Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 06:05

 

Département 12 - AVEYRON

 Est ce un mirage ?

 Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Salles la Source est située à 80km à l'Est de Cahors, à 70km au Sud-Ouest de Saint Flour et à 15km au Nord-Nord-Ouest de Rodez.

     Coordonnées du château :

44° 28' 50.1" N 2° 31' 17.25" E
 44.480593°  2.521459°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Les nuages deviennent noirs !

   En cette fin de journée, le ciel Aveyronnais devient menaçant. Je pressens que si un orage éclate, mon armure de Castellologue-amateur va attirer les foudres de Zeus. C'est donc la tête baissée et au triple galop que je prends la direction Nord pour rejoindre ma couche du soir.

   Soudain, après avoir fait 5km depuis Salles la Source, mon destrier stoppe brusquement.

Qu'a-t-il vu ?Est ce un mirage ?

 

Est ce un donjon ?

   Je lève mon heaume pour découvrir la raison de cet arrêt non prévu. Derrière des hangars modernes une haute construction me rappelle les donjons habitables du moyen âge.

 

Rapide analyse

* Après quelques secondes d'observation, je pressens que cette construction ne fut point un château mais un manoir "fortifié".

* La construction parallélépipédique semble être entourée par un mur extérieur très arasé. Mais il m'est difficile d'affirmer que ce fut un rempart.

* Elle possède 4 étages sur rez-de-chaussée. Les combles semblent aménagés.

* Chaque angle possède une échauguette, mais les traces de système défensif ont été gommées par le confort des fenêtres.

Voyez vous d'autres détails ?

 

        L'intérieur :
  Le site est une propriété privée non visitable. 

 

 

Histoire du château :

* En 1461, le "repaire" de Billorgues appartient à la famille Laborme.

* En 1485, Pierre Raymond Laborme fait construire en ce lieu une fénial (en patois local signifie le "grenier à foin").

* En 1534, le site appartient à Antoine Seguy.

* Au milieu du 16ème siècle, Antoine vend la construction et les terres à Jean Daymes. Le domaine possède de nombreux boeufs, brebis, vaches.

* En cette fin de 16ème siècle, le château appartient successivement :

- A la famille Cat,

- A une branche de la famille Dardenne.

* En 1617, le site est possession de Raymond de Neuffles.

* En 1678, Noble François de Collonges est seigneur de Billorgues.

* Au début du 18ème siècle (à vérifier), le site appartient à la famille Moly. Ses propriétaires réalisent de nombreuses expériences agricoles.

* En 1757, une chapelle privée existe au château.

* Vers 1792, les Révolutionnaires ne semblent pas s'intéresser à la construction ni aux terres.

* Durant la première moitié du 19ème siècle, le château est profondément remanié sur la demande de son propriétaire : Le Général Tarayre. Ce site aurait été l'une des plus belles exploitations agricoles de l'Aveyron.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les ruelles. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Devant tant de beauté, je me fais peintre !

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 06:00

  Voyez vous le château fortifié ?

Département 12 - AVEYRON

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Creissels est située à 55km au Sud-Est de Rodez et à 2km au Sud-Ouest de Millau.

     Coordonnées du château :

44° 5' 8.383" N 3° 3' 34.218" E
 44.085662°  3.059505°

 

Le château fort : 
        L'extérieur :
Je suis un penseur de notes

    Depuis Millau, où j'ai visité le curieux beffroi, et pendant que mon destrier trottine, je pense à une crécelle, cet instrument du Moyen Âge.

Le site de Creissels va-t-il faire une petite musique

dans mon coeur de Castellologue amateur ?

  Quelle masse impressionnante !

La découverte

  Dominant le bourg et contrôlant le passage sur la rivière Tarn, le vieux château millénaire est posé sur un rocher.

   Les siècles guerriers n'ont pas été tendres avec ce bâtiment. C'est donc une construction très remaniée mais gardant un charme d'antan qui me regarde de loin.

 

L'analyse 

* Du double rempart et du fossé existants au 17ème siècle, il ne reste rien.

* A cause des nombreuses attaques puis de l'incendie, la reconstruction a adouci l'architecture militaire.

* De nombreuses fenêtres à meneau en croix apportent la lumière de confort.

* Mais certaines caractéristiques de château fort sont encore présentes, comme l'arc de décharge soutenant le mur.Une tour défensive stylisée

* Le contraste entre les petites ouvertures quadrilobées et les grandes fenêtres montre les siècles d'architecture.

* Il n'existe point de château sans tour défensive. Bien qu'elle reconstruite, elle comporte les mâchicoulis (voir vocabulaire) et crénelages me faisant rêver.

 

        L'intérieur :
  La propriété privée n'est pas visitable, mais il est possible de réserver une jolie chambre dans ce bel hôtel. Ne pouvant dormir en ce lieu ce soir, je me console en regardant le magnifique clocher.

 

 

Histoire du château fort :

* Au 8ème siècle, un "château" est possession de Leulade, seigneur du Rouergue.

* A la fin du 8ème siècle (à vérifier), Leulade donne le site à Madralde.

* Au 12ème siècle (?), le site appartient à la famille Roquefeuille.

* En 1230, par mariage, le château est rattaché au Comté (voir titre de noblesse) de Rodez.

