Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 07:30

 

Département :  27 - EURE

 

Le bourgEst ce un fort ou un château (fort) ?

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village d'Authevernes est situé à 40km au Sud-Ouest de Beauvais, à 30km à l'Est de Louviers et à 28km au Nord-Ouest de Mantes la Jolie.

  Coordonnées :

49° 13′ 9.12″ N 1° 38′ 25.08″ E
49.2192° 1.6403°

 

Description du château 

     L'extérieur :

La question

    Parfois, la construction fortifiée médiévale est tellement en ruine qu'elle semble invisible pour un simple passant. Donc :

Comment trouver un château fort ?

1 - Il y a bien sur, ce blog qui donne des informations.

2 - Il y a les cartes IGN (au 1/25000ème), mais elles sont coûteuses pour toutes les posséder.

3 - Il y a les GPS, mais peu détaillent précisément la position d'une ruine.

4 - Il y a des panneaux routiers, mais dans les petits villages, ils n'existent pas.

5 - Et il y a les plaques de rue, souvent très explicites (des exemples ici dans l'aude et là dans l'Allier).

   Et c'est ainsi que je vois cela  : Le fort d'Authevernes

Est ce un donjon ou un mirador ? 

La découverte

    Évidemment, cette construction  ne ressemble pas à un château fort, point de tour d'angle, point de fossé ni douves (voir vocabulaire). Pourtant de nombreux détails trahissent sa fonction défensive. 

 

Les systèmes défensifs

   Le long mur possède sur 2 niveaux de nombreuses fentes verticales ressemblant à des archères.

   Puis à plusieurs endroits, de larges ouvertures avec des pierres en encorbellement.

Sont ce les vestiges de bretèches ?

   Dans ma recherche d'indices, je croise 2 portes (dont une obstruée) qui ont été percées bien après le Moyen Âge. 

Suivez les traces des vestiges d'antant 

La tour

   Dans un angle, la tour possède les vestiges de ce qui pourrait être une échauguette (voir vocabulaire) puis de l'autre coté, des ouvertures pouvant être des.. heu.. latrines (?)

   En prenant un peu de recul, je remarque qu'un bâtiment s'appuyait sur le tour, mais il est difficile de savoir s'il existait il y a 700 ans.

 

Une surprise

    N'ayant pas de réponse d'un coté, je tente la découverte de l'autre.  Je m'éloigne un peu pour mieux embrasser le site de mon regard de castellologue-amateur. 

Quelle chance !

  A l'intérieur apparaît un mur avec de multiples ouvertures sur un niveau.

Sont ce des fentes de tir pour fusil ?

    

     L'intérieur :

         Je me présente devant la porte pour tenter d'entrer. Hélas, les jours de visite sont rares. Comme un voleur, je regarde par une archère pour rêver un peu. Puis, je me console en admirant le paysage verdoyant.

 

 

Histoire du "fort" :

* Au 13ème siècle, construction d'un manoir fortifié.
* Au 15ème siècle, le manoir est transformé en ferme fortifié.
* En 19331, une partie du site est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du "fort" est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Renseignez vous sur les horaires et jours d'ouverture.

 

Nota :

   Pour mieux comprendre ce site fortifié, je vous propose la lecture de cet article passionnant.

 

Je pars à regret de ce site si mystérieux

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27 Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 07:30
 

  La recherche des traces de fortification sur une construction médiévale n'est pas toujours facile. Sur un château fort, il semble évident qu'une fente soit une archère, un trou rond est une bouche à feu. Mais pour une église, le doute est possible.

  Voici un exemple.

 
     

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES

 

Le bourg : 

   Situation :   (le voir sur une carte)

       Le petit bourg de Prunet et Belpuig se situe à 15km au Sud-Sud-Ouest de Illes sur Tet et à 15km au Nord-Ouest de Amélie les Bains.

   Coordonnées :

42° 33′ 44″ N 2° 37′ 31″ E
 42.562222°  2.625278°

 

L'église : 

      L'extérieur :

Pourquoi le choix de ce site ?
     C'est un panneau sur la route qui m'a "obligé" à faire un détour vers ce site médiéval. J'avoue que je n'avais pas coché cette église sur ma carte de castellologue-amateur.
    Vous comprenez donc ma surprise et même ma mou en voyant ceci. 

Pensez vous que cette église soit fortifiée ? 


