Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 07:30

 

Département 73 - Savoie

Le bourg :
   Situation :   (--> le voir sur une carte)
      Le petit bourg de Beaufort est situé à 20km au Nord-Est d'Albertville. Il est connu pour son merveilleux fromage, mais pour moi, c'est un site comportant 3 "châteaux" médiévaux.

Le château : 

       L'extérieur :

Je cherche un château

     Après avoir visité sur les hauteurs la romantique ruine du château des "Vanches", je me dirige vers le départ d'un sentier au Sud-Ouest du centre bourg, sur la rive gauche de la petite rivière nommée : Argentine.
 
L'approche
    Un panneau m'informe que je ne vais pas découvrir un incroyable château mais une magnifique ruine nommée parfois : La Grande Salle.

 

Il est là

   Le petit bois est si joli en cet automne que j'en oublirais la raison de ma promenade. Quand soudain, une ombre apparaît au loin !
    Ne me dites pas que vos yeux ne la distinguent pas

Regardez mieux ici

   Malgré la végétation, je distingue une bâtisse carré de 15m de coté à laquelle est adossée une tour ruinée de plus de 10m de haut et de 5m de large dont le parement d'angle est peu soigné.

 

        L'intérieur :

Avertissement

    Je vous déconseille de faire comme moi, c'est à dire : Entrer dans cette ruine.
  Ce château est si ruiné, avec des pierres mouvantes au sol et des murs si fragiles qu'un accident peut arriver. A moins que vous vous munissiez de la tenue idéale.

  
Rapide analyse
    Ce lieu étant abandonné des hommes, les arbres ont repris leur droit (de pousser dans une forêt). Pourtant ces vieux murs révèlent de nombreux indices :
   - Des murs épais percées de petites fenêtres,
   - Des pièces de vie avec des cheminées,
   - Dans la salle à l'étage, une fenêtre à unique coussiège (voir vocabulaire).

 

 

Histoire du château :

* En 1277, Pierre de Beaufort vend les parts du château des "Vanches" à Béatrix de Vienne.
* En 1282, les enfants de Pierre de Beaufort obtiennent l'autorisation de construire un château proche de la vallée. Il se nommera La Sallaz.
* En 1401, le Duc de Savoie (voir la liste) récupère le site de Beaufort à Odon de Thoire-Villars.
* En 1474, le Duc de Savoie donne le château de La Sallaz à Jean de Beaufort.
* En 1939, le château appartient à M° Joly.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est très dangereuse. A éviter si vous n'êtes pas un fou-passionné comme moi.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 73 Vers Menu châteaux de Savoie
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 07:30


Département 49 - Maine et Loire

Le hameau :
   Situation :   (--> le voir sur une carte)
      L'incroyable château de "Le Plessis Bourré" n'est pas sur la route traditionnelle des châteaux de la Loire, il est situé à 3km au Sud-Est du petit bourg nommé Ecuillé et à 16km au Nord d'Angers.

    Coordonnées du château :

47° 36′ 3″ N 0° 32′ 40″ W
 47.600833°  -0.544444°


Le château:

     L'extérieur :

La découverte

    Bien que ce château me soit connu par quelques articles lus en préparation de mes vacances, je suis  en admiration par cet élégant bâtiment qui m'attend.
    La blancheur de sa pierre se fondant dans le bleu du ciel et contrastant avec les ardoises des toits me transportent au 15ème siècle.
   Je vous avais déjà montré le magnifique château (en ruine certes) du Duc de Berry déjà novateur pour l'époque (début 15ème). Celui de Le Plessis Bourré l'est tout antan. Cette construction est souvent nommée : Château de transition (entre moyen âge et renaissance bien sur).
 
Courtines et tours
    Avec son puissant donjon coiffé, cette tour est bien une construction médiévale. Elle est défendue par les classiques chemin de ronde, fentes de tir et mâchicoulis (voir vocabulaire). Pourtant en prenant un peu de recul je suis surpris par l'élégance de l'ensemble et surtout par l'asymétrie des hauteurs des murs. Surprenant pour une construction du moyen âge.

Doutez vous que cette construction soit médiévale ?

 

Un véritable château médiéval

   Regardez ce plan simplifié : Base "carrée" (60m x 68m) avec 4 tours d'angle dont 1 donjon, puis un châtelet d'entrée, le tout entouré de douves très larges (40m).
   Dans l'autre angle, une tour ronde moins imposante que le donjon mais tout aussi défensive jouxte une belle ouverture. C'est la magnifique fenêtre gothique de la chapelle Sainte Anne.

Les défenses
  Comme moi, êtes vous surpris par le manque de bouche à feu pour un château du 15ème siècle ?

Comment l'architecte a t il résolu la contradiction entre fenêtres de confort, beauté et efficacité défensive ?

   Tour simplement en ajoutant autour du château des terrasses pouvant recevoir les canons. De plus, en étant au niveau des attaquants, le boulet avait plus d'efficacité destructrice. Cette perspective vous ferra mieux comprendre cette idée simple et pourtant extrêmement novatrice pour un château médiéval !
 
