Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 06:30

 

Département 24 - DORDOGNE

Le bourg :
    Situation  (Le voir sur une carte)
         La commune de Beaumont du Périgord est située à 20km au Sud-Est de Bergerac.
  Le château de Bannes est à 2km au Nord-Ouest de ce petit bourg en direction de Bayac.

   Coordonnées du château :

44° 47' 41.906" N 0° 44' 56.868" E
 44.794974°  0.74913°


Le château:
     L'extérieur :
Le choc
    Avec la végétation abondante de notre siècle, le château est caché et je doute presque de son existence. Ce n'est qu'à quelques centaines de mètres, dans une trouée que je l'aperçois. Quel spectacle !
    Je galope vivement pour m'en approcher, et au détour d'un virage, je suis sous le charme.

L'analyse de la 1ère face
    Le château de Bannes est posé sur un piton rocheux que j'ai dans un premier temps assimilé à une motte (erreur !). Le plus surprenant, c'est la douceur de ce que je pensais être une forteresse médiévale.
    La délicate tour oblongue avec ses nombreuses fenêtres à meneau en croix est trop belle et parait si frêle pour un bâtiment du moyen âge. L'ensemble est plus esthétique que menaçant. Me serais je trompé de lieu ?
    Je dois regarder les autres faces.

L'analyse de la  2ème face
    Je continue la montée sur le chemin contournant la butte et là c'est le choc des contrastes !
     Ce château est un compromis entre la rudesse médiévale, la puissance de la fin du 15ème siècle et la délicatesse de la renaissance.


     Dans ce château fort, chaque pierre est surprenante. Par exemple sur cette tour, au dessus de la fenêtre, les mâchicoulis (voir vocabulaire) sont  interrompus (N'est ce point curieux ?). Puis au dessus, une élégante lucarne  comporte 3 fleurons; Surprenant n'est ce pas.

Mais où sont les défenses ?
 

Elles sont partout, discrètes mais efficaces. Par exemple :
      * Avec des fentes de tir en croix le long du chemin de ronde,
      * Et des canonnières à mi-hauteur dans l'épaisseur des tours rondes.
  L'ensemble est très homogène.
 
L'analyse de la  3ème face

Quelle densité !

     De loin, j'ai l'impression que toutes les tours et les créneaux s'imbriquent. Cette puissante façade est en réalité l'entrée du château précédée par un fossé. Comme toutes forteresses qui se respectent, le château fort de Bannes dispose d'un pont-levis dont je vois les fentes de retrait des flèches.

        L'intérieur :
     La propriété est privée et non visitable. Qu'importe, avec des yeux d'aigle il est possible de rêver en dégustant chaque pierre.
   Avant de partir je regarde une dernière fois ce château unique.


Histoire du château :

* Au 1er siècle, les Gaulois établissent un oppidum sur ce point stratégique entre les rivières Couze et Romaguet.
* Au 14ème siècle,  Jean de Seignal possède le château.
* En 1409, Ramonet de Sort, capitaine de Castelnau de Berbiguières à la solde des Anglais, s' empare de Bannes.
* En 1442, le château est démantelé à la fin de la guerre de Cent Ans par le Sénéchal de Périgord (pour le compte du Roi de France - voir liste des rois).
* En 1510, le site est acquis par Brandelis de Gontaut Biron.
* Quelques années plus tard,  Armand de Gontaud, frère de Brandélis et évêque de Sarlat, fait reconstruire le château en s'appuyant sur certains éléments du Moyen Age.
* En 1571, le château est vendu à Jean II de Losse. Cette famille le garde durant 3 siècles.
* En 1882, la famille Fayolle du Moustier achète le château.
* En 1928, le château est inscrits aux Monuments Historiques.
* En 1960, la demeure a un nouveau propriétaire : Monsieur Lemasson.
* Au 21ème siècle, la découverte depuis la route et le chemin est libre et gratuite. La propriété est privée et non visitable.

 

  Vers Menu châteaux  de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 06:30

 

undefined

 

Résumé :

 
   « Les châteaux médiévaux ne laissent jamais indifférent. Du fond des âges et au plus profond de nous-mêmes, ils touchent à des valeurs essentielles. Ils sont les supports de notre imaginaire et de nos références historiques.
     Les images prennent ici toute leur force évocatrice, suscitant la curiosité comme le rêve, sollicitant la mémoire, invitant au voyage. Celui qui n'a pas entendu rugir la mer au fort La Latte ou au pied des murs de Suscinio, qui n'a pas pensé un instant à l'histoire Anglo-Normande en posant la main sur une pierre du Château-Gaillard, celui-là est passé à côté d'émotions qui enrichissent une vie.
    Celui qui n'a pas pris le temps de réfléchir un peu à l'incroyable épopée de Jeanne d'Arc à Chinon ou à Loches a manqué une part de sa propre histoire. Celui qui gravit les rudes pentes de Montségur connaît mieux le drame cathare.
    Au fil des pages de ce livre, dans lequel les châteaux de chaque région de France sont évoqués un à un, on pénètre les arcanes de ce temps mal nommé Moyen Age. »
 
 
 
Mon avis :
 
Pourquoi pas !
 
 
     Comme vous le constatez, je ne suis pas très enthousiaste dans mon titre, et pourtant ce livre n'est pas mauvais. Il comporte des textes clairs et agréables, des images contextuelles, un pagination "scolaire".
     C'est peut être cela qui m'a ennuyé, cet ouvrage est trop classique, trop policés, trop "gommé". Il a été créé pour plaire à tous (et je ne le suis pas... puisque je suis LE seul et unique chevalier Dauphinois ).
 

