Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 07:30

 

Département :  09 - ARIEGE

  Il était une fois, en haut sur la montagne, un château.......

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le bourg de Dun est situé à 55km au Sud-Ouest de Carcassonne, à 18km au Nord-Est de Foix et à 18km au Sud-Ouest de Mirepoix.

  Coordonnées du château :

43° 1' 57" N 1° 48' 7" E
 43.032588  1.802128

 

Le château :

    L'extérieur :

Où est il ?

       Le château est situé sur une colline à l'extérieur du village actuel, sur la rive droite du ruisseau Douctouyré.
      Aucun véritable chemin permet son accès, mais le champs à vaches (il y avait des chevaux le jour de ma visite  ) est assez facile à monter.

      Les ruines du vieux château sont noyées dans une épaisse végétation entourée d'arbres. Pour l'explorer, il faut absolument s'y rendre en hiver, le manque de feuille permet de comprendre l'architecture de cet ancien château.

 

La découverte

   Un fossé, aujourd'hui peu profond et habité par des ronces, entoure l'ensemble. Un premier rempart est visible mais les éboulis de terre et de grands arbres bien ancrés ne permettent pas d'en distinguer les véritables contours, ni de prouver l'existence de tour d'angle.

 

     L'intérieur :

Rapide analyse

    Les murs des bâtiments sont imposants et hauts.  Il devait y avoir 2 étages. Des archères très rustiques (avec des graffitis modernes) sont percées sur les 4 murs extérieurs. Aucune bouche à feu ou arquebusière est visible. Cela prouve le rôle non guerrier de ce château après au début du 16ème siècle. Il est vrai qu'il n'était pas frontalier et n'abritait plus un seigneur au 15ème siècle. Les murs comportent de nombreux trous de boulins (voir vocabulaire).

 

Dernières constatations

    L'architecture est un rectangle très classique. Je n'ai pas trouvé d'emplacement de puits, cuisine, etc..... Avec les grands arbres poussant à l'intérieur, puis les orties et les mûriers, il n'est pas aisé de fouiller à genou.
     En enjambant "un champs d'arbre morts", j'accède au rempart et j'apprécie cette vue unique qu'offre les ruines médiévales. Mais une autre ruine se profile à l'horizon, il me faut rejoindre mon destrier pour vous commenter un autre prestigieux "château dit Cathare".

 

 

Histoire du château :

* Dès 1040, Dun est cité comme l'une des premières places fortes du comté avec Foix, Castelpendent et Varilhes.
* En 1034, mort du comte Bernard de Foix. Son fils, Roger Ier fait serment et hommage à Pierre évêque de Gironne (son oncle paternel) pour acquérir les châteaux et domaines de Carcassonne, ainsi que le domaine de Dun .
* En 1095, Roger II, Comte (voir titre de noblesse) de Foix, décide d'aller en Terre Sainte. Il donne en gage à Bernard Aton les lieux et châteaux de Foix, Frédelas, Lordat, Castelpenent, Mirepoix et Dun. S'il n'a pas de descendant, ces terres lui seront données définitivement. Hélas, Roger II revient des croisades et eut quatre enfants.
* Vers 1125, il semble qu'un différent oppose Roger III et Bernard Aton sur la possession de plusieurs châteaux dont celui de Dun.
* En 1162, un accord est signé entre les seigneurs de Dun et le comte Roger-Bernard.
* En 1206, le seigneur de Dun accueille pour plusieurs nuits une communauté de "parfaites" cathares, (créée par Philippa de Foix, épouse du Comte de foix Raimond Roger) ainsi que le diacre Guillaume Clergues.
* Vers 1209, durant la croisade contre les Albigeois, le château est conquis par les troupes de Simon de Montfort.
* En 1212, la seigneurie de Mirepoix, dont fait parti Dun, est "donnée" à Guy de Lévis, principal lieutenant de Simon de Montfort,
* En 1229, le traité de Paris ratifie la confiscation des biens des seigneurs de Mirepoix au profit de Guy de Lévis.
* En 1230, à la mort de Guy, son fils prend la succession de la seigneurie. Cette famille gardera ces domaines durant 500 ans.
* En 1299, Guy III de Lévis meurt, sa femme disparaît peu de temps après. Un problème de succession se pose car il y a 12 enfants.
* En 1300, après de longues discussions, un accord est conclu. Jean de Lévis, l'aîné des 7 garçons, obtient le domaine et le château de Dun. Il en fait sa résidence principale.
* En 1319, Jean Ier de Lévis décède. Il a deux fils mais trop jeunes pour régir un domaine. C'est sa femme, Constance de Foix, qui gère les domaines depuis sa résidence de Léran.
* En 1332, Constance meurt, c'est l'aîné Jean II qui administre les domaines.
* En 1329, partage entre les 2 frères des possessions familiales. Jean II, l'ainé, récupère les 3/4 des terres et châteaux. Gaston, le cadet, reçoit le domaine de Léran et de Dun. Il se nomme maintenant: Levis-Léran.
* Vers 1400 (?), la branche des Lévis s'éteint, et ceux sont les Lévis-Léran qui administrent tous les domaines. Il semble qu'à cette date, le château de Dun ne soit plus la résidence principale des Levis-Léran. C'est le début de son déclin. 
* En 1442, Philippe II meurt, Jean IV son frère constate le mauvais état de la seigneurie de Dun. Il semble qu'il utilise la vétusté du château (et d'autres dépendances de son territoire) pour négocier un aménagement de ses "taxes" auprès des services royaux.
* En 1510, le château est qualifié de "défendable".
* Vers 1792, la révolution Française sonne le glas de ce château qui est pillé et brûlé.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite, mais à vos risques, car les murs ont été peu consolidés.

 

Les trous de boulin pour la construction des murs sont visibles sur toutes les parois

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 07:30

 

Département :  09 - ARIEGE 

 

Le bourgOn comprend pourquoi les croisés n'ont pas attaqué cette forteresse. Quelle puissance !

    Situation :   (--> le voir sur la carte)

      La ville de Foix est située à 120km au Nord-Ouest de Perpignan, à 90km au Sud de Toulouse, à 70km au Sud-Ouest de Carcassonne et à la frontière Est du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises.

     Coordonnées du château :

42° 57′ 56.02″ N 1° 36′ 18″ E
 42.96556°  1.605°

 

Le château : 

    L'extérieur :

La découverte

       Sur une plate-forme rocheuse, le château Comtal (voir titre de noblesse) domine la ville. Il est impossible de ne pas le voir !

