Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 06:30

 

 

Département :    06 - Alpes Maritimes
Les villages suspendus ont un charme unique
 

Le bourg :
    Situation :   (--> le voir sur une carte)
     La petitz commune d'Aspremont est située à 10km au Nord de Nice et à 2km à l'Ouest de Tourette Levens.

 

  Coordonnées :

43° 47′ 3″ N 7° 14′ 42″ E
 43.784167°  7.245°

 

 

Le château

       L'extérieur :

Préambule

* Certains d'entre vous vont certainement penser :

"Mais Chevalier, le château d'Aspremont est dans les Hautes Alpes (département 05) bien au Nord de Nice".

* Je leur répondrai :

"Raison vous avez. Mais notre beau Royaume peut s'enorgueillir de posséder 2 bourgs éponymes. Ma prose de ce jour est pour le bourg le plus au Sud, dans l'ancien Comté de Nice".Les maisons ont remplacé les arbres

 

La découverte

* Loin des bruits et du strass de la Côte d'Azur, l'arrière pays Niçois est un bijou pour le touriste aimant le calme, les promenades et la découverte de petits villages.

* Un castellologue amateur comme votre Chevalier-Dauphinois sait que sur les collines, de nombreux châteaux de surveillance furent construits au Moyen Âge.

* Les villageois cherchant protection ont donc construit des habitations s'accrochant à la colline.

 

Les 1ères traces

    Dans les ruelles circulaires où l'ombre et la lumière s'amusent à faire des dessins sur le bitume,  je découvre un mur empierré dont la datation me semble difficile. J'espère que les consolidations modernes et l'envie de trop "faire beau" n'ont pas détérioré la pureté millénaire.

     Quelques mètres plus loin, la forme arrondie de cette construction me donne un peu d'espoir.

Vais je découvrir le château médiéval ?

 

       L'intérieur :  

Que de vestiges !

* Au sommet de la colline, je perçois enfin les vestiges du château fort.

* Je sens derrière votre écran une mou dubitative. Vous pensez :

"Chevalier, n'essaie point de nous abuser.

Ceci n'est qu'un simplet muret".

* Certes, l'image ne montre qu'un petit mur très consolidé et beaucoup trop cimenté mais en réalité ceci est le début d'une ancienne tour ronde.

* Quelques mètres plus loin, l'emplacement d'une autre ronde tour est visible.

 

L'emplacement du château

* Les tours étant le système défensif du château, elles délimitent donc la plate-forme.

* C'est donc avec plaisir que je vous montre l'emplacement de l'ancienne fortification médiévale.

* Je vous sens un peu moqueurs. Il est vrai que peu de détails des bâtiments et logis apparaissent.

Peut être faut il regarder ailleurs ?

* En faisant volte-face je découvre.... heu.... que... heu... le handball et tennis existaient au Moyen Âge.

* Évidemment, vous avez compris que la plate-forme castrale a été transformée à la deuxième moitié du 20ème siècle en terrain de jeu pour les écoliers du bourg.

* Mais ne doutez point, il y avait bien un château fort il y a quelques siècles. D'ailleurs, la vue aérienne le confirme.

* Je vais me consoler de cet échec partiel en admirant le panorama, qui est la richesse d'un site médiéval.


 
Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction d'un château fort et aménagement du premier village (sur une autre colline).
* Au 15ème siècle, le village se déplace sur l'actuelle colline. Construction d'un château fortifié.
* Au 18ème siècle, il semble que le château et les fortifications du bourg soient rasés.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Même si la construction semble minimale, elle offre une vue justifiant la visite.

 

Voila un site qui permettait la surveillance des vallées

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 06 Vers Menu châteaux des Alpes Maritimes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Nice : 06
commenter cet article
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 06:30

 

Département 02 - AISNE  (Thiérache)

 

Le bourg :

Cette église parait très classique    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Fontaines lès Vervins est situé à 40 km au Nord-Est de Laon et à 2km au Nord de Vervins.

Coordonnées du bourg :

49° 51′ 11.17″ N 3° 53′ 47.34″ E
 49.853101°  3.896483°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     En arrivant dans le petit bourg, il n'est pas difficile de trouver l'église tant elle est majestueuse. Contrairement à ses consoeurs du circuit des églises fortifiées de la Thiérache, celle-ci n'est point en brique rouge.

Ces blanches pierres comportent elles un système défensif ?

 

L'enquête commence

    Rapidement, je comprends que la nef ne dispose pas (ou plus) d'une salle de repli à l'étage. Et les contreforts en briques (posés certainement après le 15ème siècle) ne constituent pas un système défensif.

   Le clocher carré est curieusement borgne et dépourvu des classiques mâchicoulis ou des habituelles bretèches.

N'a t il jamais eu de défense ?

 

Sont ce les défenses ?

   En prenant un peu de recul, je vois une petite tourelle posée sur un haut contrefort droit. Cette curiosité architecturale attire mon attention.

