Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 07:58

 

 

Département 64 - PYRENEES ATLANTIQUES

 

  Point de défense visible pour cette cathédrale!

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Oloron Sainte Marie est située à 45km à l'Ouest-Nord-Ouest de Lourdes (voir son château), à 35km au Sud-Ouest d'Orthez et à 25km au Sud-Est de Pau.

 

  Coordonnées de la cathédrale :

43° 11' 17" N00° 36' 56" W
 43.1881157474° -0.6156527996°

 

 

La cathédrale

     L'extérieur :

La découverte

* Aller à Saint Jacques de Compostelle n'était point chose aisée à l'époque médiévale. Quelques brigands guettaient et attaquaient pèlerins et cités.

* Avec cette hypothèse, j'ai imaginé qu'Oloron, située sur l'une des routes, devait posséder quelques bâtiments fortifiés.

* En arrivant proche de la cathédrale, je ne remarque aucun système défensif.

* Je ne vois que les remplages des larges fenêtres.

 

 Voyez vous la trace d'un système défensif ?

L'enquête commence

* Je prends un peu de recul et.......

..... je vois beaucoup de fenêtres donnant certainement une magnifique lumière dans l'abside et le choeur.

* Soudain, mon oeil de castellologue amateur voit une haute construction cubique.

Comme moi, n'êtes vous pas surpris ?

 

 

Je contourne le site par la gauche

* Le long de la nef, la partie basse est renforcée par des contreforts à larmier et la partie supérieure par des arcs boutants.

* Au fond, une haute construction m'interpelle.

* Avec sa droiture, sa rigueur, ses ouvertures sous le toit, je pressens tour défensive et de guet était cette construction.

* Même si la tour ne possède ni d'archère ni mâchicoulis (voir vocabulaire) je suis heureux d'avoir découvert un système défensif en cette cathédrale.

 

 

 Que voyez vous sur la gauche ?Est ce la fin des découvertes ?

* Pour mieux admirer cette haute tour, je prends un peu de recul.

* La nef paraît minuscule.

Qu'est ce qui m'incite à penser cela ?

* Il est encadré par la tour à droite puis par un puissant clocher à gauche.

 

Quel est le nom de cette construction ?

* Je suis dans le plus grand étonnement devant cette architecture.

* Est ce :

- Un clocher porche,

- Un clocher fortifié,

- Une tour défensive,

- Un donjon.

* Qu'importe, porche il est en notre siècle, mais tour de défense il fut au Moyen Âge puis durant les Guerres de Religion.

* Ce clocher me rappelle celui de Vicq d'Auribat dans les Landes.

 

 Toute la panoplie défensive se retrouve sur ce clocher

Il me fait rêver

* La ronde tour flanque doit comporter un escalier en colimaçon.

* Les gros trous de boulin horizontaux portaient une construction en encorbellement en bois nommée : Hourds.

* La fente verticale (sur 2 faces) est une archère droite.

* Trois niveaux sont visibles.

* Le dernier est la salle de guet avec crénelage défensif.

* Après ces constatations, c'est le moment de franchir la porte.

 

 

    L'intérieur :

 

Pour visiter l'intérieur de la cathédrale

 

veuillez cliquer ici.

 

 

 

La tour défensive et le chocher-porte protègent les 2 extrémités de la cathédrale

 

 

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Béarn et Pays Basque : 64
commenter cet article
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 07:55

 

 

Pour découvrir l'extérieur de cette cathédrale

Veuillez cliquer ici.

 

 

  Quelle richesse de détail !

     L'intérieur :

La découverte

* C'est presque religieusement que je m'approche de l'entrée.

* Les pieds-droits et les colonnes comportent des chapiteaux sculptés dont les thèmes reprennent les animaux fantastiques et les personnages bibliques.

* Le lumineux soleil écrase les formes et les reliefs dans le porche ombragé.

* Après quelques secondes, mes yeux accoutumés à l'ombre me montrent...... un incroyable portail Roman. Les sculptures décrivent la descente de christ du Christ.

* Ne voulant point vous dévoiler cette merveille par de simples photos, je vous propose d'aller découvrir sur place ce portail unique ainsi que ses archivoltes merveilleusement sculptées.

* La porte entrouverte m'invite à entrer.

 

Quelle lumière !

Une décoration digne des enluminures

* Quel choc !

 

* Ma première surprise est la lumière.

* Avec les imposantes fenêtres, ceci pourrait sembler une évidence.

* Mais cette luminosité est partout, du sol au plafond (aurait dit une publicité bien connue).

