Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 07:47

 

Département 66 - PYRENEES ORIENTALES

  Je ressens les vibrations d'un site médiéval. Le voyez vous ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Argelès sur Mer est située à 18km au Sud-Est de Perpignan, à 18km au Nord-Est de la ville frontière du Perthus et à 16km à l'Est-Nord-Est de Le Boulou.

 

     Coordonnées du château :

42° 33' 27" N 3° 01' 35" E
 42.55741964°  3.02650541067°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* A mi-distance des rivières Agulla Cabdal et Les Conques, une petite colline est censée porter un vestige médiéval.

* C'est donc avec assurance que mon destrier s'avance en direction du Nord-Est d'Argelès sur Mer.

* Soudain, je suis bloqué par des sables mouvants et de profondes douves.

Vous ai je déjà dit que j'ai une imagination débordante ?

 Je pressens que cette tour va m'en faire voir de toutes les couleurs

Curiosités du nom

* Dans la littérature et les fascicules, le site est souvent mentionné comme : Tour.

* Je m'oppose à ce diminutif restrictif. La tour est si imposante qu'elle fut évidemment le donjon habitable et de repli d'un véritable château fort.

** Le site est parfois nommé Pujols (avec un S) et parfois Pujol (sans S). J'ai même vu dans un livre dédiée à l'abbaye de Fontfroide une orthographe avec un Z : Poujolz.

** Sans en avoir la preuve, je pressens qu'une dénomination est Catalane, l'autre étant Française (à vérifier).

 

Le Chevalier fait son cinéma

* Après avoir traversé milles épreuves dont serait jaloux Indiana Jones, j'arrive assez près du site castral pour voir une grise construction.

* Tel Terminateur, je l'observe dans l'ultraviolet et l'infrarouge.

* Tel Jame Bond, j'en conclu que la tour n'est pas habitée puisqu'aucune ombre thermique se dessine.

* Tel un G.I. Jo, je rampe (virtuellement) dans les feuillages pour l'approcher.

* Tel un Navy Seal, avec mes jumelles longue portée, je vois une belle fenêtre Romane. Je présume que ce donjon devait être habitable.

* Tel Arsène Lupin, je m'approche en silence pour.......

 Un donjon roman ayant subit de nombreuses modifications.

La vérité sur l'approche

* En réalité, il n'est point besoin d'être un héros pour découvrir cette massive construction.

* Un agréable sentier permet une approche classique et rapide vers l'imposante tour.

 

Analyse rapide du donjon

* Le bâtiment a une forme parallélépipédique dont la base est proche du carré.

* Les murs sont réalisés avec des pierres pauvrement taillées.

* Seuls les parements d'angle et les contours des ouvertures (portes, fenêtres) bénéficient de pierres taillées.

* La base talutée me semble être un ajout postérieur à la construction du donjon.

* Au sommet, je ne vois point de vestige de mâchicoulis ni de crénelage (voir vocabulaire). Le donjon semble avoir été arasé. Des tuiles rondes forment un toit au dessus du 2ème étage.

* En partie basse, une porte a été aménagée. Ceci est inhabituel pour un donjon fortifié. La salle basse est généralement aveugle et accessible uniquement depuis l'étage supérieur par une échelle amovible. L'architecture de cette porte basse me fait penser que cette ouverture n'est pas récente. Elle a été créée il y a plusieurs siècles, certainement après les périodes guerrières (16ème siècle ?).

* Evidemment, si une porte a été aménagée en bas, il faut un moyen facile pour d'accéder à l'étage. C'est donc un escalier en pierre qui a été construit certainement à la même époque (16ème siècle ?).

La tour est si grande qu'elle cache le gîte rural

      L'intérieur :

* Le site castral n'est pas visitable.

* Je me console en dormant une nuit dans le confortable et agréable gîte rural situé à quelques mètres de ce vestige médiéval.

.

La découverte du diaporama est ici.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 11ème siècle, construction du château (à vérifier). Il appartient au Comte de Roussillon.

* Au début du 12ème siècle, le Vicomte (voir titre de noblesse) de Taxo reçoit ce château du Comte.

* En 1344, le Roi d'Aragon attaque le château. La partie supérieure du château est très abîmée (à vérifier).

