Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 13:00
 

  

Au moyen âge, le symbole des fortifications est incontestablement le château fort, mais tous les villages n'en possédaient pas un. D'autres systèmes de protection des habitants ou de défense furent imaginés. Des remparts entourant la cité bien sur, des églises fortifiées etc....
   En Alsace, région riche en ruines de châteaux médiévaux, il est surprenant de découvrir une curiosité : Un cimetière fortifié.
 

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Le bourg : Un joli parc ombragé remplace le fossé médiéval

     Situation :   (--> la voir sur une carte)

         Hartmannswiller est un petit village de plaine à 8km au Nord de Cernay, à 25km au Nord-Ouest de Mulhouse et à 6km au Sud-Est de Guebwiller.

 

     Coordonnées du bourg :

47° 51′ 468″ N07° 12′ 59″ E
  47.8628° 7.2164°

 

 

 

La Fortification :

     L'extérieur :

La découverte

* En approchant de l'église, il est saisissant de voir le contraste de deux architectures d'époque et de couleurs différentes :

- Un bâtiment religieux "moderne" haut et clair,

- Entouré d'une "fortification" médiévale, basse et grise.

 

 

Supposition

* Le rempart est de forme polygonale irrégulier et comporte 2 tours rondes (voir le plan).

* Il semble logique d'imaginer qu'il y a 5 siècles, 4 tours d'angle protégeaient l'ensemble.

* Le rempart devait logiquement être entouré d'un fossé, aujourd'hui comblé et laissant place à un parc ombragé avec bancs. 

 

 

Analyse du rempart

* Les courtines et les tours comportent de petites archères droites (voir vocabulaire), percées à la base d'une ouverture ronde pour arquebuse.

* Cette construction semble datée de la fin du 15ème siècle.

* La hauteur actuelle des murs est faible pour une défense médiévale.

* Les remparts et tours ont du être arasés (au 17ème ?) mais l'impression de puissance n'a pas été effacé.

"Mes" ruines sont vraiment immortelles

 

 

 

Histoire de la fortification :

* Au 13ème siècle, construction d'une église sur l'emplacement actuel.

* En 1376, des mercenaires envahissent le village et incendie l'église.

* Au milieu du 15ème siècle, reconstruction de l'église.

* En 1495, fin de construction de la nouvelle église. Pour se prémunir des attaques de routiers, un mur fortifié est édifié autour. Il servira à regrouper la population dans une enceinte.

* En 1717, modification des fonds baptismaux de cette église médiévale.

* En 1862, un texte précise que les courtines ont une hauteur de 5 mètres

* En 1881, l'architecture médiévale de l'église est gommée avec la modification du clocher à bâtière par un clocher-porche avec une flèche.

* En 1920, la fortification est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est négligeable.

 

Bien que partiellement arasées, courtines et tours sont toujours dissuasives

 


 

Ce village comporte aussi un autre vestige médiéval visible  I C I.

 

 Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 68Vers Menu châteaux du Haut Rhin
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 07:30

 

Département :  34- Hérault

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit village de Cesseras est situé à 50km à l'Ouest de Béziers, à 35km au Nord-Est de Carcassonne, à 30km au Nord-Ouest de Narbonne et à 5km au Sud-Ouest de Minerve.
     Coordonnées du bourg fortifié :

43° 19' 31.681" N 2° 42' 51.908" E
 43.325467°  2.714419°

 

Les fortifications :
       L'extérieur :
La découverte
      Après avoir visité l'énigmatique tour de Saint Salvi, je vais découvrir les fortifications du village de Cesseras. Elles ne ressemblent ni à celles de Carcassonne ni à Aigues Mortes.
    C'est dans une rue étroite que je déguste ce haut mur. Il est aujourd'hui percé de fenêtres, mais ne vous y trompez pas, je suis devant un rempart médiéval.

La suite
      Au bout du mur, une belle tour d'angle me regarde passer. Elle a perdu ses défenses, et les archères (voir vocabulaire) ont fait place à de confortables fenêtres. Plus loin, une autre tour ronde est accrochée à l'angle "Sud" (?).

       L'intérieur :
  Château et fortifications sont des propriétés privées, il est impossible de les visiter. Je repars vers une autre aventure.

