Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 06:30

 

Département :   39 - JURA

 

Le bourg : 

  Situation :    (--> le voir sur une carte)

     Arlay est une petite commune dans la plaine située à 8km au Nord de Lons Le Saunier. 

    Coordonnées du château :

46° 45′ 32.4″ N 5° 32′ 16.44″ E
 46.759°  5.5379°

 

Le château :

     Au Sud-Est du village, une petite colline boisée attire mon attention. En la contournant, il me semble qu'une construction massive très étendue se cache dans un bois. Mon instinct de médiéviste amateur me force à découvrir cette magnifique curiosité. 

   L'extérieur :

La découverte

      En respectant le sentier pour ne pas abîmer les belles grappes de raisin, jr parviens à la base de rempart dont l'architecture m'est familière.

   Bien que des fenêtres à meneaux en croix (voir vocabulaire) adoucissent le mur fortifié, je ressens le "vent médiéval". Mais je ne suis pas satisfait, cette ruine doit posséder des beautés d'architecture médiévale.

 

Les fortifications

    Quelques mètres plus loin, le mur percé d'archères droites ne laisse aucun doute, et de plus il se termine par une tour polygonale.

Magnifique, n'est ce pas ?

     En voyant ses parements de qualité inégale, je pressens que les remparts ont du beaucoup souffrir durant les 8 derniers siècles.

      Plus j'avance et plus cette fortification me surprend. Par exemple sur cette face.

Que voyez vous ?

Cherchez un peu !...  Je ne vous sens pas très observateur :  Regardez mieux ici

   Avez vous remarqué cette avancé du mur (ou le retrait  en fonction de l'endroit que l'on regarde).

En connaissez vous la fonction ?

   Moi non plus (hihihi, je ne connais pas tout, désolé ).

 

Que de surprises ! 

       Et les surprises s'enchaînent. Proche de la porte d'entrée, il y a une tour ronde flanque avec une archère droite en angle servant à protéger la courtine : Classique système de défense mais très efficace.

     Des tours encadrant l'entrée d'un château fort est un système défensif assez classique à partir du 13ème siècle (voir cet exemple au château de Guédelon) mais en générale, elles sont avancées par rapport à la porte. Curieusement, les 2 tours sont dans l'alignement.

A quoi peut servir un châtelet aligné ?....... Quelle curiosité architecturale ! 

   Ce château étant une ruine, de nombreux systèmes de défense ont disparu comme les créneaux, les mâchicoulis (voir vocabulaire). Mais au dessus de la porte principale subsistent des consoles, seul souvenir de la bretèche.  

 

    L'intérieur :

      Hélas, l'entrée de la ruine est impossible depuis cette façade. Il me faut redescendre au bourg et quémander l'accès au "château-neuf". Comme il est tard, je vais profiter de la vue en espérant qu'un jour mes chausses me mènent à nouveau en ce lieu.

 

 

Histoire du château

* A la fin du 11ème siècle (?), les Comtes (voir titre de noblesse) de Bourgogne souihaite la constructiond'un point de surveillance fortifié contrôlant la plaine. Jean de Chalon dit L'Antique aménage le château fort pour assurer la défense des salines de Salins.
* Au 13ème siècle, le château est remanié et modernisé par Jean de Chalon, gouverneur pour les Comtes de Bourgogne.
* En 1245, Jean de Chalon (marié à Laure de Commercy) se voit parfois nommé : Sir de Chalin et d'Arlay.
* A la fin du 13ème siècle, le château est régi par le fils de Jean de Chalon. Il prend le nom de Jean de Chalon-Arlay.
* Au 14ème siècle, par son mariage avec Marie de Baux princesse d'Orange, Jean III de Chalon-Arlay porte le titre de Prince d'Orange.
* En 1479, les troupes royales de Louis XI (voir liste des rois) attaquent et détruisent le château.
* Au début du 16ème siècle, la famille Chalon-Arlay reconstruit le château.
* En 1595, les troupes Royales Françaises détruisent définitivement le château.
* A la fin du 18ème siècle, la Comtesse de Lauraguais, héritière des biens des Chalon-Arlay, fait construire un château résidentiel en aval de la forteresse..... Mais ceci est une autre histoire et un autre château.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de cette forteresse est libre et gratuite. L'intérieur se visite certains jours. Veuillez vous renseigner sur ce site.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 39
Vers Menu& châteaux du Jura
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Franche Comté : 25 39 70 90
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 06:30

 

Département 11 - Aude

Le château :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
       La station balnéaire de Leucate est située à 30km au Sud de Narbonne et à 28km au Nord-Est de Perpignan.

   Coordonnées du château :

42° 54' 28.786" N 3° 1' 30.814" E
 42.907996  3.025226


Le château:     
    L'extérieur :
La découverte

     En arrivant dans ce bourg côtier, le blason apposé sur les panneaux des rues me donne l'ambiance : Une tour fortifiée (ou un château ?) a été construite.

Mais où est elle ?

    Un "fin limier" comme moi sait que cette beauté médiévale doit être sur une colline. Et c'est à quelques kilomètres de la mer, proche d'un hôpital moderne que je vois ceci.

N'est ce pas magnifique ?

    Je vous sens un peu dubitatif. Pourtant ce mur est bien l'un des nombreux vestiges de l'ancien château de Leucate.
    
