Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 07:25

 

Département 12 - AVEYRON

 

Ressentez vous les systèmes défensifs devant cette tour ? 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    L'abbaye Cistercienne fortifiée de Notre Dame de Bonneval est située à 30km au Nord-Est de Rodez, à 11km à l'Est d'Estaing (voir son château) et à 6km au Nord de Saint Côme d'Olt.

 

     Coordonnées de l'abbaye :

44° 33' 40" N2° 47' 35" E
 44.561212° 2.793285°

 

 

L'abbaye : 

        L'extérieur :

La découverte
    Je perturbe les sens du Chevalier DauphinoisAprès une chevauchée de 6km depuis Espalion en direction du Nord-Est, je découvre... une merveilleuse odeur de chocolat.

    Je ne suis pourtant pas en Belgique ni en Suisse, pays du fruit du cacaotier.

Est ce diablerie ?

    Oser nommer Belzébuth à l'extérieur des remparts d'une abbaye semble sacrilège. Pourtant mon instinct de Castellologue Amateur a ses naseaux perturbés par une douce odeur dont la provenance semble être à l'intérieur des murs.

L'enquête commence.

 Les odeurs médiévales et de chocolat se mélangent en ce lieu

Une tour

* Ce n'est point dans cette solide tour d'angle carrée que provient l'odeur.

* La construction se nomme : Tour d'Armagnac.

* Bien qu'arasée, elle possède encore des consoles prouvant que des mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

 

Une autre tour carrée

* Un peu plus loin, un autre construction parallélépipédique est nommée : Tour du Fruitier.

* Ses pierres pauvrement taillées et son parement d'angle médiocre en font une construction primitive.

* L'odeur du chocolat diminuant proche de cette tour, je rebrousse chemin vers le Sud.

 

Des systèmes défensifs

* Sur une courtine, je vois une archère droite puis sur une tour ronde.

* Une canonnière m'informe que l'abbaye a évolué avec l'invention des armes à poudre.

* L'odeur du chocolat me guide vers une autre tour.

 La tour a un joli chapeau pointu

La tour au donjon

* Lentement, je recule pour aborder une autre tour. Contrairement à ses consoeurs elle a une forme ronde.

* Au sommet, la tour possède un magnifique chemin de ronde couvert avec "crénelage" et mâchicoulis.

* La pierre paraît trop récente pour avoir été taillée et mise en place au Moyen Âge.

* Les ouvertures bouchées des mâchicoulis m'informent que ceci est une reconstruction, certainement au 19ème siècle (voir historique).

 

Pourquoi ce nom : Tour au donjon ?

   Je prends un peu de recul pour en comprendre la signification.

Je ne vois rien.

   Je change d'angle, la signification m'éclabousse.

Comprenez vous ?

* Accolée à la ronde construction, une puissante tour carrée ressemble à un donjon médiéval.

* Il possède évidemment des mâchicoulis, un crénelage et une plateforme couverte.

* Comme sa consoeur accolée, ses mâchicoulis sont obstrués, la pierre est récente.

 

Le plan 

   Pour bien comprendre l'architecture du lieu, je vous propose cette image vue du ciel :

2 - Pavillon d'entrée avec sa vierge du 12ème siècle,

3 - Hostellerie,

4 - Tour au Donjon,

5 - Chapelle,Plusieurs siècles de construction sont visibles

6 - Tour d'Armagnac,

7 - Tour du Fruitier,

8 - Eglise,

9 - Chocolaterie,

10 - Ateliers divers,

11 - Jardin à 3 étages,

12 - Cloître,

13 - Lieu de vie monastique,

14 - Aumônerie,

15 - Cimetière.

   Vous avez certainement remarqué que le numéro 9 a curieusement disparu (la raison doit être que la gourmandise et l'envie sont des péchés capitaux). Le bâtiment se situe à droite de l'entrée (avec un toit bleuté).

 

 

        L'intérieur :

  L'abbaye n'est pas visitable. Mais il est possible :

* D'assister aux offices dans l'église,

* D'acheter du chocolat et des souvenirs dans le magasin,

* D'effectuer un moment de retraite religieuse dans l'hôtellerie monastique.

 

 

Histoire de l'abbaye :

* En 1147, les moines de Moizan du diocèse de Viviers fondent un monastère à Pussac.

* En 1152, Guillaume de Calmont, évêque de Cahors, participe à la fondation de l'abbaye de Notre Dame de Bonneval.

* En 1160, Adhémar est le premier abbé reconnu dirigeant l'abbaye.

* Au 12ème puis 13ème siècle, grâce aux dons, le domaine de l'abbaye s'agrandit. Il comporte les "granges" de : Anduze, Baraubec, Biac, Bonnecharre, Fraissinet, Galinière, La Roquette, La Vayssière, Masse, Montbès, Pussac, Séveyrac.

* Vers 1370, l'abbaye joue un rôle important dans la lutte contre les Anglais. Mais cette lutte diminue les richesses des "granges" à cause du brigandage, des vols d'animaux, etc...

* En cette fin de 14ème siècle, le Comte d'Armagnac fait de nombreux legs (en récompense aux combats contre les Anglais ?).

* A partir du 16ème siècle, les Guerres de Religion appauvrissent encore l'abbaye.

* En 1698, l'ancien cloître est démoli pour construire des bâtiments.

* En 1789, les Révolutionnaires s'en prennent au clergé. Le dernier abbé dirigeant le site se nomme : Elleon de Castellane Mazangues.