* En 1358, Jean d'Armagnac échange, avec la famille d'Arpajon, la seigneurie de Creissels contre celle de Castelnau-Montsabert.

* En 1362, le Vicomte de Fezensaguet envoie une troupe de gens d'armes contre le château. Le site est pris.

* En 1372, le capitaine de la garde se nomme : De Peyre.

* En ce dernier quart du 14ème siècle, les Anglais attaquent puis prennent et enfin occupent le château.

* En 1381, les Anglais quittent le site de Creissels.

* En 1397, Guillaume de Solages, émissaire du Comte d'Armagnac, attaque puis s'empare du château.

* Au 15ème siècle, Jean V d'Armagnac, Comte de Rodez (entre autre), possède le château.

* En 1455, le roi de France Charles VII (voir liste des rois), irrité par les "facéties" de son vassal Jean V d'Armagnac lance une armée contre lui. Après la défaite du Comte, la Vicomté de Creissels est donnée à Jean de Montcalm.

* En 1465, le capitaine de la garde se nomme : Jean Ravel.

* En 1481, Creissels appartient à Catherine de Foix.

* Durant 1 siècle, le site est possession successivement :

- De la maison d'Alençon,

- De la famille d'Albret,

- De la famille Vendôme.

* En 1559, le capitaine de la garde se nomme : Arnaud de Méjanès. Il sort victorieux d'une attaque contre le château par les troupes protestantes.

* En 1562; nouvelle attaque des Protestants. Le château est pris.

* En 1569, une troupe Catholique armée attaque puis s'empare du château. Les protestants s'enfuient.

* En 1589, avec l'avènement de Henri IV (voir liste des rois), le site appartient à la couronne de France.

* En 1602, le capitaine de la garde se nomme : Etienne de Crozat d'Arré.

* En 1628, une puissante armée commandée par le Duc de Rohan, attaque le château avec des canons. Les 80 défenseurs de la cité ont la chance de voir arriver les renforts commandés par le Prince de Condé. Le Duc quitte la place. En remerciement pour sa bravoure à défendre, le capitaine de la garde du château reçoit du Roi les "ruines du site de Creissels".

* En 1633, comme pour beaucoup de place forte du Royaume, le Roi ordonne la démolition des fortifications.

* En 1649, le capitaine de la garde se nomme : Etienne de Crozat.

* A la fin du 17ème siècle (1675 ?), le site appartient à la famille De Crozat de La Croix

* En 1706, le site appartient à la famille De Gualy.

* En 1814, un violent incendie dévaste le château.

* Vers le milieu du 19ème siècle, Monsieur de Gissac, descendant de la famille De Gualy, est propriétaire du château.

* En 1936, le château est vendu à madame Marcelle Hubin.

* Durant la deuxième guerre mondiale, les Allemands réquisitionne le site. Comme souvent, les occupants dévastent la propriété.

* A la fin du 20ème siècle, le site appartient à madame Austruy.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est possible en réservant une chambre dans cet hôtel.

 

C'est avec peine que je quitte ce bourg agréable

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 06:10

 

Département 12 - AVEYRONCe 'phare' ne me semble pas médiéval

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
    La commune de Millau est située à 70km au Nord-Ouest de Montpellier, à 60km au Sud-Ouest de Mende et à 45km au Sud-Est de Rodez.

     Coordonnées de la tour :

44° 5' 52.688" N 3° 4' 43.828" E
 44.097969°  3.078841°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

     En marchant dans les ruelles du vieux Millau, il est impossible de ne pas voir la haute construction polygonale. Dans les guides touristiques, elle est nommée : Le beffroi.

Pensez vous que ce site ait gardé des traces médiévales ?

 

Deux tours

    Proche du site, je comprends de suite que le bâtiment est composé de 2 tours superposées d'origine différente. Le Chevalier Castellologue Amateur que je suis s'intéresse d'abord à la partie médiévale, située en bas. 

  Une base médiévale très solide

Le vieux donjon médiéval

    La masse de pierres en partie basse est un donjon de forme carrée mesurant presque 11 mètres de coté pour une hauteur de 21 mètres.

  Sur plusieurs faces je ne vois aucun ouverture de tir et encore moins des fenêtres. Seuls quelques trous de boulins disposés de façon aléatoire sont visibles.

Ce monstre cubique a-t-il été figé dans le temps ?

 

De "mystérieuses" ouvertures

    Une seule façade comporte des ouvertures anciennes. Celle du bas semble être une fenêtre de confort. Par contre, l'ouverture du haut me pose quelques questions :

* Les pierres d'encadrement me font penser à une fenêtre identique à sa consoeur plus bas.

* Mais des pierres bouchent une partie de la surface.

* De plus, les trous de boulin en dessous sont alignés et proches.

L'ouverture donnait-elle accès à une passerelle en bois ?

   Entre ces grandes ouvertures apparaissent, à deux niveaux différents, de fines archères primitives. 

Mon heaume déforme les couleurs du temps

 

La tour octogonale
    Tel un phare, la tour posée au dessus du vieux donjon est lumineuse, élégante. Sa forme et la nature des pierres montrent une construction beaucoup plus récente que le donjon médiéval. Avec ses 21 mètres de haut, la tour octogonale est visible de tous et partout.

   Pour monter, une tour escalier a été aménagée à l'extérieur.