La recherche d'indices
     Avec un peu de recul, en montant au sommet de la colline, en observant les restes des murs je comprends mieux la forme de cette fortification.
      Les angles étaient pourvus de tours polygonales et de nombreux bâtiments s'appuyaient sur les courtines.
   Vous semblez douter un peu de mes propos. Regardez ce plan  fourni par les archives municipales, il est très clair .
       J'avoue .... qu'il est peu lisible, mais ce croquis réalisé en 1590 doit mieux vous faire comprendre son architecture. Comparez là avec la vue satellite du 21ème siècle.

Magnifique oeuvre défensive, n'est ce pas !

 

       Ombre et lumière grâce au soleil du Languedoc L'intérieur :  

La difficulté de comprendre

   L'aménagement intérieur est un peu confus et les fonctions des salles peu explicites.  Les voûtes se succèdent sans révéler leur secrète vie passée.

Mais peut être est ce le brûlant soleil qui m'empêche de réfléchir et comprendre cette forteresse ?

 

Que cette ruine est complexe !

    A l'ombre, je discerne une forme ronde dont le parement est très inégal. Le plus surprenant et le manque de fente de tir, d'archère ou de bouche à feu (voir vocabulaire).

Peut être devrais je lever les yeux ?

 

   Et là, je vois.... heu.... une sculpture de... heu..... je ne sais pas.
      Que faire quand mon imaginaire est parti avec une chaleur trop violente. Il suffit simplement de déguster une pêche en admirant le paysage.


Histoire du château :

* Au début du 14ème siècle, le château appartient à 2 seigneurs : Raymond de Durban et Gausbert de Leucate
* En 1309, le roi de France Philippe le Bel (voir liste des rois) souhaite récupérer par échange de terres, les territoires et  château de Leucate pour en faire un port.
* En 1312, l'acte de transfert au royaume de France est signé.
* En 1321, une garnison s'établit dans le château et des travaux sont réalisés.
* En 1362, le château abrite l'armée royale devant envahir le Roussillon.
* En 1475, Arnaud de Chesnay est gouverneur de la place forte de Leucate.
* En 1496, les Espagnols ravagent les Corbières. Leucate voit partir l'armée Royale Française pour la conquête de la forteresse de Salses.
* En 1503, une puissante armée Espagnole attaque la région ainsi que la fortification de Leucate. Leur attaque est victorieuse et l'armée Royale française capitule.
* En 1527, des améliorations de défense sont réalisées.
* En 1589, durant les guerres de religion, la forteresse est tenue par Bourcier de Barri.
* En 1590, le gouverneur est fait prisonnier dans une embuscade et incarcéré à Narbonne. Craignant une attaque du Maréchal de Joyeuse ligué avec les Espagnols, sa femme (Françoise de Cézelly) se réfugie dans la forteresse. Elle commande la défense et fait face à une armée de Ligueurs et d'Espagnols impressionnante. Les assiégeants quittent le lieu de bataille tant la résistance est vive.
* La même année, impressionné par le courage de cette femme, le Roi de France Henri IV (voir liste) lui confie  le gouvernement de Leucate jusqu'à la majorité de son fils Hercule de Barri
* En 1637, des travaux de modernisation des défenses sont réalisés (demi-lune).
* En 1639, en représailles à l'attaque de la forteresse de Salses, les Espagnols attaquent Leucate, mais sans succès.
* En 1661, les Etats du Languedoc demandent au Roi le démantèlement de plusieurs forteresses devenues inutiles et coûteuses. Leucate est sur la liste.
* En 1664, l'ordre de démolition est donnée par le Roi. Ces travaux sont réalisés par François Carcassonne (maître maçon à Narbonne).
*En 1996, l'association "des amis de Leucate" effectue des travaux d'études et de mise en valeur du site.
* Au 21ème siècle, la découverte est libre et gratuite. Avec de la curiosité, de nombreux détails sont visibles. Et puis il y a la vue.

 

Venez vous faire trempette avec moi ?

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 06:30

 

Pays :

  BELGIQUE

Province :

  Namur

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La petite commune de Roly est située à 8km au Sud de Philippeville et à 30km au Sud-Ouest de Dinant et à une lieu de la ruine du château de Fagnolle.

  Coordonnées du château :

50° 8' 6.792" N
4° 32' 16.346" E
 50.13522°
 4.537874°

 

Le château :

   Ma carte détaillée indique un château médiéval dans le petit village de Roly.

Mais où est il ?

 

   Comme toujours, c'est mon fidèle destrier qui, par un arrêt brusque, me montre le but de ma balade.

   Je ne cherche pas à abuser de votre confiance, cet ensemble de bâtiment constitue l'antique château-ferme de Roly.

 

    L'intérieur :

     Contrairement à mon habitude, je cherche à entrer de suite dans la forteresse. C'est une propriété privée, la grille d'entrée est fermée. Je vais devoir faire une analyse uniquement par les éléments extérieurs.

 

    L'extérieur :

     Deux éléments me surprennent quand je découvre le château-ferme.

1- Le puissant donjon : Il est imposant et habitable, ce qui est assez rare pour une tour maîtresse du 12ème siècle (en théorie). Il est percé de fenêtres très modernes pour le confort de ses habitants. En l'imaginant borgne ou avec de petites archères droites (voir vocabulaire), il a du impressionner plus d'un assaillant. Dans cette région de plaines, sa hauteur est un symbole de puissance à plusieurs "lieus à la ronde".

2- Le bâtiment : Ce bâtiment parallélépipédique a été construit au 17ème siècle. Il comporte des fenêtre modernes et à meneaux en croix dont certaines sont grillagées à l'Espagnole. Je suis surpris du manque de raffinement pour une construction post-médiévale. Je ne suis pas au bour de mes surprises.