* En 1791, l'abbaye est vendue au sieur Rouquayrol, homme de loi à Saint Geniez d'Olt, mais ce dernier refuse la vente.

* En 1792, la vente des ruines étant difficile, le district décide d'affermer l'ancienne abbaye pour 9 années.

* En 1801, la ruine est achetée par Daigouy, fermier de son état.

* En 1810, le site est acheté par Jean Pierre Guiral.

* En 1869, le site est possession de Martin Roustan et Jeanne Falvet.

* En 1875, Monseigneur Bourret, évêque de Rodez, installe, dans l'abbaye partiellement ruinée, des Cisterciennes venues de Maubec en Vivarais. Marie du Sacré-coeur, née Pauline Déjean, est la première Révérende Mère de l'abbaye.

* En 1878, pour être autonome financièrement, les moniales de l'abbaye fabriquent du chocolat. Cette activité permet la reconstruction des bâtiments.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les chemins et la route. La visite de l'intérieur est interdite, mais la boutique est ouverte pour acheter, entre autre, le fameux chocolat.

 

La modernité n'a pas changé l'aspect fortifié de cette abbaye

   

 

 

 
Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 06:52

 

 

Département 12 - AVEYRON

 Que de tours en ce blason !

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Mur de Barrez est située à 60km au Nord-Nord-Est de Rodez, à 40km au Sud-Ouest de Saint Flour et à 20km au Sud-Est d'Aurillac.

 

     Coordonnées de la tour :

44° 50' 38" N2° 39' 36" E
 44.84382° 2.660134°

 

 

La tour : 

        L'extérieur :

La découverte

   En découvrant le blason du bourg affublé de 3 tours défensives, mes poils se hérissent espérant voir d'imposantes constructions médiévales. Mais ma surprise est de voir au centre le blason de la famille Grimaldi.

Les monégasques possédaient ils ce bourg en terre Française et Royale ?

   La réponse est dans l'historique.

 Une porte très massive

Qu'est ce ?

* A la fin du Moyen Âge, un rempart entourait le bourg.

* En notre siècle, il ne reste que de rares vestiges.

* Pourtant, une imposante tour-porte a survécu.
* Elle se nomme : Tour Grimaldi.

* Evidemment, l'époque récente et la modernité ont un peu changé son aspect primitif, mais de nombreux détails trahissent ses origines.

 

L'analyse rapide

* A droite de la tour, le bâtiment devait être le départ du rempart.

* Ce bâtiment possède, proche de l'angle et en bordure du toit, une console. Ce doit être le fantôme des mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Les parements d'angle des 2 bâtiments sont bien appareillés.

* Les pierres sont de dimensions aléatoires. L'absence de trou de boulin et l'excès de "ciment" me font penser que des consolidations récentes ont été effectuées.

* La façade possède deux fentes pour arme à feu dans la salle des gardes.

* Je pressens que la fenêtre possède une coussiège. A moins que ceci fut une bretèche reconvertie en fenêtre.

* La façade latérale  possède une fenêtre avec un arc de décharge au dessus. La porte obstruée devaient être l'axe de circulation dans le rempart.

* La porte conserve les traces d'une herse et du double vantail.

 

Une véritable porte fortifiée s'inspirant de l'époque médiévale

 

        L'intérieur :

  Hélas, la tour n'est pas visitable.

 

 

Histoire du bourg :

* Au 12ème siècle, construction d'un château fortifié. Il est possession du Vicomte (voir titre de noblesse) de Carlat, Comte de Rodez.

* Au début du 13ème siècle, le château est occupé par "des Albigeois".

* En 1209, début de la croisade des Albigeois.

* En 1210, les troupes Royales commandées par Jean de Beaumont, Baron de Thénières attaquent le château et s'en emparent.

* En 1418, durant la Guerre de cent Ans, les Anglais occupent le château.

* Au 15ème siècle, construction d'un rempart entourant le bourg et composé d'au moins 4 tours défensives. La tour porte se nomme : Tour Henri II, Comte de Rodez.

* Au 16ème siècle, un procès s'ouvre pour déterminer si Mur de Barez appartient au Comté d'Auvergne (Note personnelle : Peut être est ce du au mariage d'Anne de Poitier avec Henri II Comte de Rodez, puis son veuvage et enfin son remariage avec Jean Ier Comte d'Auvergne). Le Rouergue obtient gain de cause.

* En 1527, après confiscation des biens de Charles III, Duc de Bourbon, au profit de la couronne de France, Mur de Barez entre en territoire Royal.

* En 1577, durant les Guerres de Religion, les Huguenots possèdent le château.

* En 1582, le Capitaine Hugunot accepte de quitter le château contre une rançon.

* En 1590, les Huguenots attaquent les château et s'en emparent.

* En 1607, le roi de France (voir liste) Henri IV exige la destruction des remparts de la ville. Mais l'ordre n'est pas exécuté.

* En 1610, le château est définitivement rendu aux représentants du Roi.

* En 1620, par une ordonnance du Roi Louis XIII, la destruction des remparts est effective et exécutée. Seuls la tour et quelques murs gardent le souvenir des fortifications médiévales.

* En 1641, Honoré III de Grimaldi, Prince de de Monaco, renonce au protectorat de l'Espagne au profit de celui de la couronne de France. En remerciement le Roi de France Louis XIII lui donne le Duché de Valentinois (En Dauphiné) et le Vicomté de Carlat. Le Vicomté est érigé en Comté. Mur de Barez devient donc propriété de la famille Grimaldi. La tour-porte est renommée : Tour Grimaldi.