      Si vous n'avez pas de livre sur les châteaux forts du moyen âge, si vous souhaitez en regarder et les comprendre sans avoir à lire une thèse très technique, ce livre est pour vous. En plus, son prix est très intéressant.
 
     Mais si vous ressentez le besoin d'en savoir plus, si vous avez déjà dévoré quelques livres sur les ruines et les châteaux de cette époque, alors vous pouvez éviter cet ouvrage.
 
     Par contre, si vous le voyez sur une table de vide-grenier, tentez une négociation avec le vendeur, car l'avoir dans sa bibliothèque peut être utile.
   
  
 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 07:30
  

Pays :

 Grand Duché du LUXEMBOURG

 

 

Le château :

 

 

  Situation : (--> le voir sur une carte)

    La commune de Vianden est située à 45km à l'Est de la ville Belge de Bastogne, à 24km à l'Ouest de la ville Allemande de Bitburg et à 45km au Nord-Est de Luxembourg, la capitale du Grand Duché.

 

   Coordonnées du château :

49° 56' 08" N06° 12' 06" E
 49.935507375° 6.201851963996°

 

 

Description du château :

     L'extérieur :

Préambule

* Un château, c'est d'abord un système de défense "primitif" qui évolue avec l'amélioration des armes d'attaque mais aussi l'envie de confort de ses habitants et enfin de son importance dans la stratégie militaire d'un territoire.

* Lorsque le premier seigneur a construit cette simple tour protégée par une palissade de bois, pouvait il imaginer que 7 siècles plus tard, la construction devint un fier château  que votre chevalier va conquérir avec ses yeux.

 

Le choc !

Comme ce château fort est beau !

 

* il le sait qu'il est magnifique, regardez le se montrer, se glorifier de sa prestance, fièrement planté sur une colline visible à plusieurs kilomètres.

* Comme à mon habitude, je contourne le château pour mieux le ressentir.

* Dans un premier temps, je pense à une masse compacte enchemisée.

* Puis en observant mieux, il me semble distinguer une suite de bâtiments d'habitation d'époques différentes dont certains sont "protégés" par de hautes tours flanques curieusement dépourvues d'archère (voir vocabulaire).

* L'autre face est impressionnante. Elle parait plus froide avec ses murailles verticales et  surtout, elle comporte une tour ronde coiffée solitaire et excentrée.

Les architectes de fortifications m'étonneront toujours !

* En observant les bâtiments d'habitation, je découvre une "symétrie asymétrique"...

* Heu... Je m'explique. Chaque bâtiment est homogène mais diffère des autres.

* Par exemple avec des fenêtres à meneaux en croix ou des baies trilobées ou des ouvertures géminées, mais chacune d'époques et de styles différents.

 

 

      L'intérieur

L'entrée défensive

* Après avoir donné quelques piastres à l'accueil, j'entre dans la cour sous la surveillance de la tour isolée.

* Evidemment, comme je suis dans une forteresse médiévale, une solide porte avec herse en fer et canonnières me font face, mais rapidement "luxe" et confort apparaissent sur ce mur très refait.

 

Complexité et logique architecturale

* Comme le château est payant, je ne me sens pas le droit de tout vous montrer, mais comme je signalais depuis l'extérieur, les salles reflètent 7 siècles d'aménagement et dévolution.

* Pour illustrer la complexité de vous décrire 'intérieur, je vous offre le plan du château.

* Fermez les yeux et imaginez le : Il y a 3 niveaux.

Comme pour le château de Chillon en Suisse, il me faudrait un blog entier pour tout décrire.

 

J'adore les bas

* Comme pour tous les château, il y a bien sur dans la partie inférieure les plus anciennes salles.

* Elles sont en notre siècle transformées en taverne, ou en musée d'armures et d'armes.

* La rusticité des voûtes, les piliers sans décoration, les murs épais me font penser à une construction d'époque Romane et du début du Gothique.

Qu'en pensez vous ?

 

L'errance au 21ème siècle me transporte aux siècles derniers

* L'errance dans les 11ème et 13ème siècle continue.

* J'arrive dans le bâtiment religieux de la fortification.

* Bien que peu décorée et très pillée, la chapelle inférieure montre la rusticité de l'ancien château.

* Soudain, en levant la tête, c'est le choc !

N'est ce pas incroyable  !

 

* Au dessus de l'ancienne chapelle, la nouvelle est lumineuse, colorée, aérienne.... Les mots me manquent pour mieux la décrire.

 

Les beautés s'enchaînent

* C'est à contrecoeur que je dois quitter ce lieu féerique par la porte du fond.

* En réalité, j'ai eu raison de sortir car après m'accueille la salle "Byzantine".

* Chaque seuil de porte me fait pénétrer dans une atmosphère ou une architecture différente.

Quel incroyable château !

 

La faim.... puis la fin

* Toutes les salles ne sont pas vides de meuble et de décor.

* Il y a par exemple, des chambres que je garderai bien pour cette nuit.

* Mais avant, je mangerai bien quelques poulardes rôties dans cette cuisine gothique aménagée dans le donjon roman.

* Soudain, je suis dans le chemin de ronde où j'admire le panorama boisé.

* Le temps passe très vite dans ce château, je dois me dépêcher de rentrer au campement avant la nuit.

* Trop tard, les fantômes du château m'emportent....

 


Histoire du château :

* Certains historiens pensent qu'une fortification Romaine existait sur la colline.

* Vers le 9ème siècle, une tour carrée est construite protégée par des palissades en bois.

* Vers le 11ème siècle, une fortification est aménagée sur la colline. Le château est la demeure des puissants Comtes (voir titre de noblesse) de Vianden.

* A la fin du 12ème siècle, des travaux de modernisation du château sont entrepris avec construction de la chapelle, du petit et grand palais.

