Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 09:30

 

 

Pays :

ESPAGNE
 
 
Région :
ANDALOUSIE  
       
 

  Si vous ne l'avez pas encore lu, je vous propose :

 * De déguster la 1ère partie de ma découverte du château :  l'approche.
 * Puis la 2ème partie : Le donjon.

 

 

Description du château (suite) :

 

     L'intérieur du donjon :

Découverte de la salle basse
    En entrant, je m'attends à voir une salle sans décor, sans folie architecturale, et même une salle borgne avec un trou au plafond (car souvenez vous, j''étais certain que l'entrée principale du donjon était à 5 mètres du sol) permettant le stockage de nourriture.

   Sachant que ce château Andalou me surprend depuis le début, je ne m'étonne pas de voir sur le mur, une fente apportant un éclairage minimal. Souvenez vous, je l'avais pris pour une archère droite à l'extérieur !... pfff, mauvais je suis.

--> 10ème mystère :  Évidemment, cette fente, n'est ni une archère (car trop haute), ni un puits de lumière (dont voici un exemple au château de Guédelon), c'est... heu...encore un mystère.

 

Quelle "surprenante surprise"

 

  En me retournant, je vois.... Incroyable..... Je vois un mur avec d'innombrable détails architecturaux (Mais quelle erreur d'avoir cru que cette salle était un garde manger !).

   Cette curiosité est composée d'un "trou" (sur la droite) et d'une arche (sur la gauche) devant servir à soutenir "le trou".

    Le "trou" (sur la droite) est en réalité un escalier en pierre aboutissant à l'étage avec une fente faisant office de puits de lumière et d'archère. Vous la connaissez, elle est en haut à gauche sur la façade à l'ombre.


    L'escalier étant écroulé (voir image ci-contre), point monté je peux. Je rêve de longues minutes en observant chaque pierre quand soudain, mes yeux se lèvent et je découvre.... Un étage divin (j'exagère un peu, mais comprenez moi, je suis dans mon rêve).

 

 

L'étage

    A travers le plafond écroulé, je peux voir l'étage d'habitation et en particulier le vestige d'un encadrement de porte. Puis, sur la gauche dans l'épaisseur du mur, le linteau d'une fenêtre ou plutôt de l'archère Ouest. Lumière et sécurité sont les symboles de ce donjon.

   Rassasier de beautés primitives de pierre, je me dirige vers la sortie quand un détail attire mon regard de chasseur de castellologue. Qu'est ce  ?

 

La fente dans le mur

       Cette fente dans le mur ne semble pas avoir été creusée récemment, mais quelle est sa fonction ?

   Elle monte et traverse le toit pour aboutir dans la salle supérieure. Dans une trouée, je constate que la fente comporte un tuyau

--> 11ème mystère :  Est ce le vestige d'un gouttière de récupération des eaux de pluie ?... Dans ce cas où se trouve la citerne ?...   Si elle est sous mes pieds, comment les Maures accédaient à cette réserve ?

 

  * Un visiteur suggère que ceci est un "porte-voix" entre la salle de garde (par exemple) et le guetteur. Astuce d'architecture que j'ai aussi déjà vu dans un autre château.

Un autre pense à un système de "tringlerie" entre l'étage et une porte ou une trappe. Probable car les systèmes de défense au moyen âge étaient multiples avec de nombreux pièges contre les intrus.
Merci à vous pour vos intelligentes suggestions.
 

     Avec tant de questions, je décide de prendre un bain de soleil "rafraîchissant". 

 

    La vue :

  Le panorama est l'une des richesses des ruines médiévales. L'ancien château de Lopera offre une vue incroyable. Je vous laisse ici devant les beautés Andalouses et je vais rêver seul aux mystères de cette beauté !

 

Histoire du château :

    Je n'ai aucune information historique sur ce château.

* Au 12ème siècle (?), probable construction du donjon.
* Au 21ème siècle, la visite est gratuite mais il est important de demander l'autorisation au propriétaire.
Attention : La tour est dangereuse avec des murs qui vont prochainement s'effondrer. Veuillez éviter d'être nombreux et d'amener des enfants.