L'enquête commence

    Je contourne lentement l'église en inspectant chaque pierre, chaque fente, chaque joint, chaque.... heu, j'exagère un peu. 

  L'abside avec ses bandes lombardes est d'une élégance Romane qui me plaît, mais point fortification cela est.

 

Ai je trouvé ?

     Soudain, comme par magie, une fente verticale apparaît. Est ce une archère droite ou un simple puits de lumière ? (voir vocabulaire)

  Je n'ai pas le temps de me poser la question que s'affiche fièrement de petites fentes sous chaque fenêtre. Le doute n'est plus permis. Même si ses défenses sont minimales par rapport à un château fort, cette église a bien été fortifiée à l'époque médiévale. 

 

      L'intérieur :

Close ?

         Je suis si heureux de cette découverte que je ne suis pas déçu par la porte close. Le plaisir d'un castellologue est vraiment simple : Un mur avec une fente et hop... .. Sourire il a

Note : Un de mes visiteurs a eu la chance d'avoir "porte ouverte". Je vous invite à visiter sa galerie.

 

Espoir

   De suite, je saute sur mon destrier pour découvrir une autre merveille proche de l'église : Le château fort de Belpuig.

 

 

Histoire de l'église :

* A la fin de l'an 1000, construction d'une chapelle.

* Au 12ème siècle, la chapelle est remplacée par une église en style Roman.

* Au 14ème siècle, l'église est consacrée à Saint Pierre.

* En 2004, l'église est restaurée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la Chapelle de la Trinité est libre et gratuite. La visite gratuite de l'intérieur est possible certains jours. Renseignez vous.

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66 Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 07:30
     
michel-j-01  Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02 

Département :    78 - Yvelines
Entrons dans la cour d'une hôtel de prestige
Le bourg :
    Situation :   (--> le voir sur une carte)
     Le bourg de Villiers le Mahieu est situé à 50km au Sud-Est de Evreux, à 40km à l'Ouest de Paris et à 25km au Nord-Ouest de Versailles.

   Coordonnées du château :

48° 51′ 34.067″ N 1° 46′ 8.756″ E
 48.859463°  1.769099°


Le château:
       L'extérieur :
Où est il ?
    Pour trouver le château dans cette région de plaines, il suffit de suivre les panneaux. Cette magnifique construction est aujourd'hui un Château-Hôtel de Prestige.

   Entièrement entouré de douves (voir vocabulaire) en eau, le château de Villiers-le-Mahieu est une ancienne forteresse médiévale du 13ème siècle.

 

La découverte 

  On aborde le château par une grande allée bordée d'une double rangée d'arbres.

      La façade coté Est n'est pas la plus attrayante :

  Une entrée, fortifiée par deux tours jumelles, enserre un corps central qui devait abriter :

- Le poste de garde,

- Le logement du gardien.

   De part et d'autre, deux ailes à rez-de-chaussée et un étage sont couvertes par des toitures en tuiles plates. Elles sont couvertes par des toitures en tuiles plates.

  Notons que la pierre de taille n'est pas le matériau courant dans le Mantois. Elle est réservée aux chaînages et aux encadrements de baies, le surplus étant réalisé en moellons destinés à être enduits au mortier de chaux.  

 Tours d'angle coiffées de poivrière 

L'arrière du château

    Faisons le tour de cette construction, remaniée au cours des siècles et qui ne revendique aucune authenticité, mais dont cependant la réhabilitation a été intelligemment réalisée en respectant son aspect médiéval du 13ème siècle, tout en s'inscrivant merveilleusement bien dans son environnement rural.

    L'eau est omniprésente, provenant des sources et petits ruisseaux qui irriguent la campagne environnante.

    L'ensemble des bâtiments est, du reste, cerné de douves en eaux sur ses quatre cotés, franchies par des petits ponts de pierre.

    Les longs corps de bâtiments se trouvent flanqués aux angles par des tours circulaires coiffées de toits à poivrières.

 

L'eau : Le miroir du château

    Les façades se reflètent dans de larges douves en eau.
   On peut imaginer que leurs parties basses correspondent aux fondations de la forteresse d'origine.
  Très judicieusement, on s'est gardé d'enduire les murs en moellons pour préserver la rusticité de l'ensemble.

