Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 07:00

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg :

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Santa Margarida de Montbui est situé à 55km au Nord-Nord-Ouest de Barcelonne et à 6km au Sud de Igualada.>

 

Le château :

   C'est au terminus d'une petite route fléchée à la sortie de Santa Margarida que je descends de mon destrier pour découvrir cela.

 

   L'extérieur :

L'approche

      Un bâtiment en forme de tour est le but de ma visite, mais je suis arrêté par les épineux et surtout par un haut vestige de rempart. Contourner la difficulté est la seule solution.

    Dans le premier replat, les hautes herbes tentent de dissimuler une tombe que je ne peux dater (Oserais je imaginer qu'elle soit du 12ème ?). Elle se situe devant cette magnifique petite égliseromane du 10-11ème siècle.

     Quelques mètres plus loin, une meule en pierre "prouve" la présence d'un moulin (actionné par le vent ou un animal ?). Pour qu'il y ait une église et un moulin proche du vestige castral, je pense que la ruine n'était certainement pas une simple tour de guet, mais un vrai château seigneurial.

Mais où est le château ?              Au bout de l'allée.

 

Le château

    Cette ruine est bien différente de ce que j'imaginais, elle ressemble à un immense donjon.

Etonné je suis !

 

    Ce n'est pas un donjon carré (ou rectangulaire) avec des angles droits. Ce n'est pas une forme ronde ou ovale du 13ème siècle. C'est un parallélépipède avec des angles arrondis.  Il semble que ce type de construction ait été réalisé à la fin du 10ème. Les raisons :

    * Eviter d'équarrir les blocs pour réaliser des angles,
    * Permettre l'utilisation de petites pierres faciles à trouver et à extraire (il y en a partout sur ce plateau),
    * Ne pas dépenser des piastres pour importer des pierres de lointaines contrées (le transport n'était pas gratuit, un peu comme à notre siècle),
    * Construire rapidement. L'insécurité de l'époque obligeait à réaliser une fortification en peu de temps.

 

   Cette ruine, qui de loin paraissait banale, est une fascinante nouveauté architecturale pour moi (et pour vous ?).
 

    La porte du bas me semble être une création récente. Je doute que le sol ait pu monter de 6 mètres en 5 siècles. Celle du haut devait être la porte médiévale, accessible par une échelle. Mais les trous de boulin (voir vocabulaire) au dessus me surprennent.

 

  En contournant le donjon, je pense comprendre la raison de ces trous. Ce devait être l'emplacement d'un chemin de ronde en bois qui, curieusement, accédait à une autre porte plus en hauteur. Y avait il des entrées différentes non communicatives ?.

   Que de mystères dans cette construction !

 

    L'intérieur :

     Le donjon est fermé, ma découverte s'arrête là. Il me reste pourtant un rituel à effectuer. Le devinez vous ?
   Et c'est en mangeant un délicieux abricot que je contemple le panorama.

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, une fortification est construite sur la colline (?).
* Au 20ème siècle, une campagne de consolidation et de mise en valeur du site est menée.
* Au 21ème siècle, la découverte de Montbui est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est faible. Eglise et donjon sont très souvent fermés

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 07:30

Pays :

 Grand Duché du LUXEMBOURG


 

 

Le château :

 

  Situation : (--> le voir sur une carte)

    Le petit bourg de Septfontaines est situé à 20km au Nord-Ouest de la ville de Luxembourg, et à 12km à l'Est de Arlon (en Belgique)


 

 Description du château

    Ma carte routière montre le symbole d'une ruine dans le village, mais sans indication de son époque de construction. Que vais je découvrir ?

 

    L'extérieur :

    Au dessus des toits, entourée par des arbres, apparaît une forme grise. Mon instinct me fait croire que médiévale est ce bâtiment.

         Quelle curieuse architecture !

   La partie gauche me fait penser à un mur du 20ème siècle (les fenêtres dans la courtine accentuent cette sensation) et celle de droite à une architecture de défense antérieure au 17ème.

