Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 06:30

 

Département 73 - SAVOIE

  Voyez vous une beauté médiévale sur la colline ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La ville de Bourg Saint Maurice est situé à 80km au Nord-Ouest de Turin, à 60km à l'Est de Chambéry et à 27 km à l'Est-Sud-Est d'Albertville.

   Coordonnées :

45° 37' 42.337" N 6° 46' 59.596" E
45.628427 6.783221

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

   Après avoir visité la ruine du château de Rochefort (lire ici) à Bourg Saint Maurice, je lève la tête pour découvrir une autre ruine médiévale.

  Avec toutes les vallées et passages entourant Bourg Saint Maurice, il n'est pas étonnant que les Comtes (voir titre de noblesse) de Savoie aient fait construire autant de fortifications.

 

L'approche

    Au 21ème siècle, le Châtelard et un hameau perché au Nord-Est de Boug Saint Maurice sur la D902. Au Sud, sur une colline, trône une ruine. Posé sur son rocher, ce vestige médiéval regarde les oiseaux manger les fruits des arbres. Ce rocher, abrupte sur 3 cotés, n'autorise la visite que par un petit sentier facilement défendable.

Minimale mais très intéressante 

Premières sensations

   Très souvent, si un château du moyen âge est proche d'un petit bourg, sa position élevée le fait vivre en cohabitation avec un château d'eau (voir un exemple ici) ou avec une croix.

  La butte recouverte d'herbe et de rocher ne permet pas de savoir su le vestige était entouré d'un rempart, mais quelques détails me font penser par l'affirmatif.

  La petitesse du site et sa position me permettent d'affirmer que Le Châtelard fut un petit château de surveillance et non l'habitat d'un seigneur

 

La tour

    Cette tour carrée de 7,5m de coté possède la classique porte à plusieurs mètres du sol. Les trous de boulin (voir vocabulaire) en dessous prouvent l'existence d'une plate-forme en bois accessible par une échelle certainement amovible.

   La porte assez étroite est surmontée d'un arc de décharge. Une archère droite avec un faible ébrasement intérieur m'informe que la construction date du 12ème siècle.

 

Le parement de la tour

   Les années ont un peu abîmé la tour, mais il est possible d'affirmer que ce bâtiment n'a pas eu une construction soignée. Les pierres sont pauvrement taillées, les joints sont importants et grossiers.

  Pourtant un détail m'étonne :

Le voyez vous ?

    Même si le chaînage d'angle n'a pas la qualité des grands châteaux forts, il comporte des pierres de dimensions impressionnantes (pour une simple tour évidemment).

 

    L'intérieur :Est ce le paradis des castellologues ?

      La porte est située très haut et point d'échelle a été mise pour la visite, je vous déconseille l'aventure surtout qu'il n'y a que peu à voir.

Comment le sais je ?

    Le Chevalier du Moyen Âge sait vivre dans votre 21ème siècle, il est capable de voir en utilisant une astuce magnifique :

Voir ce site.

 

  Le panorama :

      L'un des plaisirs d'un castellologue amateur est la découverte du paysage. En Savoie, vallées et montagnes donnent aux sens un plaisir décuplé au point que mes yeux se brûlent et ne voient plus qu'en noir et blanc.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'une tour fortifiée pour surveiller le col du Petit Saint Bernard.
* Au 21ème siècle, la découverte du site et de l'extérieur de la tour est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est délicate.

 

Un emplacement idéal pour contrôler les vallées

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 73 Vers Menu châteaux de Savoie
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 06:30


Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Mince et haute semble être cette église   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Beylongue est situé à 28km à l'Ouest-Nord-Ouest de Mont de Marsan et à 10km au Sud-Est de Morcenx.

   Coordonnées du bourg :

43° 55′ 23.46″ N 0° 49′ 46.22″ W
 43.923183° -0.829505°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

     En arrivant dans le village, je suis frappé par la faible largeur de l'église en comparaison à sa longueur. L'absence de transept augmente cette sensation.

   Le choeur d'architecture Romane est  semi-circulaire. Il possède 4 fins contreforts. La corniche comporte de jolis modillons sculptés. Mais je ne distingue aucune trace de fortification ni de défense.

Faut il que je sorte ma loupe de Sherlock Holmes ?

 

   L'enquête commenceUn donjon-clocher coincé entre 2 bâtiments. Curieux n'est ce pas !   

 En me décalant, je reçois un choc !

1 - L'église comporte trois bâtiments d'architecture et d'époque différents.

2 - Une puissante tour carrée est accolée à l'élégant bâtiment semi-circulaire.

3 - La porte de l'église est curieusement implantée dans ce que je pensais être le choeur.

4 - La construction au fond à gauche (certainement la nef) est de facture plus récente et d'architecture sobre.

