Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 07:30
 

 

    Certaines provinces ou contrés ont subi des attaques nombreuses durant plusieurs siècles. Pareid eut la visite de routiers, de Henri de la Tour, de Mansfeld...
  Ne disposant pas d'un château, le seul recours fut l'église qui se fortifia.

Préparez vous à la découverte d'un bâtiment unique !
 



Département :    55  - MEUSE

L'église :  
       Situation :    (--> la voir sur une carte)
   La commune de Pareid est située à 25km à l'Est de Verdun et à 30km à l'Ouest de Metz (voir sa porte des Allemands).

 

    Coordonnées du bourg :

49° 7′ 7″ N 5° 42′ 56″ E
 49.118611°  5.715556°

 

 

L'église :

        L'extérieur :

L'approche

    Même si des arbres tentent de se hisser au dessus des toits des maisons, le clocher de l'église est si haut qu'il toise tous "prétentieux" essayant de se prendre pour des géants.
   Ce bâtiment religieux est censé posséder des traces de fortifications. Je vais vérifier cela promptement.


Analyse rapide

    De loin, bien que sa forme soit allégée par le clocher, l'église est massive. Il ne faudra pas rechercher du "Gothique Flamboyant" dans cette construction solide.
  Le bâtiment est entouré d'un petit mur, mais je doute de sa fonction défensive, il ne sert qu'à délimiter le périmètre du cimetière.

Le clocher - Je m'y précipite
   Comme vous le supposez, je me précipite de suite vers le clocher qui ressemble à une tour de défense :
     * Haut, il l'est.
     * Mur épais, il a.
     * Archères, canonnières, bretèche (voir vocabulaire) au dessus de la porte, je ne vois pas.

Aurais je été abusé par un article du journal local ?

 

Le clocher - Je le dévore

Que nenni !

    Il faut s'avancer et se décaller pour apprécier ce magnifique système de défense rapprochée.
   En dessous, la vision est plus démonstrative. L'église de Pareid comporte un hourdage au sommet du clocher. Le grillage du 20ème siècle sert à se défendre de nouveaux assaillants : Les pigeons  .

D'autres systèmes de défense ?

    Avez vous remarqué l'asymétrie de la façade et surtout cette curieuse forme ronde à droite ?
    La vue latérale me donne un indice. Cette ronde construction doit être une tour-escalier.

Mais que dessert elle ?


  Cela ne doit pas être que le clocher.

Avez vous une idée ?

 Voila une belle salle de repli avec système défensif

Il y en a partout 

*  Au dessus des fenêtres de l'église, 2 ouvertures carrées m'intriguent.

* Cela signifie qu'il existe une salle de repli, certainement desservie par la tour-escalier.

* Ce niveau a du être ajouté après la construction de l'église car la différence de matériaux est nette.

* En inspectant plus profondément le dessus de la nef, je constate la présence de nombreuses archères en étrier.

* Elles semblent elles aussi avoir été implantées (hâtivement ?) après la construction de la salle de repli.

* Je suis fasciné par cette "imitation de tour" presque octogonale.

* Par sa forme, elle corrige le défaut des constructions fortifiées carrées créant des angles morts.

 
Le petit mur

    C'est presque par hasard que je regarde le muret protecteur du cimetière, et...... il n'est pas fait de parpaings, de remblai ou de récupération de rocher  mais par de belles pierres de taille comme la base de l'église.

Etait ce le mur d'enceinte originel de l'église ?


        L'intérieur :

L'église paroissiale dédiée à Saint Rémi est fermée, je repars vers de nouvelles aventures.

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église (clocher et nef).

* Au 14ème siècle, le choeur est remanié.

* Au 15ème siècle, l'église est fortifiée.

* En 1420, Henri de la Tour ravage la région.

* A partir de 1431 et durant 9 ans, Pareid subit les attaques des Routiers puis des Allemands.

* Au 16ème siècle, les voûtes de la nef sont refaites et les fortifications améliorées.

* A partir de 1618, à cause de la "Guerre de 30 ans", la Lorraine subit des attaques incessantes

* En 1622, Mansfeld ravage la région.

* En 1661, le traité rétablissant Charles IV, Duc (voir titre de noblesse) de Lorraine, dans ses États redonne le calme à la région.

* En 1911, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Durant la 1ère guerre mondiale, des obus détruisent partiellement l'église.

* Vers 1930, l'église est restaurée. Hélas de nombreux murs sont consolidés avec du ciment, mutilant partiellement cette construction médiévale.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Rémi) est libre à l'extérieur. La découverte des fortifications intérieures est impossible.

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 07:30

 

Pays :

  BELGIQUE

Région :

  Namur

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le petit bourg de Spontin est situé à 20km au Sud-Est de Namur et à 10km au Nord-Est de Dinant.

  Coordonnées du château :

50° 19' 22.742" N 5° 0' 30.424" E
 50.322984 °  5.008451°

 

Le château :

    L'extérieur :

Je le cherche

   En traversant tranquillement le petit pont qui enjambe la rivière Bocq, mon instinct de chasseur de châteaux forts se réveille. Au bout de cette langue d'eau de vieilles pierres couvertes d'ardoises jouent à se cacher entre les arbres touffus.