* Au début du 13 ème siècle, Henri Ier épouse une "parente" du Roi de France (voir liste des Rois).

* En 1417, le château et le Comté sont donnés en héritage à la branche cadette de la maison Allemande de Nassau.

* A la fin du 17 ème siècle, le château est agrandi.

* En 1820, le Roi Guillaume Ier, Prince d'Orange-Nassau et Comte de Vianden vend le château et marque ainsi le déclin de la construction.

* En 1890, le château est possession du Grand Duc Alphonse, aîné des Nassau.

* En 1977, l'état Luxembourgeois reçoit les ruines en donation. Une campagne de consolidation puis de reconstruction commence.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est libre et payante.

 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Luxembourg médiéval
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 07:00

 

 

Pays :

 ESPAGNE
 
 

Région :

 CATALOGNE  
       

 

 

Le bourg : 

  Situation  (--> le voir sur une carte)

     Le petit village de Santes Creus est situé à 28km au Nord de Tarragone et à 30km à l'Est de Poblet, un autre  monastère fortifié

  Coordonnées du monastère :

41° 20' 49" N 1° 21' 51" E
 41.346909888°  1.3640642166°

 

Le monastère : 

     Etant un castellologue amateur à la recherche constante de fortifications, je ne suis naturellement pas intéressé par les églises et autres bâtiments religieux. Je délaisse toujours ces architectures.
   Mais en regardant mieux, j'aperçois quelques signes de défense.

Les voyez vous ?

 

    L'extérieur :

      Je ne vous emmène pas voir une simple église avec une bretèche comme ici, mais le magnifique monastère Royale fortifié de la Sainte Croix (c'est son nom en Français).

    Ce lieu est si grand qu'il me sera impossible de tout vous montrer. Je vais tenter de décrire quelques merveilles et je vous propose de le visiter durant vos prochaines vacances.

 

La façade

    Sous la porte de l'Assomption (repère 25 sur le plan), je vois la façade de l'imposante église monastériale, et après une petite marche sur la place Sant Bernat je découvre la porte Royale (repère 1 sur le plan). Elle n'a plus sa beauté d'antan car les siècles et les hommes ont été cruels.

    Si vos pas vous mènent à Santes Creus, je vous conseille de regarder longuement les multiples sculptures de cette façade fortifiée par des créneaux et des archères, vous verrez des visages très expressifs et des montres très humains.

 

Le plan du monastère

      Avant de visiter le monastère, je vous propose de mieux le connaître avec ce plan :

01 - Porte Royale.
02 - Eglise.
03 - Tombe du rois Pere El Gran.
04 - Tombe de Jaune III et Blanche d'Anjou.
05 - Cloître gothique.
06 - Lavabo.
07 - Ancienne sacristie.
08 - Salle capitulaire.
09 - Escalier menant au dortoir.
10 - Parloir.
11 - Ancien réfectoire.
12 - Scriptorium devenu sellier.
13 - Vestiges d'une salle réservée au jeune moine.
14 - Nouvelle sacristie.
15 - Infirmerie.
16 - Chambre de retraite (pour les moines).
17 - Ancien cloître.
18 - Cuisine du 16ème siècle.
19 - Réfectoire du 17ème siècle.
20 - Palais royal.
21 - Ancienne dépendance (de la communauté religieuse).
22 - Ancienne chapelle dédiée à la Trinité.
23 - Cimetière.
24 - Actuelle place Sant Bernat.
25 - Porte de l'Assomption.
26 - Palais abbatial (ancien hôpital des pauvres).
27 - Chapelle Sainte Lucie.

 

      L'intérieur :

Le cloître gothique   (repère 5 sur le plan)
    Nommé aussi le grand cloître, c'est le chef d'oeuvre du monastère, combinant les idéaux des moines Cisterciens, la grâce du gothique et la beauté simple. Il date du 13ème siècle.
    Les allées entourant le cloître sont d'abord un axe de circulation desservant toutes les pièces importantes du monastère, c'est aussi un lieu de recueillement avec de magnifiques peintures murales bibliques.
    La décoration des chapiteaux, des culs de lampes et des impostes est riche, variée et très surprenante. Il y a des personnages "réels" du moyen âge, mais aussi un incroyable bestiaire.
   L'eau est un signe de pureté, il y a donc (presque) au centre un magnifique lavatorium dont le son des goutelettes rythme les pensées. Ce lavabo est aussi fonctionnel puisque les moines s'y lavaient les mains avant d'aller au réfectoire.
    Comme souvent, les généreux bienfaiteurs ont le "droit" d'être mis dans des tombeaux incrustés dans les murs des allées couvertes du cloître. C'est un véritable panthéon de la noblesse Catalane. S'alignent sur les murs les familles : Castellet, Cervello, Cervera....
 
Les lieux de vie
    Durant la visite libre, il est possible d'entrer dans les multiples pièces de vie comme la cuisine, le cellier, le réfectoire, le scriptorium et le dortoir. Comme toujours dans l'univers cistercien, la pièce de repos est à l'étage.
   Cet immense dortoir rectangulaire sans cheminée est couverte d'une charpente soutenue par 11 arcs diaphragmes appuyés sur des piliers encastrés dans les murs. L'extrême simplicité des décors est en opposition au défi architectural.
   Evidemment, l'église (repère 2 sur le plan) prend une part importante dans ce monastère. Je ne vous décrirais pas cet imposant bâtiment. Il y a tant à voir, à savourer, à sentir, à admirer qu'un seul article ne suffirait pas.
 