 

        Sur l'autre façade, de nombreux détails de défense apparaissent.

3- Un vestige d'encorbellement ayant supporté une petite échauguette.

4- Une bretèche d'angle possédant des fentes de tir.

5- Une courtine avec une archère-canonnière.

6- Une autre courtine avec une archère en bêche.

7- Etc...

 

    Cet ensemble paraissait anodin, mais en l'observant minutieusement, de nombreux détails trahissent ses origines.

 

J'ai une question à vous poser :

  * Si je vous avais montré au début cette façade, auriez vous cru que ce bâtiment put être un château du moyen âge ?

    --> La recherche de bâtiments fortifiés d'origine médiévale est parfois difficile et source d'erreurs. J'espère ne pas en commettre trop !

 


Histoire du château :

* Au 10ème siècle, Roselum est un village important entre Sambre et Meuse.
* Au 11ème siècle, une fortification semble construite (?).
* Au 14ème siècle, un donjon carré habitable est construit par un membre de la famille : La Tour de Roly.
* A la fin du 17ème siècle, Gérard Lambert, aussi nommé le Baron (voir titre de noblesse) de Roly fait construire des bâtiments entourant le donjon.
* A la fin du 20ème siècle, les nouveaux propriétaires consolident et aménagent le château.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible depuis la route. La découverte de l'intérieur de certains bâtiments  est possible durant quelques fêtes et exposition.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 06:30


Département
37 - Indre et Loire

Le bourg :
   Situation  (--> le voir sur une carte)
      Le hameau de Vaujours est situé à une "portée de flèche" au Sud-Est du bourg de Château La Vallière, à 50km à l'Ouest de Château Renault et à 60km au Sud de Le Mans.

   Coordonnées du château :

47° 31' 40.958" N 0° 20' 47.98" E
 47.528044  0.346661

 

Le château :
     Dans un vide-grenier j'ai vu une vieille carte postale montrant l'incroyable château de Vaujours. Il n'en fallait pas plus pour enfourcher mon destrier et découvrir cette impressionnante forteresse de 6,8ha.

       L'extérieur :
La découverte
    Le hameau étant entouré de petites collines, j'ai pensé que la fortification serait posée sur l'une d'elles, mais ma carte IGN affirme le contraire. Incroyable, la beauté de pierre est dans la large vallée. Je marche donc vers l'eau.

Pourquoi l'eau me demandez vous ?


      Au moyen âge, un château fort était soit posé sur une hauteur, soit entouré de douves donc proche d'une rivière. Et ma déduction d'incroyable médiéviste (oui, j'aime parfois m'attribuer des honneurs et compliments ) aidé il est vrai par une carte très détaillée, me fait découvrir cette merveille.

Magnifique n'est ce pas !


     Ne me dites pas que vous ne la voyez pas, triste je serais. Regardez bien, là. Il y a, à quelques mètres devant moi, les douves (j'admets qu'il y a un peu d'herbe dedans), et au fond les puissants remparts.

Que me dites vous ?.... Les pierres ont elles été peintes en vert ?


   Non, point de peinture il y a. Je soupçonne que vous n'avez pas vu correctement mon Graal. Voici une autre image détaillant bien la qualité du parement d'une puissante tour ronde... Oui, le vert l'emporte, je suis d'accord


L'analyse détaillée
     Je suis conscient que la végétation a envahi le site castral et qu'il faut beaucoup d'imaginations pour comprendre cette ruine. Mais avec un peu d'attention, il est possible de voir (de deviner aussi  ) son architecture et donc de comprendre son importance.
    Par exemple sur ce panoramique, je vois les remparts extérieurs de la forteresse. Il est facile d'imaginer sa longueur, et par déduction deviner sa superficie.
  Conclusion : Ce n'est pas un petit château de surveillance de vallée ni de garde.

    Avec un oeil d'aigle, je vois une puissante tour flanque tout en rondeur, avec un vestige de pan de mur accroché à sa base et un autre posé au dessus.

N'est ce point une puissante tour d'angle avec ses dépendances accolées ?

    Et là, cachée dans la verdure, une tour semi-circulaire à bossage (ou n'est ce qu'un effet de style à la reconstruction ?)  avec de magnifiques décors sur les pierres des mâchicoulis.

Quelle forteresse ! ! ! !


Le plan
      Pour mieux comprendre l'importance de ce château fort, regardez ce plan réalisé par M° Jean de Bouillé :a

1 - Basse-cour,
2 - Le château avec sa cour intérieur,
3 - Tour porte d'entrée avec pont-levis,
4 - Pont-levis du château,
5 - Tour du "Charron",
6 - Le "donjon",
7 - Chapelle,
8 - Pont fortifié,
9 - Bastion Nord-Est,
10-Bastion Sud,
11-Douves entourant la forteresse.

 

        L'intérieur du château :
    Le château est entouré d'un grillage et un panneau m'interdit l'accès. Je n'ai pas trouvé d'habitant du village pour me renseigner sur le nom du propriétaire. Point de visite vous aurez avec moi.


