Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 06:30

 

Département :  38 - ISERE

 

Le bourgProche du cimetière, une maison forte coule des jours heureux

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Laval (en Isère) se situe sur une pente du massif de Belledonne à 20km au Nord-Est de Grenoble et à 5km à l'Est de Brignoud.

   Coordonnées de la maison forte :

45° 15' 11.837" N 5° 55' 48.248" E
 45.253288°  5.930069°

 

La maison forte 

     L'extérieur :

La découverte

    Après avoir visité l'énigmatique tour de Monfallet, je redescends lentement la colline pour rejoindre mon destrier quand soudain, à travers les arbres, je vois une beauté fortifiée.

   Cela ressemble à un petit château avec donjon + communs + rempart extérieur.

 

L'approche

    Depuis le champ proche du cimetière, la construction anguleuse ne semble pas médiévale et la faible hauteur de rempart ne devait pas protéger le château. D'ailleurs, vu la petitesse du site, il est préférable d'utiliser le qualificatif : Maison forte.

    En contournant par la droite, il me semble discerner une construction plus massive accolée au bâtiment anguleux.

  Voila une maison forte qui adore se cacher

L'enquête commence

    La construction la plus impressionnante de la maison forte est la haute tour ovale coté vallée et polygonale coté montagne.

  En espionnant par l'une des ouvertures des 4 étages, je crois voir un mur très épais (2 m ?).

   Par son revêtement, ses dimensions et sa forme, je pressens que cette tour maîtresse est d'origine médiévale.

 

Le portail

    Une autre surprise m'attend : Un portail d'entrée protégé par 2 tours rondes. Cette entrée n'a pas la puissance et le prestige de celle du magnifique château de Bressieux (lire l'article), mais les tours ont dû dissuader quelques mécréants avec leur forme compacte et de belles bouches à feu.

    Au dessus du double vantail, des consoles sont les vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire) appartenant à un chemin de ronde entre les 2 tours. Mais je doute que cela soit d'origine.

Ne serait ce point une reconstruction du 19ème siècle.

 

     L'intérieur :

         La propriété est privée et habitée. La visite n'est pas possible. 

 

     Conclusion :

           Ce bâtiment fortifié n'a pas la puissance d'un château fort  ni le charme d'une ruine posée sur un pog, mais il est représentatif des maisons fortes construites au Moyen Âge et qui ont su évoluer et se moderniser sans modifier profondément leur architecture primitive.

Un vrai plaisir des yeux.

 

 

Histoire de la maison forte :

* En1249, la maison forte de Laval-Saint Etienne est cité dans un texte d'hommage du sieur Anthelme de Laval au Dauphin (voir titre de noblesse) du Dauphiné Guigues VII (voir liste des Dauphins).
* En 1288, Jean Ier d'Alleman, seigneur de Séchilienne, est propriétaire du château et de la maison forte.
* En 1368, la famille Alleman est contrainte (point je connais la raison) de partager le site de Laval avec la famille Commier. Mais elle garde la possession de la maison forte.
* Au  15ème siècle, dans cette construction, naissance de Hélène Alleman-Laval. Ce nom ne vous "parle" pas. Pourtant, ce bébé deviendra la mère du formidable chevalier Bayard (voir le château de sa famille).
* En 1552, Guigonne Alleman épouse Bertrand  Raimbaud de Simiane, Baron de Gordes (voir son château) dans l'actuel Vaucluse. Ce personnage sera plus tard un farouche défenseur du dialogue et de la paix évitant aux Dauphinois de participer à des combats et massacres (comme celui de la Saint Barthélémy).
* En 1740, la famille de Gordes cède l'intégralité de la seigneurie au Prince de Condé.
* En 1787, la seigneurie est vendue à Claude Périer.
* Vers 1792, les révolutionnaires s'attaquent aux symboles de l'ancien régime. La maison forte de Laval est partiellement détruite.
* En 1832, la famille Rebuffet est propriétaire du site.
* Au 20ème siècle, les nouveaux propriétaires consolident et rénovent le site.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La propriété étant privée et habitée, la visite de l'intérieur est impossible. Veuillez respecter ce site.

 

La tour... Prends garde... j'arrive !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Isère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 06:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgVoyez vous cette merveille médiévale ?

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Roquefeuil se situe à 30km au Sud-Ouest de Quillan (voir son château), à 26km au Nord-Est de Ax les Thermes et à 4km à l'Est de Belcaire.

   Coordonnées du bourg :

42° 49' 12.133" N 1° 52' 39.318" E
 42.820037°  1.994255

 

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

    A quelques enjambées à l'Est du village de Roquefeuil, une petite colline porte les traces d'une fortification médiévale.

  La 1ère plate-forme semble pouvoir accueillir des constructions comme les communs, écuries etc...

N'est ce que supposition de ma part ?

 

Recherche d'indices

    Tel un chien de chasse, la truffe au sol, je cherche des indices de maçonnerie. Avec mon imagination débordante, je crois voir ici un.... Mais vous n'allez pas me croire. Pourtant à peu de distance, je vois des pierres pauvrement taillées et alignées.