  Les belles statuts du 18ème se mirent dans l'eau

La végétation adoucit la rudesse médiévale

    Il ne fait guère de doute que cette façade sur le parc devait être close de murs dans son état d'origine.
Elle se trouve maintenant généreusement ouverte sur le parc arboré où l'on accède par ce charmant pont de pierre.
     La rusticité des façades a été adoucie par cet habillage végétal de vecchi.
  Les sculptures, les buis soigneusement taillés, les essences à feuillage persistant confèrent à cette cour d'honneur un aspect calme et reposant.

  Ces statues qui se mirent dans les douves sont un probable apport du 18ème siècle.

 

C'est déjà la fin

    Nous achevons cette visite par un retour sur la façade d'accès qui, à l'instar des autres, se mire dans l'eau des douves et où le pont de pierre a pris la place d'un probable pont-levis.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château fortifié par le seigneur de Villiers-le-Mahieu, Hugues de Maizelan.
* Passant de mains en mains au fil des siècles suivants, il devient la propriété de la famille de Claude de Bullion, Surintendant des Finances de Louis XIII (voir liste des rois).
* En 1642, c'est le fils de Claude de Bullion, Claude, Marquis d'Attilly qui fait reconstruire le château. Il semble qu'il ne l'ait cependant conservé que peu de temps si l'on se réfère à un registre de l'état civil du temps de Louis XIV qui fait apparaître comme propriétaire Messire Philippe de Cuisy, Secrétaire du Roy. 
* A la fin du 18ème siècle, c'est un conseiller du roi Louis XVI, Nicolas de la Haye qui s'en rend acquéreur.
* Puis le Baron Caruel de Saint-Martin sous le second Empire.
* Suivi du docteur Velter qui acheta le château en 1919.
* Et du Comte de Rohan-Chabot qui entreprit d'importants travaux de restauration de 1965 à 1970.
* C'est lui qui donna au château son aspect actuel, dans lequel séjourna le peintre Bernard Buffet de 1971 à 1979.
* Le château est, depuis 1980, la propriété de M° Jean-Luc Chauffour qui réalisa les travaux nécessaires pour lui donner sa vocation actuelle de Château-hôtel de Prestige.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est possible avec discrétion. La visite des entrailles est possible à condition de prendre une ou plusieurs chambres.

 

  Pour plus d'informations, veuillez consulter le site officiel du château.

 

Château-hôtel entouré de douves

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 78 Vers Menu châteaux des Yvelines
Repost 0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 07:30

 

Département :    03 - Allier
Mon Graal est par là !
Le bourg :
    Situation :   (--> le voir sur une carte)
       Le village de Montaigu Le Blin est situé à 25km au Nord-Est de Vichy, à mi-distance entre Varennes sur Allier et Lapalisse.

  Le château de Poncenat est à 5km au Sud-Sud-Ouest de Montaigu Le Blin.

    Coordonnées :

46° 16′ 38.161″ N 3° 30′ 14.267″ E
 46.277267°  3.503963°

 

Le château:
       L'extérieur :
Quel heureux hasard
    Après avoir visité Montaigu Le Blin et son curieux château, je me dirige lentement vers le château de Poncenat dont j'ai la chance de posséder un reproduction.

Pensez vous qu'il a encore cet aspect ?


La découverte
   En arrivant devant le site castral, je constate que :

* Les nombreux bâtiments "modernes" de ma gravure ont disparu laissant place à une architecture plus sobre et aussi très consolidée.

* La construction fortifiée est posée sur une motte terrassée.

Le château ressemble il à cette gravure ?
Le rempart
    Le plus surprenant est la présence du long rempart qui n'est point linéaire. Ce style d'architecture anguleuse ressemble plus à un bastion de type Vauban qu'à une forteresse médiévale.

  Je suis surpris de ne voir aucun système de tir et encore plus de voir ces faux mâchicoulis (voir vocabulaire).

  Quelques mètres plus loin, une forme ronde attire mon regard. Cela ressemble à une tour flanque défensive. Sa reconstruction ne me donne aucun indice sur les systèmes de tir.


Est ce le seul vestige médiéval ?

    Tout en respectant la propriété privée, je contourne le site et je vois une belle tour jaillir comme un mirage dans mon rêve médiéval.

   Je suis surpris par la forme de cette tour. Elle n'est pas complètement circulaire. La face rectiligne s'appuyait peut être au logis.

Avez vous remarqué cette curieuse croix à la base gauche de la tour ?

