Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 07:15

 

Département 48 - LOZERE

  Ce mur me murmure son histoire si riche

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Le Malzieux-Ville est située à 60km au Sud-Ouest de Le Puy en Velay, à 40km au Nord de Marvejols (voir ses portes fortifiées) et à 30km au Sud-Est de Saint Flour.

 

     Coordonnées des fortifications :

44° 51' 18" N 3° 19' 52" E
 44.8549843°  3.3310312999°

 

 

Les fortifications : 

        L'extérieur :

Une cité pour tous types de touristes

* Certaines constructions médiévales en notre siècle offrent un plaisir pour chacun d'entre nous.

* Le touriste premeneur sera heureux de déambuler dans les ruelles.

* Les damoiselles seront enthousiasmées par les balcons fleuris.

* Un castellelogue amateur ou un passionné d'architecture sera coi devant les murs multi-centenaires.

** Voila ce que propose la cité fortifiée de : Le Malzieu-Ville.

 Les fleurs ont remplacé les archers

L'arrivée

* La première façade que je rencontre a subi de nombreuses modifications.

  - Parois plusieurs fois consolidées,

  - Fenêtres créées puis rebouchées,

  - Archères en remploi,

  - En haut à droite, latrines défigurées.

 

Remparts modernisés

* Lentement, je longe le rempart comportant de nombreux logements.

* Soudain, l'architecture change. Les pierres sont "neuves" d'aspect et les joints refaits.

Quelles sont les raisons de ces modifications ?

* Une mairie s'est installée dans le rempart. En réalité, elle a pris place dans l'ancienne chapelle des Pénitents.

  - Des fenêtres ont été aménagées,

  - Le chemin de ronde a été couvert,

  - Des fleurs ont "poussé"

 * L'office de tourisme a pris ses fonctions dans la tour située à l'Est.

  - Cette ronde beauté se nomme : Bodon.

  - Elle possède des archères canonnières cruciformes.

  - Son sommet garde les traces des mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

Les tours

* A la fin du Moyen Âge, le rempart de la cité possédait 7 tours défensives :

 

1 - La tour Bodon à l'Est.

2 - La tour de la Communauté : Détruite durant les Guerres de Religion.

3 - La tour Crussols : Il ne reste que les fondations.

4 - La tour Jonas : Emportée par une crue au 17ème siècle.

5 - La tour Mercoeur : Arasée mais encore visible.

6 - La tour Thaler au Nord-Ouest.

7 - La tour Tourlande : Détruite durant les Guerres de Religion.

 

 

Les portesPorte, archères, puits : Que de symboles d'un autre temps !

* Pour entrer dans une cité fortifiée il faut des portes (évidemment).

* L'une des plus importantes est celle que je vous ai montrée en arrivant.

L'avez vous déjà oubliée ?

* Elle est sur le mur avec les 3 archères canonnières cruciformes.

* Ces portes m'informent :

- Que le rempart était épais.

- Qu'elles possédaient un double vantail bloqué par une poutre.

* Par contre, je suis surpris de ne pas voir de trace d'assommoir ni de herse.

 

        L'intérieur :

La diversité

* Les petites rues de Malzieu-Ville regorgent de détails historiques.

* Quelques maisons bourgeoises portent encore les signes marquant la richesse de ses anciens propriétaires.

* Une passerelle couverte relie l'église et le rempart.

* Soudain, une haute construction me fait face.

 

Une tour !

* A l'intérieur des remparts, la cubique construction se nomme : Le beffroi ou tour de l'horloge.

* Elle semble posséder 4 étages.

* Je ne sais point si les ouvertures servent à la défense ou à l'éclairage des niveaux.

* Elle est surmontée d'une plateforme défensive avec crénelage, merlons avec fentes de tir et de mâchicoulis.

* La petite tour renfermant l'escalier est plus décorative en notre siècle qu'utile au  moyen âge.

 

 

C'est la fin pour vous

* Vous imaginez que toutes ces découvertes épuisent Le Chevalier Dauphinois.

* Pour reprendre des forces je me dois de trouver une taverne accueillante.

* La cité n'en manquant point, je vous laisse pour découvrir les spécialités régionales.

Même remanié, le souffle médiévale se ressent

 

Histoire de la cité :

* Au milieu du 11ème siècle, le petit bourg est possession des Barons de Mercoeur.

* A la fin du 12ème siècle, début de construction des remparts.

* Vers 1362, la cité est plusieurs fois assiégée par les Routiers.

* Au 16ème siècle, la ville devient une cité Huguenote.

* En 1586, l'armée Catholique, commandée par le Duc de Joyeuse, attaque la cité.  Les remparts sont partiellement détruits et plusieurs tours sont démantelées.

* Au début du 17ème siècle, la Peste s'approche de la cité. Pour enrayer le "mal" il est décidé de brûler une maison. Evidemment l'incendie se propage est une partie de la cité est détruite.

* Au milieu du 17ème siècle, des architectes Italiens reconstruisent les quartiers détruits. Les nouveaux habitats sont collés aux remparts.

* Vers 1790, en apprenant l'arrivée des Révolutionnaires, les religieuses du couvent abandonnent leurs bâtiments.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

Combien de religieuses ont emprunté ce passage.... secret ?

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 06:02

 

Département 24 - DORDOGNE

 Sentez vous ce plaisir médiéval qui monte ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Saint-Pierre-de-Côle est située à 70km au Sud-Est d'Angoulême (voir son château), à 25km au Nord-Nord-Est de Périgueux et à 15km à l'Est de Brantôme.

 

   Coordonnées du château :

45° 22' 56" N 0° 48' 10" E
 45.3823675°  0.80277760°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

* Parfois les châteaux s'amusent à se cacher.

