Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 07:30
   

Pays :

  BELGIQUE

Région :

  Brabant Flamand
   



Le château :

      Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Beersel est un bourg situé à quelques kilomètres au Sud de Bruxelles, capitale de la Belgique.

   Coordonnées du château :

50° 45′ 56.16″ N 4° 17′ 59.28″ E
 50.7656°  4.2998°

 

Le château : 

    L'extérieur :

   En arrivant sur le parking, je ne vois pas la beauté de pierre qui m'attend, pourtant il y a un frémissement des arbres et une odeur de plaisir qui ne trompent pas.

 

La découverte

   Après avoir donné quelques piastres au guichet, le magnifique château fort  en briques rouges apparaît dans son écrin de verdure.

Quelle incroyable architecture !

 

   Comme moi, vous avez été surpris par la forme ronde de ce château si différente du stéréotype (voir exemple), et aussi par sa couleur dominante rouge, puis par les encadrements des ouvertures en pierres blanches.

Ce château fort est unique!

 

     Fébrile, je m'avance lentement vers la 1ère défense d'un château de plaine : Les douves.

  L'eau est une protection efficace contre un adversaire mais c'est aussi un "attaquant" qui ronge le bas de la construction. Il faut parfois assécher les douves pour consolider le château. C'est un fossé boueux qui m'attend.

 

           Quelle chance !    Je peux voir la base des tours et courtines. 


Rempart et défenses

     Cette haute construction est la tour-porte. Elle était précédée par un pont-levis remplacé aujourd'hui par une passerelle fixe en bois. Le château possède 3 tours qui semblent identiques (avec cette toiture en ardoise et pignons à redans datant du 17ème) et pourtant elles sont bien 3 différentes.

Avez remarqué cette curiosité défensive sur 2 des tours ?

 

   Elles comportent des échauguettes "regardant" vers l'intérieur . Oui, vous avez bien lu, ce système de défense presque toujours orienté à l'extérieur sert ici à l'attaque des assaillants ayant réussi à entrer.

Incroyable !

 

   Entre les tours, une courtine arrondie  (facilitant la défense par la suppression des "angles morts") possède de nombreuses archères droites, archères en bêche et surtout des archères cruciformes à croix pâtée, puis sur l'autre face, archères à couleuvrine. et même des canonnières.

Quelle défense !.... Quelle diversité !

 

 

    L'intérieur du château :

Dans la cour

     Il y a d'abord les vestiges d'un logis médiéval datant de la fin du 15ème siècle. Il semble qu'il y ait un projet de réactualisation de la construction à l'identique, mais les archéologues n'ayant pas de plan ni de gravure montrant ce logis et la chapelle médiévale, il n'est pas encore prévu une reconstruction.

    Dans la cour, ce qui me fascine ce sont les tours. Vous avez évidemment reconnu la tour-porte. Comme ses 2 autres "soeurs", elle a 3 niveaux :

  1er niveau : Salle des gardes avec accès au chemin de ronde sur les courtines.
  2ème niveau : Habitations.
  3ème niveau : Salle d'armes avec un chemin de ronde au sommet des tours.

 

    Dans la cour, la hauteur des tours avec leur façade rectiligne a du impressionner de nombreux "entrants".
    Un assaillant n'avait pas de recoin pour se cacher et se trouvait sous un feu multiple, mais un visiteur pacifique se sentait petit et sous le charme au centre du cercle.

 

     Avec le ciel bas du mois de mars et la faible lumière d'une fin de journée, ces tours ne sont pas mises en valeur par mes photos. Imaginez ces briques rouges sous le soleil.

Quel spectacle !

 

Les axes de circulation

   Avec 3 tours habitables comportant 3 étages, la circulation est un facteur important. Pour se rendre dans les différents bâtiments au niveau du 1er étage il y a le "classique" chemin de ronde.

                   Classique ?.... Pas si évident que cela.

 

   En plus d'être un chemin couvert entre courtines et tours, il sert aussi pour la défense du château. Cette allée de circulation comporte des archères cruciformes avec une ouverture "en bêche" en partie basse (pas très classique donc), de plus à la place des habituels mâchicoulis (voir vocabulaire) l'architecte a construit des ouvertures inclinées (réalisation encore moins classique !).

   Évidemment dans les tours point d'ascenseur, mais de nombreux escaliers de formes et de dimensions différentes. Le classique escalier droit  et l'élégant escalier en colimaçon, (évidemment, il existe aussi des escaliers en bois).

Ce château n'est il pas incroyable ?

 

Les salles 

      Les pièces habitables étant dans des tours semi-circulaire, l'architecture est donc différente d'un classique château, de plus les fenêtres avec coussièges (voir vocabulaire) ne sont pas identiques :

* Certaines salles possèdent des fenêtres à 2 coussièges,
* D'autres ne comportent qu'une seule banquette,
* Et enfin, quelques pièces ont une faible lumière due à une seule ouverture avec coussiège unique.

      Ces fenêtres ont certainement été construites au 16ème siècle (à l'emplacement d'archères) pour donner plus de confort et de lumière à cette forteresse médiévale. A l'origine, les seules ouvertures regardaient dans la cour.


Les pierres sculptées 

    La brique est le matériau de construction de ce château. Pour la décoration, les architectes ont utilisé la pierre. Elle est présente évidemment pour les systèmes de défense (archères, bouche à feu...), mais aussi pour les éléments de confort comme les cheminées dont certains manteaux sont sculptés.

    Dans les pièces de vie, de nombreuses pierres portent des motifs comme par exemple les culs de lampes, mais aussi les décorations au centre des croisées d'ogives.

 

Ma surprise

  Avant de quitter ce château unique, je veux vous montrer un détail dont je raffole.... ce sont... hihihi.

Dois je vous les nommer ?