 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 07:30

 

 

Pays :

ESPAGNE
 
 
Région :
ANDALOUSIE  
       
    Pour mieux comprendre cette 2ème étape de la découverte du château de Lopera, je vous propose de déguster la 1ère partie. L'approche est un élément essentiel pour ressentir une ruine, la visite ci-dessous est un complément puis l'apothéose.  

 

Description du château (suite) :

 

   L'extérieur du donjon :

Le plaisir simple
    Quelle chance a cette tour d'avoir traversé le temps, et quel bonheur de me retrouver à ses pieds. En mettant un genou à terre comme un chevalier déclarant sa flamme je pensais :

   * "Serais je le Roméo de cette tour et me donnera t elle tout ?"

Et je l'imagine déjà me répondre : 

  * Chevalier, quand je t'aurais tout montré tu partiras comme les autres (hommes) .

   * "Non" lui  dis je "tu seras là éternellement"... (quel menteur je suis... Simple homme serais je ?).

 

1ers indices

   En totale contradiction avec ses remparts, je suis surpris de la finition du parement d'angle, de l'alignement des pierre des murs et de la finesse des joints. Avec sa qualité de construction et ses dimensions imposantes, ce donjon n'était pas une simple tour de garde pour soldats, il a dû être la résidence d'un seigneur.

     Avec sa forme carrée, j'ose dater ce donjon du 12ème siècle. J'ai hésité avec le 11ème, mais avec son archère droite (incompatible avec le onzième) 12ème siècle semble évident.

--> 6ème mystère :  : Mais... Il y a toujours un "Mais" en architecture.... Cette région a été habitée à partir du 8ème siècle jusqu'au 15ème par les Maures. Ils possédaient des connaissances en architecture bien supérieures à celles de leurs contemporains de France. Mes convictions de datation sont remises en cause.

 

 

Les ouvertures du donjon

    En prenant un peu de recul, je constate que ce donjon ne comporte que de petites archères droites sur 3 cotés

--> 7ème mystère :  Pourquoi n'a t il pas pas évolué au 15ème siècle avec des bouches à feu et des arquebusières (voir vocabulaire) ?

 

     Sur une face, il y a 2 grandes ouvertures.  Celle du haut me semble être la classique porte d'accès médiévale.

--> 8ème mystère :  Pourquoi n'y a t il pas de trou de boulin (voir vocabulaire) pour soutenir une passerelle en bois ?... Montait on directement par une échelle en bois ?

 

   Celle du bas doit être une ouverte récente servant à l'entrée des animaux de la ferme (Il y a de nombreuses bouses et crottes d'animaux connues....  J'ai un e car ce sont les bouses et crottes qui me sont connues).

     Alors que j'étais sûr de mes affirmations (Une tour médiévale dans l'Aude ressemblait à celle-ci  - voir cet article) un détail vient troubler mes certitudes . Ce "petit" détail est le linteau de l'ouverture basse. Il ressemble à celui de la poterne. Sa datation ne semble pas contestable.

--> 9ème mystère : Pourquoi les Maures auraient construit au moyen âge une porte basse dans un donjon ?... Je ne connais pas d'exemple dans la France médiévale.

 

     L'intérieur du donjon :

  Je tente de franchir le seuil quand je suis arrêté par une caractéristique architecturale : Un trou ayant dû recevoir une poutre en bois.

   Il ne me semble pas avoir été percé après la construction du donjon. Ce trou serait la preuve que les Maures avaient aménagé une porte d'accès en partie basse.

Incroyable !

  Presque religieusement, j'entre dans le donjon et là.

Le choc !

 

Les entrailles de ce donjon sont réellement passionnantes.

Je vous propose de les découvrir  dans cet article.

 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 07:30
      En Corrèze,  près du château féodal de Ségur, coule un petit ruisseau qui fut l'objet d'une aventure peu commune. Evidemment, le bouche à oreille et les veillées transformèrent ce récit en légende. Curieusement elle se nomme :   

 

 

Les Prés Messieurs de Ségur

 

 

   "Il était une fois une belle jeune femme qui venait passer les mois d'été dans ce lieu de calme qu'est Ségur en Corrèze. Evidemment, une belle femme seule et libre de ses mouvements ne pouvait paraître que suspecte.