   Au confluent des rivières  l'Ariège et de l'Arget, il contrôle l’accès vers la haute vallée de l’Ariège et surveille le bas pays.

 

1ère analyse

      Ses dimensions, sa géométrie élancée et son isolement sur cet éperon donnent une impression de puissance. Après la cité de Carcassonne, ce château est le 2ème plus important témoignage d'une fortification médiévale non en ruine.

     Au Moyen age, ce château passait pour imprenable. Une chanson troubadour affirmait: « El castels es tant fortz qu’el mezis se defent »  : "le château est si fort qu’il se défend par lui-même".

 

2ème analyse

    Ce castel apparaît dans un excellent état car il n'a jamais été longtemps abandonné, ni assailli par des hordes guerrières. Sa restauration au 19ème siècle lui a redonné un air médiéval.

   Le château présente deux imposantes tours de forme carrée, reliées l'une avec l'autre par deux courtines crénelées. L'ensemble est entouré d'une enceinte dont la pointe sud est composée d'une autre tour circulaire. Une barbacane renforce l'entrée de la forteresse.
   Ce plan du château vous fera mieux comprendre son architecture.

 

Depuis la tour ronde (au Sud) la vue est extraordinaire ! La tour carrée (au Nord)

     Elle est aussi nommée: Tour d'Arget (car elle surveille la vallée de cette rivière). Sa construction remonte au 12ème siècle avec de belles pierres en grès et des inserts de brique. Cette tour était plus dissuasive que fonctionnelle.
   Au début du 14ème siècle, avec l'amélioration des engins de jet, la tour est exhaussée et renforcée par le doublement du coté extérieur. Les fenêtres sont obstruées, la fonction de "vigie" disparaìt, transformant cette tour en "bouclier".
   Elle est coiffée au 15ème siècle par une toiture qui lui confère une touche moderne, mais ses mâchicoulis et ses créneaux (voir vocabulaire) rappellent sa fonction défensive de la fin du 15ème.

 

La tour carrée (au centre)

    Au 12ème siècle, cette tour ne comportait que peu d'ouverture. Sa position centrale la dédiait à d'habitation du seigneur. Des fenêtres à meneaux (voir vocabulaire) ont été aménagées au 15ème siècle par le père de Gaston Phébus.
   Un sceau des comtes de Foix, daté de 1241, montre le château avec 2 tours carrés.

  La ronde tour surprend dans cette architecture anguleuse

La tour ronde (au Sud)

   Cette tour est la plus récente, la plus haute (6 étages) et peut être la plus belle. Elle date du milieu du 15ème siècle (1450 d'après certains experts). Elle fut construite par Gaston IV, non pour la défense mais pour marquer le pouvoir des Comtes de Foix. L'impression de puissance est renforcée par un arc boutant à sa base. Elle servait de logement occasionnel, puis 2 siècles plus tard, la prison fut sa nouvelle fonction.

   Au sommet de cette tour, la vue sur ses 2 ancêtres et sur la vallée est extraordinaire.

 

   L'intérieur du château

Quelle sensation

   Si l'extérieur fait réellement penser à une forteresse médiévale, l'intérieur est bien différent. Les couloirs de circulation, les habitations, les pièces de vie des Comtes ont disparu. Excepté quelques rares traces, nous visitons un "fantôme" de salles médiévales. Mais grâce à ses multiples fonctions et aménagements durant les 5 derniers siècles, cette forteresse n'est pas devenue une ruine comme tant de ses contemporaines.

 

Ce prisonnier était il un marin ou bien rêvait il de voyage entre ces murs ?

Intérieur de la tour ronde

       Au sous-sol de la tour ronde, une salle obscure rectangulaire était la chapelle du château, avant de devenir un cachot, sombre et poussiéreux.

     Un escalier tournant dans l'épaisseur des maçonneries dessert des salles hexagonales, voûtées d'ogive avec blason ou allégories. De grandes cheminées prouvent le luxe et le confort.

     Cette tour ayant servi de prison, chaque fenêtre est pourvue de grilles contre les évasions et de lourdes portes avec verrou dissuadent les prisonniers.

   Sur les murs, le souvenir des prisonniers peut être ressenti grâce aux graffitis. Des noms, des dates, des dessins, des énigmes sont gravés pour l'éternité au cœur de la pierre.
   Les salles de cette tour sont aménagées en musée de l'Ariège.

 

 

 

Histoire du château :

* La préhistoire a laissé quelques traces des magdaléniens dans les grottes de ce roc calcaire.

* Avant l'époque chrétienne, des gaulois vivent le long des 2 rivières. Cette information semble validée par un texte de Jules César écrit en 58 avant notre ère : "Le lieutenant Crassus se heurta aux Sitiates qui se retranchent dans une cité sur un 'oppidum' fortifié."
* Au début de la christianisation, au pied du rocher de Foix, une petite église (nommée Saint-Nazaire) reçoit les reliques de Saint Volusien, évêque de Tours, martyrisé en 497 près de Varilhes.
* En 507, un castrum est présent sur le site de Fuxum (Foix).
* Au 9ème siècle, une abbaye bénédictine  fortifiée (?) est érigée sur l'éperon rocheux.
* Au 10ème siècle, elle prend le vocable de Saint Volusien.
* En 982 (?), un château est cité. Il appartenait à Roger de Carcassonne nommé aussi "Roger le Vieux". Il semble que les premiers bâtiments fortifiés ne soient pas construits en haut de la butte mais sur les flancs.
* En 1002, dans son testament, le comte Roger de Carcassonne divise ses terres pour donner Foix à son fils cadet Bernard-Roger, créant ainsi le Comté de Foix.

