Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 08:30

  Au Moyen Âge, point de fil électrique traversait le paysage

Département 12 - AVEYRON

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Coupiac est située à 40km au Sud-Ouest de Millau, 30km Est-Nord-Est d'Albi et à 8km au Sud-Est de Réquista.

     Coordonnées du château :

43° 57' 14.13" N
2° 34' 51.712" E
 43.953925°
 2.581031°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

     Par la route qui serpente au Nord du bourg, dans une trouée je vois à gauche de l'église, la construction fortifiée qui est le terminus de la croisade matinale. Deux tours rondes encadrant une petite courtine

  Je dépose mon destrier sur le parking proche du château et je commence mes observations.

 

Analyse générale 

* Le château de Coupiac a une forme parallélépipédique dont une tour et un pan de courtine ont disparu (voir la cause dans l'historique).

* Il est bâti sur un rocher aplani.

* Sur toutes les constructions rondes, de nombreuses latrines sont visibles et parfois sur plusieurs niveaux.

 

Les systèmes défensifs
     Un château fortifié se doit de posséder des systèmes défensifs. Même si la construction de Coupiac a été modernisée pour plus de confort, elle garde encore les traces de son passé guerrier.

 Que vois je :

* Sur une tour, présence d'une archère droite.

* Sur une courtine, une belle archère cruciforme à croix pattée.

* A mi-hauteur, une arquebusière ou couleuvrine.

* Puis une canonnière.

* Et enfin, en haut de courtine, les vestiges de mâchicoulis.

 

        L'intérieur :
Echec
   Hélas, en cette matinée de printemps, le château n'est point ouvert. Mais en me contorsionnant, je peux admirer à travers les jours de la porte.

 

Que vois je ?

1 - Une longue allée en pente douce amène à une façade modernisée.

2 - Sur la gauche, il devait y avoir une courtine, disparu il y a plusieurs siècles.

3 - Sur la droite, une rigole au sol récupérant les eaux de pluie.

  Pour le reste de la visite, je vous propose de le découvrir par vous même lors de vos prochaines vacances en Rouergue.

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, le site est la propriété des Comtes (voir titre de noblesse) d'Armagnac (voir liste).

* En 1372, une bande armée, composée de 70 soldats, attaque le château, mais elle ne parvient pas à le conquérir.

* A la fin du 15ème siècle, le Roi de France Louis XI (voir liste) ordonne la démolition d'une des tours en représailles à la révolte du Comtesd'Armagnac.

* Au début du 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, Jean III de Panat, seigneur de Coupiac, est commandant des troupes de Protestants en Languedoc.

* Au 16ème siècle, la famille Levis de Castelperse est propriétaire du château.

* Au 18ème siècle, le château appartient successivement aux familles :

- Brunet,

- Izarn de Méjanel.

* Vers 1792, les Révolutionnaires brûlent les archives du château.

* Vers le milieu du 19ème siècle, les descendants de la famille Izarn de Méjanel vendent le château à monsieur Bonnet, notaire de profession.

* Au 20ème siècle, la commune est propriétaire du site.

* En 1905, la municipalité quémande des subventions pour la réparation des toitures.

* En 1982, une association de sauvegarde est créée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les heures d'ouverture.

 

Le château survole les toits des maisons

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Connaissez vous la formule magique pour écarter les arbres ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bor et Bar est située à 40km au Sud-Ouest de Rodez, à 30km au Nord d'Albi et à 20km au Sud de Villefranche de Rouergue.

     Coordonnées du château :

44° 11' 8.869" N
2° 4' 32.434" E
 44.185797°
 2.075676°

 

Le château : 
        L'extérieur :
L'approche

    A un jet de flèche au Sud du petit village de Bar une colline porte les ruines de l'ancien château fort. Sa position en bordure de la rivière Viaur est idéale pour surveiller le passage vers les hauts plateaux du Ségala.

   Pour mieux ressentir cet ancêtre médiéval, je sors de ma poche la représentation de sa splendeur.

Sera-t-il aussi beau au 21ème siècle ?

  Sont ce les flammes de l'enfer qui rougeoient cette tour ?

La découverte

    Lentement, je m'avance en écartant les branches des arbres et en prenant soin de ne point griffer mes magnifiques mollets de Chevalier.

   Une ronde tour me regarde en pouffant de rire.

Suis je si ridicule dans le bois ?