* Vers 1792, le Révolutionnaires récupèrent le bourg. La famille Grimaldi n'en est plus propriétaire.

* Au 19ème siècle, les vestiges du château fort sont aplanis. Le site est transformé en esplanade.

* En 1913, la tour est classée aux Monument Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Il est l'heure partir !

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 06:02

 

 

Département 12 - AVEYRON

 Ma carte m'informe qu'un château se cache ici !

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Sainte Geneviève sur Argence est située à 50km au Nord-Nord-Est de Rodez, à 35km au Sud-Ouest de Saint Flour et à 25km au Sud-Est d'Aurillac.

 

     Coordonnées probables du château :

44° 48' 33" N2° 43' 29" E
 44.809296° 2.724692°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Mais où est il ?

* Après avoir visité l'église fortifiée d'Orlhaguet proche de Sainte Geneviève sur Argence, je me dirige à 2km à l'Ouest pour découvrir l'ancien château fort de Mels.

* Perdu dans la forêt sans véritable chemin balisé, le site est difficilement repérable sans carte précise.

 

 Pierre qui roule... Ramasse la mousse !

Se cache-t-il ?

* Bien que la marche dans l'ombre matinale soit agréable, je ne suis point venu en ce lieu pour randonner. Je cherche les traces d'un château fort.

* Les pierres rondes sont nombreuses mais elles ne ressemblent guère à celles utilisées pour le parement d'un rempart ou d'une courtine.

* Proche de mon pied gauche, une pierre m'interpelle.

Pensez vous que ce soit une preuve ?

 

 

        L'intérieur :

Vais je trouver ?

* La truffe au sol comme les plus grands (joueurs), je cherche les indices mélangés aux herbes, à la mousse et aux racines. Lentement j'avance.

* Mais à chaque pas, mes espoirs s'amenuisent. Je ne vois rien.

* Soudain, j'entends rire derrière moi :

"Lève la tête stupide Chevalier soit disant expert !"

 

 

La découverte

* Dans la myriade de couleurs (causée par mes yeux trop longtemps dans la poussière), je distingue une haute construction enlacée par la végétation.

* Mon destrier avait raison, parfois, il faut savoir lever la tête.

- La construction semble mesurer 7 mètres de haut.

- Elle est composée de gros blocs de granit.

- Bien qu'il soit impossible de définir la fonction, mon instinct de castellologue-amateur pressent que ce fut le donjon.

 

Conclusions

1 - La patience est la base d'un "découvreur" de ruines castrales.

2 - Il est important de regarder le sol, souvent riche d'indices.

3 - Mais il faut aussi savoir regarder l'environnement.

4 - Être attentif, savoir prendre du recul.

5 - Avoir les sens aux aguets permettent de voir.... l'invisible.

  Avec ces conseils :

A - Auriez vous vu cette sculpture en redescendant dans le village ?

B - A quoi vous fait elle penser ?

 

 

Histoire du château :

* En 1150, le château est "habité" (plutôt propriétaire) par Astorg de Peyre, le plus puissant Baron (voir titre de noblesse) du Rouergue.

* En ce 12ème siècle, les habitants sont tenus chaque jour de faire le guet depuis la tour du château. Ils ont aussi l'obligation de son entretien.

* Au 13ème siècle, la famille de Blanquefort possède un quart de la seigneurie.

* Au 14ème siècle, la famille de Bénavent possède la seigneurie et la garde durant 3 siècles.

* En 1673, par mariage, Anne de Bénavent donne la seigneurie en dot à la famille Crucy-Marcillac.

* En 1677, le château est décrit comme "possédant deux corps de logis précédés d'une cour entourée de hautes murailles".

* En 1770, la seigneurie est possession du sieur Verdier de Suze.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Veuillez respecter le site et la propriété privée. Le risque de recevoir une pierre est important.

 

Sentez vous la présence historique ?

    

 

 

   Cliquez pour eller au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 08:12

 

 

Département 12 - AVEYRON

 Voyez vous un site troglodytique ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Mostuéjouls est située à 50km au Sud-Est de Rodez, à 35km au Sud-Ouest de Florac et à 20km au Nord-Est de Millau

 

     Coordonnées du site troglodytique :

44° 13' 34" N3° 13' 6" E
 44.22612° 3.218275°

 

 

Le site : 

        L'extérieur :

Il est là haut

   Depuis Mostuéjouls, a 4km en remontant vers le Nord dans les magnifiques gorges du Tarn, une pancarte sur le bord d'un chemin attire mon attention. Je suis surpris car :

* Il n'est pas fait mention du château troglodytique,

* Marcellin est écrit avec un seul L (contrairement à ma documentation).

  Qu'importe, je vais gravir la pente pour découvrir mon graal du jour.

 

Je me sens peintre

    Le bruit des insectes, les odeurs laissent mon attention vagabonder pendant que je marche sous la chaleur de fin de printemps. Je rêve que je suis un génial peintre naturaliste (heu, cela ne signifie pas que je suis nu... rhôôô. Mon propos parle de nature).

 Voyez vous tous les détails magnifiques ?

La découverte de loin

"Que voir de si loin ?"

    C'est la question que vous vous posez en découvrant cet amas de bâtiments.

    Plusieurs détails permettent d'échafauder des hypothèses mais aussi des réalités :

* D'habitude, un château est aménagé sur une butte, hors les constructions sont le long d'un paroi.

* Il est préférable, pour ne point être attaqué depuis la hauteur, de ne pas implanter un château en bas d'une paroi. Mais en réalité, il est presque impossible pour des assaillants de grimper au dessus.

