Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 06:10

 

Département 16 - CHARENTE

 L'angle droit fut le choix de l'architecte de l'église

Le bourg :
       Situation :   (--> la voir sur une carte)
   La commune de Vilhonneur est située à 70km au Nord-Ouest de Périgueux, à 20km à l'Est d'Angoulême (voir son château) et à 7km Ouest-Nord-Ouest de Montbron

   Coordonnées de l'église :

45° 40' 50" N 0° 25' 11" E
 45.68069216°  0.4197120666°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Le hasard prémédité

* Après avoir découvert le château de Vilhonneur, je tente de retrouver mon destrier.

* Ce dernier, toujours farceur, s'était caché derrière un "cubique" bâtiment.

* Rapidement, je compris son intention :

Il veut que je regarde l'église du bourg.

 Elancés sont les parois de ce moutier médiéval

Que vois je ?

* Point de transept.

* Point de large fenêtre Gothique.

* Une tour faisant office de clocher.

* Que voila une église Romane très défensive !

 

Le clocher

* Comme souvent dans cette province, le clocher n'est point garni d'une haute flèche allant vers les cieux.

* La haute et cubique construction ressemble à une tour défensive.

* Les nombreux trous de boulin (voir vocabulaire) prouvent l'ancienneté de la construction.

* Au sommet, les baies sans linteau m'interpellent.

Est ce le vestige d'un chemin de ronde non couvert ?

Ou d'une salle de repli défensif ?

* Une entrée accessible par une échelle extérieure confirme partiellement ma deuxième hypothèse.

 

Une curieuse... curiosité

* La face (presque) borgne de la tour, correspond au choeur de l'église.

* Sur ce mur apparaît des pierres en encorbellement.

* Elles sont creusées dans la partie supérieure.

Quelle fut la fonction ?

 "La Force est avec elle" affirmait un Jedi !

La nef

* Elle comporte 3 travées.

* Chacune est éclairée par une fenêtre haute et peu large empêchant ainsi l'intrusion.

* Les contreforts plats à larmier encadrent les fenêtres. Je suis surpris par leur faible profondeur.

* Les arcs contribuent à reporter la masse sur les piliers internes et les contreforts externes.

 

        L'intérieur :
  Hélas, comme pour beaucoup d'églises en notre siècle, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer ni continuer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.

* Au 13ème siècle, la façade de l'église est partiellement détruite (certainement par des Routiers).

* A la fin du 13ème siècle, un sanctuaire carré est aménagé dans la nef.

* Au début du 14ème siècle (à vérifier), une petite porte est aménagée au Nord-Ouest de la nef.

* Au 19ème siècle, la corniche est surélevée. La voûte est reconstruite en brique.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

Point de transept ni de chapelle latérale pour cette église fortifiée

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 08:35

 

     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

  

 

Département 76 - SEINE MARITIME

  Voyez vous le manoir fortifié ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Foucart est située à 35km au Nord-Est de Le Havre, à 20km au Sud-Est de Fécamp et à 12km à l'Ouest d'Yvetot.

 

  Coordonnées du château :

49° 37' 0.001" N 0° 35' 34.001" E
 49.616667°  0.592778°

 

 

Le château :

     L'extérieur :

Préambule du Chevalier Dauphinois

   Dans les différents livres, brochures, cartes, cette construction porte différents noms :

1 - Château,

2 - Manoir fortifié,

3 - Ferme fortifié,

4 - Ferme château.

  Messire M.J. a choisi le qualificatif de manoir, j'ai opté dans le titre pour château.

L'important n'est point de débattre sur ce mot, mais de découvrir une magnifique réalisation dans l'esprit Cauchois.

 

L'arrivéeFaçade du manoir coté Nord

   Quand l'on parcourt la départementale 40 au Sud de Fauville (ancienne voie Romaine), il faut rester en alerte pour apercevoir le manoir de Caumare, mais ne pas manquer de s'approcher de ce sobre bâtiment dans son cadre rustique.

 

La découverte

    La Renaissance n'a pas encore effacé toutes traces de la guerre de Cent-Ans, comme en témoignent cette puissante tourelle d'angle et les contreforts qui affirment le caractère défensif des lieux.

 

Première analyse

   Originellement, il s'agissait d'une maison forte bâtie, le long de la route de Fauville, avec les trois matériaux de base des constructions cauchoises :

* Pierre,

* Brique

* Et silex.

   Une tourelle d'escalier cylindrique coincée entre le corps de logis et la porterie constituent un ensemble harmonieux réalisé au 15ème siècle en brique et bandeaux de pierre alternés.

    Les puissants contreforts d'angles affirment la vocation de maison forte de cette construction dont on retrouve du reste des vestiges de douves (voir vocabulaire ) sèches.

  Façade coté Est

L'autre façade

   La façade Est présente un tout autre aspect. Un fort soubassement et rez-de-chaussée maçonné supportent un étage traité en colombage, prolongé par une aile basse reliée à une petite tourelle cylindrique.

 

Dans la cour

    Une fois franchie la porterie, on accède à une cour intérieure. La façade Sud-Est, selon les divers remaniements qui ont été effectués au fil des siècles, un savant mélange de pierre, brique et silex.

   La façade Ouest est traitée en colombage.