 

        L'intérieur :
  Bien qu'ayant préparé quelques piastres à donner à la préposée de la tour pour en découvrir les entrailles, je ne peux point entrer. Il est trop tard.

  Je vais me reposer dans une taverne du bourg pour partir demain à la découverte d'une ruine magnifique proche de Millau.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, le Comte (voir titre de noblesse) de Barcelone et seigneur de Millau fait construire une puissante tour fortifiée nommée : Donjon. Elle est intégrée à l'enceinte de la ville.

* En 1187, le Roi d'Aragon et Comte de Barcelone et seigneur de Millau, accorde aux Millavois la liberté communale et la constitution d'une administration consulaire.

* A la fin du 13ème siècle, la tour est inféodée par le Roi d'Aragon à plusieurs familles Millavoises.

* En 1292, la tour est inféodée à la famille Bertrand.

* En 1347, la tour est achetée par Raymond de Voncx.

* En 1361, la grande peste décime la population. Toute la famille Voncx décède. La tour est vendue aux enchères.

* En 1382, la tour appartient à la famille Pellegri.

* En 1613, la tour médiévale est achetée par le Consul de Millau à un héritier de la famille Pellegri. Le clocher de l'église s'effondre. L'administration consulaire décide de construire une tour au dessus du vieux donjon pour installer une cloche.

* En 1614, début des travaux de la tour octogonale. Les travaux sont confiés à Jehan Farrières.

* En 1617, fin de construction de la fine tour. Elle comporte une cloche et une horloge communale. Les étages sont séparés par un plancher en bois. Des échelles en bois permettent la montée.

* En 1790, accolée à l'hotel de ville, le vieux donjon sert de prison.

* En 1795, "les révolutionnaires" font voter la suppression de la girouette à fleur de lys (symbole royal).

* En 1811, la foudre s'abat sur la flèche de la tour provocant un incendie. Avec les planches et les échelles en bois, l'incendie dure 3 jours. Pour remplacer les échelles intérieures en bois, un escalier extérieur en pierre est aménagé.

* En 1931, le beffroi est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les rues et ruelles. La visite de l'intérieur est payante.

 

Plusieurs siècles de constructions se superposent

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 06:05

 

Département 12 - AVEYRON

 Cette tour est source de plaisir pour un amateur de châteaux forts

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Salles la Source est située à 80km à l'Est de Cahors, à 70km au Sud-Ouest de Saint Flour et à 15km au Nord-Nord-Ouest de Rodez.

     Coordonnées du château :

44° 29' 14.6" N 2° 31' 47.7" E
 44.487402°  2.529924°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

    Il est impossible de ne point trouver la route pour visiter du château de Le Colombier car plusieurs panneaux "touristiques" jalonnent les voies depuis Marcillac en direction de cette beauté médiévale.

Pourtant, j'ai failli ne pas le voir.

   Ce n'est pas les quelques arbres qui l'ont caché. J'ai tant l'habitude de regarder en haut des collines (implantation naturelle d'une château forts) que baisser la tête dans la combe ne me fut pas logique.

Pourtant, la beauté médiévale est bien là !

 

Rondeur et angle droit se marient merveilleusement bien

Rapide analyse

* En avant du château, je vois un mur. Il est si arasé que tout système défensif est absent. Ce peut être l'emplacement du rempart mais ce fantôme n'en a pas gardé la fonction. Mais je pressens que sa fonction fut autre : Séparation (entre un jardin ou basse-cour) entre la partie noble et la partie plus "fonctionnelle".

* Sur la droite, une tour d'angle avec une forme ronde. Point d'archère ni crénelage (voir vocabulaire) est visible.

* La tour devait défendre la courtine dont la modernité et le confort ont fait ouvrir des fenêtres.

* Sur la gauche apparaît l'ultime beauté construite : Une haute et magnifique tour parallélépipédique. Elle possède encore les traces de mâchicoulis et des archères.

 

        L'intérieur :
  Le site est une propriété privée ouverte à la visite. Il est possible de voir des animaux dans le petit zoo pédagogique, de découvrir les plantes médiévales et de visiter quelques salles dans le château.

  Hélas pour moi, le site était fermé le jour de ma venue.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, un premier château est construit (c'est ce que suppose les archéologues).

* Au 13ème siècle, construction de l'actuel château (en réalité il ne reste que les tours de cette époque).

* En 1360, le traité de Brétigny cède le Rouergue à l'Angleterre.

* En ce 14ème siècle, de nombreux seigneurs renforcent leurs habitations en prévision des saccages de Routiers à la solde des maudits Anglois.

* En 1437, Amalric de La Panouse (fils de Jean de La Panouse, vainqueur des Anglois en 1369) épouse l'héritière du château : Marguerite de Salles.

* En de 15ème siècle, de nombreuses modifications sont réalisées dans le château et sur les bâtiments.

* En 1930, un descendant de la famille La Panouse possède toujours le château.

* Au 20ème siècle, Annabelle Leigh épouse Paul de La Panouse (directeur du Parc de Thouary). Elle persuade son mari d'aménager le château de Le Colombier qui a été vandalisé.

* A la fin du 20ème siècle, après de nombreux aménagement, le château est ouvert au public.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite payante du zoo, du jardin et de l'intérieur du château est possible. Renseignez vous sur les dates d'ouverture.