   Une vision de loin est la solution pour comprendre l'utilité de cette échauguette (voir vocabulaire).

  Un puissant clocher-donjon mais peu fortifié

Il y en a une autre

   La construction ronde en encorbellement n'est point seule. Deux magnifiques échauguettes encadrent le clocher-donjon. Avec des fentes de tir (pour petites armes à feu), leur fonction défensive est incontestable.

   Mais je suis surpris  par l'asymétrie de positionnement et de forme des ouvertures de défense.

 

Les défenses des échauguettes

  Ces constructions en briques ayant été aménagées au 16ème ou 17ème siècle, il est logique de voir une canonnière puis une arquebusière.Ces ouvertures permettent de tirer sur des attaquant se situant loin de l'église, mais :

Comment est assurée la défense de près ?

 

Défense de la porte

  Le clocher donjon ne comporte ni bretèche ni de construction en encorbellement pour défendre la porte. les architectes de cette église ont certainement pensé à un système plus efficace.

Mais lequel ?

   En regardant à la base des échauguettes, je vois une fente verticale pour fusil. Bien qu'au 21ème siècle, ces fentes soient transformées en nid pour petits oiseaux, je suis certain que 4 siècles plus tôt, elles ont été très utiles et efficaces durant les guerres de religion (par exemple).

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle , construction d'une église.
* En 1633, l'église est réparée (ou consolidée ?).
* En 1927, le clocher est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Une double échauguette défensive

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 06:30

 

Département :   01  - Ain

 

Un château brique dans la verdure Le bourg :

    Situation   (--> le voir sur une carte)

       Le petit bourg de Bouligneux est situé à 33km au Nord-Est de Lyon, à 18km à l'Est-Nord-Est de Villefranche sur Saône et à 5km au Nord-Ouest de Villars les Dombes

     Coordonnées du château :

46° 1′ 27.22″ N 4° 59′ 28.49″ E
 46.024226°  4.991248°

 

Le château:
    L'extérieur :
La découverte
    Après avoir passé une semaine dans le Jura, je redescends lentement vers mon Dauphiné en souhaitant espionner les fortifications de mes anciens ennemis : Les Savoyards.

   Ne soyez pas surpris, une partie de l'actuel département de l'Ain appartenait aux Comtes de Savoie (voir liste). Tout en me cachant le long des haies, j'observe le château de Bouligneux proche d'un étang des Dombes.

Diantre !... Quelle curieuse architecture !

J'espère que point de soldat me surveille !


Première analyse

   Avec les années, la sécheresse et le manque d'entretien des étangs, l'eau n'effleure plus le rempart extérieur, mais il semble évident qu'au Moyen Âge, ce site fortifié était entouré d'eau, créant ainsi une 1ère défense.

 

Les systèmes défensifs

   Entourant le château, un rempart, partiellement arasé montre encore quelques fentes défensives  (archères droites ?) et systèmes de tir pour arme à feu.

 

Quelle asymétrie !

    Même si un château fort n'est pas souvent symétrique (à cause du terrain ou de l'amélioration, des armes d'attaque durant les siècles), les architectes s'arrangent toujours pour avoir un système défensif homogène. Hors, ce château ne montre pas une défense "logique".

   Regardez cette façade :

* Sur la droite, il y a une puissante tour ronde précédée par un rempart qui épouse sa forme.

* Alors qu'à gauche, la tour est anguleuse avec des angles morts.

  Cette asymétrie est visible sur toutes les faces.

Curieux n'est ce pas !

 

Un plan presque classique, pourtant....

Un plan peu classique

   Avec les années et les améliorations de confort, ce château fort montre une architecture et un plan curieusement asymétrique bien que conventionnel :

1 - Tour ronde (Donjon médiéval),

2 - Entrée,

3 - Échauguette d'angle,

4 - Rempart Ouest arasé au 20ème siècle,

5 - Tour défensive,

6 - Tour défensive,

7 - Tour défensive,

8 - Enceinte aménagée au 16ème siècle,

9 - Puits,

10 - Galerie à arcades,

11 - Logis.

 

       L'intérieur :

   Le château est une propriété privée non visitable

 

 

 Histoire du château : 

* Au 14ème siècle, Gérard de la Palud fait construire un château fort de forme parallélépipédique entouré d'eau.
* Au 16ème siècle, ajout d'un bâtiment accolé à la courtine.
* Au 17ème siècle, ajout d'un autre bâtiment (avec arcades) accolé à la courtine.
* Vers 1790, les tours du château (symbole de la noblesse) sont partiellement arasées.
* Au début du 19ème siècle, confisqué comme bien national, le château est transformé en ferme.
* En 1905, le rempart Ouest est abattu.
* En 1926, le château est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. Le château n'est pas visitable.

 

Une architecture presque irréelle

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 01 Vers Menu châteaux de l'Ain
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 06:30

 

Département :  27 - EURE

 

Le bourgRêvez vous déjà en voyant cette pancarte ?