 

 

Histoire du château et du bourg :

* En 1095, une famille du nom de Cesseras est citée.
* En 1182, l'Abbaye de Saint Pons possède 1/4 du château.
* En 1210, durant la croisade des Albigeois, une partie de l'armée de Simon de Monfort attaque le château défendu par Bernard Pons de Cesseras. (nota : un autre texte affirme que Bernard Pons de Cesseras défend la Vicomté contre "ces envahisseurs").
* Pierre Raymond de Cesseras est emprisonné pour crime d'hérésie (Cathare).
* En 1222, Bernard Arnaud de Cesseras (fils de Pierre Raymond) est dépossédé du château et des terres. La gestion est donnée à des officiers du Roi (voir liste des rois).
* En 1262, l'Abbaye de Saint Pons revendique ses droits sur le château.
* En 1298, le Roi de France Philippe le Bel donne la seigneurie à Guillaume Voisin, fils du sénéchal de Carcassonne.
* En 1455, Louis de Panat, seigneur de Cesseras, vend château et terres à Bertrand de Coursier.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts et tours est libre et gratuite. Pour cause de propriétés privées, la visite est impossible.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 34 Vers Menu châteaux de l'Hérault
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 07:30
La rubrique CINEMA regroupe les films ayant pour thème Le Moyen Age ou ayant comme cadre (même partiellement) un château médiéval.



  Affiche du film : Les aventures d'Arsène Lupin
Année 1956
Réalisateur Jacques Becker

 

  Acteurs   Rôles
 Robert Lamoureux  André Laroche  //  Arsène Lupin  //  Aldo Parolini
 Liselotte Pulver  Mina von Kraft
 Otto E. Hasse  Le Kaiser Guillaume II                      
 Daniel Ceccaldi  Jacques Gauthier
 Georges Chamarat  L'inspecteur Lucien Dufour

 


 
  Présentation du film
 
   « En 1912 à Paris - Au cours d'une très brillante réception mondaine, un curieux personnage (un pseudo-diplomate italien) apparait avec beaucoup de classe et d'érudition.
     A la faveur d'une panne d'électricité,
deux tableaux de maître disparaissent. C'est  évidemment cet Italien qui n'est autre que le fabuleux gentleman-cambrioleur Arsène Lupin.
     Dans un autre lieu, notre Lupin tente audacieusement un vol de bijoux. ...... Les aventures se succèdent et il fait la connaissance d'une belle Allemande, huppée, connue sous le nom de Mina von Kraft.
  Cette émissaire du Kaiser ayant
percé la double personnalité de Lupin va tenter de..... »
 
 
 
  Ce que j'en pense
 
    C'est un Lupin, un film qui se regarde avec des yeux d'enfant. Point de trucage impressionnant à la James Bond, point de mystère Hitchcockien. Un film d'aventure rocambolesque avec un Robert Lamoureux au "mieux de sa forme".



Où est le Moyen Age ?

   Le Moyen âge n'est pas présent dans le scénario évidemment;  C'est le château du Haut Koenigsbourg dans le Bas Rhin qui est le lieu de tournage de quelques scènes.



  Vers menu
cinéma



Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Films : Châteaux forts et Moyen Age
commenter cet article
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 07:30

 

Pays :

 Grand Duché du LUXEMBOURG  
 

District :

 Luxembourg  

 

Le château :

 

  Situation : (--> le voir sur une carte)

    Dudelange est situé à 15km au Sud de la capitale Luxembourg et à 16km au Nord de la ville Française de Thionville.

   Le château est posé sur une butte à l'Ouest du bourg sur la route de Kayl.


   

  Description du château :

    Arrivé au pied de la colline, je dépose mon destrier près d'autres montures et j'attaque la montée par un chemin en "colimaçon" dans la forêt.

    Incroyable, il y a des princesses qui courent devant moi. Fuient elles quelques malandrins que je me dois d'estourbir ?

   Evidemment, vous avez compris que les belles font un footing pour être plus belle encore !... Quel curieux siècle est votre 21ème.

   C'est donc dans une ambiance sportive que j'aborde la ruine située au sommet.

 

    Le plan du château :

       Cet incroyable site est malheureusement peu connu et peu mis en valeur. Avant de vous montrer cette beauté (qui ne fait pas de footing ..hihihi), je souhaite vous faire comprendre son architecture par la lecture de ce plan :

  • 1 - Enceinte N° 1 avec tours d'angle rondes,
  • 2 - Enceinte N° 2 avec tours de flanquement,
  • 3 - Vestige de la tour d'entrée avec escalier,
  • 4 - Bâtiment de cloisonnement,
  • 5 - Palais avec tour escalier,
  • 6 - Tour rectangulaire,
  • 7 - Communs avec fournil et citerne,
  • 8 - Puits Ouest,
  • 9 - Ancien jardin,
  • 10- Donjon,
  • 11- Tour de guet,
  • 12- Puits "Romain",
  • 13- Maison avec lapidaire.
 