* Au 14ème siècle (à vérifier), les moines de l'abbaye Cistercienne de Fontfroide arasent d'un étage le donjon, le couvrent d'un toit en tuiles puis transforment la tour en grange fortifiée.

* Au 18ème siècle, la carte de Cassini montre un site non ruiné.

* En 1956, la tour est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, la commune d'Argelès prend possession de la tour.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le sentier en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Je fais grise mine de n'avoir pas pu entrer dans cette grise tour

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66

Vers Menu châteaux des

Pyrénées Orientales

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 06:05

 

Département 66 - PYRENEES ORIENTALES

  Je pressens que je vais devoir sortir ma loupe de Sherlock Holmes

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Vinça est située à 70km au Sud de Carcassonne, à 30km Ouest-Sud-Ouest de Perpignan et à 10km au Nord-Est de Pardes.

     Coordonnées du bourg :

42° 38' 45" N 2° 31' 43" E
 42.646048289°  2.5286740°

 

Les fortifications : 
        L'extérieur :
Préambule

    En créant ce blog, j'ai souhaité montrer de très nombreux exemples de fortifications ayant été bâties au Moyen Âge. Certaines existent encore sous forme de châteaux entiers et d'églises fortifiées. Parfois j'ose vous infliger la vue de ruines perdues et moins que minimales.

    Par cet article, je me permets de vous faire découvrir une petite commune fortifiée qui doucement a transformé ses systèmes défensifs en habitats.

Vais je réussir à faire vivre ces vieilles pierres ?

 Une des rares porte ayant survécu au modernisme

La découverte

* En arrivant devant les remparts de l'ancien bourg fortifié, je suis surpris de voir une tour carrée.

* Elle comporte encore ses trous de boulin (voir vocabulaire).

* Par contre, remparts et tour sont dépourvus de crénelage.

* Avec ses 2 arcs de décharge, il semble évident que la porte d'entrée a été modifiée et consolidée.

 

Vous doutez

* Je vois vos yeux derrière l'écran me dire :

"Chevalier, ton imaginaire est trop développé !"

* Que nenni !

* Voici la preuve que des remparts existent.

 

Une autre porte

* Le bourg possède une deuxième porte presque intacte (bien que très consolidée).

* Le double vantail en bois a disparu, mais il reste les traces des gonds et de la poutre de blocage.

* Point de bretèche ni d'assommoir est visible, mais le rêve défensif est possible avec l'emplacement de la herse.

 

Une dernière surprise avant de partir

* Le mur à droite m'intrigue.

* Contrairement aux autres murs qui servent de façades aux habitations, celui-ci ressemble à un site désaffecté.

* En passant la tête à travers les barreaux, je vois l'intérieur du rempart.

* Pressentant qu'aucun nouveau système défensif sera visible, je vous quitte ici pour découvrir d'autres richesses architecturales dans ce bourg. Portes, croix, calvaires sont nombreux.

 

 

Histoire du bourg (et d'un château) :

* Vers 939, sur une butte à l'Ouest, un château est construit (en notre siècle, le vestige de ruine castrale se trouve sur une colline nommée El Castello entre l'autoroute, le lac et la station d'épuration).

* En 1245, l'enceinte du château est agrandie.

* Vers 1245, le Roi d'Aragon, Jacques le Conquérant, accorde divers privilèges aux habitants du bourg, dont le droit de construire des fortifications à leurs frais.

* En 1330, un nouveau mur est construit entourant le bourg. Des douves sont aménagées en détournant les eaux de la rivière Réal.

* En 1247, durant la guerre entre Majorque et Aragon, une partie des défenses est endommagée.

* En 1361, Pierre IV d'Aragon autorise les villageois à reconstruire des remparts.

* En 1377, de nouveaux travaux de modernisation du système défensif sont entrepris.

* A la fin du 14ème siècle, un canon (lanceur de pierres) est fondu à Villefranche (proche de Vinça). Le carrier du bourg taille des petits boulets.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des tours et des murailles est interdite.