   Je tente de l'approcher et soudain je remarque la présence d'un fossé comblé. Je suppose qu'il entourait le site, mais la végétation m'empêche de vérifier mon hypothèse.

  Sur le croquis, en avant du château il y a un jardin médiéval. Son fantôme n'apparaît pas dans les hautes herbes.

 

La tour solitaire
     Je consulte de plan pour définir quelle tour est en face de moi. La mission est impossible car je manque de repère sur cette ruine.

  Je suis étonné par la piètre qualité de taille des pierres ainsi que le mauvais jointement. Ceci est surprenant car en opposition avec le croquis du château.

   A mi-auteur actuelle (je vous rappelle que dans une ruine, les gravas et les siècles ont fait monter la hauteur du sol de plusieurs mètres) je vois une grande fente verticale. Même si sa largeur a été causée par les siècles sans entretien, je subodore que cela devait correspondre à une fente de lumière ou une archère.

   Peut être aurai je la réponse en regardant dans la tour.

  'Entrez Chevalier' me murmure la tour

Je fais le tour de... la tour

   Lentement, je contourne cette beauté millénaire et solitaire pour mieux la comprendre. Grâce aux vestiges des départs de mur (dont les remblais semblent peu solides), je suis certain que j'ai en face de moi une tour d'angle.

 

L'intérieur de la tour
    Le temps a fait son terrible travail de destruction, les entrailles de cette tour ne me révèlent rien. Le parement intérieur est illisible, la fonction initiale de l'ouverture n'est point identifiable.

  Seule l'épaisseur du mur m'informe de l'ancienneté de la tour.

 

Qu'est ce ?

    Lentement, je m'éloigne de ce vestige d'un autre temps quand je suis interpellé (vous ai je déjà dit que les pierres me parlent et le hèlent ?).

    Les arbres s'écartent me laissant voir un imposant bâtiment. Il me semble identifier les bases d'une ronde tour  dont le diamètre est supérieur au précédent vestige. La haute paroi ne m'informe pas de la fonction exacte de cette tour ni de son âge.

 

 

Histoire du château :

* En 1171, le site fortifié appartient à l'évêque d'Albi.

* En 1285, cautionné par le Roi de France (voir liste), Bernard (et Bertrand ?) de Bar occupe(nt) le château.

* En 1361, les Anglais attaquent puis prennent le château.

* En 1364, les Anglais quittent le site fortifié.

* En 1436, Rodrigue de Villandrando s'empare du château.

* En 1614, le dernier membre de la lignée de la famille De Bar s'éteint sans héritier. Le fief appartient à Jean de Salès.

* En 1682, un acte fait foi que le sieur Tamus et la famille de la Guimerie ont détérioré le château, les meubles et autres mobiliers.

* En 1686, malgré son état partiel de ruine, le château est habité.

* Au 17ème siècle, le château appartient successivement à :

- Jules de la Roque Bouillac,

- François de Pommeyrol-Jalenques,

- La famille : Roquefeuil de Versols.

* Durant la première moitié du 18ème siècle, le fief est toujours possession de la famille Roquefeuil de Versols.

* En 1749, le château et les terres sont vendus aux deux sieurs :

- Courrège,

- Fricou.

* Au 20ème siècle, le château appartient à la famille Fricou.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est dangereuse, veuillez être très prudents en évitant de monter sur les murs.

 

Dans son écrin de verdure, la ruine garde tous ses secrets

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Une montagne de pierres survole les grands arbres

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Belcastel est située à 35km au Sud-Est de Figeac, à 25km Est-Nord-Est de Villefranche de Rouergue et  20km Ouest-Nord-Ouest de Rodez.

     Coordonnées du château :

44° 23' 20.951" N
2° 20' 11.184' E
 44.389153°
 2.33644°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La rage est en moi !

Ce site est il ensorcelé ?

Suis je maudit par le Saint de cette paroisse ?

  Je suis venu 2 fois en ce lieu pour visiter cette beauté et.... par deux fois, close fut la porte. 

  Conséquence, je ne vais vous montrer que l'extérieur de ce château fort si connu et médiatisé.

   Quel magnifique château fort et rustre

La découverte
   En arrivant dans le petit bourg, survolant les maisons, je vois la masse impressionante du château.

Quelle puissance !

 Lentement je contourne cette construction pour mieux la ressentir. 

