Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 06:30

 

Département 71 - SAÔNE et LOIRE

 

Le bourg :

Un château dans la plaine, comme ceci est curieux    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La petite ville de Bourgvilain est située à 80km au Nord-Nord-Ouest de Lyon, à 60km au Nord-Est de Roanne, à 15km au Nord-Ouest de Macon et à 6km au Sud de Cluny.

    Coordonnées du château :

46° 21′ 47″ N 4° 38′ 21″ E
 46.363056°  4.639167°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

     Dans cette région de verts pâturages entrecoupés de petits bois et de collines de faible hauteur, je suis surpris de voir une construction fortifiée posée dans la plaine. Avec sa couleur pierre et son toit rouge, elle se remarque de loin. Pourtant elle ne possède pas de hautes tours, ni d'un donjon et point des murailles impressionnantes.

Est ce une fortifications médiévale ?

 

Point de défense visible pour ce petit château

L'enquête commence

   En approchant, je vois un rempart borgne protégé aux extrémités par 2 tours rondes. Avec les siècles et la paix qui règne dans notre beau Royaume, courtines et tours ont été percées de porte basse.

  Ce rempart précède la basse cour.

 

L'habitat

     Coté opposé à la basse-cour, je vois de massifs bâtiments correspondant à la partie habitable du château. Elle se compose d'une tour carrée (ancien donjon ?) et dans l'angle opposé une tour ronde de défense.

  De nombreuses fenêtres et sculptures confirment ma supposition d'un habitat seigneurial. Mais :

Où sont les systèmes défensifs ?

 

Sont ce les défenses ?

     Malgré mon oeil d'aigle et mon envie à voir les détails de ce château, je ne vois aucun système classique de défense, point de crénelage, ni mâchicoulis (voir vocabulaire ). Mais en insistant un peu, je crois voir, sur une tour dont les pierres sont très pauvrement taillées, les vestiges d'une petite archère droite (mais j'ai un doute).

  Puis, bien cachée dans un angle, une ouverture pour arme à feu, avec un ébrasement extérieur important, me nargue de loin. Heureux de cette découverte, je m'avance vers l'entrée composée de 2 portes. Je ne vois aucune trace de fente pour les flèche d'un pont levis.

  Conclusion : Ce château a traversé les siècles en étant toujours habité. Lentement, il a perdu ses défenses et son agréssivité médiévale.

 

    L'intérieur :

      Je m'approche lentement de la porte charretière, mais je suis stoppé. La propriété est privée et non visitable.

 

 

Histoire du château :

  • * A la fin du 10ème siècle, un texte de l'abbaye de Cluny cite le nom de Corcelle.
  • * Au 14ème siècle, construction du château par la famille Verrey.
  • * En 1520, le fief appartient à Philibert de Busseul, seigneur de Saint Sernin.
  • * En 1642, le château est vendu à Laurent de Laube.
  • * En 1780, par mariage, le château appartient à Louis de Leusse.
  • * En 1794, Louis de Leusse est guillotiné à Lyon par les Révolutionnaires.
  • * Vers 1795, Jeanne Antoinette de Laube vend le château aux Frères Martinot.
  • * En 1976, le site est inscrit aux Monuments Historiques.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du petit château est libre et gratuite depuis la route. La visite  est interdite car la propriété privée est habitée.

 

Le paysage calme de notre 21ème siècle

     

Vers Menu châteaux de Saône et Loire

Repost 0
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 06:30

 

Département :   14 - CALVADOS


Voyez vous le manoir fortifié dans son écrin de verdure ?

Le bourg :

   Situation  (--> le voir sur une carte)

   Le bourg de Vaux sur Aure est situé à 9km au Sud-Ouest de Arromanches les Baims, à 6km au Nord-Nord-Ouest de Bayeux.

  Le manoir est situé à 3km au Nord-Ouest de Vaux sur Aure. 

   Coordonnées du manoir :

49° 19′ 17.6″ N 0° 43′ 12.6″ W
 49.3215689°  -0.720184°

 

Le manoir :

      L'extérieur

La découverte

    Cheminant tranquillement sur une petite route sans circulation, mon destrier s'arrête soudainement pour me montrer une construction fortifiée dans un écran de verdure.

Est ce le manoir d'Argouges ?

 

L'église

   Sur la droite, le bâtiment en ruine m'interpelle. Sa forme allongée, sa face arrière avec des fenêtres obstruées me font penser à une église. Le fière vestige du clocher-mur confirme mon hypothèse.

  Ce manoir devait appartenir à une prestigieuse famille pour posséder une "chapelle-église" privée.

 

Les défenses

   Sur la gauche, un visiteur pressé croit voir une grosse ferme, mais un Chevalier Dauphinois avec son oeil d'aigle de castellologue-amateur voit deux incroyables merveilles :

* Une imposante tour d'angle. Crénelage, mâchicoulis (voir vocabulaire) et fente de tir sont introuvables.

* Une tour quadrangulaire avec magnifique archère en bêche.

