Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 07:58

 

 

Département 64 - PYRENEES ATLANTIQUES

 

  Point de défense visible pour cette cathédrale!

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Oloron Sainte Marie est située à 45km à l'Ouest-Nord-Ouest de Lourdes (voir son château), à 35km au Sud-Ouest d'Orthez et à 25km au Sud-Est de Pau.

 

  Coordonnées de la cathédrale :

43° 11' 17" N00° 36' 56" W
 43.1881157474° -0.6156527996°

 

 

La cathédrale

     L'extérieur :

La découverte

* Aller à Saint Jacques de Compostelle n'était point chose aisée à l'époque médiévale. Quelques brigands guettaient et attaquaient pèlerins et cités.

* Avec cette hypothèse, j'ai imaginé qu'Oloron, située sur l'une des routes, devait posséder quelques bâtiments fortifiés.

* En arrivant proche de la cathédrale, je ne remarque aucun système défensif.

* Je ne vois que les remplages des larges fenêtres.

 

 Voyez vous la trace d'un système défensif ?

L'enquête commence

* Je prends un peu de recul et.......

..... je vois beaucoup de fenêtres donnant certainement une magnifique lumière dans l'abside et le choeur.

* Soudain, mon oeil de castellologue amateur voit une haute construction cubique.

Comme moi, n'êtes vous pas surpris ?

 

 

Je contourne le site par la gauche

* Le long de la nef, la partie basse est renforcée par des contreforts à larmier et la partie supérieure par des arcs boutants.

* Au fond, une haute construction m'interpelle.

* Avec sa droiture, sa rigueur, ses ouvertures sous le toit, je pressens tour défensive et de guet était cette construction.

* Même si la tour ne possède ni d'archère ni mâchicoulis (voir vocabulaire) je suis heureux d'avoir découvert un système défensif en cette cathédrale.

 

 

 Que voyez vous sur la gauche ?Est ce la fin des découvertes ?

* Pour mieux admirer cette haute tour, je prends un peu de recul.

* La nef paraît minuscule.

Qu'est ce qui m'incite à penser cela ?

* Il est encadré par la tour à droite puis par un puissant clocher à gauche.

 

Quel est le nom de cette construction ?

* Je suis dans le plus grand étonnement devant cette architecture.

* Est ce :

- Un clocher porche,

- Un clocher fortifié,

- Une tour défensive,

- Un donjon.

* Qu'importe, porche il est en notre siècle, mais tour de défense il fut au Moyen Âge puis durant les Guerres de Religion.

* Ce clocher me rappelle celui de Vicq d'Auribat dans les Landes.

 

 Toute la panoplie défensive se retrouve sur ce clocher

Il me fait rêver

* La ronde tour flanque doit comporter un escalier en colimaçon.

* Les gros trous de boulin horizontaux portaient une construction en encorbellement en bois nommée : Hourds.

* La fente verticale (sur 2 faces) est une archère droite.

* Trois niveaux sont visibles.

* Le dernier est la salle de guet avec crénelage défensif.

* Après ces constatations, c'est le moment de franchir la porte.

 

 

    L'intérieur :

 

Pour visiter l'intérieur de la cathédrale

 

veuillez cliquer ici.

 

 

 

La tour défensive et le chocher-porte protègent les 2 extrémités de la cathédrale

 

 

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Béarn et Pays Basque : 64
commenter cet article
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 07:35

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

  Les pieds dans le fossé, la muraille semble haute et imprenable.

Le bourg : 

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le château du Morimont se situe dans le Jura Alsacien sur un promontoire à 532 m d'altitude entre les villages d'Oberlarg et de Levoncourt.

   Moersberg est un château frontière avec la Suisse. Je vais vous faire visiter la fortification la plus au Sud de l'Alsace.

 

     Coordonnées du château :

47° 26' 43.526" N7° 12' 54.241" E
 47.445424° 7.215067°

 

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

    Comme souvent, je découvre le château au dernier moment (le nez dessus), car de hauts arbres empêchent d'admirer de loin ses contours.

Le château est massif !

   C'est un mélange d'architecture de plusieurs époques.

 

 Les rondes tours protègent chaque courtine

Deux curiosités !

 * Cette belle ruine a une caractéristique : C'est le seul château d'Alsace en calcaire.

 * Une autre caractéristique géographique a du lui enlever son rôle stratégique.

 * Cette beauté fortifiée est entourée de collines, ce qui le rend assez vulnérable lors de l'invention de puissantes armes de jet.

* En marchant dans le fossé, je fais le tour pour découvrir ce que les assaillants devaient ressentir.

 

 

Le rempart

 * Le rempart a une forme trapézoïdale asymétrique.

 * Les courtines sont hautes et puissantes.

 * Des tours semi-circulaires renforcent l'impression d'invulnérabilité.

 * Les tours sont au nombre de 7 de formes et tailles différentes. Presque toutes comportent des bouches à feu avec une ouverture impressionnante, certainement de la fin du 15ème siècle.

 * Ces "bouches" sont prévues pour un tir horizontal, c'est le plus dévastateur à cette époque.

     - La tour d'angle au Nord-Est est nommée : "Tour de 1515" (cela vous rappelle t il quelque chose ?).

     - La tour d'angle du Sud-Ouest est nommée : "Tour Schlossturm"

(curieux diminutif puisque cela signifie "tour du château" !).

 

 

Je vais entrer

L'entrée, située du coté Sud-Est, est protégée par une sorte de barbacane (voir vocabulaire) avec une tour munie de bouches à feu à tir rasant.

Fou il fallait être pour pénétrer sans autorisation.

 

 

Même en ruine, les bâtiments donnent l'impression que le château est encore vivant ! 

    L'intérieur :

La découverte

* En traversant le sombre porche d'entrée, je crois discerner des marques pour vantaux, doubles vantaux et herses. L'accès à l'intérieur était très protégé.

* Au bout de ce "tunnel", je suis accueilli avec le soleil, sous un arc tenant par "magie" (et surtout grâce au ciment du 21ème siècle).

* Sur la gauche, je vois les entrailles des tours.

* Avec l'épaisseur impressionnante, les nombreux étages, j'imagine que cette construction  était dédiée à la défense.

* Au fond, je discerne les murs du 15ème siècle correspondant aux dépendances et au logis coté Nord.