    L'extérieur :

   Comme à mon habitude, je m'imprègne de la ruine en la contournant. Regardez comme elle est grande !

   Heu... J'avoue avoir un peu triché en me mettant à genou car les murs ne sont pas aussi hauts, mais il reste une grande longueur de courtines (voir repère 1) qui va faire mon bonheur. Et puis les défenses sont "presque" intactes.

   Ne doutez pas, regardez cette tour avec son arquebusière et surtout sa tourelle d'angle (voir repère 11).

   Bien que consolidés, les murs du château semblent avoir gardé leur force médiévale, et c'est un plaisir de longer à pieds la courtine externe.

   Au bout (voir repère 2), une magnifique tour ronde (en ruine, certes, mais n'est elle pas belle ?) me prouve que ce château a fait évoluer ses défenses au 15ème siècle avec l'invention des armes à feu. A l'intérieur, des ouvertures pour de puissants canons m'informent que ce château a du aussi être modifié au 16ème siècle.

 

 

   L'intérieur :

       La première chose que l'on remarque est la double enceinte et l'épaisseur des murs. Ont ils été consolidés pour résister aux tirs des canons ennemis ?

   Les courtines de cette enceinte comportent des bouches à feu assez classiques à faible embrasement. Curieusement, je ne vois aucune archère; Je fais le tour, j'observe chaque recoin, je me mets en équilibre sur un pieds, je débroussaille un peu... Rien !

   Ce château a t il été construit au 15ème siècle en ignorant l'architecture de défense médiévale des siècles passés ?

Dans ce cas, pourquoi y a-t-il des tours carrées, forme abandonnée à partir du 13ème siècle ?...... Mystère !

 

    Mais un château fort, ce n'est pas que des systèmes de défense, ce sont des salles d'habitation. La faible hauteur des murs, le "bétonnage" de consolidation, l'absence de décors ne facilitent pas la compréhension de la fonction des pièces. Mais est ce important ?

   Avec un peu d'attention, il est possible de distinguer un puits ou une citerne {impossible de le définir avec précision car il (elle) est bouché(e)}. Puis, un bâtiment composé de 2 pièces séparées par un mur peu épais. Chaque salle est desservie par un escalier d'origine renaissance (je le suppose).

   Un peu plus loin, un réservoir comporte 2 trous asymétriques. Etait ce une sorte d'arrosoir pour le jardin médiéval, ou...... (les suppositions sont nombreuses).

 

 
Histoire du château :

  Je n'ai hélas pas d'information sur cette fascinante ruine.

  • * Vers le ??ème siècle, une fortification est construite.
  • * A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde du château est créée.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis le sentier est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible en dehors des travaux de consolidation et des campagnes de fouilles. 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Luxembourg médiéval
commenter cet article
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 09:30

 

 

Pays :

ESPAGNE
 
 
Région :
ANDALOUSIE  
       
 

  Si vous ne l'avez pas encore lu, je vous propose :

 * De déguster la 1ère partie de ma découverte du château :  l'approche.
 * Puis la 2ème partie : Le donjon.

 

 

Description du château (suite) :

 

     L'intérieur du donjon :

Découverte de la salle basse
    En entrant, je m'attends à voir une salle sans décor, sans folie architecturale, et même une salle borgne avec un trou au plafond (car souvenez vous, j''étais certain que l'entrée principale du donjon était à 5 mètres du sol) permettant le stockage de nourriture.

   Sachant que ce château Andalou me surprend depuis le début, je ne m'étonne pas de voir sur le mur, une fente apportant un éclairage minimal. Souvenez vous, je l'avais pris pour une archère droite à l'extérieur !... pfff, mauvais je suis.

--> 10ème mystère :  Évidemment, cette fente, n'est ni une archère (car trop haute), ni un puits de lumière (dont voici un exemple au château de Guédelon), c'est... heu...encore un mystère.