 

Première analyse 

   Les bâtiments sont entourés par un rempart posé sur le rocher. Ces hauts murs étaient protégés par des tours flanques semi-circulaires ainsi que des échauguettes posées sur culots dans certains angles.

   Bien que le rempart soit arasé, il semble évident que crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) complétaient le système défensif.

 

Quel enchevêtrement
   Le plus impressionnant est l'assemblage de murs, de bâtiments d'époques différentes et de diverses fonctions.

* Une ronde tour défensive accrochée à un bâtiment rectangulaire.

* Un bâtiment d'habitation possède des vestiges de mâchicoulis.

* Une façade donnant vers l'apic a été ouverte de nombreuses fenêtres.

* Cette façade à multiples fenêtres est protégée aux angles par de hautes échauguettes sur culots.

* Ces échauguettes tranchent par rapport à celles du rempart extérieur.

Avez vous remarqué la différence de qualité et de taille des pierres des multiples bâtiments ?

  Une entrée fortifiée surveillée par le donjon

Supputations et affirmations !

    Avant d'aller plus loin dans la découverte de ce château fort, je fais le bilan de mes constatations.

* Avec un donjon carré et central, le site a donc été construit avant le 13ème siècle.

* Avec ses tours rondes, il semble évident que les défenses ont été améliorées à partir du 13ème siècle.

* Avec ses fenêtres à meneaux en croix, il est évident que ce château ne fut point une garnison mais bien la résidence d'un seigneur.

* Avec l'absence de canonnière, il semble que sa situation géographique ne lui a pas permis d'avoir un rôle défensif important à partir du 15ème siècle.

 

L'entrée fortifiée

    Comme il se doit, l'entrée de ce château médiéval est fortifiée. Le contrôle de la porte est réalisée par deux tours rondes. Evidemment, un pont levis (symbolisé par les deux fentes ayant reçu les flèches de levage) protégeait l'entrée.

  De loin, je ne peux pas distinguer une herse ni un assommoir. Je dois m'approcher.

 

        L'intérieur :
  Hélas, la porte ne s'ouvre pas en ce début de printemps si peu touristique. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Histoire du château :

* En 1040, une famille Belcastel est cité. Un château existe.

* En 1251, Raymond de Belcastel vend le château au Comte (voir titre de noblesse) Hugues de Rodez.

* A milieu du 13ème siècle,le Comte aménage le château et améliore ses fortifications.

* Au 14ème siècle (1378 ?), durant la guerre de Cent Ans, les Routiers, commandés par Mérigot Marchez, s'emparent du château par une ruse.

* En 1386, le château est donné à Alzias Saunhac par le Comte Jean III d'Armagnac.

* En 1407, Alzias Saunhac, seigneur de Belcastel, devient sénéchal de Beaucaire puis Chambellan de la Reine Jeanne de Naples.
* Au milieu du 15ème siècle, le château est possession de l'abbaye de Bonnecombe (à vérifier).

* En 1453, le château est propriété de la famille Saunhac.

* En 1545, le château est profondément remanié (à vérifier).

* En 1592, le château est possession de la famille Bournazel (voir leur autre château).

* En 1788, le château n'est plus habité.

* Au milieu du 20ème siècle, le château est mis en vente.

* A la fin du 20ème siècle, les nouveaux propriétaires consolident et aménagent le site, puis l'ouvre à la visite.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible certains jours, renseignez vous.

 

Quelle vue !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Survolant le bourg, les vestiges du château fort surveillent les touristes !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune d'Aubin est située à 35km au Nord-Ouest de Rodez, à 17km au Sud-Est de Figeac et à 4km au Sud de Decazeville.

     Coordonnées du château :

44° 31' 44.184" N
2° 14' 59.723' E
 44.52894°
 2.249923°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

   En arrivant dans le bourg, je n'ai point à chercher durant un long moment pour trouver l'emplacement du château. La beauté de pierre, but de ma matinée, est posée sur la crête rocheuse dominant Aubin. Une citerne creusée dans le roc

   Comme à mon habitude, je coure vers elle (voir explication ici), mais un panneau me quémande la prudence. C'est donc à pas feutrés que je me dirige vers le sommet de la butte portant le château fort.

 

Les premières découvertes

    Une émotion intense s'emparre de moi en gravissant cet escalier de pierre. J'imagine le nombre de soldats, d'attaquants et de défenseurs ayant franchi ce lieu durant 10 siècles.