Une tour d'angle défensive ou un pigeonnier ? 

Le plan

  Grâce à un plan apposé sur un panneau à l'entrée du site, je comprends mieux l'aménagement :

   1 - Cour seigneuriale,

   2 - Douves,

   3 - Basse-cour,

   4 - Église.

 

La visite commence

    L'allée en direction du manoir est pleine de promesses et de rêves. Durant ma lente approche je revois sur la gauche la tour ronde. En la regardant avec plus d'attention, je pense que cette construction est un pigeonnier.

   Mais c'est surtout le portail qui attire mon attention. Avec son vantail à droite, sa porte piétonne à gauche et son curieux crénelage, elle me fait croire qu'elle est la survivante d'une entrée médiévale.

 

Plusieurs siècles se côtoient

Que de contrastes dans cette architecture !

  L'art Roman joue avec le Gothique et la Renaissance. L'ensemble montre une rusticité harmonieuse où s'entremêlent des sculptures et des portraits.

 

Les surprises s'enchaînent

    Arrivée dans la basse-cour, un curieux bâtiment m'interpelle. Il ressemble à un entrepôt, à moins que cela soit d'anciennes écuries. Mais une fente de tir contrarie mon raisonnement.

  Durant mon errance, je vois les douves et les magnifiques murs et tours fortifiés

 

      L'intérieur

   La visite étant payante, je ne vous dévoilerai pas les merveilles. Sachez que c'est le propriétaire qui réalise les visites. Ses yeux brillent quand il décrit ses vieilles pierres. Il vous emporte dans un voyage de plusieurs siècles.

  Avec ses explications, il est aisé de comprendre cette vue en perspective.

 

 
Histoire du manoir :

* Au 14ème siècle, construction d'un site fortifié.
* Au 15ème siècle, des bâtiments de confort et des communs sont réalisés.
* Vers 1510,  corps de logis, écuries, portail et tours sont modifiés et aménagés.
* En 1530, plusieurs travaux d'embellissement sont entrepris dont le grand escalier.
* En 1634, la famille d'Argouges vend le manoir. Ce site est transformé en ferme.
* Au 19ème siècle, Arcisse de Caumont est impressionné par ce manoir. Il décide d'en faire le sujet de plusieurs tableaux et de lithographies.
* En 1946, le manoir est classé aux Monuments Historiques.
* En 1980, Bertrand et Laure Levasseur achètent les ruines du manoir et le restaurent.
* Au 21ème siècle, la découverte du manoir depuis la route est libre et gratuite. La visite payante de la cour et des bâtiments est possible certains jours durant la belle saison. Renseignez vous.

 

Croquis du manoir au 19ème siècle

 

 
Vers menu châteaux forts du 14 Vers Menu châteaux du Calvados
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 06:30

 

Département 02 - AISNE  (Thiérache)Voilà une église qui montre fièrement ses fortifications !

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Malzy est situé à 40 km au Nord de Laon, à 15km au Nord-Ouest de Vervins et à 8km à l'Est de Guise.

    Coordonnées du bourg :

49° 54′ 30″ N 3° 43′ 41″ E
 49.908333° 3.728056°

 

    Origine du nom :  (petite initiation à la toponymie)

       Le nom Malzy proviendrait de Malziacus, nom de la famille Romaine ayant fondé la cité il y a 2000 ans.

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

    En arpentant la rue principale du village, il est aisé de trouver l'église. Sa forme longiligne de couleur rouge (la brique est le matériaux assez classique dans le Thiérache) se détache dans le ciel bleu de Picardie.

   Il est évident que la fonction défensive était assurée par le clocher-donjon, mais avant de le détailler, je pars à la recherche d'autres indices.

Le clocher-donjon est le seul système fortifié de cette église 

La nef est elle fortifiée ?

    En contournant le site religieux, je constate que la nef sans transept est assez classique et ne comporte pas (ou plus ?) de salle de repli sous le toit. Aucune archère, bretèche (voir vocabulaire) ou fente de tir est visible au dessus des fenêtres.

  Le système défensif est donc concentré sur le haut clocher-donjon.

 

Le clocher-donjon

   Comme il est fier ce donjon. Je ne suis pas certain qu'il accepte que je le prénomme "clocher" tant il ressemble à une tour maîtresse de château fort.

Je suis étonné par son asymétrie.

   D'un coté il y a une sorte d'échauguette posée sur un contrefort. Ce doit être une tour-escalier  accédant aux 2 niveaux de salle de repli. elle comporte quelques rares fentes.

   De l'autre, une puissante tour ronde avec de nombreuse fentes de tir parfois encadrées par des pierres pauvrement taillées.

  Même si la tour assure la défense de la nef, je suis surpris par le nombre important d'angles morts. Mais il est vrai qu'une église fortifiée n'est point château fort et que l'attaquant d'un tel édifice n'a pas la puissance et le nombre d'une armée de conquête.

  Parfois, je suis trop puriste.