 

* En 1034, le château devient chef-lieu du Comté de Foix et joue un rôle déterminant dans l'histoire militaire médiévale.
* En 1209, c'est le début de la terrible croisade contre les Albigeois.
* En 1211, Simon de Montfort (le chef de cette croisade) ravage la région mais ne s'attaque pas au château.
* En 1212, le château résiste à l'assaut (timide) des croisés.
* En 1214, il est remis en gage de soumission au légat du pape. Ce dernier le donne à Simon de Montfort.
* En 1218, après la mort de Simon de Montfort lors du siège de Toulouse, le comte Raymond-Roger peut à nouveau entrer dans son château.
* En 1223, Roger-Bernard de Foix, participant activement à la tentative de retour de Trencavel, reprend Carcassonne aux cotés de Raymond VII de Toulouse.
* En 1229, Roger-Bernard de Foix, fils de Raymond-Roger négocie une paix avec le roi de France. Le château de Foix est de nouveau "occupé" par les troupes du roi de France (voir liste des rois), pendant 5 ans.
* En 1272, le comte Roger-Bernard III s'oppose une nouvelle fois à l'envahissant au pouvoir royal. Il renforce sa garnison, et fait précéder l'entrée d'une barbacane. Mais le Comte (voir titre de noblesse) doit capituler devant Philippe le Hardi venu en personne l'assiéger.
* En 1290, par un mariage, le comte de Foix devient vicomte de Béarn. La famille comtale quitte Foix et part pour le Béarn. Mais, le château est parfois habité par ces propriétaires lors de visites dans la région. A partir de cette date, le château devient le lieu de joutes verbales de troubadours, et de poésies lues.
* A partir de 1315, le père de Gaston Phébus rend habitable le grand donjon, fait percer des fenêtres et voûte les étages.
* Au 14ème siècle un Comte hors du commun, Gaston Phébus (écrit souvent Phoebus), "le soleil", donne à la ville une fière devise : "Touches-y si tu l'oses".

 

* En 1382, Gaston Phoebus tue son fils unique, par un excès de colère.
* Au 15ème siècle, construction de la tour ronde (3ème tour de ce château).
* Vers 1607, après l'avènement de Henri IV (voir liste des rois), le comté est réuni à la Couronne de France et Foix devient le siège d'un gouvernement militaire.
* En 1634, Richelieu ordonne le démantèlement du château, qui fut sauvé par le gouverneur Laforest-Toiras.
* En 1645, cette forteresse sert de dépôt d'archive puis devient une garnison. Sa vie est émaillée de réceptions grandioses lors de venues des gouverneurs dont le Comte de Tréville, capitaine des mousquetaires de Louis XIII, et le Maréchal de Ségur, ministre de Louis XVI.
* En 1790, ce monument devient une prison.
* En 1840, le château est classé aux Monumenst Historiques.
* En 1864, le château abandonne sa fonction de prison.
* Fin 19ème siècle, Paul Boeswildwald, gendre de Viollet Le Duc, restaure le château, essayant de lui redonner son allure médiévale.
* En 1930, le château devient musée départemental. Il offre des collections faisant revivre l'histoire de Foix.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis les ruelles de la ville est libre et gratuite. La visite du château est payante.

 

 

Crénelage et mâchicoulis symbolisent les défenses du Moyen Âge  

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Repost 0
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 07:30

 

Département :   83 - VAR 

 

Le bourg :

Sur sa colline, le vieux château médiéval est fier de se montrer aux touristes.     Situation :   (--> le voir sur la carte)

        Grimaud est une commune très connue par les touristes cherchant le soleil au bord de la méditerranée. EIle est proche du Golf de Saint Tropez. Le bourg est situé à 65km au Nord-Est de Toulon et à 60km au Sud-ouest de Cannes.

   Coordonnées du bourg :

43° 16' 28.434" N 6° 31' 16.651" E
 43.274565°  6.521292°

 

     Origine du nom :   

         Le village a pris le nom de son premier seigneur en  983, un certain Grimaldi ou Grimaldus (voir explication dans historique).

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

      Posé au sommet de la colline, le château surveille encore le village. Mais sa fonction première au 21ème siècle est d'attirer les touristes pour un but de promenade agréable. Il est vrai que depuis le parking, le large sentier en faible montée, sous les arbres, donne vraiment envie de toucher ces vielles pierres et d'admirer la vue.

 

Le rempart

    A la sortie de la belle promenade ombragée, je tombe devant une réalité médiévale : Un rempart crénelé.
     A l'origine, il y en avait 3 entourant le château et aussi la première ville. Puis, avec la renaissance, le rétablissement de la paix, l'expansion de l'économie et de la démographie, le village s'est étendu à l'extérieur. Il ne reste plus de traces des aménagements. Un théatre de verdure accueillant des spectacles l'été remplace les habitats médiévaux.


1ère analyse du château

      En regardant vers le château, je constate qu'il me reste encore de la marche et du dénivelé. Il semble très logique d'avoir construit un bâtiment fortifié en ce lieu. Déjà, les Gallo-romains avaient établi une défense.

     La ruine a une forme très traditionnelle :

 * Une courtine rectangulaire avec 4 tours d'angle.

 * Une porte centrale sûrement équipé d'un pont levis, aujourd'hui disparu.

     De grandes fenêtres à meneaux (voir vocabulaire) ont été implantées dans les courtines. Ce rajout renaissance prouve que ce château a été habité longtemps par des seigneurs ou de riches bourgeois.


La tour

    En approchant de la base d'une tour posée sur le rocher, je constate la présence de grandes baies. Elles prouvent le confort apporté par les propriétaires au détriment d'une défense (devenue inutile avec l'invention de l'artillerie). La consolidation (abusive ?) des murs avec des matériaux modernes défigure un peu cet "ancêtre".

Reste-t-il encore des traces médiévales dans ce château très refait ?

Évidemment, je fais durer le plaisir.

 

Les défenses

    Dans un angle, une archère se montre timidement, mais je doute que sa construction soit du Moyen Age. Elle ressemble plus à une fente pour fusil. Il est curieux de ne rencontrer aucune bouche à feu.

Est ce du au pillage après la révolution Française ?

   J'ai hâte de voir si l'intérieur comporte des vestiges médiévaux, ou s'il a été "cimenté". Vite, je grimpe les escaliers de pierres.

 

 

   L'intérieur :  

Première sensation

       L'intérieur n'est pas comme les ruines que je vous montre souvent. Il n'y a pas de végétation verte au sol, pas d'arbre détruisant les murs, pas de ronces pour griffer mes jambes, pas de mur presque tombé, pas de pierres au sol. C'est très "propre". Il est vrai qu'il est important de sécuriser un château aussi visité.


Deuxième sensation

    Le rocher est sous mes pieds. Les différentes fouilles ont supprimé pierres, herbe et terre. Cela me change de mes ruines "habituelles". La cour du château est moins sauvage et restitue un peu l'ambiance. Mais où sont les traces médiévales ?