 

C'est la fin

    Le domaine abrite un sobre colombier en brique du 17ème siècle. Ce bâtiment prouve la noblesse des habitants attachés à ce manoir.

 

 

Histoire du château :

* Au 15ème siècle, construction du manoir fortifié.

* Au 17ème siècle, construction d'un colombier.

* Au début du 20ème siècle, le manoir est habité et semble avoir traversé les siècles sans dommage.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite en respectant la tranquilité des propriétaires. La visite de l'intérieur est interdite, la propriété est privée et habitée.

Rappel : Il est interdit d'emprunter le chemin privé !

 

La vue satellite montre l'étendu du manoir

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 76 Vers Menu châteaux de Seine Maritime
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 08:44

 

Département 48 - LOZERE

  Je pressens que la découverte va être passionnante

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Bauzile est située à 60km au Nord-Est de Millau (voir son beffroi), à 20km au Nord-Ouest de Florac et à 5km au Sud de Mende.

 

     Coordonnées du château :

44° 28' 12" N 3° 30' 08" E
 44.4699684°  3.502370899°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

L'approche

* Le hameau de Montialoux est situé à 1km au Sud de la commune.

* Il n'est pas très difficile de trouver le site castral puisqu'il est positionné au sommet de la petite colline.

* Tel un matador, je bombe le torse et j'agite mon étendard de Chevalier Dauphinois.

* La ruine n'est pas impressionné et ne m'offre qu'un angle et un mur sans grand intérêt.

* Malgré la pente glissante dans laquelle je suis (au sens physique et psychologique), je tente de la séduire en contournant ce rempart composé de pierres disparates.

 Diantre !... Que voila ruine captivante

La première tour

* Pour comprendre le site je sors mes ailes. Tel un oiseau je regarde les ruines du château.

* Au Nord apparaît une tour carrée.

* Je pressens qu'elle fut réaffectée en pigeonnier.

 

Passionnante façade

* Dans mon périple je découvre la façade extérieure du logis seigneuriale.

N'est elle pas magnifique !

* Cette merveille possède quelques détails fascinants et amusants :

- Une archère, implantée après la construction primitive du château, est rebouchée.

- Le niveau supérieur de l'imposante tour défensive est voûté en berceau.

- Le fantôme d'une construction en encorbellement interpelle le touriste. Elle demande :

Etais je une bretèche

ou des latrines ?

* Vous connaissez évidemment la réponse... grâce à l'odeur... hihihi.

* C'est à ce moment que je franchi le passage (secret) menant à la cour intérieure.

 

        L'intérieur :

Festival de Cannes

 

La montée des marches vers la célébrité !

* Dans cette cour, j'adorerai faire la cour à une damoiselle.

* Je lui conterai fleurette et......

Oupss !... Hors sujet je suis.

* De suite, j'ôte mon pourpoint en dentelle et je revêts mon armure de chevalier castellologue amateur.

* Avec précaution, je monte chaque marche.

* Au sommet, une porte que me quémande de la franchir.

La porte du Paradis

 

Le choix de Corneille !

* Deux options s'offrent à moi :

1 - Soit je continue la montée vers le Paradis.

2 - Soit je tente la découverte des salles basses.

Quelle option vais je prendre ?

Quel dilemme.... Cornélien !

 

Tel Rodrigue, qui a du coeur, j'ai choisi

* Ma décision tombe, non pas sur le carreau, mais à Pique !

* Trèfle de plaisanterie..... à droite je vais.

 

Une succession de salles défensives et utilitaires

1 - Une archère bouchée (ressemblant à sa consoeur vue précédemment).

2 - Une grande salle.

En devinez vous la fonction ?

3 - Voici un premier indice.

En souhaitez vous un autre ?

* Voici l'ouverture sur la gauche.

Est ce une simple fenêtre avec 2 coussièges ?

* La réponse est ici.

* Ceci est un lavabo.

** Conclusion : Cette pièce est la cuisine.

4 et 5 - Des cheminées sans décoration. Je subodore qu'elles sont dans des locaux fonctionnels ou pour le "personnel".

6 - Que voyez vous en ce lieu ?

 

1 2 3 4 5 6

 

D'autres surprises

* Dans ce site non sécurisé, il est important d'être prudent.

* Lentement j'avance sans faire de bruit tout en observant les vestiges.

* Soudain, apparaît une cavité dans le mur. Je subodore que cela fut une cheminée.

* Le piédroit sculpté m'informe que cette salle fut importante (la aula ?).

* En prenant un peu de recul, je remarque dans le ciel un conduit... de cheminée.

 

L'étage est il aussi riche en détails ?

11 - Je monte l'escalier.

12, 13 et 14 - Plusieurs portes s'ouvrent presque par magie.

15 - Sous l'une d'elle je retrouve la voûte de l'étage inférieur.

16 - J'admire la pierre sculptée à la naissance de l'arc.

17 - Oups... J'ai oublié le nom de cette pièce d'architecture.

18 - Quelle puissante pierre ayant reçu une poutre de blocage.

11 12 13 14 15 16 17 18

 

C'est la fin

* En ce logis seigneurial, chaque salle renferme des pierres sculptées, soit pour la décoration, soit pour la solidité.