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle (?), probable construction d'une église.
* Durant les terribles guerres du 17ème siècle, l'église est reconstruite avec des fortifications.
* Vers 1663, le choeur est aménagé.
* En 1680, modification de la nef.
* En 1686, aménagement du clocher (à vérifier).
* En 1927, le clocher-donjon est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église, consacrée à Sainte Aldegonde, est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Ce rouge sur fond bleu est un cadeau de Dame nature mélangé au travail des hommes

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 06:30

 

Département :   40 - LANDES

Le bourg :

Quelle incroyable église presque intemporelle  Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le petit bourg de Bostens est situé à 6km au Sud-Ouest de Roquefort et à 14km au Nord-Est de la ville de Mont de Marsan (voir ses fortifications).

  Bostens est incroyablement niché au centre d'un triangle formé par les routes D934, D933 et D932.

     Coordonnées :

43° 58′ 19″ N 0° 21′ 35″ W
 43.971944°  -0.359722°

 

L'église :

    L'extérieur  :

La découverte

     Impossible de ne pas voir cette église. Elle survole les maisons et les arbres et son architecture tranche face aux petites maisons récentes.

  Je m'approche lentement et je tente de la comprendre.

 

L'enquête commence

    En la contournant, je crois comprendre que l'église se compose de 3 bâtiments :

 1 - Celui de gauche est récent et à pour fonction : L'accueil des pèlerins se rendant à Compostelle.

 2 - Celui du centre est la haute tour.

 3 - Celui de droite semble s'accrocher à la tour mais n'est pas de la même période de construction.

  Tour de défense de l'église de Bostens - Landes

 L'abside

    L'abside est réalisée en moellon calcaire de dimensions différentes. Une fenêtre plein cintre comporte un ébrasement (voir vocabulaire) important. Je crois voir une épaisseur de mur de un mètre. Sous le toit, je ne vois aucune archère ni ouverture pour une salle de repli. il n'y a que de jolis modillons sculptés.

 

La tour

  Dans sa partie basse, cette haute construction ne ressemble pas à une tour défensive. Elle comporte des baies géminées (2 sur le plus grande dimension et une dans l'autre, donc 6 baies). Chaque baie est divisée par 2 colonnes ornées de chapiteaux.

   La tour a été surélevée (la différence de construction est visible) pour implanter un étage crénelé de défense. Bien qu'arasé, il est évident que les merlons ne comportait pas de fente de tir.

  Cette tour est plus dissuasive qu'efficace.

 

    L'intérieur  :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 
Histoire de l'église :

* A  la fin du 10ème siècle , Guillaume Sanche, Duc (voir titre de noblesse) de Gascogne fait don de l'église au monastère Bénédictin de Saint Sever. L'église est modeste en dimensions et en décors.
* Au 12ème siècle, les moines font construire une tour.
* Au 15ème siècle, la tour est surélevée et ses défenses renforcées par un chemin de ronde.
* Au 16ème siècle, durant les guerres de religions, l'église subit des détériorations.
* Au 16ème siècle, un porche est ajouté.
* Vers 1792, les moines du monastère sont dépossédés de leurs droits sur l'église de Bostens
* En 1916, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* En 1961, des travaux de consolidation de la tour sont réalisés.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Sainte Marie de Bostens) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Cette église est sur l'une des routes de Compostelle

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 06:30

 

 

La découverte de l'extérieur du château est ici - clic.

 

 

Un donjon qui sort de terre tel un volcanDépartement :  27 - EURE

 

 

Le château (suite)

     Le donjon :

La découverte

    La tour circulaire d'environ 18m de hauteur et de plus de 11m de diamètre est  posée sur une motte de terre de 50m de diamètre à la base et de 20m au sommet.

   Puisque la tour est posée sur une motte, les architectes ont donc aménagé le rempart pour qu'il aille "chercher" cette construction perchée. Ce décrochement est assez rare sur un château de plaine.

    En observant mieux la tour, je constate qu'elle est enchemisée. C'est à dire qu'un rempart (une chemise) entoure et protège le donjon.

     Ce style d'architecture n'est pas rare, mais je ne l'avais vu qu'en Alsace et en Aude sur des tours de châteaux forts haut-perchés, jamais à ce jour sur un donjon extérieur (ou inclus dans le rempart défensif).

Quelle incroyable construction !

 

 

La chemise

    Ce rempart circulaire de 1,5m d'épaisseur entourant le donjon est fascinant. Il comporte de multiples ouvertures ainsi que des pierres de dimensions et de taille diverses.

  Les ouvertures sont les vestiges des arquebusières, petites canonnières et fentes de tir pour arme à feu construites au 16ème siècle.

Avez vous remarqué la similitude de construction entre le donjon et sa chemise ?

  Ils sont construits en petits moellons irréguliers et pauvrement taillées coincés entre des chaînage de grosse pierre bien appareillées.

 

 

Les parois du donjon

* Derrière la chemise, le donjon apparaît fier, haut, presque intact.

* Je distingue la porte, classiquement située à plusieurs mètres du sol.