   C'est sur une tour très reconstruite que les plus importants indices apparaissent : Deux portes ogivales et une porte classique (donnant accès à un ancien chemin de ronde ?). Ces indices médiévaux sont minces, mais 6 siècles d'habitat ont eu raison de la "rusticité" de cette époque. Les seigneurs ont élégamment transformé cette forteresse en résidence confortable.

   En m'approchant d'une fenêtre, je découvre l'aride vallée à l'opposé du village.

Quelle vue !

    Les guetteurs devaient avoir énormément de plaisir à contempler un si joli paysage.

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, présence d'un hameau nommé : Sambracis.
* Entre 890 et 973, les Sarrasins envahissent la région. Certains s'installent et d'autres poussent jusqu'au Dauphiné en rasant certains villages. L'après Charlemagne (voir liste des rois) n'est pas une période de paix. 
Le village se nommerait : Fraxinet. Il était considéré comme : La Capitale des Maures.
* En 983, Guillaume Ier, comte de Provence donne la seigneurie du Freinet (nouveau nom du village) à Gibelin de Grimaldi d'origine Génoise (branche cadette des Grimaldi de Monaco) pour avoir participé à la victoire contre les Sarrasins..... Est ce la vérité ?.... Certains historiens affirment que le constructeur du futur château se nommait Grimaldus, seigneur local (et ne serait pas apparenté à cette famille si médiatisée au 21ème siècle). ** note
* En 1119, première mention du castrum de Grimaud (habitat fortifié). Il appartenait à la Seigneurie des Vicomtes de Marseille.
* Vers 1246, les terres et le château deviennent la propriété des Pontevès. Le bailli élève le domaine au rang de Baronnie (voir titres de noblesse).
* En 1385, Louis II, comte de Provence, donne les droits seigneuriaux à Florin de Castellane.
* En 1390, la reine Marie ordonne que le lieu de Grimaud fasse partie du domaine du roi et soit fief de viguerie.
* En 1441, le roi René donne Grimaud à son grand sénéchal Jean de Cossa. Ce nouveau propriétaire embellit le château.
* Vers 1550, le domaine passe à la famille Castellane.
* En 1627, la Baronnie est élevée au rang de Marquisat en faveur de Esprit Allard, grand maréchal de France de Louis XIII (voir liste des rois).
* Vers 1650, la veuve de Allard vend le domaine à Geneviève de Castellane, épouse de J.B. de Suffren. C'est une curiosité de l'histoire; La famille Castellane récupère par cet acte leurs terres perdues 50 ans plus tôt.
* Vers 1665, le château est démantelé sur ordre de Mazarin.
* A la fin du 17ème, la seigneurie appartient aux Castellane-St-Juers. Le château est restauré, et remanié pour plus de confort.
* Vers 1791, le château est démantelé par les révolutionnaires. Il est confisqué comme "bien national" et sert de carrière de pierres.
* En 1928, les ruines sont inscrites aux Monuments Historiques.
* Au milieu du 20ème siècle, et durant plusieurs années, des travaux de consolidation sont effectués.
* En 1996, le château est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est faible, mais n'oubliez pas, l'ancien château fort est aujourd'hui une ruine.

 

** Note : Un de mes lecteurs, historien et écrivain, ayant eu accès aux archives de la principauté de Monaco, a la conviction (ainsi que les preuves) que le fondateur de ce château n'est pas apparenté à l'actuelle famille Grimaldi de Monaco.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 83 Vers Menu châteaux du Var
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Provence : 04 13 83 84
commenter cet article
18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 02:00

Département :  11 - AUDE

  Au milieu des vignes, un château médiéval nous attend.

Le bourg :

   Situation (--> le voir sur la carte)

      Ce château inconnu (ou presque) est situé à 50km au Sud-Est de Carcassonne, à 40km au Sud-Ouest de Narbonne, à 25km à l'Ouest de Leucate, à 5 km à l'Est de Tuchan et à 2 km du renommé château d'Aguilar.

    Coordonnées du château :

42° 53' 543 N 2° 44' 51'  E
 42.898352  2.747489

 

Le château :

     L'extérieur :

Comment le trouver ?

    Aucun panneau sur la route (RN611) indique sa présence, mais un castellologue "extraordinaire" comme moi (heu... c'est mon blog donc j'ai le droit de dire des bêtises  ) ne pouvait pas manquer ce rendez-vous avec une ruine qui a vu les Cathares et surtout les Espagnols.

    Elle se cache dans les vignes, mais mon nez de fin limier (il est vrai aidé par un viticulteur) l'a dénichée dans la brume matinale de fin d'été.

 

Est ce un château ou un simple mur ?1ère analyse

      Mon premier étonnement, c'est la position "défensive" du château.  Il n'est pas implanté sur la petite butte toute proche, comme le sont toutes les constructions de l'époque médiévale, dans une région vallonnée. Il est en fond de vallée et dominé par des collines.

Curieuse stratégie militaire !

 

2ème analyse

   Autre curiosité pour un "château de plaine", c'est l'absence de fossé autour.

Mais peut être a t il été comblé avec le temps pour agrandir les terres à vigne ?

    L'extérieur est une vaste enceinte à plan polygonal irrégulier.

A - Les murs font 1 mètre d'épaisseur et presque 1,5 mètre au Nord-Ouest, coté le plus proche de la colline.

B - Le mur Est est complètement effondré, et je dirais : "Explosé".

Sont ce les Espagnols qui ont commis cet acte ?

C - Le mur coté Ouest comporte de très nombreuses ouvertures sur 2 niveaux. Elles sont trop étroites pour des archères, j'opte pour des ouvertures de tir d'arme à feu, ce qui prouverait que ce château était toujours habité au 16ème siècle.

D - La porte d'accès devait être  sur le mur Est.

 

   La cour intérieure :
      Il ne reste aucun bâtiment à l'intérieur de la cour, mais ce "vide" fait apparaître l'intérieur encore plus grand. En regardant de plus prêt dans la végétation, on peut apercevoir des fondations de murs appuyés à l'enceinte. Ce sont sûrement les vestiges des bâtiments de "stockage".

    A bien regarder cette ruine, il me parait impossible que cette "forteresse" soit une construction pour un seigneur. Ce devait être une protection pour les viticulteurs du village et les troupeaux, et pour marquer le territoire. 

   Sur le coté Nord-Nord-Ouest du mur, j'observe un grand arc de décharge.

Était ce l'emplacement de l'église ?

   Au centre les vestiges du donjon tentent de survivre aux attaques des ronces.

