Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 07:30


Aie.. ma tête


Lorsque je visite une ruine médiévale, il s'avère que 3 étapes bien distinctes rythment ma découverte.

J'ai essayé de changer mes habitudes mais mon instinct me force à procéder par palier.

Après 800 ans  de découverte castrale, voici le secret pour comprendre une ruine.... comme un chevalier Dauphinois.
 
 
J'ai trouvé en Vivaldi (concerto pour flûte "La Notte") les 3 moments définissant la découverte d'une ruine.

Ne soyez pas craintif devant la musique dite classique :

    1 - Ecoutez ce chef d'oeuvre,
    2 - Fermez les yeux (tout en lisant bien sur )
    3 - Imaginez vous (avec moi  ) sous le soleil, avec un vent léger....
 
 
LA DECOUVERTE
---> Cliquez sur ce gramophone moderne pour bien comprendre ce que j'éprouve dans la 1ère étape
Deezer ayant changé sa politique commerciale, il vous faut cliquer sur :  I - Largo
 
* J'arrive proche de la ruine,
* Elle est là, je la sens,
* Elle se cache, mais elle m'attend,
* Je ne la brusque pas,
* Croyant l'avoir comprise et apprivoisée, j'approche plus rapidement,
* Mais je sens que je dois l'observer un peu mieux de loin,
* Alors, lentement je progresse vers elle en la regardant.....
 
 
LA FOLLIE
Lorsque le 1er morceau est terminé, cliquez sur cette "suite"
Deezer ayant changé sa politique commerciale, il vous faut cliquer sur :  II - Fantasmi Presto

** Et comme poussé par une force invisible, je cours vers elle,
** A ses pieds, je ne m'arrête plus,
** Je vais à droite,
** Je vais à gauche,
** Je regarde en haut tout en la contournant rapidement,
** Parfois je tombe, mais je n'ai pas mal,
** Il faut que je coure, que je l'absorbe,
** Je deviens fou,
** Je tourne autour d'elle rapidement,
** Je ne fais que la regarder sans la voir....
 
 
NOUS NE FAISONS PLUS QU'UN

Cliquez pour connaître l'extase de la découverte vraie

Deezer ayant changé sa politique commerciale, il vous faut cliquer sur :  III - Largo

 

* Puis le calme revient,
* Je m'assieds dans l'herbe,
* Je rampe presque vers elle,
* Je regarde chaque pierre au soleil,
* Je touche délicatement chaque recoin,
* Je m'agenouille devant un pan de mur,
* Je l'effleure du regard de peur de la briser,
* Même le vent s'est arrêté pour me laisser la ressentir....
 
 
 
  Maintenant, quand vous verrez une ruine, imaginez un IPOD sur vos oreilles, un Vivaldi dans votre tête et un chevalier Dauphinois à vos cotés .

   Le château fort, la ruine médiévale et même un vieux puits ou un moulin effondré se révéleront à vous autrement
.

Bon voyage !
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans A B C : Initiation
commenter cet article
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 08:00

 

Département :    63  - Puy de Dôme

Le bourg :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
     La commune de Châtelguyon est située à 45km Ouest-Nord-Ouest de Thiers, à 40km au Sud-Ouest de Vichy, à 5km au Nord-Ouest de Riom.
    Coordonnées du château :

45° 55' 19.412" N 3° 3' 59.389" E
 45.922059°  3.066497°


Le château:
       L'extérieur :
Quelle forteresse
    Durant un week-end prolongé en Auvergne, prévu pour visiter le château de Tournoël proche de Volvic, je découvre une représentation d'un incroyable château fort.
    Châtelguyon étant sur ma route, je décide de découvrir ce site unique.

La découverte
   Derrière l'église une impressionnant butte surveille la ville. Mon instinct de chasseur de ruines médiévales me conseille de la gravir.
   Cette butte ressemble à un "petit parc", avec des sentiers bien aménagés montant doucement. Rapidement, je surplombe le bourg.
   Je monte, je monte, je monte.... Les maisons en bas deviennent petites, mais aucun château se montre dans cette verte promenade.

Me serais je trompé ?

Mon instinct m'aurait il trahi ?

 

Je suis en haut
   Au sommet, bien consolidés, il reste des petits vestiges de murs cimentés que j'essaie d'identifier vainement avec cette représentation.

       L'intérieur :
        Il n'y en a pas évidemment.
   Devant tant de doutes, je préfère réfléchir en regardant le paysage. Et c'est ainsi que je découvre l'imposant Puy de Dôme. Aucune ruine est décevante, car il y a toujours un détail qui sublime leur découverte.