 

Je me lance dans une théorie  :

A - L'église originale (à droite) devait être petite.

B - La tour devait être la nef originale, certainement remaniée quelques dizaines d'années plus tard.

C - La porte devrait être au bout de cette tour.

D - Avec l'augmentation des fidèles, l'église est agrandie laissant un clocher-donjon au centre.

E -Le bâtiment ajouté étant devenu le choeur de cette nouvelle église, la porte actuelle a été ouverte dans l'ancien bâtiment Roman.

Ces élucubrations (extraordinaires et sans faille  ) ne me font pas avancer dans la recherche des systèmes défensifs. 

 

  Voilà enfin les défensesSimple et élégante est cette église

     Comme moi, vous avez vu la puissance du clocher-donjon avec ses ouvertures en haut (chemin de ronde). Mais les plus importantes découvertes sont sur le long bâtiment..

* D'abord il y a les ouvertures classiques du chemin de ronde, avec certainement une grande salle de repli.

* Puis une fente verticale et surtout un vestige de bretèche (voir vocabulaire). Récemment, elle servait à abriter une cloche dont le mécanisme était utilisé depuis la sacristie. Cette "verrue" est moderne et ne faisait pas partie de la construction défensive. Évidemment, vous avez compris que la porte d'entrée de l'église était sous la bretèche (il y a plusieurs siècles).

* Enfin, au bout de l'église, le mur arrondi possède des fentes de tir non alignées. Cette curiosité se reproduit symétriquement sur l'autre face.

Y avait il 2 niveaux de tir sur le chemin de ronde ?

     Vous imaginez bien que l'autre coté de ce bâtiment comporte des fentes de tir et des ouvertures de type crénelage.

Quel régal !

  Je suis si fasciné que je tourne 4 fois autour de cette église fortifiée.

 

    L'intérieur  :

       Souvent au 21ème siècle, les églises ne sont pas ouvertes. Celle-ci ne déroge pas à la règle, la visite des entrailles est impossible.

  (En réalité, j'ai visité l'intérieur, grâce au concours fortuit d'un abbé. Il était si passionné et passionnant sur les murs de son église que j'en ai oublié de photographier l'intérieur...pffff).

 


Histoire de l'église :

* En 1075, début de construction d'une église.
* En 1125, fin de la construction de l'église.
* Au 14ème siècle, fortification de l'église.
* Au 18ème siècle, nouvel aménagement de l'église.
* En 1996, l'église Saint Pierre est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite depuis la place du village. La visite des fortifications est interdite.

 

L'église trône fièrement au centre du village

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 06:30

 

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES

 

Le bourg : 

   Situation :   (le voir sur la carte)

       Le petit bourg de Laroque des Albères se situe à 10km  à l'Est de Le Boulou et à 10km au Sud-Ouest de Argeles et à 2km au Sud-Ouest de Sorède.

   Coordonnées :

42° 31′ 26″ N 2° 55′ 58″ E
 42.523889° 2.932778°

 

Le château :  

    L'extérieur :

Où est le château fort ?

    Lorsque j'aborde un village censé posséder une ruine, je me précipite souvent sur un panneau et je recherche la trace du château.

L'avez vous vu ?

   Il y a dans ce bourg une rue de la tour, puis la rue du portalet. Il ne m'en faut pas plus pour partir à l'aventure dans les rues pavées de Laroque Des Albères.

 

L'approche

    En haut du bourg, les belles ruelles ont laissé la place à un sentier en terre. C'est à ce moment que je regarde mon sablier  (complété par mon cadran solaire) pour savoir si ma visite va s'arrêter ici, devant une grille. Ouf.. il n'est que 16h30.

La visite commence
     Un château fort étant très souvent en haut d'une colline, j'attaque la montée en longeant les vestiges de mur dont l'emplacement est certainement médiéval mais la sommaire construction est récente. Il est amusant de voir les maisons modernes se blottir contre la butte comme le faisaient il y a 600 ans les premières masures.

Enfin, il est là
     La montée n'est pas très pentue ni longue, mais j'ai hâte de découvrir le château. Enfin, je vois le premier rempart. Certes, il n'est pas impressionnant, mais les trous de boulins (voir vocabulaire) me mettent déjà dans l'ambiance.
     En un bon je suis sur le plateau portant la château.  Je suis conscient que du château il ne reste qu'une tour, mais les bases des murs jonchant le sol matérialisent bien les bâtiments médiévaux (?) ou postérieurs.
     La tour est très reconstruite et consolidée, il est difficile de se hasarder à quelques conclusions. Elle est ronde, donc au moins du 13ème siècle. La porte est trop basse pour être l'entrée médiévale, les joints entre les pierres trop importants pour une construction de défense "inviolable".
    Étant arasée, aucun crénelage ni hourdage, ni mâchicoulis est visible. Seule est présent une petite archère droite que je n'ose vous montrer.  