* Ces "modernes" constructions donnent une indication de la richesse des anciens propriétaires de ce château.

Je pénètre dans la vaste cour verdoyante. 

 

 

L'analyse

   En regardant l'ensemble avec attention, il est facile de voir 2 époques de construction (voir le plan).

- 1ère époque :  Dans la partie Sud du château, l'époque médiévale avec un donjon (Sud-Est) construit sur le rocher, puis une chapelle et le logis en prolongement vers le Sud-Ouest.

   Au centre une tour-escalier trône fièrement devant les vestiges du logis médiéval. Elle est d'époque renaissance, mais utilise certainement une tour primitive du 14ème

- 2ème époque :  Toute la partie Nord est du 15ème au 17ème siècle. De puissantes tours, des dépendances très grandes et lumineuses. Et une tour centrale avec un puits dont la littérature m'informe d'une profondeur de 115 mètres.

Quel château !

 

Fenêtre, puits de lumière ou arquebusière ? 

Quelle richesse !

 * Je me sens en sécurité dans ce château aux murs épais de 5 mètres (et même 6 mètres pour la plus massive), hauts et protégés par des bouches à feu "modernes".

 * La plupart des ruines que je visite (avec vous) ont des murs intérieurs inexistants (il ne reste que les fondations).

 * Enfin, je vois les parois d'habitation. Je me mets en quête de décors, cul de lampe et autres beautés sculptées.

 * Hélas, après de nombreuses minutes de recherche, je constate l'absence d'ornement de luxe :

  - D'abord parce que le château a été détruit très souvent,

  - Et peut être que la révolution Française n'a pas épargné les belles pierres.

 

 

C'est déjà la fin

* Il faut déjà quitter cette ruine unique.

* Mais avant, je vais vous montrer une des nombreuses curiosités du Moesberg : 

- Son grand souterrain voûté unique en Alsace (52 m sur 8 m de large et 4 m de haut).

* Il n'est pas très sombre et aboutit dans les fossés par une sorte de poterne (voir vocabulaire).

* Ce souterrain a été taillé dans le rocher. Sa voûte en berceau est magnifique.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un château est sûrement construit, mais aucun texte l'affirme. Par contre, une famille Morimont originaire de Porrentruy, s'installe en ce lieu.

* En 1228, l'évêque de Strasbourg fait détruire le château.

* En 1324, la dernière héritière du Comté de Ferrette (puissante famille Alsacienne) épouse l'Archiduc Albert II de Habsbourg. Cet évènement a une conséquence : La famille Morimont se met au service de la Maison d'Autriche.

* En 1356, le tremblement de terre qui a dévasté Bâle a aussi détruit partiellement courtines et bâtiments du château.

* En 1440, la famille Morimont commence son ascension dans la noblesse et la puissance.

* En 1444, Pierre de Morimont fait appel aux Armagnac pour lutter contre les Suisse. Hélas, le choix fut mauvais car...

* En 1445, les confédérés Suisses attaquent et détruisent partiellement le château.

* En 1448, nouvelle attaque des Suisses et nouvelle destruction du château.

* Vers 1475, avec l'amélioration des armes à feu, Gaspard de Morimont transforme le château. Il l'adapte à l'artillerie naissante. Ces travaux dureront 30 ans. Cette forteresse devient un verrou important dans l'axe de défense demandé par les Habsbourg.

* Durant le 16ème siècle, la forteresse ne fut plus inquiétée. D'abord, qui oserait se frotter à une telle débauche de canons, et ensuite, parce que les Suisses préféraient les actions de harcèlements rapides plutôt qu'un long siège ou une attaque de position.

* Au début du 17ème siècle, Jérôme de Morimont devenu protestant, est très endetté. Il vend la seigneurie et le château aux Comtes d'Ortenbourg-Salamanque.

* En 1632, durant la "guerre de 30 ans" (voir ce livre) les Suédois envahissent et occupent le château.

* En 1637, les troupes Françaises attaquent, pillent, détruisent et incendie le château.

* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la guerre de "30 ans". Le château est donné par le Roi de France Louis XIV (voir liste des rois) aux nobles de Vignancourt.

* En 1792, les révolutionnaires le déclarent Bien National. Il est acheté par Joseph Bruat, juge au tribunal civil de Altkirch.

* En 1808 (?), il est racheté par Aaron Meyer de Genève. Le château devient le lieu de mémoire du Jura et de la province du Sundgau.

* En 1826, sous l'ombrage des hêtres au milieu des ruines, 4 Jurassiens Suisse (Xavier Stockar, Louis Quiquerez, Auguste Quiquerez et Olivier Seurez) ont juré de délivrer le Jura de l'oligarchie Bernoise au risque de leur vie. 4 ans plus tard, le serment fut tenu.

* En 1841, la ruine est classée aux Monuments Historiques.

* En 1870, la famille Meyer revend les ruines à la famille Vieillard. Des travaux importants de consolidation sont entrepris.

* En 1971, dans la cour du château est fondée la Société d'Histoire Sundgauvienne.

* Au début du 21ème siècle, le château est fermé pour travaux, la visite est interdite. La découverte de l'extérieur est possible. Le risque de recevoir une pierre est faible dans la partie autorisée.

 

La vaste cour a un romantisme, avec ses dentelles de pierres ruinées.

 

 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68Vers Menu châteaux du Haut Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 07:56

 

 

Département :  36 - INDRE

Dans ce désert d'homosapiens, seule l'église m'apporte de l'aide

 

 

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Montlevicq est située à 58km au Nord-Ouest de Montluçon, à 45km à l'Est d'Argenton sur Creuse, à 38km au Sud-Est de Châteauroux et à 6km à l'Est de La Châtre (voir son donjon).

 

   Coordonnées du château :

46° 34' 36" N02° 04' 08" E
 46.5767161978° 2.06898629665°

 

    Toponymie :    (--> voir initiation)

      L'origine du nom Montlevicq se décompose ainsi :

* Vincus : Nom du village gallo-romain dans la vallée proche de la voie Romaine.

* Mons : Le mont, la butte aussi de l'ancien village. Cette colline porte le château et le nouveau bourg à l'époque médiévale.

 

 

Les bâtiments 

     Le moutier :

L'arrivée

* Après avoir visité le vieux château de Montlevicq, j'entre dans la commune pour trouver une taverne.