La façade Nord
     Cette face à l'ombre est l'entrée du château fort. Evidemment, comme c'est le point le plus faible d'une fortification, l'entrée est renforcée par un imposant châtelet avec les classiques mâchicoulis, fentes de tir, pont levis et herse.
   Il est précédé par un long pont étroit et sans muret latéral laissant l'attaquant à découvert sous le feu des 2 tours. 

Le châtelet
    Mon graal est là, au bout de ce pont de 43m, sobre et magnifique.
  C'est la 1ère fois que je vous montre une entrée avec un pont-levis entier (il est vrai que je suis plutôt le chevalier des ruines  ).

Mais celle-ci a 2 particularités :
  * Elle comporte 2 ponts levis, un pour les piétons et un pour les chevaux et carrosses (ce n'est pas unique mais peu de châteaux possède cette caractéristique).
  * Mais surtout, ces ponts sont encore fonctionnels, ils peuvent se lever avec la force d'un seul homme. C'est le principe du contrepoids. Regardez le pont piétaille durant sa manoeuvre.

       L'intérieur :

Description sans photo

   Le château étant privé, il est interdit de réaliser des photos de l'intérieur, mais ce n'est pas important, car le souvenir est impérissable. Je vous le narre :
      Les salles sont si belles, si variées, si empreintes de vie que mes yeux s'en souviennent encore.
   Découvrir la chambre Renaissance avec ses hautes niches voûtées plein cintre, l'imposante salle du parlement avec la cuisine adjacente, le vestibule d'honneur, le grand salon avec ses scènes champêtres....
   Et il y a surtout la salle de garde (qui porte mal son nom tant elle est parfaite pour un logis) avec cet étonnant plafond de bois aux compartiments moulurés ornés de scènes incroyables et mystérieuses.
   Certains croient voir des références à la Rome et Grèce antique, d'autres plus mystiques affirment qu'il s'agit du secret de la pierre philosophale.
   Comme j'aurais aimé passer 1 journée (et même plus) à ne regarder que cette salle. Mais le guide nous emporte dans la chapelle Sainte Anne, terminus de la visite.

C'est déjà fini !

   Avant de vous quittez, je vous offre la vue cavalière du domaine faite au 15ème siècle par Gaugnières.


Histoire du château :

* En 1373, un bâtiment est cité en ce lieu se nommant : Le Plessis le Vent.
* En 1462, Jean Bourré "ami et conseiller" du roi Louis XI (voir liste des rois) achète les terres et le manoir de Le Plessis le Vent.
* Entre 1468 et 1472, l'ancien manoir est rasé et un nouveau est reconstruit. Jean de Bourré donne à cet incroyable château le nom de : Le Plessis Bourré.
* En 1562, les Huguenots s'emparent du château d'Anger. Le château de Plessis Bourré est armé par protection, mais il ne subit pas d'attaque.
* En 1593, Du Boullay, capitaine en charge de la garde du château, livre sans se battre la forteresse aux Huguenots.
* En 1594, le sieur Levroux de Courans entre par ruse avec 60 hommes (?) et s'empare du château. Le Plessis Bourré eut la chance de n'avoir "jamais" été attaqué directement avec armes à feu. C'est le secret de sa survivance.
* En 1723, Marie Urbain du Plessis meurt sans héritier. Elle aurait pu être oublié de l'histoire mais une de ses décisions fait notre bonheur. Trouvant les peintures du plafond de la salle de garde (qui avait été transformé en salle de vie) trop grivoises, elle le fit couvrir. Cela nous permet de les admirer aujourd'hui malgré tous les ravages de nos révolutions et guerres
* En 1751, Le Plessis Bourré est vendu à la famille Ruillé.
* A la fin du 18ème siècle, le château appartient au maréchal Soult, de l'armée Napoléonienne.
* Après 1851, de nombreux travaux de restauration sont entrepris.
* En 1931, le château est classé aux Monuments Historiques.
* En 1969, Jacques Demis tourne plusieurs scènes de son film Peau d'Ane avec Catherine Deneuve, Delphine Sérig et Jean Marais.
* Au 20ème siècle, les propriétaires entretiennent magnifiquement le château et achètent des meubles donnant vie aux pièces de cette merveille fortifiée.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est guidée et payante. Les photos sont interdites mais vous pourrez garder un souvenir avec les nombreuses cartes postales.

 

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 49 Vers Menu châteaux du Maine et Loire
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Anjou : 49 53 72
commenter cet article
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 07:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg fortifié :

La tour, prend garde... J'arrive !    Situation :    (--> le voir sur une carte)

       Hostalric est un bourg situé à 31km au Sud-Ouest de Girona et à 50km au Nord-Est de Barcelone.

  Coordonnées du bourg :

41° 44' 43.854" N
2° 38' 6.133" N
 41.745515°
 2.635037°

 

Description du bourg fortifié :

    L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

   Un prospectus m'informe que proche de mon hostellerie, il y a un bourg fortifié.

  Vous connaissez mon imagination fertile, j'ai de suite pensé que j'allais visiter Carcassonne ou Montblanc en Catalogne.  