* Ils tentent de se camoufler en prenant la couleur de la végétation.

* Mais l'oeil exercé de votre Chevalier Dauphinois les débusque... (J'espère que vous ne croyez pas tout ce que j'écris...).

* C'est le cas du château de Bruzac situé à 3km au Nord-Est de Saint Pierre de Côle.

* Bien que la construction ait mis sa tenue de camouflage verte, ses "rares pierres" blanches attirent mon attention.

L'aviez vous vu dans la forêt ?

 Combien voyez vous de châteaux ?

La recherche d'indices de loin

     Lorsque c'est possible, j'adore observer un château de loin. Cela me met dans l'ambiance mais aussi me permet de voir des détails que je n'aurais pas pu observé ou comprendre en étant à ses pieds.

   Par exemple, en face du site, je perçois 2 constructions distinctes. J'ose affirmer que 2 châteaux existaient à l'origine.

 * Celui de gauche (nommé château bas) semble être composé :

- D'un logis parallélépipédique, avec plusieurs fenêtres à meneaux en croix,

- D'une tour flanque qui semble habitable (par ses dimensions).

- Un ensemble de consoles triples forme les vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire).

 * Celui de droite (nommé château haut) doit comporter :

- Une imposante tour ronde d'au moins 4 étages sur rez-de-chaussée,

- Chaque étage de la tour possède une baie de lumière. Je pressens que la tour était habitable.

- Un logis est caché derrière. Il semble très ruiné.

- Les fantômes des mâchicoulis ne sont visibles que sur la tour, mais je pressens qu'ils continuent sur la façade Nord (à droite).

- Grâce à la vue de coté, je vois une autre tour symétrique (toujours coté Nord)

 

Je m'approche

   Avant propos :

* J'ai visité cette ruine il y a de très nombreuses années.

* A l'époque, je ne prenais pas beaucoup de photos.

* Et puis, avec mes 800 ans (ne riez point, ceci est mon âge) ma mémoire défaille un peu.

* J'avoue ne plus me souvenir de l'intégralité de ce magnifique site.

* Je vais donc vous montrer les images avec un texte minimal.

 

A B C

 

  Ces trois vues montrent :

A - La qualité de construction des systèmes en encorbellement.

B - Les réparations suite à des attaques.

Avez vous remarqué l'échauguette sur culots à droite ?

C - Le châtelet d'entrée avec l'emplacement des flèches du pont levis.

Avez vous remarqué la canonnière au niveau de la salle des gardes ?

  Cette entrée n'est pas celle utilisée en notre siècle.

 

Errance le long du rempart

1 - Une fenêtre du logis dans le château haut.

2 - Le rempart extérieur coté château haut.

3 - Vestige d'une tourelle d'angle (?) coté Nord .

4 - L'actuelle porte d'entrée à la haute cour du château haut.

5 - Derrière la porte, un monde merveilleux attend le visiteur.

6 - Tour escalier d'époque Renaissance.

 

1 2 3 4 5 6

 

    L'intérieur :

Que de beauté !

* Comme souvent dans une ruine, la végétation envahit les sols et les murs.

* De plus, l'effondrement des plafonds a diminué la hauteur des salles.

* Avec beaucoup de prudence, en entrant dans les salles, des merveilles se laissent admirer.

* Lorsque les plafonds sont présents, ils montrent la qualité de construction de ces châteaux.

 

La chapelle

Elle est fascinante. Je vous laisse admirer les décors et sculptures.

 

7 8 9 10 11 12

 

C'est la fin

   Pour ne point tout vous montrer j'arrête l'article descriptif ici. Sachez qu'en ce lieu, il y a mille détails à déguster. La visite commentée par les propriétaires vous permettra que mieux comprendre ces châteaux défensifs et de confort.

  Pour vous faire aimer ces ruines, veuillez regarder cette vidéo.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, Hélie Flamenc reçoit la terre en dotation.

* Au 12ème siècle, construction d'un premier château appartenant à Guy Flamenc (à vérifier).

* Au 15ème siècle, indivision du site. Deux châteaux sont construits entourés par un même rempart.

* Au milieu 16ème siècle, durant les guerres de Religion, les châteaux sont attaqués et partiellement détruits.

* A la fin du 16ème siècle, les châteaux sont partiellement reconstruits et consolidés.

* Au 17ème siècle, Richelieu ordonne le démantèlement des 2 châteaux.

* Vers 1792, les deux châteaux sont décrits comme ruines. Ils ont comme fonction : Carrière de pierres.

* En 1948, les châteaux sont inscrits aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, la famille Fargeot achète la ruine et tente de la faire revivre avec courage et intelligence.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La visite des ruines est payante. Renseignez vous sur les horaires.

 

Noms des différents propriétaires ou copropriétaires :

- Flamenc,

- Neuville,

- Born,

- Gontaud,

- La Marthaunie,

- Beynac,

- Bonneval.

 

De loin, les 2 châteaux se dissocient bien

 

Un diaporama est accessible ici

 

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne

 

Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 06:37

 

Département :  36 - INDRE

 

Le bourgLe miroir me renvoie l'image de ma passion

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Le Pont Chrétien Chanenet est située à 100km à l'Est de Poitiers, à 30km au Sud-Ouest de Châteauroux et à 5km au Nord-Ouest d'Argenton sur Creuse.

 

   Coordonnée du château :

46° 37' 43" N 01° 28' 41" E
 46.62872°  1.478130999°

 

 

Le château :  

     L'extérieur :

La halte salutaire

* Même si votre Chevalier Dauphinois est un être infatigable, parfois il ressent le besoin de s'arrêter.