   Mon analyse s'affine en voyant la façade principale. Il y a d'abord le crénelage (voir vocabulaire), puis cette puissante tour d'artillerie protégeant l'entrée, et enfin une bretèche au dessus d'une porte ogivale dont l'encadrement rectangulaire me fait imaginer qu'un pont relevé devait fortifier l'entrée.

Pensez vous que tous ces détails prouvent l'origine médiévale de ce bâtiment ?

 Pas certain je suis.  Il me faut d'autres preuves.

    Que pensez vous de cette curieuse arquebusière (certes trop bien reconstruite) ?

Suis je devant une fortification médiévale ?

    Et c'est au moment où j'ai le plus de certitudes, qu'un détail m'amène quelques doutes. Sur un mur très refait, une fenêtre tente d'imiter une sculpture gothique.

   J'aime quand on me résiste (mais pas trop hihihihi).


   

    L'intérieur :

   Le bâtiment est fermé. C'est une propriété privée non habitée mais non visitable.
 

 
 
Histoire du château :

  • * Au 20ème siècle, il semble que la fortification soit aménagée en résidences.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La propriété est privée et n'est pas ouverte à la visite. 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Luxembourg médiéval
commenter cet article
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 07:00

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg : 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Le petit bourg de Seguer est situé à 35km au Nord-Est de la ville fortifiée de Montblanc et à 60km au Nord-Ouest de Barcelone.   

 

 

Le château : 

    L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

    C'est en me rendant en direction du château de Claramunt. que je découvre par hasard les formes d'une ruine.

Est ce le vestige d'un château médiéval ?

 

J'enquête

      De loin, l'un des pans de mur en équerre comporte une curieuse forme que je qualifierai de "clocher".

Je ne serais donc pas devant une ruine de château ?

 

Un clocher ?

   En approchant, ce "clocher" n'est pas en pierres taillées (il me semble) et serait en réalité une "maçonnerie" assez récente.

   Par contre, l'aménagement des pierres sur les murs, le chaînage d'angle me fait croire à une construction médiévale.

Y a t il d'autres indices ?

 

Un indice défensif ?

    Apparaît soudain à mes yeux ébahis (oui, je sais, j'exagère un peu) des pierres pauvrement taillées formant une archère droite. Elle semble avoir été ajoutée après la construction du mur.

    Cet indice ne me convainc pas complètement sur l'origine médiévale de la ruine. Certaines fentes de tir 3 siècles plus tard ressemblent beaucoup à cela.

 

Une surprise

     Et c'est toujours dans mes moments de doute qu'apparaît, lumineuse, la preuve irréfutable (ou presque). Sur le pan de mur opposé une belle fenêtre géminée à colonne centrale a été consolidée. Cette ruine est bien médiévale, avec la pauvreté des pierres, je pense que ce devait être un petit château de surveillance de vallée tenu par de rares soldats. 

 

    L'intérieur :

  L'intérieur va-t-il me révéler quelques secrets ?

   Hélas, la ruine se situe dans une propriété privée et il n'y a personne pour me la faire visiter. Je contourne le site et là........ "Miracle". Je vois l'intérieur.

  La taille de la pierre est aussez pauvre. Un enduit cache les imperfections. Je me demande s'il n'est pas récent.

 

C'est la fin

Etre castellologue-amateur, c'est parfois se transformer en Sherlock Holmes.

   Mais comme toujours, il y a le panorama qui est la grande récompense me donnant l'envie de rechercher une autre ruine.

 

 

Histoire du château :

Je n'ai hélas aucune information historique sur cette ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. le bâtiment est privé et interdit à la visite. Ceci est une ruine pour les fous (comme moi) et les passionnés.

 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 07:30

 

Département :   26 - DROME

 

Le bourg

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

    Rochechinard est un tout petit village caché dans les premières pentes sur le Face Nord du Vercors. Pour le trouver, il faut aller à Saint Nazaire en Royans (voir sa tour médiévale), suivre la direction de Saint Jean en Royans et ne pas oublier de prendre l'embranchement vers Rochechinard.

    L'étroite route serpente dans cette magnifique région et derrière la petite église, au loin à 550m d'altitude, un rocher semble se cacher. C'est l'incroyable château de Rochechinard, posé sur un rocher avancé. Certains médiévistes appellent parfois ce site :

La Citadelle du Vertige !