Histoire du château :

* Au 12ème, le Comte (voir titre de noblesse) d'Auvergne fait construire un château sur cette butte.
* En 1198,  Le Comte fait hommage pour ce château au pape Innocent III (information à vérifier).
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. La vue étant magnifique cette petite "grimpette" est un cadeau (même s'il n'y a qu'une ruine minimale).

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 63 Vers menu château du Puy de Dôme
Repost 0
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 07:30

En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

 

 

Résumé :

    « Paris - 200 000 habitants en 1300 - est la plus grande ville de l'Occident médiéval. Elle devient, au 13ème siècle, la capitale du puissant royaume de France vers laquelle affluent commerçants et hommes d'affaires, artistes et intellectuels.
    La croissance sans précédent de la cité n'a pas manqué de laisser une empreinte durable : dans bien des quartiers, le tracé actuel des rues reflète les opérations de lotissement qui présidèrent à l'installation des nouveaux venus au cours du Moyen Age.
    Si peu d'édifices médiévaux sont aujourd'hui visibles dans leur quasi-intégrité, telles Notre-Dame ou la Sainte-Chapelle, beaucoup sont conservés de manière fragmentaire, comme le Louvre de Philippe Auguste, la salle des gens d'armes de la Conciergerie ou le réfectoire du couvent des Cordeliers.
    Ces vestiges - et bien d'autres - jalonnent la trame urbaine dont les aspects, changeant au fil d'un millénaire, sont restitués par les images anciennes. Entre la ville idéale rêvée par les rois et la cité grouillante aux ruelles étroites et nauséabondes, se dessine le visage du Paris médiéval. »
 
 
 Mon avis :
Quel cadeau pour un passionné !
     
    Pour la première fois, je vais vous parler d'un livre que je n'ai pas acheté.
    
    N'ayez crainte, je ne vais pas vous dire des bêtises, ce livre, je le connais bien. Depuis 1 mois presque tous les jours, je m'arrête chez le libraire, et je le feuillette.
   (Ne le dites pas, c'est un secret entre nous, mon libraire n'a pas vu que je ne consultais que ce merveilleux ouvrage.)
 
    Voilà un beau livre pour faire un cadeau (et les occasions ne manquent pas... D'ailleurs, prochainement, c'est ma fête hihihi).

D'abord il est beau, il est grand, il est coloré.
    Et puis, la prose est d'une grande qualité. Ce n'est pas un roman illustré, l'auteur parle de l'histoire de Paris et décrit l'évolution (et les anecdotes) de la capitale du royaume de France. Les textes sont vivants, et bien documentés.
    Les illustrations sont nombreuses. Les photos du 20ème siècle côtoient des enluminures et des tableaux médiévaux. Des plans montrent l'évolution de la ville, de ses remparts et de ses aménagements.
 
    Après la lecture de ce livre, vous ne verrez plus Paris comme avant. Un simple pavé se transformera en fortification, un mur entre 2 immeubles Haussmanniens vous rappellera l'habitat d'un bourgeois du 13ème siècle, une corniche sculptée vous signalera une ancienne chapelle disparue....
 
     Ce livre ne s'adresse pas qu'aux Parisiens, car l'évolution de l'architecture, des moeurs, des transports, du commerce concerne toutes les villes de l'époque médiévale. Grâce à ce livre, vous pourrez devenir un "petit" Sherlock Holmes de la déduction, et trouver dans votre ville les traces des habitats de nos lointains ancêtres.
 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 07:30


Département :   95 - VAL d'OISE

Le bourg >:
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
     Le bourg de Luzarches est situé à 20km au Sud-Ouest de Senlis et à 30km au Nord-Est de Pontoise.

   Coordonnées de la porte :

49° 6' 45" N 2° 25' 13" E
 49.11251  2.420385


Le château:
       L'extérieur :
La découverte
    En arrivant dans ce bourg je suis de suite dans une ambiance "médiévale" grâce au blason apposé sur les panneaux de signalisation (et sur quelques poubelles ).
   Le plus dur reste à faire, trouver des indices médiévaux et ce qui ne facilite pas la quiétude, je suis pressé.
   Je sollicite quelques Luzarchois aussi pressés que moi et enfin, je suis dans la bonne rue. Au bout, le soleil médiéval de la Porte Saint Côme va illuminé ma fin de journée.

De curieux habitats
   Contrairement aux nombreux autres vestiges médiévaux isolés et perdus que je vous montre, cette tour-porte s'intègre dans les habitats modernes. Et en avançant je constate qu'elle garde des traces de constructions anciennes.