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le village de Bus Saint Rémy est situé à 60km au Nord-Ouest de Paris, à 53km au Sud-Est de Rouen et à 12km au Nord-Est de Vernon.

   Le hameau de Baudemont est à 5km au Sud-Est de Bus Saint Rémy.

      Coordonnées du château :

49° 08′ 10.028″ N 1° 38′ 54.391″ E
49.136119 1.648442

 

Description du château 

     L'extérieur :

Mais où est il ?

    En arrivant dans le hameau, je ne vois pas de suite la masse du château fort. Au Moyen Âge, une construction fortifiée se devait d'être visible de loin.

   Mais à notre siècle, les beautés médiévales sont cachées derrière les arbres.

Les occupants ont ils honte de leur ruine millénaire ?

 

La découverte

    Avec mon instinct de chasseur de constructions fortifiées même cachées, j'arrive toujours à sentir puis débusquer mon Graal. Le printemps n'étant pas encore actif, les grands arbres presque sans feuille ne le cachent pas complètement. En découvrant ses toits, je pressens déjà que le château :

* A été remanié,

* Est habité

* Et ne sera pas visitable.

Les arbres sont ils la défense au 21ème siècle ? 

Le fossé

   En approchant du grillage, je vois les traces d'un ancien fossé partiellement comblé. Plus le mur du rempart devient "primitif" et plus le fossé se révèle. Imaginez le plus profond, cela rend le rempart plus impressionnant.

 

Le rempart

   Même si je ne peux pas m'approcher, il semble évidement  d'affirmer que ce rempart a été arasé et n'a pas sa majesté d'antan. La végétation l'attaque et le temps détruit son parement laissant voir son remblai.

  Avec mon oeil d'aigle, je capte chaque pierre, chaque joint, chaque aspérité. Ce château étant sur la frontière médiévale entre le Duché (voir titre de noblesse) de Normandie et le Royaume de France, il a certainement subi de nombreuses attaques. Puis au rattachement de la Normandie à la France, sa fonction défensive devint inutile.

   Mais une question se pose :

Où sont les systèmes défensifs ?

 

Les défenses

    Crénelage, mâchicoulis, archère et bretèche (voir vocabulaire) sont invisibles. Pourtant mon instinct m'affirme qu'elles sont là. Tel un Indiana Jones, je repars à la recherche des défenses perdues. Et c'est ainsi que je vois ceci.

Le distinguez vous aussi ?

   A travers les branches, sur une ronde tour, il y a... heu...un trou. Et ce trou semble être ...heu...

Qu'est ce ?

   L'ouverture est trop largue pour une archère, trop longue pour une canonnière. J'opte pour un puits de lumière.

Êtes vous en accord avec moi ?

  Pour vous faciliter la réflexion, je vous propose le plan (dont je n'ai pu identifié le créateur). Il est évident que ce château médiéval avait une architecture assez classique et efficace défensivement :

- Un large fossé entourant l'ensemble,

- Une entrée avec pont-levis amenant dans une basse-cour.

- Un fossé (franchissable par un pont-levis certainement) isolant le château.

- Puis un donjon défensif protégeant la partie la plus "accessible".

 

     L'intérieur :

         Remparts et tours ne sont pas visitable. Je me console en admirant le paysage en bordure de la rivière Epte.

 

 

Histoire du château :

* Au  11ème siècle, le château est cité dans un texte. Cette construction fortifiée devait faire partie du réseau de forteresses protégeant le territoire du Comte de Normandie (voir liste). 
* En 1437, les troupes Anglaises de Richard Merbury s'emparent du château puis le démantèlent.
* En 1842, Baudemont est annexé à la commune de Bus Saint Rémy.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du rempart est libre et gratuite. La propriété étant privée, la visite est impossible.

 

Nota :

   Pour les passionnés d'histoire de ce château, je vous invite à lire le site de la commune.

Je peux presque toucher l'infini !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27 Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 06:30
 

  

   Le château de Gratot dans le département actuel de la Manche, fut le témoin d'un merveilleux amour. Ce couple si parfait aurait du être éternel.

   Hélas, comme souvent dans la vraie vie, l'éternité a une fin. Ce terrible moment de rupture a engendré une légende nommée :

 


 

La  Fée  du  château  de  Gratot

 

  
 
" Il était une fois, dans l'ancien Comté de Normandie, proche de Coutances (plus précisément dans le département actuel de la Manche) un jeune seigneur de la Noble famille d'Argouges. Ce fort et brillant damoiseau adorait se promener à cheval durant des heures.
Je cherche LA femme idéale !
  Un beau jour, proche d'un petit lac, il entendit le chant mélodieux d'une douce voix. Lentement il s'avanca et aperçut une belle damoiselle nageant presque nue  dans l'eau claire.
Avec mes cheveux blonds, le Chevalier va craquer !
Ses gestes étant si doux, sa voix étant si charmante, sa beauté étant irréelle que notre seigneur en tomba de suite amoureux.

Mais comment lui dire ?
 