* Mon second étonnement est pour la couleur.

* Elle est présente sur chaque pilier et chaque mur.

* Dans les chapelles latérales, les rayons du soleil jouent avec les parois colorées.

Sont ce les verts paturages du paradis ?

 

Puis je monter dans les tours ?

* Je ne suis point venu en ce lieu pour être un simple touriste adorateur de décors peints.

* Mon but est de découvrir les salles de repli et de défense.

* Je distingue en plusieurs parois des portes, mais elles sont fermées.

* Je repars vers une autre découverte en ce beau département du Sud-Ouest.

 

 

Pour voir le diaporama, veuillez cliquer ici.

 

 

 

Histoire de la cathédrale :

* En 1101, à son retour des croisades en Terre  Sainte, Gaston IV le Croisé le Vicomte (voir titre de noblesse) de Béarn, entame plusieurs constructions pour sécuriser le chemin de Compostelle passant par le Béarn et l'Aragon.

* Vers 1102, le Vicomte décide la construction d'une cathédrale à Oloron.

* En 1212, durant la Croisade des Albigeois, le Vicomte du Béarn prend le parti du puissant Comte de Toulouse. La ville d'Oloron loge plusieurs sympathisants à la cause Cathare. Par erreur, certains d'entre eux incendient la cathédrale.

* Au milieu 13ème siècle (à vérifier), un nouvel incendie ravage le bâtiment religieux.

* A la fin du 13ème siècle puis au début du 14ème siècle, chevet, nef et chapelles sont reconstruites.

* Au 15ème siècle, des chapelles latérales sont aménagées.

* En 1569, durant les Guerres de Religion, le Comte de Montgommery, à la tête d'une armée de Huguenots, pille la ville et la cathédrale.

* Au début du 17ème siècle, la cathédrale est réparée suite aux évènements du siècle passé.

* Au milieu du 17ème siècle, l'évêque fait construire/aménager un orgue.

* Au milieu du 18ème siècle, la cathédrale est agrandie.

* Vers 1792, les évêques sont chassés. La cathédrale devient l'église paroissiale.

* Au 19ème siècle (à vérifier), le bâtiment religieux est défini comme cathédrale.

* En 1939, la construction est classée aux Monument Historiques.

* En 1998, la cathédrale est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Marie) est libre et gratuite. La visite du clocher fortifié est interdite.

 

 

Quelle curieuse symbolique

 

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Béarn et Pays Basque : 64
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 07:30

 

 

Département 64 - PYRENEES ATLANTIQUES

 

 

 

Le bourg :

Aucune défense visible pour cette église !    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Arthez de Béarn est située à 15km à l'Est de Orthez, à 20km au Nord-Ouest de Pau.

 

   Coordonnées de l'église :

43° 27' 52.841" N0° 37' 0.736" W
 43.464678° -0.616871°

 

 

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     Après avoir monté une petite colline précédant le bourg, j'arrive sur la grande place espérant trouver un puissant bâtiment religieux fortifié.

    Puissante, la construction devant moi l'est, mais l'église semble moderne et peut prévue pour combattre un ennemi du Moyen Age.

Me serais je trompé de lieu ?

 

L'enquête commence

    L'église est haute, large, imposante mais il n'y a aucune trace d'archère, ni de salle de repli, ni de chemin de ronde. Ne voyant pas de clocher (ce qui est rare pour une église) je décide (tout en traînant les pieds de désespoir) de contourner la façade.

    Et là, l'espoir revient. Il y a, proche de "l'apic", un clocher ressemblant à une tour de défense.

 

 

Je rêve d'une église fortifiée !Le clocher-tour

    Avec sa forme très rigide, son chaînage d'angle en besace, il semble évident que cette haute construction n'est pas de la même époque que l'église. D'ailleurs la position de ce clocher n'est pas traditionnelle.

     La tour (puisque je suis convaincu que ce n'était pas un clocher à l'origine) possède en partie basse une ouverture trop large pour une défense ou un puits de lumière. Je suppose que l'ouverture a été élargie récemment pour laisser plus de jour dans la salle du rez de chaussée.

    Au dessus, 2 archères droites (dont une est obstruée) me donnent une date de construction : 12ème siècle

Qu'en pensez vous ?

 

 

L'énigme architecturale

     Entre les 2 archères, une rangée de corbeaux m'interpelle :

* Ils ne pouvaient pas soutenir une passerelle sinon, cela condamnait l'archère supérieure.

* Si ces corbeaux soutenaient des hourds (voir vocabulaire), je ne vois pas de porte pour y accéder.

