curieusement 9 arcs boutant très larges.
 Curieux !...
 
 A quoi pouvaient bien servir ces renforts ?
Peut être un mur bouclier ?

 

 La deuxième cour :

      Pour accéder à cette cour, il faut contourner le grand corps de logis hélas très ruiné.

Et là, le "choc".

    Le lieu de vie des Templiers m'apparaît. La plupart des bâtiments ne sont composés que d'un rez de chaussée, car les étages et les toits ont disparu, mais ils sont clairement identifiable :

 

 Le bâtiment de vie :

     Le "choc", oui encore une sensation forte. D'abord parce que la première salle est dans la pénombre, éclairée par des petits puits de lumière, ensuite par le frais qui règne entre ses épais murs et enfin, par la magnifique voûte.

   Cette première salle est identifiée comme le réfectoire. Une porte solide coté Nord-Ouest accède à une deuxième salle.
     Elle est aussi magnifique que la première mais  beaucoup plus grande et plus éclairée. Une immense cheminée avec chauffe plat explique sa fonction c'est: La cuisine (logique puisqu'elle est à coté du réfectoire). La cheminée est mitoyenne avec le réfectoire, nos Templiers ne devaient pas avoir la sensation de froid qui m'avait surprise en entrant.
     Dans l'angle opposé, il reste les traces d'un évier et d'un "bassin" (pour laver les aliments peut être ?).

Une autre porte, proche de l'évier, conduit vers une très petite salle sombre. Elle comporte un four (hélas, pas encore rénové) qui communique avec..... la boulangerie. L'aménagement des pièces est très logique.

     En ressortant, je suis à nouveau en admiration devant cette cuine.

 

 Les étages :

    Il ne reste presque rien des étages, mais les fondations de grandes fenêtres, l'escalier, la vue sur la 1ère cour intérieure font penser à des chambres. Ce dortoir est au dessus de l'immense cheminée de la cuisine. Nos Templiers avaient tout prévu pour leur confort.

 

 

Histoire de la commanderie des Tenpliers : 

* A l'époque Gauloise, la colline est un lieu "païen" pour le culte de l'eau (une dalle avec des rigoles, proche de la commanderie, l'atteste).
* Vers 1140, les Templiers obtiennent des terres et biens en Albigeois.
* Vers 1160, les possessions de l'Ordre des templiers augmentent. Il décide d'implanter le siège d'une commanderie "au centre" de leurs territoires. le choix se porte sur la colline de Vaour.
* En 1209, au début de la croisade des Albigeois, les sites des Templiers sont épargnés par l'armée de Simon de Montfort.
* En 1307, Le Roi (voir totre de noblesse) de France Philippe le Bel (voir liste des rois) souhaite supprimer l'Ordre du temple devenu trop puissant à ses yeux. Il fait pression sur le pape Clément V. Il organise une immense "opération de police". Les Templiers de Vaour sont pris et jetés en prison.
* En 1311, le pape ordonne au Concile de Vienne l'abolition de l'Ordre du Temple. Vaour devient la possession de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem. La commanderie est rattachée au Grand prieuré de Saint Gilles.
* Durant le 14ème siècle, la commanderie subit quelques modifications .
* Au 15ème siècle, le système défensif et revu, et de nombreuses ouvertures pour arme à feu sont percées.
* Au 16ème siècles, l'arrivée des canons et l'élégance de la renaissance apportent quelques aménagements de confort : fenêtre à meneaux par exemple.
* En 1790, la commanderie et ses possessions sont la propriété de la République.
* En 1791, elle est donnée à la commune qui en fait un centre administratif et religieux.
* En 1909, les bâtiments sont classés aux monuments historiques.
* En 1910, le donjon s'écroule.
* Au milieu du 20ème, un cimetière est construit à l'extrémité Sud, proche du donjon écroulé.
* A la fin du 20ème siècle, l'ancienne métairie est aménagée en salle de spectacle.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre n'est pas négligeable dans certaines pièces et proche des murs. Je vous conseille quand même la visite. Il suffit de prendre quelques précautions, surtout avec des enfants.

 

En admirant cette cuisine, j'ai une petite envie de manger. Et vous ?

 

Vers liste châteaux des TempliersVers liste châteaux des Templiers Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du TarnVers Menu châteaux du Tarn
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 07:30
 

Pays :

 ITALIE  
 

Région :

 TOSCANE  
 
Province :
 FLORENCE  

 

Le bourg

  Situation :  (voir sur une carte)

        Le petit bourg de Porciano est situé à 20km au Nord-Ouest de Bibienna et à 50km à l'Est de Florence.