  Ceci n'est point un signe religieux mais un vestige de fenêtre à meneau en croix.

       L'intérieur :
    Le bâtiment est une propriété privée, la visite est interdite.

 


Histoire du château :

* A la fin du 13ème siècle (?), construction d'un château fort (à vérifier).
* Au 14ème siècle, par mariage, la famille Poncenat cède le château aux Boucé.
* Au 16ème siècle, le vieux château fort est en ruine.
* En 1568, François de Boucé, Capitaine de Poncenat, perd la vie durant les guerres de religions.
* En 1632, la fille de François de Boucé vend le château à Balthazar Bayle. Il prend ainsi le titre de Baron (Voir titre de noblesse) de Poncenat.
* Au 17ème siècle, le château est rebâti.
* En 1730, par mariage, le château est cédé à la famille de Maubranches.
* En 1745, le château est vendu à François Senetaire du Buysson, seigneur de Montaigu.
* Vers 1791, mécontent des évènements dramatiques durant la révolution Française., le député Philibert du Buysson de Douzon se retire dans son château de Poncenat.
* Vers 1792, les révolutionnaires séquestrent le citoyen Buysson de Douzon et pillent le château.
* A la fin du 20ème siècle, le château en ruine retrouve un nouveau propriétaire qui le reconstruit et l'aménage en habitation.
* Au 21ème siècle, la découverte du site depuis la route est libre et gratuite à l'extérieur. La propriété est privée et non visitable.

 

Un rempart long comme la muraille de Chine !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 03 Vers Menu châteaux de l'Allier
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Bourbonnais : 03
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 07:30

 

Département :    04 - Alpes de Haute Provence
Voyez vous mon Graal ?
Le bourg :
    Situation :   (--> le voir sur une carte)
       Le village de  Vaumeilh est situé à 100km à l'Est de Orange, à 35km au Sud-Sud-Ouest de Gap et à 10km au Nord de Sisteron.

   Coordonnées :

44° 17′ 21″ N 5° 57′ 35″ E
 44.289167°  5.959722°


Le château:
       L'extérieur :
La découverte
    Depuis le petit village, un sentier en pente douce monte sur le colline surplombant la vallée. C'est un endroit classique et logique pour une construction fortifiée médiévale.

  Sur la partie plane de la colline apparaît un ensemble de pierres.

Est ce le château fort ?

Proche du rocher qui chante, la ruine danse de bonheur
Elle est là !
    A quelques mètres de "la pierre qui chante" (halala, les légendes sont toujours présentes proche des ruines) une forme ronde ressemble à une tour.

  Bien qu'il y ait quelques pierres ressemblant à un rempart le long de l'à-pic, bien qu'un trou rond dans le sol ressemble aux vestiges d'une citerne, mon attention est portée exclusivement sur la tour.

 

Rapide analyse

    La tour est construite en galets roulés, ce qui est surprenant dans cette région. S'il y avait un parement en pierres taillées, il a complètement disparu sur toute la surface.

   Ses dimensions modestes et sa proximité avec le bord de la colline me font penser à une tour de guet. Je n'envisage pas que ce vestige fut un donjon.

  Quelle chance, la ruine est "fendue", je vais pouvoir découvrir ses entrailles.


       L'intérieur :
    Religieusement, j'entre dans ce vestige presque millénaire. Il n'y a pas de décor flamboyant ni de colonne sculptée et pourtant deux détails me font briller les yeux :

1 - En partie basse, recouvert par la terre, une fente me rappelle l'ébrasement (voir vocabulaire) intérieur d'une archère primitive.

2 - En partie haute, la forme de l'archère est  plus évidente.

   Avec Rha qui chauffe, je préfère rester à l'ombre et je déguste ma pêche en admirant le paysage ainsi que la "montagne de Hongrie".

 

 

Histoire du château :

 

* Vers 1171, le village est cité dans un texte. Le château semble avoir été construit durant ce siècle.
* Au milieu du 14ème siècle, le village fait partie de la Vicomté (voir titre de noblesse) de Valernes.
* A la fin du 16ème siècle, le village souffre des attaques des protestants.
* A la fin du 20ème siècle, la ruine est consolidée.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

La vue est magnifique depuis une ruine castrale

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 04 Vers Menu châteaux des Alpes de Haute provence
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Provence : 04 13 83 84
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 07:30

 

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES

 

Le bourg : 

    Situation :   (le voir sur une carte)

        Le petit bourg de Arboussols se situe à 8km au Nord-Est de Prades, à 8km à l'Ouest de Illes sur Tet et à 35km à l'Ouest de Perpignan. 