 

Quelle "surprenante surprise"

 

  En me retournant, je vois.... Incroyable..... Je vois un mur avec d'innombrable détails architecturaux (Mais quelle erreur d'avoir cru que cette salle était un garde manger !).

   Cette curiosité est composée d'un "trou" (sur la droite) et d'une arche (sur la gauche) devant servir à soutenir "le trou".

    Le "trou" (sur la droite) est en réalité un escalier en pierre aboutissant à l'étage avec une fente faisant office de puits de lumière et d'archère. Vous la connaissez, elle est en haut à gauche sur la façade à l'ombre.


    L'escalier étant écroulé (voir image ci-contre), point monté je peux. Je rêve de longues minutes en observant chaque pierre quand soudain, mes yeux se lèvent et je découvre.... Un étage divin (j'exagère un peu, mais comprenez moi, je suis dans mon rêve).

 

 

L'étage

    A travers le plafond écroulé, je peux voir l'étage d'habitation et en particulier le vestige d'un encadrement de porte. Puis, sur la gauche dans l'épaisseur du mur, le linteau d'une fenêtre ou plutôt de l'archère Ouest. Lumière et sécurité sont les symboles de ce donjon.

   Rassasier de beautés primitives de pierre, je me dirige vers la sortie quand un détail attire mon regard de chasseur de castellologue. Qu'est ce  ?

 

La fente dans le mur

       Cette fente dans le mur ne semble pas avoir été creusée récemment, mais quelle est sa fonction ?

   Elle monte et traverse le toit pour aboutir dans la salle supérieure. Dans une trouée, je constate que la fente comporte un tuyau

--> 11ème mystère :  Est ce le vestige d'un gouttière de récupération des eaux de pluie ?... Dans ce cas où se trouve la citerne ?...   Si elle est sous mes pieds, comment les Maures accédaient à cette réserve ?

 

  * Un visiteur suggère que ceci est un "porte-voix" entre la salle de garde (par exemple) et le guetteur. Astuce d'architecture que j'ai aussi déjà vu dans un autre château.

Un autre pense à un système de "tringlerie" entre l'étage et une porte ou une trappe. Probable car les systèmes de défense au moyen âge étaient multiples avec de nombreux pièges contre les intrus.
Merci à vous pour vos intelligentes suggestions.
 

     Avec tant de questions, je décide de prendre un bain de soleil "rafraîchissant". 

 

    La vue :

  Le panorama est l'une des richesses des ruines médiévales. L'ancien château de Lopera offre une vue incroyable. Je vous laisse ici devant les beautés Andalouses et je vais rêver seul aux mystères de cette beauté !

 

Histoire du château :

    Je n'ai aucune information historique sur ce château.

* Au 12ème siècle (?), probable construction du donjon.
* Au 21ème siècle, la visite est gratuite mais il est important de demander l'autorisation au propriétaire.
Attention : La tour est dangereuse avec des murs qui vont prochainement s'effondrer. Veuillez éviter d'être nombreux et d'amener des enfants.

 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 07:30

 

 

Pays :

ESPAGNE
 
 
Région :
ANDALOUSIE  
       
    Pour mieux comprendre cette 2ème étape de la découverte du château de Lopera, je vous propose de déguster la 1ère partie. L'approche est un élément essentiel pour ressentir une ruine, la visite ci-dessous est un complément puis l'apothéose.  

 

Description du château (suite) :

 

   L'extérieur du donjon :

Le plaisir simple
    Quelle chance a cette tour d'avoir traversé le temps, et quel bonheur de me retrouver à ses pieds. En mettant un genou à terre comme un chevalier déclarant sa flamme je pensais :

   * "Serais je le Roméo de cette tour et me donnera t elle tout ?"

Et je l'imagine déjà me répondre : 

  * Chevalier, quand je t'aurais tout montré tu partiras comme les autres (hommes) .

   * "Non" lui  dis je "tu seras là éternellement"... (quel menteur je suis... Simple homme serais je ?).

 

1ers indices

   En totale contradiction avec ses remparts, je suis surpris de la finition du parement d'angle, de l'alignement des pierre des murs et de la finesse des joints. Avec sa qualité de construction et ses dimensions imposantes, ce donjon n'était pas une simple tour de garde pour soldats, il a dû être la résidence d'un seigneur.

     Avec sa forme carrée, j'ose dater ce donjon du 12ème siècle. J'ai hésité avec le 11ème, mais avec son archère droite (incompatible avec le onzième) 12ème siècle semble évident.