 

Tours et remparts se cachent dans les habitats modernes

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66

Vers Menu châteaux des

Pyrénées Orientales

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 07:02

 

Département 66 - PYRENEES ORIENTALES

  Je pressens que les fortifications ont été très modernisées et consolidées

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Saint Hippolyte est située à 45km au Sud de Narbonne, à 10km au Nord-Est de Perpignan et à 8km au Nord-Ouest de Canet en Roussillon (voir son château).

 

     Coordonnées du bourg :

42° 47' 5" N 2° 58" 1' E
 42.7847095571°  2.96705961°

 

 

Les fortifications : 
        L'extérieur :
La découverte

* Mon destrier me dépose proche d'une ronde tour et me dit : "Va visiter ce Carcassonne miniature !"

* Recevoir des ordres d'un quadrupède n'est point agréable en ce petit matin d'avril un peu frais.

* Ne comprenant point comment une simple tour sans système défensif peut être le symbole d'une cité fortifiée, je prends un peu de recul.

* La tour n'est point ronde mais oblongue.

* En notre siècle, elle sert d'habitat. Aucune archère ni mâchicoulis (voir vocabulaire) n'est visible.

 

Je cherche des indices

0 - Plus loin, je vois un mur de faible hauteur.

1 - Il est dépourvu de système défensif.

2 - Pourtant, sa construction n'est point classique (la position en arête de poisson est peu utilisée en notre siècle).

   L'utilisation de galets roulés, de briques et de pierres est surprenante.

3 - Soudain, je remarque un  arc en brique.

Est ce un arc de décharge ?

Ou une ouverture bouchée ?

 

1 2 3

 

* Au bout du mur, plusieurs constructions de formes différentes s'agglutinent.

* La première est un grand bâtiment parallélépipédique de 4 niveaux.

* Les remaniements durant plusieurs siècles (par exemple l'escalier en pierre) m'empêchent de connaître la fonction primitive exacte de cette construction datant de plusieurs siècles.

* En m'approchant de l'habitat, je suis en extase devant de nombreux détails.

Les voyez vous ?

Quel enchevêtrement de bâtiments d'origines diférentes !

Le grand bâtiment

11 - La base est taluté, comme l'était celle des châteaux forts.

12 - Le pan incliné semble avoir été aménagé dès la construction des remparts

Avez vous remarqué que je me grandi devant une ruine ?

ou du moins, mon ombre !

13 - Plusieurs archères droites sont encore visibles malgré les ouvertures récentes.

14 - Dans l'angle de la tour, une archère protège la courtine.

 

11 12 13 14

 

Le grand bâtiment

* Souhaitant comprendre l'aménagement de l'angle et des courtines, je prends un peu de recul.

21 - L'ensemble est harmonieux, cela signifie que la tour est de la même époque que les murs de rempart.

Que voyez vous sur la tour ?

22 - Une base talutée renforçant l'assise et une tour arasée partiellement.

23 - Une archère droite. Je suis surpris de ne point voir d'archère plus sophistiquée ni de canonnière.

24 - L'autre courtine (coté église) est très intéressante.

25 - Elle possède comme sa consoeur plusieurs archères droites sur 2 niveaux.

26 - Et elle est protégée par une archère d'angle sur la tour.

 

21 22 23 24 25 26

 

 

Histoire du bourg :

* Au milieu du 10ème siècle, une église est construite dédiée à Saint Hippolyte.

* Au 12ème siècle, l'église est possession de l'Ordre du Temple. Il est fort probable que la construction du bourg fortifié date de cette époque.

* En 1312, après la dissolution de l'Ordre du Temple, l'église est à la paroisse. Elle est dédiée maintenant à Saint Michel.

* Au milieu du 17ème siècle, durant les guerres de Religion, l'église est incendiée et le bourg très abîmé.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

Sous les rayons du soleil, les remparts reprennent vie

Vers liste

châteaux des

Templiers

Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66

Vers Menu châteaux des

Pyrénées Orientales

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 07:03

 

Département 66 - PYRENEES ORIENTALES

  L'église dite des Templiers est elle fortifiée ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Sainte-Colombe-de-la-Commanderie est située à 15km au Sud-Ouest de Perpignan, à 12km au Nord-Ouest de Le Boulou et à 2km au Sud-Ouest de Thuir.