* Le site formant un cul de sac, il est très facilement défendable. Un seul accès par le chemin encore visible. Hélas, il semble que la porte fortifiée ne soit plus présente.

* Une petite église (chapelle castrale ?) a survécu au temps et à l'abandon du site.

* Dans la paroi, des encoches sont visibles. Elles recevaient des poutres. C'était l'emplacement du château primitif.

Est ce l'entrée du château fort ?  Après ces observations de loin (en réalité, j'avais une paire de jumelles), je marche vers le curieux site (castral ?) de Saint Marcellin.

 

 

        L'intérieur :

Un bâtiment reconnaissable

   En arrivant devant cette forme semi-circulaire, je pressens la fonction du bâtiment.

L'avez vous devinée ?

   Je contourne le bâtiment pour voir sa magnifique ouverture.

Que voyez vous ?

   La présence de plusieurs sacs ne doit pas vous faire penser que cette cavité soit une poubelle.

Ceci est évidemment un four à pain.

 

Une habitation ?

Les pierres construites fusionnent avec le rocher

     Les pierres construites m'impressionnent surtout lorsqu'elles sont pour un bâtiment intemporel.

   L'épaisseur des murs m'informe qu'il n'est point récent, mais les larges ouvertures m'indique qu'il a été modifié ou reconstruit il y a moins de 3 siècles.

 

Un intérieur d'un autre âge

* En pénétrant dans l'une des salles, je remarque les piédroits d'un autre âge.

* Puis au fond une fenêtre à coussiège.

* Mais je pressens que ma déduction rapide est fausse. Ceci est la fenêtre au dessus d'un évier.

Avez vous observé les pierres épaisses au sol ?

* Dans une autre salle, je vois un four à pain. Feux fours en ce lieu, c'est curieux !

Y en avait-il un banal et un autre privé ?

 

C'est la fin

* Pour vous donner l'envie de monter par le joli sentier vers ce site Aveyronnais, je ne vais pas tout vous montrer.

* Sachez que des bâtiments et habitations aménagés contre une paroi rocheuse non verticale ne sont pas nombreux en nostre beau Royaume de France.

* Il faut entrer physiquement dans cette beauté de pierre pour la ressentir.

 

Mes yeux sont remplis de lumière... d'un autre âge !

 

 

Histoire du site :

* Vers le 10ème siècle (?), une fortification est construite par la famille Mostuéjouls.

* Vers le 11ème siècle, un autre château est construit plus bas, proche de la rivière, par la famille Mostuéjouls.

* A partir du Moyen Âge (et durant plusieurs siècles), le site est le but d'un pèlerinage. Un saint aurait été inhumé dans une des cavités de la roche.

* Au 21ème siècle, la découverte est libre et gratuite. La visite est sous votre responsabilité en respectant cette propriété privée.

 

Une ambiance hors du temps

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 06:05

 

 

Département 12 - AVEYRON

  Elle a un chapeau pointu, turlututu !

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Vézin de Lévézou est située à 60km au Sud-Ouest de Mende (voir sa tour des Pénitents), à 40km au Sud-Est de Rodez et à 25km au Nord-Ouest de Millau (voir son beffoi).

 

     Coordonnées du château :

44° 16' 48" N02° 57' 9" E
 44.280087° 2.952578°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

Il est là !

* Au sommet du bourg, une haute tour coiffée me regarde. Je suis surpris car d'habitude, c'est moi qui regarde et admire les constructions médiévales fortifiées.

* Soudain une question me vient :

M'admire-t-elle aussi ?

 

 Médiévalité et modernité se côtoient avec harmonie

L'analyse 

* La tour possède des systèmes défensifs d'époques différentes. Il me semble que certains sont des réimplants.

* Quelques échauguettes avec fente de tir pour arme à feu m'informent que le château a évolué après le 15ème siècle.

* Les courtines sont ouvertes par de belles fenêtres à meneaux en croix.

* Je pressens que le beau gazon et l'allée remplacent le fossé défensif.

* Les fenêtres, imitation arc en tiers point, sont trop proches du sol. Le fossé a été "trop" comblé (combler : Dans le sens de remplir mais aussi de profusion... Amusant la langue n'est il pas ?).

* En contournant le site, je comprends que le château a une forme de "fer à cheval".

* Un curieux crénelage me titille :

N'y aurait pas quelques reconstructions en style néogothique sur ce château ?

 

 

Un portail d'entrée

   Cette entrée a perdu ses systèmes défensifs qui font le charme des châteaux forts. Point de double vantail, pont-levis, herse et bretèche (voir vocabulaire).

 

 

        L'intérieur :

Je suis dans la cour

     En entrant, je découvre des murs en pierres "très anciennes" par leur type de taille, mais aussi des parements modernes et des balustres. Je ne vais donc rien commenter et je vous laisse admirer l'architecture de la cour intérieure.

 

 

 

D'autres détails

 

 

 

Vais je pouvoir entrer ?

   Hélas, le château n'est point ouvert à la visite le jour de ma venue. 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château. Le seigneur se nomme : Vezins.

* En 1420, la famille Vezins se "fond" avec celle de Lévézou.

* En 1362, une étroite prison dans le château est citée dans un texte.

* En 1642, un incendie ravage l'ancien château médiéval.

* Au milieu du 17ème siècle, le château est reconstruit sur les plans du château médiéval. Les fossés sont comblés.

* Vers 1792, les Révolutionnaires n'inquiètent pas les propriétaires du château car cette famille est très estimée de la population.