* Bon...jour.. heu... belle.. heu... damoiselle.
 - Ho, vous m'avez surprise.
* Je... heu... vous prie ... de...
- Ne vous excusez pas messire, mais je manque à tous mes devoir : Bonjour noble sire.
* Je vous.. heu...
- Hi hi hi hi, vous m'amusez messire avec vos balbutiements.
Vous savez, mes chers lectrices et lecteurs, que si l'on fait rire une femme, elle.... 
En un mot, il la séduisit.
 
* Belle damoiselle, voulez vous m'épouser ?
* Avant de vous dire OUI, je souhaite une faveur.
* Tout ce qu'il vous plaira ho, "ma mie".
* Je vous demande de ne jamais prononcer le mot : M.O.R.T.
* Pourquoi ?.
* Promettez moi et je suis à vous.
* Vos désirs sont des ordres !
  N'est elle point jolie ma bague !    L'habit ne fait pas le moine, mais le marié  
Durant 7 ans, chaque jour, ils vécurent le plus grand des bonheurs.

 

Un soir, une fête fut organisée au château.

 Miam Miam la poulette !

 

Notre Fée, étant aussi femme, traîna devant son miroir.
Le seigneur, excédé d'attendre sa belle épouse, s'impatientât de furie.
Et, au bout du couloir, il lui lança : 

  

* Dame vous êtes bien lente dans vos besognes !
* Seriez vous bonne à aller quérir la mort ?
Qu'avez vous dit mon cher mari ?
 
La fée poussa alors un cri déchirant, monta sur le rebord de la fenêtre et disparut en laissant sur le mur l'empreinte de son pied et de sa main.
Il m'a trouvé dans l'eau, j'y retourne
La fée disparut dans les douves et ne laissa que les ronds dans l'eau.....
 
 

  Si un soir, par grand vent, proche d'une des anciennes résidences des Seigneurs d'Argouges, pourquoi pas celle du château de Gratot, vous entendez une voix vous murmurer "Mort... Mort...". Ne soyez pas effrayés, c'est la fée qui hante encore ces lieux.

 

 

 

  Vers menu
Contes
 et
Légendes

<---  clic
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Contes et Légendes
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 06:30

 

 

 

 

 

 

* D'abord, je souhaite remercier ceux qui ont répondu ou voté à ce test.

 

* Ne vous inquiétez pas, il n'y en aura pas d'autre.

 

* C'est un petit plaisir que je me suis fait pour un jour bien spécial !

 

 

* Voici la réponse :

 

* Vous avez vu un crénelage borgne,

* Vous avez remarqué des archères droites (donc 11ème siècle ?),

* Mais leur longueur est importante (donc  12ème siècle ?),

* Mais elles ne sont point crucciforme ni à croix patté (donc, 13ème siècle impossible),

* Vous avez noté la présence d'une fenêtre à meneaux en croix (signifiant une modernisation).

 

** Mais

* Il fallait voir des pierres très (trop ?) jointives,

* Et des créneaux un peu trop parfaits,

* Des consoles "trop" réalisés d'un seul "tenant",

* Et entre les consoles, point d'ouvertures ressemblant à des machicoulis (voir vocabulaire).

 

 

* Voici le bâtiment

** Est ce une tour d'angle médiévale ?

** Ou un donjon solitaire ?

** Ou une reconstruction de Viollet le Duc ?

 

50-barneville-chateau-d-eau-01

 

 

Alors ?..... Quel est votre ressenti ?

 

 

 

 

 La réponse est dans ce lien !

 

Veuillez regarder la suite

en dessous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1-avril-81

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Château d'eau à Barneville dans la Manche

 

1-avril-02

 

 

La question est : Où se trouve ce château d'eau ?

 

 

Est ce dans ce village ?

 

Ville d'Avril !

 

 

Non, ce château d'eau n'est pas dans le bourg d'Avril, jumelé avec celui de Poisson. 

 

 

Cette construction est à la sortie de Barneville- Carteret dans le département de la Manche

 

 

 

1-avril-04

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans ** Hors Sujet **
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 03:30

 

inconnu-98

 

 

 Bien le bonjour merveilleuses princesses  

et fabuleux princes  

visiteurs de mon blog de ruines ruinées.

Je voulais un tête à tête, et non un tête à briques

 

 

 

* Cela fait de nombreuses années que je vous montre des ruines médiévales fortifiées.

 

* Dans chacun de mes articles, je tente de vous montrer les beautés des constructions d'avant la Renaissance.

 

* Parfois, je vous donne des astuces pour reconnaître le siècle de construction.

 

Franchissons le rempart pour découvrir la ruine du château fort !

 

 

* Je pense qu'il est temps pour moi de vous laisser la "parole".  

 

* Aujourd'hui, je me repose, je ne réfléchis pas, je vous observe.  

 

* C'est à vous de travailler, d'imaginer, d'argumenter, en regardant les images. 

 

Franchissons le rempart pour découvrir la ruine du château fort !