Magnifique contraste !
 

   Comme moi, vous êtes sous le charme de ces poutres posées sur des consoles ainsi que les étages en encorbellement.

Les défenses
   Mais "chevalier des fortifications je suis", il me faut regarder la tour. Au sommet, il y a les créneaux aujourd'hui couverts et les mâchicoulis (voir vocabulaire) aujourd'hui bouchés.
   Quelques archères en croix bouchées et très remaniées au 19ème siècle  assuraient la défense au loin.
    Évidemment comme toutes les portes de cette époque, il y a les emplacements pour le guidage de la herse et au dessus, l'efficace assommoir.
 
   Je traverse la tour-porte espérant trouver d'autres indices médiévaux. Hélas, l'autre face a été très "ravalée". Je "ravale" donc mon enthousiasme , et je repars vers une autre aventure.

       L'intérieur :
    Le site est une propriété privée non visitable.


Histoire du château :  

* Au 13ème siècle (?), construction des remparts.
* Au 19ème siècle, les architectes embellissent et réaménage les remparts et monuments médiévaux dont la Porte Saint Côme.
* En 1997, une courte scène du film "Les visiteurs - les couloirs du temps" est tournée.
* En 2009, l'ensemble de l'ouvrage porte et façade à pans de bois a été restauré. Le site a reçu le label de la fondation du Patrimoine.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre à l'extérieur. La tour-porte est une propriété privée non visitable.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 95 Vers Menu châteaux Val d'Oise
Repost 0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 07:30
La rubrique CINEMA regroupe les films ayant pour thème Le Moyen Age ou ayant comme cadre (même partiellement) un château médiéval.



  Affiche du film Solomon Kane
Année 2009
Réalisateur Michael J. Bassett

 

  Acteurs   Rôles
James Purefoy Solomon Kane
James Babson Skinhead
Laura Baranik Prisonnier 
Geoff Bell Beard
Jason Flemyng Malachi
John Comer Erasmus Woolman


 
 
 
  Présentation du film
 
    «  Durant les terribles guerres ravageuses du 16ème siècle, le redoutable capitaine Solomon Kane est  une machine à tuer sans pitié. Accompagné d'une bande de brutes et armé de ses pistolets, de sa dague et de sa rapière, il laisse libre cours à sa soif de sang.
   
Mais un jour en attaquant une mystérieuse forteresse, sa vie va prendre un tournant fatal. Les hommes de sa compagnie de sanguinaire sont tués un par un par des créatures démoniaques. Seul face à un envoyé du Diable venu pour s’emparer de son âme si corrompue. Salomon Kane parvient à s’échapper, mais il sait que maintenant, il doit se racheter de ses années de tuerie. Il s'enferme dans un monastère et renonce à la violence.

    Sa spiritualité nouvelle  est mise à l’épreuve lorsqu’il doit quitter le monastère. Pendant ce temps, l'Angleterre est dévastée par de diaboliques hommes commandé par un terrifiant personnage masqué  c'et : l’Overlord.

     Solomon est incapable d’empêcher les meurtres d'une famille puritaine (les Crowthorn ) dont il est devenu l’ami. Kane jure de tout faire pour retrouver puis libérer leur fille nommée : Meredith.

   Pour accomplir sa promesse, il retrouve ses instincts de brute et de meurtrier. Sa recherche de la belle Meredith va le conduire dans un lieu et dans des aventures le mettant face aux plus sombres secrets de sa propre famille. Alors Solomon...…»

 
 
 
  Ce que j'en pense
 

Que vais je en dire ?..  .. Quel dualité en moi (comme ce personnage d'ailleurs).    


   Évidemment, ce n'est pas un film historique, puisqu'il s'inspire d'un héros de bande dessinée (heroic fantasy). Mais je n'ai pas compris la démarche du réalisateur.

Est ce un film de genre ou une libre interprétation ?

   Par moment, j'ai retrouvé des scènes de "Conan le Barbare", puis à d'autres des réflexions et des mimiques du "13ème guerriers". Parfois j'ai cru voir... heu..  Bref, il y a un manque de personnalité dans le scénario (ou la manière de filmer).

   Au début, Solomon Kane (qui est censé être le héros) est un personnage réellement sombre et antipathique. "Voila enfin un anti-héros non hollywoodien" me suis je dit (avec ma voix intérieur, car il ne faut point parler dans une salle du cinématographe).   Le challenge était important  : "Comment rendre sympathique ou plutôt comment faire adhérer le public à un personnage aussi cruel et sanguinaire ?"