 Certains disaient :

     - " Cette femme sort aussi (et surtout ?) les nuits de pleine lune "

 

 D'autres surenchérissaient en affirmant :

     - " Cette femme est en réalité.....une sorcière ! "

 

 Et les plus hypocrites chuchotaient en faisant le signe de croix :

     - " Cette sorcière a fait un pacte avec le Démon ".

 

    La chose la plus curieuse était que cette sorcière était belle...... mais vraiment belle, sans verrue sur le nez, sans habit noir, sans chevelure foncée et mal coiffée.

Comme les femmes sont changeantes !Belle et jeune !

  Cela prouvait bien qu'elle avait vendu son âme au Diable !.. (est ce vrai mesdames ?)

    Autre curiosité, une sorcière ne se lave pas, c'est bien connu, alors que notre beauté allait se baigner dans la rivière, évidemment uniquement les soirs de pleine lune (sinon, elle ne serait pas mystérieuse cette jouvencelle, et point de légende j'écrirais ).

 

  

  Admirez mes petites gambettes au soleil.... mais de loin !  Hors, une nuit de pleine lune (dans les légendes, c'est toujours la pleine lune), deux jeunes chevaliers récemment sacrés,  voulurent se rendre compte des faits et faire taire les ragots.  Près de la rivière, Ils s'approchèrent  et furent surpris par la beauté de la baigneuse. (j'espère que vous avez compris maintenant qu'elle est belle....... non pas ma légende mais mon héroïne).

 

     Mais hommes ils étaient plus que chevalier (contrairement à moi), et voulurent taquiner la belle en prenant ses vêtements abandonnés sur la berge (ha, les hommes, toujours à embêter les damoiselles !   1000 ans plus tard, ils n'ont pas évolué ).

    Ils pensaient que la belle n'oserait pas repartir toute nue et qu'elle viendrait réclamer ses beaux habits. Les jeunes chevaliers avaient l'intention de négocier la rupture de son pacte avec le diable   (et peut être quémander une bise , mais la légende ne le dit pas).

 

Quand la belle s'aperçut de la disparition de ses vêtements, on prétend que ......... tous les chiens des environs se mirent à hurler à la lune . Il s'en suivit un énorme grondement qui réveilla tous les habitants du village et des alentours.

 


Le lendemain matin, au bord du ruisseau, un fermier qui emmenait ses vaches découvrit,  les corps foudroyés des deux jeunes chevaliers. " Moralité : Soyez toujours galant avec une femme, sinon......

 

 

 

   C'est depuis ce jour là que les prés qui longent ce ruisseau se nomment :

 

 

Les Prés Messieurs.

 

 

  Vers menu
Contes
 et
Légendes

<---  clic

 

 

Repost 0
Published by le chevalier Dauphinois - dans Contes et Légendes
commenter cet article
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 07:30

 

Département :    03 - Allier

Le bourg :
   Les barrières m'interdisent d'entrer pour déguster ce donjonSituation   (--> le voir sur une carte)
     Le château de Gayette est proche du petit bourg de Varennes sur Allier. Il est situé à 11km à l'Est de Saint Pourçain sur Sioule et à 25km au Nord de Vichy.

   Coordonnées du château :

46° 19' 10.492" N 3° 25' 44.749" E
 46.319581°  3.429097°


Le château:
     L'extérieur :
Que reste t il du château ?
    En arrivant devant les grilles sur l'emplacement de l'ancien château de Gayette, je comprends que la découverte sera "minimale".

   Les remparts, le fossé (peut être étaient ce des douves puisqu'il y a un petit lac derrière) ainsi que les tours d'angles ont disparu.

Mais il reste une magnifique beauté !