 


Histoire du château

* A la fin du 13ème siècle, Godefroid de Halbeke s'établit dans un petit village nommé Beersel (il semblerait que cela signifie : demeure des ours).
* Au début du 14ème siècle (1306), Godefroid devenu Sénéchal du Brabant ordonne la construction d'un château.
En 1357, les troupes de Louis de Male Comte de Flandre (voir titre de noblesse) attaquent et brûlent le château.
* Peu de temps après, la forteresse est reconstruite, "plus grande et plus forte" affirme le chroniquer Molinet.
* En 1375, Marie de Stalle donne par mariage le château et les terres à Jean de Witthem. Le blason de cette famille rappelle qu'elle descend en droite ligne d'un bâtard de Jean II de Brabant.
* En 1489 le château est attaqué par les Bruxellois et partiellement détruit. Après la rédition des occupants, les murailles sont réparées.
* Au 17ème siècle, la dernière héritière de la famille de Witthem épouse le Prince Arenberg. Le château est transformé et les tours s'embellissent d'élégante toiture avec mur à pignons à redans coté cour.
* Au 17ème siècle, le château n'est plus entretenu et se délabre rapidement.
* Vers 1818, une industrie de tissage du coton s'établit dans le château.
* A la fin du 19ème siècle, des "marchands de biens" démantèlent le château et vendent les pierres.
* En 1934, le site est classé aux Monuments Historiques.
* En 1935, une campagne de restauration redonne un visage à cette magnifique forteresse de la fin du 15ème siècle.
* Au 21ème siècle, la découverte du château est payante. Depuis quelques années, des travaux d'entretien et de consolidation sont menés; Mais la visite libre est possible et permet librement de savourer chaque pierre. Beersel est le site incontournable de Belgique !

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 07:30
 

    Le Jura est peu connu pour ses ruines castrales et pourtant, chaque colline porte les traces d'une construction médiévale.
    Dans un rayon de 40km autour de Lons le Saunier, un amateur de vestiges (et même de châteaux) d'origine médiévale peut être heureux durant de nombreux jours.

 

 

Département 39 - Jura

 

Le bourg :Que vois je en haut de la colline ?
   Situation :   (--> le voir sur une carte)
      Le petit bourg de Toulouse le Château est situé à 10km à l'Est de Poligny et à 20km au Nord de Lons le Saunier.

 Coordonnées du château :

46° 49' 35.85" N 5° 35' 12.923" E
 46.826625°  5.586923°


Le château : 
      L'extérieur :
La découverte
    Sur les pentes dans cette région sont alignées des vignes donnant des vins... Hummm.  Et c'est en regardant cet alignement que mon regard est accroché par un "bloc de pierres".

Mais.... Ne serait ce pas un château ?


L'analyse
     Après une petite marche sur une route goudronnée, je découvre cette ancienne beauté. Certains vont me dire : "Mais elle est un peu cassée cette tour". Je répondrais, "Peut être un peu, mais admirez comme ce vestige est droit et fier !".

        L'intérieur :
   Avantage d'une ruine cassée, c'est la possibilité de voir son intérieur, et il y a beaucoup à dire !

Si, si, regardez avec attention.

   D'abord, les dimensions, bien que modestes, rendent cette tour habitable. Et puis, l'épaisseur des murs trahit une origine..... heu..... ancienne (J'avoue ne pas avoir un repère bien fiable).
 
Descriptions détaillées  
    Dans la partie basse (mais qui ne l'était pas tant que cela il y a plusieurs siècles), il y a une ouverture ressemblant à une fenêtre avec un linteau. Cette "fenêtre" bien modeste et peu esthétique ne devait pas être dans un logis seigneurial.

Avez vous remarqué  un "trou" sur la droite.

J'ose avancer l'idée d'un lavabo (voir exemple dans le château de Beaufort au Luxembourg) se déversant dans l'orifice plus bas à droite.
   La ruine est si consolidée que ma supposition n'est peut être que affabulation.
   La fenêtre du dessus est plus belle et comporte le vestige d'une coussiège (voir vocabulaire).

Son arc me le fait dater du... heu.... ne serait il pas Roman ?

Comment les habitants montaient ils dans les étages ?

   Je ne distingue aucun escalier, mais seulement les corbeaux séparant les étages. Le minimalisme de cette ruine me fait peut être écrire une bétise.

Imaginez vous une tour escalier dans la partie disparue ?

     En me retournant, j'ai ce plaisir habituel est si extraodinaire dans de nombreux châteaux médiévaux. Un panorama magnifique !


Histoire du château :
   Hélas, j'ai peu d'informations historiques sur ce vestige castral.

* En 1477, à la mort de Charles le Téméraire, les rivalités pour s'emparer de la Bourgogne sont nombreuses. Les troupes de Louis XI (voir liste des rois) attaquent et détruisent de nombreuses villes et plusieurs châteaux dont celui de Toulouse.
* En 1938, le commune prend le nom de Toulouse le Château.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite.

 

  Retour au menu des Châteaux du 39 Vers Menu châteaux du Jura
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Franche Comté : 25 39 70 90
commenter cet article
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 07:30

 

 

Département 73 - Savoie
 

 


Le bourg :

    Quelles magnifiques rondeurs ! Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Bourg Saint Maurice est située proche du Parc National de la Vanoise, à 30km à l'Est (à vol d'oiseau) de la ville Olympique de Albertville.

 

    Coordonnées du château :

45° 37' 22.868" N6° 46' 23.128" E
 45.623019° 6.773091°

 

 


Le château:

   L'extérieur :

Préambule

      Bourg Saint Maurice est connu pour son importante gare terminus et surtout pour son croisement routier vers la station de ski : Les Arcs (Arcs.... heu... c'est une arme médiévale).

Y avait il un château d'Arc (appartenant à Mireille bien sur ) à cette époque ?  .

     Évidemment, il n'y a aucun lien toponymique entre le château fort que je recherche et cette station hivernale....... (joueur je suis ).

Mais où est la fortification médiévale ?

  Mon instinct me guide vers ce lieu.
 

 

La découverte

N'est il pas magnifique ce château fort !

   Il est vrai qu'il ne reste qu'une tour cylindrique, mais elle est originale et fascinante.

 

 

Démonstration :

1 - Elle est construite avec des galets ronds (ramassés dans la rivière Isère toute proche) posés en lit horizontal.

2 - Le couronnement au sommet a disparu mais elle semble avoir eu 4 étages.

3 - Les trous de boulin (voir vocabulaire) sont encore présents.

4 - En prenant un peu de recul, il est possible de voir de curieuses ouvertures.

5 - Une ressemble à un "tuyau" pour des lattrines. Il est creusé dans le mur. Cela donne une idée de l'épaisseur de cette tour.

6 - L'autre ouverture est une archère droite (un peu abîmée).