--> 6ème mystère :  : Mais... Il y a toujours un "Mais" en architecture.... Cette région a été habitée à partir du 8ème siècle jusqu'au 15ème par les Maures. Ils possédaient des connaissances en architecture bien supérieures à celles de leurs contemporains de France. Mes convictions de datation sont remises en cause.

 

 

Les ouvertures du donjon

    En prenant un peu de recul, je constate que ce donjon ne comporte que de petites archères droites sur 3 cotés

--> 7ème mystère :  Pourquoi n'a t il pas pas évolué au 15ème siècle avec des bouches à feu et des arquebusières (voir vocabulaire) ?

 

     Sur une face, il y a 2 grandes ouvertures.  Celle du haut me semble être la classique porte d'accès médiévale.

--> 8ème mystère :  Pourquoi n'y a t il pas de trou de boulin (voir vocabulaire) pour soutenir une passerelle en bois ?... Montait on directement par une échelle en bois ?

 

   Celle du bas doit être une ouverte récente servant à l'entrée des animaux de la ferme (Il y a de nombreuses bouses et crottes d'animaux connues....  J'ai un e car ce sont les bouses et crottes qui me sont connues).

     Alors que j'étais sûr de mes affirmations (Une tour médiévale dans l'Aude ressemblait à celle-ci  - voir cet article) un détail vient troubler mes certitudes . Ce "petit" détail est le linteau de l'ouverture basse. Il ressemble à celui de la poterne. Sa datation ne semble pas contestable.

--> 9ème mystère : Pourquoi les Maures auraient construit au moyen âge une porte basse dans un donjon ?... Je ne connais pas d'exemple dans la France médiévale.

 

     L'intérieur du donjon :

  Je tente de franchir le seuil quand je suis arrêté par une caractéristique architecturale : Un trou ayant dû recevoir une poutre en bois.

   Il ne me semble pas avoir été percé après la construction du donjon. Ce trou serait la preuve que les Maures avaient aménagé une porte d'accès en partie basse.

Incroyable !

  Presque religieusement, j'entre dans le donjon et là.

Le choc !

 

Les entrailles de ce donjon sont réellement passionnantes.

Je vous propose de les découvrir  dans cet article.

 

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 07:30
      En Corrèze,  près du château féodal de Ségur, coule un petit ruisseau qui fut l'objet d'une aventure peu commune. Evidemment, le bouche à oreille et les veillées transformèrent ce récit en légende. Curieusement elle se nomme :   

 

 

Les Prés Messieurs de Ségur

 

 

   "Il était une fois une belle jeune femme qui venait passer les mois d'été dans ce lieu de calme qu'est Ségur en Corrèze. Evidemment, une belle femme seule et libre de ses mouvements ne pouvait paraître que suspecte.

 Certains disaient :

     - " Cette femme sort aussi (et surtout ?) les nuits de pleine lune "

 

 D'autres surenchérissaient en affirmant :

     - " Cette femme est en réalité.....une sorcière ! "

 

 Et les plus hypocrites chuchotaient en faisant le signe de croix :

     - " Cette sorcière a fait un pacte avec le Démon ".

 

    La chose la plus curieuse était que cette sorcière était belle...... mais vraiment belle, sans verrue sur le nez, sans habit noir, sans chevelure foncée et mal coiffée.

Comme les femmes sont changeantes !Belle et jeune !

  Cela prouvait bien qu'elle avait vendu son âme au Diable !.. (est ce vrai mesdames ?)

    Autre curiosité, une sorcière ne se lave pas, c'est bien connu, alors que notre beauté allait se baigner dans la rivière, évidemment uniquement les soirs de pleine lune (sinon, elle ne serait pas mystérieuse cette jouvencelle, et point de légende j'écrirais ).

 

  

  Admirez mes petites gambettes au soleil.... mais de loin !  Hors, une nuit de pleine lune (dans les légendes, c'est toujours la pleine lune), deux jeunes chevaliers récemment sacrés,  voulurent se rendre compte des faits et faire taire les ragots.  Près de la rivière, Ils s'approchèrent  et furent surpris par la beauté de la baigneuse. (j'espère que vous avez compris maintenant qu'elle est belle....... non pas ma légende mais mon héroïne).