* L'épaisseur du mur trahit bien son origine médiévale.

* Sur les murs de ce haut donjon habitable, un détail me surprend :

Je ne vois pas de construction en encorbellement. 

   Cela signifie qu'il n'y a pas de latrines, ni de bretèche (voir vocabulaire).

N'est ce point bizarre ?

 

Un donjon sur motte

 

     L'intérieur du donjon :

Comment voir les entrailles ?

     Barbelés, fossé, piquante végétation sont les barrières modernes m'empêchant d'entrer dans la ruine. Je contourne le donjon sur motte espérant voir une faille pour m'y engouffrer.

Quel bonheur !

   La moitié du donjon s'est écroulé et me permet de comprendre son aménagement interne.

 

 

Simplicité et beauté

     Même si les siècles ont détérioré le donjon, même si les hommes ont récupéré les plus belles pierres, l'intérieur montre de jolis et instructifs détails.

1 - La salle au 1er étage devait être la pièce de vie. Les fantômes de cul de lampe, les arcatures, les ouvertures de lumière avec ses formes trilobées sont des signes de confort. L'ensemble est vraiment harmonieux.

2 - La pièce du dessus était sous plancher.

3 - A l'étage, je crois percevoir la plate-forme de surveillance avec le crénelage.

4 - Pour desservir les étages, dans la maçonnerie il y a un incroyable escalier en colimaçon.

 

 

Le plan

    Après avoir regardé chaque pierre, chaque tour, chaque dénivellation, je comprends enfin ma fascination pour la ruine de Château sur Epte : Ce sont ses rondeurs !

   Pour me comprendre veuillez regarder ce plan où le cercle est roi.

 

Incroyable n'est ce pas ?

 

 

Histoire du château :

* Vers 1087, Guillaume Le Roux fait construire une fortification sur la motte. Certains historiens supposent que ce fut un château en bois.
* Au début du 12ème siècle, un château en pierre existe.
* En 1119, les armées du Roi de France (voir liste) Louis VI le Gros assiègent le château sans succès. La construction fortifiée est défendue par Gauthier Riblard.
* En 1145, le château appartient à Louis VII.
* Vers 1147, Geoffrey Plantagenet devient propriétaire du château.
* En 1153, le site est possession de l'Abbaye de Saint Denis.
* En 1160, Henri II Plantagenêt, Duc de Normandie (voir liste), est le nouveau propriétaire.
* En 1170, Henri II Plantagenêt fait moderniser les défenses du château.
* En 1184, des travaux de consolidation sont menés. Il semble que les défenses des portes soient améliorées.
* En 1190, le Roi de France Philippe Auguste récupère le château.
* Vers 1196,  l'Abbaye de Saint Denis donne le château à Thibaud de Garlande.
* En cette fin du 12ème siècle, le château revient à la famille Beaumont puis Maury et enfin La Porte.
* Au 14ème siècle, une chapelle existe dans l'enceinte du château (sa date de construction est inconnue).
* Vers 1412, la forteresse se transforme en château-résidence.
* En 1437, durant la Guerre de 100 ans, le château est pris d'assaut par les troupes Anglaises de Talbot. Il est alors possession Anglaise.
* En 1456, les troupes Anglaises quittent le château.
* Au 16ème siècle, des petites bouches à feu et arquebusières sont aménagées sur la chemise du donjon.
* Au 17ème siècle (1647 ?), le Cardinal Mazarin ordonne la destruction du château. 
* Au 19ème siècle (?), une ferme est aménagée dans les remparts de cet ancêtre.
* A la fin du 20ème siècle, la ferme est abandonnée et le château a comme avenir : Être une belle ruine.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite. La visite des entrailles est interdite.

 

 

Donjon sur motte et tour-porte. Quelle originalité

 

  

 

 

 Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 06:30

 

Département :   50 - MANCHE


Gravure imaginaire du château

Le bourg :

   Situation  (--> le voir sur une carte)

    Le bourg de Gavray est situé à 80km au Sud-Ouest de Caen, à 30km au Sud-Ouest de Saint Lô et à 15km au Nord-Ouest de Villedieu les Poêles. 

   Coordonnées du château :

48° 54′ 21.1″ N 1° 20′ 56.7″ W
 48.905863
 -1.349092

 

Le château :

      L'extérieur

La découverte

    Armé d'une gravure récupérée dans une revue il y a de nombreuses années, je me rends promptement à Gavray pour visiter, non pas une petite construction seigneuriale, mais un château Ducal (voir titre de noblesse).

  Évidemment, un château fort est souvent en haut d'une colline, c'est donc à pieds par un agréable sentier que je monte découvrir mon Graal.

Va-t-il être aussi fascinant que je l'imagine ?

Un plan classique pour un château fort du Moyen Âge 

Première sensation 

     En arrivant , un plan me donne l'ampleur du château et l'aménagement des bâtiments. Je ne vais donc pas me perdre dans les méandres de la visite.