7 - Presque à l'opposé apparaît une autre archère droite plus "jolie". Je suis surpris de trouver ce type de défense du 12ème siècle dans une tour ronde. Une archère droite si courte sans système de visée se voit souvent sur des tours carrées (voir un exemple ici).

8 - Ces archères me semblent très basses. Au cour des années, les alluvions et la terre ont comblé la tour et les fondations du château.

9 - Dans l'effondrement à la base de la tour, je constate une épaisseur du mur approchant les 2 mètres.

10- Au dessus de cette ouverture qui me semblait avoir été causé par les années, 2 magnifiques corbeaux me regardent. L'effondrement devait être la porte d'entrée.

 

 

   L'intérieur :

* L'entrée est interdite, mais en m'allongeant dans l'herbe je peux voir dans la tour des trous pour les poutres des étages.

* Peu de détails sont significatifs, mais un chevalier imaginatif comme moi voit des beautés.... mieux qu'à Versailles .

* Heureux de ma découverte, je pars donc vers de nouvelles aventures qui vont me mener vers la 2ème ruine de Bourg Saint Maurice.

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, Aymeric de Briançon épouse Berthe de Villaraymont. Ils logent dans une maison fortifiée nommée "Villaraymon" (le t final n'apparaît pas, curieusement).

* Durant le 12ème siècle, les seigneurs Villaraymon se succèdent. La maison forte appartient à la famille Bovet puis Gilly.

* En 1590, le château subit les dégats d'une inondation.

* En 1640, la seigneurie appartient à Jean Chapel.

* A la fin du 17ème siècle, à la mort e de Jean la seigneurie appartient à son fils : Philippe Chapel.

* En 1829, un acte précise que les terres appartiennent toujours à la famille Bracorens.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La ruine est une propriété privée. Le risque de recevoir une pierre existe. 

 

 

   
 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 73Vers Menu châteaux de Savoie
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 07:30

 

 

  Je sors ma loupe de détective !

Département :    03 - Allier
 

 

 
Le bourg :

    Situation :    (--> le voir sur une carte)

     Le petit bourg de La Ferté Hauterive est situé à 11km à l'Est de Saint Pourçain sur Sioule et à 25km au Nord de Vichy.

 

   Coordonnées du château :

46° 23′ 51″ N3° 20′ 28″ E
 46.398608°  3.336625°


  Origine des noms (Initiation à la toponymie)
    *  La Ferté serait un transformation du mot : La forte.

Est ce une puissance financière ?

Ou une extrapolation de fortifications ?

    * La Tour des moines est facile à deviner, puisque ce lieu appartenait aux .... Moines (j'adore quand la toponymie est aussi simple).
 

 


Le château :

     L'extérieur :
Comment trouver un château ?Vert de gris, Vert-mifuge, Vert-icale ?..... Quel vers sera dans ce fruit médiéval ?

* La première méthode pour trouver une fortification médiévale est d'abord de s'informer de son existence grâce à ce livre. Mais sur le terrain, la meilleure des solutions est une carte IGN au 1/25000ème. Hélas, elles sont coûteuses et comme elles ne montrent qu'un petit territoire, il en faut des "milliers".

* Autre solution :  Dans le village, demander à un habitant qui sera heureux de fournir ses connaissances sur la ruine (dans laquelle il s'est amusé en étant petit ).

* Ou simplement, lire les panneaux des rues (quelque soit la langue inscrite c'est souvent une bonne méthode).

 


Est ce le bon endroit ?

    Je ne le sais pas encore si c'est le bon endroit, par contre ce n'est pas le bon nom de château. Ce patronyme de "Château Vert" est courant en Bourbonnais Mon livre affirme que dans ce village, le château portant ce nom a disparu.

Vais je rentrer bredouille ?

Quel magnifique donjon !
 

Il est là

    Je me dresse sur la pointe de mes chausses pour voir au dessus du cimetière une incroyable beauté.

Comment la rejoindre ?

 

 

Le donjon

* Pour le découvrir, il suffit de traverser la route pour voir cette beauté médiévale accolée à des bâtiments plus récents.

*Comme à mon habitude, je contourne le site pour m'imprégner de l'architecture.

Ce donjon ne vous fait il pas penser à celui de Crupet en Belgique ?

(voir cet article).

J'adore quand une ruine est pudique. 

 

Première analyse

    Sur l'autre face, la tour prend toute sa majesté. "Presque seule", débarrassée des bâtiments, elle est puissante.

  Question :

Avez vous remarqué sur cette façade le détail dont je "raffole"  ?

Regardez mieux là !

  Absolument, vous avez bien vu des latrines décalées sur 2 étages.

 

Autre détail

     La tour comporte 4 niveaux habitable (d'ailleurs des fenêtres ont été percées "récemment" pour améliorer le confort d'une tour médiévale de défense"). La tour possède un chemin de ronde et elle est coiffée par un haut toit à pavillon.

    Ce sommet est intéressant car il montre la technique de construction des mâchicoulis et la qualité des parements d'angle (voir glossaire).

 

 

        L'intérieur :

    Le bâtiment est une propriété privée habitée, la visite est donc interdite.

 

 

 

Histoire du château :

* Au début du 11ème siècle, le seigneur de la province du Bourbonnais donne ce morceau de terre à l'abbaye Bénédictine de Souvigny. Le lieu prend le nom de La Ferté aux Moines et parfois aussi La Ferté Moniale.

* Au 12ème siècle, le prieuré est prospère.

* En 1442, Dom Cholet, Prieur de Souvigny, demande au Duc de Bourbon l'autorisation de construire un château au "Port de la Ferté".

Est ce cette tour ?

   Certains historiens pensent que le 1er lieu choisi était à quelques kilomètres.

* Au début du 19ème siècle (?), des ouvertures sont faites dans les murs. Les bâtiments annexes seraient de cette époque (peut être ?).

* En 1986, le donjon du prieuré est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre à l'extérieur depuis la route. Le donjon et les bâtiments annexes sont une propriété privée non visitable.

 

 

Où sont les petits coins ?... Dans ce grand coin ?

   
 Cliquez pour allér au menu des Châteaux du 03Vers Menu châteaux de l'Allier
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Bourbonnais : 03
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 07:30

 

Blason du canton de Fribourg

Pays :

 SUISSE

Canton :

 FRIBOURG

 
 

Orthographe

  Dans certains livres et cartes, le nom Gruyère s'écrit sans S, mais sur le site officiel, et dans certaines revues, le nom s'écrit : GruyèreS. Je ne sais que penser. Je ne vais pas mettre le S et j'attends vos remarques sur la raison de cette double écriture.