 

La découverte

     Posé sur une petite colline volcanique, le bourg semble peu fortifié depuis la plaça dels Bous (ce nom se traduit par "place des boeufs" : Ancienne place du marché aux animaux). Je ne vois qu'une simple tour accrochée à un bâtiment "moderne". Toutes ses fenêtres ne me donnent pas le rêve médiéval. Mais c'est toujours quand je doute que des détails apparaissent, comme par exemple cette canonnière.

  J'ai envie de visiter la cité.

Me suivez vous ?

 

   L'intérieur :

Une tour

     Rapidement je suis dans l'ambiance. En traversant une ruelle ombragée je découvre une poterne (voir vocabulaire), mais surtout une puissante tour.
  Cette construction du 13ème siècle est nommée : Ararà. Elle mesure 22m de haut et comporte un escalier intérieur (inaccessible le jour de ma visite).
    La couleur noire de la pierre est due à la roche volcanique.

Ne vous fait elle pas penser aux châteaux d'Auvergne comme celui-ci.

 

Les pierres

   Cette roche sombre étant dure et difficilement taillable, une autre pierre (que je n'ai pas identifiée) blanche a été utilisée pour les décorations ou les architectures arrondies comme les mâchicoulis.
    Grâce à un escalier moderne en fer, il est possible de marcher sur le chemin de ronde et de s'imaginer guetteur il y a 6 siècles.

Après avoir rêver, je me dois de vous faire découvrir le château.


Le château (--> le voir sur une image satellite) 
    L'extérieur :

Coordonnées du château

41° 44' 39.919" N 2° 38' 0.341" E
 41.744422°  2.633428°


Je me hisse vers le château

   Evidemment comme pour beaucoup de constructions fortifiées médiévales, il faut monter pour découvrir les vestiges. Et comme souvent, le château et ses remparts ont servi de carrières de pierres, ce sont donc des tours arasées qui me content l'histoire de cette ruine.

Vous ne me croyez pas ?

 Il est évidemment que les vieilles pierres parlent. Ecoutez les !

 

Les défenses du château

   Regardez cette disposition des bâtiments. Il est facile de distinguer les différents remparts, les tours de défense, la porte d'accès, la basse cour, les.....  Il est vrai que j'ai beaucoup d'imagination.

Est ce que j'arrive à vous l'insuffler ?

   Au sommet de la butte, il est possible de contempler les montagnes environnantes puis de regarder de haut la petite église romane et les fortifications Sud.

     L'intérieur :
     Le château et ses dépendances sont devenus des restaurants. Il est donc impossible de les visiter. Je me console en admirant la vue sur le bourg, la vallée et la rivière Tordera.

 

 

Histoire du bourg et du château :

* En 1145, une fortification est citée dans un texte.
* Au 13ème siècle, construction d'une tour nommée aujourd'hui : "Tour des Frères".
* En 1610, construction du couvent des Frères de Saint Vincent de Paul.
* Au 18ème siècle, reconstruction du château.
* Au 20ème siècle, une campagne de consolidation est menée.
* En 1963, Hostalric est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine et des remparts est libre et gratuite. Des visites guidées du site sont parfois organisées ainsi que des animations. Le risque de recevoir une pierre est faible. 

 

La vue sur le bourg et la vallée est un vrai bonheur !

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 07:30


Département 57 - Moselle

Le bourg :
   Situation :    (--> la voir sur une carte)
      La ville de Metz est située à 50km au Nord de Nancy et à 40km au Sud de la frontière du Grand Duché du Luxembourg.

    Coordonnées de la Porte :

49° 7′ 4.44″ N 6° 11′ 7.8″ E
 49.1179°  6.1855°


   Origine du nom :   (Toponymie)
       La Lorraine a été très souvent source de conflits entre la France et l'Allemagne, il aurait été logique de penser que la construction de cette fortification nommée "Les Allemands" était due aux habitants d'outre Rhin, donnant ainsi le nom. Il n'en est rien.
    Ce nom rapelle l'hôpital voisin fondé au 13ème siècle par les chevaliers Teutoniques (un ordre Militaire-Religieux - voir livre explicatif).

 
La fortification : 

 
    Je ne suis pas un scribe fidèle pour décrire les beautés des villes (voir un autre exemple).Je préfère plus les merveilles ruinées solitaires que les monuments consolidés des cités. Mais j'ai vécu un moment magique dans cette ville que je souhaite vous faire partager.
 


 L'approche
     Après avoir visité de nombreux châteaux au Luxembourg, je décide de faire une halte sur la route du retour vers mon Dauphiné.  Deux Raisons au choix de Metz :
       1 - Quelques victuailles à acheter,
        2 - Un bouquiniste rue des Allemands à visiter.
   Je n'avais pas prévu de découverte castrale dans cette capitale, car pour moi Metz ressemblait plus à une ville fortifiée non médiévale.  Je laisse mon destrier un peu au Nord et je marche dans l'herbe d'un parc quand soudain.... une marque sur le sol.

   Ai je bien vu ?    Est ce une gravure de château ?

    Je décide de suivre cette trace.