* C'est donc proche du confluent de la Bouzanne et la Creuse que je pose mon séant.

* L'eau forme un miroir qui me montre les reflets..... du temps.

* Je lève les yeux. Une blanche forme apparaît.

* Ma halte est de courte durée. Je me dois de conquérir le coeur de cette belle à la peau blanche.

 Etait ce la propriété d'une Dame Blanche ?

La découverte de loin

* La courtine  est orientée dans un axe Nord-Sud.

* Elle possède aux 2 extrémités deux rondes tours de diamètre différent.

* La grosse tour possède les traces de ce que j'imagine avoir été des mâchicoulis (voir vocabulaire).

* La fine et haute tour posée sur culots doit contenir un escalier en colimaçon.

* A sa base, une fente verticale  avec une arquebusière rappelle que la construction fut défensive.

 

Diantre !... Des imitations

* Sur le coté, je remarque une plateforme.

Sont ce les vestiges d'un bastion

ou d'un boulevard ou d'une barbacane ?

* Bien qu'il y ait une échauguette, je doute.

* Ce doit être une terrasse de confort.

 

L'autre face

* La nuit tombe.

* Je dois rapidement voir les derniers indices.

* Point de système défensif, aucune trace de pont levis ni de châtelet d'entrée.

* Je pressens que la belle a été assagie pour la modernité de ses occupants.

 

     L'intérieur :

* Hélas, le site est devenue une mairie.

* A l'heure où je la découvre, le bâtiment n'est pas ouvert au public.

* Je décide de regarder l'horizon et les derniers rayons du soleil.

 

 

 

Histoire du château :

* Au 15ème siècle, construction d'une "gentilhommière" de plaisance dont les travaux sont suivis par Jehan du Breuil du Bost, écuyer.

* Au 16ème siècle, la construction est possession de la famille Chabenet.

* Vers 1790, le site est possession de la famille Du Bost.

* Vers 1794, les Révolutionnaires vendent le site à Jean Rivet.

* Au début du 19ème siècle, il est possession de la famille Bost.

* En 1869, après le décès du Breuil du Bost; Marquis de Gargilesse, le site est acheté par la famille Barault dont le père est cultivateur.

* Peu de temps après, par son mariage avec un certain Poitrenaud, le château est apporté en dot par la fille de Barrault.

* En 1898, le site est vendu au Baron (voir titre de noblesse) Liebert de Nitray.

* En 1902, le nouveau propriétaire se nomme Gleyrose.

* En 1925, le château est acheté pat monsieur Vacher, industriel de profession.

* En 1958, monsieur Ballereau est le nouveau propriétaire.

* En 1959, après le décès de son père, l'héritier vend le château à la commune. L'antique construction devient la mairie.

* En 1964, la chapelle est détruite.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des salles intérieures n'est possible que pour les membres du conseil minicipal ou pour les mariages. Le site est si modernisé que ses entrailles ne sont plus médiévales.

 

La nuit est le territoire des fantômes. Je me dois de trouver une auberge.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 16:26

 

Département 12 - AVEYRONVoyez vous une église fortifiée ?

 

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Vézin de Lévézou est située à 60km au Sud-Ouest de Mende, à 40km au Sud-Est de Rodez et à 25km au Nord-Ouest de Millau (voir son beffoi).

 

     Coordonnées de la commanderie :

44° 15' 44" N 2° 59' 4" E
 44.262199°  2.984511

 

 

La commanderie : 

        L'extérieur :

Est ce le bon endroit ?

    En arrivant dans le petit bourg, au point le plus haut, je remarque de suite l'église : Massive, anguleuse. Ce bâtiment religieux ne semble pas avoir été fortifié.

   Je m'approche de la porte, mais elle ne s'ouvre pas.

Vais je découvrir un bâtiment fortifiée en ce lieu ?

 

 Est ce de l'eau de vaisselle ou de l'eau de gouttière ?

Je cherche

* Lentement je contourne l'église.

* Je constate qu'elle fut construite sur le rocher.

* Durant mon périple de recherche, je découvre sur un mur une ouverture me rappelant les petites fenêtres médiévales d'un habitat.

* Quelques mètres plus loin, une autre ouverture apparaît.

* Avec la présence d'une sortie d'évier, je suis certain que ce pan de mur cache un habitat médiéval.

Suis je proche de la commanderie ?

 

 

Une tour défensive solitaire

La tour

* Au bout du mur, une tour carrée apparaît.

* Elle comporte 5 étages.

* Une des faces est très remaniée (ciment).

* Les rideaux aux fenêtres prouvent que la tour est toujours habitée.

* Au sommet, les vestiges de consoles sont les fantômes des mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

 

Curiosités sur la tour

  Une face comporte trois curiosités :

    1 - Une fenêtre à meneaux en croix (obstruée).

    2 - Une archère droite bouchée.

    3 - Une bouche d'évacuation.

 Cette curieuse évacuation est l'extrémité d'un "tuyaux" dont les pierres de bouchage sont visibles (aménagement après la construction de la tour ?). Cela explique l'archère droite obstruée.

 

 

        L'intérieur :

  La visite de la propriété privée est impossible. 

 

 

Histoire de la commanderie :

* En 1234, La Clau est cité comme bastide fortifiée.

* En 1239 (?), en entrant dans l'Ordre du Temple, Grimal de Salles donne la bastide aux Templiers de Sainte Eulalie du Larzac.

* En 1312, l'Ordre du Temple est dissout.

* En ce début du 14ème siècle, la commanderie est confiée aux Hospitaliers de la commanderie de Canabières.

* Au 14ème siècle, une tour de défense est aménagée.

* En 1412, une église est construite.