 

L'approche 

  Pour découvrir ce château, je longue la rivière depuis le petit parc communal. La fraîcheur matinale et le vent léger me réveillent brusquement pour apercevoir la beauté de pierre.

 

Première analyse

    Cette tour ronde d'angle semble trop neuve pour être d'origine, et pourtant elle comporte des fentes de tir ressemblant à des archère droites. Ce mur fortifié n'est pas celui du château mais une partie du rempart extérieur.

   Un peu plus en aval, mon oeil d'aigle distingue entre les arbres la porte principale du château encadrée par 2 majestueuses tours rondes. Elle est précédée par le classique mais efficace pont-levis.

 

Curieux n'est il pas ?

   L'architecture de ces tours est curieuse. C'est un mariage de "brique et pierre" avec des mâchicoulis (voir vocabulaire) à mi-hauteur. Les courtines ont été percée de fenêtres à meneaux en croix. L'ensemble est trop "propre" pour avoir 500 ans. Est ce une reconstruction "récente" en imitant le style médiéval ?

   J'ai très envie de découvrir l'intérieur de cette construction.

 

Devant l'entrée du rempart
     Ce long mur, percé de fenêtres récentes et terminé par une tour d'angle ronde, est la façade d'entrée du site fortifié. Ce puissant rempart devait à l'origine entourer le château. Il possédait un chemin de ronde aujourd'hui coiffé d'une toiture.

     Cette architecture remaniée durant les siècles me fait penser à une ferme fortifiée. Au 21ème siècle, les défenses semblent minimales :

La tour d'angle fragile pour affronter les boulets,

* Des fentes de tir ou des archères réduites peu efficace après le 14ème siècle.

Avez vous remarqué que ce château ne comporte pas de bouche à feu ?

   C'est curieux pour une fortification ayant traversé plusieurs siècles. Cette fortification ressemble aux constructions du 18ème siècle.

 

Intrigant

    Avec un peu d'attention, de petits détails montrent ses "tendances" médiévales.

  Je suis "médusé" devant ce bâtiment ! ! ! !

  Je tente une incursion.Mais avant je m'assure que point de soldat hostile est dans la bretèche.

 

   L'intérieur :

      Hélas, la porte est fermée, les visites ne sont plus possible depuis quelques années. Par une fente je vole cette image de l'entrée castrale.

   Peut être qu'un jour ce château privé ouvrira à nouveau ses portes.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, une tour fortifiée semble être construite en ce lieu.
* Au 12ème siècle, Guillaume de Beaufort, écuyer du Roi Henri IV de Luxembourg, a l'autorisation de faire construire un château en récompense de son courage durant la bataille de Woeringen.
* Entre 1275 et 1277, un terrible conflit nommée "Guerre de la Vache" oppose Duc de Brabant, le Comte de Luxembourg, le Prince-Evêque de Liège, le Marquis de Namur  (voir titre de noblesse). Le château souffre de nombreuses attaques.
* Au 15ème siècle, le château est remanié par Guillaume IV de Spontin.
* En 1466, un conflit qui oppose Charle de Téméraire et les Dinantais se termine par la destruction partielle du château.
* A la fin du 15ème siècle, le château est reconstruit.
* En 1555, le château est incendié par le Duc de Never.
* Vers 1619, le Comte d'Oostfrize reconstruit le château en reprenant l'architecture médiévale militaire (ce style n'était plus à la mode au 17ème siècle).
* A la fin du 20ème siècle, le château privé est partiellement ouvert à la visite.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible depuis le parking et le jardin communal. Le château est une propriété privée et ne peut plus être visité.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 07:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le village d'Odena est situé à 55km au Nord-Ouest de Barcelone, à 2 km au Nord de Igualada et à 6km au Nord-Ouest du château de Claramunt.

   Coordonnées du château :

   
   

 

Le château :

    Dans un office de tourisme, une belle princesse me donne une documentation quadrilingue nommée : "Castells de Frontera - Anoia".

   Je la dévore (pas la brunette bien sur, mais la brochure) rapidement car cette publication de 3 pages et 4 langues est minimale, et.... je découvre qu'une ruine médiévale du 13ème siècle est à quelques minutes.

D'un bond, j'y suis ! 

 

   L'extérieur :

       Au loin, une petite colline supporte une ruine, mais est ce bien MA ruine ?

   Mon fidèle destrier m'amène aux pieds de la petite butte et en levant les yeux, je vois cette merveille. Posée sur le rocher, protégée par une courtine très reconstruite, la tour semble gigantesque.

   Je prends un peu de recul pour mieux l'observer. Curieusement, elle me semble moins grande, mais pour me séduire, elle arbore une forme octogonale.

   En réalité, la tour n'est plus que l'ombre d'elle même; Le temps et les hommes ont diminué son importance et sa hauteur. Mais sa forme, sa situation en font un souvenir des seigneurs d'antan.