  Coordonnées de l'église :

42° 39′ 52″ N 2° 29′ 10″ E
 42.664444°   2.486111°

 

Description de l'église Notre Dame de Las Grades

      L'extérieur :

Pourquoi ce site ?
    Après avoir visité le prieuré fortifié, je m'attaque à la 2ème construction de Marcevol située 200m à l'Ouest.
 
Je n'ai rien

Cette église fortifiée est elle envoûtée ? 

   Je ne le sais pas, mais mon appareil photos l'a certainement été, car la carte mémoire n'a pas réussi à mémoriser des images. 

   Je ne peux vous offrir qu'un plan grossier de ce site. Si vous détenez des images, je serais heureux de les mettre sur ce blog de partage. 

 

 

Histoire :

* En 1129, l'évêque d'Elne donne l'église au chanoine du Saint Sépulcre de Jérusalem.
* En 1592, un texte papal confirme les droits et l'existence du site.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est libre et gratuite.

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66 Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 07:30

 

Département :   50 - MANCHE


Ce panneau est annonciateur d'un plaisir médiéval

Le bourg :

   Situation  (--> le voir sur une carte)

        Le village de Sainte Geneviève est situé à 22km à l'Est de Cherbourg et à 4km à l'Ouest de Barfleur.

  La maison forte de La Dubourderie est à 1,5km au Nord de Sainte Geneviève.

   Coordonnées :

49° 39' 57.467 N 1° 18' 31.172" W
 49.665963  -1.308659

 

La maison forte :

      L'extérieur

  Préambule

     Un Chevalier-Castellologue-amateur ne passe pas tous ses temps libres à la recherche de ruines castrales. Il adore aussi marcher dans la verte campagne et photographier la nature.

  C'est donc en empruntant un des multiples sentiers de randonnée régionale que je découvre ce panneau.

 

   La découverte commence

      Avec mon oeil d'aigle je vois au loin la maison forte. Elle n'a pas la puissance d'un château fort, elle n'a pas le romantisme d'une ruine, mais elle est le symbole des petites constructions fortifiées qui ont lentement évolué vers une habitation confortable.

 

   Est ce un donjon ? 

       Au centre de cette maison qui semble moderne apparaît une tour polygonale. Cette construction possède une archère droite avec une ouverture ronde pour arme à feu. Ce type de construction avec ce système défensif ressemble beaucoup à l'architecture du 15ème siècle, donc une tour médiévale.

   Hélas, je découvre sur la documentation que cette tour a été construite au 16ème siècle. Le premier propriétaire étant un roturier, anobli par sa "dévotion" envers le seigneur, a souhaité montrer ses racines anciennes en construisant une tour "médiévale" durant l'époque "renaissance".

 

  Y a t il  d'autres trésors médiévaux ?

      Depuis la route, je vois un chemin qui pourrait m'amener vers cette maison forte. Hélas, un panneau m'interdit l'entrée et je ne peux voir qu'un vestige d'une double entrée (carosse et piéton). 

 

 
Histoire de la maison forte :

* En 1595, a été érigé le fief de la Borderie par Nicolas Lefébure alors receveur des Tailles (impôts).
* En cette fin de 16ème siècle, ces "roturiers" font construire une maison forte à Sainte Geneviève.
* Vers 1685, la famille De l'Oeuvre est le nouveau propriétaire des lieus.
* Au 18ème siècle, les De l'Oeuvre ayant des problèmes financiers vendent par morceaux leur patrimoine.
* Vers 1829, la famille Pesnelle devient propriétaire des terres et de la maison forte.
* Au 21ème siècle, la découverte de la maison forte depuis la route est possible. La propriété étant privée, la visite est interdite.

 

Ma vue se déforme devant une construction médiévale


Vers menu châteaux forts du 50 Vers Menu châteaux de la Manche
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 07:30

 

Département 02 - AISNE  (Thiérache)

 

Le bourg :

Mais où sont les défenses de cette église ?    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Jeantes est situé à 10 km au Sud-Est de Vervins et à 12km au Nord de Montcornet.