  Ce château n'est pas dans le bourg mais sur la commune de Stia, un peu à l'Ouest.

    Coordonnées du château :

43° 48' 35.428" N 11° 41' 57.044" E
 43.809841°  11.699179°

 

Le château

    L'extérieur

L'incroyable vue

    Habituellement dans les régions vallonnées, les châteaux sont posés sur une colline. Vous comprenez ma surprise en découvrant dans un virage une construction fortifiée dans une plaine. Surplomber un château est si rare que je passe de longues minutes à l'admirer.

Cette vision est elle un rêve éveillée ?     Y a t il vraiment un château en ce lieu ?

   Un panneau routier me confirme dans ma vision. Je vais découvrir un château fort en Toscane.

 

L'approche

     Arrivé dans la plaine, je comprends vite mon erreur de jugement. Cette fortification est construite sur une petite "bosse" au milieu de plaine. C'est un endroit stratégique pour tout surveiller.

   Je laisse mon destrier sous les arbres d'un parking improvisé et sur un chemin pavé je commence la montée vers mon Graal. Rapidement, après avoir erré à l'ombre des maisons accrochées à la pente, je suis en arrêt devant l'ancienne porte fortifiée du rempart.

    Même si elle a perdu ses vantaux, sa herse (voir vocabulaire) et son assommoir au profit d'une consolidation récente, elle garde cette beauté ancestrale avec son arc en plein cintre.

 

Est ce le donjon du château ?

   Juste derrière la porte des remparts, une tour carrée me toise. La végétation grimpante m'empêche de découvrir des détails, mais la tour me parait trop étroite pour être le donjon du château. Comme souvent pour une construction du 12ème siècle, la base de la tour est inclinée.

 

Il est là

   Quelques mètres plus loin, une forme  posée sur une motte et précédée par un rempart joue à se cacher dans les arbres.

Quel magnifique vestige !

 

Analyse de la tour

   Après la surprise vient le temps de l'analyse. Ce donjon comporte de nombreux détails à découvrir :

* Par cette vue, je suis en admiration devant la paroi de pierres mal taillées et peu jointives qui pourtant marquent le respect.
* En commençant par le haut, je distingue un crénelage avec des merlons (voir vocabulaire) borgnes du 11ème siècle (?). Cela semble coïncidé avec la forme carrée de ce donjon.
* Légèrement en dessous, les nombreux trous de boulins semblent avoir été mis de façon anarchique. Pourtant, il est facile d'imaginer que certains servaient à supporter des hourds ou un chemin de ronde en bois.
* En observant ces trous, je m'aperçois que certains sont implantés dans l'angle. Les boulins devaient être posés comme ceux de la tour de Saint Triphon  (En suisse). 
* Sous une fenêtre romane insérée après la construction de cette tour, l'archère droite est surprenante. Elle n'est pas unique et semble avoir été construite au 12ème siècle (?).
* Ma surprise est à son comble lorsque je vois ces 2 ouvertures dans l'angle :

- Sont ce des fentes de tir du 15ème siècle ?
- Ou une double archère droite du 12ème ?
- Ou des trous pour corbeaux comme ici (château de Saint Triphon en Suisse).
- Ou des trous de boulin d'angle  ?..... Mystère.

 

    L'intérieur :

   Hélas, ce château-musée est fermé en cette période non estivale. Des "serfs" travaillent à l'élagage et avec des serpes modernes et bruyantes, ils coupent les hautes herbes. La visite n'est pas possible.

Je repars donc vers de nouvelles aventures sur mon magnifique pégase.



Histoire du château :


Je n'ai hélas aucune information historique sur cette beauté médiévale .

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Italie médiévale
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 07:30

 

Département 24 - DORDOGNE

Le bourg :
   Situation  (--> le voir sur une carte)
       La petite commune de Badefols sur Dordogne est située à 30km à l'Est de Bergerac et à 25km au Sud-Ouest du bourg "préhistorique" de Les Eyzies.