    Vais je pouvoir entrer pour découvrir ses secrets ? 

 

    L'intérieur :

     Non, point visiter je peux. La porte est trop haute (ce qui est normal pour une tour médiévale) et aucun escalier (comme au château de Manresana).


  Histoire du château :

* Au 13ème siècle, une fortification est construite sur la colline.
* Au 20ème siècle, une campagne de consolidation est menée.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la tour est libre et gratuite (sauf en période de travaux). Le risque de recevoir une pierre existe dans les bâtiments jouxtant la tour. 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 07:30

Livre pour enfants

 

Cliquez sur l'image pour accéder aux sites de libraires du web que je vous ai sélectionnés !

 

Résumé :

 
    « Découvre l'apprentissage, les valeurs, l'équipement d'un chevalier. Suis-le en croisade et à la conquête d'un château fort. Apprends à reconnaître les différents ordres de chevalerie. Retrouve les chevaliers les plus célèbres et leurs exploits : le Cid, Gauvain, Du Guesclin et beaucoup d'autres......).. »
 
Mon avis :
 
Comment me connaître  ! 

 

     Je vous ai déjà montré, il y a quelques mois, un livre sur ce thème aux éditions Nathan. Celui-ci  (du même éditeur) est pour des enfants plus âgés (9-12 ans). Il est donc plus complet, moins animé et surtout plus détaillé.
    Les proses ne sont pas "alignées et margées" (comme dans un livre d'école) dynamisant l'envie de lecture. Des dessins clairs agrémentent les explications.

     Tous les moments de la vie, les épreuves, les obligations d'un chevalier sont décrits intelligemment et illustrés.

  Après sa lecture, vous connaîtrez tout de "moi", de "mon" adoubement, de "mes" entraînements, de "mes" joutes et de "mes" croisades.
      Et détail intéressant, un glossaire termine cet ouvrage.

  Avec mes yeux d'enfant, je me suis régalé, alors imaginez les réactions de vos merveilleux petits "monstres".

 
 
  
  Vers menu des livres pour enfants Vers menu bibliothèque pour enfants
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Bibliothèque médiévale pour enfants
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 07:30
 
Faut il écrire Ratier ou Rattier ?

  L'administration Française écrit le nom de ce village avec 1 seul T, alors qu'une commune proche se nomme : Oris-en-Rattier. Je vais donc respecter la "loi" mais j'ai ma "petite idée" sur le nombre de T.
 

 

Département :   38 - ISERE

 

Le château : 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Le village de Nantes en Ratier  se situe à 30km au Sud de Grenoble et à 4km au Nord-Est de La Mure.

  Le château est à 2,5km au Sud-Sud-Est de Nantes en Ratier et à  1,3km à l'Est-Sud-Est de Roison.

     Coordonnées du château :

44° 54' 53.323" N 5° 50' 13.438" E
 44.914812°  5.837066°

 

Le château : 

    L'extérieur

Préambule

   Par les chemins carrossables, il est possible de s'approcher au plus près du site fortifié, mais il serait dommage de ne pas profiter de la belle promenade sur le plateau Matheysin entouré de belles montagnes.

 

Comment trouver une ruine sur un plateau ?

    L'exercice n'est pas compliqué, il suffit de trouver une colline puis par magie l'ancien château vole au dessus des arbres.

  Je sens déjà sa poussière. Je sors de mon sac à dos, la loupe de Sherlock Holmes.

 

L'enquête commence

    A la base de la colline, les premières traces me titillent. Certes, ce ne sont pas des preuves de château fort , mais c'est aussi cela la "vie d'un chasseur de ruines médiévales".

    Un peu plus haut, ce sont les vestiges du rempart qui s'offrent à moi. (Je vous sens dubitatif  ).

 

Les indices sont "nombreux"

   Je continue ma lente progression vers le sommet et vers la connaissance de la ruine. Entre des racines, j'ai l'immense satisfaction de voir une belle pierre taillée. Il suffit de dégager un peu la terre, de pousser les insectes, de déplacer des racines et le château "se construit devant les yeux". (Vous ai je déjà dit que j'ai l'imagination fertile ? ).

 

Le donjon

   Au sommet, mon graal apparait, grandiose, puissant et unique. Oui, il est unique car c'est le seul vestige réellement encore debout. (là, je ne vous ment pas  ).

   L'angle de l'ancien donjon mesure actuellement 12m de haut, il est évident qu'il était beaucoup plus haut. La partie supérieure ne possède aucune trace de mâchicoulis ou crénelage (voir vocabulaire). Quelques trous de boulin serait être les vestiges des étages (plancher en bois ?)....... . 

 

Le panorama

   L'avantage d'une ruine, c'est l'absence de mur permettant une vision extraordinaire sur les vallées et sur le Viaduc de la Roizonne avec son arche unique de 79 mètres.