Le donjon
   Au milieu de la cours trône fièrement un imposant donjon. C'est une tour quadrangulaire d'environ 30m de haut. Sur les 2 cotés les plus larges, des tours carrés ont été greffées.
    Le donjon ayant été modifié durant les siècles, je ne constate sur la partie basse (les 3 premiers étages) aucune ouverture de tir, ni emplacement d'une porte haute. Mais la partie supérieure est caractéristique des défenses médiévales : Mâchicoulis, archère, arquebusières etc.... (voir glossaire).

 

       L'intérieur :
    Le bâtiment est une propriété privée, la visite est donc interdite.

 

 

Histoire du château :

* Au début du 15ème siècle, les frères Nesmond font construire un château.
* Au cours du 15ème siècle, le seigneur Nesmond prend le nom de Gayette.
* En 1490, François de Boucet, en épousant Magdelaine de Gayette, devient le propriétaire du château.
* En 1523, Charles III d Bourbon passe quelques jours au château.
* Durant 1 siècle, de nombreux propriétaire habitent le château.
* En 1663 la famille Pingre de Farinvillier achète le château.
* En 1695, les descendants des Farinviller donne le château à l'Ordre de la Charité de Saint Jean de Dieu.
* Durant 1 siècle, ces religieux accueillent et soignent dans des salles du château.
* Vers 1792, les révolutionnaires s'emparent du domaine et le donnent aux Soeurs de Saint Vincent de Paul.
* Au 18ème siècle, les vieux bâtiments sont démolis (?) et des construction plus "modernes" entourent le donjon.
* Au 19ème siècle, de nouveaux bâtiments sont construits à la demande des soeurs.
* Au 20ème siècle, le site devient une maison de retraite.
* En 1925, le donjon est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre à l'extérieur. Le donjon et les bâtiments annexes sont une propriété privée non visitable.

 

Quelle défense !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 03 Vers Menu châteaux de l'Allier
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Bourbonnais : 03
commenter cet article
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 07:30

 

Département :   77 - SEINE et MARNE


Le château :
     Situation :    (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Guignes est situé à 14km au Nord-Est de Melun et à 40km au Nord-Ouest de la cité médiévale de Provins.
   Coordonnées du bourg :

48° 38′ 11.04″ N 2° 47′ 58.92″ E
 48.6364°  2.7997°


Le château :   
       L'extérieur :
Comment ai je trouvé ce château ? 

Le hasard !

   J'ai honte de le dire, moi qui prépare si méticuleusement mes croisades vers les châteaux forts, mais c'est un embouteillage qui m'a fait tourner la tête pour découvrir ceci.  J'ai donc eu beaucoup de chance et non la guigne .

L'analyse
    Ce n'est pas parce que cette construction comporte des tours rondes que son origine est médiévale. Je sors ma loupe de détective (et aussi mon parapluie).
   L'entrée de forme rectiligne et carrée semble récente. Il y a bien au dessus une trace d'arc en plein cintre, mais elle ne me convint pas. Peut être que la tour ronde au fond sera l'élément déclenchant ?


   Les murs semblent épais, des mâchicoulis sur consoles (voir vocabulaire) sont peut être la preuve que je cherche (bien que durant plusieurs siècles les architectes ont utilisé ce moyen de défense). mais j'ai un doute.
   Les fentes verticales sont trop nombreuses et trop rapprochées. Ce dense système architecturale de défense est très rare (même inexistant) au moyen âge.

Est ce une tour modifiée au 17ème ?

 

   Je suis dubitatif. Et.... C'est toujours dans les moments de doute que ma chance revient.

 Regardez, "l'espoir médiéval" est sur cette façade.
 

    Bien que défigurée par une fenêtre avec volet métallique et modifiée par un "rebouchage fenestral", l'ancienne porte médiévale avec pont levis est devant moi. Certes, le pont a disparu et seules les ouvertures pour les flèches (voir vocabulaire) sont visibles. Mais comme moi sentez vous le vent du moyen âge ?


        L'intérieur :
    Ce château est une exploitation agricole non visitable. L'intérieur ne comporte pas (ou peu) de détail significatif d'un château fort.
 