Histoire du château :

* Au 12ème siècle (?), dans l'Anjou (au moyen âge) un château est cité au lieu dit : Val Joyeux. Il appartient au seigneur de Chastreaux..
* En 1398, Hardouin de Bueil, évêque d'Angers et président de la Chambre des Comptes de Louis Ier Duc (voir titre de noblesse) d'Anjou possède le château et les terres.
* A partir de 1399, le château est agrandi et modernisé.
* Au milieu du 15ème siècle, Jean V de Bueil, neveu de Hardoin, est le nouveau propriétaire. Ce grand personnage, compagnon de Jeanne d'Arc et élève du grand héros La Hire est aussi surnommé : Le Fléau des Anglais. Il entreprend de nombreux travaux de modernisation des défenses.
* A la fin du 15ème siècle, le roi de France Louis XI (voir liste des rois) passe quelques jours dans le château pour chasser dans la proche forêt et aussi pour "visiter" sa demi-soeur Jeanne (fille d'Angnes Sorel et du roi  Charles VII) devenue l'épouse de Antoine de Bueil, seigneur du château de Val-Joyeulx (Vaujours).
* Au 16ème siècle, avec le mouvement de la Renaissance, la vieille fortification médiévale de Vaujours n'est plus habitée par ses propriétaires qui préfèrent les beautés "modernes".
* En 1666, le Roi de France Louis XIV (voir liste des rois) achète la châtellenie de Chasteau (y compris Vaujours) et en fait cadeau à sa favorite : Louise de la Vallière.
* En 1667, Louise possède le titre de Duchesse de Saint Christophe et de Vaujours.
* Au 18ème siècle, le château n'est plus entretenu.
* Vers 1791, les révolutionnaires le réquisitionnent et le vendent comme bien national.
* En 1815, la Duchesse d'Uzès vend le château à un Anglais (grrr). Ce triste sir "démonte" le château et récupère les pierres pour une autre de ses propriétés à Vivier des Landes.
* Au 19ème et 20ème siècle, les moellons servent à empierrer les chemins.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des ruines est interdites. Il semblerait qu'une association de sauvegarde ait été créée.
==> Cette forteresse mériterait une mise en valeur tant elle est et a été magnifique.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 37 Vers Menu châteaux d'Indre et Loire
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Touraine 37 41 45
commenter cet article
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 06:30


Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le château :

 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Querol est un petit village situé à 40km au Nord de Tarragone et à 20km au Nord-Est de la ville fortifiée de Montblanc .

 

  Description du château :

    Depuis la petite route qui serpente il faut un peu d'attention pour découvrir cette ruine qui ressemble plus à un morceau de montagne qu'à un fier château fort.

 

    L'extérieur :

     Cette ruine est très intéressante (mais si, je vous l'assure), car elle comporte plusieurs astuces architecturales. Par exemple un arc de décharge faisant "une sorte de pont" enjambant le vide entre 2 rochers.

Je vous sens un peu dubitatif.


     En voici un autre à la base du château soutenant un fruit (voir vocabulaire).  Tout sur cette façade est peu classique. Autre exemple, il y a cette tour ronde accrochée à un rocher aplati et tenant "dans le vide".

   Ce type de construction n'était pas unique au moyen âge, mais je suis toujours surpris que 800 ans après, elle résiste.

 

    L'autre coté du château présente une architecture différente. Cette façade située du coté de l'attaque possède les moyens classiques de défense du 12ème siècle.

   Il y a d'abord les traditionnels corbeaux devant supporter des hourds (voir vocabulaire) ou un chemin de ronde en encorbellement. Puis les inévitables archères dont la forme confirme mon analyse rapide d'une construction du 12ème siècle.

     S'il est vrai que le temps est un grand destructeur de château, il y a souvent une raison "humaine" à la présence d'une ruine, et je pense la connaître :  Des boulets médiévaux.

 

Y aurait eu quelques engins de jet en action contre "mon" château ?


 

    L'intérieur :

       Hélas, la propriété est privée et clôturée. J'ai tenté de me renseigner auprès d'un sympathique Catalan jardinant à quelques mètres de la beauté castrale, mais nous ne parlions pas même langue.


 
Histoire du château :

  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La propriété est privée est interdite à la visite. Le risque de recevoir une pierre est existe. 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 06:30


Est ce un mirage ?.... Département :    08- Ardennes

Le bourg :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
      Le petit bourg de Hierges est situé en bordure de la frontière Franco-Belge, à 14km au Sud-Ouest de la ville Belge de Dinant et à 50km au Nord de la ville Française de Charleville Mézières.

    Coordonnées du château :

50° 6' 21.398" N 4° 44' 26.066" E
 50.105944°°  4.740574° 


Le château :

       L'extérieur :

Je rentre en France

    Après avoir passé une semaine incroyable en Belgique je traîne les pieds (de mon destrier ) pour franchir la frontière, signe que mes découvertes castrales d'avril sont terminées, quand soudain au loin une vision me redonne le sourire !
Brique et pierre jouent de leurs couleurs
Un vrai château
    Mon imaginaire est très fertile, ainsi je dois me méfier de "tout. Je me demande si cette construction n'est point un mirage.

    Mais en enlevant mon heaume et en m'essuyant les yeux avec un mouchoir en dentelle (heu, il m'a été donné par..... mais ceci est une autre histoire), je distingue réellement un vestige de château sur la colline.

 

Brique et pierre

   Ce château n'est pas commun.  Il est composé :

  * De tours rondes en "brique et pierre" (un peu en ruine certes),

  * Puis d'une tour coiffée semi-circulaire en pierre.

Cette dernière presque "neuve" semble être habitée par l'actuel châtelain.

Bleu, rouge, vert, blanc..... incroyable !

Analyse d'une tour
   Proche de la 1ère tour en ruine, je suis hébété. L'association du rouge et du blanc est déjà fascinante, mais en plus d'imposantes bouches à feu côtoient des fenêtres dont certaines à meneaux en croix.
    Ce système de défense uniquement basé sur les canons tirant au loin ne me parait pas très efficace lorsque l'assaillant est arrivé à la base du château.