* Je cherche un Lévicomontain ou une Lévicomontaine pour me renseigner sur les capacités de logement......

................Mais les rues sont vides.

* Avec lenteur, je tente de découvrir les beautés de cette commune du Berry.

 

 

Je vais quémander à Saint Pierre dans l'église

Analyse extérieure de l'église

* Isolée sur un coté de la rue principale, une ancienne église me fait signe.

* La construction religieuse n'est pas fortifiée, elle ne devrait donc pas m'interpeller.....

..... pourtant son architecture Romane me sollicite.

* La rigueur cubique de la nef et du transept s'oppose aux rondeurs d'une chapelle et du chevet.

 

 

L'intérieur de l'église

* La nef est... heu... blanche.

* L'abside est curieusement plus sombre.

* A la seule damoiselle que je vois, j'ose lui demander l'origine de l'église......
................ elle ne me répond pas.

 

 

     Le château :

Un château ayant perdu son architecture médiévale

L'extérieur du site castral

* Les 2 grosses tours rondes à l'extérieur impressionnent. Mais étant dépourvues de système défensif, leur utilité est moins que minimale.

* Le rempart n'est composé que d'un mur peu élevé, sans fente, sans crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Le corps de logis possède de nombreuses portes et fenêtres de confort.

* Le bâtiment d'habitation, composé de 3 corps en équerre autour d'une cour, a été modifié durant plusieurs siècles et n'offre plus l'apparence d'un château médiéval.

 

 

L'intérieur du site castral ?

* Je quémande à haute voix....

........... je sollicite l'accès.......

.................. je tape sur mon armure pour attirer l'attention.

* Hélas, les propriétaires m'informent que le château n'est pas visitable.

* Je remonte sur mon destrier pour trouver un couchage dans la prochaine commune.

 

 

 

Histoire du château et de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église sur les base d'une église plus ancienne (c'est ce que suppose les archéologues). Elle est possession de l'abbaye de Saint-Martin de Plaimpied.

* Au début (?) du 13ème siècle, la seigneurie et la maison forte sont possessions de la famille Vernèze.

* Au milieu du 13ème siècle, Pierre le Groing possède la maison forte.

* Au début du 14ème siècle, Hugues de la Celle, seigneur de Bouéry, possède la maison forte.

* Au 14ème siècle, aménagement de la porte d'entrée de l'église ouvrant dans le pignon oriental, en tiers point. Sur la croisée du transept un clocher en pierre est aménagé.

* Durant la première moitié du 15ème siècle, construction du château, propriété de Raoul de la Celle (la partie castrale de cette époque correspond à l'entrée et l'aile Nord actuelle).

* Au début du 16ème siècle, le château appartient à Louis d'Ars un des héros des Guerres d'Italie sous le roi Louis XII (voir liste des Rois).

* Au 16ème siècle, agrandissement du château par la construction d'une autre aile.

* Au 17ème ou 18ème siècle, aménagement de l'aile Sud du château.

* Au 18ème siècle, construction à l'entrée du château de deux grosses tours rondes servant de pigeonniers.

* Vers 1792, les Révolutionnaires détruisent le clocher en bois de l'église.

* Au 19ème siècle, un clocheton est aménagé sur le toit de l'église.

* En 1930, l'église (dédiée à Saint Pierre) est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite. Le visite de la propriété privée est interdite.

 

Impossible d'entrer, la propriété privée n'est point visitable

 

 

 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 36Vers Menu châteaux de l'Indre
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 07:55

 

 

Département :  67 - BAS RHIN

 

Ebloui je suis par cet imposant mur du donjon. 

Le bourg : 

  Situation :   (--> voir les châteaux sur la carte)

     Le site est proche de la frontière Allemande, à 3 km au Nord de Obersteinbach et à 12 km à l'Ouest de Wissembourg.

     Coordonnées du site castral :

49° 2' 52.764" N7° 42' 6.12" E
 49.04799° 7.7017°

 

 

Les châteaux : 

  L'approche

    Les ruines sont à l'extrémité d'une crête, sur une barre rocheuse en grès. Elles se visitent après une marche de 15 minutes sur un chemin bien balisé par le club Vosgien.

 

  L'originalité du site

     La curiosité de ce site castral est qu'il y a non pas un, mais DEUX châteaux sur le rocher, séparés par une faille naturelle.   Ils ne sont séparés que de 3 mètres, mais ils appartenaient (à leur création) à 2 familles différentes (issues de la même branche il est vrai). Ils comportent chacun une entrée différente.

 

Le plan

    Pour mieux comprendre la visite et s'imprégner de cette curiosité architecturale, il est important de comprendre le plan.

67-wasigenstein-plan-global.jpg

 

 

Le Vieux château  ou  Grand Wasigenstein : 

     L'extérieur :

La surprise

* Le Grand Wasigenstein est à l'Est (à droite sur le plan détaillé).

* Il occupe la plus grande surface du rocher (d'où son nom évidemment).

* Cette ruine ressemble à un immense paquebot très effilé de 75 mètres de long, avec une proue, qui est en réalité la ruine du donjon.

 

 

La découverte

* La découverte commence, comme souvent pour une construction médiévale, par un fossé.

* Évidemment, avec la pluie, il se transforme en douves (voir vocabulaire).

* Juste derrière, il y a la classique et efficace tour de flanquement.

* Certes, elle n'a plus sa hauteur et son prestige d'antan, mais avec ses pierres à bossage, elle semble puissante et devait impressionner les "visiteurs" mal intentionnés de l'époque.

 

Une citerne creusée dans le roc avec de petites gouttières 

La citerne

* En cherchant l'escalier, je découvre une particularité très médiévale : Une citerne.

* Elle creusée dans le roc.

* Au dessus sont encore visible les "gouttières" récupérant l'eau si précieuse.

* Un surprenant petit entonnoir est percé dans la roche.

* L'intérieur est "tapissé" d'argile.

* La citerne devait comporter un système de filtration hélas disparue.

 

 

L'escalier

* Voila un château qui va me réserver plein de surprises. Vite, je dois trouver le moyen de "grimper" pour découvrir cette curieuse ruine.

* Évidemment, l'escalier est creusé dans la roche.

* Sur la gauche, quelques encoches devaient servir à insérer des poutres pour barrer le passage aux éventuels agresseurs.

* On peut même imaginer au dessus un plancher avec un "assommoir".