     La voix off  faisant part des doutes de Solomon est intéressante mais gâchée quelques secondes après par des dialogues que même les séries B n'osent utiliser.
    Le personnage a un potentiel immense pour devenir un vrai héros, l'acteur joue (seul peut être) un personnage ambiguë avec passion, mais il n'y a que lui, aucun second rôle se détache dans le film (et pourtant ce sont souvent les seconds rôles qui donnent l'immortalité d'un film !).

   Tout n'est pas mauvais, les images sont fascinantes. La pluie permanente, la nuit noire, les monstres, les ruines (ouiiii, il y en a plein pour moi ), les décors, les batailles sont visuels et donnent une ambiance, mais.... oui, il y a un mais.... Il manque un réalisateur ou un liant. Imaginons ce film réalisé par Tarentino... Hooooo.
  


Où est le Moyen Age ?

   Le scénario oscille entre fin du Moyen Age et début de la renaissance. Durant son périple, Kane combat et se réfugie dans des ruines et châteaux dévastés presque intemporels. Il est quand même possible de reconnaître les châteaux médiévaux de Tocnik et Zvikov en République Tchèque.

  Vers menu
cinéma
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Films : Châteaux forts et Moyen Age
commenter cet article
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 07:30
 
 
   La recherche de fortifications médiévales est pleine d'étonnements. Certaines constructions ont disparu, d'autres ont été aménagées, d'autres sont devenues des propriétés privées inaccessibles, etc...
   A moins de disposer d'une documentation très récente, les surprises sont  le quotidien d'un chasseur de ruines. En voici un curieux exemple.
 

 


Département :    55  - MEUSE
  

 
Le bourg :

   Situation :   (le voir sur une carte)

      La commune de Lérouville est située à 60km au Sud-Ouest de Metz, à 40km au Nord-Ouest de Nacy et à 5km au Nord-Ouest de Commercy.

   Coordonnées du bourg :

48° 47′ 33″ N5° 32′ 42″ E
 48.7925° 5.545°

  

 

L'église:

      L'extérieur :

La raison

       Une brochure, récupérée chez un bouquiniste, montre le dessin d'une incroyable église fortifiée dont l'origine médiévale ne fait aucun doute.
    Fou comme je suis, cette beauté avec tour de guet, contreforts puissants, crénelage,  échauguettes (voir vocabulaire) et haut rempart devenait presque une obsession.
    Un beau jour (ou peut être une nuit ) je me suis rendu dans ce bourg.

 

L'approche

       Fébrile je suis en ce vendredi matin d'avril. Voir, approcher, toucher même une telle beauté médiévale est LE plaisir de ma journée.
     Et, sur la rue principale, je l'aperçois.

N'est elle pas impressionnante ?

    Ne me dites pas "Non chevalier". Je le suis tant que je me suis trompé de format de prise de vue.

 

J'avance et .... heu..... je la vois.

 

Là elle est

* Je vous sens surpris.

* Je ne me moque pas, ceci est bien le mur extérieur de l'ancienne église médiévale avec ses puissants contreforts.
* Evidemment, les siècles et surtout les hommes ont eu raison de sa splendeur.

* Le besoin de détruire  pour faire plus moderne n'a laissé qu'un pan de mur.

* Mais en fermant les yeux, il est encore possible de la voir.

 


        L'intérieur :

    Comment puis je vous le montrer, il n'y en a pas .

 

 
Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle (?), construction d'une église.

* Au 13ème siècle (?), fortification de l'église.

* En 1766, réparation de l'église et des remparts.

* En 1826, construction d'une église paroissiale dédiée à Sainte Walburge en contre-bas de l'ancienne.

* En 1828, destruction de l'église fortifiée médiévale.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre à l'extérieur. La découverte de l'intérieur est impossible.

 

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la MeuseVers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 07:30
   

Pays :

  BELGIQUE

Région :

  Brabant Flamand
   



Le château :

      Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Beersel est un bourg situé à quelques kilomètres au Sud de Bruxelles, capitale de la Belgique.

   Coordonnées du château :

50° 45′ 56.16″ N 4° 17′ 59.28″ E
 50.7656°  4.2998°

 

Le château : 

    L'extérieur :

   En arrivant sur le parking, je ne vois pas la beauté de pierre qui m'attend, pourtant il y a un frémissement des arbres et une odeur de plaisir qui ne trompent pas.