 

 

  Histoire du château :

* Au 11ème siècle, une motte castrale (voir vocabulaire) existe en ce lieu pour surveiller la vallée. Elle domine de 150m la rivière Roizonne.
* Au 12ème siècle, un château est cité appartenant au seigneur Alleman de Valbonais.
* Au milieu du 14ème siècle, le château est possession du Dauphin du Dauphiné (voir liste).
* En 1421, le château appartient au Comte (voir titre de noblesse) de Dunois, compagnon d'armes de Jeanne d'Arc.
* Au 21ème siècle, la découverte et la visite de la ruine sont libres et gratuites. Le risque de recevoir une pierre est important. Ruine réservée aux passionnés ou aux randonneurs.

  Vers menu châteaux forts de l'Isère Vers Menu châteaux de l'Isère
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 07:30
 

Pays :

 ITALIE  
 

Région :

 TOSCANE  
 
Province :
 SIENNE  



Le château :

 

  Situation :

    Le petit village de Brolio est situé à 40km au Nord-Est de Sienne, dans la région du Chianti.

 

 

  Description du château :

 

    L'extérieur :

 

La découverte

    Après avoir visité la tour médiévale de Barbischio, je cherche le renommé château fort de Brolio, connu pour son architecture et pour le restaurant gastronomique à ses pieds.

   C'est au milieu des vignes qu'il apparaît, puissant et aérien. Pourtant en observant mieux cette construction fortifiée, je ne discerne pas l'architecture caractéristique d'un château fort.

  Je dépose mon destrier à coté du panneau de direction (Avez vous remarqué les containers de la coopérative viticole stockant les fameuses bouteilles), et j'entame la montée agréablement ombragée.

(Nota : Il est possible de monter jusqu'au château en voiture, mais une promenade de 15 minutes embellie par le chant des cigales ne doit pas se refuser)

 

L'analyse rapide

      Surpris je suis en arrivant au sommet de la colline. La forme robuste et évasée me fait plus penser à une fortification du 17ème siècle qu'à un château fort médiéval. Mais en découvrant l'alignement de la courtine protégée par 2 tours flanques (curieusement carrées) je suis rassuré.

   Pourtant, en observant les pierres et le chaînage d'angle, j'ai à nouveau un doute sur son origine.

   Ce château étant encore habité a subi de nombreux travaux de consolidation  "cachant" certainement son origine médiévale; Je me dois de trouver des preuves.

 

La recherche des traces médiévales

     Les tours d'angle ont, dans leur mission, la protection des courtines adjacentes. Je ne suis donc pas surpris de découvrir ces 2 belles petites canonnières avec fente de visée. Ce type de défense est apparu à la fin du moyen âge et a perduré plusieurs siècles. Mon indice n'est donc pas une preuve de "médiévalité " du château, surtout qu'elles sont insérées l'une au dessus de l'autre, système fragilisant le mur au moyen âge.

   Vous avez bien lu, j'ai l'impression qu'elles sont insérées et non construites à la création du mur.

Avez vous remarqué comme ces canonnières sont magnifiquement taillées en 1 seul morceau ?

 

   En levant les yeux, j'en remarque 2 autres posées horizontalement. L'insertion dans le mur me semble encore plus évidente.

  Conclusion : Si ces grosses arquebusières (ou ces petites canonnières) ont été mises après, c'est que le mur a été construit avant (N'est ce pas Monsieur de La Palice ?)

   Ma joie est de courte durée, l'autre tour d'angle comporte aussi les petites arquebusières mais en haut, une imposante canonnière non médiévale me regarde. Je ne vois aucune trace d'archère (voir vocabulaire)

 

La recherche continue

   Après avoir contourné la grosse tour carrée, je suis en arrêt devant le spectacle : Un château rose derrière un rempart gris.

    Que de contrastes dans son architecture !

   De loin il ressemble à une maison bourgeoise du 19ème siècle. Mais de près, il parait plus vieux. Les créneaux ne me semblent pas d'époque, les mâchicoulis semblent être une coquetterie de construction, la tour ressemble à un décor de cinéma mais la rudesse sauvage des fenêtres à colonnette avec remplage sont un régal.

    Soudain, mon regard est attiré par un fantôme à la blonde chevelure  perdu sur la terrasse. Après un clignement d'oeil, la créature lumineuse n'est plus là  .

  En tant que chevalier, je me dois de la sauver du maléfice.

 

 

    L'intérieur :

      A 11H40, devant la porte d'entrée, la gardienne des lieus m'informe que la château ferme dans 20 minutes. La visite durant au moins 1 heure, elle me demande de revenir à 15 heures.

   Ayant d'autres merveilles médiévales à découvrir, j'opte pour une "non visite", et je ne sauverais pas la bonde princesse.