   Puis à quelques mètres, il y a ce rocher taillée pour accueillir une poutre. Je suis tellement excité de mes trouvailles que je crois voir ici un rempart   . Mais il n'en est rien.

   Avec un peu plus de lucidité, je repars à la recherche de vrais indices de constructions fortifiées.

 

     L'intérieur :  

Les constructions sont rases mais réellesLes vraies preuves

    Lentement j'avance. Proche de l'à-pic, de nombreux indices me mettent en joie :

     - Un mur-rempart épais pour certainement soutenir une construction posée au dessus.

     - Un vestige de tour ronde en appui sur la paroi.

     - Des marches d'escalier creusées dans le roc.

 

Pensez vous qu'en haut des marches d'autres beautés m'attendent ? 

 

La solitude si belle !

    De nombreuses actrices se demandent si elles ont bien descendu les marches brillantes du Cabaret, certains acteurs rêvent de monter le tapis rouge du palais au festival de Cannes.

   Votre chevalier Dauphinois (pourtant si célèbre ) ne pense qu'à une chose : Gravir l'escalier de pierres grises sans les applaudissements d'une foule en délire. La solitude d'une ruine est plus impressionnant que les strass et la furie.

 

Des murs partout !

   Après cette réflexion hors sujet (due au manque d'oxygène en altitude  .. heu.. si, si, je suis sur une colline ) je gravis les dernières marches espérant voir d'autres merveilles.

   Évidemment, dans une telle ruine, point de crénelage, hourd, bretèche ni mâchicoulis (voir vocabulaire). Ce ne sont qu'indices au sol. Les murs ne mesurent que 50cm mais avec des yeux d'enfants et un peu d'imagination, une forteresse est "visible". 

      Ayant encore beaucoup de pierres à dévorer (des yeux bien sur) je vous laisse devant la richesse d'une ruine médiévale, c'est à dire son panorama. Celui de Roquefeuil est magnifique.

 

 

Histoire du château :

  Je n'ai hélas aucune information sur l'histoire de ce château excepté quelques dates concerant certains seigneurs de Roquefeuil. La prose ci-dessous n'est pas totalement confirmée.

* Au 11ème siècle (?), construction d'un village et d'un château.
* Au 13ème siècle, durant la Croisade des Albigeois, le château est détruit (à vérifier).
* Au milieu du 14ème siècle, durant la guerre de 100 ans, Arnaud de Roquefeuil participe aux combats en Gascogne contre les Anglais.
* Au début du 17ème siècle, les nombreuses incursions Espagnoles dévastent la région. Roquefeuil n'est pas "oublié".
* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de glisser ou de rouler sur une pierres existe, soyez prudent.

 

Les achitectes médiévaux étaient plein d'imaginations

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 06:30

 

Département    63  - PUY de DÔME

Le bourg :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
       La commune de Busséol est située 12km au Sud-Est de Clermont-Ferrand et à 6km au Nord de Vic le Comte. 

  Coordonnées du château :

45° 41' 35.023" N 3° 15' 22.057" E
 45.693062°  3.256127°

 

Le château :

        L'extérieur :

Il est là haut !

    Le château fort est si haut perché, il est si fier sur sa colline basaltique qu'il est impossible de ne pas voir cet incroyable construction âgée de 800 ans. Je vous emmène vers une forteresse médiévale unique (heu... je suis conscient que je l'écris dans presque tous mes articles ).

La découverte
   Après avoir déposé mon destrier sur le petit parking, j'entre dans la basse cour et je suis écrasé par la masse primitive de ce château. Il a certes été remanié, consolidé, restauré et même "remonté"  (j'ai des photos vieilles de  40 ans montrant une ruine), mais il est (pratiquement) tel que son dernier seigneur l'avait vu.

La courtine
      La courtine ensoleillée est très instructive. Elle ne comporte aucune fente de tir, ni archère, ni bouche à feu (voir vocabulaire). Cette construction du 12ème siècle a été oubliée des architectes après le 14ème siècle.

Aucune modernisation... Fascinant !


    La courtine possède de belles fenêtres romanes et au sommet les ouvertures rectangulaires correspondent à l'ancien chemin de ronde.

Avez vous remarqué les trous de boulin

   A l'origine, ils devaient soutenir des hourds en bois (?) puis les supports ont été "modernisés" avec des consoles en pierre.

 

Les tours
   Les angles possèdes des tours rondes. Certaines sont posées sur le rocher et leur donnent un air plus "primitif".

   Une des tours a une dimension impressionnante. Ce devait être la tour maîtresse de repli et de défense de la parti la plus vulnérable, face à l'attaque.

 

Les défenses

  En plus des encorbellements vus sur la courtine, les tours comportent des archères droites peu nombreuses mais pouvant défendre dans les traditionnels "angles morts".

   Ce coté de la courtine semble avoir un crénelage. J'opte plus pour un mur arasé "déformant" la chemin de ronde couvert car cette façade devrait être identique à celle-ci.