    Coordonnées du château :

44° 50' 39.52" N 0° 47' 36.964" E
 44.844311 °  0.793601°


Le château:
      L'extérieur :
La découverte
    Après avoir dévoré des yeux le magnifique château de Bannes proche de Beaumont du Périgord (à 10km au Sud) je traverse en rêvant le petit village de Badefols quand je suis en arrêt devant cette masse !
    Ne me dites pas que vous n'avez pas vu cette beauté.... Hoo, déçu je suis que nos 3 années d'échange ne vous aient point transformé en médiéviste affûté.
   J'avoue avoir un peu triché; Il faut avancer de quelques mètres et en un bond.. Hop.. je vois ceci.  Et avec un autre bond latéral, j'admire ce rempart tortueux (car longeant la falaise) équipé de canonnières (voir vocabulaire).

L'approche
   La montée par l'Ouest, le Nord et le Sud est impossible à cause de la falaise, il faut donc que je trouve un sentier par l'Est. La dense végétation et les hauts arbres ne facilitent pas la progression. Un long plateau est ma récompense après la montée. Et avec mon imagination fertile, je crois discerner de pans de mur (oui, je sais, je suis imaginatif, mais je vous assure que pierres taillées il y a).
   Quelques mètres plus loin, un pont enjambe un fossé. Je vous sens dubitatif; Regardez ici :

Voyez vous ce trou devançant le château ?  


Il est là !
    Mon but premier n'était pas de voir de l'herbe et des branches  mais un château fort, en ruine évidemment. Et après le passage d'un 2ème pont tout aussi herbeux, je découvre enfin les remparts.
    Mais ma joie est de courte durée car au delà des poutres remplaçant un pont-levis, la porte est fermée et un panneau m'interdit la découverte.
   Point de sonnette pour tenter une négociation avec le propriétaire. C'est donc la découverte extérieure du rempart qui sera ma réjouissance du jour.

 Wahou, quel rempart !
 

    Il comporte des bouches à feu avec un embrasement  permettant un angle de tir important. Certaines ouvertures sont plus importantes. Y a t il eu une amélioration de l'armement à poudre entre la construction de ces 2 baies ?

        L'intérieur :
 Le château est une propriété privée non visitable.
    Qu'importe si la ruine est interdite, la panorama sur la Dordogne est magnifique.
 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un château est décrit dans un texte.
* Au début du 14ème siècle, Séguin de Badefols est un terrible seigneur brigand. Il est nommé : Le Roi des Grandes Compagnies.
* En 1364, Séguin est arrêté, jugé et condamné. Mais son fils Tuto est aussi un brigand. Il terrorise le Bergeracois.
* Vers 1792, Lakanal fait détruire le château.
* Au 21ème siècle, la découverte depuis la route et le chemin est libre et gratuite. La visite est interdite.

 

  Vers Menu châteaux de la Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 07:30

 

Département :    63  - Puy de Dôme

En bordure de falaise, le donjon se réveille doucement Le bourg :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
   La commune de Châteaugay est située à 10km au Nord-Ouest de Clermont-Ferrand et à 5km au Sud-Ouest de Riom.

    Coordonnées du château :

45° 51' 2.358" N 3° 5' 9.3263 E
 45.850655°  3.085924°


Le château:
       L'extérieur :
La découverte
       En arrivant par la route du Nord, avant le levé du soleil, le spectacle de l'ombre du château est magnifique.

 

Questionnement

     Je chausse mes "lunettes spéciales" faible lumière et il apparait au bord de la falaise. Il semble ne pas avoir changé depuis 6 siècles... Pourtant, quelque chose me surprend par rapport au croquis réalisé par Guillaume Revel au 15ème siècle.

Comprenez vous ma surprise ?
 

CQFD

Avez vous trouvé ?

Il y a 2 puissantes tours rondes en avant du château. Comme elles ont été construites au 16ème siècle, Guillaume n'a pas pu les dessiner, évidemment !

Le rempartCe donjon est si fier qu'il n'a pas voulu que je le visite.
   Comme beaucoup de fortifications, un rempart extérieur assure la 1ère défense du château. Il n'en reste que peu mais cette porte avec vestiges de bretèche (voir vocabulaire) donne une idée de sa puissance d'antan.
    Ce rempart n'était pas très long mais protégeait correctement le château et quelques dépendances.

Les tours rondes 

    Je ne vous en parlerais pas car elles sont du 16ème siècle. Chevalier médiéval" je suis (hihihi, cabotin aussi d'ailleurs).

Le donjon
    Évidemment, c'est la construction la plus imposante de la fortification. Le donjon est posé à l'extérieur de la courtine du château et marque sa puissance par sa forme carrée, sa couleur noire et sa hauteur. 
   Pourtant, il ne dispose que peu d'archères et aucune bouche à feu.