 

   Le donjon :
     Non, ne rêvez pas, point d'immense tour ici.  Il ne reste au centre que l'emplacement et quelques pierres. Il y en avait bien un, mais pas assez large pour servir d'habitat. Ce devait être surtout une tour de guet, et peut être un bâtiment de protection ultime en cas d'invasion.

 

 

Histoire du château :

* Au 9ème siècle (876 ?), des écrits nous apprennent que le lieu de Domneuve est connu.
* Vers l'an 1000, un testament cite le "allodam de Domneuve" appartenant à l'archevêché. Un village est établi au pied du château.
* En 1177, il semble appartenir à Pierre de Domneunova (est ce le début d'une seigneurie familiale ?).
* En 1262, l'abbaye fortifiée de Fonfroide possède le domaine.
* En 1315, ce petit château appartient maintenant à la famille de Nouvelles (voir son château).
* En 1204, l'église du village dépend de la paroisse de Saint Barthélémy.
* A partir de 1209, début de la croisade des Albigeois :  Aucune mention faite sur la prise par la force de ce domaine. Il est vrai que les  2  forteresses  importantes encadrant ce petit château se sont rendues aux croisés de Simon de Montfort. Il parait logique que Domneuve n'ait pas cherché le combat avec si peu d'argument de défense.
* Au 16ème siècle, une incursion Espagnole laisse des traces à ce petit château.
* Au 17ème siècle, il semble qu'une nouvelle incursion Espagnole sonne le glas du château et peut être même du village.
* Vers 1713, la carte de Roussel (recensant les fortifications) indique que ce lieu est ruiné.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Attention toutefois aux pierres peu stable et aux reptiles.

 

 Les murs intérieurs ont été remplacés par une dense végétation.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 07:30

Blason du canton du Valais

Pays :

 SUISSE

Canton :

 VALAIS

 

Le château :

 

Retirée des axes principaux, la ruine attend le visiteur égaré.  Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Le petit village de Vex se situe à 5km au Sud-Ouest de Sion, sur un promontoire de la rive gauche du fleuve Rhône. Et surtout sur la rive gauche d'une rivière nommée : Borgne.

  

   

  Description du "château" :

    Pour découvrir cet ancien château, il faut emprunter un chemin carrossable à 1.5km en contre bas du village. Au bord d'un ravin naturel, une curieuse tour en ruine attend les visiteurs. Elle porte le doux nom de : Tour Tavelli.

 

   Le site :

  Le site du château est un plateau presque circulaire aujourd'hui transformé en verger. Il est bordé sur 3 cotés par un ravin impressionnant (attention aux enfants).  Les traces de la Tour de Châtillon ont disparu. Curieusement à l'extrémité du plateau, des constructions en pierres tentent de survivre à l'attaque de la végétation.

    Est ce un mur "récent" fait avec les pierres de l'ancienne tour ?

         Ou les restes du rempart ?

   

   La Tour Tavelli :
 
L'extérieur

    Pour la découvrir, il faut descendre dans le fossé, et là..... Quelle surprise !
  Ce n'est pas sa hauteur qui m'étonne mais sa forme. Une tour octogonale.
 Ce type de construction est assez rare, et en plus, je n'ai pas connaissance qu'il en existe une autre en Suisse, ou du moins dans le Valais.
 
    La surprise passée, je reprends mon "inspection". Cette tour devait contrôler et défendre le passage. Elle est précédée par un fossé certainement creusé par l'homme. Je ne vois aucune trace de pilier pour pont-levis.
    Le plan octogonal est régulier. Les parois portent les traces de nombreux trous de boulins (voir vocabulaire). La tour a une hauteur aujourd'hui de 8 mètres, mais comme je ne distingue aucune archère et aucune porte d'accès, je peux supposer qu'elle devait atteindre les 14 mètres. 
  Nota : L'ouverture en partie basse n'est pas la porte médiévale, mais une percée récente (utilisation de la tour pour le stockage ?).
     Curieusement, je ne vois aucun départ de mur, ou aucune trace d'une courtine sur ces parois.

  Etait ce une tour isolée ?

      Ou la tour avait elle des remparts en bois pour accéder aux étages ? 


L'intérieur

    L'intérieur de la Tour Tavelli est aussi de plan octogonal. Je distingue des murs en retrait pour poser des poutres. Deux étages sont clairement visibles, mais aucune trace d'escalier ou de cheminée. Cette tour n'était pas habitable, mais réservée à la surveillance et à la défense.
  Hélas, le ciel Helvète me punit d'être entré dans une propriété privée et fait tomber sur "mon armure" de l'eau de pluie. Je quitte à regret ce lieu médiéval.

 


Histoire du château :

  • * Au 10ème siècle, la seigneurie de Vex dépend de Ayent (à 10km au Nord).
  • * En 1130, la seigneurie devient propriété de l'évêque de Sion. Un château primitif semble exister.
  • * Au 13ème siècle, le château primitif est remplacé par une double fortification. Guillaume Tavelli, un des héritiers de la famille d'Ayent, fait construire une tour fortifiée (qui portera son nom). Et la famille de la Tour-Châtillon en fait de même.
  • * En 1376, la famille de la Tour-Châtillon quitte le château qui n'a qu'un propriétaire unique : Tavelli.
  • * En 1388 à la bataille de Viège (Visp en alémanique) les troupes Savoyardes sont vaincues. 
  • * Vers 1415, après la défaite des puissantes familles De La Tour et Raron, la bourgeoisie tente de récupérer le pouvoir. De nombreuses fortifications sont attaquées et détruites (voir La Tour de Vidômne). 
  • * Vers 1417, il semble que le château soit attaqué par la "bourgeoisie". La Tour Tavelli est "égratignée", alors que l'autre tour est détruite (Ses seigneurs étant détestés par la population).
  • * Au 15ème siècle, le nouveau propriétaire se nomme : Chevron-Vilette.
  • * Au 20ème siècle, des fouilles sont entreprises pour comprendre l'aménagement du site.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La propriété est privée. En respectant le lieu, il est possible de regarder la Tour Tavelli. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

Depuis le fossé qui la précède, cette tour parait gigantesque !  

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux Suisse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Suisse médiévale
commenter cet article
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 01:50

Blason du canton de Vaud

Pays :

 SUISSE

Canton :

 VAUD

 

Le château :

 

Est ce un décor de château pour un film ?  Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Le village de Lucens est à 30km au Sud-Est de Fribourg et à 20km au Nord-Est de Bulle.