    Quelques mètres plus hauts, je découvre des parties du rocher taillé en angle droit. Ceci n'est point les traces d'une carrière de pierre mais les vestiges de maisons ou de bâtiments.

   Ces banquettes ont du porter un mur épais. Le rocher creusé en forme de cercle est l'apothéose des traces de vie.

   Vous avez évidemment reconnu une citerne.

  De nombreux bâtiments profitaient de la défense efficace de la tour carrée

Les traces de poutres
    A chaque pas, des traces du passé s'affichent fièrement. C'est ainsi que je rencontre l'emplacement d'un grandiose bâtiment. Au sol, je ne remarque aucune trace de séparation.

La salle était elle si grande ?

   Au dessus, les imposants trous carrés m'informent que des poutres servaient de support au plafond. La hauteur est impressionnante.

Etait ce la aula du château ?

 

Au sommet de la crête

   Evidemment, vous avez remarqué une construction presque entière au dessus de la paroi verticale. Il me faut de suite la visiter. Mon envie de pierre me fait monter (par un chemin facile). Sur la crête, je vois un chemin de croix, au bout de cette ligne la tour carrée me fait signe (avec son drapeau).

 

La tour

     La tour à base carrée est arasée. Point de crénelage ni de mâchicoulis (voir vocabulaire) apparaît. Une ouverture en partie basse m'invite à entrer.

  L'ancienne chapelle castrale

        L'intérieur :

Les entrailles de la tour

   Avec précaution, je franchis la porte de l'unique vestige. Ma fascination va d'abord au rocher non aplani servant de base à la construction.

Suis je en ce moment dans le ratier ?

  Au dessus, une baie avec un ébrasement intérieur important ressemble à une fenêtre du 12ème siècle.

Avez vous remarqué l'épaisseur du mur ?

   Une autre ouverture me surprend. Elle est trop droite pour une fenêtre, trop large pour un système défensif, trop haute pour des latrines.

Serait ce une porte pour le chemin de ronde ?

 

C'est la fin

   A regret, je sors de cette tour qui ne m'a pas révélé tous ses secrets et je me jette sur les remparts. Pour vous laisser quelques surprises lors de vos prochaines vacances en ce lieu, je ne vais point tout vous décrire. Je vous laisse admirer l'ancienne église et je repars vers d'autres aventures Aveyronnaises.

 

 

Histoire du château :

* En 198, un poste fortifié est/serait aménagé sur l'ordre d'un Général Romain nommé : Albinus (c'est ce qu'affirme la tradition populaire).

* Au 10ème siècle, le site est possession de Raymond II Comte (voir titre de noblesse) de Rodez.

* Au 12ème siècle, le château est possession de la famille Frotard.

* Au milieu du 12ème siècle, une branche de la famille d'Estaing devient propriétaire du château.

* A la fin du 13ème siècle, de nombreux copropriétaires se partagent le château et les terres, dont le Comte de Rodez et la famille Fabrefort.

* En 1323, Hélène, une des héritières de la famille Fabrefort, épouse Jean de Morlhon et apporte le château en dot.

* En 1394, les défenses du château sont améliorées.

* Vers 1495, une troupe armée commandée par Salazart, attaque la ville, la saccage et la brûle.

* Au début du 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, de riches bourgeois font construire des habitations dans l'enceinte fortifiée.

* En 1590, les Huguenots s'emparent de la ville. Le sieur Richard de Poux, commandant du château, lutte contre les Protestants puis les chasse.

* En 1574, Henri de Navarre, Comte de Rodez, fait détruire les aménagements fortifiés réalisés par les nobles au début du siècle.
* Au milieu du 17ème siècle, la garnison quitte le château. Le site fortifié n'est plus entretenu.

* En 1668, deux tours sont encore visibles.

* En 1737, l'église n'étant plus consolidée, les autorités interdisent son utilisation.

* Vers 1792,  les révolutionnaires réquisitionnent les vestiges du fort et les vendent à Guillaume Bergougnon. C'est un "prête nom" pour Jean Antoine Marie Brassat Saint Parthem.
* En cette fin du 18ème siècle, la ville est renommée. De Albin, elle passe à Aubin.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible en prenant soin de ne pas glisser, ni lutter contre le vent.