 
 
Histoire du château :

  • * Vers le 12ème siècle, une construction fortifiée semble existée.
  • * Durant 2 siècles, ce château constitue un but de conflit entre Sienne et Florence.
  • * Au 16ème siècle, le château est remanié (?).
  • * Au 19ème siècle, le château est très restauré.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la petite route et le sentier est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Renseignez vous sur les horaires et les jours. 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Italie médiévale
commenter cet article
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 07:30


Département 24 - DORDOGNE

Le bourg :
        Situation :   (le voir sur une carte)
    La commune de Cendrieux est située à 15km à l'Ouest de 'Les Eyzies'  et à 27km au Sud de Périgueux.

  Coordonnées du bourg :

44° 59′ 49″ N 0° 49′ 25″ E
 44.996944°  0.823611°


L'église fortifiée:
      L'extérieur :
L'aveuglante découverte
    En arrivant tôt le matin dans ce village, le soleil rasant crée des ombres immenses et m'empêche de voir les détails de l'église, but de ma balade. Je m'écarte donc de cette façade très classique et je contourne le bâtiment pour voir.... Hooo, une fortification.

La description
    Ce que je pensais être une église classique est en réalité un bâtiment religieux fortifié. A la place de l'habituel clocher, l'église possède une puissante tour crénelée.

   Toujours en prenant du recul, je suis en admiration devant cette fortification assez rare pour une "modeste église" de village. Avec la différence de qualité des pierres et les lucarnes, il est facile d'imaginer que cette tour, ajoutée à l'église romane, comporte une salle de repli et un niveau de défense avec créneaux (curieusement sans fente de tir ou archère - voir vocabulaire).
Être un assaillant en bas de la tour devait être risqué.

       L'intérieur :
   La porte est fermée, et je n'ai vu aucun habitant pour m'aider à trouver le "maître des clés".


Histoire de l'église:

* Au 14ème siècle, les habitants demandent la fortification de l'église. 
* En 1925, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Jean Baptiste) est libre et gratuite. L'intérieur des fortifications est difficilement visitable.

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de la Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 07:30
    Blason du canton de Vaud  
 

Pays :

 SUISSE  
 

Canton :

 VAUD  

 

Le bourg

Voila le musée du vin, hic.....  Situation :     (--> le voir sur une carte)

   Le village d'Aigle est à 10km au Nord de Saint Maurice et 12 km au Sud de Montreux sur la rive droite du Rhône.

   

Le château :

    Un peu à l'écart centre ville actuel, sur un petit mamelon, apparaît un château au milieu des vignes. Devenir le musée du vin était une évidence.
  Aurais je le droit de me désaltérer ?

 

    L'extérieur :

L'approche

  Pour arriver presque intact au 21ème siècle, ce château d'origine médiévale a subi de nombreuses évolutions architecturales et des modernisations de confort. Et pourtant sa forme carrée avec bâtiment central et donjon habitable dans un angle est typique de la construction savoyarde du 13ème siècle (?).

Sera t il me séduire, moi, le chevalier du Moyen Âge ?

 

Le donjon 

   En montant vers ce château, mes yeux sont heureux d'admirer cette puissante tour carrée. Ce devait être le donjon primitif du 13ème siècle (époque Savoyarde) pourtant la construction semble moderne et bien appareillée (reconstruction ?). Quelques fenêtres à accolade et à meneaux (voir vocabulaire) ont été percées faisant disparaître les archères de défense. 
    Je suis surpris de ne pas voir de mâchicoulis (système de défense classique sur ce type de tour) et encore plus étonné de voir 2 belles bretèches sans porte en dessous à protéger.

Est ce du à un changement architectural durant les 7 derniers siècles ?

  Lumineux !....... C'est le seul mot qui m'est venu en découvrant cette façade.

Le portail d'entrée

    Quelques mètres plus loin, le contraste avec la tour est saisissant :

  • * Il y a d'abord la couleur blanche qui rend pale la puissante tour. Cela nous choque au 21ème siècle, mais à l'époque médiévale, les murs de pierres n'était pas gris et nus laissant voir les joints.
  • * Ensuite la faible hauteur du mur. Cela est du au comblement successif des siècles, et à la construction d'une route "moderne".
  • * Puis les arquebusières et bouches à feu. Sur la tour ces système de défense ont disparu, mais cette façade en comporte beaucoup accompagnées de volets pour archers et arbalétriers. Ces volets se nomment : Des mantelets (voir vocabulaire) .
  • * Et pour finir, l'importante de la bretèche protégeant la porte. C'est l'une des plus "puissantes" qui m'ait été donnée de voir. Il manque bien sur le pont levis, mais les contraintes modernes font souvent disparaître ce délicat système de protection d'antan.

Mais y en avait il un ?

Curiosités

     Je ne vois pas les "fentes" pour les flèches du pont ni celles pour les chaînes de levage (voir un exemple).
Autre curiosité : La partie d'un château la mieux protégée est souvent la porte. Elle est habituellement encadrée par 2 tours ou des échauguettes. Curieusement, sur la droite, il n'y a rien.

"Assez d'interrogation, chevalier"   me dis je  "Franchis cette porte !".

    En plus de me régaler le gosier (avec le nectar de ce musée du vin), je vais me saouler d'odeur médiévale..... En avant pour l'aventure enivrante (hic).