* Je vous laisse car j'ai encore beaucoup à voir et admirer.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château fortifié. Sa fonction est de surveiller l'entrée de la vallée du Valdonnez.

* Dans la deuxième moitié du 16ème siècle, durant les Guerres de religion, le château est partiellement détruit pour éviter qu'il soit utilisé par les Protestants.

* Au milieu du 17ème siècle, un logis de confort est aménagé.

* Vers 1780, Charlotte de Lafayette et le chevalier de Chavangnac vendent le château à Guillaume Perrier.

* Vers 1792, les Révolutionnaires réquisitionnent le château et le vendent comme Bien National.

* Durant le 19ème siècle, les propriétaires se succèdent.

* Vers 1930, le château est décrit en tant que ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec beaucoup de précaution. Le site n'est pas sécurisé. Le risque de glisser ou de recevoir une pierre est important. Soyez très prudents.

Nota : Ce château étant une propriété privée, veuillez être très respectueux du silence et de la propreté du site.

 

Ce château m'a donné un arc en ciel de beauté médiévale !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 06:30

 

Département :   50 - MANCHE

 

Sur la place de l'église, ce bâtiment rayonne

Le bourg :

   Situation  (--> le voir sur une carte)

        La commune de Barneville-Carteret est située à 60km au Nord-Ouest de Saint Lô, à 30km au Sud-Ouest de Cherbourg, à 15km à l'Ouest de Saint Sauveur le Vicomte et de son château.

 

   Coordonnées du bourg :

49° 22′ 54″ N 1° 45′ 5″ W
 49.381667°   -1.751389°

 

 

L'église :

      L'extérieur

La découverte

     En arrivant dans le bourg, il n'est pas difficile de trouver l'église tant elle trône sur sa placette proche d'une rue piétonne. Ses dimensions m'impressionnent et lentement je m'approche.

 

Rapide analyse

     En voyant les contreforts à larmiers dans l'angle "primitif" de l'église, je suppose que les aménagements latéraux ont été posés après la construction originelle. D'ailleurs, ce collatéral avec ses grandes ouvertures n'est pas fait pour la défense.

Quelle est donc la caractéristique qui a déclenché ma venu loin de mes terres Dauphinoises ?

  Voila une vraie tour médiévale

 Quelle tour !

    La construction défensive la plus marquante est incontestablement la tour. Posée sur le coté avec sa tourelle escalier, la puissante tour carrée semble revendiquer la fonction défensive de cette massive église.

Possède-t-elle un système défensif ?

 

Les défenses

   Au dessus et en dessous des abat-sons (voir explication sur le pluriel) 2 marques défensives me donnent le sourire.

* Une archère canonnière montrant une construction ou un aménagement vers le 15ème siècle.

* Un ensemble de mâchicoulis qui semble plus dissuasif (la psychologie existait dont au Moyen Âge ?) qu'efficace.

  Le manque de crénelage est surprenant.

A-t-il été supprimé avec les consolidations récentes ?

  Je vais tenter d'entrer pour comprendre l'architecture de cette belle tour.

 

      L'intérieur

* Quel plaisir de pouvoir entrer dans l'église, il y en a tant qui ont porte close.

* De suite, je comprends que je n'aurai pas accès à la tour.

* L'atmosphère respire la religion et non la sueur des soldats et guerriers.

* En regardant vers le collatéral, je vois une différence architecturale entre les murs de la contre-allée et le choeur.

* Les piliers massif avec les belles arcades décorées de motifs à frettes crénelées et à bâtons brisés contrastent avec la blancheur nue du collatéral.

* Ma supposition d'un aménagement ultérieur se vérifie.

* Motifs géométriques, décors végétaux, animaux fantastiques et personnages ont été sculptés sur chaque chapiteau et arcade.

* Votre chevalier Dauphinois, amateur de ruines fortifiées, est ici dans un univers de recueillement.

 

 
Histoire de l'église :

* Vers 1140, construction d'une église.
* Au 13ème siècle, l'église est légèrement modifiée.
* Au 15ème siècle, construction de la chapelle Nord.
* Au 15ème siècle, durant la guerre de 100 ans, une tour de guet et de défense est construite.
* En 1499, 14 archers Écossais sont "loués" par le Roi de France (voir liste) pour défendre le bourg. Une troupe Anglaise attaque l'église pour les déloger.
* En 1769, construction de la sacristie.
* En 1906, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Germain d'Auxerre) est libre et gratuite. La visite de la tour est interdite.

 

Une haie de verdure embellissant l'église

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers menu châteaux forts de la Manche Vers Menu châteaux de la Manche
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 06:08

 

Est ce le château fort que je recherche ?

Département :  11 - AUDE

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune d'Arzens est située à 30km au Sud-Est de Castelnaudary, à 20km au Nord de Limoux et à 12km à l'Ouest de Carcassonne.

 

  Coordonnées du château :

43° 11' 59" N 2° 12' 35" E
 43.1996497278°  2.209788859°

 

 

Le château :  

     L'extérieur :

Pourquoi le choix de ce site ?

* Comme vous le savez peut être, je suis toujours à la recherche de sites peu connus, non médiatiques et même oubliés des livres classiques.

