Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 07:30

 

La découverte de l'extérieur du château du "Gouvernement" est décrite ici

 

 

Département :  38-ISERE

 

Voici la porte magique pour être transporté dans le passéLe château :  

     L'Intérieur :

La concentration

    Devant cette entrée tenue par la magie de la physique (les forces en équilibre) je ressens le besoin de consulter le plan du château réalisé par les pères Chartreux en 1771.

  Bien que la construction soit entourée sur 3 cotés de parois abruptes, ce plan ne montre pas de système défensif. L'agressivité médiévale semble avoir été adoucie.

 

Le premier choc (flèche bleue sur la gauche)

    Avec la consolidation récente, l'entrée ne révèle rien de significatif. Je me précipite donc dans l'antre du château et là je vois..... les montagnes  . L'absence de mur et de toit est l'un des charmes d'une ruine.

 

Le deuxième choc (flèche rouge sur la droite)

   Je cours au bout de la plate-forme pour mieux savourer.... les autres montagnes Dauphinoises.

Comme elles sont belles !

 

Après le tourisme montagnard, début de la visite  (flèche orange)

    Je traverse lentement la grande plate-forme sans bâtiment ni ruine et je regarde le mur coté Nord-Ouest . Je suis si distrait que mon ombre en profite pour se montrer...pfff, quelle arrogance.

   Après l'avoir sermonnée, je reprends ma découverte (point orange) en observant une curieuse arche.

Est ce un arc de décharge (voir vocabulaire) ou une poterne donnant sur l'à-pic  ?

Magiques sont les vestiges de la chapelle 

Chapelle ?

    Cette ouverture (flèche verte) me fait penser à une fenêtre de chapelle. Elle est proche d'une salle dont la fonction était : La cuisine.

 

La cuisine (point bleu foncé)

   La porte d'entrée de cette salle a un style très sobre presque médiéval. En partie supérieure il y a une croix (les Pères Chartreux ont mis leur empreinte dans ce château).

   Le sol comporte de larges pierres plates qui me semblent en pente (facilitant le nettoyage de la cuisine ?). Puis dans un angle, une niche rappelle plus un placard pour enfermer la custode qu'un chauffe-plat.

   Diantre, mon mal des montagnes Dauphinoises me reprend. Il faut que je quitte rapidement cette salle.

Vais je partir par cette porte et rejoindre la pièce (point vert)?

  Les Chartreux ont supprimé toute trace médiévale

Une surprenante façade (flèche bleue foncée)

J'opte pour une découverte depuis l'extérieur du bâtiment.

    Sur ce mur dont les pierres supérieures tiennent par magie, un oeil de boeuf surprend (pour une construction qui devait être médiévale). Ces aménagements de confort ont été réalisés tardivement par les Pères Chartreux. Ce trou ovale amène la lumière dans la petite pièce.

 

Escalier et chambres

   La première salle (point rose) comporte les vestiges d'un escalier desservant les chambres des étages supérieurs.

   La deuxième salle (point rouge) serait une chambre avec une vue magnifique sur les montagnes du massif de la chartreuse.

 

Les caves  (sous les points rouge et rose)

    Évidemment, après avoir visité les chambres, la cuisine, la chapelle, les jardins, il faut visiter le "réfrigérateur" pour stocker les vivres.

   La fée électricité n'ayant été découverte que récemment (pfff, les inventeurs ont tardé ) l'astuce consistait à créer du "frais" dans des caves en sous sol.

   J'emprunte donc un escalier en descente et là, une beauté construite s'offre à moi.

Quelle magnifique composition !

   Après de longue minutes à admirer cette création artistique, je ne reprends pas cet escalier, mais l'autre qui m'offre un panorama magique.

N'est il pas magnifique mon Dauphiné !

 

 

Histoire du château :

* Certains historiens pensent qu'un fortin ou château de guet existe en ce lieu (entre le 11ème et le 13ème), mais aucun texte le prouve.
* Au  14ème siècle, après la défaite des Dauphinois face au Comte (voir titre de noblesse) de Savoie et l'abandon du château de Montbel, Le Dauphin (voir liste) charge Rollet de Montbel de construire un autre château fort pour contrôler la vallée.
* En 1552, un conflit oppose le Duc de Savoie (voir liste) au Comte de Genêve. Le seigneur de Montbel tente de résister au siège imposé par les Savoyards. Par manque de nourriture, les assiégés capitulent.
* En 1633, Richelieu fait incendier le château
* En 1694, les Chartreux achètent la ruine et la reconstruisent en aménageant des jardins.
* Vers 1792, les révolutionnaires réquisitionnent le château.
* Au 20ème siècle, le site appartient à l'Office National des Forêts. La ruine est consolidée grâce aux bénévoles de l'association ADAVE.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite.