  Le rempart extérieur n'a plus sa prestance médiévale, il est dépourvu de mâchicoulis, hourdage et bretèche (voir vocabulaire). Qu'importe, j'arrive devant la porte qui n'est point fermée

 

 Le logis 

    Pour comprendre le logis seigneurial, il faut absolument s'imprégner du plan. Sachant que ce château n'abritait que des soldats, il semble logique que l'habitat ne soit pas aussi fastueux qu'à Versailles.

Êtes vous prêt à admirer le logis ?

1 - Ici, il y a..heu....les 2 salles en sous-sol accessible par un escalier. Au dessus, les castellologues supposent la présence d'une salle d'apparat.

2 - La salle en plein pied avec un mur central qui pourrait être antérieur. Au fond, bien sur, vous avez reconnu la tour escalier.

3 - Et maintenant, tous ensemble vous pouvez clamer : "Chevalier, ceci est évidemment la courette avec une tour carrée qui a pu être des latrines ! "

      Je suis fier de vous, les plans n'ont plus de secret pour votre perspicacité !

  Coupe transversale d'une tour ronde

La citerne

   Quelques mètres à l'Ouest, il y a un trou magnifique dans le sol. J'ose écrire "magnifique" car cette cavité est une citerne ayant peut être 900 ans. Elle devait être intégrée dans une haute tour ronde (voir ci-contre).

 

Le silo

   Durant les périodes d'attaques et évidemment de siège, il fallait de la nourriture pour les soldats et les paysans réfugiés. Les vivres étaient conservées dans des silos enterrés dont il reste les vestiges ici.

 

Le(s) donjon(s)

  Il n'existe pas de château fort sans un donjon. Cette tour maîtresse (comme elle est souvent nommée dans les textes d'époque) permet le refuge ultime ou la défense du point faible du château.

Celui du château Ducal de Gavray va t il faire partie de ma liste des "Donjons Romans Remarquables" ?

  Avant de vous montrer la puissance du donjon , je vous propose de lire le plan. En réalité il n'y a pas 1 mais 2 donjons pour ce château Ducal.

Incroyable n'est il pas ?

1 - Le donjon parallélépipédique (Anglais) du 15ème siècle mesure 15m de coté et possède des murs de 4m d'épaisseur à la base. Sur la droite, il y a le mur d'enceinte que j'ai vu au début de la visite. Au fond, il y a les traces de l'autre construction.

2 -Seuls les archéologues et les castellologues professionnels peuvent imaginer l'importance de cette trace. Avec un diamètre extérieur de 15m et un mur de base de 4m, cette tour ronde du 12ème siècle  pouvait s'apparenter à un donjon. 

 

La vue

  De ce point stratégique je domine les vallées de la Sienne et de la Bérence. Ce château a contrôlé le passage des marchands et soldats entre Caen et le Mont Saint Michel.

   Aujourd'hui ce site militaire est un but de promenade très agréable et silencieuse.

 

 
Histoire du bourg et du château :

* Vers 1042, le Comte (voir titre de noblesse) de Normandie Guillaume II (voir liste des comtes/ducs de Normandie) ordonne la construction d'un point fortifié pour surveiller la route.
* En 1091, un texte officialise la présence d'un château fort demandé par Charles II, fils de Guillaume le Conquérant.
* En 1123, Henri Ier Beauclerc, Roi d'Angleterre et Duc de Normandie, améliore les fortifications du château.
* En 1166, quelques modifications sont apportées au château.
* En 1203, pour faire face aux troupes du Roi de France, le château est renforcé (barbacane, crénelage etc...).
* En 1204, le Roi de France Philippe Auguste (voir liste)) s'empare de la Normandie. Gavray devient un château Royal (à vérifier).
* A partir de 1328, la guerre fait rage autour de Gavray qui devient un enjeu important. Soldats de Navarre, d'Angleterre, de France se battent.
* En 1378, le connétable Bertrand Du Guesclin accompagné des armées du Duc de Bourgogne s'emparent du château détenu par les Navarrais.
* En 1417, les armées Anglaises s'emparent de la Normandie. Gavray n'est plus Français.
* En 1444, le château reçoit un nouveau donjon.
* En 1449, le château est à nouveau Français.
* Au 17ème siècle, la forteresse n'est plus frontière. Devenu inutile le site fortifié est vendu à un marchand de biens puis démantelé pour récupérer les pierres.
* En 1980, une association de sauvegarde oeuvre pour débarrasser le site de ses épineux et sa dense végétation. Des fouilles commencent.
* Vers 1990, les fouilles archéologiques s'arrêtent et permettent la pose de panneaux historiographiques pour faire comprendre la magnificence de ce site Ducal.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite.Une ruine étant fragile, il est important de ne pas monter sur les vieux murs.

Sur la colline je vois l'infini !


Vers menu châteaux forts de la Manche Vers Menu châteaux de la Manche
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 06:30

 

 

Département 49 - MAINE et LOIRE

 

 

 

Le bourg :

Y a t il des pendus dans ce vieux moulin ?    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Champtoceaux est situé sur la rive gauche de la Loire, à 25km au Nord-Est de Nantes, 8km au Sud-Ouest d'Ancenis, en face de la ville d'Oudon.