Le château

     Loin des routes touristiques, caché dans une combe du Vercors, ce château semble tourner le dos aux hommes qui d'ailleurs l'ont oublié puisqu'aucun panneau indique sa présence ni le sentier pédestre à emprunter. Cette ruine ensauvagée est un de mes endroits de prédilection. Elle est dans un lieu de silence et pourtant elle nous conte 500 ans de vie tumultueuse. A chacune de mes visites elle m'en dit un peu plus.

  Cette ruine est un peu ma maîtresse complice.... Vous allez pénétrer dans mon monde.

 

    L'extérieur  :

     De loin, le visiteur pressé croit voir uniquement 3 tours;  Pas du tout, cette ruine a une personnalité incroyable et une construction unique. Pour comprendre son évolution architecturale, voici le 1er secret :
        - La tour de droite est la plus ancienne (c'est en réalité le logis),
        - Celle du centre a été construite 3 siècles après (?),
        - Celle de gauche est la plus "récente".

   Après une marche facile dans la forêt odorante, la ruine apparaît enfin.  Wahouuu, je suis accueilli par une puissante tour polygonale.

Avez vous remarqué derrière, une autre tour ronde de défense ?

 

La Tour Polygonale 

    Avec l'invention des canons, il fallait que les forteresses médiévales s'adaptent à recevoir des boulets mais aussi à en envoyer. Cette tour d'artillerie a été construite dans ce double objectif. Elle comporte de nombreux détails extraordinaires (oui, je sais, mon imagination et mes qualificatifs devant les vieilles pierres sont sans limite, mais là....... c'est vrai).

   Cette tour posée à même le rocher est une sorte de bastion en forme de U comportant 6 pans de murs à l'extérieur. Plutôt que de construire un épais mur bouclier, l'architecte a créé des angles fuyants pour "éviter" les boulets adverses.

    Les bouches à feu et couleuvrines (voir vocabulaire) ont été intégrées sur toutes les faces et sur plusieurs niveaux.

    Le point faible d'une tour carrée ou polygonale, ce sont les angles, car un adversaire peut s'y cacher. L'architecte de Rochechinard a donc implanté une embrasure pour canon dans un angle.... Voila une construction très rare au 16ème siècle. (Je vous avais dit que ce château est unique)

   Pour la rendre encore plus effrayante, une tête presque humaine montrant les dents a été sculptée. Cette bouche à feu est souvent nommée : La Tête du Diable

   Évidemment, construire "des trous" dans un mur (12 canonnières rectangulaires), c'est le fragiliser.

Et comment fait on pour alléger le poids des étages supérieurs ?

Alors, j'attends la réponse !

     Bravo, vous avez trouvé, il suffit de construire un arc de décharge au dessus (Vous êtes devenus incollable en architecture médiévale).

     Malgré toutes les "armes à feu" sensées les repousser, les assaillants peuvent atteindre la base de la tour, il faut donc une défense rapprochée qui est... ou plutôt qui sont : Les mâchicoulis et les bretèches (voir vocabulaire).
  Au sommet de la tour, quelques corbeaux sont encore visibles et même des traces de créneaux.

    Ce qui est surprenant, c'est la mauvaise qualité des matériaux, des assemblages, de la taille des pierres et de la rusticité des bossages.

  Cela est il du :

   - A une construction hâtive ?
   - Ou à un manque de moyen financier de ses propriétaires ?
   - Ou aux multiples réparations suite aux nombreuses attaques subit par ce château durant les guerres de religion ?

    Je pourrais vous parler de cette tour pendant des heures tant elle est magnifique, mais point vous lasser je veux. Il est temps de visiter l'intérieur du château.

  L'entrée s'effectue à droite de la tour polygonale. Et......

   

La Barbacane Souricière

     Là encore, ce château comporte un piège pour les attaquants. Ce couloir est une sorte de sas (certains médiévistes le nomment : Barbacane-souricière). L'assaillant se retrouve sous le feu d'un des pans de la tour polygonale, mais en plus subit le bombardement de la 2ème tour ronde équipée de canonnières.