* Au 15ème siècle, une autre tour défensive est construite. Le logis est aménagé.

* En 1792 (?), la vieille tour du 14ème siècle est arasée.

* Vers 1799 (?), durant la période du Consulat, le bâtiment religieux devient l'église paroissiale.

* Au milieu du 19ème siècle, l'ancienne commanderie sert de presbytère.

* Au début du 20ème siècle, une salle du donjon est aménagée pour une école.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Je me console sous ces consoles

 

Vers liste

châteaux des Templiers

Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 06:04

 

Département 30 - GARD

  La magnifique ruine attend le beau Chevalier Dauphinois

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Fressac est située à 45km au Nord de Montpellier, à 20km au Sud-Ouest d'Alès et à 12km au Nord-Ouest de Quissac.

     Coordonnées du château :

43° 59' 33" N 3° 55' 2" E
 43.992478836°  3.9174132049°

 

 

Le château : 
        L'extérieur :
EIle est là haut

* A moins d'un kilomètre au Sud-Ouest du bourg, sur une colline verdoyante apparaît une construction assise sur le rocher.

* Cette beauté intouchable (pour le moment) est le château de Fressac.

* Comme toutes les damoiselles, la belle a besoin d'être conquise pour se laisser pénétrer.

* C'est donc un chevalier en tenue de conquête (lavé sous les bras et rasé) qui aborde la vieille ruine.

 Un enchevêtrement de remparts aux formes anguleuses

Les préliminaires

* Ses premiers atours sont vraiment minimaux.

* La belle ne me montre que des petits pans de murs avec quelques archères droites.

* En regardant mieux ses ouvertures, je crois voir des fentes de tir pour armes à feu.

 

Elle est grosse !

* Quelques mètres plus haut, une imposante bâtisse sort du bois.

* Elle a la forme d'un pentagone irrégulier.

* Je suis surpris de ne voir que des murs droits sans tour défensive.

* Certains angles possèdent le souvenir (des consoles) d'un système en encorbellement nommé : Echauguettes.

* Les pierres sont souvent pauvrement taillées et de dimensions aléatoires.

* Les parois possèdent des fentes de tir et des trous de boulin alignés et proches me faisant penser à un hourdage (voir vocabulaire).

 Diantre !.... Que voila une entrée sinueuse

Les prémices de la pénétration

* L'entrée est protégée par une succession de chicanes formant un sas.

* Je passe par la petite porte pour arriver devant une seconde.

* Soudain apparaît une tour de forme carrée.

* Elle est posée sur le rocher.

* Ses pierres sont comme celles du rempart : Pauvrement taillées et de dimensions asymétriques.

* L'une des faces possède des nombreuses ouvertures de tir sur plusieurs niveaux.

* La tour est partiellement arasé expliquant l'absence de crénelage.

* Pourtant, comme moi, vous avez remarqué les consoles au sommet.

* Je doute que ce soit les vestiges de mâchicoulis. Donc :

Qu'est ce ?

* Ce ne sont point des latrines, car par grand vent, elles éjecteraient le "produit" dans les fentes de tir.

* Ce sont peut être des bretèches, bien qu'il n'y ait point de porte à protéger en dessous.

 

        L'intérieur :

 

La découverte de l'intérieur du château est ici.

 

Il faut montrer patte blanche pour entrer en cette belle...... ruinée

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 06:30

 

Département 83 - VAR

  Vert n'est point ce château pourtant entouré de verdure

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Châteauvert est située à 50km à l'Est d'Aix en Provence, à 40km de Draguignan, à 12km au Nord de Brignoles et à 5km au Sud-Est de Brue-Auriac (voir son château)

 

     Coordonnées du château :

43° 29' 57" N 6° 01' 24" E
 43.4991632639°  6.02335363627°

 

 

L'église : 

        L'extérieur :
Il est là haut

* Avec un tel nom, je m'attendais à un château entouré de verdure et même attaqué par la mousse ou le lierre.

* C'est donc au bord de la rivière que mon attention se porte.

* J'imaginais une fortification entourée de douves.

* Que nenni !

* Le site est bien proche d'une rivière mais il la surplombe.

* Je pressens qu'il va me falloir grimper dans les ronces... vertes évidemment !

 Ce château vert : Est il gris ou... vert de gris ?

L'analyse de loin

* Sur un coté, le site montre une couleur verte.

* Evidemment, la teinte n'est pas causée par des murs peints mais une dense végétation.

* Sur une autre face, c'est le blanc qui domine.

* La couleur est due à la roche calcaire.

 

L'approche

* Depuis le bas de la colline, je remarque que le château est protégé par un à-pic sur 3 cotés.

* Cela facilite évidemment la défense.

* J'ai aussi remarqué (comme vous  je suppose) que le château est en ruine.

* Je fais donc appel à mon satellite personnel pour comprendre l'architecture du lieu.

* Le château, composé de longues courtines, est haut sur la colline.

* En léger contrebas, il me semble voir de petites constructions. Je subodore que cela fut le village médiéval.

* Lentement, je m'approche de ce site millénaire. Je me dois de l'écouter, il me narre son destin.

 Attaqué par la végétation, fissuré par les ans, le château survit

Je suis à ses pieds

* Un long mur qui semble aller vers l'infini.

* Mais son infini se fissure.

* Et même par endroit, il s'écroule.

* Malgré l'oubli des hommes et le massacre du temps, la vieille ruine garde les traces de son passé.

* Le mur possède encore les trous de boulin (voir vocabulaire), ainsi que des systèmes défensifs comme une archère droite.

* Derrière cette paroi, je vois de nombreuses hautes constructions.

* Je me dois de trouver l'entrée.

* Un panneau m'informe que le port du heaume est obligatoire.