* Vers 1860, sous l’influence de l’architecte Viollet-le-Duc, de nombreuses modifications et transformations aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur sont réalisées dans le style néogothique.

* En 1989, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, c'est toujours un descendant de la famille Vézins de Lévézou qui possède le château.

* A la fin du 20ème siècle, la visite de l'intérieur est possible.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les rues du bourg. La visite de l'intérieur n'est plus possible.

 

Plusieurs siècles s'offrent à mes yeux amoureux de cette architecture

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 08:27

 

Département 12 - AVEYRON

  Est ce un château ou une église ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Muret le Château est située à 50km à l'Ouest de Marvejols (voir ses portes fortifiées), à 20km au Sud-Est de Decazeville et à 12km au Nord de Rodez.

 

     Coordonnées du château :

44° 29' 36.838" N2° 34' 31.105" E
 44.493566° 2.575307°

 

 

Le château : 
        L'extérieur :

La découverte

    Très souvent au Moyen Âge, lorsqu'une construction fortifiée s'établit au sommet d'une petite colline, les paysans construisent des maisons sur les pentes. Ainsi, les terrains cultivables ou les champs de pâture sont facilement accessibles, tout en gardant la protection du château.

    C'est donc sans surprise (bien que ma naïveté de castellologue-amateur m'offre un étonnement) que je vois un petit village en contrebas d'une butte fortifiée.

 

Ce château ne semble avoir que 2 tours

Premières analyses

* A cause de la dense végétation, je ne vois rien de l'architecture du château.

* Survolant les arbres, deux tours semblent en bon état.

* Elles ne montrent aucun système défensif.

* En m'approchant, je distingue un rempart extérieur très arasé.

* La plus grande des 2 tours m'interpelle.

 

La grande "tour"

* Au sommet, la "grande tour" possède des triple consoles. Je subodore que ce sont les vestiges des mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Dans la partie supérieure, elle comporte des fenêtres à meneau. Ce devaient être les étages habitables.

* En dessous mais aussi sur le coté droit, des ouvertures verticales.

Sont ce des puits de lumière ?

* Soudain, je crois voir dans l'ouverture la plus basse, une fine fente verticale ressemblant à une archère droite.

Avez vous remarqué :

- Les différences de taille et de provenance des pierres.

- Le curieux contrefort sur la gauche.

- La finition des joints.

- La qualité des parements d'angle

Ceci est une puissante construction défensive  Je pressens que ceci n'est point une simple tour habitable.

 

Quelle puissante "tour"

* En prenant un peu de recul, je réalise que j'ai trop rapidement interprété la description de cet incroyable château fort.

* La grande tour est un puissant donjon défensif en éperon.

* Sa forme ressemble à un triangle.

Sa pointe devait faire face aux canons ennemis. Ainsi il déviait les boulets et offrait une plus grande résistance que les rondes tours.

En me décalant, je constate que l'architecture de l'ensemble est plus complexe que je l'avais imaginée.

* Plusieurs reconstructions et modernisations expliquent cet enchevêtrement de courtines.

Incroyable n'est il pas ? 

 

Voyez vous les multiples modifications ?

De curieux détails

   Les courtines comportent les traces des multiples aménagements et modifications durant 7 siècles :

* Fenêtre obturée,

* Puits de lumière bouché,

* Latrines en encorbellement servant de "bac à fleurs" lol.

* Multiples trous (encoches) en horizontal. Ils devaient recevoir des solives pour le toit des bâtiments accolés (les communs ?).

* En dessous, des encoches pour les poutres soutenant les solives (?).

* Plusieurs encoches verticales. Je subodore que c'était la limite gauche du bâtiment.

 

La modernité dans la continuité

* Lentement, je contourne le bâtiment pour découvrir une surprenante cour.

* Après la disparition des bâtiments principaux, les différents propriétaires ont aménagé une mezzanine et des lucarnes.

* Cela ne me choque point.

Quel est votre ressenti ?

 

Le plan qui fait tout comprendre (?)

    Pour mieux comprendre l'architecture des bâtiments, je vous propose le plan du site réalisé du temps de sa splendeur.

 

 

        L'intérieur :

   La propriété privée n'est pas visitable. Je vous offre quelques images prises sur la pointe de mes chausses.

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction, par le Comte de Rodez, d'un habitat fortifié comportant 2 tours.

* En 1225, bien que le château soit toujours possession du Comte (voir titre de noblesse) de Rodez, l'évêque de Rodez y demeure.

* En 1227, le Comte de Rodez donne le site à l'évêque de Rodez.

* En 1356, pour protéger leurs bétails et se réfugier lors des nombreuses attaques, les habitants construisent un mur entourant le château.

* En ce 14ème siècle, en contrebas du château, l'évêque fait fortifier le grenier pour protéger les récoltes et les habitants.

* En ce milieu de 14ème siècle, durant la Guerre de Cent ans, le château est pris puis occupé par une troupe Anglaise.

* En 1381, les Anglais abandonnent le château.

* Au 15ème siècle, agrandissement du château. Il semblerait que le bâtiment soit entièrement reconstruit. Aménagement d'un puissant donjon polygonal (triangulaire ?).

* Entre la fin du 15ème et le début du 16ème siècle, François d'Estaing (évêque de Rodez) apprécie ses séjours au château.

* En 1470, Guillaume de La Tour d’Oliergues, ancien évêque de Rodez (démissionnaire de sa fonction en 1457) décède au château.

* En 1730, le site est en ruine.

* En cette fin de 18ème siècle, quelques consolidations et aménagements sont réalisés.