Histoire du château :

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est libre et gratuite. Le château est une propriété privée non visitable.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 77 Vers Menu châteaux de Seine et Marne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Champagne : 08 10 51 52 77
commenter cet article
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 07:30
La rubrique CINEMA regroupe les films ayant pour thème Le Moyen Age ou ayant comme cadre (même partiellement) un château médiéval.



  Affiche du film : La grande illusion
Année 1937
Réalisateur Jean Renoir

 

  Acteurs   Rôles
 Jean Gabin
 Lieutenant Maréchal
 Pierre Fresnay
 Capitaine De Boeldieu                                           
 Erich Von Stroheim  Von Rauffenstein                        
 Dita Parlo
 Elsa
 Marcel Dalio  Lieutenant Rosenthal


 

 
  Présentation du film
 
   « Pendant la Première Guerre Mondiale, le capitaine Boeldieu et le lieutenant Maréchal sont faits prisonniers au camp de Hallbach.
   Ils font connaissance avec leurs "compagnons de chambrée". Il y a :
        * Rosenthal - un bourgeois parisien,
        * Cartier - un acteur,
        *  ......
   Ensemble, ils imaginent une possible évasion et décident de tout mettre en oeuvre pour creuser un souterrain. Après de nombreux mois, le tunnel est presque percé quand ils apprennent leur prochain transfert dans un autre camp...
. »
 
 
 
  Ce que j'en pense
 
    Ce n'est évidemment pas un film récent et comme souvent avec Jean Renoir, les rapports humains l'emportent sur l'action. La psychologie des personnages d'origine sociale différente est le fondement de ce chef d'oeuvre.
   La distinction de l'ancienne noblesse avec le sens de l'honneur aiguisé  face  à la familiarité et la débrouille des "gens du peuple" en font un film "comme on en fait plus".



Où est le Moyen Age ?

   Le Moyen âge n'est pas présent dans le scénario évidemment. C'est le château du Haut Koenigsbourg dans le Bas Rhin qui est le lieu de tournage pour de nombreuses scènes.

                       Ce château est il médiéval ?

    Les puristes le trouvent trop reconstruit et peu fidèle à son plan d'origine, mais d'autres sont heureux de voir un "vrai" château et non une ruine (comme je vous en montre si souvent).
      Si vous savez rêver (les yeux ouverts car il y a des marches ), si vous savez voir au delà d'un mur trop propre, ce château est magnifique (malgré ses petites erreurs architecturales).


  Vers menu
cinéma
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Films : Châteaux forts et Moyen Age
commenter cet article
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 07:30

 

Département :  63  - Puy de Dôme
Que vois je ?... Une église à gros ventre !
 Le bourg :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
      Le bourg fortifié de "Besse et Saint Anastaise" est situé à 30km à l'Ouest de Issoire.
   Coordonnées du bourg :

45° 30′ 50″ N 2° 56′ 1″ E
 45.513889°   2.933611°

 

La fortification :
       L'extérieur :

La découverte

   En descendant une petite rue, je découvre les premières fortifications de ce bourg. Je suis frappé par la disparité des architectures.

Est ce un bastion ou une tour ou une église fortifiée ?

 

Porte fortifiée

   La porte du bourg possède les classiques systèmes de défense, comme par exemple : La bretèche (voir vocabulaire).

Mais de quand date t elle ?

   La bretèche a été utilisée durant de nombreux siècles sur des systèmes fortifiés, ce n'est donc pas une preuve médiévale.
   Pour protéger la porte, de larges canonnières ont été construites. Mais elles semblent "modernes".


Que de doutes !

      Le bastion et l'entrée du bourg forment un sas limitant le recul pour un bélier.

Médiéval système ?

des corbeaux encore beaux !   J'en doute car une construction en sas a été aussi utilisée durant plusieurs siècles.
    Le mur de la 2ème porte possède une rainure ayant certainement reçu une herse. Est ce la preuve médiévale que j'attends ?


       L'intérieur

Aurai je mes réponses ?

L'ntérieur de la cité va t il me révéler son âge ?