 

    L'intérieur :

   La tour est fermée, point la visiter je puis. Mais grâce à une fée m'ayant donné le pouvoir de traverser les murs, je peux admirer ses entrailles (en réalité, une ouverture permet de regarder à l'intérieur, ... affabulateur je suis parfois ).
    Si l'extérieur est reconstruit, il est logique que l'intérieur le soit aussi, et point surpris je suis de voir cet escalier en pierre appuyé sur le mur.
   En haut, un plancher en bois ressemble certainement à .... heu.... Je ne tirerai aucune conclusion.
   En redescendant, je savoure le paysage de cette belle région. Quelque soit l'état d'une ruine, le panorama est toujours le cadeau d'un castellologue amateur.

 

 

Histoire du château :

* En 1304, un château est cité dans un texte.
* En 1343, le seigneur de Laroque se rend sans combattre au Roi d'Aragon.
* En 1890, le château s'effondre (à vérifier).
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite.

 

  Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 06:30

 

Si vous ne l'avez pas lue, la 1ère partie (description de l'extérieur du château de Savel) est ici --> clic.

 

 

Département :  38 - ISERE

Les Dauphinois savaient trouver de beaux sites pour les châteaux forts

 

Le château :  

     L'intérieur :

Le rempart

    En arrivant sur la plate-forme portant mon Graal, je ne suis pas surpris de voir ceci.

    Bien que ce château soit en ruine, les pans de mur sont significatifs de sa construction originelle.  Comme je l'avais deviné quelques minutes plus tôt, c'est un mur en galets roulés qui servait de rempart.

 

Logis ou commun ?

    A travers la végétation, les ruines s'amusent à jouer les fantômes. Au sol, les galets sont nombreux prouvant que les bâtiments étaient hauts avec une belle superficie.

   Cette paroi en galets n'est pas assez épaisse pour être un mur défensif. Je subodore que cela fut un bâtiment d'habitation car la surface au sol ainsi que les vestiges de salles sont nombreux.

Un donjon en galets roulets... c'est rare !

 

Le 1er donjon

     A quelques mètres presque au centre de la colline, une imposante construction dépasse les arbres. Même si son remblai ainsi que les parois sont composés de galets, le parement extérieur possèdent des pierres taillés prouvant l'importance de ce bâtiment. Ces longue pierres devaient consolider l'épais mur. Et, contrairement aux vestiges précédents, les trous de boulin sont nombreux.

  La faible hauteur ne permet pas de savoir si crénelage et mâchcoulis (voir vocabulaire) existaient.

    Le plus curieux est la forme arrondie à l'intérieur de cette tour. Cette rondeur était impossible à deviner de l'autre coté.

Voilà une belle sachant bien cacher ses rondeurs !  

 

Encore un bâtiment

  Au fond, cachée dans les arbres, une autre ruine se fait dorer au soleil.

Mais, je vous sens un peu perdus par la composition architecturale du site féodal. Voici un croquis qui devrait vous aider.

     Description des bâtiments de gauche à droite :

* Le premier rempart,

* Le donjon avec sa ronde forme,

* Un vestige non identifié,

* Le deuxième donjon.

 

Le 2ème donjon 

    De cette puissante tour, il ne reste qu'un angle. Curieusement, les pierres taillées sont plus nombreuses dans la partie basse. Contrairement à l'autre tour, celle-ci possède des trous pouvant certainement recevoir des poutres pour un plancher.

Le confort des occupants n'a pas été oublié. Comment le sais je ?

   Il suffit de regarder avec attention ce vestige de fenêtre.

 

L'extérieur du 2ème donjon 

     Croyant avoir tout vu de cette ruine, je sors du château et je lui lance un dernier regard.

Diantre, ce donjon est aussi surprenant que l'autre !

  Je découvre avec étonnement que l'angle extérieur n'est point droit mais arrondi.

Serait ce un effet de la chaleur ou de la perspective ?

   Je m'approche et constate que point anguleux est cet angle.

"Les ruines sont toujours aussi surprenantes" me dis je.

 

Un dernier regard 

   Je suis si heureux dans cette Dauphinoise ruine, que je ne veux plus la quitter. Alors, je m'assieds à ses pieds et j'admire le panorama sur le lac de Monteynard et les montagnes du Vercors.