 

Une construction presque intemporelle

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Dans un champ, pousse un château... Curieux !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bozouls est située à 35km Est-Sud-Est de Decazeville, à 30km au Nord-Ouest de Séverac le château et à 20km au Nord-Est de Rodez.

     Coordonnées de la maison forte :

44° 29' 21.941" N 2° 40' 20.536" E
 44.489428°  2.672371°

 

La maison forte : 
        L'extérieur :
La découverte

   Après avoir visité le château de Bozoul, puis la maison forte d'Aboul, je me dirige au Nord vers le hameau des Molinières pour découvrir ce que j'ose nommer : Une maison forte.

  Soudain, je vois, comme sortie de terre, une construction possédant deux rondes tours.

Est ce mon graal du jour ?

  Des couvertures très asymétriques !

Emotion

    Je suis si ému de voir cette construction médiévale si peu médiatisée que mes yeux se mouille et ma vision se trouble.

 

 

L'analyse 
    De loin il est très difficile de voir et de vous décrire les beautés de cette construction de 600 ans.

    "Si j'ôte" le long bâtiment à gauche assez récent, je remarque une massive construction encadrée de 2 tours rondes.

    Pour comprendre ces tours, il faut faire abstraction des toits. Ces couvertures en ardoises ne sont point médiévales.

    Avec un oeil d'aigle il est possible de voir des consoles ayant fait office de mâchicoulis (voir vocabulaire) . Puis, avec mon imaginaire, je crois distinguer les bases d'un crénelage.

Ces tours m'ensorcellent

 

        L'intérieur :
  La maison forte est dans une propriété privée non visitable. 

 

 

Histoire de la maison forte :

* Au 15ème siècle (à vérifier), la maison forte appartient à la famille Alboy de Peyrelade.

* En 1624, une chapelle est aménagée certainement par les nouveaux propriétaires : Les Malhac.

* En 1632, le bâtiment est restauré. Certains murs et salles sont complètement reconstruits.

* En 1672, la maison forte est remaniée.

* En 1695, la maison forte est possession de la famille Caissac.

* En 1714, un incendie ravage les bâtiments.

* En 1729, des modifications sont apportées à la construction par le nouveau propriétaire : Raymond de Jouery.

* En 1737, en épousant un membre de la famille De Maillac de Vessac,  la fille de Raymond apporte la maison forte en dot.

* En 1809, Louis Souques est propriétaire du site.

* En 1835, la maison forte est achetée par Louis Natte.

* En 1854, la famille Donadieu est propriétaire.

* En 1858, le site appartient à Benjamin Laur.

* En 1876, de nouvelles modifications sont apportées à la maison forte par Henri Arnal. Les bâtiments de ferme sont refaits. Une magnifique statut de la Vierge est posée dans une niche nouvellement aménagée.

* Au début du 20ème siècle, le donjon est si fragile que le propriétaire décide de le détruire.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de loin est possible en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

L'architecture est intemporelle !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 06:10

 

Département 12 - AVEYRON

  Voyez vous une cité fortifiée ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Sainte Eulalie de Cernon est située à 25km Est-Nord-Est de Saint Affrique, à 15km au Sud-Est de Millau et à 5km au Sud-Ouest de la commanderie Templière de La Cavalerie.

     Coordonnées de la commanderie :

43° 58' 58.699" N 3° 8' 6.767" E
 43.982972 °  3.135213°

 

La commanderie : 
        L'extérieur :
Pourquoi suis je ici ?

   Sur le plateau du Larzac, beaucoup de villages ont été fortifiés durant les longues périodes d'insécurités. Sainte Eulalie de Cernon ne fait point exception.

   En plus de voir des fortifications médiévales, ma présence en ce lieu est importante : Cette cité (à l'époque non fortifié) fut une commanderie de l'Ordre du Temple.

Vais je sentir l'odeur spéciale des Templiers ?

    La vieille tour surveille toujours les collines

La découverte

   Ce site n'est pas une ruine comme je vous en montre souvent, c'est une véritable cité toujours habitée en notre siècle. Huit cents ans d'évolution architecturales se lisent dans les pierres.

     Malgré les améliorations et modernisations, l'ambiance est défensive. L'origine médiévale se ressent dans chaque pan de mur.

 

Mon approche

    Plutôt que de vous faire une visite commentée (suivez le guide messieurs dames... et n'oubliez pas le guide à la sortie), je vais vous montrer mon ressenti par thème... (T'aimes ?).

    Pour mieux comprendre cette commanderie, veuillez regarder le plan.

 

Tours et courtines

  Les premières constructions que l'on remarque sont d'abord les tours :

* Certaines sont carrées sans crénelage mais avec les vestiges des mâchicoulis (voir vocabulaire).

* D'autres sont rondes, mais toujours sans créneau.

* Certaines comportent des ouvertures obstruées, ancien souvenir du chemin de ronde.

* D'autres, en plus de l'accès bouché au chemin de ronde, possèdent des vestiges de latrines en encorbellement.

  L'angle droit n'est pas la priorité de cette tour

Les systèmes défensifs

   En complément du crénelage et des mâchicoulis les tours possèdent différentes fentes de tir :

* Certaines ne sont que de simples archères droites avec un faible ébrasement intérieur.