 

Le château et la citée fortifiée :  (les voir sur une carte)

 

  Situation :

    Gruyère est à 30km au Sud-Sud-Ouest de Fribourg et à 5km au Sud-Est de la ville de Bulle


   

  Description du château :

    En arrivant près de ce village, j'ai les "naseaux" en effervescences. Non, ce n'est pas une odeur de fromage qui me titille, mais celle caractéristique de la pierre médiévale.     Hummm...   La sentez vous ?
  Et curieusement, une illustration me revient en mémoire. Je vais voir, non pas un simple château, mais une cité fortifiée.

 

La cité fortifiée :

    Sur une belle colline verdoyante se dessinent les formes rondes du château de Gruyère. Une route carrossable monte vers la cité, mais je préfère la découvrir à pieds, par un chemin qui serpente au milieu des arbres.
     La cité est construite tout en longueur (500m) sur la colline. Le rempart de la cité est encore visible, et à l'intérieur quelques détails agrémentent la visite : Emplacement du pilori, une mesure à grain (impôt ou marché ?), tour de guet, etc...... Mais les commerces "très modernes" ont envahi les maisons, la place, et les ruelles; Il est tard, je ne vais pas m'attarder ici, et je me dépêche pour admirer le château.

  

L'extérieur du château :

   Le château de Gruyère n'est pas une ruine comme je vous en présente souvent, mais un ensemble de bâtiments ayant évolués durant 5 siècles. Son architecture médiévale est visible partout, nous allons nous "régaler". 


Le château :
 
La cour extérieure et la façade :

  Un premier rempart me fait face. Il a été restauré mais montre ce que devait être la défense d'un château. Après les quelques piastres données au guichet, j'entre dans la basse-cour. Elle est grande et pouvait sûrement protéger une partie du bétail en cas d'attaque.    La façade d'entrée est le reflet de ce qui m'attend durant toute la visite. Elle est très défensive par ses murs épais et par une porte défendue par un pont-levis (disparu); Mais très douce grâce à l'époque Renaissance qui a adouci un peu ses formes. De nombreuses fenêtres à accolade et à meneau en croix du 15ème siècle amènent la lumière aux étages.
  Le cercle en fer sur la gauche est une sculpure du 20ème siècle, le château est aussi une centre artistique.

 

La cour intérieure (ou cour d'honneur) :

    En entrant dans ce château, je me sens "tout bizarre". Bien sur, il y a le choc pour moi de ne pas voir une ruine à laquelle je suis si habituée (hihihi), mais c'est l'harmonie des styles et la légèreté de l'architecture qui me surprend.
    Certes, ce n'est pas une vrai demeure Renaissance comme Blois ou Chenonceau, mais il me semble que l'architecte a donné de l'air à cette vieille bâtisse médiévale.C'est le calme qui règne dans cette cour.
 
    Pour comprendre la visite, il faut regarder le plan :

  • - En Orange : le guichet,
  • - En Gris : La basse cour,
  • - En Jaune : La chapelle castrale,
  • - En vert clair : Le jardin à la Française,
  • - En bleu foncé : Le donjon "Savoyard",
  • - En violet : Les appartements,
  • - En vert foncé : La cour intérieure,
  • - En rouge des tours flanques entre le rempart.

 
   Pour faciliter l'axe de circulation vers les étages, il a été construit au 15ème siècle une tour escalier à l'extérieur des bâtiments d'habitation. Le rez de chaussée m'attend.
 

Le rez de chaussée :
   Je rentre dans un univers que je connais..... hummm, cela sent bon !...... Voici : La cuisine.
En pensant "cela sent bon", je ne pensais pas à l'odeur de la viande rôtie ni aux plats goûteux, car cette pièce n'est plus utilisée, je pensais à "l'odeur médiévale", bien sur.

Quelle pièce magnifique !       Et en plus elle est meublée.

 

  Le sol est mal nivelé, c'est une astuce architecturale classique. Le sol dans ce type de cuisine est souvent gras. Pour éviter les chutes, la solution est de "mettre" de la rugosité, et même parfois de créer des caniveaux en pente pour évacuer les saletés.
  
  Un peu plus loin, une pièce est nommée: "Salle des Gardes". Bien que reconstruite au 15ème siècle, elle garde sa maçonnerie originale du 13ème avec des murs épais.   Les salles de cet étage sont les communs et ne bénéficient d'aucune décoration et ressemble par leur rusticité, à mon époque favorite.


Les étages : 
   Changement de décors. Les nombreuses salles d'habitation sont très Renaissance. Murs et plafonds comportent des décors peints d'une grande finesse. Ce style "florale" est une constante dans beaucoup de châteaux (et même ruines) occupés par les Bernois ou les Fribourgeois. Je vous en montrerais d'autres.
 
 
La chapelle castrale
(en jaune sur le plan) : 
   Elle n'est pas proche de l'habitat seigneurial, mais construite dans le rempart Nord. La voûte et l'abside ronde sont de style roman.

 

Le jardin (en vert clair sur le plan) : 
   Entre le donjon Savoyard et le rempart Nord-Est, un joli jardin à la Française a été aménagé par les Fribourgeois. Ce contraste des styles est incroyablement esthétique.
 
Le chemin de ronde
(entre les 2 tours rouge sur le plan) :
   Il est rare qu'un château ayant évolué à la renaissance ait gardé un chemin de ronde, et il est encore plus rare qu'un visiteur puisse le découvrir. Gruyère offre ce double plaisir.  Et que fait un "soldat" sur un chemin de ronde ?   Comme moi, il regarde le paysage.
 