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, Savel est un lieu de passage et de commerce important. Les blés du marché de Mens passe par le pont enjambant la rivière Drac. Un castrum, surveillant la vallée, existe certainement.
* Au  12ème siècle (à vérifier), construction d'un château fort à l'emplacement du castrum.
* En 1247, le château appartient au Dauphin (voir titre de noblesse) Guigues VII (voir liste).
* En 1339, le château est inféodé à 2 seigneurs en récompense de leurs actes de bravoure :

- Guy de Saint-Savin (seigneur de La Mure) possède la partie Nord,

- Lanthelme Aynard (seigneur de Theys) les bâtiments au Sud.

* En 1358, Pierre Aynard achète la partie de Jean de Saint-Savin et devient seul propriétaire du château et des droits de payage du pont.
* Au 16ème siècle (à vérifier), la famille Aynard déserte ce vieux château.
* En 1720, la Grande Peste faisant peur aux Matheysins   , le pont sur le Drac est détruit, obligeant les marchands (peut être contaminés) à passer par les autres vallées.
* En 1962, pour construire un barrage hydro-électrique, l'EDF achète le village, l'église et l'école pour noyer la vallée. Le château regarde la destruction de l'ancien village en versant une petite larme.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le circuit balisé est très agréable avec quelques panneaux didactiques.

 

Quelle magnifique vue sur le lac de Monteynard

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Isère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 06:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgJ'espère qu'un sentier existe, sinon ce sera un enfer pour mes mollets

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le village de Barbaira se situe à 15km à l'Est de Carcassonne et à 3km à l'Ouest de Capendu.

  Coordonnées du château :

43° 10' 13" N 2° 30' 0" E
 43.170452  2.500039

 

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

    Avec une bonne carte (ou une bonne langue pour quémander aux habitants ) il est facile de trouver, à 3km au Sud-Ouest, la colline portant les ruines du château de Miramont (curieusement parfois nommées : Alaric).

   Avant de gravir la pente je regarde une dernière fois l'image du château en 1910.

Est il encore aussi beau ?

 

1ère sensation

    La montée vers le château ne se fait pas à la machette à travers la forêt mais par un agréable chemin. Au sommet, l'effort est récompensé par une lumineuse ruine.

 

Analyse rapide

     Bien que les murs aient une faible hauteur, je suis frappé par la puissance de la ruine. La dimension des pierres, la qualité de la taille et les joints me surprennent. Ceci est augmenté par la blancheur de la pierre dans cet écrin de verdure.

    Il est évidemment difficile de tirer une conclusion des systèmes défensifs, mais la seule archère droite qui se révèle semble avoir été construite au 12ème siècle.

 

Un bijou dans un écrin de verdure

      L'intérieur :

  L'accueil de la ruine

      En franchissant la porte virtuelle je découvre ce qui avait fait mon admiration : Un mur épais sur lequel s'appuie un puissant bâtiment.

   En prenant un peu de recul, le bâtiment haut ressemble à une tour d'angle de forme carrée. Puisqu'une porte basse existe, je vais entrer et découvrir ses entrailles.

 

L'intérieur d'un tour

    Cette construction n'étant pas le logis seigneurial, il parait évident que point de pierres sculptée il y ait. La petite corniche devait supporter un plancher en bois, mais l'arc au dessus rend la pseudo-pièce peu habitable.

Soudain, j'ai une surprise !

    Sur la façade opposée à la porte, il y a un ébrasement dans une baie. Fébrilement j'avance et je vois.... Une fenêtre.

Mais un doute me prend. J'ai l'impression que c'est la fente verticale que j'avais vue à l'extérieur.

Est ce une archère ou un petite fenêtre ?

   Ne voyant aucun trou de boulin en dessous pour soutenir un plancher ou d'estrade facilitant le tir, je pressens que l'ouverture située si haut ne peut pas être une archère.

 

Le donjon ?

    Dans cet espace presque vide de vestige du château fort, une construction surprend. Même si elle n'a plus sa hauteur importante, ni son crénelage, ni ses mâchicoulis (voir vocabulaire) la construction et la qualité de la pierre me font penser à un donjon.

    L'épaisseur des murs confirme mon hypothèse. Sa faible dimension intérieur rend ce donjon peu habitable.

 

 

Histoire du château :

* En 1063, un "Castellum" est mentionné.
* Au  12ème siècle, amélioration des défenses et construction du donjon (à vérifier).
* En 1209, début de la terrible croisade des Albigeois
* En 1211, l'armée Royale commandée (peut être) par Simon de Montfort  détruit le château. Il semble que la ruine ne se relève pas de cette attaque.
* En 1942, les ruines sont inscrites aux Monuments Historiques.
* Au 20ème siècle, une campagne de consolidation est menée.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Bien que les murs soient consolidés, la prudence est exigée.

 

Je rêve de briques et de pierres partout !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 06:30

 

Département 73 - SAVOIEVoyez vous une beauté médiévale ?