* C'est ainsi qu'une brochure très spécialisée m'informe que la commune d'Arzens possédait un château fort modifié.

* N'écoutant que mon courage et ma témérité, je fais galoper mon merveilleux destrier vers ce bourg Audois.

 

Comment trouver le site castral ?

* Le château n'étant pas médiatique, il n'y a point de panneau indicateur.

* Parfois, pour le trouver je me dirige vers la rue du château (voir exemple), mais elle n'existe point en ce bourg.

* La solution la plus logique est de déterminer le point le plus élevé.

* C'est ainsi que je découvre cette cubique construction.

 Que de détails magnifiques pour créer le rêve médiéval

Minimal me dites vous ?

* En découvrant le bâtiment, comme vous je pense  :

"Du château fort il ne reste que peu".

* Pourtant ce peu est fascinant.

* L'actuel bâtiment possède 2 étages sur rez-de-chaussée.

* La façade de gauche comporte :

- De belles pierres tailles de grandes dimensions.

- Des fenêtres à meneaux en croix rebouchées.

* La façade à droite montre :

- Deux portes médiévales rebouchées.

- Des trous pour les poutres d'un plafond.

- Mon imaginaire voit les traces d'une cheminée.

Voyez vous aussi tous ces détails ?

 

L'autre façade est elle aussi fascinante ?

Cette façade ne fait pas de l'ombre à sa consoeur travaillée* Lentement, je contourne le bâtiment en prenant un peu de temps pour observer les fondations.

* La troisième façade est hélas dans l'ombre.

* Ce que je suppose avoir été une fenêtre avec des meneaux en pierre ont été remplacé par le bois du 20ème siècle.

* Elle possède toujours de belles pierres.

* En observant les pierres sous le toit, je subodore que ce dernier est un ajout récent. Le bâtiment a été arasé.

* Son architecture m'informe que la façade fut l'extérieur du bâtiment médiéval.

 

Est ce la fin des découvertes ?

* Je contourne le bâtiment.

* La quatrième façade est aussi dans l'ombre.

* Elle montre un mur ayant souffert du temps.

* Curieusement, une magnifique fenêtre géminée avec colonnette est bouchée en gardant son relief "historique".

* Je suis surpris de n'avoir pas vu de système défensif.

Est ce que je suis en face du logis dans les remparts (disparus) ?

 

     L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

* Presque à reculons, je redescends en direction de mon destrier.

 

Le diaporama du château est visible ICI.

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle (à vérifier), un château est cité.

* Au 11ème siècle, la seigneurie est possession du Comte (voir titre de noblesse) de Carcassonne. Ce dernier rend hommage pour Arzens à l'évêque de Carcassonne

* En 1072, après plusieurs années de conflit pour la possession de la seigneurie, le Comte de Foix (voir liste des Comtes) s'empare d'Arzens.

* Au 14ème siècle, la seigneurie est transmise à la maison d'Armagnac.

* En 1404, le site est propriété de la famille de Lévis de Mirepoix.

Nota : C'est cette famille qui construit le bâtiment actuel.

* En 1591, durant les Guerres de Religion, le bourg et le château sont attaqués par des troupes Espagnoles.

* Au début du 17ème siècle, le château n'est plus une résidence seigneuriale.

* En 1948, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée et le silence du lieu. La visite de l'intérieur est impossible. 

 

Impossible d'entrer, point de porte je vois

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11

Vers Menu châteaux

de l'Aude

 

 

 

 

 

 

 

Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 08:12

 

 Voyez vous les vestiges d'un château fort ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune des Vignes est située à 35km au Sud-Ouest de Florac, à 30km au Nord-Est de Millau (voir son château) et à 15km au Sud-Est de Séverac le Château (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

 44° 15' 39" N 3° 14' 09" E
 44.26086656°  3.235808909°

 

       Toponymie :   (--> voir initiation)

* Il n'est point besoin de faire de longues recherches pour comprendre l'origine du nom :

- Blanque = Blanc,

- Fort = Fortification.

--> Ceci est donc un lieu fortifié avec des pierres blanches.

* Je vous ai déjà montré un site avec le même nom situé en Gironde.

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Depuis la commune nommée Les Vignes dans les gorges du Tarn, mon destrier m'emporte à l'Est sur une route pentue vers le causse Méjean.

* Après quelques kilomètres, il stoppe brusquement, me jette sur le sol et part brouter l'herbe rase.Ce château troglodytique va être mon Graal du jour

* Quand il a cette attitude, je sais que son flair sans faille a détecté une ruine médiévale.

(Ce n'est point moi qui suis expert en sites médiévaux, c'est mon hongre. Je ne serai rien sans lui).

* Je lève la tête et je vois une cavité dans la roche partiellement fermée par un mur droit.

* Je me relève, je m'époussette puis j'attaque la montée.

 

L'approche

* J'arrive au pied du mur (il paraît que c'est là que l'on voit le bon maçon).

* Je ne suis pas là pour construire le mur mais pour le sauter (passer au dessus évidemment).

* Lentement, je contourne la paroi.

* Ne voyant aucun sentier ni possibilité de grimper, je prends un peu de recul.

* Et c'est par cet éloignement que je vois la "grotte" et le mur de courtine.