La salle capitulaire   (repère 8 sur le plan)
   Cette salle carrée possède des voûtes divisées en 9 tronçons s'appuyant sur 4 colonnes centrales. L'architecture fine d'une grande pureté parait aérienne, presque fragile. Cette construction romane servait de salle de réunion pour les moines.
   Le pavement comporte lee tombes des abbés de Santes Creus.
  La lumière divine ne me suffit pas et j'ai très envie de retrouver Rhâ.
 
 Le jardin du cloître gothique
   De retour dans les allées du cloître, j'admire la finesse des baies ogivales portées par de fines colonnettes.
   Le motif des "dentelles" n'est pas toujours identique et les baies ont parfois des dimensions différentes. Cette asymétrie n'est pas visible de suite tant la fascination trouble notre vision.
   Au centre du jardin, il est aisé de voir l'aménagement des différents bâtiments (par exemple, le dortoir au dessus de la salle capitulaire).

   Au Nord, la tour lanterne de l'église n'a pas la beauté de celle de Poblet (voir la photo) mais elle s'intègre magnifiquement dans cette architecture.
 

  Le cloître postérieur   (repère 17 sur le plan)
    Appelé parfois "Ancien cloître" car il est situé à l'emplacement du cloître primitif du 12ème siècle, c'est en réalité une construction du 17ème basée sur la simplicité. Les arcs diaphragmes sans sculpture ne reposent pas sur des piliers mais partent du sol.
  Je vous laisse ici, et je vais découvrir seul l'autre partie (plus "moderne") de cet incroyable monastère.

 

 

Histoire du monastère :

* En 1150, la famille Montcada donne les terres de Vallclara aux religieux.
* En 1158, la communauté cistercienne établit un monastère à quelques km de Vallclara.
* Au 13ème siècle, le monastère est agrandi et fortifié suite à la demande du roi Pierre le Cérémonieux.
* Vers 1319, après la dissolution de l'Ordre des Templiers, la communauté de Santes Creus participe à la création d'un nouvel ordre militaire-religieux nommé : Montesa.
* A partir du 19ème siècle, déclin de la puissance et du rôle du monastère.
* Au 21ème siècle, la découverte du monastère est payante. Après un diaporama très didactique la visite est libre. 

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
d'Europe
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 06:30

 

Département :   39 - JURA

 

Le bourg : 

  Situation :    (--> le voir sur une carte)

     Arlay est une petite commune dans la plaine située à 8km au Nord de Lons Le Saunier. 

    Coordonnées du château :

46° 45′ 32.4″ N 5° 32′ 16.44″ E
 46.759°  5.5379°

 

Le château :

     Au Sud-Est du village, une petite colline boisée attire mon attention. En la contournant, il me semble qu'une construction massive très étendue se cache dans un bois. Mon instinct de médiéviste amateur me force à découvrir cette magnifique curiosité. 

   L'extérieur :

La découverte

      En respectant le sentier pour ne pas abîmer les belles grappes de raisin, jr parviens à la base de rempart dont l'architecture m'est familière.

   Bien que des fenêtres à meneaux en croix (voir vocabulaire) adoucissent le mur fortifié, je ressens le "vent médiéval". Mais je ne suis pas satisfait, cette ruine doit posséder des beautés d'architecture médiévale.

 

Les fortifications

    Quelques mètres plus loin, le mur percé d'archères droites ne laisse aucun doute, et de plus il se termine par une tour polygonale.

Magnifique, n'est ce pas ?

     En voyant ses parements de qualité inégale, je pressens que les remparts ont du beaucoup souffrir durant les 8 derniers siècles.

      Plus j'avance et plus cette fortification me surprend. Par exemple sur cette face.

Que voyez vous ?

Cherchez un peu !...  Je ne vous sens pas très observateur :  Regardez mieux ici

   Avez vous remarqué cette avancé du mur (ou le retrait  en fonction de l'endroit que l'on regarde).

En connaissez vous la fonction ?

   Moi non plus (hihihi, je ne connais pas tout, désolé ).

 

Que de surprises ! 

       Et les surprises s'enchaînent. Proche de la porte d'entrée, il y a une tour ronde flanque avec une archère droite en angle servant à protéger la courtine : Classique système de défense mais très efficace.

     Des tours encadrant l'entrée d'un château fort est un système défensif assez classique à partir du 13ème siècle (voir cet exemple au château de Guédelon) mais en générale, elles sont avancées par rapport à la porte. Curieusement, les 2 tours sont dans l'alignement.

A quoi peut servir un châtelet aligné ?....... Quelle curiosité architecturale ! 

   Ce château étant une ruine, de nombreux systèmes de défense ont disparu comme les créneaux, les mâchicoulis (voir vocabulaire). Mais au dessus de la porte principale subsistent des consoles, seul souvenir de la bretèche.  

 

    L'intérieur :

      Hélas, l'entrée de la ruine est impossible depuis cette façade. Il me faut redescendre au bourg et quémander l'accès au "château-neuf". Comme il est tard, je vais profiter de la vue en espérant qu'un jour mes chausses me mènent à nouveau en ce lieu.