 

   

  Description du château :

    Sur une petite colline proche du centre du village, un curieux château multi-époques regarde les hommes du 21ème siècle. Est il réellement médiéval ?

 

    L'extérieur :

    Depuis le parking du village, la vision de ce château m'étonne :   Est ce un décor de cinéma pour un film sur "Guillaume Tell", ou bien l'imitation d'un château médiéval par un riche architecte ?

     La partie gauche est sans rapport avec celle de droite.  Elle ressemble à une construction du 19ème siècle avec ses fenêtres sans style caractéristique, et son toit en tuiles. Pourtant, des échauguettes (voir vocabulaire) sont posées aux extrémités comme pour surveiller et défendre les angles morts. Ce mystère m'anime.... Vite, je veux le découvrir.


   La montée vers ce château n'est pas très difficile et je m'amuse à découvrir cette forteresse à travers les arbres qui semblent jouer avec moi. Une grosse tour apparaît soudain. Ce devait être le donjon de type Savoyard du 13ème siècle. C'est incontestablement la partie la plus ancienne du château. Cette imposante tour mesure 26m de haut et ressemble à celle de Romont (voir exemple), ou  de Bulle. Sur la face Est je crois discerner des traces de cheminée, ce donjon était donc habitable. Les créneaux ont été transformés en fenêtres lors de l'ajout de cette récente toiture.
 
    Dans les bâtiments annexes, quelques fenêtres à accolade du 15ème siècle ont été percées mais les mâchicoulis, les archères droites, les créneaux trahissent bien ses origines médiévales. Mon instinct ne m'avait pas trahi.
   Un large fossé m'empêche d'approcher du rempart, mais en suivant la petite route, je découvre une bretèche  (voir vocabulaire). Tous ces détails me donnent envi de débourser quelques piastres pour visiter ce château.  Mais où est l'entrée ? Au Nord, proche de la pente, un pont d'une seule arche apparaît. Je m'attendais à un pont-levis pour protéger ce château et c'est un pont fixe recouvert qui enjambe le fossé (certainement une modification récente). Ses murs comportent des archères droites et des arquebusières.
  Pour accéder à ce pont je dois auparavant franchir un autre obstacle. L'entrée en chicane était protégée par une sorte de barbacane  (voir vocabulaire). Voila un château qui a su évoluer avec les progrès des engins d'attaque.
  C'est avec prudence que j'ose franchir ce pont et tente de sonner à la porte.

   

    L'intérieur :

- Privé est ce château.

  - Impossible est la visite.
    - Déçu est votre chevalier.
      - Envie de découvrir une ruine, il me prend.


  Me voila reparti vers une nouvelle croisade; Venez vous avec moi ?

 

 

 Histoire du château :

  • * En 965, pour défendre les terres épiscopales de la vallée de la Broye, un manse seigneurial (voir explication) est donné par le Domaine Royal de Haute Bourgogne au chapître de la cathédrale de Lausanne. Un château en bois sur butte est sûrement construit, mais aucun vestige l'atteste.
  • * Au milieu du 12ème siècle, un château en pierres est construit.
  • * Au début du 13ème siècle, le Duc Berchtold  V de Zahringen fait démanteler le château par ses troupes.
  • * Peu après, il semblerait que l'évêque Roger de Vico Pisano fasse reconstruire "partiellement" le château (?).
  • * En 1235, le siège du centre épiscopal est transféré à Lucens.
  • * En 1273, devant la pression du Comte de Savoie (voir liste), l'évêque fait construire un puissant château pour défendre la frontière méridionale.
  • * Durant 2 siècles, les évêques séjournent partiellement dans le château.
  • * En 1406, l'évêque Guillaume de Menthonay est assassiné par un de ses domestiques.
  • * En 1474, début de "la guerre de Bourgogne".
  • * En 1476, les confédérés attaquent le château et incendient une partie de la ville et le château. Les Bernois établissent leur pouvoir sur le canton de Vaud.
  • * En 1542, un bailli Bernois s'installe à Lucens.
  • * Vers 1580, des bâtiments annexes sont construits.
  • * Vers 1795, le bailli Bernois est chassé du château, et devient propriété du canton de Vaud. Il est revendu à un propriétaire privé.
  • * Durant le 18ème et 19ème siècle, des aménagements sont effectués par les nombreux propriétaires.
  • * En 1920, des restaurations sont entreprises.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La propriété est privée et n'est plus ouverte à la visite.

 

Quelle puissance !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux Suisse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Suisse médiévale
commenter cet article
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 07:30


      Blason du canton de Fribourg
 

Pays :

 SUISSE
 

Canton :

 FRIBOURG
     

 

Le château :

 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Le village de Bulle se situe à mi-distance entre Fribourg et Montreux.


   

  Description du château :

    Proche du centre ville actuel, un puissant château attire le regard par la dimension de son donjon.
   Son origine médiévale est évidente, malgré quelques modifications tardives.

 

    L'extérieur :

  Même de loin, l'architecture de ce château  est très facile à comprendre. C'est un bâtiment presque carré  (40 mètres de longueur) avec une cour intérieure. Sur 3 angles, des échauguettes (de construction tardive il me semble) surveillent les courtines (voir vocabulaire). Le puissant donjon est situé sur le 4ème angle. Ce château me semble être plus pour marquer un territoire et montrer la puissance, que pour protéger un seigneur, car il parait plus sécurisant d'installer un donjon au centre des remparts.  Et pourtant, c'est une architecture très "classique" en Savoie. Peut être était ce un aménagement au 13ème siècle, d'un Comte de Savoie.

 

Le Donjon 
   La première surprise est la hauteur du donjon. Plus de 30 mètres de haut. Ce doit être la tour maîtresse la plus grande de la Suisse Romande. Ces murs semblent puissants et épais (une brochure parle de plus de 2m).
   La deuxième surprise est la presque absence d'archère ou de bouche à feu. Une tour posée à l'extérieur des courtines devrait pouvoir se défendre, surtout au 13ème siècle. Mais le château a subit de nombreuses modifications durant 700 ans, il est possible que les "fentes" aient été bouchées.
  