 

   Coordonnées du moulin :

47° 20' 22.46" N1° 16' 25.58" W
 47.339572° -1.273771°

 

 

 

Le moulin :

     L'extérieur :

Préambule

   Durant des années, je vous ai décrit des châteaux forts, des maisons fortes, des églises fortifiées et quelques ponts fortifiés, mais c'est la première fois que j'aborde le sujet du Moulin Fortifié.

   Vous allez découvrir une construction assez rare, de plus presque intacte. Fermez les yeux et suivez moi ! 

 

 

Quel énigmatique nom !

      En longeant la rive gauche de la Loire, proche d'une construction en pierre, mes yeux éberlués tombent sur un curieux panneau : Moulin Pendu.

Est ce que le meunier s'est pendu ?

 

 

Pourquoi ce nom : "Moulin Pendu" ?

* Point de meunier, ni de brigand, de voleur ou autre personnage ayant été pendu en ce lieu.

* Ce nom est donné à certains moulins à eau ayant un mécanisme spécial.

* Durant l'année, la Loire  a un débit très variable. La hauteur d'eau varie fortement. Il n'est donc pas aisé d'avoir une roue à aubes pour entraîner la meule.

* Pour résoudre le problème du niveau, deux solutions existent :

1 - Une écluse en amont régulant le débit d'eau,

2 - Un mécanisme réglable en hauteur, donc une roue à aubes pendue.

* Contrairement au moulin à eau classique, cette construction permettait de moudre presque toute l'année.

 

Une construction énigmatique 

La découverte

    Lentement, j'avance vers la construction composée de 2 arches. Avec les années et la sécheresse de notre millénaire, les mottes de terres ont remplacé l'eau. Je peux ainsi m'approcher sans couler.

 

 

Analyse rapide du moulin fortifié

  Le moulin se décompose en 2 parties :

    * En bas, 2 arches symétriques ayant perdu les roues à aubes.

    * En haut, les vestiges d'un bâtiment. C'est en ce lieu que sacs de blé puis farine étaient entreposés.

  Je suis surpris par la différence de qualité de construction entre :

     * Les arches et partie basse avec des pierres correctement taillées et jointives.

     * Le bâtiment supérieur composé de petites pierres très espacées à la taille approximative.

 

 

Le système défensif

     Même si les murs du bâtiment supérieur sont très arasés, il est possible de voir de nombreuses fentes verticales. Elles ressemblent à des archères droites primitives.

      Évidemment, ce moulin n'est point un château fort et je ne pense pas qu'il y ait eu bretèche, crénelage ou mâchicoulis (voir vocabulaire ).

 

Le vieux moulin tente de survivre au temps !  

L'autre face

* En contournant la construction, c'est avec étonnement que je vois un mur puissant avec des parements d'angle de grande qualité.

* Ce moulin a donc été un bâtiment seigneurial important pour avoir une architecture si soignée.

 

 

      L'intérieur :

Sous les arches

   Avec beaucoup de précaution je m'avance vers une arche. Je m'imagine être une goutte d'eau avant d'être malaxée par la roue à aubes.

  Le rainurage pour le mécanisme de levage de la roue est encore visible. C'est avec surprise que mes yeux dégustent quelques pierres sculptées.

Quel incroyable moulin !

 

 

Le bâtiment de stockage

   Il n'y a point d'escalier pour entrer dans l'ancien bâtiment supérieur. Je me console en admirant le fleuve sauvage faisant le bonheur des pêcheurs, des oiseaux et des touristes sur les petits bateaux de promenade.

    En remontant vers le parking où mon destrier m'attend, je remarque un plan.... un dessin incroyable... un croquis me donnant une nouvelle destination : La cité fortifiée de Champtoceaux.

 

Venez avec moi vers une nouvelle aventure.

 

 

Histoire du moulin :

* Au 7ème siècle, un péage est installé. Un petit port est créé.

* En 768, le Roi (voir titre de noblesse) de France, Pépin le Bref (voir liste) et sa femme débarquent au port.

* A partir du 10ème siècle, l'activité maritime et commerciale devient importante.

* Au 13ème siècle, construction d'un moulin.

* Au 14ème siècle, amélioration du bâtiment.

* En 1420, après le siège, la citadelle de Champtoceaux est partiellement détruite. Le moulin n'est plus utilisé. Il semble qu'il fut remplacé par des bateaux-moulins.

* Au 17ème siècle, le péage sur la Loire est abandonné.

* A la fin du 18ème siècle, le moulin est en ruine et sert de carrière de pierres.

* Au 19ème siècle, les bateaux à vapeur s'arrêtent au port, proche du vieux moulin.

* En 1975 le moulin est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 1998, des analyses dendrochronologiques sont effectuées. Elles permettent  de dater les bois de construction des années 1384-1385.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du moulin est libre et gratuite depuis route et sentier. Attention à ne pas glisser sur les rochers humides. 