 

 

* Voici un petit test très simple.

 

* Chacune de ces 4 photos porte un indice.

 

* Je vous demande de retrouver : 

1 - Le type de bâtiment,

2 - Le siècle de construction,

3 - Et pourquoi pas, le département ou la région.

 

* Évidemment, pour corser le questionnaire....

* ..... J'ai un peu (un "gros peu" parfois) truqué les images.

 

Franchissons le rempart pour découvrir la ruine du château fort !

 

 

Voici la méthode en 3 actes :

 

Chercher dans vos livres

ou mes articles

Inscrire votre réponse

dans le lien commentaire

 

Argumenter votre réponse  

 

 

* C'est à  vous de travailler !

 

chateau-mystere-01

chateau-mystere-03

chateau-mystere-05

 

chateau-mystere-07

 

 

Franchissons le rempart pour découvrir la ruine du château fort !

 

 

* Ne soyez pas timide,  

* Répondez franchement,  

* Si vous vous trompez, ce n'est pas grave,  

* Cela signifie que je dois être plus pédagogue. 

 

J'attends avec impatience vos réponses !   

 

 

 

Je vous donnerai la réponse prochainement.

 

Franchissons le rempart pour découvrir la ruine du château fort !

 

* Si vous préférez l'anonymat,

* Ou si vous ne voulez pas argumenter,

* Voici un sondage à remplir.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans ** Hors Sujet **
commenter cet article
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 06:30

 

Département :   01  - Ain

 

Mais où est le château fort ? Le bourg :

    Situation   (--> le voir sur une carte)

     Le petit bourg de Neuville sur Ain est situé à 50km au Nord-Est de Lyon, à 40km au Sud-Est de Macon et à 18km au Sud-Sud-Est de Bourg en Bresse.

  Le hameau de Thol est à 2km au Sud de Neuville sur Ain.

     Coordonnées du château :

46° 3' 57.43 N 5° 22' 5.57 E
 46.065951°  5.368214°

 

Le château:
    L'extérieur :
Préambule
    L'année dernière, un de mes visiteurs me  sollicite pour me présenter une ruine de château fort dans le département de l'Ain. Tout en échangeant avec moi, je pressens qu'il souhaiterait qu'elle apparaisse dans mon blog. D'après quelques informations, il serait membre de l'association de sauvegarde du château.

    Profitant d'un week-end ensoleillé de fin septembre, je saute sur mon destrier en direction du Nord (par rapport à mon Dauphiné). Secrètement, j'espère que des bénévoles seront à l'oeuvre sur le chantier et me feront rêver au milieu des vieilles pierres.

Îl est plus facile de voir le château depuis le ciel

La difficile recherche
    Le château étant posé sur une colline au dessus de la rivière Ain, j'emprunte la route montant vers le hameau. A mon grand désespoir, je ne suis guidé par aucun panneau routier.

   La route laissant place à des chemins, je continue mon périple à pieds. Hélas, aucune marque sur les arbres, ni panneau indiquant une direction. 

     Dans cette forêt, les sentiers sont nombreux mais point balisés. Bien que je tende l'oreille, je n'entends que le mouvement des feuilles dans le vent léger. Hélas, aucun bruit de chantier, ni de taille de pierre.

Vais je revenir bredouille ?

   C'est un chasseur à la chevelure éparse qui me donne la direction : "Gauche, droite puis gauche". 


Il est là
   Soudain, le vent s'arrête et la forêt écarte ses feuillus pour laisser voir une beauté médiévale. Lentement je m'approche espérant toucher les murs de ce château aux formes très anguleuses. Hélas, la malédiction me poursuit :

   * Une haute clôture m'en interdit accès.

   * Un panneau m'informe des risques.

Vais je être arrêté par de si petits obstacles ?

 

La recherche d'une entrée

    Avec minutie, je contourne arbres et grillages pour tenter de trouver une brèche et m'y engouffrer. Soudain je suis en arrêt devant cette façade.

Voyez vous la cause de ma stupéfaction ?

  Ce n'est ni les 2 tours carrées avec la petite courtine, ni le système défensif minimal qui provoque ma surprise, mais la présence d'un squelette passé au grill. 

 Diantre, les habitants ne plaisantent pas avec les intrus. 

  Connaissant la différence entre courage et témérité, je prends une décision : "Je vais découvrir la ruine de loin".

Beauté primitive !

 

1ère analyse

   A travers les arbres, je vois une tour d'angle me donnant quelques informations architecturales :

* L'angle droit fut la devise de l'architecte.

* Les pierres sont asymétriques en dimensions, formes et taille.

* Le chaînage d'angle manque de qualité.

* Une construction en encorbellement rappelle la fonction défensive du rempart.

Pensez vous que ce soit une bretèche (voir vocabulaire) ou un vestige de latrines ?

 

2ème analyse

   Quelques mètres plus loin, à l'angle d'une courtine, je suis surpris de voir deux détails contredisant ma 1ère analyse :

* Le parement d'angle est puissant et presque parfait.