Ses dimensions, sa base inclinée et ses mâchicoulis étaient ils si effrayants pour l'époque ?

Avez vous remarqué les belles gargouilles ?

  Voila une construction assez rare sur un donjon.
     En contournant cette tour, au dessus d'une maison adjacente, je remarque 2  "tuyaux" en pierres.

Sont ce des latrines ?

 

        L'intérieur :
La courLa cour ne me fait pas courir vers le moyen âge
     En traversant un passage très reconstruit sur la droite du donjon, j'arrive dans l'ancienne cour intérieure du château (la haute-cour). Le lieu comporte une taverne et une échoppe de vente de vin, l'ambiance n'est pas médiévale et je ne suis pas dans une ruine (comme je vous en montre tant).
     Pourtant quelques indices m'incitent au rêve. Par exemple au dessus de l'auberge, ces fenêtres à meneaux en croix entourées par une échauguette et des corbeaux (pour un chemin de ronde intérieur ?).
    Ces corbeaux sont accrochés au donjon carré, dont l'accès est possible par une tour-escalier.

La visite
   Je tente de pousser cette porte en vain, j'essaie de franchir celle-ci qui ne veut pas céder.  Je demande à une belle donzelle qui s'affaire auprès de touristes descendus d'un immense bus.

Point de réponse ! 
 

Hélas, l'argent est maître de tout !

   Face à de très nombreux touristes assoiffés descendant d'un autocar, "Le Chevalier solitaire" n'est pas prioritaire il semblerait... L'argent est une plaie dans ce siècle où le rêve médiéval ne semble plus permis.
        Je pars de suite vers un château plus accueillant.
 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, une église existe en ce lieu.
* Au 13ème siècle, un château appartient à Pons de Vigoche.
* Vers 1276, ses 2 fils, Louis et Guillaume Vigoche, rendent hommage au Chapitre Cathédrale pour le château.
* Au milieu du  14ème siècle, par mariage (?) le château appartient à la famille Giac.
* Au début du  15ème siècle, Pierre Ier de Giac est chancelier de Louis de Bourbon et de Jean Duc de Berry (voir son château).
* Pierre Ier de Giac obtient le droit de Haute Justice à Vinoche.
* En 1381, trouvant le château trop rustique, Pierre Ier de Giac le fait reconstruire et le nomme Château Gay.
* En 1384, il obtient du Roi de France (voir liste des Rois) l'autorisation d'organiser un marché.
* En 1480, le dernier seigneur Gaic meurt sans héritier. Le château appartient au seigneur Laqueille.
* Vers 1790, la famille Laqueille est dépossédée du château qui devient Bien National.
* En 1911, le château est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite à l'extérieur et dans la cour. La visite payante du donjon est possible certains jours. Renseignez vous car l'accueil est médiocre.

 

La montée est un chemin de croix ...hihihi

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme
Repost 0
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 07:30

 

Pays :

  BELGIQUE

Province :

  Hainaut

 

 

Le château :

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La petite ville de Havré est située à 6km à l'Est de Mons.

   Coordonnées du château :

50° 27' 51.613" N 4° 2' 21.671" E
 50.464337 °  4.039353°

 

Le château :

    L'extérieur :

Préambule

      Etant un chevalier des montagnes je n'ai jamais vu de ruine avec des douves. Je suis allé dans le plat pays pour admirer des châteaux entourée d'eau. Et c'est avec un incroyable plaisir que j'ai découvert ceci.

 

 

La découverte

     A début, je ne pensais pas que la ruine fut un château médiéval. Cette tour ressemble à un "phare", ces fenêtres trop nombreuses et trop grandes me font penser à un château d'agrément du 17ème. Mais le charme opère, le vestige me séduit.

   Voir une ruine entourée de douves est un moment rare pour "votre chevalier", et si en plus elle se mire dans les eaux claires et poissonneuses, comment résister à une telle beauté (Les hommes sont faciles à séduire... n'est ce pas mesdames).

 

Analyse

    Au centre de cette façade, une ancienne tour médiévale comporte une fenêtre gothique. Serait ce la chapelle du château ?

    Proche du châtelet d'entrée, de massives tours rondes arasées me prouvent que ce château fut une forteresse qui a fait évoluer ses défenses avec l'arrivée des canons.