* D'autres comporte en partie basse une ouverture ronde pour tir au mousquet ou à la couleuvrine.

* Certains trous pour arme à feu semblent avoir été ajoutés sur les bases d'une ancienne archère droite.

* La plupart des tours possèdent sur plusieurs niveaux des systèmes défensifs de périodes différentes.

 

La porte

    Bien que des habitats aient été aménagés dans les courtines, ouvrant de nombreuses fenêtres, l'aspect massif et fortifié est encore visible.

     Positionnée entre deux tours rondes, une haute construction carrée s'impose fièrement :

C'est la tour porte.

  Bien qu'elle semble dépourvue de pont levis, elle possède les classiques systèmes défensifs :

* Salle de garde à l'étage,

* Salle de guet au sommet,

* Fentes de tir, L'archère canonnière a été bouchée pour ne pas faire peur aux touristes

* Mâchicoulis

* Etc....

 

        L'intérieur de la Commanderie :

Les systèmes défensifs

    En franchissent la tour porte, mon instinct de Chevalier regarde vers le haut.

    Un assomoir, au dessus d'un système de tir, attend l'assaillant. Comme je suis un simple touriste et que la salle de garde est vide, avec assurance je pénètre dans la cité.

     Evidemment, toutes les fentes de tir vues à l'extérieur dans les courtines du rempart s'affichent fièrement ici. Certaines avec leur faible ébrasement m'informent de leur ancienneté.

   D'autres systèmes de tir ont été modifiés suite à l'invention des armes à feu.

  Je passe ou je trépasse

Les passages
   Comme souvent dans une cité médiévale, l'espace est utilisé au maximum. Conséquences : Les maisons et bâtiments se touchent, s'emboîtent et se fondent.

   De nombreux passages sont aménagés permettant la circulation mais aussi l'aménagement au dessus. Certains sont évidemment dans les tours.

 

L'église
    Evidemment, dans une cité construite puis occupée par un Ordre Militaire Religieux, il y a une église. Son architecture est confuse car elle a été profondément modifiée par les Hospitaliers.

  Je me questionne sur la rehausse.

Etait elle aussi fortifiée ?

 

Mon errance continue

  Pour que vous ayez de nombreuses surprises en visitant cette cité, je ne vais point tout vous montrer. Je vais donc garder pour moi les maisons, volets, fenêtres, façades, murs si passionnants.

 

La tour... Prends garde à ne point devenir ruine !

 

 

Histoire de la commanderie :

* Au 12ème siècle (1151 ?), l’abbé de Saint Guilhem le Désert, fait don de l’église de Sainte Eulalie aux chevaliers de l'Ordre du Temple.

* En 1159, Raimond Bérenger, Roi d’Aragon et Comte (voir titre de noblesse) de Barcelone donne la totalité du village de Sainte Eulalie ainsi que des terres du Larzac à l'Ordre du Temple. Avec les années, ces derniers fondent l'une des plus importantes commanderies du Sud de la France.

* Le 13 octobre 1307, le Roi de France réalise la plus "Grande opération de police" de l'histoire en capturant presque tous les Templiers du Royaume en un jour.

* En ce 14ème siècle naissant (1312 ?),  les Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem récupèrent les biens des Templiers.

* A partir de 1340, avec le début de la Guerre de Cent ans, les Hospitaliers renforcent la commanderie par la construction de remparts et tours défensives.

* Au 15ème siècle, construction d'une tour défensive (nommée aujourd'hui : Tour de la Commanderie).

* A partir de 1442, début de construction de l'imposante porte fortifiée.

* En 1642, en s'appuyant sur les murs de l'église des Templiers du 12ème siècle, le bailli de Bernuy-Villeneuve réalise une église "moderne".

* Au 17ème siècle, le cimetière situé sur place de l'église est déménagé. De nombreux bâtiments sont modernisés par l'ouverture de fenêtres.

* Au 19ème siècle, des maisons sont construites en s'appuyant sur le rempart.

* En 1976, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, la municipalité achète plusieurs maisons dans les remparts puis aménage des gîtes.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du bourg et des ruelles est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des bâtiments est interdite ou partiellement autorisée.

 

L'âme des Templiers est encore présente dans ces vieilles pierres

Vers liste

châteaux des Templiers

Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 06:30

 

 Voyez vous une église fortifiée ?

Département 12 - AVEYRON

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Sainte Geneviève sur Argence est située à 50km au Nord-Nord-Est de Rodez, à 35km au Sud-Ouest de Saint Flour et à 25km au Sud-Est d'Aurillac.

 

     Coordonnées de l'église :

44° 48' 57.197" N 2° 45' 14.771" E
 44.815888°  2.754103°

 

 

L'église : 

        L'extérieur :

Je me détourne un peu dans ma croisade

      A deux kilomètres au Nord de Sainte Geneviève sur Argence, le village d'Orlhaguet est considéré comme "le Nice de la montagne".  Rien que pour cette appellation, je me dois de faire un crochet dans mon itinéraire de Chevalier en croisade.

  Une tour digne d'un château fort !

La découverte
   En arrivant dans le village, de suite mes yeux sont attirés par une haute et puissante construction. Je suis si surpris que je pense à haute voix :

"Point église cela est !

Château est devant moi !"

 

J'analyse comme pour un château 

* Sur la gauche, un donjon.