 

La Tour Ronde (extérieur) 

       Cet assaillant courageux arrive à franchir la 2ème porte et là, encore un piège. Pour résoudre ce problème il doit réfléchir vite car il est bombardé depuis la tour ronde.  (N'oubliez pas que derrière il y a l'autre tour.... Aie... cela tir de partout). De plus, des traces sur les murs latéraux me font penser à des chemins de ronde, avec tireurs embusqués bien sur.

      En passant la nouvelle porte, l'attaquant se trouve devant un nouveau problème : Un vide à franchir.
  La tour pentagonale et l'entrée sont isolées du château, et un pont amovible (je ne pense pas que cela soit un pont-levis) est nécessaire.

   Une vue depuis l'extérieur montre cette séparation entre les 2 tours d'artillerie. Un arc de pierre (comme un pont) devait supporter les poutres rétractiles.

   Au 21ème siècle, point de canon il y a, par contre il faut sauter pour entrer dans la tour ronde, car de passerelle il n'y a plus.... Hop !

 

La Tour Ronde (intérieur) 

    Évidemment, point de décors luxueux, point de rideau aux fenêtres (si, si, il y a des fenêtres coté du ravin, souvenez vous), cette tour de 4 étages sur plancher est pour des militaires. En regardant vers le haut, il n'y a que bouches à feu et murs épais.

   Je pourrais vous narrer cette tour pendant des heures tant elle est passionnante.... Je ne vous dirais rapidement que :
        * L'architecte a utilisé merveilleusement le rocher pour construire cette tour,
        * Le plafond à voûte hélicoïdale est "magnifique",
        * Des traces de cheminée sont visibles sur les 2 premiers niveaux (cuisine pour soldats ?)

   Depuis le rez de chaussée de la tour, un escalier étroit monte vers le logis.

Avez vous remarqué le petit caniveau sous les marches ?

  C'est le système de récupération des eaux de pluie vers la citerne (se trouvant dans la tour ronde).

 

Le logis seigneurial

     Cette pseudo tour est un réalité l'un des murs du logis seigneurial. Sur la droite, à l'extérieur, il y a les vestiges d'une tour escalier desservant les 4 étages.

  Évidemment avec les années et les "pillages", peu de pierres caractéristiques ou de décoration sont visibles. Le logis est devenu un parallélépipède de pierres, pourtant avec un peu d'attention, il est possible de voir :

   * A l'étage inférieur, des embrasures dans le mur Est pour la défense.
   * De nombreuses fenêtres sur 4 étages sur la façade Ouest (coté ravin).
   * Les vestiges de latrines (c'est ce que mon imaginaire croit voir).
   * Une cheminée avec 2 foyers distincts : Cette pièce serait la cuisine.
   * ...

 

     Les angles de ce logis ne sont pas droit car le bâtiment épouse le rocher. Par contre, à l'extrémité Nord, la forme semble arrondie.
Était ce l'emplacement de la chapelle ?
   Avec toutes ces réflexions, mon ventre crie famine. Et c'est en admirant la plaine de Rochechinard et le massif du Vercors que je vous quitte pour une collation bien méritée.

 

 
Historique du château :

L'incroyable histoire du château de Rochechinard est ICI.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 26 Vers Menu châteaux de la Drôme
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 07:30

 

Pays :

  BELGIQUE

Province :

  Namur

 

 

Le bourg :

Le vert de la nature met en valeur ces vieilles pierres grises    Situation :   (le voir sur une carte)

     Le petit village comportant le château de Montaigle est situé entre Charleroi, Namur et Dinan.

  Coordonnées du château :

50° 17' 32.194" N  4° 48' 59.987" E
 50.292276°  4.816663°

   
Le château :  

   Description du château :

      Vous savez comme je les adore ces vieilles pierres médiévales, vous savez maintenant que je prépare minutieusement mes longs week-ends ou mes vacances en lisant et en marquant sur une carte ces lieus magnifiques. 

   Montaigle : Voilà un nom que je connais depuis des mois, un site que je rêvais de visiter, une ruine qui était presque le but de mon voyage en Belgique.