Nos ancêtres avaient une imagination débordante

pour sécuriser leurs biens.

 

 

   L'étage intermédiaire :

     Un tel château se devait de comporter une salle troglodytique ou partiellement creusée. Sa fonction est difficile à imaginer :

* Pas de latrines,

* Ni d'évier,

* Ni de cheminée.

Peut être une salle de garde protégeant l'étage des seigneurs ?

  En traversant cette salle, je dois monter un nouvel escalier pour découvrir l'étage d'habitation.

 

 

   L'étage supérieur :

* Au niveau supérieur, plusieurs époques se devinent (voir le plan).

* D'abord dans la partie fin 13ème siècle, une tour étroite et puissante avec un escalier en colimaçon faisant face au petit Wasigenstein.

* Au milieu, l'emplacement des logis et commodité (?). Le sol est curieusement strié. La fonction m'échappe.

Est ce la récupération de l'eau ?

Sont ce des encoches pour des séparateurs verticaux en bois ?

* Un visiteur m'a donné la solution à cette "énigme" :

   "Ce sont tout simplement les logements des solives qui supportaient le plancher, ainsi que certains bâtiments à colombage (constructions mixtes maçonnerie - colombage) en encorbellement. Certaines constructions dépassaient donc tout bêtement du rocher."

* Et enfin, le donjon pentagonal.

* Il était renforcé du coté de l'attaque par un éperon fortifié.

* L'ensemble a été très "bétonné" pour consolider ces vieilles ruines. Il m'est très difficile de différencier les étapes de construction et l'architecture primitive.

 

 

  Haut perché est le donjon.

Le Nouveau château  ou  Petit Wasigenstein :  

    L'extérieur :

La découverte

    Il est situé à l'Ouest (à gauche sur le plan détaillé) et occupe une petite surface du rocher.  Au pied de ce château, le puissant donjon donne le vertige.

  L'ancienne basse cour est méconnaissable car les remparts ont disparu et la végétation a remplacé les bâtiments. Sur la face Ouest, apparaît  un escalier creusé dans le roc. Il faut l'imaginer avec son mur sur la gauche et quelques archères dissuasives.

 

 

Je monte

* Quelques dizaines de marches plus haut, le bâtiment d'entrée se détache des arbres.

*  Avec ses pierres à bossage de teinte rose, il m'invite à le découvrir.

* Mais humble il faut être car :

- Une archère surveille le visiteur.

- Puis une petite porte creusée dans la roche oblige à baisser la tête.

 

 

   L'intérieur :

Confortable et sécuritaire

    La surface étant petite, l'aménagement s'est fait en hauteur avec peu de perte de surface, tout en préservant, par des murailles, la sécurité des habitants.

   L'élégance de ce petit Wasigenstein surprend par rapport à l'autre château. Des portes à arc brisé et des fenêtres trilobées parfois à coussiège (voir vocabulaire) donnent de la vie à ces vieilles pierres.

Mais pourquoi y a-t-il de l'herbe au milieu de cette pièce ?

 

Des marches creusées dans le roc

 

Je monte encore

* Je prends l'escalier à vis pour mieux comprendre.

* Du haut de la tour, je constate avec surprise que le niveau intermédiaire est éclairé par de nombreuses fenêtres.

Ceci est très curieux pour un bâtiment médiéval.

* Ces ouvertures étant situées très haut, les flèches du 13ème siècle ne pouvaient pas atteindre cet étage. Le confort a fait place aux rudimentaires archères de défense.

 

L'herbe

* Voici le secret de l'herbe au centre de la pièce :

    - S'il y a de la végétation, c'est qu'il y a de l'eau.

    - Donc ce grand carré creusé est la citerne du château.

 

 

 

Histoire du château :

* Vers 1250, il semble que débute la construction d'un château, peut être par Engelhard ou ses fils.

* En 1270, un texte atteste de l'existence d'un château appartenant à 2 frères Seman et Friedrich qui se font nommé : Wasigenstein.

* En 1271, débute la construction du Petit château, suite à un "différent" entre les 2 frères.

* Vers 1299, le Petit château est habité par Friedrich. Dans le Grand château logerait Seman. Une paix partielle semble exister entre les 2 frères ayant fondé chacun une famille.

* En 1306, un nouvel accord de paix semble conclu délimitant le territoire et la hauteur des bâtiments sur le rocher. Les familles "grossissent" et ces 2 rochers appartiennent maintenant à 16 co-propriétaires.

* En 1317, le dernier héritier du Grand château de la branche Wasigenstein de Seman décède sans héritier direct. Le possesseur du Petit château récupère l'ensemble des constructions du rocher.

* En 1358, le dernier héritier de la branche familiale de Friedrich meurt sans enfant. Le rocher, les terres et les 2 châteaux appartiennent maintenant aux puissantes familles de Fleckenstein et Hohenbourg. Mais aucun membre direct de ces familles réside dans ces châteaux. Bâtiments et terres sont donnés en fief à de nombreuses familles.

* Durant 1 siècle, les châteaux subissent 5 sièges.

* En 1468, le rocher semble encore habité par une branche de la famille Lichtenberg (possédant de nombreux châteaux).

* Vers 1520, les 2 châteaux appartiennent à la puissante famille des Fleckenstein.

* En 1618, début de la "guerre de 30 ans" (voir ce livre). Ce château d'habitation souffre un peu durant cette dévastatrice guerre.

* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la guerre de "30 ans". Il semble que les bâtiments ne soient plus habités après cette date.

* En 1680, le roi Louis XIV (voir liste des rois) envoie une troupe commandée par le maréchal Monclar pour occuper la région. Le château est pillé puis partiellement détruit.

* En 1711, les Fleckenstein vendent le lieu et les terres à la famille Hanau-Lichtenberg.

* En 1898, les ruines sont classées aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est faible, mais il est conseillé de surveiller vos enfants, certaines fenêtres ou portes en hauteur ont des rambardes minimales.

 

Voici une lithographie de 1828 par J.G. Schweighaeuser représentant les 2 châteaux de Wasigenstein.

 

 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 67Vers Menu châteaux Bas Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 08:56

 

 

 La Carte de Cassini m'indique la route du retour en Dauphiné

Département 48 - LOZERE

 

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Sainte Enimie est située à 70km à l'Est de Rodez, à 20km au Sud de Mende (voir sa tour fortifiée) et à 6km au Sud-Ouest d'Ispagnac.