* Avec prudence j'entre dans le site castral.

 

 

        L'intérieur :Est ce un tunnel secret ou une salle voûtée ?

Le premier contact

* Je grimpe pour mieux ressentir la ruine.

* Je me retourne pour constater le chemin parcouru.

Pensez vous que cet emplacement

soit une seule pièce ?

* Plus loin, je suis surpris de voir un muret aménagé entre 2 rochers.

Surprenant n'est ce pas !

* Puis je découvre des salles voûtées (entrepôts ?).

* J'arrive au sommet.

* Le plateau semble désert. Pourtant il est rempli de merveilleux indices.

 

Que de surprises !

* Ce pan de mur isolé parait insignifiant :

- Il ne possède pas de système défensif ni de fenêtre.

- Pourtant en approchant, je distingue les vestiges d'un départ d'angle.

- Au sol, les pierres construites m'informent du nombre de salles.

- Puis, à la base du mur, un arc m'interpelle.

Quelle fut la fonction de ce vestige ?

* A gauche de ce rocher, un autre pan de mur me fascine :

- Il est long, haut et comporte des trous de boulin.

- C'est surtout le retrait qui m'interpelle.

- Je pressens que ce fut le chemin de ronde de ce type.

- Je doute que ce fut un hourdage comme sur cette église Ariégeoise (la voir ici).

 

La richesse

* Je vous donne un conseil, que j'applique toujours.

* Il ne faut jamais oublier de regarder le paysage depuis une ruine.

* Il est toujours magnifique !

 

 

C'est la fin... pourtant il y a....

*  Lentement je redescends pour retrouver mon destrier dans le bourg.

* Soudain, mon oeil de castellologue amateur est attiré par une ronde construction.

* Un villageois, surpris de voir un touriste (avec un heaume) m'informe que ce fut une tour de guet.

* Surpris je suis car elle est bien trop élégante pour cette fonction.

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* En 1002, un site fortifié est cité dans un texte sous le nom : Castello qui dicitur verus.

* A la fin du 12ème siècle (?), le site, nommé Castrum viridum, appartient à 2 seigneurs :

- Bertrand de Châteauvert,

- Le sir de Villeneuve, seigneur de Flayocs.

* En 1252, Charles 1er d'Anjou, Comte de Provence, achète la seigneurie.

* En 1257, le Comte (voir titre de noblesse) de Provence cède la seigneurie à l'évêque de Marseille.

* En 1263, avec ses 80 feux (foyers), la seigneurie de Châteauvert est l'une des plus rentables de la province.

* A partir de 1347, la peste noire sévit en Provence. De nombreux villages et bourgs sont décimés.

* Vers 1370, Châteauvert ne compte plus que 18 feux.

* Au 15ème siècle, après plusieurs épidémies, le site est déserté.

* Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. Le site n'étant pas sécurisé, veuillez être très prudents. Le risque de recevoir une pierre est important.

 

Comme toujours, la vue est le trésor d'une ruine castrale

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 83

Vers Menu

châteaux du Var

Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Provence : 04 13 83 84
commenter cet article
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 06:57

 

Département 74 - HAUTE SAVOIE

 Flâner dans les ruelles piétonnes d'Annecy est un plaisir remarquable !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Annecy est située à 100km à l'Est de Lyon, à 50km au Sud de Genève et à 40km au Nord-Est de Chambéry.

 

   Coordonnées du château :

45° 53' 50" N 6° 07' 31" E
 45.89736931°  6.1253124475°

 

 

Le château :

     L'extérieur :

L'errance et le changement

* Durant un week-end en amoureux (avec mon destrier bien sur), j'erre dans les ruelles piétonnes de la capitale de Haute Savoie.

* Je pense à Cabrel et sa Dame de ce département quand une petite Damoiselle me hèle.

- "Dis monsieur, tu sais où il est le château là ?" me quémande-t-elle en me montrant une gravure.

- "Evidemment, il est en hauteur. Il suffit de lever la tête !" dis je à la petite, courant déjà dans la montée.

* Mon week-end romantique vient de se casser car je me dois d'ôter mon pourpoint en dentelle pour chausser ma tenue de castellologue amateur.Comme souvent, le château fort est au sommet d'un puissant rocher

Je vais conquérir le château des Comtes de Genève

puis des Ducs de Savoie !

 

 

Que montre ce château ?

* Posé sur un rocher, qui n'est point en chocolat, la masse jaune et blanche du château d'Annecy surprend.

* Il est composé :

- Des tours parallélépipédiques à mâchicoulis (voir vocabulaire) montrant des fenêtres à meneau en croix et des archères droites.

- Des longues courtines dépourvues de système défensif.

- Des bâtiments avec chemin de ronde couvert.

* Force massive et délicatesse de confort se côtoient avec harmonie.

 

 

Que de diversités en cette façade !

La haute construction sans sculpture ni décoration se nomme curieusement : Tour de la Reine* J'arrive au sommet du rocher.

* Je découvre un spectacle étonnant.

* A droite, une rude tour anguleuse, haute et presque borgne (excepté une archère droite par façade). Ses pierres sont jointives et parfaitement taillées.

* A gauche, le blanc châtelet surprend par sa grâce, ses mâchicoulis, son chemin de ronde avec ses ouvertures de guet et de défense.

Quel contraste entre ses 2 bâtiments !

 

    L'intérieur :

La tour de la reine

* Après avoir donné quelques piastres à une damoiselle jouant avec son smartphone, j'entre dans la cour du château de mes "ennemis Médiévaux" : Les Savoyards !

* De suite, je me précipite vers la haute tour pour comprendre son architecture.

* Cette massive construction mesure 15m de coté pour 40m de haut.