* Sa base est soutenue par de petits contreforts à larmier.

* Au dessus du sommet des contreforts, une ligne de corbeaux (ils ne sont pas en plume mais en pierre évidemment).

Etait ce le toit du précédent bâtiment

avant son élévation ?

* Sur plusieurs niveaux, des fentes verticales sont visibles prouvant que des salles sont aménagées dans le donjon.

* Au sommet du donjon, un crénelage permet le guet et la défense.

*  Au centre, une ronde tour semble moulée dans le toit du bâtiment du dessous.

* Sous le toit du bâtiment central, une large ouverture me fait penser à une salle d'habitation ou de repli.

 

Mais....C'est une église !

   Je contourne ce bâtiment défensif quand soudain apparaît une forme reconnaissable.Un clocher peigne

Aviez vous remarqué les cloches

en haut de ce curieux clocher ?

 

Questionnement sur le clocher-tour

   Je suis très intrigué par les multiples consoles triples.

       Si je fais abstraction des cloches (qui aurait été posées" récemment"), je peux imaginer qu'une solide construction en encorbellement facilitait la défense de rapprochée.

     Mon raisonnement est corroboré par la prolongation des consoles sur la tour ronde (à gauche).

   La défense de loin et le guet sont assurés par une sorte de crénelage (ouverture) encore existant sur le petit coté.

 

        L'intérieur :

  Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au début du 11ème siècle, construction d'une église (évidemment en style Roman).

* Vers 1080, l'église et ses dépendances sont vendues par Géraud d'Amels  et Pons de Turlane à l'abbaye de Conques.

* Au 14ème siècle, à cause de la présence des troupes Anglaises, l'église est fortifiée pour la protection des villageois.

* En 1586, la population du lieu est presque décimée par la peste.

* Au 17ème siècle, l'église est toujours utilisée comme bâtiment défensif.

* En 1647, le capitaine Laurence Vialars commande une troupe "armée" (certainement des villageois désignés) résidant dans l'église.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Etienne) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Une église ressemblant à un château fort

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 06:10

 

Département 12 - AVEYRON

 Voyez vous le vieux château fort ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Castelnau de Mandailles est située à 35km au Nord-Est de Rodez, à 11km au Nord-Ouest de Saint Geniez d'Olt et à 10km à l'Est-Nord-Est d'Espalion (voir son château).

     Coordonnées du château :

44° 32' 9.323" N 2° 53' 9.611" E
 44.535755°  2.886003°

 

Le château : 
        L'extérieur :
L'arrivée

   Sur la route qui serpente vers le petit bourg, un "miracle" de dame Nature me permet de voir à travers les arbres. Cette trouée est comme une serrure magique dans un conte de fée, elle me permet de voir le Graal de ce jour.Quelle fut la fonction de cette tour ?

   Je dépose mon destrier à l'extérieur et j'arpente à pieds les ruelles étroites de Castelnau de Mandailles.

 

La surprise
   Très souvent, un château fort est posé sur une butte, une motte ou proche d'un à-pic. Le village s'agglutine dans ses pentes. Parfois, le village est entouré d'un petit rempart augmentant le système défensif du château.

    Mais à Castelnau de Mandailles, je ne vois aucune fortification entourant la commune. Le plus surprenant, c'est que je ne vois plus le château.

Où est il ?

 

La découverte

  * Ma première découverte est le blason du bourg, montrant au centre un château fort.

  * Ma deuxième découverte est pour une sculpture sur un mur, montrant un heaume de Chevalier du 13ème siècle.

  * Ma troisième découverte est une tour ronde servant de clocher à l'église.

Etait ce l'une des tours du château ?

  La réponse est : Oui ! 

  Est ce une façade de château fort ?

La façade

    La partie la plus impressionnante du site est une longue façade encadrée par 2 rondes tours. Avec les multiples fenêtres modernes, il est difficile de croire que cette imposante construction puisse être un château fortifié.

  La recherche d'indices commence.

 

Les ouvertures de tir

   Une construction dite fortifiée se doit de posséder des systèmes défensifs. Ce bâtiment en possède plusieurs :

 1 - A coté d'une fenêtre Romane, un trou pour arme à feu.

 2 - Une archère canonnière bouchée (pour éviter les courant d'air ?).

 3 - Une archère cruciforme modifiée en archère canonnière.

 4 - Une archère droite avec un important ébrasement extérieur.

 

Une délicate ouverture de lumière

 

        L'intérieur :
  Hélas, la porte est fermée et je n'ai point le mot de passe magique, ni la clé rouillée pour entrer. Je quitte ce lieu pour découvrir une autre merveille à une lieue au Sud. 

 

 

Histoire du château :

* Au début du 12ème siècle,le site appartient à la famille de Senhorel.

* En 1165, Hugues Senhorel devenant moine, apporte le site à l'abbaye d'Aubrac.

* Au 13ème siècle, un château fortifié en pierre est aménagé.

* En 1243, Bernard de Calmont est le principal seigneur de Castelnau.

* En 1299, Pierre Aton est seigneur de Castelnau.

* Au 14ème siècle, le seigneur de Castelnau porte le titre de Baron (voir titre de noblesse).

* Vers 1620, Jean de Castelnau donne la seigneurie à Raymond de Castelpers.

* En 1642, le site appartient à François de Crussol, Baron de Saint Santin.