* Une large ouverture me fait penser à une canonnière.

Y a t il d'autres systèmes de tir ?

 

3ème analyse

   Constatant que cette ruine montre des particularités architecturales et défensives surprenantes, je porte mon attention sur une des deux tours carrées :

* Surpris je suis devant une archère-canonnière.

* Et encore plus surpris de voir 3 trous de boulin (voir vocabulaire) en dessous.

A quoi pouvaient servir ces orifices ?

 

Que de surprises !

   Ce château que je pensais très classique et même peu original m'étonne. Quelques mètres plus loin, une trouée à travers les arbres me révèle des vestiges magnifiques :

* Un vestige de construction en encorbellement.

* Une fenêtre à 2 ouvertures trilobées.

Êtes vous aussi surpris que moi ?

 

       L'intérieur :

   Les grillages étant nombreux et hauts, les panneaux très dissuasifs et la porte bien close, je ne peux point vous montrer les entrailles de ce château parallélépipèdique.

 

 

 Histoire du château :

* Vers le 11ème siècle, il est possible qu'un château soit construit sur la colline pour surveiller les déplacement au bord de la rivière Ain.
* En 1330, le Comte de Savoie (voir la liste) donne en fief le château de Thol à Barthélémy de la BALME.
* Au milieu du 14ème siècle, après la mort du dernier héritier mâle de la famille de La Balme, le château revient à Humbert de Luyrieux.
* En 1371, Humbert étant très endetté, cède le château à Pierre de Brenod.
* Quelques temps après, Humbert rachète son château.
* En cette fin de 14ème siècle, par mariage (avec Marguerite, fille de Humbert) le château devient propriété de Derriosus de Vaugrigneuse.
* Au 16ème siècle, par mariage avec une fille de la famille de Vaugrigneuse, Claude de Salins devient le nouveau propriétaire du fief. Il semble que le vieux château fort de Thol au confort minimal ne soit plus habité et devient ruine.
* En 1577, Aymé de Salins, fils de Claude de Salins, vend le fief de Thol à Claude II de Coucy.
* En 1615, par héritage, René de Vienne, Comte (voir titre de noblesse) de Châteauvieux, est le nouveau propriétaire.
* En 1662, le Comté (dont Thol est un des fiefs) est vendu à Barthélémy Gueston.
* En 1697, en épousant Anne Gueston, Paul Gayot devient le nouveau Comte.
* En 1789, la famille GAYOT est toujours propriétaire du château mais la révolution Française va changer la situation.
* En 1790, le Comté est possession de la famille Brac de la Perrière.
* En 1927, les vestiges sont classés aux Monuments Historiques.
* Au 20ème siècle, une association de sauvegarde du château est créée.
* Au début du 21ème siècle, les murs du château sont consolidés et un jardin médiéval est aménagé.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. Le château serait visitable certains jours. Veuillez vous renseigner auprès de l'association.

 

La force tranquille !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 01 Vers Menu châteaux de l'Ain
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 06:30

 

 

Département :  27 - EURE

 

 

Le bourgLa puissante forteresse surveille mon arrivée

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Château sur Epte est située à 70km au Nord-Ouest de Paris, à 50km au Sud-Est de Rouen et à 12km au Sud-Ouest de Gisors.

 

   Coordonnées du château :

49° 12′ 32.04″ N1° 40′ 9.12″ E
 49.2089°  1.6692°

 

 

Description du château 

     Préambule :

  J'ai visité des milliers de ruines en France et dans les pays frontaliers. Je pensais être accoutumé  aux découvertes ou plutôt avoir un 6ème sens me permettant de prévoir les sentiments que me donnerait le lieu à visiter.

    Pour une raison que je ne peux point comprendre, parfois un vestige de château fort me surprend, me fascine puis me laisse sans voix.

La ruine castrale de ce bourg Normand est ainsi : Étonnante et même presque irréelle.

 

 

     L'extérieur :

Pourquoi un château fort en ce lieu ?

     Durant des siècles, la rivière nommée Epte a été la frontière entre le Comté/Duché (voir titre de noblesse) de Normandie et le domaine Royal de France. Il n'est pas étonnant qu'en face du château Français de Saint Clair sur Epte, les Normands aient construit une fortification pour surveiller l'axe Paris-Rouen.

     Le château proche de la rivière Epte a donc créé un village nommé : Châteauneuf sur Epte (j'adore quand la toponymie est si simple).

 

 

La découverte

      Dans cette région de petites collines, il est aisé de voir au loin les ruines d'une construction médiévale. C'est donc sans difficulté que je découvre les remparts de ce château fort millénaire précédés d'un fossé.

     Hélas, le temps a fait son travail de destruction, il est très difficile de savoir s'il existait un crénelage, des merlons borgnes ou des mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

  Une architecture très circulaire

L'architecture du château

    Pour comprendre l'architecture de ce magnifique château, il faut regarder une vue satellite.