 

La découverte

   Après avoir donné quelques piastres au guichet, le magnifique château fort  en briques rouges apparaît dans son écrin de verdure.

Quelle incroyable architecture !

 

   Comme moi, vous avez été surpris par la forme ronde de ce château si différente du stéréotype (voir exemple), et aussi par sa couleur dominante rouge, puis par les encadrements des ouvertures en pierres blanches.

Ce château fort est unique!

 

     Fébrile, je m'avance lentement vers la 1ère défense d'un château de plaine : Les douves.

  L'eau est une protection efficace contre un adversaire mais c'est aussi un "attaquant" qui ronge le bas de la construction. Il faut parfois assécher les douves pour consolider le château. C'est un fossé boueux qui m'attend.

 

           Quelle chance !    Je peux voir la base des tours et courtines. 


Rempart et défenses

     Cette haute construction est la tour-porte. Elle était précédée par un pont-levis remplacé aujourd'hui par une passerelle fixe en bois. Le château possède 3 tours qui semblent identiques (avec cette toiture en ardoise et pignons à redans datant du 17ème) et pourtant elles sont bien 3 différentes.

Avez remarqué cette curiosité défensive sur 2 des tours ?

 

   Elles comportent des échauguettes "regardant" vers l'intérieur . Oui, vous avez bien lu, ce système de défense presque toujours orienté à l'extérieur sert ici à l'attaque des assaillants ayant réussi à entrer.

Incroyable !

 

   Entre les tours, une courtine arrondie  (facilitant la défense par la suppression des "angles morts") possède de nombreuses archères droites, archères en bêche et surtout des archères cruciformes à croix pâtée, puis sur l'autre face, archères à couleuvrine. et même des canonnières.

Quelle défense !.... Quelle diversité !

 

 

    L'intérieur du château :

Dans la cour

     Il y a d'abord les vestiges d'un logis médiéval datant de la fin du 15ème siècle. Il semble qu'il y ait un projet de réactualisation de la construction à l'identique, mais les archéologues n'ayant pas de plan ni de gravure montrant ce logis et la chapelle médiévale, il n'est pas encore prévu une reconstruction.

    Dans la cour, ce qui me fascine ce sont les tours. Vous avez évidemment reconnu la tour-porte. Comme ses 2 autres "soeurs", elle a 3 niveaux :

  1er niveau : Salle des gardes avec accès au chemin de ronde sur les courtines.
  2ème niveau : Habitations.
  3ème niveau : Salle d'armes avec un chemin de ronde au sommet des tours.

 

    Dans la cour, la hauteur des tours avec leur façade rectiligne a du impressionner de nombreux "entrants".
    Un assaillant n'avait pas de recoin pour se cacher et se trouvait sous un feu multiple, mais un visiteur pacifique se sentait petit et sous le charme au centre du cercle.

 

     Avec le ciel bas du mois de mars et la faible lumière d'une fin de journée, ces tours ne sont pas mises en valeur par mes photos. Imaginez ces briques rouges sous le soleil.

Quel spectacle !

 

Les axes de circulation

   Avec 3 tours habitables comportant 3 étages, la circulation est un facteur important. Pour se rendre dans les différents bâtiments au niveau du 1er étage il y a le "classique" chemin de ronde.

                   Classique ?.... Pas si évident que cela.

 

   En plus d'être un chemin couvert entre courtines et tours, il sert aussi pour la défense du château. Cette allée de circulation comporte des archères cruciformes avec une ouverture "en bêche" en partie basse (pas très classique donc), de plus à la place des habituels mâchicoulis (voir vocabulaire) l'architecte a construit des ouvertures inclinées (réalisation encore moins classique !).

   Évidemment dans les tours point d'ascenseur, mais de nombreux escaliers de formes et de dimensions différentes. Le classique escalier droit  et l'élégant escalier en colimaçon, (évidemment, il existe aussi des escaliers en bois).

Ce château n'est il pas incroyable ?

 

Les salles 

      Les pièces habitables étant dans des tours semi-circulaire, l'architecture est donc différente d'un classique château, de plus les fenêtres avec coussièges (voir vocabulaire) ne sont pas identiques :

* Certaines salles possèdent des fenêtres à 2 coussièges,
* D'autres ne comportent qu'une seule banquette,
* Et enfin, quelques pièces ont une faible lumière due à une seule ouverture avec coussiège unique.

      Ces fenêtres ont certainement été construites au 16ème siècle (à l'emplacement d'archères) pour donner plus de confort et de lumière à cette forteresse médiévale. A l'origine, les seules ouvertures regardaient dans la cour.