   Mais que vois je ?

Serait ce une bretèche ?

  Que nenni. Je pense à des latrines, puisqu'il n'y a rien à défendre en dessous.

 

L'entrée

    Je suis si distrait dans ma recherche d'indice du système défensif médiéval en haut des tours et courtines que je n'ai pas vu l'entrée. Je refais donc le tour du château. C'est évidemment une phrase fausse que je viens d'écrire, car avec un à-pic coté Est, le tour est impossible à faire.

   C'est donc avec bonheur que je découvre la porte qu'un escalier moderne permet d'accéder.


       L'intérieur :
    La visite est payante et la propriété est privée, il n'est donc pas possible de photographier.
       Qu'importe, j'ai encore dans les yeux la beauté de la salle d'armes, la magnifique cheminée, les poutres, la chambre et surtout la terrasse un magnifique paysage s'étendant des Monts du Forez au Massif du Sancy. 

Venez découvrir ces beautés.

Vous comprendrez le bonheur d'être châtelain au moyen âge.

 

 
Histoire du château :

* A l'époque Romaine un castrum est construit sur le rocher.
* En 1170, à l'emplacement du, Guillaume VIII  fait construire une fortification.
 Ce château-fort appartint successivement, dès l'origine, à des personnages illustres : les Comtes d'Auvergne, le Pape Alexandre III, Jean Stuart Prince d'Écosse, Blanche de Clermont petite-fille de St-Louis... et releva du domaine royal par Catherine de Médicis, reine de France, Comtesse d'Auvergne qui y séjourna avec son fils Charles IX en 1566 lors de son voyage en Auvergne. Il est ainsi considéré comme le plus historique de la Province.
* En 1215, le château résiste au siège du Roi de France : Philippe Auguste (voir liste des rois).
* Au milieu du 14ème siècle, durant la guerre de Cent Ans, le château résiste aux attaques de Édouard de Woodstock Brackembury, plus connu sous le nom : Prince Noir.
* En 1595, le château est attaqué par le Duc (voir titre de noblesse) de La Rochefoucauld chef des Ligueurs
 * Au début du 17ème siècle, Richelieu fait araser ou ordonne la destruction de nombreux châteaux fortifiés. Curieusement, Busséol échappe à ce "massacre" du patrimoine.,
* Vers 1792, les habitants du château fuient devant les révolutionnaires (à vérifier).
* En 1926, le château est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la grille est possible. Le château est une propriété privée dont la visite est payante. Les quelques piastres déboursés sont une joie dans un tel château !

 

  Cliquez pour aller vers le menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme
Repost 0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 06:30
 
   Les églises fortifiées sont fascinantes. De loin, elles paressent anodines, mais en approchant, de magnifiques détails se révèlent. Admirer la beauté de celle-ci.
 

 

 

Département :   55 - MEUSE

Le bourg :
   Situation :  (le voir sur une carte)
    La commune de Troussey est située à 20km au Nord-Ouest de Toul et à 7km au Sud-Est de Commercy.
    Coordonnées du bourg :

48° 44' 9"N 5° 39' 43" E
 48.735934°  5.662149°

 

L'église :   
     L'extérieur :
La découverte
      C'est par un petit matin clair que je découvre la silhouette de l'église de Vertuzey. Les premiers rayons du soleil réchauffent mon armure et éclaire cette massive construction. Je ne pense pas que le muret fut un rempart pour empêcher l'attaque d'un ennemi.

Quelle est belle cette église avec l'aube

Mais peut être que le petit ruisseau était un fossé ?

 

L'enquête commence
La nef ne semble pas avoir été fortifiée, et ne comporte pas de salle de repli comme d'autres églises de la région (voir exemple à Troussey). Si cette église fut une construction de protection et de défense ce ne pouvait être qu'avec le clocher.

 

1ère façade du clocher
     Avec mon oeil d'aigle , je distingue un ancien crénelage sous le toit  du clocher, mais c'est surtout une grande fente verticale qui me fascine.
   Cette archère cruciforme a du être ouverte au 13ème siècle. Dans sa partie basse, je ne peux dire si l'élargissement est du à l'érosion des siècles ou à la création d'une ouverture pour arme à feu (?).
Entourant l'archère, des trous ont du recevoir des poutres pour supporter un chemin de ronde ou un palier en bois pour l'escalier escamotable (?).

2ème façade du clocher
     En prenant un peu de recul je découvre les autres trésors de ce clocher.

Les avez vous vus sur ce donjon-clocher
ou clocher-donjon ?
 

  Je vous aide un peu en m'approchant. Alors, j'attends vos remarques et descriptions !.. Vite, impatient je suis de connaître vos informations .

Un crénelage : Oui et non. Sur la première façade, j'avais affirmé que les 2 grands orifices carrés au dessus étaient des créneaux. Mais en regardant mieux, j'opte pour des fenêtres de tir avec mantelet (voir vocabulaire).