 
 
  
Histoire du château :

  • * Vers le 3ème siècle, un habitat faiblement fortifié est construit sur la colline contrôlant le passage des 2 vallées.
  • * Au 10ème siècle, une famille d'Ogoz, venant de Bourgogne s'établit sur la colline. Il semble que le seigneur porte le titre de Comte (voir titre de noblesse) et il rend hommage au Comte du Genevois.
  • * En 1139, un "Come de Gruere" est cité dans un texte.
  • * Au milieu du 12ème siècle, la colline est fortifiée par des rempart et château en pierres.
  • * A la fin du 12ème siècle, un marché hebdomadaire est autorisé et la cité devient prospère.
  • * Vers 1200, Rodolphe II de Gruyère est vassal du Comte de Savoie (voir liste des Comtes).
  • * En 1254, le Comte de Savoie autorise la construction d'une église avec un haut clocher (servant aussi de tour de guet).
  • * En 1272, devant les menaces des Habsbourg, Philippe (le futur Comte de Savoie) renforce la défense du bourg et du château. Il fait construire un puissant donjon circulaire dans l'angle Est.
  • * En 1474, début de "la guerre de Bourgogne". La population de Gruyère se rallie aux confédérés et entre en guerre contre les Savoyards.
  • * En 1476, le Duc de Bourgogne attaque Fribourg. Gruyère est aussi sous le feu de l'ennemie.
  • * En1480, un incendie ravage partiellement le château. Il est reconstruit sur les mêmes bases architecturales. Il semble que le comte dépense sans compter et organise de grandes fêtes.
  • * En 1555, Michel, Comte de Gruyère, est endetté. Il vend la seigneurie aux Fribourgeois. Gruyère devient le siège d'un baillival.
  • * En 1795, le bailli est remplacé par un préfet, habitant au château.
  • * En 1848, la préfecture est transférée au château de Bulle.
  • * Vers 1849, le château est vendu à un riche industriel de la Chaux de Fonds nommé John Bovy. Des restaurations sont entreprises.
  • * Quelques années plus tard, les Bovy revendent le château.
  • * Vers 1938, le château est vendu à la ville de Fribourg.  
  • * En 1969, après quelques années de restauration, le château devient le centre Européen de l'art fantastique. 
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur et de la cité est libre et gratuite. La visite du château est payante. Renseignez vous sur les dates et heures d'ouverture.

 

Cliquez pour revenir au menu des Châteaux Suisse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Suisse médiévale
commenter cet article
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 07:30

 

 

  Département 24 - DORDOGNE

 

 

  Le bourg :

     Situation :  (le voir sur une carte)

         La petite commune de La Chapelle Grésignac est située à 25km à l'Ouest de Brantôme et à 22km au Nord de Ribérac. Le hameau de Grésignac est à 2 km à l'Est.

 

   Coordonnée du site :

45° 23′ 39.84″ N0° 20′ 17.88″ E
 45.3944° 0.3383°

 

 

 

    Le site féodal : 

Pourquoi  le choix de ce site ?

* Une documentation régionale m'informe qu'une motte féodale est identifiable dans le hameau de Grésignac.

* Curieusement mon Atlas des châteaux forts ainsi que mon Dictionnaire des fortifications médiévales ne la décrivent pas.

* Il me faut découvrir la vérité.

 


Est ce le château ?

* Arrivée dans le hameau, je remarque de suite une curieuse forme "éléphantesque".

* Ce sont 2 arcs plein cintre retombant sur des colonnes. L'ensemble est posé sur une petite motte.

Ai je découvert ce site inconnu ?

* Hélas non. Je suis en présence des ruines très consolidées de l'ancienne église paroissiale.

* Sa forme me fait penser à une construction du.... heu... 12ème siècle (?)

 


La recherche continue

Mais comment trouver une motte castrale dans une région vallonnée avec les arbres "cacheurs" de paysage et d'horizon.

Vais je rentrer bredouille ?

* Comme par magie, mon regard est attiré par un jaune panneau dans les vertes broussailles.

* J'attaque donc une marche agréable qui serpente a travers les fermes.

* Un peu plus loin, à l'extérieur du hameau, j'emprunte un sentier et je la vois, nue devant moi.

* Je vous sens un peu déçu, pourtant cette motte est vraiment belle avec ses flans abrupts et au fond, une élévation circulaire ayant portée une fortification en bois.

 

 

Qu'est ce qu'une motte féodale ?

* Une motte féodale est une butte naturelle ou partiellement aménagée par l'homme portant une fortification.

* Avec sa hauteur, elle facilite le guet et avec ses pentes, elle interdit ou rend difficile l'accès d'assaillants sur les cotés.

 

 
Etude de la motte de Grésignac

* Pour comprendre cette motte féodale, il faut la regarder de loin et l'imaginer "sans arbre" autour.

* Contrairement à une simple butte, cette motte comporte un plateau avancé.

* Le plan en coupe longitudinal et axial permet de comprendre la topologie du terrain.

* Complété par le plan en vue de dessus (réalisé par Alain De La Ville) cette motte n'a plus de secret pour moi (et pour vous j'espère !).
 * Il est facile d'imaginer qu'une tour en bois était posée sur le sommet, puis en dessous une basse-cour avec un logis minimal et des communs.
* L'ensemble était certainement entouré par des douves peu profondes (?).

   

 

   

Histoire du site féodal :

* Au 12ème siècle, un château en bois sur motte existe peut être  (?).

* A la fin du 12ème siècle, un texte cite la "Capella de Grasinhaco".

* En 1243, un "castel de Grézaniaco" est cité.

* Au 17ème siècle, l'église est encore paroissiale.

* Au début du 18ème siècle, une partie de l'église est endommagée (en ruine ?).

* En 1780, l'église est en ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte depuis le chemin est libre et gratuite. La motte est sur une propriété privée donc interdite, par contre la ruine de l'église est visitable.

 

 

 

   Pour les passionnés de motte castrale, j'ai réalisé un article sur un site plus modeste et tout aussi intéressant.

 

 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 24Vers Menu châteaux de la Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 08:00


Département :    63 - Puy de Dôme

Le bourg :
      Situation   (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Ceyrat est situé 6km au Sud-Ouest de Clermont Ferrand et à 5km au Sud de Royat.

    Coordonnées du château :

45° 43' 51.964" N 3° 4' 45.613" E
 45.731101°  3.079337°


Le château:
   L'extérieur :
La marche d'approche
    Lorsque ma carte IGN me montre les fameux 3 points disposés en triangle au sommet d'une colline de 573m, je sais qu'une ruine m'attend. Et quand en plus mon dictionnaire des châteaux m'affirme qu'elle existe et a une origine médiévale, alors je n'ai qu'une envie... Vous la montrer.

Regardez, elle est là !
 

Regerdez avec attention

Que me dites vous ?.... Vous ne la voyez pas !