* A la fin du 17ème siècle, le château appartient à la famille Curières (à vérifier).

* Au 18ème siècle, le château est démoli.

* En 1757, le "nouveau" château est acheté par le juge Bernard d'Argouy.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Au revoir, énigmatique château

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 06:30

  Haute est la tour de Brussac

Département 12 - AVEYRON

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bozouls est située à 35km Est-Sud-Est de Decazeville, à 30km au Nord-Ouest de Séverac le château et à 20km au Nord-Est de Rodez.

     Coordonnées de la tour :

44° 30' 36.238" N 2° 40' 47.262" E
 44.510066°  2.679795°

 

La tour fortifiée : 
        L'extérieur :
La découverte

   Après avoir visité le château de Bozoul, je me dirige au Sud-Ouest vers le hameau de Brussac pour découvrir une tour fortifiée.

Est ce le seul vestige d'un ancien château fort ?

  L'enquête commence.

 

Est ce une tour solitaire ?

    Au Moyen Âge, il n'existait pas de tour solitaire. Soit elle était entourée d'un rempart, soit elle s'intégrait à la protection d'un château fort.

    Les siècles ayant fait disparaître toute trace au sol, je fais appel à mon instinct de Castellologue-Amateur pour trouver la fonction de cette tour.

     Avec une liste de propriétaires aussi importante, avec une situation aussi logique, il me semble évident qu'un château existait en ce lieu.

Je vais donc décrire la tour du château de Brussac !

  Ombre et soleil tapissent la tour

1ère analyse de la tour

    Avec un parement d'angle aussi puissant et aussi bien construit, j'ose affirmer que cette tour a été construite par et pour un seigneur. La possibilité d'une tour de guet s'évanouit.

 

Questionnements

   * Une face est borgne,

   * Une autre comporte des ouvertures bouchées. Il semble évident que cette curiosité est due à la consolidation "rapide". Pourtant, je suis surpris du nombre d'ouvertures donnant sur le vide :

1 - L'ouverture basse à gauche devait être une fenêtre médiévale.

2 - Les 2 ouvertures rectangulaires étaient :

   A - Soit des fenêtres créées à la Renaissance.

   B - Soit des portes donnant dans d'autres salles du château, mais..... Je ne vois aucune trace de vestige de mur transversal et encore moins des trous de boulin (voir vocabulaire) pour une passerelle.

Quel est votre avis ?

 

La façade "bouchée"

  Bien que de nombreuses ouvertures aient été bouchées, je suis surpris de voir ceci. Mon étonnement n'est point sur les trous de boulin mais sur le puits de lumière d'origine Romane. 

 

Que d'ouvertures !

La découverte du coté ensoleillé
   La façade illuminée par Râ est fascinante tout en étant énigmatique. Si je fais abstraction de la porte percée "récemment", les ouvertures supérieures posent des questions sur leur fonction :

* L'ouverture au premier niveau fut certainement une fenêtre Renaissance (?). Elle dut être protégée par une grille en fer forgée, les trous dans les piédroits en sont la conséquence.

* Au 2ème niveau, l'ouverture en tiers-point ressemble à une entrée médiévale. Les trous de boulin en dessous me font imaginer qu'une passerelle (amovible ?) existait.

* L'ouverture du 3ème niveau ressemble à celle du 1er.

* Entre le 2ème et 3ème niveau, des corbeaux attirent mon attention.

Qu'est ce ?

   Vous êtes si perspicace mes merveilleux lecteurs que vous avez reconnu les vestiges d'une construction en encorbellement qui devait être : Les latrines.

 

Une autre curiosité

   Presqu'à la base de la tour, une ouverture dans l'épaisseur du mur m'intrigue.

Qu'est ce ?

  C'est un "tuyau" d'évacuation :

* Soit pour des latrines intérieures,

* Soit pour les eaux usées.

 

        L'intérieur :
   La tour n'est point visitable, mais en me contorsionnant, j'ai pu "voler" une image

 

 

Histoire de la tour :

* Vers 1051, le sieur Brussac habite le site.

* Au 14ème siècle, une fille de la famille Brussac apporte le site en dot à la famille d'Arjac.

* En 1403, Jean de Fezensaguet meurt au château.

* A la fin du 16ème siècle, le site appartient à la famille : De Glandières de la Boissonnade.

* En 1600, Guillot De Glandières de la Boissonnade habite le site.

* En 1642, la fille de Guillot apporte en dot le site à Baltazar Philippe de Cadrieu.

* En 1690, le site est acheté par Raymond de Jouery.

* Vers 1850, le site est vendu à la famille De Maynier.

* A la fin du 19ème siècle,le site appartient à Joseph Triadou.

* Vers 1912, le site appartient aux 2 gendres de Joseph.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Les traces du passé se lisent à livre ouvert

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 06:05

 

Département 12 - AVEYRON

  Du haut de sa colline, le vieux château surveille la vallée

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Gissac est située à 38km au Nord-Ouest de Lodève, à 25km au Sud-Ouest de Millau et à 9km au Sud de Saint Affrique.

     Coordonnées du château fort :

43° 53' 9.827" N 2° 52' 48.212" E
 43.886063°  2.880059°

 

Le château fort : 
        L'extérieur :
La découverte

   Depuis le bourg de Gissac, je pars en direction du Nord-Ouest vers le hameau de Montégut. Après 7km de chevauchée, mon Graal apparaît sur la colline.