 

     Coordonnées du château :

44° 19' 13" N03° 21' 02" E
 44.32039632° 3.350508213°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Je ne suis qu'un demi-dieu

* C'est mon dernier jour de vacances et de croisade en terres du Gévaudan.

* Mon destrier et moi-même cheminons avec nostalgie sur la rive droite du Tarn entre Sainte Enimie et Millau.

* Le soleil est trop chaud, l'envie de rester est trop grande, l'armure est trop lourde.

* Votre Dauphinois, le gratin des Chevaliers, n'est point un Dieu en ce jour.

 

 Un hameau perdu sur l'autre rive du Tarn

Surprenante surprise

* Soudain, mon destrier stoppe, piaffe et me jette au sol.

* Je ne comprends point cet arrêt si violent.

* Je regarde autour de moi. Rien de surprenant.

* Je ne vois d'un hameau sur la rive gauche nommé : Hauterives.

* De ma proche arrière je sors une carte.

Nota : Je remarque que vous n'êtes point attentifs

Je suis en armure donc je n'ai pas de poche arrière.

Pfff....... Vais je vous narrer la suite ?

 

 

Qu'est ce ?

* Les maisons sont à une altitude de 475m.

* Proche des 600m, il y a un CHau R.

* Cette suite de lettres ne m'informe pas qu'un villageois nommé René à Chaud, ni que cela soit le Château du Roi René.

* Le technicien de la cartographie m'indique la position d'un Château Ruiné nommé régionalement Castéllos.

 

 Diantre !... Un château porté par un rocher

Il est là haut

* Posé sur un haut rocher, la ruine me quémande de la visiter.

* Il semblerait qu'un sentier contourne le rocher par la droite.

* Je me dois de le visiter.

 

 

Infranchissable piège

* Pour aller dans le hameau il faut franchir la rivière.

* Pour franchir la rivière il faut un pont..... qui n'a pas été construit.

* Pour se rendre de l'autre coté, il faut un bac.... qui existe mais n'est pas du bon coté.

* Il faudrait que je retourne à Sainte Enimie pour traverser puis emprunter le chemin de montagne.

* Etant trop pressé, je comprends que sur la rive droite je vais rester.

* Observation de loin je vais faire, avec une paire de jumelles.

 

 La ruine est si loin que ma vision est floue

Que  vois je ?

* De loin je crois voir,  à l'extrémité du rocher, un puissant donjon de 3 étages sur rez de chaussée.

* Chaque étage était séparé par un plancher sur poutres (dont je vois les encoches).

* Le dernier étage semble voûté (un départ de voûte est encore visible).

* Le reste des bâtiments me sont difficilement identifiable.

 

 

        L'intérieur :

  Hélas, je ne peux vous narrer les beautés de ses entrailles.

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, pour protéger l'accès au causse, le seigneur de Séverac (voir son château) fait construite un château fortifié à Hauterives dans les gorges du Tarn.

* En 1424, Amaury de Sévérac est traîtreusement assassiné par les Armagnac. Cette famille s'approprie lLe château de Sévérac mais le château de Hauterives ne leur appartient pas.

* En 1444, le Dauphin (voir titre de noblesse) de France, futur roi (voir liste) Louis XI, prend le château de Séverac par la force puis confisque les biens des Armagnac. Ces biens sont donnés à Antoine de Chabannes, Comte de Dammartin. Le château de Hautes rives semble concerné dans la liste des biens.

* En 1508, après un procès de 84 ans (commencé après l'assassinat d'Armaury), Guy d'Arpajon récupère l'intégralité des biens dont Hauterives.

* Dans le premier tiers du 17ème siècle, le château est détruit.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite avec beaucoup de précautions.

 

 

 

Il fut inaccessible pour moi !

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 48Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 07:49

 

 

Département 09 - ARIEGE

     C'est un feu d'artifice de beauté défensive

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Mirepoix est située à 40km au Sud-Ouest de Carcassonne, à 25km au Nord de Montségur (voir son château), à 25km au Nord-Est de Foix (voir son château) et à 20km à l'Est de Pamiers.

 

     Coordonnées de la commune :

43° 05' 19" N01° 52' 19" E
 43.088560° 01.872012°

 

 

Le site fortifié : 

        L'extérieur :

Manger et dormir, tels sont mes besoins

* Pour mon dernier jour de vacances en Ariège, mon valeureux destrier m'amène dans la touristique cité de Mirepoix.

* Mon but : Me reposer de mes aventures castrales et bien manger dans l'un des nombreux restaurants.

* Mais mon étalon est malin, il m'a déposé devant les remparts.

 

 Etes vous transportés par cette porte fortifiée ?

La porte défensive

* Le temps et la modernité ont fait disparaître les remparts.

* Il ne reste que de rares murs borgnes et arasés

* Heureusement il reste cette entrée fortifiée nommée : Porte d'Aval.

* Ma première surprise est de ne voir aucune canonnière.

La cité n'aurait point été modernisée après le 15ème siècle ?

* Mon deuxième étonnement est pour l'omniprésence de l'angle droit.

 

 

Les défenses de la porte d'Aval

* La tour-porte arasée ne montre aucun vestige de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Au premier étage, les 2 fentes verticales ressemblent à des archères droites.

* L'encadrement de l'ouverture d'entrée est en léger retrait. La faible épaisseur ne me fait pas penser à l'encastrement d'un pont levis, de plus il n'y aucune trace de système de relevage du pont.

* L'entrée était protégée par un double vantail et une herse, dont je vois le rail de guidage.

 

 

        L'intérieur :

Que voir derrière la porte ?

* La tour a évidemment subi quelques destructions. Avantage : Il est possible de voir ses entrailles.

* J'ai la confirmation que les 2 fentes verticales sont des archères avec un faible ébrasement.

Avez vous remarqué ?

- L'épaisseur du mur.

- Le pieddroit d'une porte (menant au chemin de ronde ?).

* Le retrait du mur et le trou de boulin pour le niveau supérieur.

 

 Sont ce les couleurs des siècles passés ?

L'errance

* Pensant avoir tout vu des systèmes défensifs, j'ôte mon armure de castellologue-amateur pour chausser mon chapeau de paille de touriste.

* Le rue droite m'emporte vers le centre bourg.