   Entouré de 2 tours, le pont fixe remplace l'antique pont-levis (Ceci n'est que supposition car aucune trace architecturale le prouve)

  Fébrile, j'avance vers cette beauté de pierres.

 

   L'intérieur :

C'est fermé

     Hélas, la grille est fermée. Aucun panneau indique les heures d'ouverture. Mais avec un oeil d'aigle (et des jumelles) il est possible d'espionner.

Quel contraste à l'intérieur !

 

Rapide analyse

      La partie gauche est "propre", avec une tour en brique , alors qu'à droite j'ai l'impression de voir les vestiges d'une usine du début de la révolution industrielle. Mais il y a un charme dans ces nuances de rouge qui force mon imaginaire courir.

   Comme le temps passe vite lorsque l'on est en compagnie d'une belle. La nuit tombe déjà, et il me faut repartir avant l'arrivée des fantômes.

 

 

Histoire du château :

* En 1072, non loin d'ici, le Comte (voir titre de noblesse) de Flandre Robert de Frison sort victorieux d'une bataille contre les troupes de Richilde Comtesse de Hainaut. Le château n'est pas cité dans le texte, mais il devait exister (?) et appartenir  à une famille de Mons (?).
* En 1255, par son mariage avec Ida de Mons, Englebert d'Enghien est le propriétaire du château.
* En 1423, Gerard d'Enghien donne terre et château à son neveu le Chevalier Christophe de Harcourt.
* Au 15ème siècle, une chapelle est aménagée dans une tour de courtine.
* A la fin du 15ème siècle, le château est possession de la famille Orléans.
* En 1518, le nouveau propriétaire est le futur grand bailli du Comté de Hainaut : Philippe de Croix, ancien général de Charles Quint.
* Au milieu du 16ème siècle, Charles-Philippe de Croix (son fils) est le nouveau propriétaire.
* A la fin du 16ème siècle, le château est attaqué puis pris 2 fois mais sans subir d'importants dommages.
* Vers 1578, un incendie accidentel détruit la totalité du château. Seuls les murs résistent aux flammes.
* Au début du 17ème siècle, Charles-Alexandre de Croix entreprend la reconstruction du château en demeure "bourgeoise". Les 4 tours d'angle et les 2 tours flanques des courtines sont conservées et l'ensemble est percé de larges fenêtres.
* En 1709, Charles-Antoine de Croix reçoit dans son château le Prince Eugène de Savoie en guerre contre Mons.
* En 1792, Joseph-Anne de Croix s'enfuit avant l'arrivée d'une armée révolutionnaire Française.
* Vers 1793, le château est vendu comme bien national à un "marchand" (?) nommé : Warocqué.
* En 1807, la famille de Croix rachète domaine et château.
* Au début du 20ème siècle, l'industrie minière creuse et fait effondrer une partie du château.
* En 1979, une association de sauvegarde du château est créée.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est faisable. La visite de l'intérieur serait possible, mais je n'ai vu aucun horaire ni tarif.
Nota : Un commentaire de l'association en charge de cette ruine précise les possibilités de visite. Veuillez prendre rendez-vous à l'avance pour découvrir cette beauté.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 07:30

En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose. 

 

Résumé :

 
    « De la Méditerranée à la Bavière, des rives du lac Léman à celles du lac Majeur, des confins de l'ancien empire austro-hongrois jusqu'au duché de Savoie, le long des cours supérieurs du Rhône et du Rhin, les Alpes, aujourd'hui françaises, suisses, italiennes, allemandes ou autrichiennes, sont constellées de châteaux, de citadelles et de places fortes.
    Que ces édifices soient en ruine ou qu'ils soient magnifiquement conservés, qu'ils soient toujours la demeure des descendants de leurs propriétaires d'origine ou qu'ils accueillent des musées, ils rappellent que l'arc alpin a de tout temps été peuplé, sillonné et convoité. Positions stratégiques et paysages idylliques ont continuellement attiré en ces hauts lieux la noblesse d'Europe.
    Ces châteaux des Alpes et leur histoire racontent celle du continent et des grandes familles aristocratiques qui l'ont marquée (Habsbourg, Visconti, famille de Savoie, etc.). Leurs murs comme leurs trésors mobiliers, lorsque ceux-ci subsistent, témoignent de toutes les époques et de tous les fastes des différentes cultures européennes.
    Ils constituent aujourd'hui une attraction touristique majeure et ce livre n'a pas eu de mal à proposer 22 circuits pour partir à leur découverte.
   L'iconographie très riche, qui présente tant les paysages qui leur servent d'écrins que leurs intérieurs, est une invitation à laquelle il est difficile de résister
»
 
 
 
Mon avis : 
Pour visiter avec les yeux !
 