* Vers 1790, les Révolutionnaires ne s'emparent pas du château en ruine ni de ses dépendances consolidées et encore utilisées. L'ensemble appartient toujours à l'évêque.

* En 1796, le site est réquisitionné puis vendu à :

- Pierre Cabrolié,

- François Foulquier,

- Baptiste Foulquier.

* En 1911, l'unique propriétaire des ruines vend le domaine à :

- Jaudon,

- Constan,

- Lempereur.

* En 1912, le site est vendu à la Société des Lettres, Sciences et Art de l'Aveyron.

* En 1943, le château est classé aux Monuments Historiques.

* En 1971, le propriétaire se nomme : Edmond Raynal.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée et la tranquillité des habitants. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Un magnifique donjon du 15ème siècle

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 07:06

 

 

Département 12 - AVEYRON

  4 tours d'angle et de petites courtines : Le symbole parfait du château fort

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

              La commune de Montpeyroux est située à 70km au Nord-Ouest de Millau, à 50km au Sud-Est d'Aurillac, à 40km au Nord-Est de Rodez et à  20km à l'Ouest de Nasbinals.

 

     Coordonnées du château :

44° 39' 25.16" N2° 48' 27.09" E
 44.656989° 2.807525°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Le hameau du Bousquet se situe à 3km au Nord-Ouest de Montpeyroux.

* En arrivant, il est impossible de ne pas voir le château fort. Posé sur une petite colline au sommet du hameau, il survole les maisons et les grands arbres.

* Dans quelques brochures, il est notifié que cette construction est l'un des plus beaux châteaux forts du Rouergue.

Pensez vous comme moi que ce qualificatif n'est point usurpé ?

 

  J'ai l'impression d'être au 14ème siècle !

Je suis en transe !

    De suite, je suis charmé par ce château bicolore construit en pierre de basalte. Ce château est symétrique en forme et dimensions avec une petite particularité. Il est composé de :

* 4 tours d'angle de forme ronde,

* Sur une face, une tour polygonale posée au centre.

* Sur la face opposée, une tour "trapézoïdale" contenant l'escalier.

* Toutes les 6 sont coiffées en poivrière.

* Les courtines possèdent 3 niveaux sur rez de chaussée.

 

 

Les système défensifs

   Ce château ayant été toujours habité, il semble logique que le  "modernisme" et le confort (ouverture de nombreuses fenêtres) aient adouci son aspect guerrier.

   Pourtant, il a conservé de belles preuves (parfois que l'on devine) de son origine médiévale :

* Le fossé a été comblé puis remplacé par des communs.

* Le rempart n'est plus qu'un souvenir.

* La base des tours comporte des fentes verticales parfois cachées par la végétation.

* En regardant par la fente, je constate que le mur a une épaisseur voisine de 2 mètres.

* Sous les fenêtres des archères droites ont été modifiées pour des mousquets.

* Au sommet, les tours possèdent :

- Un chemin de ronde,

- Des mâchicoulis (voir vocabulaire).J'adore voir ces systèmes défensifs du Moyen Âge !

* Entre les tours, le chemin de rondes se poursuit avec les classiques et efficaces mâchicoulis.

  Tous ces symboles guerriers n'empêchent point les hommes de faire leurs besoins. Des latrines en encorbellement sont visibles dans les angles.

 

 

        L'intérieur :

Vais je entrer dans cette beauté ?

* La grille extérieure est ouverte,

* Lentement j'entre dans la cour du château,

* Un pesant silence m'accompagne dans l'allée,

* Je suis devant la porte de style gothique rayonnant,

* Aucun panneau m'invite à entrer,

* Je toque fébrilement,

* Point de réponse,

* J'insiste avec la politesse d'un Chevalier....

 

Le futur est ailleurs

* Le miracle opère, la porte s'ouvre,

* Une merveilleuse princesse souriante me dit : "Bonjour",

* Hélas, j'apprends que le château n'est pas visitable ce jour,

* Mon hôtesse m'invite à revenir la semaine prochaine,

* Ce qu'elle ignore c'est qu'il ne me reste que 2 jours à passer en Rouergue avant la fin de ma croisade.

* Je me promets de revenir dans le prochain siècle pour conquérir cette forteresse unique.

 

Le conseil du Chevalier

    Si vous passez proche de ce château, ne manquez pas de faire le petit détour pour le découvrir :

* S'il est fermé, vous serez plongé dans le Moyen Âge par l'ambiance et l'architecture.

* S'il est ouvert, vous découvrirez des pièces meublées et des "vêtements" médiévaux magnifiques.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, une famille Montpeyroux est citée dans un texte.

* Au 14ème siècle, construction de l'actuel château par la famille De Montpeyroux.

* En 1588, la seigneurie appartient à la famille De Roquefeuil

* En 1634, naissance de Jean De Roquefeuil. Ce personnage aurait été un ancêtre de l'illustre famille Rockefeller.

* En 1709, Debert réalise un magnifique plafond dans la chapelle.

* Vers 1792, les révolutionnaires s'attaquent au château mais ne le détruisent pas. Le mobilier est vendu.

* Au 19ème siècle, le site est toujours possession de la famille De Roquefeuil.

* Dans la première moitié du 20ème siècle, le château appartient à Gabriel Gaston. Cet amoureux du patrimoine réalise plusieurs travaux de consolidation. Grâce à lui, le château échappe à la ruine partielle.

* En 1951, Fernande Dijols achète le château. Tout en l'habitant, elle oeuvre pour sa réhabilitation puis son classement au patrimoine.