* Au 14ème siècle, ce bâtiment se nommait : La haute tour. Sa fonction défensive est indéniable.

* Son nom actuel viendrait d'une légende prétendant que :

La Reine Thiedbergue  (nommée parfois Teutberge) reprochait très souvent à son époux, le Roi Carolingien Lothaire, d'être infidèle (un bel homme l'est il vraiment ?). Lassé par ses reproches répétitifs, ce dernier (vers 862) enferme sa femme dans la Tour (que voila décision impossible à prendre en nostre 21ème siècle !). Avec la complicité de religieux, la Reine s'enfuit et se réfugie à l'abbaye de Talloire.

* De quand date cette tour ?... Puisqu'elle aurait enfermé une Reine au 9ème siècle.

* ..... Je suis dans l'inconnu temporel car certains panneaux indiquent le 13ème siècle et d'autres le 14ème.

* En entrant, mes yeux me quémandent de m'habituer à l'obscurité.

* Après cette adaptation, je vois une cheminée dont le manteau et la hotte sont complètement intégrés dans le mur. Cela m'informe que le mur est épais : 4 mètres d'après ma documentation.

* Point de décoration en ce lieu. La tour fut défensive avec des plafonds en bois.

* Je sors pour mieux admirer la cour, où la cour du Duc de Savoie devait trottiner peut être en s'échangeant des billevesées.

 

Le plan pour ne point se perdre

* Devant cette diversité de bâtiments aux couleurs multiples, aux architectures de plusieurs siècles, je suis un peu perdu.

* Ne voulant point vous perdre aussi, hooo mes merveilleux lectrices et lecteurs, je vous livre le plan daté.

* Pour mieux comprendre le plan, voici quelques repères :

A - Tour de la Reine.

B - Châtelet d'entrée.

C - Logis Nemours.

D - Vieux logis.

E - Logis neuf.

Puis à l'autre extrémité, le logis Perrière transformé en musée de l'eau.

Nota : La citerne  et le vieux donjon ne sont plus visibles.A la base du logis Nemours, remarquez vous une curiosité ?

 

Curieuse curiosité

Je reprends mon récit.

* Donc, je sors de la tour de la Reine et à gauche je vois le châtelet d'entrée.

Avez vous remarqué qu'il comporte

des mâchicoulis coté cour ?

* En face, le bâtiment blanc est le logis Nemours (voir explication dans l'historique pour ce curieux patronyme) datant du début du 16ème siècle.

* Soudain, à sa base, je remarque un détail architectural assez classique au Moyen Âge.

En connaissez vous la fonction ?

* C'est une gouttière (un caniveau) pour récupérer les eaux de pluie et les amener vers une citerne (à droite sur l'image).

 

Nota : Je ne vous fais pas un descriptif de l'extérieur des autres bâtiments et tours défensives.

 Nombres d'entre eux ne sont pas médiévaux et ont été consolidés puis très remaniés pour transformer ce château en musée moderne.

  Mais si vous êtes un passionné d'architecture, ces pierres peuvent vous parler.

 

Pour découvrir la suite de ce château Savoyard,

veuillez cliquer ici.

 

 

Voici une vue panoramique.... mais presque

 

     

Vers Menu châteaux de Haute Savoie

 

Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 06:06

 

Département 12 - AVEYRON

 Je pressens que mes 4 prochaines heures seront magnifiques en ce lieu

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Symphorien de Thénières est située à 130km au Nord-Est de Cahors, à 50km au Nord-Nord-Est de Rodez et à 35km au Sud-Est d'Aurillac.

 

     Coordonnées du château :

44° 45' 19" N 2° 44' 26" E
 44.755461°  2.740577°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* A 3 km au Nord-Nord-Est de Saint Symphorien de Thénières, ma documentation affirme qu'une butte porte les traces d'un château fort du 12ème siècle.

* En arrivant sur le site, je suis en extase devant le spectacle de ces pans de murs tentant de survivre.

* Je pressens que je vais me transformer en Sherlock Holmes.

 

Que voyez vous ?

Que vois je ?

   * Parfois devant une ruine, il m'arrive de tenter de deviner de loin l'architecture passée et présente.

   * Cet exercice n'est pas la méthode rigoureuse des archéologues..... Mais comme je ne le suis point, je fais ce que je veux !

 

Rapide supposition
* La château est posé sur un rocher.

* Bien que sa surface ne soit pas très impressionnante, il est assez étendu pour en faire le château d'un puissant seigneur.

* Il semble qu'un rempart (situé à quelques mètres à l'extérieur) entourait l'actuelle ruine.

* Le mur défensif du château ne mesure qu'un à deux mètres de hauteur. Ses pierres sont asymétriques et pauvrement taillées.

 

Information historique d'importance

* Ce château a été le siège d'une Baronnie (voir titre de noblesse).

* Le seigneur du lieu recevait plus d'une trentaine d'hommages de châtellenies.

* C'est donc une ruine "historiquement importante" que je vous montre !

 Vais je pouvoir déchiffrer le secret des vieux murs ?

        L'intérieur :

Qu'est ce ?

* En  entrant, je suis étonné par les arbres de pierres.

* D'habitude ce sont de vrais arbres en bois qui envahissent les ruines médiévales.

Qu'est ce ?

 

Les bâtiments

   Vous êtes si cultivés en ruines médiévales et si attentifs que vous avez reconnu les contours de bâtiments. Sans détail architectural important, il est difficile d'en connaître la fonction (logis seigneurial, cuisine...).

   Les murs sont composés de lits de pierres dont la taille varie. Même en ruine, il est possible de lire quelques pierres pour comprendre (un peu) l'architecture.