Les Courtines  
   Evidemment, des murs aveugles d'époque médiévale ne sont pas digne du confort que l'on imagine à partir de la renaissance. Les façades sont percées de nombreuses fenêtres gommant le caractère guerrier de ce château. Pourtant, en observant ces murs, il y a des traces qui me réjouissent.
   D'abord une archère en croix ayant été modifiée avec l'invention des armes à feu (trou rond à sa base), Puis une descente en forme de "tuyau" dont la fonction m'échappe (Vide ordure, lattrines, assommoir ?...). Il est rare de trouver cette ouverture au dessus d'une archère.
    Ensuite, en haut des murs, un crénelage dont les merlons (voir vocabulaire) comportent de petites archères en croix, et les créneaux possèdent des "volets" en bois permettant un tir vertical sans risque pour l'archer.
   Enfin, une poterne proche du Donjon, certainement protégée par un pont levis, ou une porte "relevable".
 
L'entrée
    Elle est située à l'opposé du Donjon. Un pont fixe remplace le pont levis médiéval. Un fossé (sans eau bien sur) entourait l'ensemble du château. Il a été comblé au 18ème siècle.
   Je vous invite à découvrir l'intérieur en franchissant le pont fixe et la porte médiévale qui a perdu sa herse, son assommoir etc....

   

    L'intérieur :

  Normalement, c'est un bâtiment administratif qui ne se visite pas. Mais il est possible d'entrer dans la cour et voir un mélange de styles amusants et harmonieux.

Qu'en pensez vous ?

      Légèrement décentré, un puit très consolidé comporte encore de l'eau. Le choix du lieu de construction du château habitable est très judicieux.     A travers les fenêtres je crois distinguer des aménagements modernes dans les salles des administrations. Les traces médiévales à l'intérieur semblent avoir disparues.

 

 

Histoire du château :

  • * Au 11ème siècle, un village nommé "Butum" ou "Butulum" est cité dans un texte.
  • * Au début du 12ème siècle, le Comte de Gruyère cherche à étendre son territoire et convoite Bulle.  Le territoire appartient à l'évêque de Lausanne. Pour protéger son bien, il fait construire un château.
  • * Au 12ème siècle (1162 ?), un texte décrit un marché hebdomadaire aux pieds du château. Bulle est donc la deuxième ville créée dans le pays Roman.
  • * En 1195, le conflit de territoire cesse au profit de l'évêque. Le Comte de Gruyère abandonne son droit d'organiser un marché dans sa ville (au profit de celui de Bulle).
  • * En 1230, l'évêque Boniface de Lausanne fait fortifier la place par des remparts autour de la ville.
  • * Vers 1255 (?), la ville appartient au Comte de Savoie.
  • * Vers 1263 (?), le Comte Pierre II fait construire un puissant donjon rond à la place de l'ancienne tour carrée.
  • * En 1474, début de la guerre de Bourgogne.
  • * En 1476, pour se protéger des attaques du Duc de Bourgogne, les Bullois concluent une alliance avec les Fribourgeois, et "partagent" le château.
  • * En 1536, l'armée Fribourgeoise occupe la région, en réaction à l'invasion des Bernois. Elle fait construire les annexes de confort et d'habitation.
  • * Durant 200 ans, les baillis aménagent le château.
  • * En 1614, après de nombreux confits juridiques contre les Fribourgeois, l'évêque accepte l'abandon de ses droits sur Bulle contre une rente.
  • * Au 18ème siècle, de nombreuses modifications adoucissent l'architecture guerrière; Ouverture de fenêtres, comblement des fossés.......
  • * En 1805, un incendie détruit une partie de la ville. Les remparts de l'ancien bourg sont détruits définitivement. Le château est épargné.
  • * Au 19ème siècle, le château abrite la préfecture du district.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La propriété est un centre administratif et n'est pas ouverte à la visite. Mais il est possible de voir la cour intérieure.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux Suisse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Suisse médiévale
commenter cet article
6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 07:30

Blason du canton du Valais

Pays :

 SUISSE

Canton :

 VALAIS

 

Le château :

 

Dans un château blanc, y a t il une princesse Blanche Neige ?  Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Le village de Grône se situe sur la rive gauche du Rhône, à 6km à l'Est de Sion.


   

  Description du château :

    Proche du centre ville actuel, légèrement au dessus de la route, un curieux bâtiment blanc attire mon attention.
  Ce n'est pas vraiment un château mais une "Maison Forte". Son origine médiévale est très douteuse, mais je souhaitais vous montrer un bâtiment différent des classiques châteaux.

 

    L'extérieur :

  Depuis la route qui traverse le village, la blancheur de ce bâtiment tranche avec les couleurs foncées de la forêt. Sa forme très "carrée" et rectiligne pourrait faire penser à une construction d'avant le 13ème siècle, mais il n'y a aucun moyen de défense et l'unique tour n'est pas très médiévale. 
     
Devant la façade, quelques détails révèlent son origine.
  - La tour : Ce n'est pas un donjon, mais une tour escalier, construction classique après le 15ème siècle. Cela donne plus de volume aux pièces d'habitation et permet de desservir les étages sans pénétrer dans les pièces.
  - Les salles : Elles semblent grandes et très éclairées. Des fenêtres à meneau central ont été percées, hélas sans sculpture ou agrément architectural. Mais, en cherchant un peu, je vois quelques
ouvertures en accolade.
  - La porte :
Elle est en anse de panier, architecture classique à la Renaissance, mais (comme pour les fenêtres) ne comporte pas de sculpture.
 
   Evidemment, posée sur sa petite colline, la maison forte offre un magnifique panoramique sur la vallée du Rhône à tous les visiteurs curieux (comme moi).

   

    L'intérieur :

  Normalement, c'est un bâtiment administratif qui ne se visite pas. Mais il doit être possible d'entrer dans certaines pièces. Le hasard a voulu que je le découvre un dimanche soir, donc fermé.
  Par les fenêtres je crois distinguer de grandes salles lambrissées.
 

 
Histoire du château :

  • * Au début du 13ème siècle, un petit château est construit par les seigneurs de Morestel, une des branches de la puissante famille de la Tour-Chatillon.
  • * Au 15ème siècle, (certainement lors de la révolte des Haut-Valaisiens) le château est détruit.
  • * En 1565, le sire Jean Olivier, vice châtelain de Grône, construit une maison forte (certainement à l'emplacement de l'ancien château).
  • * Vers 1586, la commune échange ce bâtiment contre un autre près de l'église.
  • * Au 17ème siècle, un centre administratif est installé dans le bâtiment.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La propriété est communale et n'est pas ouverte à la visite, mais il doit être possible de voir certaines salles.

 

La vallée du Rhône est merveilleuse en Valais. 