    Cela fait 3 ans que je vous montre des beautés de pierres qui adorent se cacher dans la verte nature et vous ne savez toujours pas les deviner !.... Triste je suis ..... (J'adore faire le Caliméro ).
    La montée est très agréable et c'est avec une paille dans la bouche que je déambule sur cet agréable sentier en guettant "ma" ruine.  

La découverte

Hooooo...  elle est belle !

     Cette ruine n'est entourée par aucun mur de rempart, aucune courtine bien que des traces soient visibles sur la roche. Ce vestige est composé d'une grosse tour ronde avec des créneaux borgnes (sans archère contrairement à cet exemple).
    Plus je m'approche et plus cette tour parait intacte, forte, intemporelle et vierge.

L' analyse
     Évidemment à ses pieds, je découvre qu'elle est très consolidée et "cimentée" ce qui n'est pas surprenant vu son âge.
   Il n'y a aucune trace d'archère, ni de trou de boulin pour des hourds, ni de bretèche (voir vocabulaire) au dessus de la porte.

Cette tour aurait elle plus de 800 ans ?

 


    En l'admirant, je remarque cette "bande" horizontale en pierre blanches.

Ne vous ai je pas déjà présenté cette curiosité architecturale ?

Assidus comme vous l'êtes, vous vous souvenez que cette photo provient du château de Coppel 30km à l'Est.
   Il est temps de franchir la porte.

      L'intérieur :

L'espoir

    En entrant, je regarde en haut (C'est un vieux réflexe de castellologue qui a reçu beaucoup de pierres et aussi de nombreuses "crottes" d'oiseaux   qui nichaient dans les tours).

 

 

La réalité
    Cette tour est.... heu.... ruinée. L'intérieur ayant été sécurisé, l'architecture est aseptisée; Pourtant il possible de distinguer (deviner ?) des vestiges de corbeaux (ils ne crottent pas ceux-là... ) définissant des étages.
    Le sol aussi ne montre pas de caractéristiques intéressantes, quoique.... au centre, la plaque en métal cache peut être un ratier (servant de cave ou de citerne  ?).

 

Elle est belle

        En prenant un peu de recul, la tour devient magnifique. Elle découvre ses épais murs, son diamètre asymétrique (la base est plus large que le sommet) et son inconfort (pas de fenêtre ni d'ouverture, ni de cheminée).
        En reculant encore, je vois.....

Le voyez vous aussi ?

     Il y a des vestiges d'ouvertures circulaires.

Qu'est ce ?

J'opte pour une bouche à feu. Mais en regardant l'autre ouverture, sa forme est carrée comme un trou de boulin.

Pourquoi cette asymétrie ?

 

C'est fini
 Devant tant d'interrogations, je préfère réfléchir en regardant le paysage. Et c'est ainsi que je découvre l'imposant Puy de Dôme.


Histoire du château:

* Vers 1196, le Dauphin d'Auvergne fait construire un château sur cette butte.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est minimal, mais faites attention.

 

Le Puy de Dôme est le cadeau du découvreur de la ruine

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme
Repost 0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 07:30

 

 
Département :   62 - PAS de CALAIS

  
 

 
Le bourg :

   Situation :    (--> le voir sur une carte)

      La commune de Fressin est située à 55km à l'Ouest de Lens, à 45km au Sud-Est de Boulogne sur Mer, à 30km à l'Est du Touquet Paris Plage et 10km au Nord de Hesdin.

 

    Coordonnées du château :

50° 26' 30.818" N02° 3' 4.061" E
 50.441894 2.051128

 

 


Le château:

     L'extérieur :

Pourquoi ce site castral ?

* Il y a bien longtemps de cela, j'avais découvert dans un livre au scriptorium de ma cité Dauphinoise, la photo d'un incroyable château fort.

* Le fantôme de cette forteresse du "Pays d'Artois" me hantait.

* Je me devais de la découvrir durant ma croisade pacifique dans ces pays si loin de mon Dauphiné.


La découverte  

* Après avoir donné quelques piastres à la belle Artésienne à l'entrée, je pénètre dans une forêt mystérieuse.

Vous pensez que je délire ?

* Que nenni, il y a des personnages "vivants" qui se content fleurette et bien d'autres curiosités.

* Mais je ne me laisserais pas troubler car je suis venu pour découvrir ceci.

Magnifique n'est il pas ?

  


Tours et courtines

* Quatre hectares à visiter, cela va me prendre des heures, j'attaque donc par la découverte des hautes courtines devancées par le classique mais efficace fossé.

* Les longs murs sont protégés par de puissantes tours rondes.

* La 1ère que je découvre est fascinante et surprenante :

- Son épaisseur est caractéristique des constructions du 14ème.

- Mais elle ne comporte pas de bouche à feu, c'est curieux.

- Les fentes de tir ou archères (voir vocabulaire) sont absentes.

- Le parement extérieur est d'une grande finesse avec des joints "parfaits" (Preuve que ce château fort appartenait à un grand seigneur).

- Curieusement, à l'intérieur du mur, à la place du classique remblai, les pierres sont jointives.

Est ce du à une surépaisseur construite à la fin du 15ème siècle

avec l'invention de l'artillerie (?).

 



La barbacane

* A la fin du 15ème siècle avec les progrès de l'artillerie, une nouvelle défense apparaît pour les châteaux forts.

* C'est une construction avancée nommée : Barbacane.

* Fressin a donc la sienne certes un peu enterrée et ruinée au 21ème siècle.

* Sa fonction défensive est compréhensible sur le plan ainsi que sur la gauche de cette maquette.

 

 
Une autre tour

* Bien que certainement construites à la même époque et avec la même rigueur, les tours du château de Fressin offrent des ruines différentes.

* Cette ronde tour est mieux conservée que la précédente mais ne lève pas mes interrogations : Remblai, canonnière...

* De plus, e suis surpris par la petitesse de cette archère, surtout que sa base semble légèrement ronde (pour un bâton de feu ?).

* Ses entrailles sont visitables par une ouverture créée récemment. Évidemment la partie basse est voûtée et semble être un ratier (voir vocabulaire).

* Durant les fouilles de 1920 un squelette est retrouvé. Le mythe des oubliettes renaît (mais rares sont les exemples de leur existence).

 


      L'intérieur :

Le majestueux

* En faisant le tour à l'extérieur du château, je pressentais sa superficie.

* Ainsi à l'intérieur, débarrassé des bâtiments (logique puisque c'est une ruine ) la forteresse parait immense.