 

 

La réponse est peut être sur l'autre face

     En contournant la haute construction, j'ai partiellement ma réponse. Un porte plein cintre était l'unique entrée médiévale de cette tour. Une passerelle (amovible ?) soutenue par les corbeaux en permettaient l'accès.

Conséquence , que peut-il y avoir de l'autre coté ?  

 

 

La 3ème face

    "Élémentaire mon cher Watson"; A l'opposé d'une porte il devrait y avoir des archères. Et c'est dans l'angoisse de savoir si je suis un génial génie   de déduction bien sur, que je me rends sur l'autre façade.

   Évidemment il y a sur cette face 2 archères droites qui pourraient ressembler à sa consoeur. Mais une autre énigme architecturale apparaît !

Pourquoi celle inférieure a-t-elle été allongée après sa construction ?

     Je vous laisse méditer et je vais tenter d'entrer par la porte basse

 

 

    L'intérieur :

* Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées.

* Celle-ci ne déroge pas à la règle. je me console en admirant le paysage depuis ce bourg surélevé.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle (?), construction d'un château.

* Au milieu du 14ème siècle, Gaston Phoebus fait fortifier la ville. Arthez fait parti du réseau de fortification du Bearn.

* Au milieu de 16ème siècle, les guerres de religion entraînent la destruction de nombreux bâtiments d'Arthez.

* En 1860, destruction de l'église du village, mais pas de la tour de l'ancien château.

* En 1885, construction d'une nouvelle église et utilisation d'une tour du château médiéval comme clocher.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Étienne) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

La vue est souvent la récompense d'un castellologue

     
Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Béarn et Pays Basque : 64
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 07:30

 

 

Département 64 - PYRENEES ATLANTIQUES

 

 

Le bourg :

Plan des remparts de la ville de Bayonne    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La  ville de Bayonne est situé à 5 km au Nord-Est de Biarritz, proche de l'océan Atlantique.

 

  Coordonnées du château vieux :

43° 29' 29" N1° 28' 40" W
 43.491509 -1.478019

 

 

Les remparts :

       L'extérieur :

La découverte

* Dans la vieille ville de Bayonne, proche de la cathédrale, un rempart de "2000 ans" est le but de ma découverte de cette fin d'été.

* Armé du plan des anciennes fortifications, je suis prêt à suivre et découvrir cet ancêtre.

 

 

L'enquête commence

* Une 1ère tour flanque s'offre à moi.

* Bien que des fenêtres modernes aient été percées, la tour ne masque pas ses origines et sa fonction défensive.

* Un peu plus loin d'autres merveilles défensives, toujours habitées, s'entremêlent dans les murs du rempart.

* Toujours en suivant l'axe du rempart j'arrive devant une construction représentative de 5 siècles d'évolution architecturale.

* Devant moi, un mur épais d'époque Romaine.

 

 

Comment dater ces constructions ?

   Il est "facile" de déterminer la date de construction des différents murs fortifiés de Bayonne :

* Les murs en blocage ou en ciment revêtus de petites pierres sont d'origine Romaine.

* Les murs constitués de gros moellons sont du 10ème et 11ème siècle.

* Les grandes pierres taillées sont du 12ème

 

 

Le château vieux :

     L'extérieur :

Haute tour ronde avec canonnières

La découverte !

   D'après Monsieur de La Palice : "Plus je marche et plus j'avance vers ma destination .

Et quelle est elle ?

      Ceux qui ont répondu "Je ne sais pas Chevalier" sont priés de relire le titre : Le château vieux, dont le plan me révèle son architecture.

     Bien qu'il se nomme "Vieux", une de ses tours comporte une puissante et large canonnière (du 17ème ?).

Avez vous remarqué la présence de l'archère primitive ?

 

 

Rapide analyse

* Le corps principal du château Vieux a une forme rectangulaire avec de puissantes tour d'angle et des tours flanques avec les mêmes caractéristiques.

* Un petit morceau de mur Romain apparaît (parement en petits appareil de pierres coupées d'arases en briques) mais ce sont les pierres médiévales et surtout les aménagements de Vauban qui sont visibles.

* Comme pour les remparts, les tours et les murs possèdent des fenêtres et même des balcons en encorbellement.

* Ces modifications n'ont pas diminué la puissance de ce château fort qui a fait évoluer ses défenses durant 7 siècles.

* Cette marche m'ayant donné faim, je vais manger du jambon de pays en admirant les canonnières ainsi qu'un morceau de mâchicoulis ayant survécu.

 

 

    L'intérieur :

        Le château n'est pas visitable et les remparts sont habités donc interdits à la visite.