Une meurtrière : Comme je n'aime pas ce mot . J'ai l'impression que ceux qui défendent leur vie commettent des meurtres contre les "gentils" assaillants. Hors, les défenseurs ne font que... heu... se défendre par des archères.
Celle -ci est droite comme au 12ème siècle, et pourtant, elle semble avoir été arrondie en bas comme une "canonnière".

3ème façade du clocher
      En contournant ce clocher-donjon, je vois une autre façade. Évidemment, vous imaginez qu'elle est similaire à la précédente. Elle lui ressemble (puisque je suis devant une tour de défense médiévale) mais quelques détails apportent des éclaircissements :
   * Sous la toitures, les fenêtres de tir sont identiques.
   * Une archère cruciforme à canonnière est clairement identifiable.
   * Un classique abat-son. Pourtant en regardant mieux, cette ouverture n'est pas classique .
 Avec ses trous de boulin (voir vocabulaire) pour une passerelle en bois et la voûte, j'opte pour l'ancienne porte médiévale du donjon.

Ma conclusion
   Cette tour est bien trop fortifiée pour n'avoir été qu'un simple clocher d'église. Ses murs sont bien trop épais pour n'avoir été qu'une banale construction.
    J'imagine qu'un bâtiment a du être construit dans l'enceinte d'un château puis s'est appuyé sur le donjon. Cette ancienne chapelle castrale (je le suppose) a été transformée en église paroissiale et le donjon a servi de "salle de repli" et de défense durant les nombreuses périodes d'insécurité.

       L'intérieur :

    Hélas, la porte de l'église paroissiale Saint Gorgon est fermée et point de visite je peux faire de cet incroyable clocher. Mais même verrouillée, l'arc en tiers point est magnifique et me transporte plusieurs siècles dans le passé.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle (?), construction d'un château (?).
* Au 13ème siècle, aménagement de l'église contre le donjon (?).
* Au 16ème siècle (?), construction de la nef et de l'abside.
* Au 18ème siècle, aménagement d'une tour escalier et d'un portail.
* En 1983, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, des travaux de consolidation et d'embellissement sont réalisés.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Gorgon) est libre à l'extérieur. La découverte des fortifications intérieures est impossible. Mais il semblerait que prochainement la tour sera visitable.

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 06:30

 

Département :  38 - ISERE

 

Le bourgMes yeux brûlent de bonheur devant une ruine

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le bourg de Claix se situe à 10km au Sud-Sud-Ouest de Grenoble, en bas des parois du magnifique massif du Vercors et proche de la rivière Drac.

     Coordonnées du château :

45° 7' 6.474" N 5° 40' 17.371" E
 45.118465°  5.671492°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Pourquoi le choix de ce site ?

Je vais voir un château Delphinal !

   Ne vous méprenez pas, ce site n'appartenait pas à Delphine (pffff  ) mais au Dauphin (voir titre de noblesse) du Dauphiné.

Votre chevalier Dauphinois est tout émoustillé !

 

La découverte

    Perché sur la colline, dominant le bourg, le vestige du château est magnifique. Il est impossible de dire si la ruine protège les arbres ou si la végétation empêche au temps de faire son oeuvre de destruction, mais quel plaisir au 21ème siècle, d'admirer ce vieillard de 700 ans.

 

Les dimensions

    Avec ses 22m de haut pour une longueur de 35m et avec cet épais mur, la façade d'origine avait une fonction défensive évidente. Les écrits m'informent que c'est le mur du donjon médiéval.

Entre renaissance et moyen âge ! 

Analyse

    Le plus surprenant pour un donjon médiéval, c'est l'absence de système défensif comme archère, bretèche, mâchicoulis (voir vocabulaire).

    De cette façade au parement d'angle parfait, je vois d'abord 3 grandes fenêtres comportant des vestiges de coussièges. Le temps et les hommes n'ont été cruels avec ces ouvertures.

   Le mariage des galets, de la molasse et du tuf est du plus bel effet (Suis je objectif devant une construction de mon Dauphiné ?).

  Le plus surprenant est ce vestige d'occulus avec ses remplages. J'imagine son éclairage dans la grande salle du 2ème étage !

 

Les défenses

   Avec un peu d'imagination, il est possible de voir les vestiges d'un crénelage. Mais le plus marquant est évidemment l'échauguette d'angle reposant sur des consoles.

N'était ce qu'une système de guet ?

Ou pouvait elle réellement défendre le site ?

 

     L'intérieur :

         La propriété est privée et non visitable. Mais avec un oeil d'aigle, je capte quelques informations que je vous laisse analyser, comme par exemple sur cette échauguette.

 

Curiosités dans le bourg :

     Au moyen âge, le bourg de Claix était entouré d'un rempart. Le dernier témoignage de pierres a disparu depuis 1 siècle, mais avec un peu d'attention, il est possible de deviner ses contours. II existe encore 2 maisons médiévales (très remaniées) dans le bourg.

    Mais c'est une ruelle qui m'amuse. Comme souvent, le mythe des "Templiers" est présent dans l'imaginaire collectif et ce bourg à la riche histoire possède une impasse dédiée à ces moines-soldats. Évidemment, ils n'ont jamais habité à Claix.