 

 

Pour rêver un peu plus et admirer autrement cette ruine, je vous propose de regarder cette vidéo. 

 

 

La Chartreuse est réellement un massif magique !

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 07:30

Pays :

 Grand Duché du LUXEMBOURG

Région :

 Haute Sûre
   
  En découvrant ce château, j'ai eu en tête ce concerto pour hautbois. Que pensez vous de ce choix ?


Le bourg :

   Situation :  (--> le voir sur une carte)

       Le village de Bourscheid est situé à 38km à l'Est de la ville Belge de Bastogne et à 10km au Nord de Ettelbrück, non loin du château de Esch sur Sûre

 

Le château :

    Cette région vallonnée est propice aux fortifications d'époque médiévale, c'est pour cela que je ne suis pas surpris d'en voir une au sommet de la colline isolée. Pourtant, je suis en arrêt !

    Contrairement à ma documentation, cet imposant château parait "neuf". Je pressens une visite magnifique. 

 

    L'extérieur du château :

La découverte

     Point n'est besoin de longue marche et de boussole avec carte pour rejoindre cet ancêtre, la route principale monte doucement et passe à coté du château. Un joli parking herbeux attend mon destrier. Ma documentation m'informe que je suis à 150m au dessus de la rivière nommée : La Sûre.

           De suite je suis dans l'ambiance : Tours rondes, hautes courtines, etc...

     Emu, j'avance doucement de peur que mon rêve s'arrête... Mais non, il continue avec au loin une tour carrée crénelée semblant être un donjon habitable. A chaque pas, le château se dévoile, maintenant j'admire un rempart protégé par une tour d'angle ronde avec mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

L'entrée

      L'entrée du château est précédée par une barbacane (curieusement nommée bastion sur mon plan) de type "fer à cheval" certainement réalisée à la fin du 15ème siècle. Evidemment elle comporte des murs très épais avec de nombreuses canonnières à large embrasement.

    Après avoir donné quelques piastres, je découvre les premiers bâtiments du château fort.

 

 La reconstruction

      A partir de la fin du 20ème siècle, les hommes ont pris conscience de la beauté des châteaux forts et d'immenses chantiers de reconstruction ont été entrepris d'abord pour consolider les vieux murs puis parfois pour leur redonner leur beauté d'antan.

 * Mais quel château reconstruire ?

    * Faut il le laisser sous forme de ruine ?

       * Si un Roi a ordonné son démantèlement plusieurs siècles plus tôt, doit on "désobéir" ?

         * Faut il lui redonner la forme du 18ème, 17ème, 16ème, 15ème ?...

 

   Le château de Bourscheid comporte une salle avec de nombreuses maquettes et plans montrant l'évolution architecturale. Avec ces 3 exemples, vous comprendrez la difficulté pour les archéologues et les architectes du patrimoine à prendre une décision.

   La visite du château étant payante, comme à mon habitude je ne vais pas tout vous monter, mais sachez que Bourscheid comporte de nombreux bâtiments reconstruits avec des expositions fascinantes.

    L'intérieur du château :

Les sous sols

    De nombreuses salles basses sont visitables. Comme souvent, ce sont les plus anciennes, les plus brutes et les plus belles (pour moi).

     Voici la cave gothique. N'est elle pas magnifique ?

  Je vide toutes les bouteilles (la preuve il n'y en a plus) et je repars dans la cour pour grimper un escalier me donnant une vision large de cette oeuvre.

 

Le plan large

    Bien abrité de la pluie dans un bâtiment reconstruit montrant des photos des travaux (expo très intéressante) j'admire le "coeur" du château.

   Sur la gauche (coté Nord-Ouest) il y a cette tour d'angle ronde que j'avais déjà remarqué à l'extérieur. Etait elle habitable et habitée ?

  La réponse est facile à connaître en regardant dans ses "entrailles". Il y a 2 cheminées superposées aux étages supérieurs.

 

  Au centre il y a le logis seigneurial ainsi que le puissant donjon carré. Je pressens que sa découverte sera un régal.

 

Du haut du donjon

      Sans prendre le temps de visiter les salles basses, je grimpe rapidement les escaliers. En haut, la vue est magnifique sur le château. Je me penche pour découvrir le puits ou la citerne coté Nord (repère 17 sur le plan).

   Au Nord-Ouest, je déguste la vue sur la cuisine (repère 12), puis à l'Ouest, je me réchauffe à la vue du petit salon d'hiver (repère 11). Plus au Sud, mes yeux se perdent dans les multiples salles et cours.

Charmé je suis !

   Et je tombe en pâmoison en découvrant le magnifique panorama. N'ai je pas une passion merveilleuse ?

     Avant l'arrivée de la pluie, je vous quitte par cette ancestrale porte pour découvrir les beautés des salles. Si un jour vos pas vous mènent près de ce château, faites un détour, vous ne regrèterez pas.