  Hélas pour moi,  tout est propre et reconstruit. Il y a bien quelques corbeaux et vestiges d'échauguette d'angle, mais l'ensemble est refait.

 

Touriste je deviens

  Ce bourg est plus une cité touristique (avec magasins et tavernes) qu'une fortification en ruine pour un "chevalier-médiéviste".
    Plutôt que de vous montrer les photos des bâtiments et architectures, je préfère vous faire réver avec des gravures du château du Bailly, de la maison de la reine Margot.


Histoire du bourg :

* En 1208, Besse est une ville libre administrée par 2 Consuls élus par les le bourgeois.
* Au 15ème siècle, l'insécurité et les pillages engendrent la construction de fortifications.
* En 1790, avec le vent de "modernité révolutionnaire", les fortifications sont détruites.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Ce bourg est plus une cité touristique et vacancière qu'un site médiéval.

 

Sainte Marie des remparts

  Vers Menu châteaux du Puy de Dôme
Repost 0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 06:30

 

Pays :

  BELGIQUE

Région :

  Namur

 

 

Le bourg

   Situation :  (--> le voir sur une carte)

     Le petit village de Houx est situé à 6 km au Nord de Dinant proche de la RN92.

   Le site de Poilvache est posé sur un plateau au dessus du village.

  Coordonnées du château :

50° 18' 21.636" N
4° 54' 5.612" E
 50.30601°
 4.901559°

 

Le château :
    L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

      L'image de la puissante fortification de Poilvache est dans ma poche. Arrivé proche du site sur un parking en terre, fébrilement je prends le dessin au creux de ma main et je contemple ce magnifique château fort.

  Est il aussi beau au 21ème siècle ?

 

La découverte 

        Une grande muraille entrecoupée de rondes tours flanques domine la vallée de la Meuse. L'apic est une protection efficace contre les assaillants. Ce qui est surprenant, c'est l'asymétrie du rempart. Le nombre de tours n'est pas identique sur les 4 façades et la distance qui les sépare est "aléatoire".

Comment assurer correctement la défense du rempart ?

 

A quoi me fait il penser ?

    Son plan s'apparente à celui imposé par le Roi de France Philippe Auguste (voir liste des Rois) : Courtines parallèles, tours d'angle.... (voir un bel exemple au château de Guédelon)

    Devant le rempart d'entrée, le classique mais efficace fossé creusé dans le rocher n'est plus que l'ombre de lui même. Le temps et les hommes ont fait leur travail de destruction et je pressens que c'est une ruine que je vais visiter. 

 

L'entrée

    La porte est protégée par 2 tours rondes dont l'absence d'archère ou de bouche à feu (voir vocabulaire) me surprend. Elle est précédée au 21ème siècle par un remblai (facilitant l'accès des camions pour sa consolidation actuelle), mais il est fort probable qu'un pont-levis sécurisait l'entrée.

    Après avoir donné quelques piastres, j'entre dans la forteresse.

 

     L'intérieur :

Je suis dans la place

    Comme je le pressentais, la végétation joue avec les ruines. Il va me falloir ma loupe de détective et ma "sacoche d'imaginaire" pour comprendre cette beauté de pierres.

 

Habitations

    Quelques mètres plus loin, un pan de mur attire mon attention de chasseur de ruines. Je suis en face d'une maison avec curieusement une cheminée à 1 seul étage; Curieux, car souvent les architectes encastrent les conduits dans le même mur. Avez vous remarqué les corbeaux du plafond (sur la gauche) ?   Les siècles ont englouti doucement les fondations et les étages.

 

D'autres constructions

    A peu de distance, un autre bâtiment montre des murs épais et des vestiges d'archères droites.

Etait ce un donjon ou le corps de garde ?

      Et en levant la tête, je vois un imposant puits. Le guide m'informe qu'il fait plus de 50m de profondeur et a été creusé dans le rocher... Wahouuu !

 

Fortifications

    Les fortifications occupent une grande place dans la visite. Les plus impressionnantes sont celles coté falaise.  Une longue courtine comporte dans l'angle les vestiges d'une tour ronde. A l'intérieur le spectacle est très "défensif" : Des archères droites du 12ème siècle (?) en quinconce sur chaque niveau.