     Vous connaissez ma passion pour les châteaux, je ne vous l'ai jamais cachée. Mais souvent dans mes articles je vous montre des ruines, des bâtiments "cassés", des pans de murs écroulés. J'avais peur que vous pensiez qu'il n'existe aucun château ayant survécu à la renaissance ou à la révolution Française.
     Et puis, pour le moment, je ne vous décris que les ruines Françaises, et vous pensez peut être qu'il n'y a que ce pays à posséder des souvenirs du passé. (bien que je vous ai déjà parlé d'un autre pays).
    Ce livre montre les plus beaux châteaux des Alpes, aussi bien Françaises, qu'Italiennes, Suisses, Autrichiennes..... Et comme ils sont très beaux, ils sont entiers. Non, non, je ne plaisante pas, des vrais châteaux avec des toits, des vitres aux fenêtres, des vantaux en bois ou fer....

   Cet ouvrage est d'abord un livre d'image, chaque château est montré au moins par 2  photos. Et chacun est accompagné d'un petit texte pas toujours homogène dans la qualité ou la description des bâtiments.
   Ce n'est pas un livre qui décrit les moeurs des habitants comme celui ci, ni une prose expliquant l'architecture et l'histoire des châteaux comme celui la, ni un inventaire des restes médiévaux et de leurs secrets comme ce dernier. Cet ouvrage est surtout une vitrine des plus beaux châteaux de montagne que l'on se doit de voir et d'admirer en tant que touristes ou amoureux des pierres et des ouvrages humains.
 
   Ce n'est pas un livre pour médiéviste amateur, ou passionné de recherche castrale. Mais je suis très heureux qu'il trône sur mes étagères, et peut être que ce sera un beau livre à offrir ou à partager entre amis.
 
 
 
Quelques châteaux dans ce livre :
Grasse -Barrène - Dromero - Val de Suse - Avigliana - St Christophe - Aymavilles - Beauvoir - Sassenage - Combe de Savoie - Menthon - Thônon-les-Bains - Allinges - Coppey - Lausanne - La Tour-de-Peilz - Sion - Coire - Corona San Gottardo - Castel Taranto - Castel Coldrano...


  Venez "visiter" maintenant les châteaux de la  SAVOIE , de  HAUTE SAVOIE,  d' ITALIE ou de  SUISSE 
 
 
 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 07:30

 

     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

 

=======Message du Chevalier=======

 Le nouveau propriétaire du manoir me demande de supprimer toutes les images.

  C'est donc un article  composé d'un texte qui  s'offre à vous.

michel-j-02  

 

Département 76 - SEINE MARITIME

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune est située à 43km au Nord-Est de Le Havre, à 20km à l'Est de Fécamp et à 15km au Sud de Saint Valéry en Caux.

  Coordonnées du bourg :

49° 43' 50.326" N 0° 39' 33.653" E
 49.730646°  0.659348°

 

Le manoir :

     L'extérieur :

La façade Ouest

    La brique est le matériau de prédilection, la pierre n'apparaissant qu'au droit des encadrements des baies et dans la réalisation de l'ornementation classique de la porte d'accès.

  Les effets décoratifs se réduisent à quelques éléments de brique surcuite.

 

La façade Est

    La façade Est surplombe la vallée de la Durdent. Son aspect est plus défensif avec cette importante tour polygonale en son centre.

   C'est cette fois en grès que les chaînages d'angle ont été réalisés. Il en est de même pour les encadrements des baies recoupées par des meneaux Renaissance.

 

Le colombier

   Le manoir du Hanouard a son point d'orgue, un original colombier octogonal en brique avec des incrustations de motifs en pierre sur fond d'ardoise.

   Remarquons cette frise en alternance de brique ordinaire, et de brique surcuite.

  A l'intérieur, la charpente est une oeuvre d'art.

 

C'est la fin

    Quittons le manoir du Hanouard par un détour vers ses dépendances construites selon les mêmes canons que la maison de maîtres.

 

 

Histoire du manoir :

* Au 12ème siècle, construction d'une maison forte par les seigneurs du Hanouard. Elle est protégée par deux lignes de fortifications et quatre tourelles d'angles (dont on devine encore l'emplacement).