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit bourg de Saint Pierre d'Albigny est situé à 30km au Sud-Ouest d'Albertville, à 18km à l'Est de Chambéry et à 11km au Nord-Ouest d'Aiguebelle.

   Coordonnées :

45° 34′ 48″ N 6° 11′ 11″ E
 45.58° 6.186389°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

   La recherche d'un château fort et surtout sa découverte sont un des moments les plus magiques pour un castellologue-amateur.

  Alors, imaginez ma fébrilité en découvrant au loin l'incroyable château Savoyard de Miolans.

N'est il pas magnifique !

 

Une puissante sentinelle

   Perché à 550m d'altitude sur les contreforts de l'Arclusaz, dominant de plus de 200m la rivière Isère, le château surveille la route principale vers le Mont Cenis et l'Italie.Imaginez le il y a plusieurs siècles sans arbre autour.

La superficie est impressionante

 

L'observation de loin

    Je suis si impressionné par ce château fort que je préfère l'apprivoiser de loin.

  Le château tout en longueur est composé de 2 parties bien distinctes :

1 - Sur la droite, des bâtiments du 15ème au 18ème siècle. Ils servent d'habitation pour les propriétaires actuels et ne se visitent pas.

2 - Sur la gauche, les constructions datant du 11ème au 15ème. Évidemment quelques aménagements et consolidations ont été réalisés aux siècles suivants mais en gardant la base architecturale.

 

Les 2 imposants bâtiments

    Dans la partie visitable (voir ce plan) deux imposantes constructions émergent du château :

I - Sur la droite, le donjon médiéval avec sa tour escalier.

II - Sur la gauche, le magasin à poudre et surtout la Tour Saint Pierre avec ses nombreuses latrines en encorbellement.

  Une entrée curieusement fortifiée

Je suis devant

    Devant le château, le charme n'est pas rompu, bien au contraire : Je suis ensorcellé. L'association de tour carrée, ronde, murailles hautes, mâchicoulis (voir vocabulaire) et remparts bas donnent un souffle médiéval et redouble mon plaisir.

 

Est ce le châtelet d'entrée ?

   Enjambant un fossé creusé dans le roc, le pont fixe actuel a certainement été partiellement amovible.

   La puissance de l'entrée est impressionnante :

* Sur la droite, une tour ronde défend le pont avec une archère droite du 12ème siècle modifiée au 15ème et une canonnière certainement du 16ème.

* Sur la gauche, un rempart avec des systèmes de tir sur 2 niveaux.

 

Les portes d'entrée

      L'ouverture rectangulaire est l'ancienne entrée piétonne. A sa base, les 2 corbeaux sont les vestiges du support du pont levis. Au dessus, l'emplacement de la flèche pour manoeuvrer le pont a disparu, mais sont fantôme se devine.

  La grande porte principale est protégée sur un coté par 2 imposantes archère-canonnières.

Avec tant de défenses, vais je pouvoir entrer ?

 

      L'intérieur des remparts

Quelle rigueur !

    En franchissant la 1ère porte, l'ambiance est sérieuse et très axée sur la défense. De nombreuses archère-canonnières sur 2 niveaux respirent le 15-16ème siècle. Cet espace entre les 2 portes  ressemble plutôt à une barbacane (voir vocabulaire).

 

Le vrai châtelet

   Face au vrai châtelet, surpris je suis de voir des archères droites, système défensif bien primitif en comparaison des canonnières. Cela confirme ma déduction sur la barbacane ajoutée plusieurs siècles après.

  En franchissant le seuil du double vantail dont les portes ont disparu, je vois un trou pour la classique mais efficace poutre bloquant les portes.

     L'autre coté possède un rail profond et large pour une herse.

Un long rempart fortifié

 

  Le plus fascinant est que le châtelet possède des canonnières à fort ébrasement (voir vocabulaire) en partie basse et des archères-canonnières sur 2 niveaux tirant vers l'intérieur du site fortifié.

  Les assaillants devaient affronter des tirs important même après avoir défoncé portes et herse.


Le rempart du château

   Pour entrer dans le château, il faut longer un haut rempart pourvu d'archères de taille et d'origine diverses. Leurs axes de tir limitent les angles morts.

Il fallait être fou pour espérer ressortir vivant de cette nasse.

  Au bout du chemin en pente, la Tour de la Sauvegarde surveille l'axe de circulation extérieur et défend la porte d'entrée du château (à droite).

 

    L'intérieur du château :

       La découverte de l'intérieur de cet incroyable château fort est possible en cliquant ici.

 

Un emplacement idéal pour contrôler la vallée

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 73 Vers Menu châteaux de Savoie
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 06:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

 

Le bourg :

Point de défense visible pour cette église !    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit bourg d'Aubenton est situé à 12km au Sud-Est de Hirson, à 40km à l'Est de Vervins et à 25km au Nord-Est de Montcornet.