 

    L'extérieur :

    Comme toujours, je gare mon destrier assez loin du château pour le découvrir lentement à pieds. Et rapidement le miracle opère, je vois une ruine jouant avec les arbres.  N'est elle pas magnifique ?

      Ce qui est fascinant, c'est le sentier qui en contournant la ruine castrale lui donne des formes et des lumières différentes.  Wahouuuu, qu'elle est belle !

   La ruine posée sur un éperon rocheux comporte de nombreux exemples d'architecture médiévale : Tour ronde, tour carrée, mur de défense avec archères, tour flanque.....

   Un curieux bâtiment avec contreforts attire mon attention. J'ai hate de découvrir l'intérieur pour en comprendre la raison.

   Et c'est là que la déception arrive. Une petite barrière m'empêche de passer.... (Ce n'est pas important, cela m'est déjà arrivé).... Il y avait à quelques mètres un "châtelain" lisant son journal. Je tente de lui parler, de lui expliquer qui je suis, ma passion, mes lectures, mes écrits, etc.....

Le dédain le plus incroyable est la réponse à mes sollicitations §
   Je ne souhaitais pas entrer ou avoir un privilège, mais échanger.  Je l'ai fait tant de fois durant des 'centaines d'années'.  Entre médiévistes, il y a toujours une discussion ou un échange avec des mains qui expliquent et des yeux qui brillent.
      C'est avec un petit pincement que je vous dis :
 "Passez votre chemin bonnes gens, cette ruine me mérite plus votre visite. Peut être qu'un jour, les "châtelains" du lieu retrouveront le sens de l'hospitalité médiévale et l'envie de nous faire rêver !"

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, une petite fortification est bâti sur le rocher (?).
* Au 12ème siècle, un château est construit par le sir de Courtenay.
* A la fin du 12ème siècle, le château appartient au Comte de Berlaymont (voir titre de noblesse).
* En 1299, le château est acheté par Guy de Dampierre, Comte de Namur.
* En 1310, une bulle du Pape autorise le Comte à construire une chapelle au château.
* En 1441, les Dinantais attaquent et détruisent partiellement le château.
* En 1465, pour défier le Duc Philippe le Bon, les Dinantais attaquent encore le château de Montaigle.
* A la fin du 15ème siècle, le château est restauré. Ses blessures sont panser, et forteresse il redevient.
* En 1554, les troupes du Roi de France Henri II (voir liste des rois) attaquent la région. Malgré une belle résistance, le château cède et devient ruine. Il ne sera plus reconstruit.
* A la fin du 20ème siècle, le chevalier Dauphinois est très mal reçu par les "châtelains".
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible depuis le sentier. Le château est une propriété privée et peut être visité.... Mais il y en a tant à voir dans la région avec un meilleur accueil que je vous conseille d'éviter ce site.

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 07:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg : 

L'ensemble fortifié supervise la vie des habitants  Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Le bourg de Guimerà est situé à 50km au Nord de Tarragone et à 12km au Sud-Est de Tarrega.

  Coordonnées du château :

41° 33' 55.206" E 1° 11' 9.841" E
 41.565335°  1.186067°

 

Le château : 

    L'extérieur :

L'arrivée

    Au loin, les formes d'une fortification  posée sur les hauteurs de Guimerà se découpent dans le bleu du ciel. Face à l'église la tour, même en ruine, la nargue. Mais une question me taraude:

Vais je encore découvrir une beauté médiévale ?

 

Chaque bâtiment se regarde

      Depuis les premières pentes du village, les bâtiments sont clairement identifiables. Sur la droite, une église romane, puis sur la gauche une tour isolée avec à l'extérieur un escalier moderne permettant la visite.

Avez vous remarqué cette curieuse architecture dans l'épaisseur du mur ?

 

Analyse de la curiosité

    Elle n'est évidemment pas volontaire (les années temps ont fait leur travail de destruction). L'avantage de cette destruction partielle, c'est la possibilité de voir la méthode de construction d'une tour. (Un mur qui se met à nu est très instructif).

   De l'autre coté, la paroi est intacte et possède de nombreux trous de boulins.