     Coordonnées de l'église :

42° 36' 53" N 2° 44' 50"
 42.614743513°  2.7472579479°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte

* Ma documentation affirme que ce bourg est de type Cellera.

* Bien que les bâtiments modernes aient été construits en bordure de la commune, détruisant partiellement l'architecture fortifiée médiévale, le bourg montre encore une ossature rectangulaire autour d'une église centrale.

* Mon instinct de castellologue amateur me quémande de rejoindre de suite le moutier.

Pensez vous que la construction soit encore fortifiée ?

 

Faudra-t-il être un spécialiste pour voir les indices de fortification ?

Première analyse

* La partie principale de l'église est construite en pierre de taille dorée bien appareillée.

* Elle se compose d'une nef unique.

*  Je ne vois aucune sculpture, aucun modillon.

Est du à la rigueur Templière ?

* Le clocher-mur coté Ouest est plus récent. Il est du type classique :

* Ce clocher comporte deux grandes baies campanaires surmontées par une plus petite. Les deux étages sont séparés par un bandeau mouluré et ornés de boules latérales.

* En observant le mur, je remarque 4 fentes décallées.

Sont ce des ouvertures pour tir au fusil ?

* Je me dois d'être vigilent pour trouver d'autres indices.

 Voyez vous les quelques indices ?

L'autre coté

* En contournant l'église, je remarque que des bâtiments se sont soudés à ses murs latéraux.

* Au dessus des toits des maisonnettes, le pan de mur m'interpelle.

* Il semble construit en moellons bruts alors que l'église est en belles pierres.

* Je pressens que le moutier fut rehaussé.

 

La découverte

* Lentement, je m'avance vers le chevet.

Voyez vous tous ces détails magnifiques ?

* Des trous de boulins (voir vocabulaire).

* Une fenêtre étroite interdisant la pénétration d'un assaillant.

* Un rehaussement pour l'aménagement d'une salle défensive.

Un chevet fortifié

 

Histoire de l'église :

* Vers 974, un premier site religieux est cité comme dépendance de l’abbaye de Saint Pierre de Rodes.

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 13ème siècle, le bourg est une possession des Templiers de la commanderie du Masdeu.

* Au 14ème siècle, l'église est fortifiée.

* Au 17ème siècle, un clocher-mur est aménagé.

* En 1972, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Sainte Colombe) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Combien de Templiers ont tiré depuis ces archères ?

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers liste

châteaux des

Templiers

Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66

Vers Menu châteaux des

Pyrénées Orientales

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 07:05

 

Département 66 - PYRENEES ORIENTALES

  Voyez vous la merveille fortifiée au sommet de la colline ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
    La commune de Prunet et Belpuig se situe 25km au Sud-Ouest de Perpignan,  à 18km au Sud-Est de Prades et à 15km au Nord-Ouest de Amélie les Bains.

     Coordonnées du château :

42° 33' 43.8" N 2° 37' 16.1" E
 42.56217645°  2.62114048°

 

       Toponymie :   (--> Voir initiation)

Belpuig : Il y a quelques siècles, le petit bourg s'écrivait Bellpuig signifiant en Occitan Belle colline ou Beau pic.

 

Le château : 
        L'extérieur :
Il est là-haut

* Après avoir visité l'église fortifiée, mon destrier m'emmène vers l'autre merveille de ce bourg du Roussillon.

* La ruine se situe à 1km au Sud de Prunet et Belpuig.

* Posée sur une colline, la beauté médiévale se lamente du manque de touriste.

* Il est vrai qu'il faut être un fou comme moi pour monter sous une chaleur lourde de fin d'été.

Quelle chance vous avez de  découvrir ce château

bien au frais devant votre écran !

 

L'analyse 

1 - La pente n'est pas très abrupte, mais elle a du fatiguer plus d'un assaillant souhaitant arriver au sommet.

2 - Bien que le rempart soit arasé, il montre encore sa puissance.

3 - Pour plaire aux visiteurs de notre siècle, la ronde tour d'angle s'habille de jolie verdure.

4 - Je suppose qu'il y a plusieurs siècles, des archères protégeaient la courtine.

5 - La piètre qualité de taille des pierres m'informe que ce site ne fut pas habité par un puissant seigneur.