   Coordonnées de l'église :

49° 50′ 12.35″ N 4° 12′ 16.09″ E
 49.836765° 4.20447°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

      Au centre du bourg, au milieu d'une grande place, la massive église d'Aubenton ne montre aucun signe de système défensif.

   Mon instinct infaillible  (et surtout ma brochure des églises fortifiées du Thiérache) m'oblige à contourner l'imposant bâtiment. C'est ainsi que je découvre cette beauté.

 

Une tour de guet

    De loin en parti caché par la nef, ce que je croyais être un simple clocher est en réalité une imposante tour en pierre de 20m de haut (sans compter le toit). Dans cette région plate, la fonction principale de ce clocher est sans conteste le guet.

Quelle force, pour un clocher ! 

Et... Une tour de défense

   Évidemment le guet est préventif. Mais en cas d'attaque, il est important de se protéger et de se défendre.

 Pour se protéger, il faut :

- Des murs épais.

- Renvoyer une image de puissance. Les épais contreforts à larmiers y contribuent.

- Des salles de repli (les différents niveaux en sont la preuve).

 Pour se défendre, il faut :

- Des archères pour tirer,

- Sur toutes les faces.

  Le plus curieux est l'absence de mâchicoulis et de crénelage (voir vocabulaire ).

 

Comment entrer dans la tour ?

   Pour monter dans les étages de la tour de défense, une tourelle-escalier polygonale a été construite sur l'un des angles. Évidemment la porte pour accéder à l'escalier est à l'intérieur de l'église. Je vais donc franchir ce magnifique portail.

 

    L'intérieur :

Le silence augmente la puissance de ma vue pour admirer les beautésHélas !

   En entrant, je comprends de suite que la tour escalier n'est pas aménagée pour les visiteurs (fussent ils Chevaliers et Dauphinois et passionnés). La découverte des défenses et des salles de repli m'est impossible. 

 

L'art est partout...

   Ma déception passée, je me rends compte que l'église est un véritable musée d'art religieux et que la lumière pénétrant avec douceur incite au silence et à la contemplation.

   Subjugué par les reflets de l'orgue du 17ème siècle je ne prête pas attention à la beauté du plafond.

Quelle erreur !

 

Mais vraiment partout !

    Les multiples caissons peints (de la fin du 17ème siècle) donnent une chaleur et une vie à cette église. Je m'allongerai presque sur le carrelage pour détailler chaque graphique.

  Après avoir dévoré cette église, je me mets en quête des fortifications médiévales du bourg.

 

 

Histoire de l'église :

* En 1044, début de la construction de l'église.
* En 1176, l'église est consacrée et les habitants de Aubenton peuvent assister aux messes.
* Au 13ème siècle, un magnifique portail est sculpté montrant la victoire de l'agneau de Dieu sur ses ennemis.
* Au 14ème siècle, une puissante tour de défense est construite avec salles de repli.
* En 1685, la nef a été couverte par un plafond en bois peint.
* En 1791, l'orgue de l'abbaye de Bucilly est acheté par Aubenton et placé dans l'église.
* En 1893, certains murs sont reconstruits et consolidés.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre-Dame) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Quel magnifique donjon servant de clocher !

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 06:30
 

Pays :

 ITALIE  
 

Région :

 LIGURE  
 
Province :
 Alessandria  

 

  Il est la haut, mon Graal !

 Le bourg :

      Situation :   (le voir sur une carte 

         La ville de Gavi se situe à 100km au Sud-Est de Turin, à 80km au Sud-Ouest de Milan, à 80km au Nord de Gêne et à 25km au Sud-Est de Alexandrie.

   Coordonnées du château :

44° 41' 29" N 8° 48' 19" E
 44.6916  8.805349

 

Le château :

     L'extérieur  :

La recherche

     En arrivant dans la ville de Gavi, je ne trouve pas de suite le château fort. Mon instinct de Chevalier-Castellologue me quémande de regarder sur les hauteurs.

   Je pressens de suite que la construction fortifiée en haut de la colline sera peu médiévale. Ses longues courtine, ses enchevêtrements de remparts ressemblent beaucoup à une construction de type Vauban.


Magnifique échauguette en poivrièreLa découverte 

   Pour découvrir cette forteresse, il faut monter par un petit sentier herbeux et rafraîchissant où, au détour d'un virage, je perçois des murs anciens que je ne peux dater avec précision.

   Rapidement, je comprend que le château fort a laissé la place à une forteresse du 17ème siècle. Mais comme ce site possède quelques pierres médiévales, et a été construit il y a plus d'un siècle, je me dois de le décrire.