* Arrivé sur la place, c'est le choc !

* La place est entourée de maisons datant du 13ème au 15ème siècle.

* Le premier étage s'avance sur des couverts en charpente. Cet espace ombragé est très agréable en cette région de

* La maison des consuls est incroyable. Chaque poutre est sculptée. Des monstres côtoient des animaux et des personnages d'époque.

 

Monstres et humains se partagent l'espace au Moyen Âge

 

 

 Le souffle des Cathares et des évêques se ressententL'église

* Soudain, je vois une église.

* Je suis étonné par ses dimensions pour une commune de taille modeste.

Est ce pour marquer le catholicisme en ces terres Cathares ?

* Cette construction de style gothique méridionale de 22 mètres de large est la plus large de France.

* A cause des multiples guerres et épidémies, les travaux de réalisation ont duré 6 siècles.

* Ce moutier fut en réalité une cathédrale, "déclassée" en église à la fin du 18ème siècle.

 

 

La fin et la faim

* Toutes ses découvertes m'ont donné faim.

* Après m'être rassasié de beauté médiévale, je me dois de contenter mon estomac.

* Je passe rapidement devant les halles pour chercher une taverne à l'ombre.

 

Est ce une dentelle médiévale ?

 

 

 

Le diaporama du bourg fortifié est visible ici - clic

 

 

Histoire du bourg :

* Au début du 13ème siècle, au pied du château fort de Terride, sur la rive droite de l'Hers, la commune de Mirepoix étale ses habitations. Les co-seigneurs du château sont vassaux du Comte (voir titre de noblesse) de Foix.

* En 1209, début de la croisade des Albigeois.

* En ce début de 13ème siècle, l'armée Royale commandée par Simon de Montfort se rend à Pamiers. Les habitants de Mirepoix ayant entendu les rumeurs sur la férocité de cette troupe décident de s'enfuir dans les montagnes. C'est une ville déserte qui s'offre à Simon.

* En 1229, après le traité de Meaux-Paris, la seigneurie de Mirepoix appartient à la famille De Lévis (dont l'un des membres fut compagnon de Simon de Montfort).

* En 1279, le barrage de Puivert se brise (voir la légende). Mirepoix, située en aval, est détruite par la crue de l'Hers.

* Vers 1289, Guy de Lévis décide la reconstruction de Mirepoix mais sur l'autre rive de l'Hers. Il définit (à vérifier) l'architecture d'une cité fortifiée en se calquant sur les plans d'une bastide (rues en équerre et place centrale). Quatre portes fortifiées sont aménagées.

* En 1298, l'église paroissiale dédiée à Saint Maurice est consacrée.

* En 1317, suite à la demande du Pape Jean XXII, la paroisse est élevée en Diocèse. L'église est trop petite pour devenir cathédrale. Des travaux d'agrandissement sont organisés.

* A partir de 1337, les "batailles" durant la Guerre de Cent ans stoppent de nombreuses fois l'aménagement de la cathédrale.

* A partir de 1347, les travaux sont arrêtés par la Peste Noire.

* Au 15ème siècle, à la fin de la guerre de Cent ans puis après les saccages des Routiers, les travaux de la cathédrale recommencent.

* En 1790, l'évêché de Mirepoix est supprimé.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des fortifications est libre et gratuite. La visite de l'intérieur de la porte fortifiée est interdite.

 

 

Colorées et vivantes sont les rues de ce bourg Ariégeois

 

 

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 08:18

 

En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

 

 

Résumé :

 
    « L'histoire a longtemps juxtaposé des images simples pour définir les quatre siècles écoulés de 481 à 888 : aux Mérovingiens incultes et incapables, succédaient des Carolingiens glorieux et conquérants. Les recherches des dernières décennies, fondées sur une réévaluation des sources écrites et sur les progrès de l'archéologie, ont libéré cette période du carcan des idées reçues.
      Ce livre, en forme de bilan, dresse des perspectives neuves. Il montre notamment que les rois mérovingiens furent les derniers continuateurs de l'Antiquité et que si les premiers Carolingiens rassemblèrent sous leur autorité presque toute l'Europe occidentale, l'Empire s'avéra une réalité fragile et diverse. Ainsi, les auteurs ramènent-ils les faits aux réalités de l'époque, en rejetant les anachronismes et les outrances, et en appuyant leur exposé sur des textes et des cartes comme sur une iconographie abondante.
     Cette histoire renouvelée possède un attrait majeur : Au-delà des représentations traditionnelles, elle s'efforce d'atteindre le réel. »
 
 
 
 
Mon avis :
 
Facile et vivant  !
 
  
     L'auteur Geneviève Bohrer-Thierry est, entre autre, professeur d'histoire du Moyen Age. Ce livre est donc une mine d'informations sur l'état actuel des connaissances pour cette période dont je raffole.
 
  Oui, riche et dense
 
     Il se lit comme un roman, le style est limpide, le découpage en parties est intelligent, pas de redondances, de très belles illustrations, des généalogies claires, des documents anciens expliqués.....
 
Est il parfait ?
 
     J'ai lu une critique sur les nombreuses fautes de frappe et d'accord de participe. J'en ai relevées quelques unes mais je n'y ai pas prêtées attention.
 
 
 
    Ce livre s'intègre dans une collection retraçant l'histoire de France en multiples volumes. Je pressens que prochainement je vais acheter :
Féodalités (888-1180) de Florian Mazel.
L'age d'or capétien 1180-1328 de Jean-Christophe Cassard.
Le temps de la Guerre de Cent Ans 1328-1453 de Boris Bove.
Les Renaissances 1453-1559 de Philippe Hamon.
 
 
 
 
 
 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 09:55

 

 

 Quelle magnifique butte pour porter un château fort

Département 48 - LOZERE

 

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Marchastel est située à 30km au Nord-Est d'Espalion, à 20km au Nord-Ouest de Marvejols (voir ses fortifications) et à 5km Est-Sud-Est de Nasbinal.

 

     Coordonnées du château :

44° 39' 07" N03° 06' 30" E
 44.6501956° 3.1084710359°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Composte-t-elle ou Compostelle ?

* Mon merveilleux destrier parfois s'amuse à suivre un GR ou un chemin connu.

* Ne souhaitant point le contredire ni le forcer, je le laisse errer sur un agréable sentier.