 

Petite anecdote :

     J'ai visité plusieurs milliers de châteaux forts et de ruines médiévales, et je peux affirmer que ce site a un record, mais peu agréable pour les photographes. Le château de Bourscheid possède le plus grand nombre de poubelles au m²   .

    Réaliser une image sans cet objet est un défi. D'ailleurs, regardez bien les vues prises depuis le donjon carré..... Qu'importe, ce magnifique château est à voir et les poubelles aussi

 
 
Histoire du château :


Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Luxembourg médiéval
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 09:30
 

Pays :

 ITALIE  
 

Région :

 EMILIE et ROMAGNE  
 
Province :
 FERRARE  

 

Au centre du bourg, une puissante fortesse m'attend !  Le bourg :

      Situation :   (le voir sur une carte)

         La ville de Ferrare (Ferrara en Italien) est située à 85km au Sud-Ouest de Venise, à 39km au Nord-Nord-Est de Bologne et à 40km à l'Ouest de la mer Adriatique.

  Coordonnées du château :

44° 50' 13.409" N 11° 37' 8.717" E
 44.837058°  11.619088°

 

   Le château :

     L'extérieur  :

J'ai un rendez vous

     Je ne vais pas vous conter ma vie, car ce blog n'est point récit de mes amours et désappointements  , mais il est important que vous sachiez que j'ai un rendez vous avec une beauté.

    Cette belle porte plusieurs noms :

* Casa d'Este,

* Castello d'Estense,

* Château de Farrare.

  Mais pour moi, elle sera : Ma beauté d'un jour !


 La recherche

    Elle est si belle, si grandiose, si immense à mes yeux qu'il ne me faut pas beaucoup de temps pour la trouver. Et même si le soleil fait défaut en ce mois d'avril, ma belle brille de milles feux.

"Wahouu, il est sacrément amoureux le Chevalier" pestent jalousement les princesses visiteuses derrière leur écran.

  L'angle droit fut la devise de l'architecte médiéval

 Les 2 premières surprises

     Pour un chevalier montagnard habitué aux pierres blanches, l'utilisation de briques rouges est la 1ère surprise. Mais c'est surtout l'architecture très anguleuse qui me fascine. La ligne droite et l'angle droit sont les dominantes caractéristiques de ce château.

 

Les défenses

   Même si le confort "moderne" a ouvert des fenêtres dans les courtines avec des balcons sur consoles, la puissance défensive est présente par de hauts, imposants et nombreux mâchicoulis renforcée par des fentes de tir.

   Même si des corniches blanches en forme de cordage enlacent la rouge forteresse, le blason avec l'aigle montre la puissance du site fortifié.

 

Les 4 entrées

     Normalement, un château fort du Moyen Âge ne possède qu'une porte d'entrée et souvent une petite poterne (voir vocabulaire) située à l'opposé. Cette incroyable forteresse dispose de 4 portes d'accès , chacune sur une face.

  Cette vue aérienne permet de comprendre la disposition des entrées.

Archères, pont levis, barbacane sont les défenses pour les portes d'accès 

Le système défensif des 4 entrées

     Évidemment ces entrées doivent être fortifiées. Plusieurs systèmes ont été utilisés :

1 - La forteresse est entourée de profondes douves.

2 - En avant du châtelet, une puissante barbacane.

3 - Des ponts surveillés et défendus par des salles au dessus.

4 - Des archères multiples.

5 - Enfin,  l'arme défensive absolue : Le pont levis.

 

Les ponts levis

   Pour entrer dans ce bâtiment fortifié il faut d'abord de présenter devant une barbacane. Elle est imposante et dispose d'un pont levis.

   Mais comme toujours en Italie, l'art est présent adoucissant la rigueur de cette entrée fortifiée.

Que voyez vous derrière la barbacane ?

  Deux autres pont levis : Un pour piétaille et un autre pour carrosse protégés par des mâchicoulis.

Vais je pouvoir entrer sans recevoir des projectiles ?

 

   L'intérieur :

       Pour la découverte de la cour intérieure et des salles de cet incroyable château Italien, cliquez ci.

 

 

L'art est omniprésent en Italie !

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Italie médiévale
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 07:30
 

Pays :

 ITALIE  
 

Région :

 TOSCANE  
 
Province :
  FLORENCE  
       
  "Quel curieux chevalier" pensez vous "Il adore le monde médiéval et pourtant il se rend dans la belle ville de Toscane symbole de la Renaissance. Va t il nous faire croire que Firenze possède une ruine médiévale".
    "Oui et non" rétorquerais je " Florence est LA cité Renaissance, mais elle possède des beautés médiévales que peu de touristes regardent. Je vous propose de les déguster avec moi".
 