* En 1978, le château est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires d'ouverture.

 

Un château qui restera secret pour moi

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Un mur qui sent bon le moyen âge

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
    La commune d'Espalion est située à 110km au Sud-Est de Brive la Gaillarde, à 70km au Sud-Ouest de Saint Flour, à 45km à L'Est de Decazeville, à 40km à l'Ouest de Marvejols (voir ses portes fortifiées) et à 20km au Nord-Est de Rodez.

 

     Coordonnées du château :

44° 31' 37.427" N 2° 47' 15.742" E
 44.527063°  2.787706°

 

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

   Après avoir visité la tour de Masse, je me dirige vers une autre beauté médiévale proche d'Espalion. Dans certains livres, ce site est nommé : Fort de Flaujac.

  Le soleil blanchit ces vieilles pierres

Bien comprendre ce site

     Cette construction est un compromis entre un bourg fortifié et un château fort. Avant de vous montrer les images, il est important d'en comprendre son architecture.

1La vue satellite montre un ensemble de bâtiments ayant une forme trapézoïdale (le coté Nord mesure 60m et le coté Sud : 41m). Le fort comporte une route qui le contourne et une autre qui le traverse.

Nota : Le bâtiment en bas à gauche a disparu rendant l'analyse complexe.

2Le plan du fort au 15ème siècle définit mieux les contours ainsi que les 2 portes d'accès (Est-Ouest).

 

Première analyse 

     De suite, je suis surpris par la qualité "médiocre" des pierres et surtout par la disparité des formes et dimensions.

Est ce du à des reconstructions rapides après attaques ?

   Sur une partie, le mur présente des fenêtres "modernes". Sous la toiture, les vestiges des mâchicoulis (voir vocabulaire) se devinent par l'alignement des consoles.

 

Un mur "plein de constructions" en encorbellement
     Soudain, mon oeil de castellologue-amateur se divertit avec les asymétries de la façade. De nombreuses petites fenêtres s'intercalent entre des latrines (et inversement).

 

 

Une curieuse... curiosité

    Dans cet enchevêtrement de latrines, je remarque une aberration architecturale.

La voyez vous ?

  C'est évidemment la bretèche (ou mâchicoulis) qui "vise" une latrine en dessous. Je pressens que les encorbellements sont postérieurs au système défensif, certainement après le 17ème siècle, époque plus calme.

 

Les systèmes défensifs

    En plus des mâchicoulis (pour la défense proche), le mur possède de petites ouvertures de tir (à droite de le fenêtre) de formes et de dimensions différentes. L'asymétrie est la règle de ce fort.

Pensez vous qu'il n'y ait que linéarité dans les façades ?

   Evidemment non. Comme l'asymétrie est la règle d'or de ce fort, je vois une tour carrée sortir du mur, comme par magie (ou presque).

Avez vous remarqué 2 détails ? La porte Ouest est fortifiée

  Au sommet, une ouverture de tir  protège la courtine. Elle est évidemment complétée par sa consoeur en partie basse et proche du mur. 

En réalité, ceci n'est point une véritable tour, mais.... L'entrée Ouest fortifiée.

 

La porte fortifiée

  Cette tour-porte est fascinante. Bien qu'elle semble dépourvue de pont levis, elle possède tous les systèmes défensifs classiques :

* Une archère dans la salle supérieure.

* Une herse, dont voici le rainurage.

* Un double vantail articulé dans la pierre.

* Une poutre de blocage.

* Une archère latérale protégeant la courtine.

* Un assommoir (au plafond bien sur).

    Je vais maintenant entrer dans le fort.

 

        L'intérieur :

Habitats et vestiges

    Je suis admiratif de l'occupation moderne des locaux médiévaux. Ce site fortifié n'est pas abandonné, nombre de salles et d'étages sont encore habités.

  Mais... qui dépoussière les vieilles ruines ?

Les vrais vestiges

  Les fantômes de bâtiments médiévaux et de leur vie passée sont nombreux :

* Une salle voûtée (entrepôt ?).

* Un pan mur sur trois niveaux. (ne serait ce point de la faïence ?).

* Une entrée de maison avec un bel encadrement.

* Une marche d'escalier qui mène.... vers l'infini.

 

Boire à la source

   Toute cette poussière médiévale m'a donné soif, je vais de suite boire à la source, ou plutôt au puits.

 

 

Histoire du château :

* En 1442, les villageois demandent à Antoine de Castelnau, seigneur de Flaujac, la construction d'une fortification au lieu dit : Quartier del Terral.

* En 1523, une troupe errante attaque et s'empare du fort.

* Durant la seconde moitié du 16ème siècle, pendant les guerres de religion, les Huguenots s'emparent du fort.

* En 1595, aménagement d'une muraille et d'un fossé.

* Au 17ème siècle, une autre porte est percée.

* Au 18ème siècle, de nombreuses fenêtres sont ouvertes.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieur des maisons et tours est interdite. Par contre, la découverte des murs en ruine est possible mais avec beaucoup de précaution car le site n'est pas consolidé.

 

Voyez vous une bizarerie arhitecturale ?

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 07:30

 

 

Département 12 - AVEYRON

  Diantre !... Quelle imposante tour

 

Le bourg :

        Situation :   (--> le voir sur une carte

    La commune de Gabriac est située à 35km au Nord-Ouest de Millau (voir son beffroi), à 20km au Nord-Est de Rodez et à 10km à l'Est de Bozouls (voir son château).