 

 

Histoire du château :

* Vers 1108, un chanoine de l'église cathédrale de Grenoble apparaît dans un texte sous le nom de Giraldus de Clais.
* Au  début du 13ème siècle, Isnard et Ambard de Claix sont co-seigneur d'une construction fortifiée.Mais elle semble en mauvais état.
* En 1223, les 2 frères sont des vassaux de l'église de Grenoble. En échange du mandement, il perçoivent des revenus  permettant la consolidation du château.
* En 1246, le mandement de Claix est important (il couvrirait les 5 bourgs actuels au Sud de Grenoble). Les 2 frères sont à nouveau allégeance à l'évêque de Grenoble.
* En 1296, l'évêque de Grenoble cède ses droits du mandement de Claix au Dauphin (voir liste) Humbert 1er.
* En 1299, terres et château de Claix appartiennent à Guigues Alleman suite à un échange de mandement avec le Dauphin (voir titre de noblesse). 
* En 1338, Hugues Alleman rend hommage au Dauphin Humbert II.
* Au 14ème et 15ème siècle, le château est occupé par des châtelains Delphinaux.
* En 1530, le château est en ruine et ne se relèvera plus.
* En 1850, la ruine et les maisons attenantes sont achetées par le peintre Alexandre Dubuisson.
* En 1857, le site appartient à l'écrivain Edmond About
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est impossible. 

 

Aucun templier a mis les pieds dans cette rue !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 06:30

 

Département :  39 - JURA

 

Le bourgSur sa petite colline, ce château semble bien fier !

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La petite commune de Le Pin se situe à 7km au Nord de Lons le Saunier.

  Coordonnées du château :

46° 42' 32.108" N 5° 34' 35.854" E
 46.708919°  5.576626°

 

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

    Avant de voyager dans le Jura, j'avais lu quelques brochures sur le château du Pin (ou de Le Pin), je savais ce que ma croisade pacifique allait me montret. Pourtant en arrivant, je suis surpris de découvrir au loin une construction fortifiée si belle, de plus jouant avec la végétation.

   Je ne me lasserai jamais du spectacle d'une découverte castrale.

Me comprenez vous ?

 

Donjon

Chemin de ronde, mâchicoulis,échauguettes.. Quelle beauté !Que voyez vous en 1er

    Évidemment, même s'il tente de se cacher derrière les arbres, c'est le puissant donjon qui est la beauté première que je regarde. Avec une hauteur de 22m sous les mâchicoulis, il impressionne.

   Ses dimensions impressionnantes le rendent habitable. C'est d'ailleurs pour cette raison que de nombreuses fenêtres ont été ouvertes "récemment".

 

Les défenses du donjon

    En plus de ses dimensions, ce qui m'impressionne c'est la position très excentrée et avancée de ce donjon. Aucune chemise, ni courtine le protège.

C'est un bloc défensif à lui seul !

   Les fenêtres ayant certainement supprimé de nombreuses archères (voir vocabulaire), il ne reste à ce donjon qu'un imposant chemin de ronde couvert avec ses mâchicoulis.

    Aux angles, des échauguettes à poivrière complètent l'efficacité du système défensif.

  L'enceinte comporte des tours de formes très variées

L'enceinte polygonale

    Au cours des siècles, l'enceinte a fait l'objet de nombreuses modifications suite à l'amélioration de l'armement.

    Elle est composée de 5 tours semi-circulaires reliées par de petites courtines. L'ensemble est imposant par sa puissance, sa diversité et sa hauteur.

  * Certaines comportent de puissantes canonnières,

  * Les canonnières sont positionnées basses pour un efficace tir tendu.

  *Les canonnières côtoient les archères droites ayant été percées 2 siècles avant elles. 

 

Le logis

Que voyez vous d'autre sur cette vue d'ensemble ?

   A gauche, c'est le puissant donjon, autour ce sont les murs du rempart mais au centre, il y a ... Le logis. Il est composé de 2 étages éclairés par des fenêtres à meneau en croix. La polygonale construction extérieure semble être une tour-escalier.

  Archère et bouche à feu défendent l'accès au château fort

Mais où est l'entrée ?

    Avec un peu d'attention, il est possible de distinguer l'entrée actuelle du château. Bien qu'il ait été enlevé au profit d'un  "pont fixe", les vestiges du pont levis sont visibles.

    Sur la droite, une tour ronde, équipée d'un crénelage aux merlons borgnes, défend l'entrée par 2 systèmes d'époque différente :

* Une archère droite,

* Un bouche à feu pour un tir tendu.

 

Une autre entrée !

  Curieusement ce château dispose d'une autre entrée sur la face opposée. Elle ne possède pas de pont levis mais elle est défendue par :

* Une tour en fer à cheval,

* Un chemin de ronde avec archères cruciformes,

* Des mâchicoulis (plus efficace qu'une simple bretèche).

 

     L'intérieur :

         Hélas, le château n'est visitable que quelques jours par an. En ce début mai, je suis à la porte  .