 

 

 

Histoire partielle du château :

* Au 1er siècle , les Romains construisent une fortification entourant le bourg primitif.

* A la fin du 11ème siècle, le Vicomte (voir Titres de Noblesse) de Labourd fait construire un château sur l'emplacement du Castellum Romain. C'est d'abord un donjon hexagonal.

* Au 12ème siècle, deux corps de bâtiment sont ajoutés au donjon. Le Chateau Vieux (ce nom ne lui sera donné que plusieurs siècle après sa construction bien sur) est la principale défense de Bayonne.

* En 1130, Don Alfonso le Batailleur, Roi de Navarre séjourne au château.

* En 1151, Bayonne est ville Anglaise (pour 3 siècles).

* A la fin du 12ème siècle, Richard Coeur de Lion, Roi d'Angleterre, Duc de Normandie, Duc d'Aquitaine, Comte du Maine et Comte d'Anjou, accorde de nombreux privilèges à la ville de Bayonne. La cité devient prospère.

* Au milieu du 14ème siècle, Edward Plantagenêt, dit Édouard de Woodstock Brackembury (et aussi nommé "Le Prince Noir"),  capitaine de guerre anglais durant la guerre de cent ans, séjourne au château.

* Vers 1367, Pierre Ier de Castille séjourne au château.

* En 1451, Bayonne est ville Française.

* En 1463, Louis XI (voir liste des rois) séjourne au château.

* Au 16ème siècle, la fortification est Espagnole.

* En 1526, Français Ier (voir liste des rois) séjourne au château.

* En 1565, Charle IX , roi de France, séjourne au château.

* A partir de 1678, Vauban fortifie Bayonne, ville frontière avec l'Espagne. Il fait abattre le donjon dénommé Floripes. Voir la vue de Bayonne au 17ème siècle.

* En 1660, le grand roi de France, Louis le 14ème, séjourne au château.

* En 1706, Marie Anne de Neubourg, Reine d'Espagne, séjourne au château.

* En 1809, le général Palafox, défenseur de Saragosse, séjourne au château.

* En 1886, l'enceinte Romaine est classée aux Monuments Historiques.

* En 1931, les remparts entre le Château Vieux jusqu'à la Tour du Sault, sont inscrits aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, le Chevalier Dauphinois séjourne quelques minutes devant la porte du château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts et du château est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Fortifications romaines, médiévales et de Vauban se marient magnifiquement

     
   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Béarn et Pays Basque : 64
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 07:30

 

Département 64 - PYRENEES ATLANTIQUES

 

Le bourg :

Point de défense visible pour cette église !    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village d'Andrein est situé à 37 km au Sud-Est de Dax, à 15km au Sud-Ouest de Orthez et à 4km à l'Est de Sauveterre de Béarn.

   Coordonnées du bourg :

43° 23′ 35.88″ N 0° 53′ 59″ W
0° 53′ 59″ W  -0.899722°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

       Posée sur une petite butte, entre la route principale et le chemin de fer, l'église du bourg semble paisible et ne parait pas être fortifiée.

 

L'enquête commence

    En découvrant  l'arrière de l'église, je ne distingue aucun système défensif, ni aucune ouverture au dessus de la nef (salle de repli).

  Curieusement, il n'y a aucun contrefort renforçant les murs. Est ce vraiment le bâtiment fortifié que je pensais découvrir ?

 

Sont ce les défenses ?

   En contournant le bâtiment, un puissant clocher-porche attire mon attention. Les pierres sont peu jointives et leur asymétrie prouve de nombreuses réparations. Cette "tour" comporte de nombreux corbeaux dont la fonction m'échappe (support pour un chemin de ronde ou pour des poutres souenant un hourdage voir vocabulaire ). Au centre, bien qu'obstruée, une archère droite me fait penser à un système défensif du 12ème siècle.

  Cette archère solitaire n'est pas très dissuasive et ne défend qu'un seul coté.

Y a t il d'autres fentes ?

 

Il y en a d'autres !

  Quel incroyable clocher !

   Les 2 faces latérales possèdent des ouvertures de tir, peu hautes et droites. Évidemment, avec sa forme carrée, les angles morts sont nombreux. Mais cette tour est très dissuasive contre une petite troupe "d'écorcheurs" peu courageux devant des salves de flèches.

 

    L'intérieur :

       Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle (?), construction d'une église.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église(dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite . La visite du clocher est interdite.

 

Un clocher fortifié est le secret de cette église

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Béarn et Pays Basque : 64
commenter cet article