 

 

Histoire du château

* A la fin du 11ème siècle (?), les Comtes (voir titre de noblesse) de Bourgogne souihaite la constructiond'un point de surveillance fortifié contrôlant la plaine. Jean de Chalon dit L'Antique aménage le château fort pour assurer la défense des salines de Salins.
* Au 13ème siècle, le château est remanié et modernisé par Jean de Chalon, gouverneur pour les Comtes de Bourgogne.
* En 1245, Jean de Chalon (marié à Laure de Commercy) se voit parfois nommé : Sir de Chalin et d'Arlay.
* A la fin du 13ème siècle, le château est régi par le fils de Jean de Chalon. Il prend le nom de Jean de Chalon-Arlay.
* Au 14ème siècle, par son mariage avec Marie de Baux princesse d'Orange, Jean III de Chalon-Arlay porte le titre de Prince d'Orange.
* En 1479, les troupes royales de Louis XI (voir liste des rois) attaquent et détruisent le château.
* Au début du 16ème siècle, la famille Chalon-Arlay reconstruit le château.
* En 1595, les troupes Royales Françaises détruisent définitivement le château.
* A la fin du 18ème siècle, la Comtesse de Lauraguais, héritière des biens des Chalon-Arlay, fait construire un château résidentiel en aval de la forteresse..... Mais ceci est une autre histoire et un autre château.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de cette forteresse est libre et gratuite. L'intérieur se visite certains jours. Veuillez vous renseigner sur ce site.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 39
Vers Menu& châteaux du Jura
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Franche Comté : 25 39 70 90
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 06:30

 

Département :  11 - AUDE  

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

  Cette fière ruine fait face à Rennes le Château. Elle contrôlait la vallée de Sals. Le village de Coustaussa n'est qu'à 15km au Nord-Est de Quillan et à 45km au Sud de la cité de Carcassonne.

   Coordonnées du bourg :

42° 56′ 30″ N 2° 16′ 44″ E
 42.941667°  2.278889°

'le veilleur de vallée' est bien campé sur sa colline.

 

  Origine du nom :

   Le 1er nom connu est Custodia signifiant :  Le veilleur de vallée.

Puis le nom se transforme :

- par contraction en Custoia,

- puis en Custode,

- puis en Coustaussan.....

 

Le château :

     L'extérieur : 

La découverte

     Ce qui est surprenant en découvrent cette ruine de loin, c'est son importante superficie. Un rempart de 100 mètres de long sur 40 mètres de large est encore visible avec un peu d'observation et d'imagination (ainsi que l'aide de la vue satellite), car les murs ont disparus partiellement et la végétation s'amuse à les cacher. La nature adore jouer avec mes ruines, quelle gamine .

 

La montée
     Le château ne ressemble pas aux massives forteresses royales, ni aux petits châteaux de surveillance comme  Blanchefort, si proche. C'est un compromis d'élégance défensive et de bâtiments de confort.
    L'accès au château devait se faire par le coté Sud grâce à une rampe et un pont. Aujourd'hui, il faut contourner le site par le Nord pour arriver dans la haute-cour.

 

    L'intérieur : 

  Le bâtimentL'intérieur est très ...aéré !

    Le bâtiment principal est au centre de ce "rectangle" de protection.

     La 1ère surprise pour un castellologue amateur (en ruine médiévale) est le manque d'emplacement de donjon.

     Cette tour maîtresse qui en général a traversé le temps de la plupart des châteaux est totalement absente à Coustaussa. Dans certain château, le donjon est parfois transformé en grenier ou en tour d'escalier mais ici, rien.  

    La 2ème surprise est l'absence d'ouverture de défense, aucune trace d'archère, arquebusière, ou bouche à feu (voir vocabulaire). Cet ancêtre féodal a complètement supprimé ses traces des temps anciens et le coté agressif d'origine a été gommé au profit d'une douceur "renaissance". Et pourtant de loin, il paraissait massif et guerrier sur sa butte.

Curieuse opposition.  

   La 3ème surprise est la présence d'immenses salles. Certes, on les devine par les traces au sol car de nombreux murs ont disparus. On discerne aussi de grandes fenêtres, des frises et des traces de sculptures. Cette ruine bien que médiévale a été presque reconstruite ou transformée à la renaissance. 

         Mais un détail trahit bien son origine : C'est une fenêtre en ogive romane.

 

Une curiosité

   Dans un angle à l'Ouest, il me semble distinguer les restes des latrines. C'est un immense "tuyau" vertical en pierres desservant les 2 étages et la salle basse, pour aboutir en bas des remparts.
       Ce château devait appartenir à une puissante famille car il comporte à l'Est un pigeonnier.

 

Que de curiosités

   Une autre curiosité architecturale est la base d'une tourelle de flanquement (ou d'échauguette) sur l'angle du mur Nord-Est.

Pourquoi avoir gardé ce détail médiéval sur un château si renaissance ? 

  Il est vrai que le triple encorbellement très soigné donne un luxe à cette façade un peu trop linéaire. Ce type d'architecture se retrouve aussi au château de Quillan situé à quelques kilomètres au sud.

 

C'est fini

   Avant de quitter cette ruine et malgré la brume d'octobre, j'admire la vue sur la vallée.  

 

 

Histoire du château et du village :

* Vers 730, il semble qu'un site Wisigoth existe en ce lieu.
* Au 11ème siècle un village fortifié semble construit sur le plateau: "Villam quae vocatur Constantium".
* En 1157, à la demande du Vicomte (voir titre de noblesse) de Trencavel, un castellum est construit sur un éperon avancé de la vallée de Sals. Ce château est confié à Pierre de Villar.
* En 1210, durant la croisade des Albigeois, les troupes de Simon de Montfort prennent le château. Une parti des habitants fuit le village (il faut dire que la renommée de boucher et d'assassin de Simon sont une bonne raison de fuite).
* En 1211, le soulèvement de Castelnaudary pousse le seigneur de Coutaussa à se rebeller contre les "envahisseurs". Les troupes de Simon commandées par Raymond Roger font le siège devant le château. La reddition est rapide. Le village est incendié par représailles, et le château partiellement détruit.
* En 1212, le territoire est confié à la famille de Montesquieu de Sault seigneur de Roquefort de Sault, plus "sage" que son ancien propriétaire. Le château ne fut plus jamais inquiété par des"ennemis".
* Au 16ème siècle, de nombreux aménagements sont fait pour rendre plus confortable cette belle bâtisse.
* En 1803, le château est vendu à un "marchand de biens".
* En 1819, un certain Azais, habitant Arques  (voir le château) démantèle la ruine de Coustaussa.
* En 1820, des "bandits modernes" saccagent les restes, démontent les pierres importantes et les vendent aux habitants environnants. La nouvelle fonction du château de Coustaussa est : Carrière de pierres.
* En 1948, la ruine est inscrite dans la liste des Monuments Historiques. C'est toujours un monument privé.
* Au 21ème siècle, le château est  une propriété privée. Il est plus "poli" de demander l'autorisation. La découverte est risquée car les murs sont  peu consolidés et le sol comporte de nombreuses pierres instables.