   

    L'intérieur :

Anecdote

      En passant la porte, un guichet m'attend ou plutôt une admirable guichetière avec un accent Suisse magnifique (Evidemment, ce n'est pas moi qui ai un accent !   ).
    Auparavant, j'avais imprimé un bon de réduction sur
le site des châteaux Suisse que je tendis à la belle brune.  Surprise elle fut, jamais un tel prospectus avait franchi son guichet, et en plus, elle fut gênée de ne pas connaître la réduction à m'accorder. Je lui dis :
       - "Au Château de Chillon, il m'a été accordé 20% et ...... une bise. "
  Et là, elle me les fit....... réduction et bise..... et en plus, dans le canton de Vaud, le nombre est de 3 ! 
Rien que pour cela, je vous conseille de visiter ce château .
 


    Vous me connaissez un peu maintenant, le vin n'est pas le thème de ce blog, c'est l'époque médiévale. Je ne vais pas vous décrire, ni vous montrer les nombreux documents, bouteilles, ustensiles, tonneaux, vêtements etc... qui agrémentent la visite. Mais sachez que c'est un musée très intéressant et très didactique.Venez belle princesse vous assoir sur cette banquette, je vous conterais.....
 
La Tour Carrée 
 
   La visite commence par la grande tour carrée. Les salles ont été raffraîchies pour accueillir des visiteurs, et "modernisées" durant les siècles, mais l'ambiance est médiévale par de nombreux détails (les fenêtres à coussièges avec des murs épais  par exemple).
      Ayant servi de prison, certains murs des salles du bas comportent des "graffitis" racontant les anecdotes de vie des prisonniers ou leurs rêves. 

   Les salles supérieures comportent des éléments de confort et devaient loger le seigneur et sa famille. C'est par une tour-escalier que j'accède aux différents étages.
 
La Courtine d'entrée
   Au 2ème étage de la tour carrée, une porte permet l'accès à la courtine au dessus de l'entrée.

Vous en souvenez vous ?

   Évidemment, dans ce chemin de ronde, je rencontre les fameux volets de défense, ainsi que des archères permettant le tir par armes à feu.
  Mais, dans la bretèche, une surprise m'attends : Une "pièce" avec des décors peints. J'ai presque honte d'entrer dans cette salle qui semble hors du temps et si fragile. Le plafond en bois comporte des motifs floraux. Les murs sont.... ... je vous laisse regarder.

     Le chemin de ronde se poursuit et, à l'angle opposé, je découvre la tour-escalier accolée à la tour carrée. Il est évident que la petite tour a été construite quelques siècles après l'époque Savoyarde. 
 
Les bâtiments annexes (salles des chevaliers)
   Ils sont de construction plus tardive et je ne m'y attarderais pas, pourtant les murs des salles du Bailli, et des chevaliers ont de très belles peintures Bernoises.

 

 
Histoire du château :

  • * Vers 1076, l'Empereur Henri IV (Saint Empire Romain Germanique) donne la seigneurie d'Aigle à la maison de Savoie (voir liste des Comtes).
  • * Au 12ème siècle, le Comte de Savoie transforme ce lieu en centre administratif. 
  • * Au 13ème siècle, le bourg de Aigle est cité comme ville prouvant l'importance du lieu. Le Comte donne la seigneurie à la famille Saillon, mais "surveille" toujours l'économie et la défense.
  • * Au 14ème siècle, Peronnette de Saillon, dernière héritière, épouse Simon de Compey. La seigneurie change de propriétaire.
  • * En 1474, début de "la guerre de Bourgogne". Le seigneur Jean de Compey est allié de Charles le Téméraire, ennemi des confédérés. 
  • * Vers 1475 (?), les Bernois, ennemis de "Charles", envahissent et brûlent le château.
  • * A la fin du 15ème siècle, les Bernois reconstruisent la grande tour carrée. Un bailli est placé au château.
  • * A la fin du 16ème siècle, les étages supérieurs de la tour carrée sont modifiés pour servir de résidence.
  • * En 1630, les salles reçoivent des décors floraux et animaliers très à la mode.
  • * En 1695, de nouveaux décors sont peints sur les anciens.
  • * En 1798 (?), le bailli Bernois est chassé par les révolutionnaires. Le château appartient au Comté.
  • * En 1804, la commune de Aigle achète le château. Il devient un habitat social accueillant des familles sans argent et sans logement.
  • * En 1832, l'architecte Henri Perregaux transforme les salles de la tour en prison. Chaque salle est divisée en 3, les ouvertures sont grillagées et les murs sont enduits de plâtre.
  • * En 1972, la tour ne reçoit plus de prisonniers.
  • * En 1974, les travaux de restauration commencent.
  • * En 1980, le plâtre recouvrant les décors est enlevé.
  • * A la fin du 20ème siècle, le château est devenu le musée du vin.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. Pour visiter l'intérieur, il vous faudra débourser quelques piastres Helvètes, mais il y a tant à lire et à voir que vous ne le regretterez pas.