L'enquête
    Mon instinct de chasseur ne m'a pas trahi. Devant moi apparaît un long rempart avec des tours flanques très reconstruites. Certaines sont rondes et d'autres ressemblent plus à un bastion du 16-17ème siècle. Ces bouches à feu confirment mes doutes.
   Quelques minutes plus tard, une  belle tour à canon joue avec les hauts arbres. Cette beauté castrale du 14ème siècle est nommée : Tour des Esprits. J'inspecte l'intérieur pour constater qu'il n'y en a plus .
     Heureux de cette découverte, je patiente devant la rivière en attendant l'heure d'ouverture de la librairie, quand soudain..... un reflet attire mon attention.

Comme c'est beau !
     Mais comment ai je pu ne pas voir cette incroyable porte fortifiée !

Quelle dualité dans cette architecture !

   Avez vous remarqué la différence de construction et d'époque entre ces 2 ensembles ?

Tours coté ville
   A gauche, les 2 hautes tours hémicylindriques coiffées de poivrières datent du 13ème siècle.
   L'absence de créneau, mâchicoulis, corbeau pour des hourds (voir glossaire) est surprenante.
   Aucune archère est visible, elles ont été remplacées par des bouches à feu et  des ouvertures pour canon.
 
Tours coté "campagne"
   Sur la droite, c'est la puissance qui prédomine face à ces 2 grosses tours circulaires. Bien que restaurées, il est possible d'affirmer que ces tours crénelées ont une architecture de la fin du 15ème siècle. Ce qui fascinant, ce sont les 3 étages bien distincts de défense avec embrasures. Autre détail : Ces tours plongent dans la rivière.

Le "pont"
     Ces tours sont "séparées" par 2 siècles mais aussi par une rivière nommée : La Seille.
  Un pont à arche unique en arc brisé l'enjambe. Il n'est pas banal, car il possède des bretèches ainsi que des bouches à feu. A l'intérieur, je vois une galerie.  Fébrile, je vais entrer par la porte la plus "jeune".
 
L'intérieur
   Hélas, les tours ne se visitent pas et les salles sous les arcades sont interdites au public. Qu'importe, le plaisir de marcher dans ce lieu médiéval est unique.
   Avant de partir chez le libraire, je jette un denier regard vers cette merveille que même Vauban n'a pas osé détruire lors des fortifications de la ville.


Histoire de la fortification :
    L'histoire de la porte des Allemands est étroitement liée à celle de la ville de Metz. Elle est si riche qu'il m'est impossible de n'y consacrer qu'un petit article. Je ne vais faire qu'une approche rapide.

* En 1230, une porte fortifiée est construite au bord de la rivière Seille.
* Vers 1445, de l'autre coté de la rivière un châtelet protégé par 2 tours ronde est construit.
* En 1480, création d'un pont habitable entre les 2 portes fortifiées.
* En 1860, des restaurations sont entreprises sur ces ouvrages.
* En 1944, destruction inutile des fortifications.
* En 1961, une campagne de reconstruction est commencée.
* En 1966, classement de la porte aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite.

 

Veuillez regarder le site d'un passionné de sa région montrant autrement la porte.

 

  Vers Menu châteaux de Moselle
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 07:30


Département 85 - Vendée

Le bourg :
   Situation :   (--> le voir sur une carte)
    Le bourg de Pouzauges est situé à 55km au Sud de Cholet, à 50km au Nord-Est de La Roche sur Yon et à 15km au Sud-Est du très connu château du Puy du Fou.

  Coordonnées du château :

46° 47′ 7″ N 0° 50′ 23″ W
 46.785278°  -0.839722°


Le château :

    L'extérieur :

L'approche

     Au moyen âge, la ville de Pouzauges était entourée de remparts. Mais ce n'est pas ces fantômes invisibles qui m'intéressent, c'est le vestige sur la colline surplombant le bourg.
     Une petite marche dans la rue du "vieux château" (oui, elle existe) puis en tirant un peu au Nord-Ouest, dans la rue des murailles (humm, cela sent bon le moyen âge). Cette rue étant éloignée de la colline, je suppose qu'une grande enceinte (2ème ouvrage de défense) entourait château et maisons.
     Et me voilà enfin devant les restes du château de Pouzauge.


 Découverte du rempart

    Première remarque, les murs sont peu élevés et la présence d'une tour carrée avec une petite archère m'indique une construction du 12ème siècle.
       Mais je pressens la force et l'intelligence de construction. Plus loin dans l'angle c'est une tour ronde qui défendait les courtines.

 

Quel fascinant rempart !
      La face Sud-Ouest est impressionnante :

   * D'abord par sa longueur,

   * Puis par le nombre important de tours flanques.

 En m'arrêtant devant chaque pierre, j'ai mis 1 heure (j'exagère un tout petit peu) pour découvrir ce coté du rempart. Puis au bout...

 

Suis je au bout de mes surprises ?

 ... Une beauté de pierres me regarde.

Est ce le donjon du château de Pouzauge ?

   Évidemment non, c'est une tour d'artillerie nommée : Tour de Bretagne. Elle aurait été construite au 15ème siècle (?)

Mais où est le donjon ?