 

La ville :

    Situation :  (le voir sur une carte)

        La magnifique ville de Florence (Firenze en Italien) capitale de la Toscane est située à mi-distance entre l'Adriatique et la méditerranée.

    Coordonnées d'une des tours :

43° 45' 59.857" N 11° 16' 6.326" E
 43.766627 °  11.268424°

 

Le rempart :

     Description : 

La surprise est au bout de l'eau !

      Après avoir visité le magnifique Palazzo Vecchio (voir sa description) puis l'incroyable Ponte Vecchio (du 14ème siècle) un des symboles de Florence, j'erre le long du fleuve Arno, ivre de trop de beautés Renaissance dans cette ville unique.

   Soudain, mon instinct de chasseur remarque ceci.

     Ce n'est évidemment pas les lampadaires sculptés qui m'intéressent, mais au loin cette curieuse tour carrée.

 

La 1ère tour

Je courre comme un enfant devant un nouveau cadeau sous le sapin de Noël.

Que cette tour est fascinante !

   Il y a le gigantisme de la porte puis les 2 étages avec un escalier latéral. Comme toujours, le portail d'entrée comportait une herse, dont il ne reste que les "fentes-guides".

 

Dans la tour, y a t il encore les traces d'un assommoir (voir vocabulaire) ?

.... Hélas non, le plafond a été refait et comme souvent en Italie, l'art religieux orne la vieille entrée. 

    A l'extérieur, une petite construction en brique est posée sur une console. J'opte pour des latrines. N'y aurait il aucune système de défense sur cette tour ?

  Il suffit simplement de lever la tête pour admirer les nombreux créneaux et surtout les imposants mâchicoulis

   L'autre façade est fascinante. Les 6 portes ont une forme classique pour le moyen âge, mais la distribution des salles par ces escaliers est assez rare. Je ne me prononcerais pas sur la date de construction.

     Je prend un peu de recul pour admirer cette tour qu'aucun touriste regarde...et... je vois.... là bas...

 

La 2ème tour 

    Une autre tour me regarde de l'autre coté du fleuve, sur la rive droite. Evidemment je courre pour trouver un pont.

   Et c'est très essoufflé (pas facile de courir sous le chaud soleil d'Italie) que je découvre cette construction carrée sans porte au niveau du sol. Cette tour devaient être intégrée dans le rempart et assurait la défense et le guet.

     Différents styles de construction sont visibles mais je ne m'attache qu'aux détails qui me semblent médiévaux comme sur cette façade.

    La formes de ces portes ressemblent à celle de la tour précédente, mais j'ai un doute. Deux ouvertures axiales sont très rares dans les constructions médiévales, exceptées pour des portes à l'intérieur d'un bâtiment.

    Ce que je vois était intégré dans un épais mur. Cela explique la forme circulaire d'un pseudo arc de décharge (voir vocabulaire).

 

  Cette tour se nomme  "Torre della Zecca" (1) qui pourrait se traduire par : "Tour de la monnaie". Evidemment, un atelier de monnaie fabriquant le Florin de la République de Florence est à l'origine de ce nom. 

     Si ces tours faisaient parties du rempart de Florence, il me suffit de continuer ma balade vers le prochain point théorique. Et après quelques minutes, je vois....

 

La 3ème tour

  Cette tour-porte possède comme pour la 1ère une imposante ouverture mais sa construction est plus massive. Il y a en haut, l'habituelle ouverte "médiévale" pour le chemin de ronde (?), mais je suis circonspect devant cette ... heu.... canonnière (?).

  Cette tour se nomme  "Porta alla crocé" (1) qui pourrait se traduire par : "Porte menant à la Croix". Evidemment, une croix était proche.

 

La  Nème tour

   Je repars en chasse vers une autre tour, et pour que vous ayez des surprises à Florence, je ne les dévoilerais pas ici . A Florence, les tours fortifiées sont nombreuses et les remparts médiévaux fascinants.

 

 

Histoire :


  Il n'est pas facile de faire un résumé d'une ville à l'histoire si dense, je vais donc éviter cet exercice et vous renvoie ici.

 

 

 

 

 


(1) Je voudrais remercier l'un de mes lecteurs assidus, messire Jacques, pour ses renseignements fournis sur le nom des tours ... Tous ensemble nous construisons la connaissance de notre passé médiéval.

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Italie médiévale
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 08:30
     Ayant eu un problème de batterie sur mon appareil photo, je ne peux hélas vous montrer que 3 images de ce site. Mais l'important est de savoir qu'une ruine existe.
  Peut être qu'en la rendant mystérieuse, vous aurez envie de la découvrir.
 

 

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES 

 

Le bourg : 

      Situation :    (--> le voir sur une carte)

          Le petit bourg de Tautavel se situe à 12km au Nord-Ouest de Perpignan et à 7km au Nord-Est d'Estagel.