    Plus loin, proche d'un panneau "Danger", un petit escalier en bois a été aménagé pour entrer dans une tour arasée. Je suis transporté 5 siècles en arrière et je surveille les mouvements en amont et en en aval de la Meuse.

 


Histoire du château :

* Une légende prétend que ce site date de la nuit des temps et fut la demeure des 4 fils Aymon.
* A la fin du 11ème siècle, le Comte (voir titre de noblesse) de Luxembourg, Conrad Ier est seigneur de Poilvache.
* En 1136, Henry Ier l'Aveugle est le nouveau propriétaire.
* A la fin du 12ème siècle, le château appartient à la maison du Luxembourg.
* En 1238, le château résiste au siège des troupes de Jean II d'Eppes, Prince-Evêque de Liège.
* Vers 1244, le château est pris par la force par Thomas, Comte de Flandre.
* En 1321 (?), les Dinantais prennent le château en se déguisant sous des peaux de vaches (encore une légende). Les bâtiments sont saccagés.
* En 1322, Jean l'Aveugle, Comte de Luxembourg, reconstruit le château.
* Au 15ème siècle, Philippe le Bon achète la forteresse et améliore ses défenses.
* En 1430, les Liégeois, commandés par le Prince-Evêque Jean de Heinsberg, attaquent le site et détruisent les remparts.
* En 1554, le Roi de France Henri II (voir liste des Rois) attaque et détruit la forteresse. Elle ne sera plus reconstruite. Mais les hommes ne laissent pas cette ruines vieillir tranquillement.
* En 1789, les Autrichiens font une brèche dans une tour pour placer des canons.
* A la fin du 20ème siècle, une association tente de faire revivre les ruines.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible et très enrichissante. La visite du château est payante.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Belgique médiévale
commenter cet article
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 07:30
 
   Les églises ont parfois été fortifiées pour protéger les habitants des petites troupes armées ravageant les campagnes. Voici un exemple de fortification minimale.
 


Département :    55  - MEUSE

L'église :
   Situation :    (--> la voir sur une carte)
      La petite commune de Burey la Côte est située à 10km au Sud de Vaucouleurs et à 30km au Sud-Ouest de Toul.

    Coordonnées du bourg :

48° 30′ 11″ N 5° 41′ 59″ E
 48.503056°  5.699722°


L'église:
       L'extérieur :
L'approche
       Dans les grandes villes "modernes", les immeubles sont plus hauts que les églises. Mais dans ce petit village, elle survole les toits et parait même plus haute que le château d'eau.
    Fièrement campée au centre de Burey la Côte, l'église est entourée du petit cimetière et d'un mur très récent. Aucune défense est visible.
    Je m'approche doucement pour ne pas réveiller des chats et lentement pour scruter au dessus de chaque fenêtre.
 

Rien !

     J'avance encore en espérant que le clocher me livrera un indice. Il est haut comme une tour de guet, il est puissant avec ses imposants contre-forts, mais... Rien.

La découverte
    Et c'est toujours dans les moments de doute que ma chance me sourit.


   Sur la façade Est de la tour, deux consoles sont les seules traces d'une ancienne bretèche (voir vocabulaire). Je la contourne pour être certain de ne pas rêver.
    Mais, comme moi, vous êtes surpris que ce système de défense soit positionné pour protéger un toit et non une porte.
   La raison est simple, l'orientation et l'architecture de l'église ont été modifiées au 18ème siècle.
     La preuve : L'entrée actuelle est "moderne".

        L'intérieur :
    La porte de l'église paroissiale (dédiée à Saint Léger) étant ouverte, j'en profite pour chercher des traces d'escalier ou d'archère sur les murs.
  Hélas, l'intérieur est classique et la montée dans la tour est interdite. La seule trace médiévale est.... l'héroïne locale et nationale : Notre Jeanne d'Arc.