6 - Par endroit, la faible épaisseur du mur mal appareillé est surprenante.

 

1 2 3 4 5 6

 

        L'intérieur :

L'analyse 

11 - Dans cet univers de rondes tours, je suis surpris de voir un "cube".

Etait ce le châtelet d'entrée ?

Sa position "en contrebas du donjon" me le laisse penser (voir carte).

12 - Ce château est un vrai poste de surveillance.

13 - J'avance avec précaution (pierres roulantes et serpents dormeurs) vers une tour d'angle.

14 - Les gravas ainsi que la terre ont remblayé la ronde tour.

15 - En inspectant son extérieur, je m'aperçois que les archéologues auront un travail de déblaiement très important.

16 - La présence d'un rayon de soleil n'éclaircit pas ma connaissance architecturale de cette tour.

 

11 12 13 14 15 16
21 22 23 24 25 26

 

21 - Je me dirige vers le Nord-Ouest, au sommet de la butte.

22 - J'ai l'impression de quitter la basse-cour pour découvrir le véritable château seigneurial.

23 - En approchant, mon impression se confirme

24 - Par ses dimensions, le site est bien le château d'habitation.

25 - Je contourne la courtine et je tente de trouver l'entrée médiévale.

26 - Les murs du château habitable semblent épais. Hélas, je ne peux pas définir la fonction de cette paroi.

 

Il y a tant à voir !

* Il y a quelques minutes, je vous expliquais la grande prudence qu'il faut avoir dans une ruine. Mon propos est véridique.

* En cherchant des indices, je découvre une ouverture dans le sol.

* Ceci n'est point une oubliette ni un piège pour les assaillants mais une salle voûtée, certainement au "rez de chaussée" du château habitable.

* Je continue seul ma visite et je vous laisse admirer la beauté du paysage.

"Au loin, c'est le Royaume de France" affirmait le guetteur

 

Histoire du château :

* Au début du 13ème siècle (?), construction du château contrôlant la vallée.

* Vers 1240, Nunyo Sanç, seigneur de Roussillon et de Cerdagne, vend le château à Guillhem V, Vicomte (voir titre de noblesse) de Castellnou.

* Au 14ème et 15ème siècle, le châtelain reçoit un droit de passage sur ses terres pour les troupeaux transhumant vers les pasquiers de Corsavi.

* Au 17ème siècle, le château est abandonné.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

En ce lieu, les couleurs du plaisir illuminent mes yeux d'enfant gâté !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66

Vers Menu châteaux des

Pyrénées Orientales

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 06:30

 

Département :    66 - PYRENEES ORIENTALES  

 

Le bourg :

  Situation  (--> le voir sur une carte)

      La petite ville de Salses le Château se situe à 12km au Nord de Perpignan, en bordure d'un immense étang jouxtant la mer méditerranée, encadrée par l'autoroute A9 et la Nationale 9.
  Avec le mot "Château" dans le qualificatif de cette ville, vous avez compris que votre Chevalier Dauphinois ne pouvait que s'y rendre.

   Coordonnées du château primitif :

42° 50' 28.781" N 2° 55' 9.134" E
 42.841328  2.919204

 

Le château :

     Ce lieu est connu pour sa puissante et magnifique forteresse (voir cet article), mais curieusement ma carte m'indique une ruine à une centaine de mètres au Nord. Téméraire, je pars à l'assaut de ce château oublié des guides touristiques.
   Depuis le bord du rempart de la forteresse, une petite colline attire mon attention.

 

    L'extérieur :

La découverte

     Mon instinct de "chasseur de ruines" ne m'a pas trahi, je suis bien en présence des fondations de l'ancien château de Salses.

Comment ?

Que lis je dans votre regard ?
Avez vous un  doute ? !
 
Je suis très sérieux

    Je ne me moque pas, cet amas de caillou est bien une ruine très ancienne, parfois nommée :
        * Salses Ancien,
        * Château Primitif,
        * Fortin Antique.
   Regardons ensemble de plus près.