   D'ailleurs, ce mur posé sur un rocher, n'est ce pas une "idée médiévale" ?

   

Rapide analyse 

     Ce type de mur, long, pentu, "sec" n'est pas médiéval. Pourtant, je me demande si ces trous (pour attacher les rênes des chevaux ?) n'ont pas 1000 ans, et si ce vestige d'échauguette sur console n'est pas son contemporain.

 

Il est temps de rêver

   Rapidement, je dois me rendre à l'évidence, de la construction médiévale, il ne reste que peu. ce n'est pas cette échauguette en briques avec ces fentes pour tir au fusil qui va me contredire. Puis celle-ci, avec son petit toit en tuiles rondes est amusante mais n'est point millénaire.

   Alors, je me console en admirant la richesse d'une position stratégique : Le panorama.

   Je ne regarde pas les fentes de tir non médiévale (à gauche) et je me concentre sur la beauté des collines et vallons que les soldats du Moyen âge ont certainement appréciés.

 

 

Histoire du château :

* Avant le 1er siècle, il semble qu'une fortification existe sur la colline.
* A l'époque Romaine, un castrum est construit.
* Au Moyen Âge, le site comporte de hautes courtines reliant deux tours de forme trapézoïdale.
* En 1625, l’armée Royale Française attaque la forteresse qui est mal préparée à résister au canons
* Au milieu du 17ème siècle, Vincenzo da Fiorenzuola en  collaboration avec l'architecte Bartolomeo Bianco modernisent les défenses pour résister aux nouvelles armes à feu. Le site devient une forteresse.
* A la fin du 18ème siècle, l'armée Bonapartiste occupe le site.
* Durant la 2ème moitié du 19ème siècle, le fort est démilitarisé puis transformé en centre pénitencier.
* Durant la guerre de 1914-1918, le fort est une prison.
* Durant la guerre de 1939-1945, le site est un camp de prisonniers.
* A la fin du  21ème siècle, l'ancien fort est confié à la Surintendance des Biens Architecturaux et du Paysage du Piémont. Des travaux de consolidation sont réalisés. puis le site est aménagé pour accueillir le public.
* Au 21ème siècle, la découverte de la citadelle est libre et gratuite depuis le sentier. La visite de l'intérieur est payante. Renseignez vous sur les dates d'ouverture.

 

La richesse d'un site médiéval est le panorama

 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Italie médiévale
commenter cet article
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :Mes yeux se troublent devant cette ancienne maison forte

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Saint Justin est situé à 11km au Sud-'Est de Roquefort et à 4km au Nord-Ouest de Labastide d'Armagnac, proche de la D933.

   Coordonnées du bourg :

43° 58′ 51.96″ N 0° 13′ 48″ W
 43.9811°  -0.23°

 

La maison forte :

    L'extérieur  :

La découverte

    Dans une bastide du 13ème siècle, je ne m'attends pas à voir une puissante maison forte avec des tours flanques gigantesques et un donjon touchant le ciel. C'est pourquoi, mes yeux clignotent de bonheur devant ce bâtiment

Le voyez vous ?

   Je sens votre étonnement derrière l'écran. Regardez mieux ici.......

 

Rapide analyse

    Sur cette façade, il y a des volets bleus hélas fermés. Impossible de savoir si cette fenêtre est romane, gothique ou moderne.

   L'autre façade latérale comporte une ouverture rectangulaire obstruée dont il est impossible de connaître la fonction.

 Est ce vraiment une maison forte ?

 

Les défenses

  C'est la façade principale qui comporte les indices les plus significatifs sur les défenses.

 ** Il y a d'abord la porte médiévale située à quelques mètres du sol.

 ** Puis les 2 corbeaux ayant dû supporter une bretèche (voir vocabulaire) aujourd'hui obstruée.

 ** Puis, une fente de tir (certainement créée après le rebouchage de la bretèche).

 

Nota : La porte du bas n'est pas une ouverture médiévale.

 

    L'intérieur  :

  Hélas, la maison forte est fermée et personne "aurait la clé".

 


 Histoire de la maison forte :

* Au 13ème siècle (?), construction de la maison forte.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de cette maison est libre et gratuite depuis la place du village. La construction est une propriété privée non visitable.

 

Remerciement   Par ce modeste article, je voudrais remercier quelques habitants du bourg pour leur gentillesse à  m'expliquer leurs "vieilles pierres" et tout particulièrement la "princesse" de l'office de tourisme pour :  
   

* Sa patience à répondre à mes nombreuses questions,

* Sa compétence dans l'histoire et l'architecture des bâtiments,

* Sa disponibilité,

* Sa documentation.