    Coordonnées de la tour :

42° 48' 19.688" N 2° 45' 43.006" E
 42.805469°  2.761946°

 

La tour : 

      L'extérieur :

Au loin

    C'est depuis la ruine de l'ancien château fort de Tautavel que la tour del Far est visible au loin sur sa colline. Un sentier en pente permet sa découverte après 1 heure de marche.

 

Impressions

    La tour cylindrique est impressionnante par son diamètre extérieur de 11 mètres entourée par un rempart (arasée certes) de 25 mètres de diamètres : Plan vue de dessus de l'ensemble.

     Au sommet, je crois distinguer des vestiges de corbeaux ayant certainement supporté des hourds (voir vocabulaire)..... A moins que cela soit les restes d'un mâchicoulis( ?).

 

      L'intérieur :

Rapide analyse

  Avec une surface habitable de 15m² (diamètre 5m), cette tour n'est pas le vestige d'un confortable château mais plutôt celui d'une tour de guet avec certainement un système de feu au sommet pour avertir le château et le village en contrebas de l'arrivée d'un potentiel ennemi.

 

Hypothèse

   Avec un peu d'attention (et une admiration de l'architecture médiévale), il est possible de voir les traces d'un niveau supérieur certainement accessible par une échelle. Sur le sol, au centre de la pièce, je crois apercevoir un orifice pour une citerne de récupération de eaux de pluie.
   Un plan en coupe d'après les archives du SDAP confirme mon intuition.

 

 

  Histoire de la tour :

* Au 13ème siècle (?), construction probable de la tour.,
* En 1374, un inventaire de la tour est effectué par le procureur Royal des armes et armements, en présence de P. Sobrino, châtelain de la tour.
* En 1403, des travaux sont entrepris dans la tour par Jacques Guiffe (charpentier) et Arnaud Reyna (chaudronnier).
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite.

 

  Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 07:30

 

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES

 

Le bourg : 

  Situation :  (le voir sur une carte)

     Le petit bourg de Rodès se situe à 5km à l'Ouest de Ille sur Têt, à 4km au Nord-Est de Vinça et à 18km à l'Ouest de Perpignan.

   Coordonnées du château :

42° 39' 32.951" N 2° 33' 48.881" E
 42.659153  2.563578

 

Le château :  

    L'extérieur :

L'arrivée

   La découverte d'un château posé au dessus d'un village est toujours un moment incroyable. En moi, je ressens déjà la pierre, le plaisir de la montée, la fascination de son architecture, l'émerveillement d'une pierre taillée (voir mes sensations ici).

 

La découverte

     Après une montée agréable sur un chemin peu balisé, je suis confronté à un puissant mur presque infranchissable. Il ne devait pas être facile d'attaquer un château fort. Fou il fallait être, car chaque fente verticale sur la façade devait héberger un archer avec ses flèches si meurtrières.

     Mais un détail m'intrigue : Les fentes si petites pourraient dater de 12ème siècle, mais ces archères sont trop nombreuses pour un bâtiment fortifié de ce siècle.

Sont ce des fentes de tir pour arme à feu ?

 

   Comment vais je entrer dans une forteresse aussi haute ?... Facile, sur le coté, là où le mur s'est effondré au Sud ! (Émerveillés vous êtes devant mon intelligence ! ).

 

Le plan du château

      Avant d'entrer il est important de comprendre l'architecture du château fort grâce à ce plan (réalisé par les relevés topographique de l'AFAN) :

1 - Fossé : Il semble avoir été creusé par l'homme pour protéger l'accès,
2 - Entrée du château, coté Est,
3 - Citerne,
4 - Chapelle.

 

Analyse du plan

    Les faces Nord, Sud et Ouest sont naturellement protégées par un ravin. L'ensemble est asymétrique puisque les courtines suivent le relief du plateau. Pourtant l'aménagement est très fonctionnel pour l'habitat et la défense.

 

    L'intérieur :

J'entre

   En entrant, je suis dans une ambiance de fortification en ruine. Malgré le manque de haut mur et la présence de gravas, de nombreux détails décrivent son architecture.

 

Mes constatations

  En regardant la façade Est, je vois :

* Une salle voûtée avec une archère de défense (devant aussi servir pour apporter un peu de lumière).
* Puis au dessus, une salle avec une fente cruciforme. Les archéologues pensent que c'est l'emplacement de la chapelle castrale.
* Et enfin au dessus, les nombreuses fentes de tir (car je n'ai plus de doutes, cela ne peut pas être des archères - voir vocabulaire).

 

Les salles

   Il n'y a pas que des systèmes défensifs dans un château, habitats et communs sont nombreux.

    Dans cette ruine, il ne reste que leur fantôme dont il m'est difficile d'en connaître la fonction. Pourtant leur origine médiévale est incontestable.

 

C'est fini

   Après mon errance dans les arbres morts, la végétation rare et les pierres roulantes, je m'assieds pour admirer le panorama avec orage menaçant.

 

 

Histoire du château :

* En 1094, une chapelle dédié Saint Valentin semble existée dans une fortification.
* En 1095, le château est cité dans le testament du Comte (voir titres de noblesse) de Cerdagne.
* En 1109, Pierre Bernard, seigneur de Rodès, fait serment au Comte.
* En 1225, Raimond de Canet (voir son château principal), rend hommage à Nunyo Sanche, seigneur souverain de Roussillon et de Cerdagne, pour ses terres et châteaux dont celui de Rodès.
* Vers 1311 (?), Guillaume de Canet rend hommage au Roi Sanche de Majorque.
* En 1350, la chapelle du château est cité dans un texte.
* Vers 1351, Pierre de Millar est le châtelain de Rodès.
* En 1359, avec la prise de Majorque par le Roi d'Aragon, ce dernier nomme Raimond de Peireillos, nouveau châtelain de Rodès.
* En 1368, le château est cité dans un texte. il appartient au Vicomté de Fonollède.
* Vers 1390 (?), Raimond de Peireillos achète le château et les terres de Rodès.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe. Soyez très prudents.

 

La pluie est l'ennemi du chevalier en armure et du castellologue

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66 Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 07:30


Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Je ne distingue aucune défense dans l'ombre   Situation  (--> le voir sur une carte)

       Le bourg de Baigts en Chalosse est situé à 25km au Sud-Est de Dax, à 18km au Sud de Tartas et à 5km au Sud-Est de Montfort en Chalosse.

   Coordonnées du bourg :

43° 41′ 14″ N 0° 47′ 25″ O
 43.686297  -0.789063

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    C'est au petit matin, entre ombre et soleil que je découvre l'église de Baigts en haut d'une petite colline. Après avoir habitué mes yeux au contre-jour, je distingue enfin cette construction.

   Bien que mon fascicule affirme que cette église a été fortifiée, je ne distingue aucun signe classique. Ma loupe de castellologue va donc être utilisée.

 

L'enquête commence

   La face arrière (abside) ne comporte aucune fente de tir. Trois puissants contreforts sur le coté donnent un aspect massif, le manque de transept renforce la sensation d'architecture médiévale primitive, mais je ne je ne distingue aucune défense.

    Les corbeaux sculptés sous le toit ne supportent rien. Avaient ils une fonction pour des hourds (voir vocabulaire) ?.... J'en doute un peu.

  Peut être qu'en me décalant, je verrai les traces d'une salle de repli ?... Hélas non, point de fantôme d'ouverture, ni de bretèche. De plus sur cette façade, je ne vois aucun contrefort (Il n'y a donc pas de symétrie dans cette église ?).

Me serai je trompé d'église ?

  Et c'est toujours dans le doute que l'espoir renaît ! 

 

Voilà enfin les défenses

     Sur ma gauche, le clocher ne semble pas en harmonie avec l'église. La partie supérieure est très récente mais en dessous, la masse carrée ressemble à un donjon de château.

   Les pierres ont été "cimentées" mais au dessus de la fenêtre, une fente verticale ressemble à une archère primitive. Et pour confirmer ma pensée, une autre existe sur l'autre face.

 

     L'église "Notre Dame de l'Assomption" de Baigts en Chalosse n'est peut être pas aussi impressionnante que celle de Woël en Lorraine mais elle possède de petites défenses justifiant sa place dans ce blog.

 

    L'intérieur :

  Bien qu'il y ait  un escalier dans le porche, les fortifications minimales ne sont pas visitables. Qu'importe, je reste dehors et me délecte des marques de tâcherons  (voir définition).

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle , construction d'une église à l'emplacement de l'ancien château fort sur motte.
* En 1285, le Roi d'Angleterre Edouart Ier donne la seigneurie à Elie de Caupenne.
* En 1348, le Roi d'Angleterre Edouart III confirme la possession de Baigts à Guillaume de Caupenne.
* En 1569, les protestants ravagent l'église.
* Au début du 20ème siècle, le clocher étant délabré, il est  partiellement abattu et reconstruit.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église "Notre Dame de l'Assomption" est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher est interdite.

 

Je quitte à regret cette beauté

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 07:30
 

Saviez vous que j'ai tourné un film !

 

 

La vie du Chevalier Dauphinois est si fascinante...

 

...Que les studios des grandes Majors....

 

...m'ont quémander des scénari.

 

 

 

J'ai gardé ce secret jusqu'à aujourd'hui....

 

...Mais en ce jour très spécial.....

 

... je me dois de vous dire mes secrets intimes !

 

 

 

J'ai obtenu quelques scènes de ce qui va être...

 

.. l'un des grands scoops de l'année...

 

...Et pourquoi pas du siècle !

 

Ce film sortira peut être à Cannes...

 

...Et peut être aurais je un César...

 

... Et pourquoi pas un ou 2 Oscars aux Amériques !

 

 

Êtes vous près pour un choc ?

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors comment m'avez vous trouvé en héros  ?

 

 

Ne suis pas formidable ?

 

 

Évidemment vous m'avez reconnu.

 

 

 

 

Je suis.....................

 

 

Poisson d'avril hihihihi

 

 

 

Hihihi.. je vous ai eu !   Mort de rire je suis
  Hihihi... Quel rigolo je suis !  

 

 

Le rire est le propre de l'homme

 

 

  Si vous êtes l'auteur d'une de ces vidéos et si vous pensez qu'elle n'a pas sa place sur cette page, faites le moi savoir et je l'enlèverai.... Chevalier d'honneur je suis.
 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans ** Vidéos **
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 07:30


Département 64 - PYRENEES ATLANTIQUES

 

Le bourg :

Plan des remparts de la ville de Bayonne    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La  ville de Bayonne est situé à 5 km au Nord-Est de Biarritz, proche de l'océan Atlantique.

  Coordonnées du château vieux :

43° 29' 29" N 1° 28' 40" W
 43.491509  -1.478019

 

Les remparts :

     L'extérieur :

La découverte

    Dans la vieille ville de Bayonne, proche de la cathédrale, un rempart de "2000 ans" est le but de ma découverte de cette fin d'été. Armé d'un plan des anciennes fortifications, je suis prêt à suivre cet ancêtre.

 

L'enquête commence

    Une 1ère tour flanque s'offre à moi. Bien que des fenêtres modernes aient été percées, la tour ne masuqe pas ses origines et sa fonction défensive. Un peu plus loin d'autres merveilles défensives, toujours habitées, s'entremêlent entre les murs du rempart.

   Toujours en suivant l'axe du rempart j'arrive devant une construction représentative de 5 siècles d'évolution architecturale. Devant moi, un mur épais d'époque Romaine.

 

Comment dater ces constructions ?

   Il est "facile" de déterminer la date de construction des différents murs fortifiés de Bayonne :

* Les murs en blocage ou en ciment revêtus de petites pierres sont d'origine Romaine.

* Les murs constitués de gros moellons sont du 10ème et 11ème siècle.

* Les grandes pierres taillées sont du 12ème

 

Le château vieux :

     L'extérieur :

Haute tour ronde avec canonnières

La découverte !

  D'après Monsieur de La Palice : "Plus je marche et plus j'avance vers ma destination .

Et quelle est elle ?

    Ceux qui ont répondu "Je ne sais pas Chevalier" sont priés de relire le titre : Le château vieux, dont le plan me révèle son architecture.

   Bien qu'il se nomme "Vieux", une de ses tours comporte une puissante et large canonnière (du 17ème ?).

Avez vous remarqué la présence de l'archère primitive ?

 

Rapide analyse

    Le corps principal du château Vieux a une forme rectangulaire avec de puissantes tour d'angle et des tours flanques avec les mêmes caractéristiques. Un petit morceau de mur Romain apparaît (parement en petits appareil de pierres coupées d'arases en briques) mais ce sont les pierres médiévales et surtout les aménagements de Vauban qui sont visibles.

     Comme pour les remparts, les tours et les murs possèdent des fenêtres et même des balcons en encorbellement. Mais ces modifications n'ont pas diminué la puissance de ce château fort qui a fait évoluer ses défenses durant 7 siècles.

   Cette marche m'ayant donné faim, je vais manger du jambon de pays en admirant les canonnières ainsi qu'un morceau de mâchicoulis ayant survécu.

 

    L'intérieur :

        Le château n'est pas visitable et les remparts sont habités donc interdits à la visite.

 

 

Histoire partielle du château :

* Au 1er siècle , les Romains construisent une fortification entourant le bourg primitif.
* A la fin du 11ème siècle, le Vicomte (voir Titres de Noblesse) de Labourd fait construire un château sur l'emplacement du Castellum Romain. C'est d'abord un donjon hexagonal.
* Au 12ème siècle, deux corps de bâtiment sont ajoutés au donjon. Le Chateau Vieux (ce nom ne lui sera donné que plusieurs siècle après sa construction bien sur) est la principale défense de Bayonne.
* En 1130, Don Alfonso le Batailleur, Roi de Navarre séjourne au château.
* En 1151, Bayonne est ville Anglaise (pour 3 siècles).
* An la fin du 12ème siècle, Richard Coeur de Lion, Roi d'Angleterre, Duc de Normandie, Duc d'Aquitaine, Comte du Maine et Comte d'Anjou, accorde de nombreux privilèges à la ville de Bayonne. La cité devient prospère.
* Au milieu du 14ème siècle, Edward Plantagenêt, dit Édouard de Woodstock Brackembury (et aussi nommé "Le Prince Noir"),  capitaine de guerre anglais durant la guerre de cent ans, séjourne au château.
* Vers 1367, Pierre Ier de Castille séjourne au château.
* En 1451, Bayonne est ville Française.
* En 1463, Louis XI (voir liste des rois) séjourne au château.
* Au 16ème siècle, la fortification est Espagnole.
* En 1526, Français Ier (voir liste des rois) séjourne au château.
* En 1565, Charle IX , roi de France, séjourne au château.
* A partir de 1678, Vauban fortifie Bayonne, ville frontière avec l'Espagne. Il fait abattre le donjon dénommé Floripes. Voir la vue de Bayonne au 17ème siècle.
* En 1660, le grand roi de France, Louis le 14ème, séjourne au château.
* En 1706, Marie Anne de Neubourg, Reine d'Espagne, séjourne au château.
* En 1809, le général Palafox, défenseur de Saragosse, séjourne au château.
* En 1886, l'enceinte Romaine est classée aux Monuments Historiques.
* En 1931, les remparts entre le Château Vieux jusqu'à la Tour du Sault, sont inscrits aux Monuments Historiques.
* A la fin du 20ème siècle, le Chevalier Dauphinois séjourne quelques minutes devant la porte du château.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts et du château est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Fortifications romaines, médiévales et de Vauban se marient magnifiquement



  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 64 Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Béarn et Pays Basque : 64
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 07:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgAu centre, le village comporte une voie circulaire

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Aigues Vives se situe à 20km l'Est de la cité de Carcassonne et à 6km au Nord-Nord-Ouest de Capendu.

   Coordonnées du bourg :

43° 13′ 54.84″ N 2° 32′ 3.12″ E
 43.2319°  2.5342°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Pourquoi le choix de ce site ?

    Grâce au dictionnaire des châteaux forts de France, j'ai coché sur ma carte le village d'Aigues Vives dans l'Aude.  

   En regardant son architecture, je remarque une route circulaire, souvent signe d'une ancienne cité fortifiée.      

   Avec ces 2 indices, je suis certain de découvrir une fortification. Mais comment est elle ?

 

1ère analyse

    Proche de l'église, une rude construction attire mon regard. Je n'ose croire que cette beauté est le Graal que je suis venu capturer. Avec ma technique de découverte, je m'approche et pose mes yeux sur sa base.

    Les pierres sont petites et moyennement taillées, mais les angles sont correctement appareillés. Ces 2 indices me donnent à penser à une construction fin 12ème (?) pour un château plus consacré à une résidence qu'à une fortification pour la garde (mais osée est ma conclusion avec si peu d'indices).

 

2ème analyse

     En prenant un peu de recul et en levant la tête, je vois une haute tour carrée sans contrefort et sans différentiation de taille de pierre. La tour ne sembla pas avoir été modifiée après sa construction. Mais le plus surprenant est :

Avez vous deviné ?

   Évidemment l'absence d'archère (voir vocabulaire) ou de fente de tir. Ma datation du 12ème siècle se précise (surtout avec la forme parallélépipédique).

Il manque aussi un élément important. Saurez vous me le dire ?

 

3ème analyse

    Il n'y a pas de porte sur ces 2 façades. Je contourne donc le bâtiment et je découvre en hauteur, une ouverture plein cintre. Sous cette médiévale porte, 2 trous devaient recevoir des poutres (boulins) pour une passerelle.

 

 

4ème analyse

   Pour mieux ressentir cette tour, je reprends un peu de recul et je constate :

       * Qu'il n'y a aucune archère (N'est ce point surprenant).

       * Que le crénelage est inexistant (Mais la tour a peut être été arasée).

       * Qu'il n'y a pas de latrines (La tour n'aurait pas été habitable ?).

 

  Devant tant de questions à l'extérieur, je tente de trouver une porte d'entrée basse (ouverture non médiévale).

 

 

     L'intérieur :

         Hélas, la tour n'est pas visitable, et il faut des yeux de lynx (ou de Chevalier.... c'est un synonyme ) pour voir les entrailles à travers la porte.

 

 

Histoire du château :

* Vers 984, le bourg de Aguaviva est cité suite à un échange entre l' abbé Udulgariuset Roger Trencavel, Vicomte de Carcassonne (voir titre de noblesse). 
* Au  13ème siècle, construction d'une fortification entourant le petit bourg.
* En 1948, la tour est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est impossible. 

 

Impossible d'entrer, la porte est trop haute !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article