 

Rapide analyse
     En parcourant l'extérieur de cette ruine, je m'aperçois qu'elle comporte 4 courtines en angle droit de 25m de longueur. Une forme carrée que je qualifierais de classique. Certes, les murs n'ont que 30cm de haut mais c'est suffisant pour comprendre l'architecture de ce si vieux château. A chaque angle, une forme "circulaire" est visible.....

Regardez bien !

 

Ne doutez point !

     Je ressens encore votre suspission. Croyez moi, des tours d'angle protégeaient ce château. Je vous le prouve. Leur forme fait croire qu'elles étaient circulaires, mais j'en doute. Une fortification aussi "primitive" devait comporter des tours carrée.  L'ensemble de ce château, courtines et tours en saillis, devaient avoir une longueur totale de 38m.

 

A quoi servait cette construction ?
     Se trouvant sur un axe de circulation important, ce fortin devait servir à la surveillance des routes et à la signalisation d'attaque par la mer et aussi à la collecte des droits de passage. Peut être était ce aussi une sorte de grenier fortifié stockant les nourritures pour les paiements en nature, pratique courante à l'époque Romaine et au début du Moyen Age (nommé aussi Haut Moyen Âge).
     Il est temps de franchir "la porte" et de découvrir l'intérieur. 

 

    L'intérieur :

J'entre

  Evidemment, ce n'est pas Versailles ! 

     Point de lustre au plafond (totalement absent), ni de peinture sur les murs (comme je vous en ai montré tant en Suisse). Pourtant, quelques détails sont révélateur.
  Deux débuts de murs apparaissent définissant la structure interne. Une zone "habitable" (avec un sol creusé dans le rocher) et une cour donc le sol est en terre.
    Au centre, un trou circulaire creusé dans le roc me fait penser à une citerne.

 

La conclusion
  Avec tous ces indices, il est possible de réaliser le plan. Vous constatez que je n'affabulais pas, nous avons découvert ensemble l'une des plus vieilles forteresses du 66.
   Alors, si un jour vous visitez la puissante forteresse de Salses, "ma" ruine étant si proche, faites un petit crochet vers ce vestige oublié, il se fera beau pour vous.

 

 

  Histoire du château :

* Vers le 4ème siècle, un fortin est présent (c'est ce que supposent certains historiens).
* En 943, un lieu nommé Salsulae appartenant à l'abbaye de Lagrasse est cité dans un texte.
* Vers 1074, une famille nommée Salses (?) et un château sont cités.
* Vers 1172, Alphonse II d'Aragon achète les terres et fonde un village.
* A partir de 1173, le village s'entoure de rempart. (Pour moi, il devient impossible de distinguer dans les textes le château fort, du village fortifié).
* En 1462, le Comte de Foix attaque avec succès les fortifications.
* En 1493, le lieu appartient de nouveau à l'Aragon.
* En 1496, le village est pillé et le château est détruit par le Maréchal de Saint André.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite.

 

  

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66 Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 06:30

 

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES

 

Le bourg : 

   Situation :    (---> le voir sur une carte)

       Le petit bourg de Raziguères se situe à 6km à l'Ouest de Estagel, à 3km à  l'Ouest de Latour de France et à 22km au Nord-Ouest de Perpignan. Le bourg est posé sur un plateau à 420m d'altitude, surplombant l'Agly. 

    Coordonnées du bourg :

42° 45' 58.712" N 2° 36' 29.653" E
 42.762205  2.599581

 

Le château :

    L'extérieur  :

L'arrivée

    Depuis la vallée, aux abords du bourg, il est impossible de ne pas voir cette ruine. Fièrement campée sur sa colline, elle nargue le touriste en disant : "Seras tu capable de me rejoindre ?".

     Le temps est orageux, la pluie menace, j'avoue que relever le défi serait stupide. Pourtant je me dirige au Nord du bourg pour découvrir le château fort de Trémoine

 

La découverte

     Posé sur un piton rocheux , et isolé sur 2 cotés par des ravins profonds, le château fort de Trémoine n'est plus qu'une ruine  qui semble peu imposante. Pourtant il mesure 20m x 30m et chaque pierre est riche de détails. La hauteur des murs ne permets plus de voir crénelage, mâchicoulis et échauguettes (voir vocabulaire).