    Le donjon :
La découverte
    Il est impossible de ne pas le voir tant il est imposant. Ce donjon est inclus dans les remparts et faisait parti des défenses du site.
    Cette massive tour a une forme presque carrée de 16m de coté pour une hauteur de 25m. Les flancs sont renforcés par des contreforts hémicylindriques et les angles sont emboîtés dans de puissantes tours ressemblant à des contreforts.
     Ce donjon est typique des constructions du 12ème en Poitou. Pour preuve, la forme du château de Pouzauges ressemble beaucoup à celle du château de Tiffauges (je vous le montrerais dans quelques mois).

Analyse détaillée
   Cette façade est très instructive. Elle montre un haut donjon relativement borgne et massif. Cette sensation est due aux renforts mais aussi aux ombres qui amplifient (les architectes avaient ils pensé à cela ?).

Était il plus haut ?

A t il été arasé par 800 ans d'acharnement humain ?

    Au sommet, un indice vient me donner la réponse. Il manque le chemin de ronde avec créneaux  mais les consoles sont certainement les vestiges des mâchicoulis (voir glossaire).

Avez vous remarqué cette curiosité accouchée au "renfort central" ?

  J'opte pour les latrines, je vais de suite dessous pour confirmer ma pensée ("Beurk" font les princesses lisant mon article  ).

   L'autre façade offre une image différente du donjon. Il y a bien sur le renfort central; Il y a aussi les consoles au dessus des angles (confirmant ma supposition d'un chemin de ronde), mais surtout il y a cette ouverture avec en dessous de gros trous de boulin (voir glossaire). Je pense que cela devait être une entrée du donjon avec plancher en bois... Axe de circulation desservant les remparts ?
    Avez vous remarqué la petite archère droite ?... Je suis fasciné par ce donjon qui n'a pas évolué durant 8 siècles !

L'intérieur du donjon
   Pfff..... Il est fermé en ce beau mois de septembre..... Pfff..... impossible de l'admirer...... pffff... et aucun numéro de téléphone d'une association pour que je puisse tenter une négociation de visite.... pffff
     Par quelques orifices, j'arrive à voler des images. Ce n'est évidemment pas Chambord, ni Versailles, c'est un donjon peu lumineux aux décors minimaux évidemment mais si passionnant pour moi. Les salles basses sont voûtées en berceau.

        L'intérieur du château :
    C'est le moment où il faut avoir le courage d'affronter la ruine en passant par cette ouverture très défigurée. Et là.... je vois.... un grand désert de verdure.
    Évidemment, les guerres de religions puis la révolution Française ont détruit les bâtiments de ce château fort, mais pour celui (ou celle bien sur) qui sait regarder, il y a de nombreuses beautés à déguster. Je vous en laisse la surprise et ne vous montrerais rien.
     Avant de quitter ce lieu , je savoure l'une des richesses des châteaux forts : Le panorama. La vue sur le bocage Vendéen est très apaisante.


Histoire du château :

* En 1047, un seigneur nommé Zacharie fait construire une église. Un château semble existé.
* Au 12ème siècle, Pouzauges est un des hauts lieux de l'architecture Romane en Poitou.
* Vers 1205 (?), le château est la propriété de Guillaume de Chantemerle.
* En 1239, Alix de Chantemerle (fille de Guillaume) donne le château à son époux Guy  Vicomte (voir titre de noblesse) de Thouars.
* En 1422, Catherine de Thouars épouse Gilles de Rais.
* En 1442, après l'exécution de son mari, Catherine habite au château avec sa fille. Il semble que des améliorations de confort soient réalisées.
* Au 16ème siècle (?), le château appartient à la famille Vendôme.
* Au 17ème siècle (?), le château est la propriété des Gouffier.
* A la fin du 17ème siècle, un texte (gardé aux archives nationales) mentionne des remparts entourant la ville de Pouzauges.
* Vers 1792, les révolutionnaires confisquent le château et le vendent comme bien national.
* En 1862, classement des ruines aux Monuments Historiques.
* A la fin du 20ème siècle, des travaux de reconstruction et de consolidation sont planifiés.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur et de la cour est libre et gratuite. La visite des étages est payante avec des horaires restreints, renseignez vous avant.

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Vers Menu châteaux de Vendée
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Poitou : 79 85 86
commenter cet article
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 07:30


Département 79 - Deux Sèvres

Le bourg :
   Situation :   (--> le voir sur une carte)
  La commune de Mauléon est située à 30km au Sud de Cholet.

   Coordonnées du château :

46° 55′ 24.96″ N 0° 44′ 54″ W
 46.9236°  -0.748333°

 

Le château:

      L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

    Le hasard me fait souvent découvrir des vestiges médiévaux  rarement identifiés dans les sites web, blogs et guides touristiques. Heureusement que je possède un livre secret.... (Ne le dites à personne, il est là). C'est donc grâce à ce grimoire que je suis arrivé devant cette tour ronde.

La découverte
     En découvrant cette unique tour encastrée dans des habitations, un doute m'envahit. Est ce le château médiéval de Mauléon ?
    Le panneau à droite va peut être me donner la réponse. Il indique.... Vous avez bien vu, les horaires du film pour le cinéma nommé : Le château..... Je suis donc bien devant mon "rêve".