Conclusion :
   Cette église fortifiée :

- N'est pas aussi impressionnante que les châteaux forts,

- N'est pas aussi romantique que les ruines castrales,

---> Mais elle fait parti de notre patrimoine de défense médiévale et ce doit d'être sur ce blog médiéval.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle, construction d'une église.
* En 1363, le village est dévasté par les Bretons.
* En 1568, la peste ravage la région et le village de Burey.
* En 1587, les protestants d'Allemagne brûlent les maisons.
* En 1636, le village est déserté suite à la guerre puis la peste.
* Vers 1642, les habitants reviennent au village.
* En 1722, l'église est agrandie et l'orientation est inversée.
* En 1820, la partie supérieure de l'église est modifiée.
* En 1897, l'église bénéficie de nouveaux travaux.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Léger) est libre à l'extérieur. La découverte de l'intérieur est possible mais sans entrer dans la tour.

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 06:30


Département
16 - CHARENTE

Le château :
        Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Montmoreau-Saint-Cybard est situé à 40km au Sud d'Angoulème et à 50km à l'Est de Brantôme.

   Coordonnées du bourg :

45° 24′ 0″ N 0° 7′ 54.12″ E
 45.4°  0.1317°

 

Le château :
        L'extérieur :
La découverte
    Mes sens de médiéviste toujours à l'affût de merveilleux châteaux forts ont discerné au loin une construction dépassant les immeubles modernes. Mais est ce une fortification médiévale ?
   Je chausse mes "lunettes de rapprochement" et je suis heureux d'avoir découvert le château médiéval de Montmoreau.

L'approche
   Pour connaître la bonne rue menant vers mon Graal, il suffit souvent de lire les panneaux. Et c'est confiant que je longe les remparts extérieurs zébrés d'archères droites (voir vocabulaire).
   Hélas, mon rêve est stoppé par une barrière infranchissable dûe à des travaux dans le château. C'est donc perché sur mon destrier que je vais le découvrir.

L'analyse
    Au premier regard, les 2 tours rondes marquent l'architecture du château. Elles s'imposent par leurs dimensions qui les rendent habitable. Mais c'est surtout la surélévation en retrait qui m'attire.
 Etait ce  :
   * Un effet de style ?
   * Ou une astuce architecturale pour supporter la toiture en poivrière ?
   * Ou, pour éviter les créneaux, un système pour poser des hourds ?
 
   La renaissance ayant modifié l'architecture rustre de cette forteresse, les tours sont percées de fenêtres à moulures prismatiques.
   Evidement, ces 2 tours encadrent un logis rectangulaire très lumineux grâce à ses nombreuses baies. il est surmonté d'un toit en tier-point limité par des pignons à crossettes (Je ne suis pas savant, je cite un prospectus).

        L'intérieur :
   Le château est en travaux, la visite est interdite. Triste je suis, car j'aurais apprécié de voir la tour escalier polygonale ainsi que l'élégante échauguette. Heureusement, je dispose d'une reproduction de la gravure sur bois du château en 1880.
 

Histoire du château

* Au 11ème siècle, un petit château est construit sur la butte.
* En 1075, Alon de Montmoreau est cité dan un texte comme seigneur du château. et des terres.
* Dans la deuxième moitié du 14ème siècle, la seigneurie appartient à Raymond de Mareuil.
Vers 1386, le Maréchal de Sancerre démantèle le château.
* Durant la deuxième moitié du 15ème siècle, sur les bases du château primitif, Guy de Mareille aménage un château plus puissant et plus confortable.
* Durant 80 ans, le château appartient successivement à Raymond de Mareuil, Madeleine de Montbron.
* A partir de 1575, le prévôt de Sansac possède la seigneurie.
* Vers 1585, le château est possession de la famille Rochechouart.
* En 1709, Anne de Rochechouard épouse Issac de Perry, nouveau seigneur de Montmoreau.
* Vers 1792 (?), le château est vendu à la famille Nieul.
* Au 20ème siècle,il appartient à la famille Tête.
* En 1952, une partie du château est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte depuis la route est libre et gratuite. La visite est interdite.

 


  Vers Menu châteaux de Charente
Repost 0