* Quelque soit l'endroit où je regarde, cette impression de grandeur se ressent.

* Ce château appartenait à un puissant seigneur.

 

 
Le logis seigneurial

* Bien qu'en ruine, il est possible d'admirer la beauté du logis du seigneur.

* La visite étant payante, je ne vais pas tout vous montrer (cuisine, puits, etc..), mais sachez qu'avec un peu d'imagination et de déduction la ruine révèle ses secrets.

Vous ne me croyez pas ?

* Un exemple : Avec cette ouverture, il est possible de voir l'épaisseur des murs.

Vous ai je convaincus ?

 
 
Le sous-sol

* Il y a plusieurs salles enterrées.

* Certaines le sont à cause des remblais dus à la ruine et au temps, mais d'autres sont l'oeuvre volontaire des hommes.

* Et puis, il y a des couloirs secrets  menant vers des passages secrets  montrant des ... chuut.... C'est un secret.

 


C'est déjà fini

* J'ai tellement pris de temps pour découvrir cette ruine que je ne me suis pas aperçu du jour qui s'enfuyait.

* Il faut que je rentre avant la tombée de la nuit et l'arrivée du grand méchant loup.

Vous ne me croyez pas ?

 

 



Histoire du château :

* Vers 1430, Jean de Crequy fait construire un château.

* Durant le 15ème siècle, de fastueuse fêtes sont données au château de Fressin.

* A la fin du 15ème siècle, avec l'invention des canons, le château se dote d'un bastion avancé.

* En 1650, le château est démantelé.

* Durant 3 siècles, le château sert de carrière de pierres.

* Durant le 1er tiers du 20ème siècle, des fouilles sont effectuées.

* En 1997, le site est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est payante. Des animations sont réalisées durant les mois d'été.

 

 

   
 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 62Vers Menu châteaux du Pas de Calais
Repost 0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 07:30

 

Département 43 - Haute Loire

Le bourg :
   Situation :   (--> le voir sur une carte)
         Le bourg de Bas en Basset est situé à 25km au Sud-Ouest de Saint Etienne et à 20km au Nord de Yssingeaux.

   Coordonnées du château :

45° 18′ 56.52″ N 4° 6′ 0″ E
 45.3157°  4.1°

 

Le château :
        L'extérieur :

Préambule

    J'ai beaucoup hésité à mettre cette ruine dans mon blog car l'accueil dans le château et dans les lieus de tourisme fut des plus désagréables :  
 
1-
Cela a commencé par l'office de tourisme incapable de me dire si le château était ouvert à la visite en ce mois de mai. D'ailleurs, pour la demoiselle assise au bureau, les propos de la copine au téléphone étaient plus intéressants que ceux du chevalier amoureux des ruines et attendant sa réponse.  
  2- Puis le panneau d'affichage au début du sentier avait des informations contradictoires avec des dates d'ouverture différentes, des horaires peu précis et des prix aléatoires.  
   3- Puis, le lendemain (oui, j'ai appris à mes dépends que le château n'était ouvert que ce samedi) un bougonneux personnage m'insulte presque parce que je suis seul, j'arrive tôt et je n'ai pas de monnaie.  
  -->  Peut être qu'en évitant ce château vous leur montrerez que le client n'est pas qu'un "porte-monnaie".  
 
  Mais, la ruine n'a pas à subir l'outrage "de l'oubli" à cause des hommes et femmes du 21ème siècle de ce bourg de Haute Loire. C'est donc un véritable plaisir de vous la montrer.
 

 

L'arrivée

     Un large sentier carrossable légèrement en pente progresse dans le sous-bois odorant.
   Les 2km de marche agréable permettent de se mettre dans l'ambiance hors du temps et des bruits de la ville.
   Et par un miracle de la nature (en réalité une trouée dans les arbres), la ruine se montre.

Quelle beauté !

 

1ère sensation
    De loin, cette ruine laisse voir 2 caractéristiques importantes :
1 - Une ligne de défense composée de 3 remparts.
2 - Un impressionnant ravin sur 3 cotés.
    Bien que minimale, la ruine comporte 2 ensembles bien distincts :
 I - Des tours et courtines (sur la gauche).
II - Un vestige du châtelet d'entrée et du logis seigneurial (à droite).    

 

 

Les tours coté Nord-Ouest
     En contournant le site, il est facile de comprendre que la partie la plus exposée est le coté Nord-Ouest. Un assaillant pouvait installer une machine de jet contre la montagne et bombarder le château en étant surélevé.
   Solutions : Construire le château habitable le plus loin possible de la montagne, et le renforcer par les classiques systèmes de défense : Les mâchicoulis (voir vocabulaire).
     Courtine et tour ronde en sont pourvues.

 

Curiosité
   Habituellement, une façade de défense comporte 2 tours flanques reliées par une courtine avec chemin de ronde, je regarde l'autre tour pour vérifier cette classique caractéristiques.

 Mais quelques détails attirent mon attention :

  1 - Elle a une forme carrée (caractéristique architecturale abandonné à partir du 13ème siècle).
  2 - Elle semble avoir un mur ou une avancé (système peu intelligent bloquant la vision du défenseur).
  3 - Sa forme "carré" ne comporte pas un angle à 90°.


Le plan
    Pour comprendre cette "anormale tour pas carrée", il suffit de regarder le plan
 Cette curieuse forme est une tour bouclier. J'avais déjà vu des murs boucliers, des arrêtes anguleuses pour dévier les boulets, mais je suis devant ma 1ère tour-bouclier.... Hoooo !

       L'intérieur du château :
    Dans la cour, je retrouve la tour bouclier (à droite) et la tour ronde à gauche.

La tour bouclier
   Elle est certes "un peu" abîmée mais en ce "déshabillant, elle me montre l'épaisseur de ses murs et aussi  les étages. Était elle le donjon de repli du château du 12ème siècle ?

La tour ronde
    Avec ses 23m de haut, elle est impressionnante !
    Pour libérer la place intérieure (et la rendre habitable), cette tour bénéficie d'une petite tour-escalier.

      Cette tour recèle 2 secrets non visibles à l'extérieur :

1 - Un trou dans le sol derrière la porte faisant choir l'assaillant qui ose pénétrer sans autorisation.
2 - En plus de l'escalier "montant" hors d'oeuvre, un autre escalier dans l'épaisseur du mur, descend aux 2 étages en sous sol. Une des pièces devait servir de garde-manger, et l'autre..... mystère.