* Au 17ème siècle, la construction est remaniée par l'ajout de baies et par cette porte d'accès à fronton triangulaire reposant sur des demi colonnes.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du manoir est impossible.

La visite de la propriété privée est interdite.

Veuillez ne pas pénétrer ni demander l'autorisation d'entrer.

Veuillez ne pas faire de photo.

Veuillez ne pas approcher de ce bâtiment de notre histoire de France.

 


 

 

 

Gâce à Google et ses magnifiques vues satellites,

vous pouvez avoir un aperçu de la beauté de ce site Normand.

 

 

Manoir d' H A N O U A R D
Manoir d' H A N O U A R D
Manoir d' H A N O U A R D
Manoir d' H A N O U A R D

 

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 76 Vers Menu châteaux de Seine Maritime

 

 

Repost 0
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 07:30


Aie.. ma tête


Lorsque je visite une ruine médiévale, il s'avère que 3 étapes bien distinctes rythment ma découverte.

J'ai essayé de changer mes habitudes mais mon instinct me force à procéder par palier.

Après 800 ans  de découverte castrale, voici le secret pour comprendre une ruine.... comme un chevalier Dauphinois.
 
 
J'ai trouvé en Vivaldi (concerto pour flûte "La Notte") les 3 moments définissant la découverte d'une ruine.

Ne soyez pas craintif devant la musique dite classique :

    1 - Ecoutez ce chef d'oeuvre,
    2 - Fermez les yeux (tout en lisant bien sur )
    3 - Imaginez vous (avec moi  ) sous le soleil, avec un vent léger....
 
 
LA DECOUVERTE
---> Cliquez sur ce gramophone moderne pour bien comprendre ce que j'éprouve dans la 1ère étape
Deezer ayant changé sa politique commerciale, il vous faut cliquer sur :  I - Largo
 
* J'arrive proche de la ruine,
* Elle est là, je la sens,
* Elle se cache, mais elle m'attend,
* Je ne la brusque pas,
* Croyant l'avoir comprise et apprivoisée, j'approche plus rapidement,
* Mais je sens que je dois l'observer un peu mieux de loin,
* Alors, lentement je progresse vers elle en la regardant.....
 
 
LA FOLLIE
Lorsque le 1er morceau est terminé, cliquez sur cette "suite"
Deezer ayant changé sa politique commerciale, il vous faut cliquer sur :  II - Fantasmi Presto

** Et comme poussé par une force invisible, je cours vers elle,
** A ses pieds, je ne m'arrête plus,
** Je vais à droite,
** Je vais à gauche,
** Je regarde en haut tout en la contournant rapidement,
** Parfois je tombe, mais je n'ai pas mal,
** Il faut que je coure, que je l'absorbe,
** Je deviens fou,
** Je tourne autour d'elle rapidement,
** Je ne fais que la regarder sans la voir....
 
 
NOUS NE FAISONS PLUS QU'UN

Cliquez pour connaître l'extase de la découverte vraie

Deezer ayant changé sa politique commerciale, il vous faut cliquer sur :  III - Largo

 

* Puis le calme revient,
* Je m'assieds dans l'herbe,
* Je rampe presque vers elle,
* Je regarde chaque pierre au soleil,
* Je touche délicatement chaque recoin,
* Je m'agenouille devant un pan de mur,
* Je l'effleure du regard de peur de la briser,
* Même le vent s'est arrêté pour me laisser la ressentir....
 
 
 
  Maintenant, quand vous verrez une ruine, imaginez un IPOD sur vos oreilles, un Vivaldi dans votre tête et un chevalier Dauphinois à vos cotés .

   Le château fort, la ruine médiévale et même un vieux puits ou un moulin effondré se révéleront à vous autrement
.

Bon voyage !
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans A B C : Initiation
commenter cet article
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 08:00

 

Département :    63  - Puy de Dôme

Le bourg :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
     La commune de Châtelguyon est située à 45km Ouest-Nord-Ouest de Thiers, à 40km au Sud-Ouest de Vichy, à 5km au Nord-Ouest de Riom.
    Coordonnées du château :

45° 55' 19.412" N 3° 3' 59.389" E
 45.922059°  3.066497°


Le château:
       L'extérieur :
Quelle forteresse
    Durant un week-end prolongé en Auvergne, prévu pour visiter le château de Tournoël proche de Volvic, je découvre une représentation d'un incroyable château fort.
    Châtelguyon étant sur ma route, je décide de découvrir ce site unique.