1 - Par exemple, ce joli mur d'angle semble avoir été ... heu... une fenêtre (?).

2 - Autre exemple : Ces belles pierres ont eu comme fonction... heu... une colonne portant le plafond (?).

 Même en ruine, sa puissance se ressent !

Un fantôme
* Un château, même en ruine, sans système défensif est rare.

* Je me mets à la recherche d'une tour.

* En prenant de la hauteur, je crois voir au bout du logis les empreintes d'une ronde tour.

* A base de la tour est évasée me prouvant que ce fut une tour de défense en bordure d'une lisse.

 

La tour

* A l'opposé du fantôme, je vois une vraie tour, certes arasée.

* Elle est située en bordure d'un rempart délimitant (je présume) la basse-cour de la haute-cour.

- La tour est évasée en partie basse,

- Le mur est épais,

- La forme laisse apparaître des marches d'escalier. Mais ceci n'est que le hasard de la destruction de la ruine puis de la consolidation pour conservation. Ces marches ne sont point pour un escalier.

- L'intérieur de la tour a été si détruit puis si consolidée qu'aucun fantôme de décors, ni cheminée se laisse admirer.

 

Les entrailles

   En prenant un peu de recul, je remarque une ouverture à la base de la tour.

Vais je découvrir un trésor ?

* Il fait noir, donc point de fenêtre.

* Les montants du mur m'informent qu'une porte s'ouvrait et se verrouillait de l'extérieur. Donc cette salle n'était point une habitation ni un refuge.

* Curieusement, je vois une niche. Cette salle n'était point une citerne.

* Au plafond, aucun trou permettant de récupérer des "objets". Donc ceci n'était pas un ratier (voir vocabulaire).

 

Est ce que les murs poussent comme l'herbe ?

 

D'autres entrailles

* Je sors en direction de la lumière pour admirer à nouveau les "arbres de pierres".

* Soudain, mon instinct me quémande d'aller vers l'humidité. Une autre salle m'attend.

* Sa forme voûtée me fait penser à une réserve.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, probable construction d'un château.

* A la fin du 12ème siècle ou au tout début du 13ème siècle, le site appartient à la famille de Beaumont. Une légende prétend qu'en 1209 Jean de Beaumont, Baron (voir titre de noblesse) de Thénières,  combat les Albigeois durant la Croisade.

* En 1210, le site est possession de la famille d'Auriac.

* En 1236, le site appartient à la famille Urfé, Baron d'Auriac (ou Aurlhac).

* En 1453, la famille Du Breuil possède la seigneurie.

* Vers 1500, la seigneurie est possession de la famille Sémur.

* En 1582, la famille Fontanges possède la seigneurie.

* En 1666, Jean de Soulage est Baron de Thénières.

* En 1695, la Baronnie est possession de la famille Roure

* Vers 1767, la famille Gromoard de Beauvoir possède le site.

* Vers 1789, le site appartient à Victor Scipion Louis Joseph de Lagarde, Marquis de Chambonas.

* En 1794, le vieux château est vendu (par les Révolutionnaires ?) à Prat de Durbec.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

La vue est le plus riche cadeau d'une ruine médiévale

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 07:20

 

Département 84 - VAUCLUSE

  Au sommet du bourg, une ruine se dore au soleil

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Crestet est située à 20km au Nord de Carpentras, à 18km au Sud de Nyons et à 3km au Sud-Est de Vaison la Romaine.

 

     Coordonnées du château :

44° 13' 01" N 5° 05' 08" E
 44.216947622°  5.083555877°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :
Le plaisir d'errer dans les rues

* Crestet est un charmant petit bourg accroché à une colline de 380m d'altitude, proche des Dentelles de Montmirail et du majestueux Mont Ventoux.

* C'est donc avec mon chapeau de paille de touriste que j'aborde ce site Provençal.

* Les voûtes en pierre, qu'elles soient pour le passage ou la sortie des égouts, m'emportent dans la rêverie d'un village fortifié médiéval.

* Les petites constructions en encorbellement m'informent de l'origine "ancienne" de ses bâtiments.

* Même si certaines ruelles possèdent des murs avec un trou rond, je n'ose penser que ce fut un système défensif.

 Il est là... Je peux le toucher

Je suis à ses pieds

* Être aux pieds d'une belle, c'est la mission naturelle d'un Chevalier.

* Lentement, je m'avance pour la comprendre.

* De loin, j'espionne ses rondeurs (car il ne faut point parler de cela à une belle).

* Bien que son efficace lifting soit presque imperceptible, je remarque qu'elle a gardé quelques rides.

 

Plus sérieusement

* Toute trace défensive a soit disparu, soit été gommée (haa, le fameux gommage !).

* Point de crénelage, mâchicoulis (voir vocabulaire) ni fente de tir s'offre à mes yeux de castellologue amateur.

* Pourtant, perdues en hauteur, des pierres en encorbellement semblent avoir fait partie de... latrines (?).

 

Elle m'en met plein la vue !

 

M'ouvrira-t-elle la fenêtre de son coeur ?

* Un escalier magique et millénaire me solicite pour une ascension vers mon Graal.

* Au sommet, je vois au loin les prémices du plaisir.

* Avant de la toucher, elle me quémande de me laver au puits.

* Ce n'est qu'à ce prix que j'ai le droit de la regarder.

* C'est à ce moment qu'elle me dit :

"Veux tu être l'ombre de mon ombre, l'ombre de ma ...."

(heu... Je connais la chanson).

Elle se joue des ombres

 

        L'intérieur :

Close elle est

* Le château n'est pas visitable.

* Bien protégée par un profond fossé, la porte reste close.

* Je vais donc reprendre le chemin du retour.