 

     Mais hommes ils étaient plus que chevalier (contrairement à moi), et voulurent taquiner la belle en prenant ses vêtements abandonnés sur la berge (ha, les hommes, toujours à embêter les damoiselles !   1000 ans plus tard, ils n'ont pas évolué ).

    Ils pensaient que la belle n'oserait pas repartir toute nue et qu'elle viendrait réclamer ses beaux habits. Les jeunes chevaliers avaient l'intention de négocier la rupture de son pacte avec le diable   (et peut être quémander une bise , mais la légende ne le dit pas).

 

Quand la belle s'aperçut de la disparition de ses vêtements, on prétend que ......... tous les chiens des environs se mirent à hurler à la lune . Il s'en suivit un énorme grondement qui réveilla tous les habitants du village et des alentours.

 


Le lendemain matin, au bord du ruisseau, un fermier qui emmenait ses vaches découvrit,  les corps foudroyés des deux jeunes chevaliers. " Moralité : Soyez toujours galant avec une femme, sinon......

 

 

 

   C'est depuis ce jour là que les prés qui longent ce ruisseau se nomment :

 

 

Les Prés Messieurs.

 

 

  Vers menu
Contes
 et
Légendes

<---  clic

 

 

Repost 0
Published by le chevalier Dauphinois - dans Contes et Légendes
commenter cet article
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 07:30

 

Département :    03 - Allier

Le bourg :
   Les barrières m'interdisent d'entrer pour déguster ce donjonSituation   (--> le voir sur une carte)
     Le château de Gayette est proche du petit bourg de Varennes sur Allier. Il est situé à 11km à l'Est de Saint Pourçain sur Sioule et à 25km au Nord de Vichy.

   Coordonnées du château :

46° 19' 10.492" N 3° 25' 44.749" E
 46.319581°  3.429097°


Le château:
     L'extérieur :
Que reste t il du château ?
    En arrivant devant les grilles sur l'emplacement de l'ancien château de Gayette, je comprends que la découverte sera "minimale".

   Les remparts, le fossé (peut être étaient ce des douves puisqu'il y a un petit lac derrière) ainsi que les tours d'angles ont disparu.

Mais il reste une magnifique beauté !


Le donjon
   Au milieu de la cours trône fièrement un imposant donjon. C'est une tour quadrangulaire d'environ 30m de haut. Sur les 2 cotés les plus larges, des tours carrés ont été greffées.
    Le donjon ayant été modifié durant les siècles, je ne constate sur la partie basse (les 3 premiers étages) aucune ouverture de tir, ni emplacement d'une porte haute. Mais la partie supérieure est caractéristique des défenses médiévales : Mâchicoulis, archère, arquebusières etc.... (voir glossaire).

 

       L'intérieur :
    Le bâtiment est une propriété privée, la visite est donc interdite.

 

 

Histoire du château :

* Au début du 15ème siècle, les frères Nesmond font construire un château.
* Au cours du 15ème siècle, le seigneur Nesmond prend le nom de Gayette.
* En 1490, François de Boucet, en épousant Magdelaine de Gayette, devient le propriétaire du château.
* En 1523, Charles III d Bourbon passe quelques jours au château.
* Durant 1 siècle, de nombreux propriétaire habitent le château.
* En 1663 la famille Pingre de Farinvillier achète le château.
* En 1695, les descendants des Farinviller donne le château à l'Ordre de la Charité de Saint Jean de Dieu.
* Durant 1 siècle, ces religieux accueillent et soignent dans des salles du château.
* Vers 1792, les révolutionnaires s'emparent du domaine et le donnent aux Soeurs de Saint Vincent de Paul.
* Au 18ème siècle, les vieux bâtiments sont démolis (?) et des construction plus "modernes" entourent le donjon.
* Au 19ème siècle, de nouveaux bâtiments sont construits à la demande des soeurs.
* Au 20ème siècle, le site devient une maison de retraite.
* En 1925, le donjon est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre à l'extérieur. Le donjon et les bâtiments annexes sont une propriété privée non visitable.

 

Quelle défense !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 03 Vers Menu châteaux de l'Allier
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Bourbonnais : 03
commenter cet article
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 07:30

 

Département :   77 - SEINE et MARNE


Le château :
     Situation :    (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Guignes est situé à 14km au Nord-Est de Melun et à 40km au Nord-Ouest de la cité médiévale de Provins.
   Coordonnées du bourg :

48° 38′ 11.04″ N 2° 47′ 58.92″ E
 48.6364°  2.7997°


Le château :   
       L'extérieur :
Comment ai je trouvé ce château ? 