Les pierres sculptées 

    La brique est le matériau de construction de ce château. Pour la décoration, les architectes ont utilisé la pierre. Elle est présente évidemment pour les systèmes de défense (archères, bouche à feu...), mais aussi pour les éléments de confort comme les cheminées dont certains manteaux sont sculptés.

    Dans les pièces de vie, de nombreuses pierres portent des motifs comme par exemple les culs de lampes, mais aussi les décorations au centre des croisées d'ogives.

 

Ma surprise

  Avant de quitter ce château unique, je veux vous montrer un détail dont je raffole.... ce sont... hihihi.

Dois je vous les nommer ?

 


Histoire du château

* A la fin du 13ème siècle, Godefroid de Halbeke s'établit dans un petit village nommé Beersel (il semblerait que cela signifie : demeure des ours).
* Au début du 14ème siècle (1306), Godefroid devenu Sénéchal du Brabant ordonne la construction d'un château.
En 1357, les troupes de Louis de Male Comte de Flandre (voir titre de noblesse) attaquent et brûlent le château.
* Peu de temps après, la forteresse est reconstruite, "plus grande et plus forte" affirme le chroniquer Molinet.
* En 1375, Marie de Stalle donne par mariage le château et les terres à Jean de Witthem. Le blason de cette famille rappelle qu'elle descend en droite ligne d'un bâtard de Jean II de Brabant.
* En 1489 le château est attaqué par les Bruxellois et partiellement détruit. Après la rédition des occupants, les murailles sont réparées.
* Au 17ème siècle, la dernière héritière de la famille de Witthem épouse le Prince Arenberg. Le château est transformé et les tours s'embellissent d'élégante toiture avec mur à pignons à redans coté cour.
* Au 17ème siècle, le château n'est plus entretenu et se délabre rapidement.
* Vers 1818, une industrie de tissage du coton s'établit dans le château.
* A la fin du 19ème siècle, des "marchands de biens" démantèlent le château et vendent les pierres.
* En 1934, le site est classé aux Monuments Historiques.
* En 1935, une campagne de restauration redonne un visage à cette magnifique forteresse de la fin du 15ème siècle.
* Au 21ème siècle, la découverte du château est payante. Depuis quelques années, des travaux d'entretien et de consolidation sont menés; Mais la visite libre est possible et permet librement de savourer chaque pierre. Beersel est le site incontournable de Belgique !

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 07:30
 

    Le Jura est peu connu pour ses ruines castrales et pourtant, chaque colline porte les traces d'une construction médiévale.
    Dans un rayon de 40km autour de Lons le Saunier, un amateur de vestiges (et même de châteaux) d'origine médiévale peut être heureux durant de nombreux jours.

 

 

Département 39 - Jura

 

Le bourg :Que vois je en haut de la colline ?
   Situation :   (--> le voir sur une carte)
      Le petit bourg de Toulouse le Château est situé à 10km à l'Est de Poligny et à 20km au Nord de Lons le Saunier.

 Coordonnées du château :

46° 49' 35.85" N 5° 35' 12.923" E
 46.826625°  5.586923°


Le château : 
      L'extérieur :
La découverte
    Sur les pentes dans cette région sont alignées des vignes donnant des vins... Hummm.  Et c'est en regardant cet alignement que mon regard est accroché par un "bloc de pierres".

Mais.... Ne serait ce pas un château ?


L'analyse
     Après une petite marche sur une route goudronnée, je découvre cette ancienne beauté. Certains vont me dire : "Mais elle est un peu cassée cette tour". Je répondrais, "Peut être un peu, mais admirez comme ce vestige est droit et fier !".

        L'intérieur :
   Avantage d'une ruine cassée, c'est la possibilité de voir son intérieur, et il y a beaucoup à dire !

Si, si, regardez avec attention.

   D'abord, les dimensions, bien que modestes, rendent cette tour habitable. Et puis, l'épaisseur des murs trahit une origine..... heu..... ancienne (J'avoue ne pas avoir un repère bien fiable).
 
Descriptions détaillées  
    Dans la partie basse (mais qui ne l'était pas tant que cela il y a plusieurs siècles), il y a une ouverture ressemblant à une fenêtre avec un linteau. Cette "fenêtre" bien modeste et peu esthétique ne devait pas être dans un logis seigneurial.

Avez vous remarqué  un "trou" sur la droite.