 

La dernière découverte

* Soudain, je lève la tête.

* La belle me fait de l'oeil et me nargue de sa beauté et de ses rondeurs.

* Mais elle me montre ses systèmes défensifs, m'informant qu'elle ne me cèdera pas facilement.

* N'ayant pont l'esprit belliqueux, je m'éloigne en l'admirant.

 

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* En 840, une première construction de surveillance (certainement) est aménagée au point le plus haut.

* Au 12ème siècle, construction d'un château fortifié en pierre. Il est possession des évêques de Vaison La Romaine.

* En 1185, après avoir détruit le siège épiscopal de Vaison la Romaine, Raymond VI, Comte (voir titre de noblesse) de Toulouse, assiège le château où réside l'évêque puis s'en empare.

* Au 14ème siècle, une partie du château est reconstruite. Le château possède maintenant des tours rondes de 25m de diamètre et plus de 30m de hauteur.

* En 1574, durant les Guerres de Religion, les Huguenots attaquent le château puis le saccagent.

* En 1686, sur l'ordre du Roi Louis XIV (voir liste des rois) le château est démantelé.

* Vers 1792, les Révolutionnaires attaquent le bourg et le château.

* En 1835, le dernier évêque, nommé par le pape, en charge de Crestet décède.

* Durant la fin du 19ème siècle puis au début du 20ème siècle, le château sert de carrière de pierre.

* En 1947, une interdiction de prendre des pierres est votée (à vérifier).

* En 1968, le site est vendu à un particulier. Lentement, le château reprend forme. Il est restauré et aménagé par le célèbre architecte français Roger Anger et son épouse.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis rues et ruelles est libre et gratuite en respectant la tranquillité du site. La visite de la propriété privée est impossible.

Nota :

Il semblerait que ce château puisse être loué. Ses 6 chambres, ses 5 salles de bain, sa piscine sont un plaisir unique qu'il ne faut certainement pas bouder.

 

Vais je voir une damoiselle dans l'une des ouvertures ?

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 84

Vers Menu châteaux

du Vaucluse

Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Provence : 04 13 83 84
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 06:24

 

Département 48 - LOZERE

  Ce château ne semble point massif ni défensif

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de La Canourgue est située à 60km au Nord-Est de Rodez, à 30km au Sud-Ouest de Mende, à 20km au Nord-Est de Séverac le Château (voir sa ruine).

 

     Coordonnées du château :

44° 28' 56" N 3° 12' 23" E
 44.48216833°  3.20637971°

 

       Toponymie :   (--> voir initiation)

 * Montjezieu serait la déformation de l'expression : Mont Judéo.

* Certains historiens émettent l'hypothèse que le rocher ou le château était habité par une colonie Juive.

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Le hameau de Montjézieu est situé à 5kilomètres au Nord de La Canourgue.

* Posé sur une colline surplombant le Lot, le château protège les maisons de l'attaque des... heu.... "mouches (?).

* Avec les modifications des siècles passés, il ne ressemble plus à un château fort du moyen âge.

Reste-t-il quelques signes de fortification ?

 Le confort n'a point défiguré le château médiéval

Première analyse 

* La première construction que je remarque est la tour ronde.

* Les archéologues affirment qu'elle fut construite au 16ème siècle.

* Elle ne possède aucun système défensif.

* Elle est accolée à un bâtiment datant de la même époque.

* Il semble que ce plus petit bâtiment soit le logis de confort d'époque Renaissance.

* Logis et tour s'appuient sur une puissante construction.

* C'est le donjon habitable d'origine médiévale.

A-t-il gardé la rudesse de cette époque

qui me passionne tant ?

 

 

Le donjon est si solide que la ronde tour s'appuie dessus

Le donjon médiéval

* Regardez l'image en fermant les yeux pour imaginer la solide construction débarrassée de ses "verrues" du 16ème siècle.

N'est il pas magnifique ?

* Cette construction a la forme d'un parallélépipède de 2 étages habitable sur rez de chaussée.

* Sur la gauche, à travers les branches, je vois une construction en encorbellement non alignée.

* Cette curiosité est :

   - Soit une bretèche (mais il n'y a pas de porte en dessous).

   - Soit des latrines.

* Je tente de sentir (beurk) mais surtout je me contorsionne pour observer le dessous.

Voyez vous des trous d'évacuation ?

 

Les défenses du donjon

* Au sommet de ce gros cube, il y a un chemin de ronde.

* Le pourtour comporte un mâchicoulis sur consoles.

* Le parapet possède des ouvertures de guet et des fentes de tir pour armes à feu.

Avez vous remarqué la qualité de construction ?

* Pierres des murs et parement d'angle sont "presque" neufs.

* La construction est sobre tout en étant défensive.

Avez vous remarqué le détail qui m'amuse toujours ?

* Sur le mur le plus long, au 1er étage, une construction en encorbellement pour.... l'hygiène.

Quelle puissance et quelle grâce !

     L'intérieur :

* Hélas, la propriété privée n'est pas visitable.

* Je me console en admirant le paysage.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, le seigneur de Montjézieu rend hommage pour ses terres et son château au Roi d'Aragon.

* Au 13ème siècle, la seigneurie est possession de l'évêque de Mende (à vérifier).

* Au 16ème siècle, un logis et une tourelle ronde sont construits en s'appuyant sur le château médiéval.

* Au 17ème siècle, après les Guerres de Religion, un ordre est donné par les états du Languedoc de détruire le château pour éviter qu'il soit le refuge des Protestants. Cet ordre n'est pas exécuté.

* En 1971, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieur est impossible.

 

Malgré les siècles, le château a gardé son allure médiévale défensive

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article