Cliquez pour revenir au menu des Châteaux Suisse

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Suisse médiévale
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 00:55

....... du château de Valvert !Je suis le Diable du ................


 




 

Signification au 21ème siècle :

 "Aller au Diable Vauvert" signifie :
     * Partir loin malgré les risque potentiels,
     * S'engager dans une expédition dangereuse.
 

Il existe une variante : 
 "C'est au Diable Vauvert" signifiant :
     * Ce lieu est situé dans un endroit déplaisant.

 
 
Naissance :

   Au 11ème siècle (?).
 
 
 
Origine de l'expression :

  Au 10ème siècle, le roi Robert Ier  fait construire un château à l'extérieur de Paris. Ce lieu se nommerait "Valvert". Abandonné, il devient le repaire de bandits. Il semble que les voyageurs passant proche du château soient attaqués et rançonnés.

 La route de Valvert est déplaisante, voir dangereuse, et même diabolique.

 

------------------------------------------------------


Il existe de nombreuses interprétations plus ou moins sérieuses, mais une semble avoir une origine historique.
 
Naissance :

   Au 13ème siècle (?).
 
 
 
Origine de l'expression :

  Dans une maison forte (château ?) au lieu dit "Val-Vert", un homme s'est retiré après avoir été excommunié (certains pensent au Roi Louis Philippe vers 1200).
Excommunication = Errance = Fantôme = Mystère = Diabolique.
  Vers 1257, le roi Louis IX donne les terres de "Val-Vert" aux Chartreux qui se chargeront de "purifier" ce lieu. L'association des mots Diable et "Val-Vert" engendre la peur, le risque ....
 
 
 
 
 

Souhaitez vous retourner vers le menu des expressions ?

 
Repost 0
Published by Le Chevalier du 38 - dans Les Expressions
commenter cet article
19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 06:30

Blason du canton du Valais

Pays :

 SUISSE

Canton :

 VALAIS

 

Le château :

 

Même la végétation n'ose pas s'approcher de cette vieille tour.  Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Le village de Raron se situe en zone linguistique Alémanique. Sur ma carte achetée en France, il se nomme Rarogne.
 Raron est à 20km à l'Est de Sierre et à 6km à l'Ouest de Visp (Viège en Français).  Le village est sur la rive droite du fleuve Rotten (c'est le nom que prend le Rhône en amont de Sierre). 


   

  Description du château :

      Sur un petit promontoire, à 120 mètres au dessus du village de Rarogne, une église trône fièrement et surveille les villageois. Cette église est l'ancienne Tour des Majors.
   A quelques mètres à l'Est, une autre tour attend ma visite. Elle se nomme : Tour des Vidômnes
.

    Le site :

  Pour comprendre l'aménagement du site à l'époque médiévale, je vous propose de regarder le plan réalisé au 20ème siècle.
      A -
Tour des Vidômnes (en jaune),
      B -
Tour des Majors, aujourd'hui église paroissiale (en bleu),
      C - Ancien presbytère, aujourd'hui musée,
      D - Cimetière,
      E - Ancienne porte du château,
      F - Entrée du site (certainement fortifiée avec pont levis),
      G - Fossé.

  
 

    L'extérieur :

  La tour des Vidomnes est le bâtiment roman le plus ancien non remanié de la Suisse Romande. 
Cette tour est composée de 2 ensembles distincts :
      * Coté Sud (sur la droite de la photo), l'ancien donjon plusieurs fois remanié,
      * Coté Nord, une petite tour escalier.

             Le donjon :
 
Il a une base carrée avec une hauteur globale de 13 mètres. Avec un peu d'attention il est possible de comprendre son évolution architecturale.
   Jusqu'à 7 mètres de hauteur, c'est la construction du 12ème siècle, composé de pierres longues en appareil régulier. Cela prouve une construction soignée et réalisée pour un riche seigneur.
   A 8 mètres du sol, la porte d'entrée du donjon aujourd'hui bouchée est de style roman plein cintre. Pour l'atteindre, il fallait certainement utiliser une échelle amovible.
   Quelques fenêtres ont été percées au 17ème siècle pour amener la lumière dans cette sombre tour dont la vocation de défense était devenue inutile.
   La face arrière (coté Ouest) ne comporte pas de signe médiéval, mais mes yeux sont attirés par
les belles montagnes au Nord.
   

             La Tour escalier :

  Elle est de dimensions très modestes et n'a pas été construite pour la défense mais pour desservir les étages du donjon devenu habitable. La construction est moins soigné que pour le donjon et les pierres sont de qualité non homogène et parfois mal taillées.
 Une porte à deux vantaux est construite au niveau du sol, et une pierre représentant
le blason aux armes des Rarogne a été posé en 1633 (?).

   L'escalier en colimaçon est visible par de nombreuses ouvertures. Et, sur la face Nord, derrière la Tour-escalier, il me semble reconnaître des latrines.

   

    L'intérieur :

  Hélas, la tour est propriété privée, et ne peut pas se visiter.
 

 
Histoire du château :

  • * Au 12ème siècle, une famille prenant le nom de Rarogne s'établit sur le plateau. Il participe à la construction d'une tour de "repli" en cas d'attaque.
  • * Au 13ème siècle, la famille Rarogne est investit par l'éveque de Sion du vidomnat. Leur puissance grandit en Haut-Valais et même en Bas-Valais. Il semble que la tour soit réhaussée.
  • * Au 14ème siècle, le Comte Pierre II (voir liste des Comtes de Savoie) s'oppose à la puissance de la famille Rarogne. Elle ambitionne la souveraineté héréditaire. La révolte bourgeoise gronde devant ce trop grand pouvoir.
  • * Au 15ème siècle, la famille Rarogne devient "Grand Bailli épiscopal". .
  • * En 1419 (?), les Haut Valaisiens attaquent les châteaux des Rarogne. C'est le début du déclin de cette famille. La vieille tour échappe aux pillages.
  • * En 1528, la tour est vendue à la commune.
  • * Au 16ème siècle, deux pignons à redents (très à la mode) sont ajoutés,
  • * Au 17ème siècle, des fenêtres à meneaux apportent de la lumière à cette sombre tour. Un bâtiment est ajouté au Nord servant d'escalier.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La propriété est privée et n'est pas ouverte à la visite.

 

Quelle est belle la montagne du Valais  

Cliquez pour revenir au menu des Châteaux Suisse

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Suisse médiévale
commenter cet article