   Coordonnées du bourg  :

49° 48′ 15.13″ N 4° 3′ 17.45″ E
 49.804203°  4.054846°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     En arrivant dans ce village en fin d'après midi de printemps, les pâles et rasants rayons du soleil ne font pas briller l'église dans sa rouge couleur. Pourtant  il est évident qu'elle est construite en brique, matériau très classique dans la région.

   Cette construction fait partie du circuit des églises fortifiées de Thiérache. Mais pour le moment, je ne vois aucun signe de système défensif.

 

L'enquête commence

    Au dessus de la nef Il n'y a pas de salle de repli, ni de fente de tir entre les contreforts et encore moins de bretèche (voir vocabulaire). Mais au loin, de petites fentes apparaissent.

Sont ce les défenses justifiant ma venue en ce lieu ?

   Sur le coté opposé au chevet, sur ce qui s'apparente au clocher, je distingue des petites ouverture verticales. Ce sont certainement des fentes de tir pour arme à feu.

  Point de clocher pour l'église de Jeantes

Clocher défensif et entrée fortifiée

   Bien qu'il ne comporte pas une haute flèche avec "un classique coq" ou une girouette au sommet, la puissante tour est le clocher de l'église de Jeantes. Avec ses fentes sur 2 niveaux, il semble évident que 2 salles de repli existent.

   La façade d'entrée est surprenante. Elle présente une porte défendue par 2 tours carrées (comme un château de type Philippéen - voir la liste des rois).

  Chaque tour possède, sur 2 niveaux et sur toutes les faces, des fentes de tir pour fusil.

   Pour compléter le système défensif de l'entrée, le clocher-tour comporte aussi des fentes de tir haut perché, mais en dessous des petits abat-sons.

  Je suis vraiment impressionné par le système défensif, même si je dois admettre qu'il n'est point médiéval.

 

    L'intérieur :

      Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle. Je ne pourrais pas admirer les magnifiques peintures de Charles Eyck.

   Un ancien du village, me voyant triste devant la porte close, me dit que les tours ne sont point visitables.Celle de gauche possède un escalier interdit desservant les salles de repli.

 

 

Histoire de l'église :

* A l'époque Gauloise puis Gallo-Romaine, le site est habité.
* Au 12ème siècle, le village est mentionné sous le nom de "Jantha" et parfois "Janta-Curtis".
* Au 13ème siècle, le village fait partie de la seigneurie de l'abbaye de Clairefontaine.
* Au 14ème siècle (à vérifier), le village appartient au Comte (voir titre de noblesse) d'Apremont.
* Au 18ème siècle, le site est nommé : "Jeante La Ville".
* Vers 1792, le Comte d'Apremont laisse le village aux révolutionnaires.
* En 1962, l'abbé Pierre Suasso de Lima de Prado (prêtre de Jeantes) demande à son ami Charles Eyck d'embellir l'intérieur de l'église. Ce dernier réalise des peintures magnifiques.
* En 1987, les peintures intérieures de l'église sont inscrites aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église, dédiée à Saint Martin, est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite. 

 

Défense minimale mais efficace

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 07:30

 

  La découverte de l'extérieur du château est ici.

 

 

Une tour porte qui marque le respect !

Le château :

      L'extérieur (suite) : 

La tour porte

    La partie la plus accessible d'un château fort, celle que les assaillants tentent de prendre par surprise est évidemment la porte d'entrée.

  Celle du château de Saint Sauveur le Vicomte a fait l'objet d'attention défensive de la part des architectes.

 

Analyse rapide de la Porte

   L'entrée de la basse-cour :  :

* Possède un classique double vantail,

* Est sépourvue de porte piétonne,

* Est encadrée de 2 imposantes tours rondes,

* Les dites tours possèdent des fentes de tir.

  La dénivellation de la tour-porte par rapport à l'emplacement des douves permet d'imaginer une pente ralentissant la progression des attaquants.

   Il est possible d'envisager la présence :

* D'un pont-levis,

* De crénelages et mâchicoulis (voir vocabulaire),

* D'une bretèche en avant du double vantail.

 

      L'intérieur

Vue aérienne de la basse-cour de Saint Sauveur

J'entre avec précaution

    Lentement je franchi le vantail ouvert en observant les traces du rainurage de la herse. L'intérieur d'une des tours défensives de la porte est très sobre, point de décoration, ni de cheminée, ni de coussiège (banc).