 

Rapide analyse

     Avec attention j'observe l'entrée encadrée par 2 tours rondes curieusement dépourvues d'archère ou de bouche à feu (voir glossaire). Ce manque de défense (comme une bretèche) me fait craindre que le château soit aseptisé par des reconstructions. J'entre par cette belle porte avec arc en tiers point pour vérifier mes suppositions.

      L'intérieur :
   La porte d'entrée comporte les vestiges des rainures d'une herse, mais ce sont les seules traces de défenses du portail.  A l'intérieur, les bâtiments sont modernes et le goudron a fait place au pavage.
    Entourant le site, des murs "modernes" marquent l'emplacement des anciens remparts. Quelques tours consolidées permettent d'admirer le paysage.


Histoire de la fortification

* Au 12ème siècle, une fortification est construite sur le haut d'une colline et en possession de la famille Mauléon.
* En 1233, la place forte appartient à la famille Touars.
* Au 13ème siècle, le château n'est plus un verrou militaire, il ne comporte qu'une petite garnison.
* Au 14ème siècle, le château est abandonné.
* En 1597, durant les guerres de religion, Henri de Navarre s'empare du château.
* Au 17ème siècle, le Cardinal de Richelieu ordonne la démolition du château.
* Au 18ème siècle, le domaine appartient au Duc (voir titre de noblesse) de Châtillon.
* Vers 1792, les révolutionnaires s'emparent des ruines et les vendent comme Bien National.
* Au 19ème siècle, le château héberge une gendarmerie.
* Au début du 20ème siècle, le site devient un centre catholique.
* En 1942, le vestige est inscrit aux Monuments Historiques.
* En 1990, la ville de Moléon achète le château puis aménage la  mairie et un cinéma.
* Au 21ème siècle, la découverte est libre et gratuite.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 79 Vers Menu châteaux des Deux Sèvres
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Poitou : 79 85 86
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 07:30

 

Département 19 - Corrèze

Le bourg :
   Situation (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Arnac-Pompadour est situé en Limousin à 30km au Nord-Ouest de Brive la Gaillarde et à 15km à l'Ouest de Uzerche.

      Coordonnées du bourg :

45° 23′ 50″ N 1° 22′ 55″ E
 45.397222°  1.381944°


Pourquoi le choix de ce château :

 
    Il y a quelques temps une petite fille m'a dit : "Monsieur, des châteaux pas cassés, ça existe ?".... Surpris je fus.
  "Ben parce que les princesses avec les belles robes, elles ne vivaient pas là !".... Et elle partit sans que je puisse donner une explication.
   Alors, pour cette petite princesse toute de rose vêtue, et pour les grandes derrière leur écran, je vais vous montrer un 
Pas-cassé !
 

Mais lequel ?
  Je n'en ai pas beaucoup vus des "pas cassés", et puis vous connaissez ma verve devant un mur en ruine en opposition à mon silence devant un château parfait. Pour vous plaire, il me faut pourtant en trouver un qui ait appartenu à une grande dame...... Et c'est ainsi que le château de Jeanne Antoinette Poisson, Marquise de Pompadour vint sur ce blog.
   Certains objecteront : "Messire le chevalier Dauphinois, La Pompadour fut la maîtresse du roi de France Louis XV, donc point médiéval cela est".
    Et je répondrai : "Évidemment, mais en ce lieu au 12ème siècle, Guy de Lastour bâtit une forteresse. Et puis, des murs ayant entendu au 13ème siècle la voix du troubadour Bertrand de Born, n'est ce point romantique pour les princesses ?".
   La cause étant entendue, voici ma tentative de montrer un château "pas cassé".
 

Le château :
       L'extérieur :
         Ne pas voir ce château est impossible, d'abord parce qu'il est imposant, ensuite parce que de nombreux panneaux routiers indiquent la direction, et enfin, étant devenu un haras national, un hippodrome le précède le rendant encore plus imposant (voir la vue satellite).  

Le rempart
    Avec le temps, les murs extérieurs entourant le château ont été détruits ou modifiés adoucissant la forteresse, mais les quelques tours à canon donnent une idée de sa puissance d'antan.
    Voici un plan facilitant la compréhension de cette fortification.

Les bâtiments
   Ce qui est marquant, c'est la rondeur de l'ensemble. Je ne vois aucun angle droit, aucun donjon carré comme dans "mes" autres ruines médiévales. La reconstruction et l'amélioration des défenses ont adouci cet ancêtre.
 
Le châtelet d'entrée
    La partie la plus fragile lors d'une attaque est l'entrée d'un château. Celle-ci a fait l'objet de quelques attentions.
   Il y a d'abord une "sorte de fossé" précédent le bâtiment. Je l'enjambe grâce à un solide pont fixe cimenté.
   Puis, de chaque coté, d'imposantes  tours rondes avec des bouches à feu dissuasives. La porte comporte les classiques ouvertures doubles (une pour les piétons et une pour les véhicules) avec au dessus les fentes des flèches (voir vocabulaire) de 2 ponts-levis.
   La fenêtre au dessus devait être une bretèche, reconvertie récemment en ouverture de confort.

 

Le sas d'entrée

       Le sas d'entrée a perdu son "agressivité" car il est dépourvu de herse, double porte, assommoir. Ce que je suppose être le corps de garde est devenu le guichet. Hélas, les heures de visite sont strictes, et aucune correspond à ma courte présence dans ce bourg. Je me contenterais d'un rapide aperçu.
 