Le hasard !

   J'ai honte de le dire, moi qui prépare si méticuleusement mes croisades vers les châteaux forts, mais c'est un embouteillage qui m'a fait tourner la tête pour découvrir ceci.  J'ai donc eu beaucoup de chance et non la guigne .

L'analyse
    Ce n'est pas parce que cette construction comporte des tours rondes que son origine est médiévale. Je sors ma loupe de détective (et aussi mon parapluie).
   L'entrée de forme rectiligne et carrée semble récente. Il y a bien au dessus une trace d'arc en plein cintre, mais elle ne me convint pas. Peut être que la tour ronde au fond sera l'élément déclenchant ?


   Les murs semblent épais, des mâchicoulis sur consoles (voir vocabulaire) sont peut être la preuve que je cherche (bien que durant plusieurs siècles les architectes ont utilisé ce moyen de défense). mais j'ai un doute.
   Les fentes verticales sont trop nombreuses et trop rapprochées. Ce dense système architecturale de défense est très rare (même inexistant) au moyen âge.

Est ce une tour modifiée au 17ème ?

 

   Je suis dubitatif. Et.... C'est toujours dans les moments de doute que ma chance revient.

 Regardez, "l'espoir médiéval" est sur cette façade.
 

    Bien que défigurée par une fenêtre avec volet métallique et modifiée par un "rebouchage fenestral", l'ancienne porte médiévale avec pont levis est devant moi. Certes, le pont a disparu et seules les ouvertures pour les flèches (voir vocabulaire) sont visibles. Mais comme moi sentez vous le vent du moyen âge ?


        L'intérieur :
    Ce château est une exploitation agricole non visitable. L'intérieur ne comporte pas (ou peu) de détail significatif d'un château fort.
 

Histoire du château :

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est libre et gratuite. Le château est une propriété privée non visitable.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 77 Vers Menu châteaux de Seine et Marne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Champagne : 08 10 51 52 77
commenter cet article
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 07:30
La rubrique CINEMA regroupe les films ayant pour thème Le Moyen Age ou ayant comme cadre (même partiellement) un château médiéval.



  Affiche du film : La grande illusion
Année 1937
Réalisateur Jean Renoir

 

  Acteurs   Rôles
 Jean Gabin
 Lieutenant Maréchal
 Pierre Fresnay
 Capitaine De Boeldieu                                           
 Erich Von Stroheim  Von Rauffenstein                        
 Dita Parlo
 Elsa
 Marcel Dalio  Lieutenant Rosenthal


 

 
  Présentation du film
 
   « Pendant la Première Guerre Mondiale, le capitaine Boeldieu et le lieutenant Maréchal sont faits prisonniers au camp de Hallbach.
   Ils font connaissance avec leurs "compagnons de chambrée". Il y a :
        * Rosenthal - un bourgeois parisien,
        * Cartier - un acteur,
        *  ......
   Ensemble, ils imaginent une possible évasion et décident de tout mettre en oeuvre pour creuser un souterrain. Après de nombreux mois, le tunnel est presque percé quand ils apprennent leur prochain transfert dans un autre camp...
. »
 
 
 
  Ce que j'en pense
 
    Ce n'est évidemment pas un film récent et comme souvent avec Jean Renoir, les rapports humains l'emportent sur l'action. La psychologie des personnages d'origine sociale différente est le fondement de ce chef d'oeuvre.
   La distinction de l'ancienne noblesse avec le sens de l'honneur aiguisé  face  à la familiarité et la débrouille des "gens du peuple" en font un film "comme on en fait plus".



Où est le Moyen Age ?

   Le Moyen âge n'est pas présent dans le scénario évidemment. C'est le château du Haut Koenigsbourg dans le Bas Rhin qui est le lieu de tournage pour de nombreuses scènes.

                       Ce château est il médiéval ?

    Les puristes le trouvent trop reconstruit et peu fidèle à son plan d'origine, mais d'autres sont heureux de voir un "vrai" château et non une ruine (comme je vous en montre si souvent).
      Si vous savez rêver (les yeux ouverts car il y a des marches ), si vous savez voir au delà d'un mur trop propre, ce château est magnifique (malgré ses petites erreurs architecturales).


  Vers menu
cinéma
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Films : Châteaux forts et Moyen Age
commenter cet article