Était ce une pièce ?

En cas d'attaque, des soldats attendaient pour prendre à revers les assaillants tentant de monter ?


Courtine entre les 2 tours

Avez vous remarqué  cette curiosité entre les 2 tours ?

   Regardez bien.

Je vous rappelle que je me trouve à l'intérieur.

     Il y a des corbeaux portant des hourds (ou avec des mâchicoulis). Cette caractéristique est rarissime, puisque généralement, ce système de défense est uniquement à l'extérieur.

L'architecte a t il imaginé que les assaillants ayant pénétré dans le château pourraient encore être combattu les empêchant de prendre les tours ?

Mystérieux n'est il pas ?


Le châtelet d'entrée
   Tellement passionné par les vestiges des fortifications coté Est que j'ai oublié de décrire l'entrée du château. Je vous l'avais montré à l'extérieur. C'est une classique porte de style roman protégée par 2 demi-tours flanques. Elle devait comporter une herse et un assommoir (voir vocabulaire) mais ceci n'est que supposition.

Logis seigneurial
   Le château étant payant, je ne vais pas tout vous montrer, mais il reste de beaux encadrements de porte de type Gothique et les vestiges de la chapelle castrale.


C'est la fin
    Ayant passé beaucoup de temps à observer ces pierres, je me demande si le "grommeleur" à l'entrée ne va pas me faire payer un supplément pour "Observation trop longue" .
   Perché sur ce plateau entouré d'à-pics vertigineux, j'admire la vue sur la vallée de la Loire puis je repars dans l'ombre de l'histoire.


Histoire du château : (d'après l'étude de Edouard Perroy)

* Au 11ème siècle, des sirs de Rochebaron existent (Mais est ce la famile ayant bâti ce château ? ).
* En 1173, un lieu nommé Castri de Rochebaroni apparait dans un texte.
* En 1214, une bulle Papale place le château sous la suzeraineté de l'évêque du Puy.
* Au 15ème siècle, les fortifications coté Ouest sont améliorées.
* Au 16ème siècle, le château est "modernisé".
* En 1618, Catherine de Chalencon-Rochebaron épouse Claude Isserpens.
* En 1638, Catherne et Claude se séparent,
* En 1652, Catherine d'Isserpens épouse Louis de la Rochefoucault
* A partir de 1654, cette forteresse médiévale est peu habitée par ses seigneurs.
* A la fin du 17ème siècle, ce château (sans confort) n'a pas la chance de voir son seigneur :  Charles Ignace de la Rochefoucaul. Il préfère les résidences modernes.Aucun entretient sera réalisé sur cette vieille forteresse de Rochebaron.
* En 1741, le mandement est vendu à François Joseph de Giry.
* En 1775, château et terres sont vendus à Jean Baptiste de Fisicat. L'acte précise que le château est en ruine.
* Depuis 1826, il semble que la famille Fisicat ne revendique pas la possession de la ruine (information à vérifier).
* En 1951, classement des ruines aux Monuments Historiques.
* En 1980, une association est créée pour la sauvegarde du château.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante mais avec un accueil des plus déplaisants.... Il y a tant à voir dans la région qu'il est préférable de garder ses piastres pour d'autres lieus plus accueillants.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 43 Vers Menu châteaux de Haute Loire
Repost 0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 07:30

 

Département :    34  - Hérault

Le château :

   Situation :    (--> le voir sur une carte)

   Le bourg de Cessenon sur Orb est situé à 35km à l'Ouest de Pézenas, à 30km au Nord de Narbonne, à 20km au Nord-Ouest de Béziers et à 9km à l'Est-Nord-Est de Saint Chinian.

   Coordonnées du château :

43° 26' 57.275" N 3° 48' 48.487" E
 43.449243°  3.046802°


Le château :
       L'extérieur :
La découverte
       Evidemment, vous avez compris que je me rends dans cette bourgade non pas pour acheter du linge  mais pour visiter la ruine d'un château médiéval. Il ne me faut pas beaucoup de temps pour le voir, car il vole au dessus des toits rouges.
   Comme souvent avec un château médiéval, il faut monter au sommet du bourg pour l'approcher.
   Le premier contact avec cet ancêtre de 800 ans c'est ce curieux trou. Je doute par sa faible largeur que ce fut un fossé. J'opte pour des restes de rempart non dégagés ou (en voyant une voûte) des communs dans la basse-cour.

L'analyse
      Posée sur un rocher, la tour surveille aujourd'hui le petit parc et ses passants, mais sa fonction première était l'observation de la plaine et de la rivière Org qui coule à ses pieds.

 Après l'instant de découverte vient le moment de l'observation et.... je suis surpris !

 Il y a certes une pendule "moderne" sur cette tour mais ma surprise est pour :

1 - La forme carrée de ce donjon construit théoriquement au 13ème siècle.
2 - L'absence d'archère (voir vocabulaire) sur les parois.
3 - Le manque de trace de  trou de boulin.
4 - La disparition des créneaux et mâchicoulis.
5 - L'absence de bretèche et de latrines.

 

Question

Ce donjon a t il été aseptisé suite aux consolidations ou bien n'était ce qu'une tour de guet ?

Surprenant quand je lis que le bourg fut un chef-lieu d'un comté de la sénéchaussée de Carcassonne.
   J'ai hâte de découvrir ses entrailles.

        L'intérieur :
   Hélas, l'approche est interdite et la visite impossible. Je repars avec mes doutes et mes questions.


Histoire du château :

* Au 10ème siècle, un château appartient au Vicomte (voir titre de noblesse) de Béziers.
* En 973, Garsinde, veuve du Comte de Toulouse, donne le château à l'abbaye de Saint Pons.
* En 1130, l'abbaye inféode le château à une famille qui prend le nom de Cessenon.
* Vers 1207, durant la croisade des Albigeois, l' armées de Simon de Monfort attaque et détruit partiellement le château.
* Au 13ème siècle, le château est reconstruit.
* En 1633, la forteresse est démantelée sur ordre de Louis XIII (voir liste des rois).
* En 1985, le bourg de Cessenon prend le nom de Cessenon sur Orb.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de la tour semble impossible.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 34 Vers Menu châteaux de l'Hérault
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article