 

     Coordonnées du château fort :

44° 27' 17.244" N2° 49' 34.226" E
 44.45479° 2.826174°

 

 

Le château fort : 

        L'extérieur :

La découverte

     Après avoir visité le château de Tholet, je me dirige à 3km à l'Est-Nord-Est de Gabriac car une autre ruine médiévale est identifiée sur ma carte.

   En arrivant dans le hameau, proche de l''église, la beauté presque millénaire surgit au dessus des toits.

Diantre... Qu'elle est belle !

   Elle est si belle que mes yeux se brouillent de plaisir.

 

L'analyse 

* Sur chaque face, la dimension des pierres n'est pas identique.

* La taille des pierres est très approximative par endroit.

* Le parement d'angle est parfait par endroit, mais souvent peu soignés.

* Je pressens que ce site a beaucoup souffert du temps et du manque d'entretien.

* La tour étant arasée, aucun crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire) se devine.

* Partiellement borgne, quelques rares fentes verticales défensives se dévoilent.

  Vais je trouver les secrets de sa construction ?

 

        L'intérieur :

J'ai toujours beaucoup de chance

   Sachant que j'ai beaucoup de chance, grâce à un talisman donné par mon destrier, je contourne la tour pour espionner ses entrailles.

 

Les entrailles restent secrètes

   Hélas, la belle se rétracte et ne me montre pas son aménagement interne. Je ne peux constater que :

* Le mur est épais sans pour autant être imposant.

* Le remblai est important.

 

 

Histoire du château fort :

* Au 12ème siècle, construction d'un château fortifié.

* En 1342, le Chevalier (voir titre de noblesse) Guillaume de Cardailhac vend le château au monastère de Bonneval.

* En 1389, le sir De Solages, seigneur de Tholet (voir ce château), achète le château au sir De Castelnau, seigneur de Calmont d'Olt (voir ce château).

* En 1468, Antoine de Solages demeure au château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant la propriété privée et la tranquillité de ses habitants. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Le rêve médiéval est dans chaque pierre

 

 

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 07:30

 

 

Département 12 - AVEYRON

  Quelle masse impressionnante !

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Cruéjouls est située à 25km à l'Ouest de La Canourgue, à 20km au Nord-Est de Rodez et à 10km à l'Est de Bozouls (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 26' 42.864" N2° 51' 24.016" E
  44.44524° 2.856671°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

    Après avoir vu le château de Cruéjouls, je me dirige vers le Sud-Ouest pour découvrir à 2km, en bordure de la rivière Dourdon, une autre merveille médiévale.

  Curieusement, dans la littérature et les cartes routières, ce château porte différents noms :

- Le Caylar,

- Le Caylaret.

  Ce château est presque intemporel

L'analyse 

    Posé au sommet d'une petite colline boisée, le château est composé de deux bâtiments et d'un élément de liaison.

  En avant de l'ensemble, un muret pourrait être le fantôme du rempart extérieur.

 

Le petit bâtiment

Sur la gauche, la construction de faible hauteur semble être un logis. Je ne remarque aucun système défensif. Il comporte :

* Des fenêtres à meneaux en croix,

* Des lucarnes engagées (nommées aussi lucarne à fronton).

* Sur la petite face, 3 hauts contreforts.

* Entre les contreforts, des fenêtres.

 

Le bâtiment de liaison

    Entre les deux bâtiments en équerre, la haute tour ronde n'est point mystérieuse. Elle comporte évidemment un escalier que je suppose en colimaçon.

 Est ce un donjon féodal ?

Le haut bâtiment

     Cet impressionnant bâtiment ressemble à un donjon habitable de la fin du Moyen Âge. Sous le toit en forte pente, je cois un chemin de ronde avec les efficaces mâchicoulis pour la défense proche.

Voyez vous une curiosité sur la tour tonde ?

    Le tour-escalier ne comporte pas de mâchicoulis, ce qui fragilise le système défensif.

A-t-elle été construite après ?

  Par contre, elle possède les vestiges d'un système en encorbellement.

Etait ce pour protéger la petite porte à gauche

de l'entrée principale du donjon ?

 

        L'intérieur :

   Hélas, la propriété privée n'est point visitable. 

 

 

Histoire du château :

* Au 14ème siècle, la famille Folquem possède la seigneurie de Caylaret.

* Au 15ème siècle, construction du château.

* A la fin du 15ème siècle, le château est vendu à Claude de Nogaret, Vicomte de Trélans. Ce personnage achètera aussi  prochainement le château de Cruéjouls à quelques kilomètres de là.

* Au 16ème siècle, la construction fortifiée est remaniée.

* En 1616, le château est vendu à Jean de Maritan (trésorier du domaine du Roi - voir liste).

* En 1639, le site appartient à François de Frézals.

* A la fin du 17ème siècle,la petite fille de François vend la seigneurie à Adhémar de Panat.

* Au milieu du 18ème siècle, la famille Panat donne le château en locationà la famille Gervais. 

* En 1839, un procès oppose la famille Panat (anciens propriétaires du château) aux descendants de la famille Gervais, famille (anciens habitant du château). L'avocat n'est autre que : Alexandre Ledru-Rollin.

* En 1841, le jugement est rendu à Millau : La famille Panat conserve le château.

* En 1843, le château est vendu à Charles Clausel.

* En 1920, le château est restauré.

* A la fin du 20ème siècle, la famille Clauzel habite le château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de loin est libre et gratuite en respectant la propriété privée et le silence du lieu. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Donjon avec tours rondes et annexes. Quel assemblage !

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article