 

Les derniers mètres

* Je sens que la ruine va se livrer à moi.

* Je sais qu'elle craque devant mon charme de Dauphinois, le gratin des Chevaliers.

Ses pans de mur avec trous de boulin (voir vocabulaire) frémissent.

 

 

Rapide constatation

* Ce site n'est point celui d'un seigneur.

* Le minimalisme me fait penser à un poste de guet.

* Le système défensif comporte ni crénelage ni mâchicoulis.

* L'unique pièce était éclairée par quelques rares petites ouvertures carrées.

 

        L'intérieur :
L'analyse 

* En entrant, je constate que le sol possède plusieurs niveaux.

* Je ne décèle aucune trace de cheminée ou de foyer.

Comment se chauffaient les guetteurs ?

* A l'extérieur de la grotte, un mur en angle m'informe qu'au moins un bâtiment existait.

 

La vue : Le cadeau des ruines

* Evidemment, un poste de guet bénéficie d'une vue panoramique.

* La vue sur les causses et les gorges est magnifique !

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle (à vérifier), aménagement d'un site de guet fortifié.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible. Le site n'étant pas totalement sécurisé, le risque de glisser ou de recevoir une pierre existe. Soyez très prudents.

 

Ce château est idéal pour surveiller les gorges et le chemin du Causse voisin

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 06:30

 

Département 24 - DORDOGNE

 

Le bourg :

Point de défense visible pour cette église !    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La petite commune de Besse est située à 90km au Nord de Montauban, à 80km au Sud-Est de Périgueux, à 50km au Sud-Est de Bergerac et à 40km au Nord-Ouest de Cahors.

 

   Coordonnées du village :

44° 40′ 6.287″ N 1° 6′ 25.92″ E
 44.668413°   1.1072°

 

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     Dans cette région de petites collines verdoyantes, il est agréable de randonner et d'errer à la recherche de sites millénaires. C'est dans cette belle région,  à la limite du village de Besse, que je vois au loin une curieuse construction. La masse ne ressemble pas à un bâtiment religieux, pourtant ma carte l'affirme.

  J'avance lentement vers l'édifice composé :

* D'une haute construction qui semble borgne,

* Et d'un bâtiment bas ayant de belles fenêtres Gothiques.

  Ceci est bien une église mais j'ai un doute :

Suis je devant une église fortifiée ?

 

L'enquête commenceQuel incroyable mur !

    Lorsque je ne comprends pas une architecture, plutôt que d'avoir le nez dans la pierre je prends un peu de recul.

Quelle magnifique église fortifiée !

   * La construction religieuse de Besse ne possède pas une flèche élancée sur un fin clocher comme les traditionnelles églises,mais une structure Romane dédiée à la défense.

   * Elle est haute pour la surveillance et large pour accueillir les habitants en cas d'attaque.

Comment le sais tu Chevalier ?

 

 Il suffit de regarder en haut :

   * Une archère  primitive verticale,

   * Une ouverture pour salle de replis (porte ou latrines ?),

   * Des trous de boulin (voir vocabulaire ) en ligne et en angle pour (peut être) porter une passerelle ou un hourdage ou des mâchicoulis en bois.

Incroyable n'est ce pas !

 

Y-a-t-il d'autres systèmes défensifs ?

* Heureux de ma première découverte je contourne la bâtisse.

* Un incroyable mur me fait face.

* Il comporte les traces de plusieurs siècles de construction et d'aménagement , regardez attentivement :

- Au même niveau que sur l'autre façade, une ouverture rectangulaire encadrée par des trous de boulin. J'opte pour des latrines en bois.

- Une archère cruciforme du 13ème siècle.

- Une archère droite, à moins que cela soit un puits de lumière pour le niveau inférieur des salles de repli.

- Vous avez bien lu. Cette église comporte 2 salles superposées pour accueillir les habitants en cas d'attaque.

Incroyable n'est ce pas !

 

2 étages de repli sont visibles

 

Un curieux détail architectural !

* Sur ce mur, au tier inférieur de la hauteur, il y a une énigmatique corniche.

* De plus, en dessous, il y a de nombreux trous.

Avez vous une idée de la présence de cette corniche ?

* L'église ayant été restaurée au 17ème siècle avec les pierres du vieux châteaux fort, j'ai imaginé que cette partie avait été consolidée avec les restes du pigeonnier.

* Mais en m'éloignant du mur, je vois des contreforts de l'époque Romane.

* L'église ayant été rehaussée au 13ème siècle, cette corniche correspond au niveau du "toit" à l'époque Romane.

* Les trous seraient donc les vestiges des modillons arrachés.

  Quel est votre avis :

1 - Fantômes des modillons ?

2 - Pierres issues du pigeonnier ?

Une façade unique ! 

Des pierres disparates

   L'église comporte des pierres de dimension et de qualité de taille très différentes. Les raisons sont :

- L'agrandissement en hauteur,

- Les réparations,

- Un allongement. Cela se voit dans la scission du mur (souvenez vous près de l'archère cruciforme).

 

Quel contraste !

* En découvrant la façade occidentale, je suis bouche bée.

* Puissance et théatralité se conjuguent avec harmonie.

* Les deux époques de construction me sautent à la figure.