      D = Donjon circulaire,

      E = Entrée,

      P = Pigeonnier,

      R = Rempart précédé du fossé,

      T = Tour carrée.

  La caractéristique architecturale est sa forme circulaire. Cette "rondeur" est bien différente des classiques remparts quadrangulaires ou polygonaux de cette époque.

 

 

Comment entrer ?

     Même si le site est en ruine, le rempart ne possède pas un effondrement suffisant pour me permettre d'entrer. De plus, le fossé et la végétation dense et piquante m'empêchent d'approcher. Je dois donc contourner la courtine pour trouver une entrée.

 

Quelle puissante porte ! 

La tour-porte

     Bien que partiellement arasé, le châtelet d'entrée montre une puissance preste intacte. Il comporte toutes les caractéristiques d'une porte fortifiée médiévale :

* Un pont fixe enjambant le fossé,

* Un pont-levis dont je devine l'emplacement des flèches,

* Au dessus du pont-levis, un assommoir (qui peut être assimilé à des mâchicoulis),

* Puis une fente verticale pour "le penne" de la porte ainsi qu'un orifice carré pour la poutre bloquant le double vantail.

* Enfin, avec mon imagination, je crois distinguer les rails de la herse.

  Il est amusant de voir des pierres sculptées  et peut être même la représentation du seigneur égayant cette défensive tour-porte.

 

 

Que faire ?

     Hélas, la porte est fermée et point de "seigneur" dans cette cour abandonnée. Je m'apprête à quitter ce lieu quand soudain, je distingue au loin une magnifique tour flanque qui est dénommée "Donjon" dans mon fascicule.

 

 

Le donjon

    En avançant vers le donjon, j'ai l'impression que la construction est sortie de terre comme un volcan tant la tour semble intégrée à la motte.

Quelle sensation de légèreté !

  Mon bonheur est hélas stoppé par :

* Un barbelé délimitant la propriété privée.

* Un fossé profond.

  Je vais donc continuer mon observation de loin.

 

Pour découvrir cette merveille, je vous propose... de cliquer ici.

 

 

Même en ruine, ce château fort est impressionnant

  

 

 

 Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 07:30

 

La découverte de l'extérieur du château est ici

 

La découverte de la basse-cour est ici

 

La découverte de la haute-cour est là

 

Ce donjon de type roman est un chef d'oeuvre !

Le château (suite) :

      L'extérieur du donjon

Il me fascine !

   Survolant les arbres, visible de tout coté, ce donjon est presque "le centre du monde" (j'exagère à peine). Il est si haut, si fort, si droit, si carré qu'il écrase toutes les autres tours. Mon affirmation est visible sur la maquette.

   Cette imposante tour est la représentation parfaite du puissant donjon de l'époque Romane. Mais curieusement il a été construit au 14ème siècle, à l'époque où les tours maîtresses étaient rondes.

Incroyable n'est ce pas ?
 

Les dimensions

    Par ses dimensions, ce donjon est habitable. Il mesure 12,5m x 11,2m. Cette légère différence ne se voit pas tant il parait carré. Pourtant il ne semble pas symétrique.

Voyez vous les différences ?

Admirer ce donjon Anglais !

 

Un donjon asymétrique

   * Regardez bien cette vue montrant les façades Ouest et Sud.

   * Puis comparez la avec les façades Sud et Est.

Que remarquez vous ?

   Ce donjon n'est pas symétrique. Même si le nombre de contreforts est identique, leurs formes, positions, largeurs et profondeurs ne le sont pas.

Incroyable !

   Mon affirmation se vérifie sur ce plan. Les contreforts droits ont une largeur de 1 à 3 mètres et un saillant de 0,15m à 1,2m.

 

Encore une curiosité

     Pour mieux apprécier ce donjon et en comprendre l'architecture, je prends un peu de recul. L'asymétrie me parait encore plus évidente, mais c'est surtout la base qui me fascine. Il y a un léger fruit sur les contreforts.

Avez vous déjà vu cela sur d'autres châteaux ?

 

Défense ou confort ?

  Imaginant que les épais contreforts ne servent pas à la défense active, je tente de voir des archères ou arquebusières sur les hauts murs. Curieusement, je ne discerne que de fines fenêtres délimitant 3 niveaux habitables.

Avez vous remarqué les pierres ?

   Les murs sont en moellons de grès irrégulier alors que les contreforts sont en pierres de taille bien appareillées.

Quel contraste !

 

Que reste-t-il du système défensif ?

   Il faut lever les yeux très haut pour voir un hourdage soutenu par des poutres en bois. Évidemment, il n'est pas d'origine mais sa reconstruction récente montre le chemin de ronde, les fentes de tir ainsi que les pseudo-mâchicoulis (voir vocabulaire).

   Par la porte basse, je vais tenter d'entrer dans cet incroyable donjon.

  Intérieur du donjon - Image donnée par un de mes visiteurs

      L'intérieur du donjon :  

Les étages

     Le donjon comporte 2 étages sur un plancher de bois. Avec une dimension de plus de 7 mètres de coté, chaque salle est habitable et agréable.