 

Les hommes ont oublié ce beau château, qui se fissure de tristesse.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude





 

  Youtube offre parfois de petites merveilles animées. J'ai trouvé ce film sur la ruine de Coustaussa. Je vous la propose en espérant que son auteur ne m'en tiendra pas rigueur. Ouvrez grand vos yeux.


Filmé par David A. Williams ©



  Si vous êtes l'auteur de cette vidéo et si vous pensez qu'elle n'a pas sa place sur cette page, faites le moi savoir et je l'enlèverais.... Chevalier d'honneur je suis 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 06:30

 

Département 11 - Aude

Le château :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
       La station balnéaire de Leucate est située à 30km au Sud de Narbonne et à 28km au Nord-Est de Perpignan.

   Coordonnées du château :

42° 54' 28.786" N 3° 1' 30.814" E
 42.907996  3.025226


Le château:     
    L'extérieur :
La découverte

     En arrivant dans ce bourg côtier, le blason apposé sur les panneaux des rues me donne l'ambiance : Une tour fortifiée (ou un château ?) a été construite.

Mais où est elle ?

    Un "fin limier" comme moi sait que cette beauté médiévale doit être sur une colline. Et c'est à quelques kilomètres de la mer, proche d'un hôpital moderne que je vois ceci.

N'est ce pas magnifique ?

    Je vous sens un peu dubitatif. Pourtant ce mur est bien l'un des nombreux vestiges de l'ancien château de Leucate.
    
La recherche d'indices
     Avec un peu de recul, en montant au sommet de la colline, en observant les restes des murs je comprends mieux la forme de cette fortification.
      Les angles étaient pourvus de tours polygonales et de nombreux bâtiments s'appuyaient sur les courtines.
   Vous semblez douter un peu de mes propos. Regardez ce plan  fourni par les archives municipales, il est très clair .
       J'avoue .... qu'il est peu lisible, mais ce croquis réalisé en 1590 doit mieux vous faire comprendre son architecture. Comparez là avec la vue satellite du 21ème siècle.

Magnifique oeuvre défensive, n'est ce pas !

 

       Ombre et lumière grâce au soleil du Languedoc L'intérieur :  

La difficulté de comprendre

   L'aménagement intérieur est un peu confus et les fonctions des salles peu explicites.  Les voûtes se succèdent sans révéler leur secrète vie passée.

Mais peut être est ce le brûlant soleil qui m'empêche de réfléchir et comprendre cette forteresse ?

 

Que cette ruine est complexe !

    A l'ombre, je discerne une forme ronde dont le parement est très inégal. Le plus surprenant et le manque de fente de tir, d'archère ou de bouche à feu (voir vocabulaire).

Peut être devrais je lever les yeux ?

 

   Et là, je vois.... heu.... une sculpture de... heu..... je ne sais pas.
      Que faire quand mon imaginaire est parti avec une chaleur trop violente. Il suffit simplement de déguster une pêche en admirant le paysage.


Histoire du château :

* Au début du 14ème siècle, le château appartient à 2 seigneurs : Raymond de Durban et Gausbert de Leucate
* En 1309, le roi de France Philippe le Bel (voir liste des rois) souhaite récupérer par échange de terres, les territoires et  château de Leucate pour en faire un port.
* En 1312, l'acte de transfert au royaume de France est signé.
* En 1321, une garnison s'établit dans le château et des travaux sont réalisés.
* En 1362, le château abrite l'armée royale devant envahir le Roussillon.
* En 1475, Arnaud de Chesnay est gouverneur de la place forte de Leucate.
* En 1496, les Espagnols ravagent les Corbières. Leucate voit partir l'armée Royale Française pour la conquête de la forteresse de Salses.
* En 1503, une puissante armée Espagnole attaque la région ainsi que la fortification de Leucate. Leur attaque est victorieuse et l'armée Royale française capitule.
* En 1527, des améliorations de défense sont réalisées.
* En 1589, durant les guerres de religion, la forteresse est tenue par Bourcier de Barri.
* En 1590, le gouverneur est fait prisonnier dans une embuscade et incarcéré à Narbonne. Craignant une attaque du Maréchal de Joyeuse ligué avec les Espagnols, sa femme (Françoise de Cézelly) se réfugie dans la forteresse. Elle commande la défense et fait face à une armée de Ligueurs et d'Espagnols impressionnante. Les assiégeants quittent le lieu de bataille tant la résistance est vive.
* La même année, impressionné par le courage de cette femme, le Roi de France Henri IV (voir liste) lui confie  le gouvernement de Leucate jusqu'à la majorité de son fils Hercule de Barri
* En 1637, des travaux de modernisation des défenses sont réalisés (demi-lune).
* En 1639, en représailles à l'attaque de la forteresse de Salses, les Espagnols attaquent Leucate, mais sans succès.
* En 1661, les Etats du Languedoc demandent au Roi le démantèlement de plusieurs forteresses devenues inutiles et coûteuses. Leucate est sur la liste.
* En 1664, l'ordre de démolition est donnée par le Roi. Ces travaux sont réalisés par François Carcassonne (maître maçon à Narbonne).
*En 1996, l'association "des amis de Leucate" effectue des travaux d'études et de mise en valeur du site.
* Au 21ème siècle, la découverte est libre et gratuite. Avec de la curiosité, de nombreux détails sont visibles. Et puis il y a la vue.