- En partie haute, les étages défensifs avec une porte accessible par une passerelle (les trous de boulins l'attestent).

- En bas, le magnifique Portail.

 

Le portail : Une merveille

      Pour découvrir le magnifique portail....

 

.... Veuillez cliquer ici.

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux de Dordogne
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 06:35

 

Département :  38 - ISERE

 La belle ruine médiévale attend SON Chevalier..... J'arrive !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Morestel est située à 65km au Nord-Ouest de Grenoble, à 50km Est-Sud-Est de Lyon et à 20km au Nord-Est de Bourgouin-Jallieu.

 

   Coordonnée du château :

45° 40' 33" N 5° 28' 9" E
 45.67576161°  5.46923071146°

 

 

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

* Après avoir déposé mon destrier sur le grand parking, en levant la tête je vois les 2 symboles des fondations de notre Royaume :

- L'église,

- Le donjon médiéval.

* Evidemment, comme l'église n'est point fortifiée, toute mon attention est portée sur les vestiges du château fort.

* Diantre !.... Que c'est beau, une ruine Dauphinoise (Je ne suis point chauvin bien sur).

 Je vais me transformer en Homme-Araignée pour grimper la falaise

Une surprise

* Lentement, j'avance vers ce donjon posé sur une plateforme au dessus du bourg fortifié.

* Quand mon regard est attiré par une curieuse pierre.

En connaissez vous la fonction ?

* Ce type de pierre se voyait souvent dans les halles.

* Comme le système métrique n'existait pas et comme chaque province avait ses propres systèmes de poids et de longueur, il était important que les habitants aient une référence (pour comparer les prix par exemple).

* Cette pierre serait un étalon "à tissus". Ne me demandez point de vous décrire ses fonctions exactes, le mode d'emploi s'est perdu dans les labyrinthes du temps.

 

Elle est là haut !

* J'imagine que l'assaillant en bas de la paroi verticale devait être harcelé de pierres et de flèches depuis cette puissance tour.

* Soudain, mon regard est attiré par une curiosité architecturale dont je raffole.

La voyez vous ?

* Ce sont évidemment  les latrines en encorbellement.

 

     L'intérieur :

La plateformeN'est il pas magnifique ce donjon Dauphinois ?

* En découvrant la plateforme ayant porté le château, je suis étonné par sa surface.

* Ce site (Dauphinois je vous le rappelle au cas où) avait pour mission d'imposer la présence du Dauphin proche de la frontière avec le Comté de Savoie.

* Proche d'un angle, l'imposant donjon habitable est le seul bâtiment encore visite.

* Ayant été très consolidé à la fin du 20ème siècle, il est difficile d'analyser ses murs, mais la qualité des pierres, des joints et du parement d'angle ne laisse aucun doute sur la fonction symbolique de cette tour-donjon.

* La porte à sa base donnerait accès à la prison (d'après les descriptions d'archéologues).

* La belle fenêtre à meneaux en croix est l salle de réception.

* Pour accéder dans le donjon, il faut (et fallait) monter sur le chemin de ronde du rempart.

* Durant l'ascension je vois à nouveau l'église Saint Symphorien qui est l'ancienne chapelle du couvent des Augustins construite en 1425.

 Toute l'hospitalité des Dauphinois se ressent dans cette pièce

La salle principale

* Plutôt que d'interdire la visite comme souvent je le constate en notre Royaume, ou encore d'ouvrir et de faire payer le touriste uniquement durant juillet/août (ce qui m'ennuie car je ne visite jamais durant les mois d'été, ma montagne est mon terrain de marche d'été), la municipalité a ouvert le donjon aux artistes peintres et sculpteurs durant plusieurs mois.

* Ainsi, cette beauté se découvre en libre accès durant plusieurs trimestres.

N'est ce pas magnifique !

* Les tableaux et  l'éclairage contribuent à donner une ambiance (presque) médiévale.

* Par l'escalier en bois grinçant sous mes pieds, j'aborde l'autre salle tout aussi magnifique.

 

L'autre étage

* L'ambiance est différente, plus "intime".

* Ceci est certainement du à la plus faible hauteur du plafond.

Question : Qu'avez vous vu dans ces salles ?

*  Ma vision :

- Une imposante cheminée,

- Une grande fenêtre à meneaux,

- Une archère,

- Une porte menant aux latrines,

- De petites fenêtres à coussiège.

 

Le sommet (du monde ?)

Le Sabre et le Goupillon son toujours proches au Moyen Âge

* A l'époque médiévale, le sommet était couvert permettant aux guetteurs et défenseurs d'être protégés du mauvais temps et des flèches des assaillants.

* A travers les archères, ils pouvaient voir sans être vus.

* L'avantage de cette disparition du toit est la possibilité d'embrasser un panorama à 360°.

* Une table d'orientation permet de se situer entre les 3 départements visibles.

 

L'enfer est par là !

Au loin, est ce la poussière d'une troupe guerrière ?

Ce soleil me donne une envie de sieste !

 

C'est la fin

* Je me suis demandé comment quitter ce monde ... (médiéval bien sur).

* Redescendre par le même chemin est trop classique.

* Je me penche pour savoir si une échelle ou une corde d'ennemie a été laissée.

* Je me penche encore plus.....