 

N'y a-t-il que des tir de loin ?

    Cette question m'occupant l'esprit, je regarde avec plus d'attention cette construction.  Conclucion :

C'est évidemment une erreur d'analyse de ma part.

   Il suffit de voir l'association de ses tours qui s'auto-protègent. La 2ème avec son ouverture basse bombarde l'assaillant par un tir rasant ... Aie  !

    Par la présence d'arc de décharge (voir vocabulaire) improvisées, certaines canonnières me semblent avoir été ajoutées à la construction d'origine.

Qu'en pensez vous ?

   Je trépigne déjà à l'idée de découvrir les merveilles de l'intérieur. Mais avant, je me dois de mieux oberver les tours et courtines !

 

Que préférez vous ?.. La brique ou la pierre ? Une tour habitée La végétation tente d'envahir la vieulle ruine Y avait-il-une belle derrière cette fenêtre il y a 5 siècles ?

 

       L'intérieur :
   Hélas, ce château n'est pas visitable en cette fin du 20ème siècle. Je me console en admirant la richesse d'une fortification d'origine médiévale : Le panorama.

 

 

Histoire du château :

* Au 9ème siècle, certains historiens pensent qu'un château est construit.
* Au 12ème siècle, il semble que le château soit détruit (?).
* Au 16ème siècle, le château est reconstruit avec des éléments de confort et des ouvertures pour armes à feu.
* Vers 1792, les révolutionnaires détruisent partiellement ce symbole de noblesse.
* En 1980, certaines parties du château sont classées aux Monuments Historiques.
* A la fin du 20ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. Le château est une propriété privée non visitable.
* Au 21ème siècle, il semble que ce château soit visitable avec un guide. Renseignez vous sur les horaires et jours.

 

Ces collines se prennent pour des montagnes !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 08 Vers Menu châteaux des Ardennes

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Champagne : 08 10 51 52 77
commenter cet article
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 06:30


Pays :

 SUISSE

Canton :

 VAUD

 

Le château :

 

  Situation (--> le voir sur une carte)

   Le petit village de Saint Triphon se situe à 5km au Sud de Aigle (voir ce château), à 12km au Nord de St Maurice, sur un promontoire de la rive droite du Rhône.

 

 

  Description du château :

  C'est en direction de Aigle que mon destrier se mit à hennir. Son oeil de lynx (j'avais pourtant acheté un cheval) a vu à travers la forêt, un morceau de pierre ressemblant à une bâtiment médiéval.
  N'écoutant que son courage (oui, j'avoue, c'est lui qui en a), il prit le chemin légèrement en pente vers le village de Saint Triphon.

 

    L'extérieur :

Il n'y a aucun panneau indiquant la direction vers le bâtiment, mais s'il a une origine médiévale, il sera en haut de la colline.
   Quelques minutes plus tard, des pierres se cachent derrière les grands arbres. Vais je devoir me transformer en bûcheron pour admirer cette ruine ?
   Oui, j'ai écrit "Ruine", et l'une des rares qui m'ait été de visiter en Suisse, alors je vais prendre mon temps pour la regarder.
   De loin, cette tour carrée ne me semble pas extraordinaire, et pourtant mon instinct me dit de mieux "fouiller". En la contournant, je découvre un petit mur précédent la tour, il n'a aujourd'hui qu'un mètre de haut avec une végétation qui le cache (Décidément, cette ruine est très joueuse). Ce muret ne laissant que peu de place entre la tour et lui m'intrigue. Ce donjon était il enchemisé (voir vocabulaire) ?
  Un peu plus loin je découvre d'autres morceaux de muraille. Cette ruine n'est pas une simple tour, mais le donjon d'un petit château.
  
      En baissant les yeux vers la base de la tour, je remarque une curiosité de construction. Le mur est classique bien que très bien appareillé mais il est posé sur des pierres peu épaisses, elles même mises sur d'imposants blocs taillés. J'avoue n'avoir pas encore vu cette caractéristique architecturale.
 
     Evidemment après le bas, le haut; Je lève les yeux, et je découvre un classique médiéval : une porte à 7 mètres du sol. Mais un détail me choque; Je vous donne un indice avec l'image de la porte sur la tour Colombine en France (lire l'article).

Avez vous trouvé ?

       Le mur de Saint Triphon comporte de nombreux trous de boulins (voir vocabulaire), mais curieusement aucun sous la porte.

Où se trouvait la passerelle d'accès ?

 
  La tour mesure 18 mètres de haut. Il me faut un peu de recul pour observer la partie supérieure. Elle ne comporte plus de créneau, et une petite archère droite identifie la construction au début du 13ème siècle. Mais ce qui est impressionnant, ce sont les corbeaux. Ils sont presque "intacts", et surtout très "longs". Aux pieds de la tour, ils forment une ombre "magique".
  Ils devaient certainement supporter d'imposantes hourds en bois (voir vocabulaire).

 

    L'intérieur :

    Hélas, cette tour est fermée au public.  Il me faut quitter ce site pour découvrir le prochain château, certainement celui de Aigle. Mais avant de partir, j'admire la magnifique vue qu'offrent toujours les sites médiévaux.