 

Proche d'un bâtiment médiéval, le panorama est toujours magnifique !

 

   Vers Menu châteaux du Maine et Loire
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Anjou : 49 53 72
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 06:30

 

 

Département :    06 - Alpes Maritimes
Les villages suspendus ont un charme unique
 

Le bourg :
    Situation :   (--> le voir sur une carte)
     La petitz commune d'Aspremont est située à 10km au Nord de Nice et à 2km à l'Ouest de Tourette Levens.

 

  Coordonnées :

43° 47′ 3″ N 7° 14′ 42″ E
 43.784167°  7.245°

 

 

Le château

       L'extérieur :

Préambule

* Certains d'entre vous vont certainement penser :

"Mais Chevalier, le château d'Aspremont est dans les Hautes Alpes (département 05) bien au Nord de Nice".

* Je leur répondrai :

"Raison vous avez. Mais notre beau Royaume peut s'enorgueillir de posséder 2 bourgs éponymes. Ma prose de ce jour est pour le bourg le plus au Sud, dans l'ancien Comté de Nice".Les maisons ont remplacé les arbres

 

La découverte

* Loin des bruits et du strass de la Côte d'Azur, l'arrière pays Niçois est un bijou pour le touriste aimant le calme, les promenades et la découverte de petits villages.

* Un castellologue amateur comme votre Chevalier-Dauphinois sait que sur les collines, de nombreux châteaux de surveillance furent construits au Moyen Âge.

* Les villageois cherchant protection ont donc construit des habitations s'accrochant à la colline.

 

Les 1ères traces

    Dans les ruelles circulaires où l'ombre et la lumière s'amusent à faire des dessins sur le bitume,  je découvre un mur empierré dont la datation me semble difficile. J'espère que les consolidations modernes et l'envie de trop "faire beau" n'ont pas détérioré la pureté millénaire.

     Quelques mètres plus loin, la forme arrondie de cette construction me donne un peu d'espoir.

Vais je découvrir le château médiéval ?

 

       L'intérieur :  

Que de vestiges !

* Au sommet de la colline, je perçois enfin les vestiges du château fort.

* Je sens derrière votre écran une mou dubitative. Vous pensez :

"Chevalier, n'essaie point de nous abuser.

Ceci n'est qu'un simplet muret".

* Certes, l'image ne montre qu'un petit mur très consolidé et beaucoup trop cimenté mais en réalité ceci est le début d'une ancienne tour ronde.

* Quelques mètres plus loin, l'emplacement d'une autre ronde tour est visible.

 

L'emplacement du château

* Les tours étant le système défensif du château, elles délimitent donc la plate-forme.

* C'est donc avec plaisir que je vous montre l'emplacement de l'ancienne fortification médiévale.

* Je vous sens un peu moqueurs. Il est vrai que peu de détails des bâtiments et logis apparaissent.

Peut être faut il regarder ailleurs ?

* En faisant volte-face je découvre.... heu.... que... heu... le handball et tennis existaient au Moyen Âge.

* Évidemment, vous avez compris que la plate-forme castrale a été transformée à la deuxième moitié du 20ème siècle en terrain de jeu pour les écoliers du bourg.

* Mais ne doutez point, il y avait bien un château fort il y a quelques siècles. D'ailleurs, la vue aérienne le confirme.

* Je vais me consoler de cet échec partiel en admirant le panorama, qui est la richesse d'un site médiéval.


 
Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction d'un château fort et aménagement du premier village (sur une autre colline).
* Au 15ème siècle, le village se déplace sur l'actuelle colline. Construction d'un château fortifié.
* Au 18ème siècle, il semble que le château et les fortifications du bourg soient rasés.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Même si la construction semble minimale, elle offre une vue justifiant la visite.

 

Voila un site qui permettait la surveillance des vallées

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 06 Vers Menu châteaux des Alpes Maritimes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Nice : 06
commenter cet article
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 06:30

 

Département 02 - AISNE  (Thiérache)

 

Le bourg :

Cette église parait très classique    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Fontaines lès Vervins est situé à 40 km au Nord-Est de Laon et à 2km au Nord de Vervins.

Coordonnées du bourg :

49° 51′ 11.17″ N 3° 53′ 47.34″ E
 49.853101°  3.896483°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     En arrivant dans le petit bourg, il n'est pas difficile de trouver l'église tant elle est majestueuse. Contrairement à ses consoeurs du circuit des églises fortifiées de la Thiérache, celle-ci n'est point en brique rouge.

Ces blanches pierres comportent elles un système défensif ?

 

L'enquête commence

    Rapidement, je comprends que la nef ne dispose pas (ou plus) d'une salle de repli à l'étage. Et les contreforts en briques (posés certainement après le 15ème siècle) ne constituent pas un système défensif.

   Le clocher carré est curieusement borgne et dépourvu des classiques mâchicoulis ou des habituelles bretèches.

N'a t il jamais eu de défense ?