...... Je glisssssse.... Adieu monde.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* En 1080, une famille portant le nom de Morestel est citée.

* Au début du 13ème siècle, un château fortifié en pierre est construit.

* En ce 13ème siècle, le territoire est possession du Comté de Savoie (voir liste des Comtes) grâce à la possession du château par la famille Miolans (voir leur château d'origine).

* Au début du 14ème siècle, la seigneurie devient Dauphinoise. Le Dauphin désigne un officier (le châtelain) pour administrer les terres.

* En ce 14ème siècle, les guerres Delphino-Savoyardes font rage (voir ce livre).

* En 1334, le Dauphin Humbert II (voir liste) est reçu au château.

* En 1342, la ville est pillée par les Savoyards mais le château résiste.

* En 1450, le Dauphin du Royaume, le futur Roi Louis XI (voir liste), est reçu au château.

* Au début du 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, la ville fortifiée et son château subissent de nombreuses attaques.

* En 1575, le château est démantelé et les remparts du bourg sont abattus.

* En 1791, l'ancienne chapelle du couvent des Augustins devient l'église paroissiale.

* En 1960, d'importants travaux de restauration sont réalisés sur le donjon.

* A la fin du 20ème siècle, la municipalité transforme le vieux donjon en salle d'exposition.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des étages est possible durant plusieurs mois dans l'année. Une visite guidée est possible, renseignez vous.

 

Je peux observer la frontière de MON Dauphiné

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 38

Vers Menu châteaux

de l'Isère

 

 

Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 06:06

 

Département 30 - GARD

  C'est moi qui guette l'échauguette !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Saint-Laurent-la-Vernède est située à 40km au Nord-Ouest d'Avignon, à 35km au Nord-Est de Nîmes, à 18km au Sud-Ouest de Bagnols-sur-Cèze et à 12km au Nord-Est d'Uzès.

 

Coordonnées de la cité fortifiée :

44° 6' 19" N 4° 27' 31" E
 44.10541119°  4.45878088°

 

 

La cité fortifiée : 
        L'extérieur :
La découverte

* En arrivant dans le centre ancien de la commune, c'est le choc !

* J'ai l'impression que le temps s'est arrêté.

* Devant moi apparaît une paroi avec systèmes défensifs :

- Une échauguette d'angle,

- En bas, une porte bouchée,

- Au dessus, pour la défendre, les vestiges d'une bretèche (voir vocabulaire).

* Dans certaines brochures, la cité fortifiée est comparée à Aigue Morte, mais en beaucoup plus petit.

 Cette tour me donne le tournis du plaisir !

La longue courtine

* Lentement je longe la courtine vers une  deuxième tour d'angle.

* Avec les siècles et la modernité de notre époque, les murs se sont percés de portes et de fenêtres.

* Archère, crénelage et mâchicoulis ont disparu.

 

La 1ère ronde tour

* Ronde elle est comme sa consoeur.

* Elle possède quelques archères droites.

* Au bout d'une longue courtine apparaît une autre tour.

 

La 2ème ronde tour

* Cette rondelette d'angle possède une archère droite un peu "trop" large.

* La curiosité vient de la partie supérieure donc l'origine des pierres est différente.

Est ce un rehaussement

suite à l'amélioration des armes de jet ?

* Rapidement, mes yeux sont attirés par un décrochement au bout de la courtine.

Qu'est ce ?

 Cette porte me transporte en un autre siècle

L'entrée fortifiée

* Surprenante elle est !

* L'entrée n'est pas dans l'alignement de la courtine mais à la perpendiculaire. Cela obligeait les assaillants à être à découvert sur leur flan gauche en tentant d'utiliser un bélier.

* Même si le temps lui a un peu adouci son caractère guerrier, elle possède encore des traces défensives.

Saurez vous me les nommer ?

 

Je force le passage

* Parfois mon coté espiègle prend le dessus sur la raison.

* Conséquence, je ne souhaite pas entrer par la porte.

* Je contourne l'entrée pour continuer ma découverte des courtines puis tenter d'entrer par un passage "secret"

* Au fond, je vois la 3ème tour ronde ressemblant aux deux premières.

* Au centre de la courtine, une ouverture non naturelle s'est créée.

* Cette trouée est une chance, elle me permet de voir l'épaisseur du mur et la qualité de fabrication.

* Comme un voleur j'entre.

La tour carrée fut défensive et axe de passage

        L'intérieur :

Rapide analyse

* La trouée semble avoir été volontairement réalisée pour permettre la sortie des véhicules modernes à quatre roues.

* La petite cité étant habitée, les aménagement ont été faits pour le confort moderne tout en gardant un style de vie et de beauté pour les yeux.

* Fleurs, arbres, escaliers intégrés, dallages concourent à être bien, à ne faire aucun bruit.

 

Le moyen âge est encore présent

* Durant mon errance, je rencontre dans un angle, une tour carrée.

* Après avoir vu 3 tours rondes, cette géométrique construction me surprend.

* Mes yeux de castellologue amateur sont heureux d'admirer un chemin de ronde aménagé il y a 6 siècles.

 

Le diaporama de cette cité est visible ici.