 Je me console en admirant le paysage.

 

 

Histoire du château :

* En 1253, construction d'un donjon fortifié par Jean de Chalon l’Antique sur les terres d l'abbaye de Baumes les Messieurs.
* En 1336, pour renforcer la défense, la famille Chalon fait construire une enceinte fortifiée.
* En 1425, le château est vendu au seigneur de Courlaoux : Guillaume e Vaudrey.
* En 1470, suite à l'amélioration des armes d'attaque, les défenses du donjon est réaménagé.
* En 1525, le donjon est à nouveau modifié par le fils de Guillaume de Vaudrey.
* En 1596, le chateau appartient  à la famille Charreton
* En 1674, un ordre "royal" (voir liste des rois) de démantèlement est émis. Le château est partiellement détruit.
* Durant le 18ème siècle, le château change très (trop) souvent de propriétaires. Il devient même une exploitation agricole.
* Vers 1920, le Baron (voir titre de noblesse) Carlos de Watteville achète le château partiellement en ruine.
* En 1923, début des travaux de consolidation, reconstruction et restauration du château.
* En 1926, la tour est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite. La visite de l'intérieur de cette propriété privée est payante durant l'été. Renseignez vous sur les horaires limitées.

 

La nuit emporte le château dans mes songes

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 39 Vers Menu châteaux du Jura
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Franche Comté : 25 39 70 90
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 06:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgA travers le feuillage, une fée de pierres me nargue

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le bourg de Bizanet se situe à 15km au Sud-Ouest de Narbonne et à 12km au Sud-Est de Lésignan Corbières.

   Le hameau de Gaussan est situé à 5km au Sud-Ouest de Bizanet, en bordure de la route départementale 423.

   Coordonnées du château :

43° 8′ 6.72″ N 2° 50′ 31.56″ E
 43.1352°  2.8421°

 

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

   Même si le château adore se cacher derrière la végétation, il est aisé de le découvrir depuis la route si proche.

Quel curieux site !

    J'ai l'impression de voir une construction ancienne et pourtant  les rénovations me font penser à un château d'apparat.

 

Les courtines - Le Bas

   La partie basse des courtines est très intéressante. Elle comporte un système de tir défensif  intercalés sur 3 niveaux. Il y a :

      - Des archères droites et courtes,

      - Des archères plus hautes et fines,

      - Et par endroit, des ouvertures pour petits canons.

 

Un vrai château fortLes courtines - Le Haut

    L'échauguette polygonale posée sur 3 encorbellements arrondis est très esthétique. Cette architecture est assez classique dans l'Aude, j'en ai vu à Quillan, Bugarach et à Coustaussa. Les archères dans les merlons sont assez rares pour ce type de construction.

    Les pierres composant le crénelage des courtines semblent avoir été posées récemment. La méthode d'assemblage et de taille est bien différente du rempart en dessous. Les mâchicoulis (voir vocabulaire) réalisés par des d'arcades posées sur 3 console sont très esthétiques.

 

L'entrée

    Les fentes pour les flèches d'un pont -levis ont disparu, mais il semble évident que ce système de protection existait. Je pressens la présence d'un assommoir et de rails pour une herse. Comme pour le crénelage des courtine, la tour a été refaite et son esthétique néo-classique est surprenante.

 

L'échauguette de droite

   La construction du château de Gaussan est très symétrique. La porte est bien au centre et l'échauguette de droite est identique à celle de gauche. Pourtant, je distingue une asymétrie.

La voyez vous ?

  Une haute tour semble existée, solitaire, au fond.

 

La tour

  Tel un espion ou un prédateur de proies médiévales, je me faufile dans les herbes pour comprendre cette tour carrée perdue au milieu des bâtiments.

   Le toit semble récent, d'ailleurs ses montants s'appuient sur les consoles qui devaient à l'origine créer des mâchicoulis. La face la plus exposée aux attaques comporte de nombreuses archères droites. Ses dimensions réduites n'en faisaient pas un donjon habitable, mais il est vraiment beau.

  
    L'intérieur :

         Le site est une propriété privée non visitable. 

 

 

Histoire du château :

* Durant l'occupation Romaine, le site comporte quelques maisons.
* A la fin du 10ème siècle, construction d'une chapelle dédiée à Saint Etienne. Les terres sont la propriété du prieuré de Saint Eugénie.
* A la fin du 12ème siècle, avec l'accroissement de la population, la chapelle devient une église. Le monastère de Fontfroide acquiert les terres.
* Au 13ème siècle, construction d'un rempart pour protéger bêtes et récoltes. Cette grange fortifiée dépendant des moines cisterciens de l'abbaye de Fontfroide.
* Vers 1792, les révolutionnaires réquisitionnent le site fortifié et le vendent comme bien national.
* Vers 1876, par héritage monsieur Charles Lambert de Sainte-Croix transforme ces vieux murs en propriété agricole.
* A la fin du 19ème siècle (grande époque de restauration des bâtiments Audois), en s'inspirant des réalisations de Viollet le Duc, la famille de Sainte Croix transforme le site en forteresse néo-gothique.
* En 1986, le site est inscrit aux Monuments Historiques.
* En 1994, des moines bénédictins de la congrégation de Solesmes (venus de l'abbaye Notre-Dame de Fontgombault) s'établissent dans la "forteresse". Le chai est remis à neuf.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les chemins et routes. La visite de l'intérieur est impossible. 