 

Venez vous faire trempette avec moi ?

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 06:30

 

Pays :

  BELGIQUE

Province :

  Namur

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La petite commune de Roly est située à 8km au Sud de Philippeville et à 30km au Sud-Ouest de Dinant et à une lieu de la ruine du château de Fagnolle.

  Coordonnées du château :

50° 8' 6.792" N
4° 32' 16.346" E
 50.13522°
 4.537874°

 

Le château :

   Ma carte détaillée indique un château médiéval dans le petit village de Roly.

Mais où est il ?

 

   Comme toujours, c'est mon fidèle destrier qui, par un arrêt brusque, me montre le but de ma balade.

   Je ne cherche pas à abuser de votre confiance, cet ensemble de bâtiment constitue l'antique château-ferme de Roly.

 

    L'intérieur :

     Contrairement à mon habitude, je cherche à entrer de suite dans la forteresse. C'est une propriété privée, la grille d'entrée est fermée. Je vais devoir faire une analyse uniquement par les éléments extérieurs.

 

    L'extérieur :

     Deux éléments me surprennent quand je découvre le château-ferme.

1- Le puissant donjon : Il est imposant et habitable, ce qui est assez rare pour une tour maîtresse du 12ème siècle (en théorie). Il est percé de fenêtres très modernes pour le confort de ses habitants. En l'imaginant borgne ou avec de petites archères droites (voir vocabulaire), il a du impressionner plus d'un assaillant. Dans cette région de plaines, sa hauteur est un symbole de puissance à plusieurs "lieus à la ronde".

2- Le bâtiment : Ce bâtiment parallélépipédique a été construit au 17ème siècle. Il comporte des fenêtre modernes et à meneaux en croix dont certaines sont grillagées à l'Espagnole. Je suis surpris du manque de raffinement pour une construction post-médiévale. Je ne suis pas au bour de mes surprises.

 

        Sur l'autre façade, de nombreux détails de défense apparaissent.

3- Un vestige d'encorbellement ayant supporté une petite échauguette.

4- Une bretèche d'angle possédant des fentes de tir.

5- Une courtine avec une archère-canonnière.

6- Une autre courtine avec une archère en bêche.

7- Etc...

 

    Cet ensemble paraissait anodin, mais en l'observant minutieusement, de nombreux détails trahissent ses origines.

 

J'ai une question à vous poser :

  * Si je vous avais montré au début cette façade, auriez vous cru que ce bâtiment put être un château du moyen âge ?

    --> La recherche de bâtiments fortifiés d'origine médiévale est parfois difficile et source d'erreurs. J'espère ne pas en commettre trop !

 


Histoire du château :

* Au 10ème siècle, Roselum est un village important entre Sambre et Meuse.
* Au 11ème siècle, une fortification semble construite (?).
* Au 14ème siècle, un donjon carré habitable est construit par un membre de la famille : La Tour de Roly.
* A la fin du 17ème siècle, Gérard Lambert, aussi nommé le Baron (voir titre de noblesse) de Roly fait construire des bâtiments entourant le donjon.
* A la fin du 20ème siècle, les nouveaux propriétaires consolident et aménagent le château.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible depuis la route. La découverte de l'intérieur de certains bâtiments  est possible durant quelques fêtes et exposition.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 06:30


Département
37 - Indre et Loire

Le bourg :
   Situation  (--> le voir sur une carte)
      Le hameau de Vaujours est situé à une "portée de flèche" au Sud-Est du bourg de Château La Vallière, à 50km à l'Ouest de Château Renault et à 60km au Sud de Le Mans.

   Coordonnées du château :

47° 31' 40.958" N 0° 20' 47.98" E
 47.528044  0.346661

 

Le château :
     Dans un vide-grenier j'ai vu une vieille carte postale montrant l'incroyable château de Vaujours. Il n'en fallait pas plus pour enfourcher mon destrier et découvrir cette impressionnante forteresse de 6,8ha.

       L'extérieur :
La découverte
    Le hameau étant entouré de petites collines, j'ai pensé que la fortification serait posée sur l'une d'elles, mais ma carte IGN affirme le contraire. Incroyable, la beauté de pierre est dans la large vallée. Je marche donc vers l'eau.

Pourquoi l'eau me demandez vous ?


      Au moyen âge, un château fort était soit posé sur une hauteur, soit entouré de douves donc proche d'une rivière. Et ma déduction d'incroyable médiéviste (oui, j'aime parfois m'attribuer des honneurs et compliments ) aidé il est vrai par une carte très détaillée, me fait découvrir cette merveille.

Magnifique n'est ce pas !


     Ne me dites pas que vous ne la voyez pas, triste je serais. Regardez bien, là. Il y a, à quelques mètres devant moi, les douves (j'admets qu'il y a un peu d'herbe dedans), et au fond les puissants remparts.

Que me dites vous ?.... Les pierres ont elles été peintes en vert ?


   Non, point de peinture il y a. Je soupçonne que vous n'avez pas vu correctement mon Graal. Voici une autre image détaillant bien la qualité du parement d'une puissante tour ronde... Oui, le vert l'emporte, je suis d'accord


L'analyse détaillée
     Je suis conscient que la végétation a envahi le site castral et qu'il faut beaucoup d'imaginations pour comprendre cette ruine. Mais avec un peu d'attention, il est possible de voir (de deviner aussi  ) son architecture et donc de comprendre son importance.
    Par exemple sur ce panoramique, je vois les remparts extérieurs de la forteresse. Il est facile d'imaginer sa longueur, et par déduction deviner sa superficie.
  Conclusion : Ce n'est pas un petit château de surveillance de vallée ni de garde.