 

La tour

    La tour est le bâtiment le plus visible, c'est une construction parallélépipédique de 4,5m par 5,5m. Elle est construite à l'extérieur du rempart, comme le montre ce plan. Les pierres des cotés sont pauvrement taillées, en opposition aux angles qui sont bien appareillés.Ce ne devait pas être un donjon habitable mais plutôt une tour de défense et de repli.

 

Oups... un problème

    Est ce à cause de l'électricité statique de l'orage menaçant ou suis je distrait  au point d'appuyer sur le bouton "effacement" de mon apn, mais toutes les images des courtines et de l'intérieur de la ruine ont disparu.

    Je ne pourrais donc pas vous montrer ce chef d'oeuvre.

 

    L'intérieur :

        La forme asymétrique et presque chaotique du château surprend, et il est évident qu'il comporte 2 zones distinctes :

  * La 1ère est l'entrée, avec des communs, défendue par de longs remparts non linéaires. Certains archéologues emettent l'hyppothèse d'un enclos pastoral.

 * La 2ème ( en haut sur le plan) est la zone de repli et de sécurité avec une courtine et un mur intérieur comportant de nombreuses archères.

   Croyez moi, la vue est magnifique depuis le château !

 

 

Histoire du château

* Au 10ème siècle, une fortification est citée dans un texte. Il appartiendrait au Vicomté (voir titres de noblesse) de Fonollède.
* Au 12ème siècle, un château en pierres existe.
* En 1430, Jean Abant vend château et terres à Guillaume de Vivier.
* Au 16ème siècle, certain archéologues pensent que les remparts sont  construits ou réaménagés.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

  Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 07:30

 

Département :  66 - PYRENEES ORIENTALES

  

Le bourg : 

     Situation :

        Le petit bourg de Lansac se situe à 30km au Nord-Ouest de Perpignan, à 8km au Nord-Est de Sournia et à 7km au Sud-Est de Saint Paul de Fenouillet.

    Coordonnées du château :

42° 45′ 46.63″ N 2° 33′ 17.06″ E
 42.762955  2.55474

 

Le château :   (--> le voir sur une carte)

     L'extérieur :

Comment trouver une ruine ?

    Beaucoup pensent que la recherche de châteaux forts est facile car ces hautes fortifications dans les films sont visibles de loin. Mais au 21ème siècle, avec leur état de ruine et les hauts arbres, "mes beautés" sont souvent cachées.

    Heureusement, l'homo-sapien moderne a redécouvert le plaisir de la marche et de nombreux panneaux balisent les sentiers menant vers de magnifiques Graals.

 

L'approche

    Pour découvrir ce château, il faut chausser ses bottes de sept lieux. Comme la marche sur le sentier est odorante et sinueuse, le plaisir de l'approche est grand. Mais il faut éviter l'insolation déformant la vision .
    La découverte d'une ruine est toujours surprenante. Par exemple, pour le château de Lansac, plus j'approche et moins les murs me paraissent hauts.

Quelle illusion d'optique !
 

La découverte

   A ses pieds, je constate qu'il ne reste qu'un bâtiment parallélépipédique  d'environ 4m x 5m, sans crénelage, sans échauguette, sans tour flanque, sans bretèche (voir vocabulaire).

Mais où sont passées les pierres composant le châteaux forts du moyen âge ?

  Grâce à Newton, je le sais ...... Elles sont en bas, dans la pente.

 

    L'intérieur :

L'approche

        En entrant dans la ruine, je remarque un bel arc de pierre.

Est ce le vestige de la porte du château ?

  J'ai quelques doutes car au centre il y a comme une pierre de croisillon.

 

Les années sont dévastratrices !

     Cette ruine a beaucoup souffert durant les derniers siècles, il suffit de regarder les emplacements pour les poutres du plafond. Ils côtoient le sol . Il y aurait donc 1 à 2 étages (comblées de gravas) sous mes pieds.
   En levant les yeux, j'ai la surprise de voir une ouverture sous des emplacements de poutre (encore un étage !). Avec sa taille, ce n'est pas une archère. J'opterai pour un puits de lumière mais il n'y a pas l'inclinaison pour amener le jour dans la pièce (voir cet exemple).

Que d'énigmes dans cette ruine !