* Soudain je constate que mon hongre est sur la "via podiensis" vers Compostelle.

Que vient il faire ici ?

 

 Ce mur me murmure son histoire

L'analyse 

* Mon solipède stoppe brusquement.

* Par habitude (c'est cela les vieux couples, ils devinent sans parler) je pressens qu'il a senti la présence d'un site médiéval fortifié.

* Dans le bourg, une imposante bâtisse m'interpelle.

* Ce n'est pas cette construction dans la commune et pompeusement nommée château qui est le but de ma journée, ce sont les possibles vestiges sur la haute colline.

 

 

La monter est ma mission

* Tel un excellent grimpeur du Tour de France cycliste, je grimpe la colline.

* Un peu avant le sommet, un mur me fait face.

* Les pierres sont pauvrement taillées et même de différentes dimensions.

* Mais en prenant le temps de les observer, je remarque qu'elles ont été façonnées par la main des hommes.

Etait ce un rempart ?

 

 Est ce un ancien terrain de football ?

        L'intérieur :

En elle !

* En un bond, j'entre dans le château, dépourvu de porte.

Quelle surface !

* Après l'étonnement vient le temps de la recherche d'indices.

* En cette imposante surface herbeuse je ne vois aucun relief m'indiquant qu'un mur, une paroi, une salle, un puits existaient.

* Seule quelques pierres ressemblant à celles du rempart jonchent le sol.

 

 

C'est la fin et la faim

* Mon ventre émet quelques bruits m'informant que midi sonne.

* Je sors quelques victuailles de ma besace et.....

..... tout en mangeant j'admire le panorama.

 

 

Histoire du château fort :

* La date de construction du site est inconnue

* Au 14ème siècle, durant la Guerre de Cent ans, le château de Marchastel, construit au sommet du pic, est assiégé puis pris par les Anglais. Le seigneur fuit vers la Baronnie de Peyre (à vérifier).

* Au 19ème siècle, construction, au pied de la colline, d'une imposante bâtisse nommée : Château de Marchastel.

* Au 20ème siècle, ce nouveau "château" est transformé en colonie de vacances.

* A la fin du 20ème siècle,  la construction dans le bourg est achetée puis transformée en gîtes de vacances.

* Au 21ème siècle, la découverte du site castral au sommet de la colline est libre et gratuite. Même s'il n'y a que peu à voir du château fort, le panorama si beau justifie la promenade.

 

 

 

Quel magnifique panorama !

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 48Vers Menu châteaux de la Lozère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 06:50

 

 

Département 85 - VENDEE

 Au loin, les tours du rempart. Devant le châtelet d'entrée

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Tiffauges est située à  45km au Sud-Est de Nantes, à35km au Nord-Est de Les Essarts (voir son château), à 20km au Sud-Ouest de Cholet et à 15km au Sud-Est de Clisson (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

47° 00' 56" N1° 06' 53" W
 47.015548256° -1.114865542°

 

 

       Toponymie :   (--> voir initiation)

* Vers 475, les légionnaires Romains basés en ce lieu sont démobilisés par l'Empereur Nepos.

* Ces hommes étaient originaires du Caucase. C'étaient des Teiphaliens.

 

 

Le château : "Le Château de Barbe Bleue"... affirme les publicitaires !

        L'extérieur :

Pourquoi un château ici ?

* Le confluent de 2 rivières nommées la Sèvre Nantaise et la Crûme est un bon endroit pour construire un site fortifié.

* Un lieu aux frontières de la Bretagne, l’Anjou et le Poitou doit être contrôlé.

* Avec ces 2 conditions, il semble logique qu'un puissant château fort ait été construit sur cet énorme bloc de granit

 

 

Rectificatif

* Sur certains panneaux, dans les brochures et guides touristiques, ce site est nommé : "Château de Barbe Bleue".

* Ce personnage, héro d'un conte de Perrault, n'est qu'une invention de son auteur. Il narre l'histoire d'un tueur d'épouses.

* En ce château de Vendée, le principal et le plus médiatique propriétaire fut : Gilles de Rais. Il ne fut point tueur de femme, mais..... tueur d'enfants pour la "recherche scientifique".

* Il n'y a donc aucune possibilité que Barbe Bleue ait vécu à Tiffauge.

* Mais le personnage de conte est plus médiatique que le terrible Gilles de Montmorency-Laval, Maréchal de France.

* Le marketing publicitaire ne tient pas compte de l'histoire de France ni de ses personnages.

* C'est donc l'un des châteaux de Gilles de Rais, compagnon de croisade de Jeanne d'Arc puis Maréchal de France, que je vais découvrir en ce jour ensoleillé.

 

 Gilles de Rai était en sécurité à l'intérieur de ses remparts

La découverte de loin

* En arrivant par l'Ouest, la vision du château est une succession de courtines et de rondes tours flanques arasées.

* L'effet est identique depuis la façade Nord.

* Cette sensation de puissants remparts est visible sur le plan.

* Le rempart du château comportait 18 tours.

* L'ensemble délimite une surface intérieure de 3 hectares.

* La tour la plus impressionnante et la mieux conservée est nommée : Tour du Vidame.

Avez vous remarqué la qualité de construction ?

* La forme arrondie de cette tour n'était pas unique en ce château. Le rempart en comportait plusieurs. Mais cette tour est la seule à être aussi imposante, aussi large et.... aussi intacte.

Est ce parce qu'elle fut réalisée en granit ?

* Bien que la tour ait été construite au début du 16ème siècle, donc à l'époque Renaissance, elle a gardé tous les systèmes défensifs du Moyen Âge ainsi que l'efficace rusticité des constructions médiévales.

 

 

Quelle puissante et cahotique entrée !

Je suis devant l'entrée

* Depuis le parking, lentement j'avance. A chaque pas, je hume la présence de vieilles pierres.

* La façade d'entrée a une architecture tourmentée. Cela est due à des améliorations défensives sur 5 siècles donc à des bâtiments successifs et accolés.

* Par exemple, au 16ème siècle, un boulevard précédé de 2 tours rondes défendait l'entrée principale.

 

 

Vais je pouvoir entrer ?

* Avec tous ses systèmes défensifs, le château semble inviolable.

* Avec précaution je me faufile vers l'entrée du 21ème siècle en admirant sur la droite le puissant donjon médiéval.