 

Le plaisir des yeux est sur tous les murs de ce château-musée.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux Suisse

 

 


    Y avait il un diablotin farceur le jour de ma visite ?   Je le pense car toutes mes photos d'extérieur du château dans les vignes étaient floues ou mal cadrées.  Solution : En prendre une (avec autorisation) sur un autre blog.
   Je voudrais remercier la rédactrice de ce blog

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Suisse médiévale
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 08:10
 
     Les églises fortifiées n'ont pas la puissance ni l'aura d'un château fort, mais elles sont pour moi un petit dessert sucré, une petite cerise sur mon gros gâteau de ruines médiévales.
   Goûtez moi celle-ci.
 


Département :    55  - MEUSE

Le bourg :
   Situation :   (le voir sur une carte)
      Le petit bourg de Jouy sous les Côtes est situé à 12km à l'Est de Commercy et à 22km au Nord-Ouest de Toul.

   Coordonnées du bourg :

48° 46′ 18.84″ N 5° 41′ 39.12″ E
 48.7719°  5.6942°

 
L'église:
       L'extérieur :
Pourquoi le choix de ce bourg ?
       C'est par un petit article dans un journal local que j'ai eu connaissance d'une église fortifiée dans ce village. Ayant visité la veille l'incroyable château fort de Preny, j'avais envie de sagesse avec une petite fortification.

Je ne vois rien
    L'imposante église trône au centre du village précédée par une grande place me permettant de l'admirer. Mais je ne vois aucune trace de fortification.
  En la contournant, je distingue une tour escalier octogonale sur la gauche, avec des ouvertures verticales, mais ce sont certainement des puits de lumière et non des archères (voir glossaire).
   Il est surprenant de voir une tour escalier pour accéder au sommet d'une église traditionnelle, mais cela n'est pas une preuve tangible de fortification médiévale.

Recherche des indices
    Supposant que le clocher fut une sorte de donjon ou de tour de protection, je cherche des indices de défense, mais ..... rien.
    Contre le mur servant certainement de couloir entre la sacristie et l'église je trouve des traces d'anciennes ouvertures, aujourd'hui obturées. Mais cela ne me semble pas défensif.
    Lorsqu'une fortification se refuse à moi, généralement je reprends de la distance pour comprendre mon erreur et....

Ai je trouvé ?
     ..... En observant l'édifice religieux depuis le coté opposé au clocher, je distingue... Hooo... incroyable !


   Je vous sens un peu perdu  devant une église fortifiée, voici les multiples indices.

La salle de repli
   Sur le mur du clocher, les traces de solins prouvent la surélévation ancienne de l'église. Et pourquoi rehausser une église ?.... Pour créer une salle de repli (système classique de protection et parfois de défense si des ouvertures de tir sont ajoutées).
    Cette salle (aujourd'hui disparue) au dessus du choeur explique la présence de la tour-escalier.

La bretèche
    En avançant vers le clocher, je distingue entre 2 fenêtres une construction en surplomb. Evidemment vous pensez à une bretèche. Mais que protège t elle ?.... hihihi, un contrefort !
   Comme moi vous êtes surpris , mais cela s'explique par la reconstruction de l'église. A l'origine elle était orientée Nord-Sud, et elle fut agrandie dans le sens Est-Ouest.
   Cette bretèche, comportant le blason des Ducs de Bar, devait certainement protéger le portail d'entrée de l'église médiévale.

L'archère
    Repu par tous ces indices médiévaux, je retourne vers mon destrier quand soudain ma petit voix intérieure me dit de prendre une autre voie, et là je vois.
     Je vois, je vois, je vois (sans boule de cristal ) une fente au dessus d'une fenêtre. Evidemment celle de droite est une fissure mais celle de gauche est une magnifique archère-canonnière à double traverses cruciformes. A elle seule, cette ouverture justifie mon déplacement dans ce village de Jouy sous les côtes.

       L'intérieur :
    La porte est ouverte, et j'entre dans ce monde bien différent de mes ruines de châteaux forts. Comme je le pensais, aucun indice de fortification est visible pour un pécheur (plutôt chasseur de ruines ) comme moi.


Histoire de l'église :

* Au 15ème siècle (?), l'église médiévale est fortifiée.
* A la fin du 16ème siècle (?), l'église est aménagée dans l'axe Est-Ouest.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église paroisiale "sous l'invocaion de l'invention de Saint Etienne" est libre. La visite de l'intérieur est possible en dehors des offices mais celle des étages est interdite.

 

Vers Menu églises fortifiées de France  Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 07:30

 

Pays :

 Grand Duché du LUXEMBOURG


 

 

Le château :

 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

    Le bourg de Esch sur Sure (aussi nommé Esch-Sauer) est situé à 18km à l'Ouest de la ville Belge de Bastogne, à 45km au Nord-Ouest de la capitale Luxembourg.

 

 

  Description de la tour :

   Les nuages sont épais, et l'atmosphère humide lorsque j'arrive aux portes du bourg.  Soudain, au dessus de moi, posé sur un rocher, apparaît une forme bien connue. Par un sentier bien tracé je monte vers la tour solitaire.