J'ose avancer l'idée d'un lavabo (voir exemple dans le château de Beaufort au Luxembourg) se déversant dans l'orifice plus bas à droite.
   La ruine est si consolidée que ma supposition n'est peut être que affabulation.
   La fenêtre du dessus est plus belle et comporte le vestige d'une coussiège (voir vocabulaire).

Son arc me le fait dater du... heu.... ne serait il pas Roman ?

Comment les habitants montaient ils dans les étages ?

   Je ne distingue aucun escalier, mais seulement les corbeaux séparant les étages. Le minimalisme de cette ruine me fait peut être écrire une bétise.

Imaginez vous une tour escalier dans la partie disparue ?

     En me retournant, j'ai ce plaisir habituel est si extraodinaire dans de nombreux châteaux médiévaux. Un panorama magnifique !


Histoire du château :
   Hélas, j'ai peu d'informations historiques sur ce vestige castral.

* En 1477, à la mort de Charles le Téméraire, les rivalités pour s'emparer de la Bourgogne sont nombreuses. Les troupes de Louis XI (voir liste des rois) attaquent et détruisent de nombreuses villes et plusieurs châteaux dont celui de Toulouse.
* En 1938, le commune prend le nom de Toulouse le Château.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite.

 

  Retour au menu des Châteaux du 39 Vers Menu châteaux du Jura
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Franche Comté : 25 39 70 90
commenter cet article
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 07:30

 

Département 73 - Savoie

Le bourg :
    Situation :   (--> le voir sur une carte)
      La petite ville de Bourg Saint Maurice est située proche du Parc National de la Vanoise, à 30km à l'Est (à vol d'oiseau) de la ville Olympique de Albertville.

    Coordonnées du château :

45° 37' 22.868" N 6° 46' 23.128" E
 45.623019°  6.773091°


Le château:

   L'extérieur :

Préambule

      Bourg Saint Maurice est connu pour son importante gare terminus et surtout pour son croisement routier vers la station de ski : Les Arcs (Arcs.... mais c'est une arme médiévale... Y avait il un château d'Arc (appartenant à Mireille bien sur) à cette époque ?  ).
     Evidemment, il n'y a aucun lien toponymique entre le château fort que je recherche et cette station hivernale, joueur je suis.

Mais où est la fortification médiévale ?

Mon instinct me guide vers ce lieu.
 

La découverte

    N'est il pas magnifique ce château fort !

   Il est vrai qu'il ne reste qu'une tour cylindrique, mais elle est originale et fascinante.

 Démonstration :

1 - Elle est construite avec des galets ronds (ramassés dans la rivière Isère toute proche) posés en lit horizontal.
2 - Le couronnement au sommet a disparu mais elle semble avoir eu 4 étages.
3 - Les trous de boulin (voir vocabulaire) sont encore présents.
4 - En prenant un peu de recul, il est possible de voir de curieuses ouvertures.
5 - Une ressemble à un "tuyau" pour des lattrines. Il est creusé dans le mur. Cela donne une idée de l'épaisseur de cette tour.
6 - L'autre ouverture est une archère droite (un peu abîmée).
7 - Presque à l'opposé apparaît une autre archère droite plus "jolie". Je suis surpris de trouver ce type de défense du 12ème siècle dans une tour ronde. Une archère droite si courte sans système de visée se voit souvent sur des tours carrées (voir un exemple ici).
8 - Ces archères me semblent très basses. Au cour des années, les alluvions et la terre ont comblé la tour et les fondations du château.
9 - Dans l'effondrement à la base de la tour, je constate une épaisseur du mur approchant les 2 mètres.
10- Au dessus de cette ouverture qui me semblait avoir été causé par les années, 2 magnifiques corbeaux me regardent. L'effondrement devait être la porte d'entrée.

 

   L'intérieur :
       L'entrée est interdite, mais en m'allongeant dans l'herbe je peux voir dans la tour des trous pour les poutres des étages. Peu de détails sont significatifs, mais un chevalier imaginatif comme moi voit des beautés.... mieux qu'à Versailles .
   Heureux de ma découverte, je pars donc vers de nouvelles aventures qui vont me mener vers la 2ème ruine de Bourg Saint Maurice.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, Aymeric de Briançon épouse Berthe de Villaraymont. Ils logent dans une maison fortifiée nommée "Villaraymon" (le t final n'apparaît pas, curieusement).
* Durant le 12ème siècle, les seigneurs Villaraymon se succèdent. La maison forte appartient à la famille Bovet puis Gilly.
* En 1590, le château subit les dégats d'une inondation.
* En 1640, la seigneurie appartient à Jean Chapel.
* A la fin du 17ème siècle, à la mort e de Jean la seigneurie appartient à son fils : Philippe Chapel.
* En 1829, un acte précise que les terres appartiennent toujours à la famille Bracorens.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La ruine est une propriété privée. Le risque de recevoir une pierre existe. 