Les bâtiments intérieurs
    Ils sont un compromis entre confort et efficacité défensive. Les impressionnantes tours rondes coiffées encadrent  de hautes courtines  ne comportant aucun angle mort. L'élégant chemin de ronde est équipé de mâchicoulis et de fentes de tir pour arme à feu.
   Ce petit plan vous fera mieux comprendre les bâtiments d'habitation.

 


 Histoire du château :

* Au 11ème siècle, après son retour des croisades, Guy de Lastour fait construire un "château fort".
* Durant la guerre de Cent ans, le château est détruit.
* Au 14ème siècle, le château est reconstruit. 
* Au 15ème siècle, les défenses sont adaptées à l'amélioration de l'armement.
* Au 16ème siècle, Geoffroy de Pompadour, évêque de Périgueux puis de Puy, achète les biens et la Vicomté de Comborn. Les terres sont élevées au rang de Marquisat (voir titres de noblesse).
* Au 16ème siècle, la Marquisat appartient successivement aux Saint Aulaire, Rochechouart puis Hautefort.
* Au début du 18ème siècle, le Marquis de Hautefort, propriétaire du château, meurt sans héritier direct. Une bataille juridique commence entre le Prince de Conti et la Marquise de La Vallière.
* Le Roi de France Louis XV (voir liste des rois) s'approprie le château, les terres et le titre pour les donner à sa favorite :  Madame d'Etiolle qui prit le nom de Marquise de Pompadour.
* En 1751, la Marquise crée un haras au château.
* En 1760, la Marquise de Pompadour se sépare du château et des terres qu'elle n'a pas vraiment habité. Ils retombent dans le patrimoine Royal.
* Vers 1761, Louis XV transforme le haras privé en haras Royal.
* Vers 1792, les révolutionnaires pillent et détruisent le château. Le haras est fermé.
* Vers 1795, Bonaparte rétablit le haras.
* Vers 1815, le haras est nommé : Haras National.
* En 1941, le château est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Renseignez vous sur les horaires.

 

 

 
Vers Menu châteaux de la Corrèze
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Limousin : 19 23 87
commenter cet article
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 07:30

 

Département :   32 - GERS

 

Le site

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La petite commune de Maignaut-Tauzia est située à 40km au Siud-Sud-ouest d'Agen, à30km au Nord-Est d'Eauze, à 8km au Sud de Condom et à 1km au Nord de Valence sur Baïse.

  Coordonnées du bourg :

43° 53′ 26.16″ N 0° 24′ 25.92″ E
 43.8906°  0.4072°

 

Le castelnau :

    Après avoir visité le magnifique château de Tauzia , je me rend dans l'ancien bourg fortifié à 1km à l'Est.

   Du village médiéval fortifié, il ne reste que quelques pans de murs du rempart noyés dans les habitations et cette imposante porte avec un arc brisé élégant.

 

La maison forte :

       L'extérieur

   Depuis le parking face à la mairie, la maison forte se dévoile. Sa caractéristique principale est le mélange d'architectures et d'époques.

    C'est d'abord un bâtiment rectangulaire de 10m x 18m d'un seul étage sur rez de chaussée. Entre les 2 étage, des trous de boulins (voir vocabulaire) devait servir à protéger les communs (?) ou une "pseudo" chemin de ronde. D'ailleurs, au premier étage, des vestiges d'ouvertures pour portes sont visibles.

   Une petite tour carrée accrochée à l'angle au Nord-Ouest est curieusement en biais. Elle comporte une bretèche à moins que cela soit (aussi) des latrines.

   Les défenses sont minimales, et je dirais même inexistantes. Peut être sur sur les autres faces ?

 

   La façade à l'ombre n'apporte pas plus d'informations défensives. Fenêtres à meneau en croix Renaissance, porte ogivale. Il n'y a que ces fentes verticales qui me "titillent". Sont ce des puits de lumière ou d'anciennes archères droites du 13ème siècle ?

  Un peu plus loin, d'autres fentes verticales sont visibles sur un mur avec des pierres de qualité et de tailles différentes.

Et c'est à la fin de ma recherche que je vois 2 détails :

* Une magnifique fenêtre géminée.
* Des corbeaux avec en dessus des entailles pour des portes( ?)

 Voilà un bâtiment à l'architecture disparate et qui n'était pas fait pour tenir un siège.

 

       L'intérieur :

   Ce bâtiment est une propriété privée impossible à visiter. Un habitant me donne quelques indications.

    "La salle supérieure a un plafond voûté avec de belles ogives, celle du bas est (serait) remaniée avec peu de caractéristiques médiévales".

  Cette maison forte n'étant pas la ruine médiévale qui me fait vibrer, je pars de suite visiter le magnifique château de Tauzia.

 

 

 Histoire du château :

* Au 14ème siècle, Guilhem Arnaud de Maignaut est citée dans un texte (information donnée par l'historien Gardelle).
* Au 16ème siècle, des aménagements de confort sont réalisés sur la maison forte.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La maison forte est privée, la visite de l'intérieur est interdite. 