Mais à quoi peut bien servir cette pierre creuse posée sur des corbeaux ?

 

    L'intérieur :

      La tour est en travaux, la visite est impossible. Sur la pointe des pieds je tente de voir à la base de la tour. .... Heu..

Qu'est ce ?

  J'opte pour des ... heu.... salles... ou... couloirs...ou...(?)
     Je repars en empruntant cette porte fortifiée. J'espère trouver une ruine visitable dans un autre village.

 

 

  Histoire du château :

* Au 20ème siècle, une campagne de consolidation est menée.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite. L'intérieur est visitable et payant (sauf en période de travaux). Le risque de recevoir une pierre est faible. 

 

Un véritable château fort avec donjon central et courtines externes

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 07:00

   



Signification au 21ème siècle :

    "C'est une pétaudière" signifie un endroit désordonné, mal rangé, un capharnaüm. L'expression désigne aussi un groupe de personnes mal dirigé, une classe peu soumise à l'autorité, un désordre dans les idées ou dans une discussion.

    L'expression de notre siècle un peu plus vulgaire serait : "C'est le bordel !"...  (oups, désolé).


 
 
 
Naissance :

   L'expression étant citée par d'illustres auteurs du 17ème siècle, le mot semble donc "moderne"; Pourtant  son origine est ancienne car elle vient du Moyen Age.
 
 
 
Origine de l'expression :
 

   A l'époque médiévale, il était courant de nommer un roi (un chef, un responsable, une autorité, un représentant) dans une corporation. Il y avait le roi des paysans, le roi des soldats, le roi des arbalétriers, etc....
   Les mendiants et les gueux n'échappaient pas à cette règle. Le roi des gueux avaient été surnommé Pétaud. Evidemment, dans cette corporation la "discipline" n'était pas de mise. Le Roi
Pétaud  n'avait aucune autorité ni écoute dans ce capharnaüm d'idées et de "parlottes", de vociférations.
    Rapidement cette indiscipline se nomma :
La Pétaudière.
 
   C'est ce fatras qui a traversé les siècles jusqu'à nous
.

 

  
 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Les Expressions
commenter cet article
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 12:00

 

Cette vidéo est en lien avec la description du château de Montfort en Isère.


 
 





Nota :

         J'ai récupéré cette vidéo sur Youtube

   Si vous êtes l'auteur de cette vidéo, si vous estimez que cet article "pirate" ou n'est pas conforme aux règles du droit à la propriété intellectuelle, veuillez me contacter par courriel (voir ci-dessous) ou dans le lien "Commentaire", je supprimerai ou modifierai cette page en suivant vos recommandations.

          Chevalier d'honneur je suis  .

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans ** Vidéos **
commenter cet article
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 07:00

 

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg : 

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Difficile de vous décrire l'emplacement exact de cette tour. Prenez la voie rapide gratuite entre l'Hospitalet de l'Infant et Vila-Seca.

   Sur la droite, le long d'une petite route goudronnée, apparaît la construction parallélépipédique. Tournez  de suite à droite au 1er embranchement (virage à 350°).

   Coordonnées de la tour :

   
   

 

Le château : 

    L'extérieur :

Le hasard

   Non indiquée sur ma carte, cette construction fut une découverte magique. N'ayant pas eu le temps de prendre l'embranchement à droite, j'ai du utiliser l'échangeur à 2 kilomètres puis "me perdre" un peu avant de la revoir .

Quel aventurier je suis... pour vous !

 

La découverte

   Cette construction n'est pas sur une colline, mais plantée au milieu d'une immense plaine.

Etait elle un point de passage (ou péage) sur une ancienne voie Romaine ?

   C'est possible, car nombre de nos routes modernes empruntent le tracé bi-millénaire.

 

Première analyse

   La haute tour ne comporte aucun rempart extérieur visible. Elle a une forme carréeet aucune ouverture en partie basse. J'opte pour une construction du 12ème siècle.

   Je ne remarque aucune fente de type archère ou puits de lumière (voir vocabulaire).

Pensez vous qu'elle puisse être de la fin du  11ème siècle ?