Avez vous noté que le château se nomme Montaigut

alors que le hameau porte le diminutif de Montégut ?

    Ne reste-t-il qu'une tour unique ?

Première analyse

* Sur la droite, un muret m'interpelle. Je ne peux pas dater sa construction et encore moins définir sa fonction originelle.

* Le massif bâtiment a une forme quadrangulaire.

* Sur la gauche, le puissant contrefort d'angle est curieux par sa forme, sa hauteur et sa largeur.

* Au dessus, des fenêtres "modernes" renforcées par un arc de décharge,

* En partie haute, un étage qui semble avoir été ajouté et que j'assimile à un chemin de ronde couvert.

 

Je suis déboussolé
    Je suis surpris de ne point comprendre l'architecture de ce château. Lorsque je ne comprends pas, j'utilise deux principes :

1 - Je prends du recul pour mieux ressentir. Je suis toujours dans le "flou".

2 - Je récupère un croquis réalisé par monsieur Pons. Voici le château théorique au 14ème siècle.

Avez vous compris l'architecture de ce quadrangulaire bâtiment ?

  Aviez vous déjà vu ce style d'échauguette ?

Enigmatique façade

   Lentement, je contourne le bâtiment pour tenter de découvrir ses secrets. Il a été construit directement sur rocher. Mais ce n'est point la partie basse qui m'interpelle, mais la façade.

 

A gauche

* Sur la gauche, des ouvertures de lumière de tailles différentes. Je pressens que plusieurs siècles séparent les petites des grandes.

* En partie supérieure, une curieuse échauguette d'angle très cubique. Elle comporte de petits systèmes de tir pour arme à feu et en dessous des mâchicoulis.

 

A droite

* Le mur est plus abîmé. La qualité des pierres est médiocre.

Est il plus ancien ?

* Les ouvertures de lumières ne sont point imposantes

* L'échauguette d'angle est identique à sa consoeur de droite.

* Par contre, une salle semble possédée un élément de confort nommé : Latrines.

Avez vous remarqué une petite fente au dessus ?

  Sa position semble plus haute que le chemin de ronde couvert.

Une architecture cubique, mais non symétrique !

        L'intérieur :
  Hélas, le site n'est point ouvert à la visite le jour de ma venue. Je me console en regardant le jardin médiéval et surtout la beauté du paysage Aveyronnais.

 

 

Histoire du château fort :

* Au 10ème siècle, sur la falaise de la vallée du Grauzou, regardant en direction des châteaux de Montlaur et Rebourguil, construction d'un château fortifié en protection des terres du Comté de Millau (voir son château primitif). Le site appartient à la famille éponyme.

* Au 11ème siècle,un puissant château en pierre est aménagé par la famille Montaigut.

* Au 12ème siècle, le château appartient à l'un des fils de Pierre d'Aysenne et Marie de Caylus.

* Au milieu du 12ème siècle,le seigneur de Montaigut fait de nombreux dons à l'abbaye de Sylvanès.

* A la fin du 13ème siècle, le damoiseau Pelfort, possédant 1/8ème du domaine, le vend à Pons Tréboulou.

* Au début 15ème siècle, le site appartient à la famille Peyre (ou Pierre ?).

* Au 15ème siècle (?), par mariage, le site appartient à la famille De Blanc. Pour plus de confort, de nombreux travaux de modernisation sont effectués à l'intérieur.

* En 1479, le seigneur de Montégut tue (assassine ?) le seigneur de Montlaur. Une expédition punitive est organisée en retour contre le château.

* En 1515, la famille Albis achète une partie des droits à Isabeau De Blanc.

* En 1537, la famille Albis achète une partie des droits à Pierre De Blanc.

* En 1568, Guillaume De Blanc, seigneur de Montégut et gouverneur de Saint Affrique, adopte les idées des Protestants.

* En 1569, le propriétaire du site demande au Consul de Saint Affrique "un tonneau" de poudre pour assurer correctement la garde de la route en contrebas entre Camares et Saint Affrique.

* En 1574, Guillaume est assassiné par ses serviteurs. Sa femme est chassée du château.

* Durant le 16ème siècle, le domaine appartient successivement à la famille Albis, puis Annat.

* En 1602, Jean Roubelle et Marc de la Valette sont propriétaires du château (Sont ils successivement ou ensemble les propriétaires, mes textes ne l'affirment point).

* En 1639, le château est vendu à Jean de Morlhon, Comte (voir titre de noblesse) de Caylus.

* En 1765, un membre de la famille Valette semble être le ou l'un des propriétaire(s) du château.

* Vers 1780 (?), le château appartient à la famille De Labit, de Saint Gervais.

* Vers 1792, les révolutionnaires s'emparent du château et le vendent au sieur Ollier.

* Vers 1950, le château appartient à Emile Bousquet, cultivateur à Montlaur. Le château non habité se dégrade.

* Vers 1972, le site est possession de monsieur Simonin qui tente de le restaurer.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde est créée. Lentement le château renaît de ses cendres.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le sentier. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vérifier les dates et horaires d'ouverture.

 

Bien qu'il m'ait conquis, je n'ai pas pu le conquérir !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article