 

Un ensemble fortifié très élégant

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 06:30
    La recherche et surtout la découverte d'une ruine fortifiée peut apporter diverses sensations. Mystère, énigme, plaisir, frisson, curiosité, amour (oui, oui, j'assume), admiration, sont des mots qualifiant chaque aventure d'un castellologue-amateur.
  Mais déception est un mot que je ne connais pas, car même minimale, il y a eu un bonheur à venir voir le site.
Voici un exemple dans le Tarn.
 
     

 

Département :   81 - TARN 

 

Le bourg : 

   Situation :   (--> le voir sur la carte)

       Le petit bourg de Ambialet se situe entre Albi et Montauban, au Nord de la forêt de Grésigne, et au Sud-Ouest du fameux château de Najac.

    Coordonnées du bourg :

43° 56' 39.581" N 2° 22' 37.052" E
 43.944328°  2.376959°

 

Le château :

    L'extérieur :

La découverte

    Très souvent, pour découvrir une fortification médiévale, il suffit de lever la tête ou de regarder au  dessus des maisons.

   Parfois "Dame Nature" s'amuse à nous créer des illusions d'optique, je suis donc très vigilant devant ce rocher.

 

Les constatations

    Dans le petit bourg, proche de l'église Saint Gilles, je suis heureux de voir au dessus des toits des murs créant des paliers. Sont ce les vestiges de remparts ou de bâtiment médiévaux ?
    L'approche est difficile, voir impossible. Je ne peux observer qu'un mur peu épais pour un rempart. Chaque détail me fait penser à un vestige castral, mais les preuves ne sont pas irréfutables.
Le doute subsiste.
    En regardant le rocher depuis l'autre berge, les indices ne sont pas plus parlants. Je repars quelques dizaines de mètres plus loin pour découvrir l'autre château de Ambialet.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, une église dédiée à Saint Gilles est construite, Il semble logique d'imaginer un système défensif entourant le rocher et fortifiant le site pour la surveillance de la rivière.
* En 1588, les protestants incendient l'église et le village..
* Au 21ème siècle, la visite est difficile. Le risque de recevoir une pierre n'est pas négligeable.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du Tarn Vers Menu châteaux du Tarn
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Un ombre préfigurant un plaisir médiéval ?   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Villeneuve de Marsan est situé à 15km à l'Est de Mont de Marsan.

    Coordonnées du bourg :

43° 53′ 38″ N 0° 18′ 19″ W
 43.893889°  -0.305278°

 

Les fortifications :

    L'extérieur  :

La découverte

    J'erre tranquillement dans les rues de ce bourg à la recherche d'une auberge pour mon fier destrier et moi même quand soudain dans ma somnolence  une ombre distrait ma rêverie.

A qui appartient elle ?

 

L'enquête commence

    Pour le savoir il suffit de lever la tête et une curieuse construction me fait face. En s'appuyant sur le mur d'une école maternelle, cette construction paraît intemporelle. Pourtant, une fenêtre avec ce type d'architecture ne peut concerner qu'un bâtiment médiéval.

Suis je devant les fortifications de la ville neuve ?

 

Rapides analyses

   En contournant la construction, je suis heureux de voir une tour ronde d'une dizaine de mètres de haut. Au sommet, un crénelage ressemble plus à une cheminée d'usine qu'à un système de défense efficace. 

Est ce le résultat d'un délire d'architecte moderne ? 

    Deux pans de mur tentent de survivre. L'un d'eux semble plus "authentique". Sa construction en pierre "raccommodée" de briques rouges est surprenante. Ce mur est percé d'une porte et possède des créneaux peu efficaces face à des assaillant armés. Cette construction ne comporte ni archère, ni bretèche (voir vocabulaire), ni....

    Je suis en face du souvenir très reconstruit d'un morceau du rempart qui entourait la ville il y a plusieurs siècles. 

 

    L'intérieur  :

  Ce pan de mur avec sa tour ne sont pas visitable.

 


Histoire du bourg :

* Au 13ème siècle, construction d'une ville neuve sur les cendres de l'ancien bourg.
* Au 20ème siècle, les remparts sont consolidés.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du rempart est libre et gratuite. La visite est impossible.

 

Les petits créneaux ne sont pas très dissuasifs !



  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 06:30

 

Département :   29 - FINISTERE

 Ce panneau sent l'interdiction mais surtout la ruine

Le bourg : 

   Situation  (--> le voir sur une carte)

      Le château de Kergournadeac'h est situé à 15km au Sud-Ouest de Saint Pol de Léon, à 14km au Nord de Landivisiau, à 5km au Sud de Plouescat et à 1 km à l'Ouest de Quéran.