 

Sont ce les défenses ?

   En prenant un peu de recul, je vois une petite tourelle posée sur un haut contrefort droit. Cette curiosité architecturale attire mon attention.

   Une vision de loin est la solution pour comprendre l'utilité de cette échauguette (voir vocabulaire).

  Un puissant clocher-donjon mais peu fortifié

Il y en a une autre

   La construction ronde en encorbellement n'est point seule. Deux magnifiques échauguettes encadrent le clocher-donjon. Avec des fentes de tir (pour petites armes à feu), leur fonction défensive est incontestable.

   Mais je suis surpris  par l'asymétrie de positionnement et de forme des ouvertures de défense.

 

Les défenses des échauguettes

  Ces constructions en briques ayant été aménagées au 16ème ou 17ème siècle, il est logique de voir une canonnière puis une arquebusière.Ces ouvertures permettent de tirer sur des attaquant se situant loin de l'église, mais :

Comment est assurée la défense de près ?

 

Défense de la porte

  Le clocher donjon ne comporte ni bretèche ni de construction en encorbellement pour défendre la porte. les architectes de cette église ont certainement pensé à un système plus efficace.

Mais lequel ?

   En regardant à la base des échauguettes, je vois une fente verticale pour fusil. Bien qu'au 21ème siècle, ces fentes soient transformées en nid pour petits oiseaux, je suis certain que 4 siècles plus tôt, elles ont été très utiles et efficaces durant les guerres de religion (par exemple).

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle , construction d'une église.
* En 1633, l'église est réparée (ou consolidée ?).
* En 1927, le clocher est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Une double échauguette défensive

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 06:30

 

Département :   01  - Ain

 

Un château brique dans la verdure Le bourg :

    Situation   (--> le voir sur une carte)

       Le petit bourg de Bouligneux est situé à 33km au Nord-Est de Lyon, à 18km à l'Est-Nord-Est de Villefranche sur Saône et à 5km au Nord-Ouest de Villars les Dombes

     Coordonnées du château :

46° 1′ 27.22″ N 4° 59′ 28.49″ E
 46.024226°  4.991248°

 

Le château:
    L'extérieur :
La découverte
    Après avoir passé une semaine dans le Jura, je redescends lentement vers mon Dauphiné en souhaitant espionner les fortifications de mes anciens ennemis : Les Savoyards.

   Ne soyez pas surpris, une partie de l'actuel département de l'Ain appartenait aux Comtes de Savoie (voir liste). Tout en me cachant le long des haies, j'observe le château de Bouligneux proche d'un étang des Dombes.

Diantre !... Quelle curieuse architecture !

J'espère que point de soldat me surveille !


Première analyse

   Avec les années, la sécheresse et le manque d'entretien des étangs, l'eau n'effleure plus le rempart extérieur, mais il semble évident qu'au Moyen Âge, ce site fortifié était entouré d'eau, créant ainsi une 1ère défense.

 

Les systèmes défensifs

   Entourant le château, un rempart, partiellement arasé montre encore quelques fentes défensives  (archères droites ?) et systèmes de tir pour arme à feu.

 

Quelle asymétrie !

    Même si un château fort n'est pas souvent symétrique (à cause du terrain ou de l'amélioration, des armes d'attaque durant les siècles), les architectes s'arrangent toujours pour avoir un système défensif homogène. Hors, ce château ne montre pas une défense "logique".

   Regardez cette façade :

* Sur la droite, il y a une puissante tour ronde précédée par un rempart qui épouse sa forme.

* Alors qu'à gauche, la tour est anguleuse avec des angles morts.

  Cette asymétrie est visible sur toutes les faces.

Curieux n'est ce pas !

 

Un plan presque classique, pourtant....

Un plan peu classique

   Avec les années et les améliorations de confort, ce château fort montre une architecture et un plan curieusement asymétrique bien que conventionnel :

1 - Tour ronde (Donjon médiéval),

2 - Entrée,

3 - Échauguette d'angle,

4 - Rempart Ouest arasé au 20ème siècle,

5 - Tour défensive,

6 - Tour défensive,

7 - Tour défensive,

8 - Enceinte aménagée au 16ème siècle,

9 - Puits,

10 - Galerie à arcades,

11 - Logis.

 

       L'intérieur :

   Le château est une propriété privée non visitable

 

 

 Histoire du château : 

* Au 14ème siècle, Gérard de la Palud fait construire un château fort de forme parallélépipédique entouré d'eau.
* Au 16ème siècle, ajout d'un bâtiment accolé à la courtine.
* Au 17ème siècle, ajout d'un autre bâtiment (avec arcades) accolé à la courtine.
* Vers 1790, les tours du château (symbole de la noblesse) sont partiellement arasées.
* Au début du 19ème siècle, confisqué comme bien national, le château est transformé en ferme.
* En 1905, le rempart Ouest est abattu.
* En 1926, le château est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. Le château n'est pas visitable.

 

Une architecture presque irréelle

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 01 Vers Menu châteaux de l'Ain
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article