 

Elle est défensive

   Ma plus grande surprise fut de découvrir sur chacune des faces une bretèche. Ces 4 systèmes de défense sont de facture très différente.

Surprenant n'est ce pas ?

   Les angles sont très pauvrement appareillés, et les pierres sont mal taillée avec des épaisseurs dans les joints facilitant le travail de sape en cas d'attaque. Cette tour n'appartenait pas à un château de seigneur.

Une simple tour de guet et de signalisation (?).

 

Surprise !

    Et c'est au moment où je m'y attends le moins qu'une découverte m'enflamme (oui, il m'en faut peu, je l'avoue. Je suis très réactif quand il s'agit de vieilles pierres). Regardez à vos pieds  (heu, je voulais dire, cliquez sur le mot souligné).

Alors que voyez vous ?

 

Enigmatiques trous

  Venez avec moi, je vais vous montrer.  Dans le sol a été construit en brique une.... heu.... je ne sais pas.

    Sur le moment, je pensais à une citerne ou un puits puisque la tour médiévale est proche de ruisseaux. Mais je n'ai pas vu d'argile sur les parois. Même après 800 ans, il reste souvent quelques traces d'argile (je vous en ai montré aux châteaux de Murat, de Quillan ou de Niedergesteln par exemple).

Mais peut être que ceci est un silo (comme au château de Calafell).

 

C'est la fin

   Je rêve, je rêve et.... la nuit tombe. Je retourne à la taverne pour rechercher dans ma documentation des explications sur les énigmes de cette tour.

 

    L'intérieur :

     Impossible de visiter l'intérieur, mais il n'y aurait que peu à découvrir.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'une fortification pour guetteurs.
* Au 20ème siècle, une campagne de consolidation est menée.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre ou de tomber dans un trou existe. 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 07:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

 

Le bourg :

Même sans comprendre la langue, je comprends le château    Situation (--> le voir sur une carte)

       Le petit bourg de l'Espugna Calba est situé à 40km au Sud-Est de Lleida et à 25km au Nord-Ouest de Montblanc.

 Coordonnées du château :

41° 29' 41.01" N
1° 0' 17.1" E
 41.494725°
 1.00475°

 

Le château :

    L'extérieur :

J'ai un doute

    Avec le temps et les modifications des hommes, un château médiéval peut parfois prendre des formes plus douces et plus neutres".  C'est ce que j'ai pensé en voyant au loin cette grande bâtisse.

Mais est ce vraiment un château ?

 

Analyse rapide 

    Le bâtiment est asymétrique prenant une forme de L aplati. Une telle architecture n'est pas défendable; Des courtines ont du disparaître avec les années.

     Chaque face comporte des créneaux et des ouvertures aux formes différentes.

  Sur une face, les créneaux sont peu classiques. J'ai l'impression de reconnaître une architecture Mauresque, ce qui ne serait pas étonnant puisque ce château date de l'époque où la Catalogne n'était pas encore reconquise par les Chrétiens.

 

Je poursuis mes constatations

  Les angles comportent de belle pierres, peut être trop "neuves" pour que je puisse en tirer une conclusion.

     L'autre façade est plus brute, avec des pierres peu jointives, pauvrement taillées et asymétriques. Cela est il du à une construction hâtive ou à des réparations de fortune ?
   Le crénelage est classique avec des archères droites dans certains merlons (voir vocabulaire).
    Les fenêtres gothiques sont magnifiques avec de fines sculptures en rosace.

 

Les systèmes défensifs

   En complément du crénelage, je crois voir quelques archères et surtout un trou pour arme à feu.

 

    L'intérieur :

    Hélas pour moi (et pour vous aussi) le château a des horaires de visite restreints, je n'avais pas envie d'attendre plusieurs heures. Je jette un dernier regard vers ce château féodal, et je repars vers une autre destination castrale.

 

 

  Histoire du château :

* Au 13ème siècle, une fortification est construite au sommet d'une petite butte.
* Au20ème siècle, une campagne de consolidation est menée.
* Au 21ème siècle, la visite du château est payante. Le risque de recevoir une pierre est faible. 

 

Fenêtre sur cour.... J'en ferai bien un film

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article