La découverte
   Derrière l'église une impressionnant butte surveille la ville. Mon instinct de chasseur de ruines médiévales me conseille de la gravir.
   Cette butte ressemble à un "petit parc", avec des sentiers bien aménagés montant doucement. Rapidement, je surplombe le bourg.
   Je monte, je monte, je monte.... Les maisons en bas deviennent petites, mais aucun château se montre dans cette verte promenade.

Me serais je trompé ?

Mon instinct m'aurait il trahi ?

 

Je suis en haut
   Au sommet, bien consolidés, il reste des petits vestiges de murs cimentés que j'essaie d'identifier vainement avec cette représentation.

       L'intérieur :
        Il n'y en a pas évidemment.
   Devant tant de doutes, je préfère réfléchir en regardant le paysage. Et c'est ainsi que je découvre l'imposant Puy de Dôme. Aucune ruine est décevante, car il y a toujours un détail qui sublime leur découverte.


Histoire du château :

* Au 12ème, le Comte (voir titre de noblesse) d'Auvergne fait construire un château sur cette butte.
* En 1198,  Le Comte fait hommage pour ce château au pape Innocent III (information à vérifier).
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. La vue étant magnifique cette petite "grimpette" est un cadeau (même s'il n'y a qu'une ruine minimale).

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 63 Vers menu château du Puy de Dôme
Repost 0
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 07:30

En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

 

 

Résumé :

    « Paris - 200 000 habitants en 1300 - est la plus grande ville de l'Occident médiéval. Elle devient, au 13ème siècle, la capitale du puissant royaume de France vers laquelle affluent commerçants et hommes d'affaires, artistes et intellectuels.
    La croissance sans précédent de la cité n'a pas manqué de laisser une empreinte durable : dans bien des quartiers, le tracé actuel des rues reflète les opérations de lotissement qui présidèrent à l'installation des nouveaux venus au cours du Moyen Age.
    Si peu d'édifices médiévaux sont aujourd'hui visibles dans leur quasi-intégrité, telles Notre-Dame ou la Sainte-Chapelle, beaucoup sont conservés de manière fragmentaire, comme le Louvre de Philippe Auguste, la salle des gens d'armes de la Conciergerie ou le réfectoire du couvent des Cordeliers.
    Ces vestiges - et bien d'autres - jalonnent la trame urbaine dont les aspects, changeant au fil d'un millénaire, sont restitués par les images anciennes. Entre la ville idéale rêvée par les rois et la cité grouillante aux ruelles étroites et nauséabondes, se dessine le visage du Paris médiéval. »
 
 
 Mon avis :
Quel cadeau pour un passionné !
     
    Pour la première fois, je vais vous parler d'un livre que je n'ai pas acheté.
    
    N'ayez crainte, je ne vais pas vous dire des bêtises, ce livre, je le connais bien. Depuis 1 mois presque tous les jours, je m'arrête chez le libraire, et je le feuillette.
   (Ne le dites pas, c'est un secret entre nous, mon libraire n'a pas vu que je ne consultais que ce merveilleux ouvrage.)
 
    Voilà un beau livre pour faire un cadeau (et les occasions ne manquent pas... D'ailleurs, prochainement, c'est ma fête hihihi).

D'abord il est beau, il est grand, il est coloré.
    Et puis, la prose est d'une grande qualité. Ce n'est pas un roman illustré, l'auteur parle de l'histoire de Paris et décrit l'évolution (et les anecdotes) de la capitale du royaume de France. Les textes sont vivants, et bien documentés.
    Les illustrations sont nombreuses. Les photos du 20ème siècle côtoient des enluminures et des tableaux médiévaux. Des plans montrent l'évolution de la ville, de ses remparts et de ses aménagements.
 
    Après la lecture de ce livre, vous ne verrez plus Paris comme avant. Un simple pavé se transformera en fortification, un mur entre 2 immeubles Haussmanniens vous rappellera l'habitat d'un bourgeois du 13ème siècle, une corniche sculptée vous signalera une ancienne chapelle disparue....
 
     Ce livre ne s'adresse pas qu'aux Parisiens, car l'évolution de l'architecture, des moeurs, des transports, du commerce concerne toutes les villes de l'époque médiévale. Grâce à ce livre, vous pourrez devenir un "petit" Sherlock Holmes de la déduction, et trouver dans votre ville les traces des habitats de nos lointains ancêtres.
 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article