 

 

 

Pour découvrir les entrailles, veuillez cliquer ici.

 

 

 

Quelle masse, quelle puissance, quelle force !

 

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour aller au menu des donjons remarquables Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 85

Vers Menu

châteaux de Vendée

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Poitou : 79 85 86
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 08:45

 

 

Département :  03 - ALLIER

  Les arbalétriers ont fléché la direction

 

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Sainte Thérence est située à 60km au Nord-Ouest de Vichy, à 55km au Nord-Est de Guéret et à 10km au Sud-Sud-Ouest de Montluçon.

 

  Coordonnées du château :

46° 15' 39" N02° 34' 24" E
 46.2609070° 2.5734803080°

 

 

Le château :  

     L'extérieur :

La recherche de l'Ours

* A moins de 2 kilomètres au Nord- Est de Sainte Thérence, un château au curieux patronyme est le but de ma croisade en cette belle journée.

* Aidé par plusieurs panneaux, en peu de temps (15 minutes depuis le parking) je découvre une belle jouant à cache-cache avec les feuillages.

 

 Cercle de pierres pour tour circulaire

L'Ours est rondouillard

* La première image qu'offre ce château est sa ronde tour.

* Elle est haute, presque 20 mètres.

* Son diamètre à la base approche les 10 mètres.

* Pour ce château, ses mensurations sont imposantes pour une simple tour défensive, mais pas assez pour un donjon habitable.

Qu'est ce ?

* Evidemment, un donjon de repli.

 

 

La tour maîtresse

* Elle est composée de pierres équarries. Certaines, souvent plus foncées, forment un lit horizontal.

* La tour comporte 3 étages.

* En partie basse, une ouverture a été créée "récemment" pour servir d'abris aux bêtes ou au berger.

* Des pierres en encorbellement m'informent de la présence de latrines.

* La porte d'entrée du donjon est située à plusieurs mètres du sol, coté Nord. Elle devait être accessible par une passerelle amovible en bois.

* Sur la gauche, un peu au dessus, je remarque une curieuse ouverture.

En connaissez vous la fonction ?

 

 Un escalier moderne dans un château fort... Comme c'est curieux !

     L'intérieur :

Surpris je suis

* Avec précaution, je m'approche pour entrer dans le château.

* Coté Nord, une cour m'accueille.

* Elle possède un escalier qui ne semble point médiéval.

Quel est donc ce mystère ?

 

 

Je suis en plan

* Déjà que le nom du château est énigmatique, maintenant plusieurs points d'architecture me questionnent.

 

* Certains spécialistes affirment qu'il est de style Philippien.

Suis je perdu ?

* Grâce à un de mes visiteurs, je ne le suis plus car il m'a fourni le plan du château.

Vais je mieux comprendre ?

 

 Saurez vous voir les traces de vie

Je vis.... un bâtiment de vie

* En ce site castral, bien que les bâtiments soient en ruine, les traces de vie sont nombreuses.

* Regarder cette magnifique construction, elle respire le bonheur de ses anciens habitants.

* Au rez de chaussée il y a... heu.... une cave ou une réserve.

* Puis au dessus, bien protégé par un épais mur, la pièce de vie possède une magnifique fenêtre avec un ébrasement (voir vocabulaire) intérieur amenant une lumière ...heu..... lumineuse (?).

* Et enfin, une grande cheminée que j'imagine rayonnant une chaleur douce pour conter fleurette à sa belle allongée sur une peau de bête.

Voyez vous comme moi la scène ?

 

 

J'arrive ma maîtresse tour !

Que de rondeurs qui me séduisent !

* La tour maîtresse, parfois improprement nommée donjon, me quémande de la visiter.

* Il ne faut jamais désobéir à une femme. Donc, tout en me faisant désirer, je m'approche d'elle.

* Elle m'offre une ouverture à sa base.

* Avant de la pénétrer, je constate l'épaisseur de sa paroi (plus de 2.5 mètres.

* En ses entrailles basses je vois..... un sol correctement nivelé. Ceci n'est point un logis mais la réserve de nourriture (cave) souvent nommée : Ratier.

* Dans ses entrailles hautes je vois la coupole du ratier et le trou d'homme permettant l'accès.

* Au dessus je devine la pièce d'entrée dont le diamètre excède 3 mètres.

Hoooo... Il est haut !

 

 Entrer dans la lumière... comme le chantait Patricia Kaas

Lettre ou ne pas l'être ?

* Pensant avoir tout vu, je pose mon séant, merveilleux et musclé, sur le rocher puis j'admire le paysage.

* Quel plaisir d'être un castellologue amateur, toutes les sensations sont en moi : Marcher, sentir, découvrir, réfléchir, penser, imaginer, rêver, photographier et admirer.

* Après quelques minutes, je me lève pour retrouver mon destrier en bas de la butte quand.....

........... Un curieux mur m'interpelle.

* Ce n'est pas qu'il soit consolidé avec un ciment récent qui me choque, c'est.....

................ la curieuse boite en ferraille incrustée.

* Avec précaution je l'ouvre. Je vois un parchemin.

* Oups.... Erreur j'ai faite !

 

 

 

Le diaporama du château est visible ICI.

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château pour surveiller la vallée du Cher et le confluent de son affluent : l'Ours. Sa fonction est de protéger la frontière du Bourbonnais de la menace Anglaise.

* En 1351, Guillaume de Betz rend hommage pour son château et ses terres au Duc (voir titre de noblesse) de Bourbon.

* Au 15ème siècle, modernisation du château.

* En 1422, Guillaume II (?) de Betz, seigneur brigand, enferme 2 otages dans le ratier de la tour maîtresse (à vérifier).

* En 1444, la seigneurie de l'Ource est détenue par Jean de Betz, écuyer.

* Au milieu du 16ème siècle, (le Dauphinois) Nicolas de Nicolay note dans un de ses ouvrages : "Le chasteau est par moitié à Sainte Thérence et Saint Fargeol" (ce sont deux communes). Il n'y a aucune mention de la seigneurie d'Ours. Il est fort probable que le site soit en ruine et sans habitant.

* En 1995, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. La ruine est fragile, veuillez ne pas monter sur les murs. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe, soyez très prudents.

 

Je ne me lasse jamais du panorama offert par un château fort

 

 

 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 03

Vers Menu châteaux

de l'Allier

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Bourbonnais : 03
commenter cet article