  Pour me reposer de mes réflexions, j'admire le calme du panorama.  

 

 

  Histoire du château :

* Au 13ème siècle, il semble que le château dépende de la Vicomté (voir titre de noblesse) de Fonollède.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Soyez vigilants, cette ruine est instable et proche du vide.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66 Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 07:30
 

  La recherche des traces de fortification sur une construction médiévale n'est pas toujours facile. Sur un château fort, il semble évident qu'une fente soit une archère, un trou rond est une bouche à feu. Mais pour une église, le doute est possible.

  Voici un exemple.

 
     

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES

 

Le bourg : 

   Situation :   (le voir sur une carte)

       Le petit bourg de Prunet et Belpuig se situe à 15km au Sud-Sud-Ouest de Illes sur Tet et à 15km au Nord-Ouest de Amélie les Bains.

   Coordonnées :

42° 33′ 44″ N 2° 37′ 31″ E
 42.562222°  2.625278°

 

L'église : 

      L'extérieur :

Pourquoi le choix de ce site ?
     C'est un panneau sur la route qui m'a "obligé" à faire un détour vers ce site médiéval. J'avoue que je n'avais pas coché cette église sur ma carte de castellologue-amateur.
    Vous comprenez donc ma surprise et même ma mou en voyant ceci. 

Pensez vous que cette église soit fortifiée ? 


L'enquête commence

    Je contourne lentement l'église en inspectant chaque pierre, chaque fente, chaque joint, chaque.... heu, j'exagère un peu. 

  L'abside avec ses bandes lombardes est d'une élégance Romane qui me plaît, mais point fortification cela est.

 

Ai je trouvé ?

     Soudain, comme par magie, une fente verticale apparaît. Est ce une archère droite ou un simple puits de lumière ? (voir vocabulaire)

  Je n'ai pas le temps de me poser la question que s'affiche fièrement de petites fentes sous chaque fenêtre. Le doute n'est plus permis. Même si ses défenses sont minimales par rapport à un château fort, cette église a bien été fortifiée à l'époque médiévale. 

 

      L'intérieur :

Close ?

         Je suis si heureux de cette découverte que je ne suis pas déçu par la porte close. Le plaisir d'un castellologue est vraiment simple : Un mur avec une fente et hop... .. Sourire il a

Note : Un de mes visiteurs a eu la chance d'avoir "porte ouverte". Je vous invite à visiter sa galerie.

 

Espoir

   De suite, je saute sur mon destrier pour découvrir une autre merveille proche de l'église : Le château fort de Belpuig.

 

 

Histoire de l'église :

* A la fin de l'an 1000, construction d'une chapelle.

* Au 12ème siècle, la chapelle est remplacée par une église en style Roman.

* Au 14ème siècle, l'église est consacrée à Saint Pierre.

* En 2004, l'église est restaurée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la Chapelle de la Trinité est libre et gratuite. La visite gratuite de l'intérieur est possible certains jours. Renseignez vous.

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66 Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 07:30

 

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES

 

Le bourg : 

    Situation :   (le voir sur une carte)

        Le petit bourg de Arboussols se situe à 8km au Nord-Est de Prades, à 8km à l'Ouest de Illes sur Tet et à 35km à l'Ouest de Perpignan. 

  Coordonnées de l'église :

42° 39′ 52″ N 2° 29′ 10″ E
 42.664444°   2.486111°

 

Description de l'église Notre Dame de Las Grades

      L'extérieur :

Pourquoi ce site ?
    Après avoir visité le prieuré fortifié, je m'attaque à la 2ème construction de Marcevol située 200m à l'Ouest.
 
Je n'ai rien

Cette église fortifiée est elle envoûtée ? 

   Je ne le sais pas, mais mon appareil photos l'a certainement été, car la carte mémoire n'a pas réussi à mémoriser des images. 

   Je ne peux vous offrir qu'un plan grossier de ce site. Si vous détenez des images, je serais heureux de les mettre sur ce blog de partage. 

 

 

Histoire :

* En 1129, l'évêque d'Elne donne l'église au chanoine du Saint Sépulcre de Jérusalem.
* En 1592, un texte papal confirme les droits et l'existence du site.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est libre et gratuite.

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66 Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article