 

  Cliquez pour voir le menu des châteaux forts du Gers Vers Menu châteaux du Gers
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gascogne : 32 47
commenter cet article
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 07:00


   



Signification au 21ème siècle :

"Acheter chat en poche" signifie acheter un objet sans le voir, conclure un contrat sans le lire....

   Cette expression est peu usitée par mes contemporains, pourtant je me souviens que mes Grand-Parents l'utilisaient.
 
 
 
Naissance :

   Au Moyen Age, le siècle est incertain.
 
 
 
Origine de l'expression :
 

  Le chat a toujours été un animal fascinant pour les hommes, et chaque civilisation durant les siècles lui attribuait des pouvoirs maléfiques ou des vertus bienfaitrices.

 
   Il était encensé par des écrivains car il représentait parfois la muse (cet animal n'est il pas félin comme nos princesses ?).
 
   Sa fonction de chasseur de souris était évidemment un atout durant le Moyen Age. Sur les marchés, il y avait des vendeurs de chats. Pour ne pas heurter la susceptibilité, pour ne pas montrer à tous cet animal du Diable, et aussi pour ne pas se faire griffer,
le chat était enfermé dans un sac nommé aussi poche. (Aujourd'hui encore, dans le sud de la France, parfois la belle vendeuse me demande : "Chevalier, désirez vous une poche pour protéger votre livre ?").
 
  L'acheteur, voyant une "chose" remuée dans le sac, pensait qu'il y avait un chat en poche, et l'achetait.

 

C'est cette "méconnaissance" de l'objet acquis qui a traversé les siècles.
   

  
 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Les Expressions
commenter cet article
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 07:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg : 

    Situation :    (--> le voir sur une carte)

     Le bourg de El Catlar est situé à 8km au Nord-Est de Tarragone.

 Coordonnées du château :

41° 10' 30.799" N 1° 19' 27.926" E
 41.175222°  1.324424°

 

Le château :

     L'extérieur :

Supposition

    Ma carte détaillée de la Catalogne indique une ruine dans ce bourg, mais sans précision. Mes rares livres ne sont pas plus explicite.

Que vais je voir ?

 

Je suis surpris

   Même lorsque je prépare mes visites avec une littérature abondante et des images vues sur le web, je suis souvent surpris car "ma" réalité est différente. Alors, imaginez moi quelques minutes avant la rencontre.

  Je suis les yeux ouverts et l'âme d'un enfant.

    C'est dans ces prédispositions que je découvre ceci : Un bâtiment entouré de palmiers. Vision rare pour un médiéviste des montagnes.

 

 

La découverte

      Cette construction me semble "bétonnée" et trop "neuve" pour être une ruine médiévale, pourtant les créneaux et les archères droites sur la tour me redonnent de l'espoir. 

     Comme toujours, je contourne le site pour bien m'imprégner de l'architecture. Sur cette face, la courtine est réalisée avec de petites pierres pauvrement taillées (je me suis demandé si je ne voyais pas le remblai) et le plus surprenant ce sont les épais et nombreux contreforts.

Pourquoi autant et si large ?

 

Le curieux mur

     Quelques mètres plus loin, (pour la même courtine) la vision est différente. Le haut mur comporte de grandes baies correspondant à des fenêtres ouvertes après le 15ème siècle.

   Créneaux et archères sont absents et je ne vois aucune trace de bretèche (voir vocabulaire) ou autres systèmes de défense. C'est surprenant !

    La pierre est toujours aussi petite et le sol friable de la colline apparaît.

Etait ce à cause de cela que des contreforts furent construits ?

 

La façade principale

   Cette ruine est surprenante par sa diversité. En arrivant devant la façade principale, le spectacle est magnifique (heu, vous ai je déjà dit que je suis un peu excessif devant une ruine ?).

    Bien que les murs aient été consolidés avec du ciment, ils comportent des caractéristiques médiévales classiques (et rassurante pour moi).

Avez vous remarqué ce curieux appendice

   Ce devait être (certainement) des latrines.

 

Les pièges défensifs

    Entourant le château, un fossé a été creusé dans la roche. Sa faible profondeur ne me paraît pas très dissuasive. Pour le vérifier, je pénètre dedans, et là enserré je comprend que cette nasse est très efficace contre des soldats en armure.

  Les architectes du moyen âge avait une connaissance très concrète et une bonne créativité pour les pièges.

 

C'est la fin

       Sur la plate-forme précédent l'entrée, des fouilles archéologiques ont révélé la présence de l'ancien village. Il faudra que je revienne dans quelques années pour comprendre cet urbanisme (grâce à ce livre).

 

    L'intérieur :

      Hélas, des travaux d'aménagement du site sont en cours. Je n'ai pas eu le droit d'entrer.
  Vous ne perdez rien car l'intérieur ne comporte pas de bâtiments d'origine médiévale, ni de mur passionnant, ni de vestige intéressant.

 

 

 Histoire du château :

* Au 12ème siècle, il semble logique de penser qu'un château ait été construit.

* A la fin du 20ème siècle, une campagne de consolidation est menée.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. En période de travaux, l'intérieur n'est pas visitable mais il est visible depuis la grille.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article