    L'ambiance est très guerrière avec 3 imposantes archères (dont la largeur de la fente m'étonne). Je remarque deux détails :

  * Un impressionnant ébrasement (voir vocabulaire) intérieur dans les ouvertures me faisant penser que ces tours sont postérieures au 13ème siècle.

  * Des trous pour des poutres confirmant mon hypothèse de hautes tours défensives sur plusieurs niveaux.

 

 La basse-cour

     Précédent toujours l'entrée principale d'un château, il y a la basse-cour. Au 21ème siècle, celle-ci est vide de bâtiment. Avec le peu de traces laissées par l'histoire, les archéologues ont imaginé cette représentation.

Curieux n'est il pas ?

 

 L'entrée dans la haute-cour

   Sur une des faces de la basse-cour, je vois les bâtiments, courtines et entrée du véritable château. Cet ensemble est composé :

* Sur la gauche, de la tour de défense que je vous ai déjà présentée.

* Sur la droite, de l'incroyable donjon que je vous présenterai dans un autre article.

* Au centre, au dessous d'un bâtiment, la 2ème tour porte.

    Comme moi, vous avez été très surpris par le bâtiment au dessus de la porte. Ses fenêtres, sa fragilité ne correspondent pas au standard défensif du Moyen Âge. Cette construction a certainement été aménagée à la Renaissance, après que la Normandie ait été définitivement dans le Royaume de France.

 

Suivez moi dans le vrai château

    Avant de vous faire découvrir les entrailles du château de Saint Sauveur le Vicomte, veuillez comprendre son architecture médiévale grâce à cette maquette (la basse-cour en premier plan).

 

Cliquez maintenant pour entrer dans la Haute-Cour

 

 

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Vers menu châteaux forts de la Manche Vers Menu châteaux de la Manche
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 07:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgLa route est longue vers mon Graal !

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Joucou se situe à 16km au Sud-Ouest de Quillan (voir son château), à 15km à l'Ouest de Axat  et à 16km au Nord-Est de Belcaire.

  Coordonnées du village :

42° 49′ 37.92″ N 2° 5′ 20.04″ E
 42.8272°  2.0889°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Il est là haut

    Parfois, la difficulté n'est pas de voir la colline portant la ruine, mais de trouver le chemin pour s'y rendre. Heureusement je dispose de cartes assez précises pour cette région aux multiples ruines.

   C'est donc sans difficulté que je me rends à l'Ouest du village, sur la rive droite de la rivière Rebenty. Avec respect, je m'approche de cette beauté.

 

Qu'elle est belle !

    J'adore quand une ruine joue avec les arbres pour se faire désirer. Les beautés feminines sont ainsi, elles jouent de nous et avec nous (Le nous étant moi.. Voilà que je me prends pour Louis le 14ème).

  J'entends certains esprits grincheux me dire :

           - "Chevalier, elle est bien vieille et toute ridée ta beauté ".

  Et j'oserais leur répondre :

           - "Vous n'êtes que des goujats !... Que faites vous de la beauté intérieure.   " 

 

Rapide analyse

   Les pierres construites sont posées au sommet de la butte. Il semble évident que ce vestige soit la partie centrale du château, les bâtiments annexes ainsi que les remparts ont disparu (bien que quelques pierres soient visibles).

   Le mur parait borgne et sa faible hauteur ne montre pas de crénelage ni de mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

     L'intérieur :

Elle est toujours aussi belle !

 Ses entrailles sont magnifiques !

   Évidemment, avec une princesse je n'écrirai ni ne dirai pas cela , mais pour mes beautés de loisir, diantre que son intérieur béant est beau.

 

Rapide analyse

   L'intérieur révèle quelques petites surprises. Il ne reste qu'un pan de mur mais son épaisseur trahit bien la fonction de solidité demandée à une paroi défensive.

  Sur la droite, il y a une curieuse ouverture trapézoïdale. Le faible ébrasement (voir vocabulaire) est surprenant.

Est ce le vestige d'une archère primitive ?... 12ème siècle ?

 

 

Histoire du château :

    Je n'ai hélas aucune information sur cet ancien château.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. le site est dans une propriété privée, il est recommandé de ne pas pique-niquer, de faire du feu, ni de saccager ce lieu si fragile. 

Un mur qui sollicite l'imaginaire

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article