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 73 Vers Menu châteaux de Savoie
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 07:30

  Je sors ma loupe de détective !

Département :    03 - Allier

Le bourg :
    Situation :    (--> le voir sur une carte)
     Le petit bourg de La Ferté Hauterive est situé à 11km à l'Est de Saint Pourçain sur Sioule et à 25km au Nord de Vichy.

   Coordonnées du château :

46° 23′ 51″ N 3° 20′ 28″ E
 46.398608°   3.336625°


  Origine des noms (Initiation à la toponymie)
    *  La Ferté serait un transformation du mot : La forte.

Est ce une puissance financière ?

Ou une extrapolation de fortifications ?

    * La Tour des moines est facile à deviner, puisque ce lieu appartenait aux .... Moines (j'adore quand la toponymie est aussi simple).

Le château :
     L'extérieur :
Comment trouver un château ?Vert de gris, Vert-mifuge, Vert-icale ?..... Quel vers sera dans ce fruit médiéval ?

* La première méthode pour trouver une fortification médiévale est d'abord de s'informer de son existence grâce à ce livre. Mais sur le terrain, la meilleure des solutions est une carte IGN au 1/25000ème. Hélas, elles sont coûteuses et comme elles ne montrent qu'un petit territoire, il en faut des "milliers".
* Autre solution :  Dans le village, demander à un habitant qui sera heureux de fournir ses connaissances sur la ruine (dans laquelle il s'est amusé en étant petit ).

* Ou simplement, lire les panneaux des rues (quelque soit la langue inscrite c'est souvent une bonne méthode).


Est ce le bon endroit ?
    Je ne le sais pas encore si c'est le bon endroit, par contre ce n'est pas le bon nom de château. Ce patronyme de "Château Vert" est courant en Bourbonnais Mon livre affirme que dans ce village, le château portant ce nom a disparu.

Vais je rentrer bredouille ?

Quel magnifique donjon !
Il est là
    Je me dresse sur la pointe de mes chausses pour voir au dessus du cimetière une incroyable beauté.

Comment la rejoindre ?

 

Le donjon

  Pour le découvrir, il suffit de traverser la route pour voir cette beauté médiévale accolée à des bâtiments plus récents. Comme à mon habitude, je contourne le site pour m'imprégner de l'architecture.

Ce donjon ne vous fait il pas penser à celui de Crupet en Belgique ? (voir cet article).

J'adore quand une ruine est pudique. 

Première analyse
    Sur l'autre face, la tour prend toute sa majesté. "Presque seule", débarrassée des bâtiments, elle est puissante.
  Question :

Avez vous remarqué sur cette façade le détail dont je "raffole"  ?

Regardez mieux là !

  Absolument, vous avez bien vu des latrines décalées sur 2 étages.

 

Autre détail

     La tour comporte 4 niveaux habitable (d'ailleurs des fenêtres ont été percées "récemment" pour améliorer le confort d'une tour médiévale de défense"). La tour possède un chemin de ronde et elle est coiffée par un haut toit à pavillon.
    Ce sommet est intéressant car il montre la technique de construction des mâchicoulis et la qualité des parements d'angle (voir glossaire).

 

        L'intérieur :
    Le bâtiment est une propriété privée habitée, la visite est donc interdite.

 

 

Histoire du château :

* Au début du 11ème siècle, le seigneur de la province du Bourbonnais donne ce morceau de terre à l'abbaye Bénédictine de Souvigny. Le lieu prend le nom de La Ferté aux Moines et parfois aussi La Ferté Moniale.
* Au 12ème siècle, le prieuré est prospère.
* En 1442, Dom Cholet, Prieur de Souvigny, demande au Duc de Bourbon l'autorisation de construire un château au "Port de la Ferté". Est ce cette tour ?... Certains historiens pensent que le 1er lieu choisi était à quelques kilomètres.
* Au début du 19ème siècle (?), des ouvertures sont faites dans les murs. Les bâtiments annexes seraient de cette époque (?).
* En 1986, le donjon du prieuré est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre à l'extérieur depuis la route. Le donjon et les bâtiments annexes sont une propriété privée non visitable.

 

Où sont les petits coins ?... Dans ce grand coin ?

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 03 Vers Menu châteaux de l'Allier
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Bourbonnais : 03
commenter cet article