 

    L'extérieur :

      Je m'attendais à un château fort et c'est une simple tour que je découvre. Pas si simple que cela en réalité car avec ses dimensions, elle semble habitable. Je vous invite à découvrir ce bâtiment nommé : Tour du Log.

   Mais avant, il est important de lire les indications.... Il y a sur la tour un "joli"  panneau ayant peut être l'âge de la ruine (hihi, moqueur je suis) m'informant en 4 langues du danger. Il faut donc un heaume pour découvrir cette beauté.

 

    L'intérieur :

   C'est donc "coiffé" que je grimpe un escalier dans la pénombre à la découverte d'une tour très consolidée. Et à l'étage, une belle pièce m'accueille. Ce n'est pas Versailles, mais il y a assez de place pour vivre, se nourrir et dormir. Mais je pense que ce devait être la salle des gardes (supposition sans fondement technique).

   Par l'ouverture, un incroyable miracle se réalise (j'exagère un peu certes, mais vous me connaissez un peu maintenant). Pendant que je montais, une fée a construit pour moi un château fort de l'autre coté de la faille.

    Avant que le "mirage" s'efface, je me précipite dans l'escalier construit dans l'épaisseur du mur pour descendre rapidement la tour puis la colline. Je vérifie une dernière fois que le château est encore là (oui, je crois toujours aux maléfices et aux fées) et je vous le présente.

 

 

  Description du château :

      L'extérieur :

     Après avoir traversé le joli bourg et gravi facilement les rues en pente, j'arrive devant la curieuse entrée du château certainement remaniée au 17ème siècle. Elle est dépourvu de pont-levis, herse, et bretèche (voir vocabulaire).

   Au fond, la tour semi-circulaire est en réalité l'église, servant aussi de défense.

  La visite commence.

 

    L'intérieur :

 
Les salles voûtées
    Avant de découvrir l'architecture du site, j'ai envie de comprendre l'aménagement des salles voûtées.
 * La 1ère est sombre, sans fenêtre et sans aération avec un séparateur central. C'était peut être la cave puis à partir du 15ème siècle la poudrière (supposition sans preuve).
 * La 2ème est plus lumineuse et comporte sur le mur du fond une ouverture me faisant penser à un four à pain. Était ce la cuisine ?
  
Les bâtiments
    Les premiers pans de mur visibles sont très curieux. Ils sont réalisés avec des pierres sombres pauvrement taillées et surtout reconstruits récemment. Il n'est pas aisé de définir leur ancienne affectation. J'erre dans ce dédale sans comprendre.
     Même si l'architecture du château fort semble brouillonne, sa découverte est agréable. Imaginez le sous le soleil avec les pierres brillant de milles feux et des fleurs montrant leurs couleurs. Un plaisir visuel et odorant.
  
     Puis soudain, j'ai ma récompense. Au bout d'une "allée", une puissante tour carrée.
   Elle est devancée par des vestiges de bâtiments comportant des étages (point devin je suis, il y a les trous pour les poutres des plafonds ).
   Si près de ce donjon "étroit", je suppose que ce devait être le logis seigneurial.

     Cette tour maîtresse est surprenante. Elle n'est pas assez large pour être habitable, et pourtant ses dimensions impressionnent. Elle ne comporte pas de fenêtre, ni d'archère, ni de bretèche, ni de porte à plusieurs mètres du sol comme toutes ses "soeurs carrées du 12ème siècle. Ce mélange de Roman et de pré-Gothique me fascine et m'interroge.
 
Quel est donc le secret de cette tour ?
 
     Je tente d'entrer mais....  un grille moderne m'en empêche. Je vous laisse avec mes doutes, et je vais manger dans l'un des nombreux bon restaurants de la bourgade.... Hummm.

 
Histoire du château :

  • * Vers 774 (?), un personnage nommé Nebelungus donne ses propriétés de "hesc" à l'abbaye d'Echternach.
  • * Vers 927, Menigaud possède, par un échange, un site à Esch. Une tour carrée avec dépendances semblent excitées (ou construites).
  • * A la fin du 11ème siècle, les 2 propriétaires du château partent aux croisades. Le château et les remparts ne semblent pas modifiés.
  • * Vers le 13ème siècle, il semble que la fortification soit modifiée (?).
  • * Au 15ème siècle, avec l'arrivée des armes à poudre, c'est le village qui est fortifié et non le château adapté aux boulets.
  • * Au 16ème siècle, il semble que le château soit déserté (?).
  • * A la fin du 17ème siècle, les troupes Françaises du Roi Louis XIV (voir liste des rois) s'emparent de Esch et démantèlement le château.
  • * En 1906, la chapelle du château est restaurée.
  • * Au début du 21ème siècle, une association de sauvegarde du château est créée.
  • * Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite. Le risque de recevoir un peirre est faible mais existe. 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Luxembourg médiéval
commenter cet article