    Les fenêtres à coussiège, bien que de largeur réduite, apportent assez de lumière pour faciliter la vie et l'activité, mais j'imagine bien la présence de plusieurs bougies et chandeliers pour le centre un peu sombre.

 

Le rez-de-chaussée

En entrant, quel choc !

    Avec son pilier central octogonal, j'ai cru voir Quéribus (je sais, j'exagère toujours). Les 4 nefs à berceaux brisés partant du centre montrent le soin apporté par les architectes pour faire tenir ce géant. Les murs de 2 mètres (et parfois plus) d'épaisseur renforcent cette sensation de solidité.

  Au fond, la petite cheminée ne devait pas subvenir au froid hivernal et aux automnes humides.

    Après tant d'émotions, la faim me tenaille. Je retourne dans le calme de l'accueillant gîte rural de ma semaine Normande.

 

 
Histoire du château :

  • * En 911, à Saint-Clair-sur-Epte, le roi de France (voir liste) cède la Normandie à Rollon.
  • * A la fin du 10ème siècle, Roger 1er  est fait Vicomte (voir titre de noblesse) du Cotentin.
  • * Au début du 11ème siècle, Nèel 1er, Vicomte du Cotentin, fait construire un château fortifié. 
  • * Durant le premier quart du 11ème siècle, Nèel II fait construire un donjon (qui n'est pas celui visible actuellement).
  • * En 1047, aidé par le Comte de Normandie Richard Ier (voir liste), Guillaume le Bâtard gagne la bataille du Val ès Dunes contre les Barons rebelles. Après les avoir exilés, pour les avilir un peu plus, le futur "Guillaume le Conquérant" fait abattre certains donjons dont celui de Saint Sauveur le Vicomte.
  • * Au 12ème siècle, Saint Sauveur appartient à la famille Taisson.
  • * Au 13ème siècle, terres et château appartiennent à la célèbre famille d'Harcourt (voir leur château).
  • * Vers 1346, Geoffroy d'Harcourt, Vicomte de Saint-Sauveur, participe à la guerre de Cent Ans en étant allié aux Anglais. Il fait construire de nombreuses défenses et bâtiments .
  • * En 1356, Geoffroy d'Harcourt meurt à Veys (lire ici sa curieuse vie). Le château de Saint Sauveur appartient au Roi d'Angleterre Édouard III. Celui-ci confit Saint Sauveur à John Chandos, un de ses meilleurs chef de guerre.
  • * Au milieu du 14ème siècle, John Chandos fait construire "l'actuel" donjon.
  • * En 1367, John meurt non sans avoir, durant 10 ans, utilisé le château comme base de départ  de chevauchées dévastatrices.
  • * Vers 1374, commence la reconquête du Cotentin par l'armée Royale Française.
  • * En 1375, l'amiral de France Jean de Vienne (voir sa biographie) fait le siège du château Anglais de Saint Sauveur le Vicomte. Subissant de nombreuses attaques aidées par 2 puissantes bombardes, les Anglais se rendent.
  • * Vers 1376, le Roi de France Charles V (voir liste) fait reconstruire une partie du château et le donne à son Chambellan : Bureau de la Rivière.
  • * Vers 1380, Charles VI donne le château à Charles d'Ivry.
  • * En 1418, le château est repris presque sans combattre par les troupes Anglaises du Duc de Gloussester.
  • * Vers 1417, l'Anglais Jean Robessart, Baron du Hainaud et chevalier de la Jarretière (voir cet ordre de chevalerie), prend possession du château.
  • * Vers 1448 (?), son fils Thierry Robessart est le nouveau seigneur Anglais de Saint Sauveur.
  • * En 1450,  accompagné d'une puissante armée du Roi de France, Jean d'Orléans aussi nommé Jean de Dunois (voir sa biographie) s'emparent du château qui redevient possession Française.
  • * Vers 1451, André de Villequier, Chambellan du Roi de France Charles VII, prend possession du château.
  • * Durant 3 siècles, chaque roi nomme un nouveau seigneur de Saint Sauveur, gardien du château. Mais sa rusticité médiévale et sa situation devenue peu stratégique, le château n'est que peu entretenu.
  • * Vers 1792, les révolutionnaires s'emparent du château.
  • * En 1840, les ruines du château sont classées aux Monuments historiques.
  • * En 1944, les bombardements endommagent les ruines.
  • * Au 21ème siècle, la découverte des remparts extérieurs est libre et gratuite. La visite du donjon et du musée est payante. Renseignez vous sur les horaires.

  Pour plus de précisions sur l'histoire et les livres de référence du château fort de Saint Sauveur le Vicomte, je vous invite à lire cet article sur un blog très documenté.

 

Vide de bâtiment mais pleine d'une grande histoire

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Vers menu châteaux forts de la Manche Vers Menu châteaux de la Manche
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article