    Avec un oeil d'aigle, je vois une puissante tour flanque tout en rondeur, avec un vestige de pan de mur accroché à sa base et un autre posé au dessus.

N'est ce point une puissante tour d'angle avec ses dépendances accolées ?

    Et là, cachée dans la verdure, une tour semi-circulaire à bossage (ou n'est ce qu'un effet de style à la reconstruction ?)  avec de magnifiques décors sur les pierres des mâchicoulis.

Quelle forteresse ! ! ! !


Le plan
      Pour mieux comprendre l'importance de ce château fort, regardez ce plan réalisé par M° Jean de Bouillé :a

1 - Basse-cour,
2 - Le château avec sa cour intérieur,
3 - Tour porte d'entrée avec pont-levis,
4 - Pont-levis du château,
5 - Tour du "Charron",
6 - Le "donjon",
7 - Chapelle,
8 - Pont fortifié,
9 - Bastion Nord-Est,
10-Bastion Sud,
11-Douves entourant la forteresse.

 

        L'intérieur du château :
    Le château est entouré d'un grillage et un panneau m'interdit l'accès. Je n'ai pas trouvé d'habitant du village pour me renseigner sur le nom du propriétaire. Point de visite vous aurez avec moi.


Histoire du château :

* Au 12ème siècle (?), dans l'Anjou (au moyen âge) un château est cité au lieu dit : Val Joyeux. Il appartient au seigneur de Chastreaux..
* En 1398, Hardouin de Bueil, évêque d'Angers et président de la Chambre des Comptes de Louis Ier Duc (voir titre de noblesse) d'Anjou possède le château et les terres.
* A partir de 1399, le château est agrandi et modernisé.
* Au milieu du 15ème siècle, Jean V de Bueil, neveu de Hardoin, est le nouveau propriétaire. Ce grand personnage, compagnon de Jeanne d'Arc et élève du grand héros La Hire est aussi surnommé : Le Fléau des Anglais. Il entreprend de nombreux travaux de modernisation des défenses.
* A la fin du 15ème siècle, le roi de France Louis XI (voir liste des rois) passe quelques jours dans le château pour chasser dans la proche forêt et aussi pour "visiter" sa demi-soeur Jeanne (fille d'Angnes Sorel et du roi  Charles VII) devenue l'épouse de Antoine de Bueil, seigneur du château de Val-Joyeulx (Vaujours).
* Au 16ème siècle, avec le mouvement de la Renaissance, la vieille fortification médiévale de Vaujours n'est plus habitée par ses propriétaires qui préfèrent les beautés "modernes".
* En 1666, le Roi de France Louis XIV (voir liste des rois) achète la châtellenie de Chasteau (y compris Vaujours) et en fait cadeau à sa favorite : Louise de la Vallière.
* En 1667, Louise possède le titre de Duchesse de Saint Christophe et de Vaujours.
* Au 18ème siècle, le château n'est plus entretenu.
* Vers 1791, les révolutionnaires le réquisitionnent et le vendent comme bien national.
* En 1815, la Duchesse d'Uzès vend le château à un Anglais (grrr). Ce triste sir "démonte" le château et récupère les pierres pour une autre de ses propriétés à Vivier des Landes.
* Au 19ème et 20ème siècle, les moellons servent à empierrer les chemins.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des ruines est interdites. Il semblerait qu'une association de sauvegarde ait été créée.
==> Cette forteresse mériterait une mise en valeur tant elle est et a été magnifique.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 37 Vers Menu châteaux d'Indre et Loire
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Touraine 37 41 45
commenter cet article
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 06:30


Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le château :

 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Querol est un petit village situé à 40km au Nord de Tarragone et à 20km au Nord-Est de la ville fortifiée de Montblanc .

 

  Description du château :

    Depuis la petite route qui serpente il faut un peu d'attention pour découvrir cette ruine qui ressemble plus à un morceau de montagne qu'à un fier château fort.

 

    L'extérieur :

     Cette ruine est très intéressante (mais si, je vous l'assure), car elle comporte plusieurs astuces architecturales. Par exemple un arc de décharge faisant "une sorte de pont" enjambant le vide entre 2 rochers.

Je vous sens un peu dubitatif.


     En voici un autre à la base du château soutenant un fruit (voir vocabulaire).  Tout sur cette façade est peu classique. Autre exemple, il y a cette tour ronde accrochée à un rocher aplati et tenant "dans le vide".

   Ce type de construction n'était pas unique au moyen âge, mais je suis toujours surpris que 800 ans après, elle résiste.

 

    L'autre coté du château présente une architecture différente. Cette façade située du coté de l'attaque possède les moyens classiques de défense du 12ème siècle.

   Il y a d'abord les traditionnels corbeaux devant supporter des hourds (voir vocabulaire) ou un chemin de ronde en encorbellement. Puis les inévitables archères dont la forme confirme mon analyse rapide d'une construction du 12ème siècle.

     S'il est vrai que le temps est un grand destructeur de château, il y a souvent une raison "humaine" à la présence d'une ruine, et je pense la connaître :  Des boulets médiévaux.

 

Y aurait eu quelques engins de jet en action contre "mon" château ?


 

    L'intérieur :

       Hélas, la propriété est privée et clôturée. J'ai tenté de me renseigner auprès d'un sympathique Catalan jardinant à quelques mètres de la beauté castrale, mais nous ne parlions pas même langue.


 
Histoire du château :

  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La propriété est privée est interdite à la visite. Le risque de recevoir une pierre est existe. 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article