 

 
Histoire du château :

  • * Dans le Haut Moyen Age, le territoire appartient au Roi de Bourgogne. (Il semble logique d'imaginer la construction d'une tour de guet, mais aucune trace le prouve).
  • * Vers 1180 (?), un chevalier nommé Humbertus semble posséder ce lieu et une fortification. Il est vassal du Comte de Savoie (voir liste des Comtes).
  • * En 1232, le Comte Thomas de Savoie échange les châteaux de Saint Triphon et Aigle contre celui de Chaillon.
  • * Vers 1238, le seigneur Gui de Saint Triphon est cité dans un texte.
  • * En 1338, le seigneur Guillaume de Pontverre donne le domaine de Saint Triphon au seigneur de Châtillon.
  • * En 1341, une famille Thone est citée comme vassal du Comte de Savoie.
  • * En 1367, il semble que le site soit habité par la famille Rovéréaz.
  • * En 1474, début de "la guerre de Bourgogne".
  • * Vers 1478, les Bernois attaquent le château, le pillent puis l'abandonnent. Il ne sera plus reconstruit.
  • * Au 19ème siècle, le site est fouillé et la tour consolidée.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La ruine n'est pas ouverte à la visite. Le lieu est si beau et si ombragé qu'il est agréable de se reposer en admirant le paysage.

 

  

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Suisse médiévale
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 06:30


Département 44 - Loire Atlantique
  
 
Le château :
     Situation :   (--> le voir sur une carte)
  Le bourg de Clisson est situé à 28km au Sud-Est de Nantes et à 35km à l'Ouest de Cholet.

   Coordonnées du château :

47° 5′ 12″ N 1° 16′ 51″ W
 47.086667°  -1.280833°


Le château:
     Avant d'arriver à Clisson, je regarde la gravure me servant de marque page dans mon dictionnaire des châteaux forts.
    Une angoisse me prend :

Vais je voir une ruine aussi belle ou des pierres reconstruites comme souvent lorsque le château est dans un bourg ?


    L'extérieur :

La découverte

     Après avoir mis mon destrier sur le petit parking, je découvre.....la... heu.... .. Hooo, qu'elle est belle !
Je devrais dire "il" car bien que certaines parties soient en ruine, c'est un incroyable château que je vais découvrir.
 

    Le château de Clisson étant composé de bâtiments, fortifications et tours d'époques différentes, avec des architectures qui s'entremêlent qu'il me parait impossible de le décrire comme je le fais dans mes autres articles.... Je vous propose une découverte non linéaire et par thèmes.  


Les tours
    La première remarque est la rondeur. L'angle semble avoir été interdit pour ce château. Toutes les tours extérieures sont rondes ou ovales.
   Évidemment, ce n'est pas un caprice architectural mais une amélioration des défenses. Une tour à canons ne se conçoit pas avec des angles droits. 
 
Bouches à feu
   Elles sont très nombreuses sur les tours et courtines construites au 15ème et 16ème siècle, et ont des formes très variées. Elles oscillent entre le trou rond avec fente de tir et des ouvertures triangulaires, trapézoïdales ou carrées.

Bretèches
   Les ouverture pour canon sont très efficace pour une défense éloigné mais perdent leur efficacité de près. La solution est le mâchicoulis (voir vocabulaire) curieusement absent en haut des murs et aussi la bretèche.
   Clisson en comporte de nombreuses avec des formes très différentes.
  Parfois un oriel complète la défense... Quelle variété !
 
Les ponts
     Posé au dessus des douves ou des fossés, un pont-levis est un moyen de défense fiable et facile à construire. Clisson en comporte 7. Avec le temps et les restaurations, certains ont été rendu fixe ou ont disparu sous le "ciment", mais leurs fantômes subsistent par les grande ouvertures verticales pour les flèches de levage.
  Mais beaucoup sont encore visibles.

     L'intérieur du château :
N'est ce qu'une forteresse ?
    Ce qui est surprenant en entrant dans le château c'est l'omniprésence de murs fortifiés, de canonnières, de pont-levis. Je suis surpris de ne voir d'abord qu'une forteresse.
   Puis, lorsque mon oeil est habitué, je distingue ce qui devait certainement être le château primitif (précédé d'un pont évidemment) et sur la gauche les vestiges de l'ancien donjon habitable.
     Depuis le début de la visite, je ne vois que systèmes de défense "moderne" (pour arme à feu), et soudain devant moi se laissent admirer des archères.

 Les salles "sombres"
    Le château de Clisson montre des ruines certes mais aussi des sous-sols ou des salles basses d'une grande beauté (pour un fou comme moi bien sur). Après avoir franchi une porte, je découvre une magnifique pièce. Oui, je l'affirme : Magnifique !
    Admirez là avec des yeux de médiéviste ou de découvreur. il y a la voûte, la cheminée et les murs très épais..... Atchoum !       Poussiéreuse elle est, je l'avoue. Vite, je retrouve l'air pur.

Le palais résidentiel 
   Le point d'orgue de ce château est inconstestablement le logis avec en face les vestiges du donjon habitable et ses mâchicoulis presque "neufs". Au centre, trône le puits qui a été le témoin d'un massacre en 1794.
        Certains d'entre vous pense que ce logis n'est qu'un amas de pierres, une simple ruine. C'est faux !
  De multiples détails montre le luxe de cette forteresse médiévale et le plaisir que les différents seigneurs (avec leurs belles épouses bien sûr) ont eu à aménager cet immense lieu de vie : Par exemple, cette grande cheminée à hotte en forme de cône.
    Les tours sont aussi un lieu fascinant. Elles montrent les étages de défense avec les embrasements des bouches à feu, mais aussi les étages d'habitation avec des cheminées et de profondes fenêtres à coussièges.