 

Un corbeau

 
  Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 06:30

 

Département  21 - CÔTE d'OR

 

Le bourg :

Un château entouré d'eau. Est il médiéval ?    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Commarin est situé à 35 km à l'Ouest de Dijon, à 25km au Nord-Ouest de Beaune et à 5km à l'Est de Pouilly en Auxois.

  Coordonnées du château :

47° 15' 21.013" N 4° 38' 58.283" E
 47.255837°  4.649523°

 

Le château :

     L'extérieur :

La raison de cette découverte

    Mon dictionnaire des châteaux forts m'informe qu'il y a une construction d'origine médiévale dans le bourg de Commarin. Ayant décidé de m'approvisionner en bonnes bouteilles de Bourgogne (vin que j'apprécie) je profite de joindre l'utile à l'agréable.

 

Où est le château fort ?

Comment trouver une construction fortifiée ?

  Souvent il suffit de regarder sur une carte. Soit le bâtiment est en ruine et sa représentation correspond à "Trois petits points". Mais pour Commarin, c'est l'indication "Chat" au milieu d'une tache bleu représentant de l'eau.

Wahouu, je vais voir une château fort entouré de douves !

 

La découverte

   En arrivant dans le bourg, je rencontre un rempart à la hauteur faible pour une défense sérieuse et à l'épaisseur non impressionnante. Il possède une tour un peu décevante. Bien que sa construction ne semble pas récente, elle ne dispose pas de système de défense.

 

Est ce le seul vestige médiéval ?

L'enquête commence

    En longeant le rempart, j'arrive proche d'une autre ronde tour qui ne parait pas plus massive que la première. Point d'archère, mâchicoulis crénelage (voir vocabulaire) pouvant justifier de sa fonction défensive et de son origine médiévale. Pourtant, quelques détails curieux et fascinants m'interpellent.

 

Sont ce les défenses ?

  Il y a des pierres sculptées comportant un orifice central.

Était ce une ouverture de tir ?

  Une autre plaque lisse semble me donner raison (bien que mon doute soit important). Je dois entrer pour mieux comprendre l'architecture de ce château presque intemporel.

 

    L'intérieur :

Hélas, nous sommes en avril

       La grille est fermée car je ne suis pas venu durant la période estivale. Je vais me contenter de voler quelques images de loin. Mais avant, je quémande une vue satellite pour comprendre ce château mystérieux entouré de douves.

 

De puissantes tours

Quelle curieuse construction.

  Elle mêle douceur des rondes tours et classicisme des formes anguleuses. Les fenêtres sont nombreuses et aucun système défensif semble exister.

  Il me semble que de l'époque médiévale, il ne reste qu'une puissante tour ronde à droite et son pendant à gauche. Le château semble avoir évolué par palier et a utilisé pour chaque bâtiment le style architecturale de l'époque.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle , une famille nommée Commarin apparaît dans les textes. La date de construction du château est inconnue.
* En 1346, le dernier Commarin décède sans héritier. Le maison forte et les terres appartiennent à Jean de Cortiambles.
* A la fin du 14ème siècle, Jacques de Cortiambles est chambellan du Duc (voir titre de noblesse) de Bourgogne : Philippe le Hardi.
* Au début du 15ème siècle, Jacques transforme la modeste maison forte en une imposante forteresse.
* Au 15ème siècle, en se mariant, Agnès (fille de Jacques de Cortiambles) apporte en dot le château et les terres à la famille Dinteville.
* En 1478, Jacques Dinteville le petit fils de Agnès épouse Alix de Pontailler.
* En 1500, Bénigne Dinteville épouse Girard de Vienne et apporte le château (qui ressemble toujours à une forteresse) en dot.
* Durant le 16ème siècle, peu de transformation sont réalisées dans ce château-forteresse comportant double fossé, 7 tours de défense, basse-cour etc...
* Vers 1620, Charles Ier de Vienne fait détruire l'aile Nord et fait aménager l'aile Est. La lumière entre enfin dans les bâtiments.
* En 1699, la tour flanque au Sud-Est s'écroule.
* En 1702, un architecte est nommé par Charles II de Vienne(marié à Alix de Chastellux) pour remplacer la tour effondrée par de confortable bâtiments. Une partie des fossés sont comblés.
* En 1725, Marie Judith de Vienne épouse Joseph-François de Damas et apporte château et etrres en dot.
* Jusqu'en 1780, le château est toujours habité et modifié pour plus de confort.
* Le château échappe aux destructions des révolutionnaires.
* Au 19ème siècle, Charles de Vogüé, mari de Zéphérine de Damas, devient possesseur du château. Depuis cette date, le château ne change plus de famille.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur est payante durant la période estivale.

 

La bâtisse médiéval a laissé la place à un beau château de confort

 

     

Vers Menu châteaux de Côte d'Or

Repost 0