    Coordonnées du château :

48° 37' 25.615" N 4° 8' 38.465" W
 48.623782  -4.144018

 

Le château : 

      L'extérieur :

  L'arrivée

      C'est par une petit bruine très Bretonne  que je découvre le sentier menant au château de Kergournadeac'h. Au bout du chemin, une construction apparaît, mais elle ne me semble pas médiévale.

Aurais je commis une erreur  ?

 

  L'espoir revient

      En baissant les yeux comme un enfant qui a fait une bêtise, je vois... je vois... un panneau. Oui, un panneau me réjouit !

   Ce morceau de tôle m'informe que des pierres sont susceptible de tomber. Comme il n'y a pas vraiment de montagne proche de ce site, c'est donc qu'une ruine instable est attenante. (Ne suis pas extraordinaire dans mes raisonnements de chevalier ?).

      En reculant légèrement, je comprends ma méprise; Il y a bien une magnifique ruine à découvrir. 

 

   La découverte 

     De loin, ce château parait être très médiéval. Tours rondes aux angles, petites courtines pour être défendable par les tours. Mais en approchant, de curieux détails architecturaux me redonnent des doutes.Voici le trésor du Chevalier Dauphinois

Les voyez vous aussi ?

   Courtines et tours comportent de larges fenêtres incompatible avec une véritable défense. De plus aucune archère ou bouche à feu (voir vocabulaire) est visible.

   Au raz des courtines, des ouvertures semblent trop basses pour une fortification du Moyen Âge.

Qu'est ce donc ce château pseudo-fortifié ?

 

   Une partie de la réponse m'est donnée par un château nommée : Le Plessis Bourré. Ce château de transition (du Maine et Loire) se défendait par des canons sur une plate-forme avancée.

Était ce le cas pour Kergournadeac'h ?

   Une autre partie de réponse (pour les ouverture basses) est donnée en regardant la base des tours : Elles semblent trop enterrées. Des siècles de terre, de feuilles et de non entretien ont rehaussé le sol dans et autour de la construction (comme dans beaucoup de ruines). Les ouvertures devaient être à quelques mètres du sol.

 

   Les tours

      La partie de construction la plus fascinante de ce château est incontestablement les imposantes tours rondes posées aux 4 angles.

     Elles ont presque leur hauteur d'origine et comportent les consoles du chemin de ronde avec l'ouverture d'accès depuis l'intérieur. L'espacement de ses consoles forment les mâchicoulis (voir vocabulaire). L'ajustement des pierres est presque une oeuvre d'art dans les angles rentrants.

   L'ensemble est magnifiquement harmonieux.

Mais.... Avez vous remarqué cette curiosité ?

  Ce ne sont hélas pas des cigognes sur la cheminée

   Les "tuyaux" 

      Survolant les tours, de nombreuses cheminées servent de perchoirs aux oiseaux  . Leur nombre n'équivaut pas celui du château de Chambord certes, mais ces "flèches" ayant traversé les siècles sont magnifiques et impressionnantes.

Avez vous remarqué les détails sculptés

 

    L'intérieur :

        Hélas, la ruine se situe dans une propriété privée et n'est pas visitable ce jour.

  Avec mes yeux de lynx, je peux voir de magnifiques cheminées sur 3 étages et sur plusieurs murs. Chaque pieds droit et linteau possède un dessin sculpté différent : Simple et décoratif. De la poche de mon armure, je ressors une vieille photo sépia qui confirme le confort intérieur.

     Ne pouvant voir plus, je me console en regardant les entrailles grâce à mon gps. C'est ainsi que je découvre qu'un rempart entourait le château. Le mélange Renaissance-Moyen âge est encore plus évident.

N'est il pas magnifique ce château ?

 

  Après avoir détaillé chaque pierre, je pressens que ce château n'est pas médiéval dans son architecture et sa construction. Mais peut être utilise t il les bases du 1er "manoir fortifié", ainsi que ses pierres ?

   Si c'est le cas, il a bien sa place dans ce blog des châteaux forts, sinon..... Je suis quand même heureux qu'il y soit.

 

  Avant de partir je me délecte de l'horizon en ce jour peu ensoleillé.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, une famille Kergournadeac'h est citée dans un texte. Un manoir fortifié existe.
* Au milieu du 16ème siècle, le dernier "mâle" de la famille meurt sans héritier. Le château appartient maintenant à la famille Kerc'hoent. Olivier commence la construction d'un château renaissance.
* En 1594, Olivier meurt et son fils François continue l'amélioration esthétique du château.
* En 1629, à la mort de François de Kerc'hoent, il semble que le château rectiligne avec ses imposantes tours rondes soit finalisé.
* En 1926, le château est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite depuis le sentier. Sans y être invité, la visite est interdite dans cette propriété privée.

 

Il paraît presque irréel, naviguant entre plusieurs siècles

  Vers menu châteaux forts du Finistère Vers Menu châteaux du Finistère
Repost 0