C'est déjà fini
    Je ne vous ai pas tout montré, d'abord parceque la découverte du château de Clisson est payante et surtout parce qu'il y a tant à voir et à détailler qu'un seul article ne suffirait pas. Mais je vais vous faire un dernier cadeau. A travers ces belles fenêtres, je vous fais découvrir la vue, une des richesses de "mes" ruine médiévales.


Histoire du château :

* Au début du 13ème siècle, Guillaume de Clisson (dit Le Jeune) construit un château au confluent de la Sèvre Nantaise et de la Moine.
* Au 13ème siècle, Olivier II de Clisson fait construire la grande tour circulaire.
* Vers 1370, Olivier III de Clisson n'habite plus le château de ses ancêtres et préfère la forteresse de Josselin.
* En 1407, Olivier III meurt et C'est sa fille, Marguerite de Clisson qui ambitionne le titre de Duchesse (voir titre de noblesse) de Bretagne. Elle fait arrêter Jean V Duc de Bretagne. Certains prétendent que le donjon de Clisson est sa prison.
* Vers 1408, libéré, Jean V confisque les terre de Marguerite. Clisson fait parti de ses nouveaux biens.
* En 1458, François II est le nouveau Duc de Bretagne.
* A partir de 1459, il ordonne à tous les seigneur et châtelains de consolider leur châteaux et de les adapter à l'artillerie naissante. Clisson est donc modernisé par l'ajout de tours puissantes et bien armés. En même temps, ce Duc transforme Clisson en résidence habitable où il donne de belles fêtes en présence de sa femme Marguerite de Foix et de sa fille Anne.
* En cette 2ème moitié du 15ème siècle, peu diplomate, François II entre en guerre contre le roi de France (voir liste des rois) sans avoir bâti une coalition solide avec les Anglais ou les Autrichiens.
* En 1488, ce (dernier)  Duc de Bretagne est battu à la bataille de Saint Aubin du Cormier. La Bretagne et Clisson entre dans le domaine Royal.
* Vers 1489, le fils naturel de François II (le Baron d'Avaugour) habite au château.
* A la fin du 16ème siècle, le seigneur de Clisson renforce les défense par la construction de bastions d'artillerie.
* En 1588, Henri IV (voir liste des rois) voyant la puissance de cette forteresse, préfère ne pas l'attaquer avec son armée (le siège serait trop long).
* En 1647, Louis d'Avaugour épouse Louise de Balzac d'Entragues. Il est si jaloux qu'il confine sa belle dans la forteresse de Clisson nommée parfois :  "La prison dorée aux 7 ponts levis".
* Au 18ème siècle, le famille Rohan hérite du château de Clisson. Ne désirant pas vivre dans cette forteresse, les propriétaires vendent les meubles et objets.
* En 1793, la guerre de Vendée ravage tout. La forteresse de Clisson n'échappe pas à ces massacres. Les "Mayençais de Kléber" (voir détail) attaquent et brûlent le château. L'histoire retient que l'incendie dura 1 mois.
* En 1794, des femmes et des enfants se cachent dans le château de Clisson espérant échapper aux brigades meurtrières du "sinistre Carrier". Hélas, en faisant un feu pour chauffer des aliments, ils sont repérés et massacrés puis jetés dans le puits du château.
* En 1807, François Frédéric Lemot, connu entre autre pour la statut équestre de Henri IV, achète les ruines de Clisson.
* En 1847, Gustave Flaubert découvre le château de Clisson. Il consigne ses sensations dans une oeuvre intitulée : Par les champs et les grèves.
* En 1961, après avoir appartenu longtemps à la famille Lemot, les ruines sont possession du département de Loire Atlantique.
* En 1962 (?), les fouilles du puits sont organisées et prouvent l'existence du massacre de 1794. De nombreux ossements de femmes et d'enfants sont retrouvés.
* En 2004, classement des ruines aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante avec des ruines hautes et accueillantes puis un petit musée avec diaporama.

 

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 44 Vers Menu châteaux de Loire Atlantique

 

Repost 0
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 06:30

 

Département 41 - Loir et Cher

Le bourg :
   Situation  (--> le voir sur une carte)
     Le petit village de Trôo est situé à 20km à l'Ouest de Vendôme et à 8km au Nord-Ouest de Montoire sur le Loir.
   Coordonnées du château :

47° 46' 38.244" N
0° 47' 35.401" E
 47.77729°
 0.793167°


Le château:

        L'extérieur :

Préambule

     Trôo est connu pour ses habitations troglodytiques datant du moyen âge réhabilitées depuis peu. Mais ce qui me motive à découvrir ce lieu est évidemment la présence d'un ancien château fort.

La découverte
   En laissant mon fidèle destrier en bas, près de la rivière, j'ai une longue montée piétonne et agréable vers le sommet du village. Soudain, jouant à cache-cache avec les arbres, un mur apparaît.
   Il n'est pas d'une grande "fraîcheur" mais je ressens le plaisir d'une fortification.

Les remparts
       Je vous sens dubitatif.
   Pourtant ceci est bien le mur entourant la fortification médiévale. En regardant ce plan du village, vous constatez que le sommet était ceint d'un rempart avec tours rondes (aujourd'hui disparues ou transformées). Et après quelques minutes de recherche, je vois cette magnifique ...heu.... fente pour fusil (?).

Mais comment visait le tireur ?


Le porte d'entrée
   La découverte d'une fortification ne peut être magnifique que si je peux observer et analyser le châtelet ou la porte d'entrée. Le plan m'indique qu'il y en avait 2.
    Et c'est avec plaisir que je découvre les vestiges de la porte de Sougé.

N'est elle pas magnifique ?