 

 

Histoire du bourg :

* En 1122, "La Villa Sancti Laurenti" appartenant au Comte (voir titre de Noblesse) de Toulouse est citée dans un texte.

* Durant 3 siècles, la cité est en copropriété de plusieurs seigneurs.

* En 1445 (à vérifier), les villageois aménagent une fortification. Des "maisons" (logements ?) sont données à ceux qui participent à la construction. Four et citerne sont aménagés.

80 familles auraient été identifiées (à vérifier).

*  En 1465, Beaumont de Sommières achète la part de Guillaume de Montfaucon. Il devient le seul propriétaire de la cité.

* Au 16ème siècle, le capitaine François d'Agoult occupe la cité avec une troupe de 200 soldats (à vérifier).

* Au milieu du 16ème siècle, Louis de Rochemore revendique la possession unique de la cité.

* Au 17ème siècle, la famille Julien possède la cité.

* En 1746, Antoine de Julien vend la cité à Joseph de Thomas.

* Au 19ème siècle, la petite chapelle est remaniée.

* Au 20ème siècle, plusieurs propriétaires se partagent la cité. La chapelle seigneuriale est devenue église paroissiale.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur et des ruelles intérieures est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Voulez vous boire à ma source ?

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 06:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

Voyez vous une église fortifiée ?

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Saint Sauvant est situé à 30km au Sud de Saint Jean d'Angély, à 15km au Nord-Ouest de Cognac et à 10km à l'Est de Saintes.

 

     Coordonnées du bourg :

45° 44′ 24″ N 0° 30′ 9.97″ W
 45.74°  -0.50277°

 

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte

    Le bourg de Saint Sauvant est construit sur un éperon rocheux dominant l'ancienne voie Romaine reliant Clermont Ferrant à Saintes. Il semble logique que :

* Des fortifications aient été construites pour surveiller les "passants",

* Puis que des bâtiments défensifs aient été aménagés pour protéger les habitants.

   Lentement, j'avance vers une église que mon dictionnaire des fortifications médiévales affirme être défensive.

  Un chevet très symbolique !

  L'art Roman

     En abordant le bâtiment religieux par le chevet, je ne remarque aucun système défensif. Dans les fenêtres et les colonnes, l'art Roman s'exprime avec beauté et simplicité. Certains spécialistes en architecture religieuse voient dans cette construction la symbolique de la terre et du ciel, la représentation de l'élévation vers Dieu.

Distinguer vous ceci dans le chevet ?

 

La symbolique
  A - La partie basse (le symbole de la terre, le monde d'en-bas) ne propose aucun décor. C'est la simplicité.

  B - En intermédiaire, c'est la séparation entre les 2 mondes énnoncée par cette ligne épousant aussi le galbe des fenêtres.

  C - En partie haute, (le symbole du ciel, de Dieu) ce sont de pures bandes Lombardes (lésènes) ornées au dessus de pointes de diamant.

 

Curiosités

   Le chevet ne semblant pas fortifié, j'ôte provisoirement mon heaume de castellologue amateur pour prendre mon chapeau de paille de touriste. C'est ainsi que je vois au moins trois curiosités architecturales :

1 - Les petites arcades des bandes lombardes reposent sur des modillons aux formes très variées (têtes humaines, animaux, symboles). Cela tranche par rapport à celles que je vous ai déjà montrées comme à :

 - Canet en Roussillon --> (clic pour voir l'image),

 - Prunet et Belpuig --> (clic pour voir l'image),

 - Beaurain --> (clic pour voir l'image).

2 - Les marques sur le mur et les colonnes me font penser qu'un petit bâtiment était accolé au chevet.

3De chaque coté de la nef, une construction ressemble à un vestige d'enfeu ou à une pierre tombale.

  Conclusion : L'église a subi de nombreuses modifications durant les siècles.

Ces murs ressemblent plus à une forteresse qu'à une église

 

Mais où sont les défenses ?
   Pour mieux comprendre l'église, un peu de recul est obligatoire. Je constate que le clocher peut servir de tour de guet, il peut permettre à un défenseur de tirer (évidemment) mais il n'est pas fortifié.

  Par contre, la nef est massive. Au dessus de la ligne de modillons, il me semble que l'église a été rehaussée (renforcée par de puissants contreforts à larmiers) permettant la réalisation d'une salle de repli.

 

L'entrée

   Avec ses 2 puissants contreforts à larmiers encadrant la porte, l'entrée semble bien protégée, solide, inviolable, même si ses renforts rendent la défense délicate (trop d'angles morts). Au sommet, une ouverture me confirme l'existence d'une salle de repli.

  Le portail est sobre avec des voussures aux sculptures géométriques.

 

      L'intérieur :

* La nef est d'une grande sobriété, point de pierre sculptée sur les colonnes ni de murs peints.

* La chapelle latérale de style Gothique possède la statut d'une de mes héroïnes préférées.

Vous avez reconnu : Jeanne d'Arc.

* Voyant que la porte menant à l'escalier est fermée, je retourne vers la lumière extérieure, puis je me dirige vers l'autre merveille médiévale de ce bourg : L'ancien château fort.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 15ème siècle, l'église est remaniée (à vérifier).

* En 1914, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Sylvain) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

L'élégance de l'art roman s'exprime dans cette église

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime