Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 07:30


Département 02 - AISNE

 

Le bourg :

Voyez vous au loin mon Graal ?    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Beaurevoir est situé à 16 km au Nord de Saint Quentin, à 11km à l'Ouest de Bohain en Vermandois et à quelques kilomètres au Sud de la frontière avec le département du Nord.

  Coordonnées :

49° 59′ 50″ N

3° 18′ 35″ E
 49.997222°  3.309722°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

    J'adore les régions de plaine car les constructions, même en ruine, sont visibles de loin. C'est donc avec plaisir que je dévore des yeux ce qui devrait être le château fort de Beaurevoir.

   Soudain j'ai une doute. Je pensais visiter une ruine de château et je ne vois qu'une tour sur une motte.

Est ce le vestige du château ou les restes d'un moulin ?

 

L'enquête commence

  Il n'y a pas de sentier spécifique pour atteindre la ruine, il faut emprunter un chemin agricole pour tracteur (un peu boueux le jour de ma visite). Plus j'approche de la motte et plus je suis convaincu que cette construction n'est pas un moulin. La Tour Jeanne d'Arc (voir explication dans l'historique) est devant moi.

  Bien qu'il n'y ait aucune preuve que "Notre Héroïne Bouteuse d'Anglois" fut enfermée dans cette tour, je suis fier d'être face à cette ruine historique.

 

Je me sens une âme de peintre devant ce paysageReste il des indice défensifs ?

    Les années n'ont pas été très respectueuses du château de Beaurevoir, puis les hommes depuis 3 siècles n'ont pas ressenti de pitié devant cette tour. C'est donc un bâtiment très en ruine et surtout très mal consolidé qui s'offre à moi.

  Les parpings modernes ont remplacé la pierre, les ouvertures ont été rapidement obstruées. Il n'y a que les fondations qui ont été soigneusement reprises avec élégance.

   Sur cette ruine où les pierres ont les rides des ans, il est impossible de distinguer archère, crénelage, mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

    L'intérieur :

       Il n'y a pas de porte accessible ni d'ouverture pour découvrir les entrailles de la tour. Je me console en admirant le paysage de l'Aisne et en me remémorant la pensée de Camille Jullian..

 

 

Histoire du château :

* Vers 1310, un château est construit sur une petite colline.
* Durant le 14ème siècle, ce château, frontière avec l'Escot subit de nombreuses attaques.
* En 1430, sous la surveillance de Jean de Luxembourg, Jeanne d'Arc est transférée du château de Beaulieu (dans l'Oise) à celui de Beaurevoir.
* Durant cet an de grâce 1430, la Pucelle d'Orléans tente une évasion. Elle est reprise puis transférée quelques mois plus tard dans un lieu plus sécurisé.
* Au 17ème siècle, Louis XIV (voir liste des rois) ordonne la démolition du château de Beaurevoir.
* En 1920, la tour de guet nommée Tour Jeanne d'Arc est classée aux Monuments Historiques.
* Durant le 20ème siècle, les ouvertures sont bouchées pour consolider la ruine et un toit est posé évitant les infiltrations d'eau.
* En 2011, le maire de la commune ne peut pas trouver les fonds pour sécuriser le site fragile.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la tour est libre et gratuite. La ruine étant fragile, le risque de recevoir une pierre existe.

 

Je vois l'infini et même encore plus loin !

 

 
 
  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 07:30

 

Département :   50 - MANCHE


Au 21ème siècle, le château a-t-il la même puissance ?

Le bourg :

   Situation  (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Saint Sauveur le Vicomte est situé au centre du Cotentin, à 50km au Nord-Ouest de Bayeux, à 28km au Sud de Cherbourg et à 15km à l'Ouest de Sainte Mère l'Église. 

   Coordonnées :

49° 23′ 14″ N 1° 31′ 51″ W
 49.387222°  -1.530833°

 

Le château :

      L'extérieur

Préambule

    Pour découvrir tous les châteaux de la Manche et aussi faire un peu de tourisme, il me fallait un point central dans la presqu'île du Cotentin. Dans cette terre Normande, que dis je, terre des Vikings, j'ai trouvé un gîte silencieux dans les bois et pourtant proche des grands axes routiers.

    Comme je suis un Chevalier très chanceux, j'ai vécu une semaine de bonheur. J'ai été accueilli par des propriétaires extraordinaires, serviables, intelligents, cultivés et discrets. Ils sont comme ce château : Inoubliable !

  Si vous les rencontrez, présentez leur mes amitiés sincères.  

La tour est devenue un jardin fleuri 

Premières sensations

     Armé d'une gravure représentant le château de Saint Sauveur le Vicomte en 1822, je me rends au centre du bourg pour manger des yeux la construction fortifiée au si riche passé.

   Soudain, c'est le choc. je ne vois qu'une courtine de 3 mètres de haut, sans archère, ni crénelage. Et pour me surprendre dans ma désillusion, je vois une tour effondrée transformée en pot de fleur.

Ne reste-t-il qu'un fantôme du puissant château fort ?

 

 La découverte commence

    Comme souvent, lorsque j'ai un désenchantement, je prends un peu de recul. Mes yeux clignent à nouveau de joie devant ce spectacle médiéval.

  En regardant l'aménagement du site, la qualité de l'herbe, j'ose avancer l'hypothèque que des douves encerclaient le château. Pour des problèmes d'hygiène et de sécurité, elles ont été comblées certainement au siècle dernier.

 

Les courtines

   Sur cette façade, le mur défensif est haut, droit, dépourvu de crénelage (le temps a fait son travail de destruction) et sans mâchicoulis (voir vocabulaire).

  Les larges ouvertures ressemblent plus à des fenêtres qu'à des fentes de tir. L'absence d'archère et de système de tir  défensif me surprend. Deux solutions :

1 - Le mur était borgne à sa construction, donc construit au 11ème siècle.

2 - Les archères ont été ouvertes pour amener de l'éclairage dans les salles au 16ème siècle.

 

Une tour

     Avec une tour flanque à peine excentrée, ce mur ne semble pas bien défendu. Les fentes à gauche sont certainement pour une tourelle escalier. La construction en encorbellement à droite n'est pas une bretèche. Ce sont des latrines.

  Avant de quitter cette façade, je tente une dernière fois de comprendre le système défensif quand soudain, la vérité s'offre à moi.

    Au loin, le puissant donjon excentré est LE moyen de défense prévu par les architectes.

Incroyable n'est ce pas ?

 

Faire le tour des tours, quel plaisir !

Les autres tours 

    En plus du donjon, le château avec sa basse-cour comporte 11 tours rondes. Même si certaines d'entre elles sont partiellement arasées ou détruites, il émane une force de ce château. Faire le tour de ce château est un régal tant sa puissance rayonne.

   A l'opposé du donjon, proche des latrines en encorbellement, une tour d'angle me fascine. Il semble évident que :

* Le toit actuel soit plus bas que celui du Moyen Âge,

* Les défenses hautes aient été remplacées par des fenêtres,

* Cette seule archère-canonnière n'ait servi qu'à la défense de la courtine.

  Malgré toutes ses imperfections, cette tour me fascine.

La ressentez vous comme moi ?

 

      L'intérieur :

  Il est temps maintenant d'entrer dans le château de Saint Sauveur le Vicomte par cette magnifique tour-porte.

 

Suivez moi pour découvrir la basse-cour.

 

 

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Vers menu châteaux forts de la Manche Vers Menu châteaux de la Manche
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 07:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 ANDALOUSIE

 

Le bourg : 

La chaleur Andalouse déforme ma vision !    Situation  (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Cañete La Real est situé sur la frontière entre la Serrania de Ronda, Antequera, à 60km au Nord-Ouest de Malaga, à 30km au Nord-Nord-Est de Ronda et à 45km à l'Ouest de Antequiera.

   Coordonnées du château :

36° 57′ 5.8″ N 5° 1′ 28.63″ W
 36.95161°   -5.02462°

 

   Toponymie  (--> petite initiation)

      Les linguistes hésitent sur 2 origines pour le nom de Cañete La Real :

* Une origine Arabe :  Hins Qanit. Cela signifierait : château de Qanit.

* Une déformation  des mots faisant référence aux jets. Ceux-ci jaillissent toujours dans certains endroit du bourg. 

 

Le château : 

    L'extérieur :

L'aventure irréelle

** Cela se passe un jour mystérieux.

** Un jour où l'envoûtement, le rêve et la glauque réalité s'entremêlent.

** Ces heures où les yeux piquent et la poussière irrite.

** Le chevalier David (parfois nommé Vincent) cherche un raccourci qu'il ne trouve pas.

** Une journée où  Les Envahisseurs destructeurs de châteaux semblent venir de loin.

** Un de ces moments où Votre Chevalier-David-Vincent semble pourchassé par les esprits. 

Pourquoi avoir enfermé une ruine médiévale ?

 

La curieuse découverte

    C'est donc sur la route menant vers l'inconnu que je découvre un vestige médiéval enfermé par de hauts grillages.

Est ce la fameuse zone 51

 

La véritable découverte

    La surprise passée, j'ose lancer un oeil à travers le grillage pour voir une haute tour parallélépipédique ceint d'un rempart. L'ensemble est posé sur le rocher.

 

Je l'approche enfin

   Après avoir serpenté un peu dans les ruelles du bourg, je suis enfin proche de la ruine.

Mais est ce vraiment une ruine ?

   La reconstruction récente de ce rempart avec de nouvelles pierres est évidente. Bien qu'il existe des petits morceaux de mur avec une pierre grisée par les siècles, les très nombreuses reconstruction son évidente.

 

Rapide analyse

   Je suis dans le "temple architectural" de l'angle droit. Tout n'est que linéaire ou anguleux. La blancheur (extra-terrestre ?) est la dominante.

    La haute tour a certainement du être le donjon habitable. Mais les petites ouvertures ne lassant passer que peu de lumière ne rendaient pas ce site très confortable. 

     Évidemment, il est impossible de savoir si un crénalage ou des mâchicoulis existaient.  Ce site n'est qu'un fantôme très reconstruit d'un château Mauresque de plus de 8 siècles.

 

     L'intérieur :

        Le portail est fermé, aucun panneau indique les horaires d'ouverture, aucune personne pour renseigner le Chevalier David-Vincent.

Mais où sont passé tous les habitants ?

 

Histoire du château :

* Avant le 12ème siècle (à vérifier), construction d'une fortification par les Maures.
* Durant le 14ème et 15ème siècle, de nombreux combats ont lieu entre Musulmans et Chrétiens pour la reconquête de l'a Castille. Le château subit de très gros dommages.
* A partir du 16ème siècle, la ruine semble oubliée des hommes.
* Au 20ème siècle, une ardente campagne de consolidation est menée.
* Au début du 21ème siècle, la découverte des remparts et de la ruine du château est libre et gratuite depuis la route et les ruelles. La visite du site semble payante (mais cela n'était pas possible le jour de ma venue). 

 

Ce château est triste sans visiteur

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 07:30

 

Département :   74 - HAUTE SAVOIE

 

Le bourg :

Envahie par la végétation, la tour tente de survivre.  Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Doussard est un petit village au Sud du lac d'Annecy. Il est renommé en été pour sa plage et son petit port.

   Coordonnées de la tour :

45° 47′ 44.146″ N 6° 13′ 30.598″ E
 45.795596°  6.225166°

 

  Origine du nom :

    L'origine du nom Beauvivier semble évidente. Si proche du lac poissonneux, c'était le lieu idéal de pêche en opposition aux châteaux sur le flan des montagnes environnantes. C'était le beau vivier du château du seigneur Duingt.

 

Le château :

   L'extérieur :

Préambule

     Avant de vous décrire cette ruine, je me pose une question.

  Dois je nommer cette bâtisse :

- La Tour ?
- ou le Château ?

     En réalité, il y avait en ce lieu un petit château dont ne reste qu'une tour..... Les brochures, les panneaux et les cartes IGN nomment cette ruine : La Tour.   

   Bien qu'elle soit proche du parking de la plage, la tour de Beauvivier n'est pas facile à trouver lorsque la végétation est dense. Elle se situe dans la réserve naturelle nommée: "Le bout du lac". Au début de la promenade, un assemblage de troncs et de planche protège la tourbe et me guide vers le lieu. Puis.... l'aménagement disparaît et il faut trouver sa trace.
   Mais ce n'est pas la jungle, et point de GPS ou boussole il faut. La tour est près du lac, il suffit de se mouiller un peu les chaussures.

 

   L'extérieur :

La découverte

    Et comme par magie, la tour apparaît dans la végétation.  Sur le moment j'ai un doute, car avec son escalier en 'fer' et ses murs bien cimentés, elle ressemble à un vieux moulin oublié des hommes, ou un abri de chasseur photo. Mais un panneau me confirme que cet ensemble de pierre très consolidé est le reste du château de Beauvivier.

 

Analyse rapide

  En faisant le tour, son image médiévale est plus réelle. La tour a une forme rectangulaire et des murs aveugle. C'est la construction classique d'un donjon du 12ème siècle. Les murs ont perdu leur parement en pierre taillée. C'est une sorte de remblai qui s'offre à moi. L'escalier que je décriais un peu à mon arrivée est un élément utile pour la découverte de la ruine. Je vais monter dans une tour médiévale. C'est un évènement assez rare pour être noté !

 

    L'intérieur :   

J'entre

    Comme souvent à l'époque médiévale, la porte d'accès d'une tour n'est pas en bas mais à quelques mètres du sol. C'est grâce à un escalier moderne que je peux découvrir l'entrée.

 

La porte

    Elle est ogivale (comme je l'espérais) et très "cimentée". Il est vrai qu'en été, cette ruine doit recevoir des centaines de visiteurs par jour. La consolidation moderne de cette ruine non classé aux monuments historique était la meilleure solution.

 

Quel plaisir
    Il est rare de pouvoir pénétrer dans un donjon si vieux.... Je suis presque ému. Bien sur, les poutres et le plancher en bois ont disparu au profit d'une sorte d'échafaudage, mais quelle sensation !
    La consolidation a supprimé toute trace d'archère, de créneau ou de bretèche, mais au sommet de cette faible montée, il y a la récompense suprême : La vue sur le lac.

 

Le bonheur d'être un visiteur

   Quel silence (il est vrai qu'en décembre, avec le froid matinal, peu de fous comme moi viennent découvrir une ruine dans les bois). Au loin, je vois le vieux château des seigneurs de Duingt, anciens possesseurs de cette tour. Il me faut redescendre pour le visiter.
   Mais je n'arrive pas à quitter ce site qui pourtant ne révèle que peu traces médiévales,  la vue est trop belle .

Me comprenez vous ?

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, une fortification semble édifiée en ce lieu.
* Au 13ème siècle, le château de Beauvivier appartient à la seigneurie des Duingt Il sert à surveiller le port de pêche, et le péage du pont de Vertrier.
* En 1530, le Duc Philippe de Genevois-Neumour achète une partie de la seigneurie à la dernière héritière : Louise de Duingt. Le château de Beauvivier est cédé dans cet acte.
* Au 17ème siècle, le riche marchand du Valais Gaspard Jodoc Stockalper achète une partie des biens à la famille de Genevois-Neumour. Bien que le château de Beauvivier soit en ruine, cette cession lui donne le passage du pont.
* En 1668, "notre" marchand est destitué de ses droits de commerce.
* En 1672, il vend ses biens autour du lac à la famille Monthouz. Ces nouveaux propriétaires instaurent un droit de pêche payant sur le lac. La colère gronde. Le château de Beauvivier est décrit comme ruine.
* En 1697, la population se rebelle contre ce seigneur et ses interdictions.
* En 1698, les châteaux (dont Beauvivier) et terres autour du lac sont vendus au Marquis de Sales, déjà détenteur de quelques terres environnantes. Le calme revient mais notre château restera dans son état de ruine.
* A la fin du 20ème siècle, et durant plusieurs années, des travaux de consolidation sont effectués, et un escalier en fer est construit pour découvrir un panorama extraordinaire.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est faible, mais n'oubliez pas, c'est une ruine.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 74 Vers Menu châteaux de Haute Savoie
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 07:30

 

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES

 

Le bourg : 

   Situation :   (le voir sur une carte)

      Le petit bourg d'Arboussols se situe à 8km au Nord-Est de Prades, à 8km à l'Ouest de Illes sur Tet et à 35km à l'Ouest de Perpignan.

   Coordonnées du prieuré :

42° 39′ 45″ N 2° 30′ 0″ E
 42.6625°  2.5°

 

Le prieuré : 

      L'extérieur :

Où suis je ?

    En arrivant sur le site de Marcevol, je me sens perdu . Les murs ne ressemblent pas à mes habituelles images de fortifications. Je ferme les yeux, je recule doucement, je change d'angle de vision et là, j'ai une surprise.

    Je suis devant un épais mur et surtout au loin, il y a une petite construction en encorbellement.

Enfin, je revis ! 

 

L'enquête commence

     Le mur comportant l'encorbellement est composé de pierres pauvrement taillées et mal jointes, la partie supérieure semble avoir été reconstruite ou réparée plusieurs fois même s'il manque quelques mètres en hauteur.

    La construction qui m'intrigue depuis le début est située au dessus d'une porte. C'est donc une bretèche (voir vocabulaire).

 

   Pour mieux comprendre ce site si peu fortifié je contourne le mur. Une 2ème porte ne me donne pas plus d'informations. Un peu plus loin, terre et alluvions ont rehaussé le niveau du sol, laissant les archères curieusement basses. Ces fentes de tir sont droites et courtes, j'opte pour une construction du 12ème siècle.

   Il n'y a hélas que peu à dire, je retrouve l'entrée pour visiter les entrailles.

 

Le plan

  Voici le plan du prieuré fortifié de Marcevol réalisé par M° D'Arthuys:

      1 - L'église,

      2 - La grande salle,

      3 - Vestige du cloître. 

 

    L'intérieur :

   J'ai visité ce site il y a bien longtemps et j'en ai gardé qu'un souvenir minimal. Peu de traces de fortification sont visibles. Seule l'église mérite une attention, mais ce n'est pas le but de ce blog.

 

 

Histoire du prieuré :

* En 1128, fondation du prieuré par l'ordre de Saint Sépulcre, sous la dépendance de Sainte Anne de Barcelone. La période n'étant pas très sure, ce site isolé est fortifié.
* En 1410, le prieuré ne comporte que 5 personnes.
* En 1476, il est cité en ruine et abandonné. Bâtiments et terres appartiennent à l'hôpital de Vinça.
* En 1792, le site est récupéré par les révolutionnaires Français puis vendu comme bien national.
* Au 19ème siècle (?), le prieuré devient une exploitation agricole.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante.

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 07:30

 

 

Département 73 - SAVOIE

  Voyez vous la ruine dans les couleurs d'automne ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit bourg de Mercury Gemilly est situé à 40km au Sud-Est d'Annecy,  à 32km au Nord-Est de Chambéry et à 3km au Nord-Ouest d'Albertville.

     Coordonnées :

45° 40′ 30″ Nord 6° 20′ 16″ Est 
45.675° 6.337778°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

   Je suis toujours méfiant lorsque je vais visiter une ruine médiévale se nommant : Châteauvieux (en 1 ou 2 mots). Très souvent, le site castral est abandonné, rarement indiqué sur des panneaux routiers et souvent non positionné sur une carte.

  Je pensais revenir bredouille quand soudain, un panneau municipal m'indique l'emplacement.

  Minimale mais très intéressante

L'approche

    En montant le chemin automnal, je crois voir les vestiges d'un mur. Certes, les feuilles multicolores cachent sa beauté. Quelques mètres plus loin, le mur de feuilles semble plus important.

Pensez vous que j'affabule ?

 

Les murs du château

   Ma ténacité est récompensée. A mi-pente je découvre un magnifique pan de mur sans âge. A sa base, il me semble voir les traces d'une ouverture.

  En contournant le mur, je vois un trou de boulin.

N'est ce pas magnifique ?

 

Il y en a encore !

   A chaque pas, la ruine se révèle tout en jouant avec moi à se cacher dans le petit bois.

Est ce le donjon ou une simple tour ?

 

    L'intérieur :

     Hélas, je ne peux aller plus loin car un panneau m'informe des risques.

Mais lesquels ?

   Ne souhaitant pas déranger les propriétaires, j'opte pour un repli stratégique.

 

 

Histoire du château :

* Vers 1030, Wilfrid est seigneur de Chevron (les historiens s'accordent à penser qu'il possédait ce château).
* Vers 1149, Guillaume II de Chevron vassale du Comte (voir titre de noblesse) de Savoie (voir la liste) revient des croisades en Terres Saintes. Il épouse la fille de la famille Villette de Tarentaise.
* Dans le 3ème quart du 12ème siècle, Guillaume II a 3 filles.
* Au début du 14ème siècle, Humbert IV de Chevron-Villette est seigneur de ce château.
* En 1314, à la mort de son père Humbert V de Chevron-Villette est le nouveau seigneur de ce château.
* Dans le 1er quart du 14ème siècle,Humbert V épouse Aucilésie de Sion et récupère par la dot les domaines de cette ville (voir ses châteaux ici).
* Vers 1334, la guerre Delphino-Savoyarde entraîne la destruction du château par l'armée Faucignerane appartenant au Dauphin Guigue VII (voir liste).
* Au 19ème siècle, les vestiges du châteaux sont importants.
* Le 20ème siècle est très "cruel" avec cette vieille ruine.
* Au 21ème siècle, la ruine est dans une propriété privée interdite à la visite.

 

Une ruine aimant jouer avec les feuilles

 

  Vers Menu châteaux de Savoie
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 07:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgComment trouver une ruine ?.. C'est facile

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le bourg de Bizanet se situe à 15km au Sud-Ouest de Narbonne et à 12km au Sud-Est de Lésignan Corbières.

  Saint Martin de Toques est situé à 6km au Sud de Bizanet, en bordure de la route départementale 613.

   Coordonnées :

43° 7′ 44.04″ N 2° 52′ 8.76″ E
 43.1289°  2.8691°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Pourquoi le choix de ce site ?

        Sur la route qui m'amène de l'abbaye de Fontfroide vers la ruine de Villerouge la Crémade, mon destrier s'arrête. J'imagine qu'il a une petite faim ou un besoin urgent, mais en réalité il souhaite me montrer une beauté dont j'ignore le nom.

    Je ne sais pas comment faisaient mes ancêtres, mais au 21ème siècle, il suffit de regarder une carte (ou un GPS).

Voyez vous le nom de ce château sur le plan ?

  Regardez mieux ici. Sur la butte est posé le château féodal de Saint Martin de Toques, parfois aussi nommé : Saint Martin de Telgue.

 

Analyse

    Ce n'est pas par hasard qu'un château ait été construit sur cette colline, la construction fortifiée permet la surveillance des vallées avec leurs routes utilisées pour rejoindre Narbonne.

    Posé sur un rocher, le château semble presque inattaquable. Évidemment, avec les siècles de confort et l'inutilité dans notre siècle de paix d'avoir des murs borgnes, de nombreuses fenêtres ont été ouvertes.

   Mais avec son imposant donjon central et habitable, ses crénelages (voir vocabulaire) ainsi que ses tours d'angle rondes, la construction a gardé son image de forteresse médiévale.

 

Petite remarque sur l'accès

     Grâce à la vue satellite, il est possible de voir que le chemin d'accès tourne dans le sens des aiguilles d'une montre. Cette caractéristique n'est pas anodine.

    Pour accéder au château, l'assaillant tourne autour du château et passe devant les courtines en montrant son épée, et non du coté du bouclier. Ainsi, il est à découvert. Si c'est un archer, il ne pourra pas facilement tirer ses flèches en avançant.

   Au Moyen Âge, tout était étudié pour ne pas faciliter l'attaque d'un habitat.

 

     L'intérieur :

         La propriété est privée et non visitable.

 

 

Histoire du château :

* Vers 978, un château sur une colline est cité dans un texte. Il est possession de la Vicomtesse (voir titre de noblesse) Adélaïde de Narbonne.
* Au 11ème siècle, une chapelle est construite (à vérifier).
* En 1183, un château est cité dans un texte.
* Au 16ème siècle, avec l'arrivée d'une nouvelle famille  d'Alezio d'origine Milanaise, le château subit de nombreuses modifications architecturales : Ouvertures de fenêtres, aménagement des salles.
* Vers 1792, les révolutionnaires suppriment la paroisse. Le château est abandonné.
* En 1926, les ruines sont inscrites aux Monuments Historiques.
* A la fin du 20ème siècle, la ruine est achetée puis rénovée.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les chemins et routes. La visite de l'intérieur est impossible : Propriété privée.

 

Le chevalier regardait le château qui l'observait aussi

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 07:30

 

Département    63  - PUY de DÔME
Quelle impressionnante masse !
Le bourg :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
       Le petit bourg de Estandeuil est situé à 25km au Sud-Est de Clermont Ferrand et à 11km au Sud-Est du château de Billom.

    Coordonnées du château :

45° 40' 18.998 N 3° 26' 31.999" E
 45.671944°  3.442222°

 

Le château :
       L'extérieur :
La découverte
   Au Sud-Sud-Ouest du bourg, un chemin mène vers une impressionnante construction entourée, nom pas d'un rempart, mais d'un écrin de verdure.

  En approchant je vois ce qui peu s'apparenter à un donjon. Il est si massif et si beau que je me demande s'il est réel.

Est ce le vestige du château de La Rochette ?

Défense et confort forment un duo magnifique !
Le donjon

Quelle puissance !

    Je suis impressionné par le diamètre important de cette tour qui est donc habitable. Ses 3 étages n'en font pas le plus haut donjon d'Auvergne, mais il doit être l'un des plus larges.

    Le plus surprenant est la présence de fenêtres à meneau en croix. Ces ouverture importantes et nombreuses sont incompatible avec une donjon défensif. J'en conclus :

  1 - Que la tour a été modifiée après l'invention des canons.

  2 - Que ce donjon devrait être entourée de remparts avec tours de défense.

 

Le système défensif
   Les grandes fenêtres ont certainement remplacé les archères et ce donjon paraît indéfendable.

   Mais avec un peu d'attention il est possible de voir des vestiges de construction en encorbellement correspondant à des bretèches (voir vocabulaire).

  Ne voyant aucune porte d'entrée, une question me tenaille :

Comment le propriétaire montait dans son donjon ?

 

La tour annexe

  Il n'est pas toujours facile de comprendre l'architecture d'une construction de 800 ans, mais avec mon oeil d'aigle je vois ceci .

Pensez vous que ce soit  une tour escalier ?

  Le soleil se couche et transforme les couleurs.

 

       L'intérieur :
    Hélas, la propriété est privée et habitée. La visite est impossible. 

 

 
Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château.
* Au 15ème siècle, le château est transformé.
* Vers 1792, la région est si pauvre que les révolutionnaires ne s'attaquent pas au château.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis le sentier est possible. Le château est une propriété privée non visitable.

 

le soleil couchant rend le château plus mystérieux

  Cliquez pour aller vers le menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme
Repost 0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 07:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Cette église comporte t elle des défenses imprenable ?   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Villeneuve de Marsan est situé à 15km à l'Est de Mont de Marsan.

    Coordonnées du bourg :

43° 53′ 38″ N 0° 18′ 19″ W
 43.893889°  -0.305278°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

    Au bout de la rue du Mirailh apparaît une imposante construction toute de briques vêtue. C'est l'église Saint Hippolyte. Avec ses dimensions, je peux affirmer que c'est la plus grande élise fortifiée que j'ai vue depuis des années de recherche.

Mais, est elle vraiment fortifiée ?

 

L'enquête commence

    Rapidement, je n'ai aucun doute sur sa fortification. La façade comporte de nombreuses archères fines et sans ébrasement extérieur. Trois sont visibles ici et d'autres semblent se cacher dans les retraits de chaque coté du porche.

    Des historiens en architecture pensent qu'une bretèche (voir vocabulaire) protégeait la porte, mais je ne vois aucune trace.

 

J'ai des doutes

    En contournant l'église, je suis surpris par l'absence de transept (mais je ne suis pas venu pour découvrir les caractéristiques architecturales d'une église mais pour voir ses défenses).

   Le plus frappant ce sont les nombreux contreforts à larmier hauts et puissants. Cette construction parait invulnérable. Pourtant je distingue une faille. Les fenêtres situées très bas fragilisent cette invulnérabilité apparente.Les villageois ne seraient donc pas en totale sécurité enfermés dans la nef de l'église.

 

Enfin, je vois les défenses

    Il parait impossible que seule la façade soit fortifiée. Je lève la visière de mon heaume et je repars à la chasse aux indices..... Incroyable, j'ai trouvé !

Voyez vous cette merveille ?

    Je ne suis pas en admiration devant les contreforts mais devant les ouvertures sous le toit ainsi que les archères. Il y a donc une salle de repli avec chemin de ronde au dessus de la nef unique.

   Mais une questionne me titille.

Pourquoi y a-t-il une différence de construction et de couleur entre les ouvertures ?

Sont ce les traces d'un crénelage ayant été obstrué

pour créer une salle de repli ?

 

    L'intérieur  :

  La porte de l'église est ouverte et je tente une approche de Chevalier Médiéviste. Les défenses n'étant pas visitables, je ressors rapidement pour une autre aventure.

 


Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle (?) , construction d'une église.
* Au 14ème siècle, le bas des fenêtres est muré permettant la réalisation de peintures à l'intérieur de l'église.
* Au 15ème siècle, un grand oeil de boeuf est aménagé dans le mur Est.
* Au 16ème siècle, des peintures sont apposées sur les murs.
* En 1834, des travaux sont réalisés sur la façade suite à l'effondrement d'une échauguette.
* En 1873, un campanile couronne le clocher.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Hippolyte) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

2 archères dans un chemin de ronde

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 07:30

 

Département :   32 - GERS

 

La bastide

La tour du rempart de la ville annonce déjà un plaisir médiéval !     Situation :   (--> les voir sur une carte)

       Le petit bourg de Bassoues se situe à 30km à l'Ouest de Auch sur la D943. Posé sur une crête à 220m d'altitude entre les vallées de la Lauzoue et la Guiroue, Bassoues est une bastide ayant conservé de nombreux vestiges et traces du Moyen Âge.

   Coordonnées :

43° 34′ 48″ N 0° 14′ 46″ E
 43.58°  0.246111°

 

    Préambule :

      Bassoué est un lieu de tourisme calme et agréable, mais pour votre chevalier, c'est la recherche de fortifications et surtout d'un des plus hauts donjons de France.

 

Les remparts 

    C'est par une journée de pluie que je découvre Bassoues (désolé, mes photos ne seront pas d'une grande qualité). En me garant proche de la gendarmerie, la première trace médiévale me regarde fièrement.
  C'est une tour carrée de 4m de coté et de 9m de haut. Elle est à l'angle Sud-Est du rempart marquant les limites de la cité. Ce rempart médiéval de 1m d'épaisseur est encore visible sur de grandes longueurs (voir le plan de cette bastide).
   En haut de cette tour (sur les 4 faces), une archère cruciforme (voir vocabulaire) m'amène à penser que cet ouvrage date du 14ème siècle.  La "porte" d'accès condamnée comporte des trous de boulins devant supporter une passerelle.
  Curiosité : La base de la tour est réalisée en pierres mal taillées et à l'alignement médiocre contrairement aux rangée supérieures... Pourquoi ?

Mais où se trouve ce fabuleux donjon ?

 

Il est si grand, que ma recherche est très facile. -->  Il est là !

 

 Le donjon

 Voici un des plus puissants donjon de France ! L'extérieur :

Incroyable !   Grandiose !  Puissant !

       Tous les qualificatifs que je connais s'adressent à cette tour. C'est un des chef d'oeuvres de l'art militaire du 14ème siècle en Gascogne. Ce donjon s'apparente à la tour Royale du château de Vincennes (près de Paris).

Quel bâtiment !

  Et si je faisais le tour de la tour.
 
     A ses pieds, je me sens petit. Cette tour mesure 40m de haut sur 8m de coté, mais curieusement, à part les mâchicoulis, je ne vois pas de système de défense :

* Aucune archère,

* Aucune bretèche,

* Pas de corbeau pour des hourds

* Pas de bouche à feu du 16ème siècle.

   N'était ce qu'un imposant donjon pour marquer la puissance de son propriétaire ?
 
      Un peu de recul me permettra de mieux comprendre ce trop grand bâtiment. Ce donjon est presque symétrique, et pour "tenir" l'ensemble, l'architecte a construit 4 puissants contreforts aux angles avec au sommet des petites tours rondes plus esthétiques que fonctionnelles.

     Sur chaque façade, des fenêtres plus ou moins sculptées donnent un peu de grâce à ces murs droits, et entre ces fenêtres, des cordons de pierres matérialisant les étages. C'est curieux !
  J'ai inspecté longuement les pierres et je n'ai vu aucune marque de tâcheron. C'est curieux.

 

    L'intérieur :

       Hélas en janvier, le magnifique souvenir du glorieux passé est fermé au public. J'ai tenté de négocier avec une charmante princesse travaillant (dans quel siècle vivez vous !    Les princesses travaillent ...pfff) dans la mairie, mais... point de visite j'ai pu avoir.
   Si vous avez eu la chance d'admirer les salles, décrivez les moi.
 
Le château

     Tellement fasciné par cet exceptionnel donjon que j'en oubliais de regarder le château.
 Il n'est hélas pas médiéval, ou si peu que je ne le regarde pas vraiment. Par exemple, cette échauguette est plus une adaptation esthétique du 17ème (?) qu'un système défensif.
    La pluie commence à tomber, je quitte ce lieu où je reviendrais certainement pour visiter l'intérieur de ce haut donjon.

 

 
Histoire de la bastide et du château :

* En 732 (date connue par nos enfants), Charles Martel remporte une victoire à Poitiers. Fris, neveu de Charles Martel, poursuit les Sarrasins qui s'enfuient vers le Sud.
* A 1km à l'Ouest du futur bourg de Bassoua, L'armée de Fris attaque les fuyards. L'affrontement est violent et Fris est mortellement blessé. Ses compagnons d'arme l'enterrent rapidement avant de reprendre la victorieuse bataille.
* A la fin de 10ème siècle, un paysan trouve les restes d'un combattant qui est identifié rapidement par l'église comme Fris, celui qui combattit les Sarrasins. Une église est construite en ce lieu pour préserver les restes de ce Saint Fris.
* En 1020, Bernard de Bassoua, seigneur du château, donne les terres de cette église à l'Abbaye Bénédictine de Pessan. Près de l'église, une source est découverte, et devient "miraculeuse".
* Rapidement, la fontaine est un lieu de pèlerinage sur la route de Saint Jacques de Compostelle. Les moines transforment l'église en Basilique.
 * Au 13ème siècle, l'Archevêque d'Auch est le nouveau propriétaire des terres. Il établit une bastide de forme rectangulaire (un plan régulier classique pour une bastide médiévale).
* En 1365, l'Archevêque Arnaud de Aubert, neveu du Pape Innocent VI et camérier (ministre des finances) de l'église Romaine, fait construire une fortification et un puissant donjon à Bassoua. Les textes nous apprennent que le maître d'oeuvre est Peyre Joc (dont on ne retrouve aucune autre trace de construction) et que le charpentier se nomme Etienne de Pradère.
* En 1371, la construction s'achève. L'Archevêque n'en profite pas car il décède un peu avant la fin des travaux.
* Après le 16ème siècle, le château est modifié.
* En 1944, le donjon est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante.

 

Y a t il une princesse emmurée derrière cette belle fenêtre ?

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Cliquez pour voir le menu des châteaux forts du Gers Vers Menu châteaux du Gers

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gascogne : 32 47
commenter cet article