   Elle est très abîmée et surtout reconstruite et consolidée. Il n'est pas facile de faire de "denses" observations avec une analyse fiable sur si peu de fortification. Je vous laisse rêver.
  
        L'intérieur :
   J'entre dans la "cité fortifiée" et je me mets à la recherche du château. Il doit être sur la petite colline.

Wahouu, un château sur motte !

   Hélas, ce château ne se visite pas puisqu'il n'existe pas. Il ne reste que les souvenirs symbolisés par une butte.


Histoire du château :

* Au 11ème siècle, les habitants creusent et aménagent les grottes pour en faire des habitats refuges.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur et des ruelles est libre et gratuite. La visite des habitations troglodytiques n'est possible que pour les caves et les boutiques.

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 41 Vers Menu des châteaux de Loir et Cher
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Touraine 37 41 45
commenter cet article
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 06:00


Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE


Le château :

 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Le petit village de La Manresana est situé dans la région nommée Alta Anoïa, proche de Els Prats de Rei, à 70km au Nord-Est de Tarragone et à 11km au Nord-Ouest de Igualada.
 
 

   
 

  Description du château :

   En arrivant sur le plateau portant le petit village, je me suis dit : "Encore une tour. J'en ai tant vue d'identiques !".

   Mais une petite voix me répond : "Chevalier, souviens toi : Tout ce qui est identique ne se ressemble jamais !".

    Et c'est ainsi que vaillamment, j'attaque (pacifiquement) la découverte du château de La Manresana.

 


    L'extérieur :


La découverte

    A genou proche du rempart, la tour paraît gigantesque. Evidemment, je triche un peu avec cette photo, mais je voulais vous montrer ce que devait ressentir un éventuel assaillant du moyen âge lorsque le rempart était intact. Vous avez bien lu, cet amas de pierres sont les restes d'un mur. Je sens le doute dans votre regard.


Les vestiges

    Regardez à quelques mètres de là, voici  les vestiges de murs  et voûtes de l'ancienne fortification. Comme souvent, les ruines posées sur une butte ont été transformées en château d'eau (un autre exemple en Catalogne au  château de Aguilo  ou à la commanderie templière de  Vaour dans le Tarn).

   Avec les réaménagements du 20ème siècle, les reste des murs, la végétation, et la destruction du temps, il est difficile de comprendre l'aménagement du site. Je vous  propose le plan  du château pour faciliter votre visite (N'est ce point une attitude chevaleresque ?).

 

La tour

    Comme toujours avec une tour médiévale, l'entrée est située à plusieurs mètres du sol. Les Catalans sachant que je souhaitais visiter cette tour, m'ont construit  un escalier extérieur (si vous venez visiter cette tour, je vous prête "mon" escalier !).

    Ne me dites pas que ce "morceau de fer" choque à coté de cette fière tour en pierre, c'est au contraire une chance pour moi, pour vous et pour la ruine. Nous allons la découvrir et lui redonner vie.

Ho hisse.... la montée est "tournante".


   Je suis fébrile  devant l'entrée !  Combien d'attaquants, il y a plusieurs siècles, auraient apprécié d'être à ma place, près à "dévorer les entrailles" de cette ronde tour.

  Suivez moi.


 

    L'intérieur :

Dans la tour
        Je suis dans la place !    Heureusement qu'il y a plus de porte, car  avec des "gonds"  aussi solides, je serais resté dehors même avec un puissant bélier.
    Comme je le présumais, cette tour n'est pas habitable (pas de fenêtre, section étroite), conséquence : Il devait y avoir une échelle mobile pour accéder aux étages.
   A cet étage intermédiaire, je me retrouve prisonnier et , 6 siècles plus tôt, des pierres me tomberaient sur la tête lancées depuis une ouverture au plafond.
    Heureusement, point de belliqueux personnage contre moi, et quelle chance, les Catalans ont encore construit
un escalier fixe (faisant disparaître le plafond de cette salle, mais en sauvegardant celui de l'étage supérieur.... Magnifique !).
 
   
En haut de l'escalier , je tente de comprendre l'architecture intérieure :
  • * Pas d'archère,
  • * Ni de cheminée,
  • * Ni de fenêtre,
  • * Ni de...
   Par contre, les parois sont alignées, presque trop nettes. Je pense à une reconstruction récente ayant un peu (mais un peu seulement) défigurée l'aménagement interne.
Avez vous remarqué la diminution de l'épaisseur des murs sur la hauteur ?
   Les 2 étages inférieurs étaient séparés par un plafond en bois soutenu par des poutres dans l'épaulement. Le sommet était fermé par une voûte de pierre (je vous l'ai  montrée ici).
 
Au sommet
   Evidemment, vous vous doutez  que la vue sur l'Alta Anoïa est magnifique, et comme la tour est plus haute que les arbres, 360° de plaisir s'offre à moi.
De longue minutes passent...

   Il est temps de rentrer. Tel un héros de cinéma, vais je sauter sur la selle de mon destrier ? 

   Je vais plutôt redescendre les escaliers et quitter l'ombre rafraîchissante des vieilles pierres
pour la lumière et le soleil de cette belle région.


 
Histoire du château :

  • * Au 10ème siècle, première trace d'un village avec peut être une tour en bois (d'après un prospectus  récupéré dans un office de tourisme).
  • * Au 12ème siècle, une fortification est construite sur la colline.
  • * Au 13ème siècle, modernisation du château (?).
  • * En 1982, une campagne de consolidation et de restauration de la tour est menée.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de la tour est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est faible. 



Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article