 

Quel paysage !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Est ce un phare surveillant les bois ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune d'Alrance est située à 30km Ouest-Nord-Ouest de Millau, à 25km au Sud-Sud-Est de Rodez et à 8km au Sud-Ouest de Salles Curan.

  Peyrebrune est positionnée à 1km à l'Est d'Alrance.

     Coordonnées de la tour :

44° 7' 53.893" N
2° 41' 58.978" E
 44.131637°
 2.699716°

 

La tour : 
        L'extérieur :
La découverte

     Pour découvrir la tour de Peyrebrune, rien de plus simple : Il suffit de suivre les panneaux. Après quelques minutes de chevauchée facile je vois une forme longiligne dépassée des arbres.

   Cette forme n'est point une simple tour, c'est le vestige de l'ancien château fort de Peyrebrune.

  Fière et droite est cette tour solitaire

La montée vers... elle

    Pour faciliter la montée vers les vestiges du château, l'époque moderne a construit des marches. Voila une initiative qui ne va point laisser de trace de griffures sur mes magnifiques mollets.

   Soudain, tel un chien de chasse, je suis en arrêt.

Comprenez vous ma stupéfaction ?

  Au sommet de cette beauté médiévale trône une statut catholique. Comme il est très rare de voir le symbole de la Vierge sur un toit de château, je subodore que cet ajout a été réalisé il y a peu de temps. L'analyse de l'historique répond à ma question.

 

Analyse de la tour
    Cette beauté médiévale de cinq étages comporte :

* Sur la hauteur, quelques rares fentes verticales. C'est un compromis entre petite archère et puits de lumière.

* Au sommet, un magnifique hourdage en bois posé sur des consoles et formant mâchicoulis.

Cela me rapelle l'église de Woël !

* En dessous de la salle couverte il y a des grandes ouvertures devant éclairer une salle de confort :

- Salle de garde ?

- Résidence seigneuriale de repli ?

  Les mystères se révèlent

Je suis à ses pieds

   Sur le plateau, de nombreuses questions que je me posais trouvent leurs réponses.

1 - Un vestige de haut mur, aux pierres pauvrement taillées et peu jointives, m'informe qu'un rempart entourait le site.

2 - D'autres vestiges prouvent que des bâtiments existaient.

3 - Une grande surface plane en avant de la tour m'indique la présence d'un bâtiment accolé.

4  -La porte en partie basse ne doit point être médiévale. A ce niveau, il devait y avoir un ratier (voir vocabulaire) ou une cave accessible uniquement de l'étage supérieur.

5 - La véritable porte d'entrée se situé au 1er étage. Elle devait être accessible par un pont levis ou une passerelle extractible en bois. Aujourd'hui, la montée s'effectue par un escalier en pierre très moderne.

6 - De nombreuses pierres sculptées, certainement découvertes durant les fouilles, montrent la richesse et le goût des anciens habitants.

 

        L'intérieur :
  Hélas, la porte ne s'ouvre point. Je repars avec mon questionnement et mes supputations.

Porte close, mais souvenir impérissable !

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, la famille Gac de Peyrebrune est citée.

* Au début du 13ème siècle, le site appartient au Comte (voir titre de noblesse) de Rodez.

* Au 13ème siècle, le château est échangé contre les terres de Marcilhac. Le nouveau propriétaire est la famille De Panat.

* En 1428, la famille De Levis devient propriétaire de Peyrebrune.

* En 1465, le château est reconstruit.

* En 1468, Antoine de Chabanne demande la destruction du château. Tenant à leur château, les habitants donnent une somme importante pour sa "sauvegarde".

* En 1504, par héritage, le site appartient à la famille Caspelpers.

* Vers 1630, Louis de Brunet reçoit le site de Peyrebrune suite à son mariage avec Anne de Castelpers.

* En 1630, comme pour beaucoup de sites fortifiés du Royaume, Richelieu ordonne la destruction du château. Ruine sera l'avenir de cet ancêtre du Moyen Âge.

* Au début du 19ème siècle, e château appartient à une famille de cultivateur.

* En 1848, quelques habitants tentent de détruire la haute tour.  Après plusieurs tentatives, ils renoncent.

* En 1898, l'abbé Hippolyte Lamouroux achète le château. il fait implanté une statut de vierge sur la tour.

* Au 20ème siècle, le site appartient à la paroisse d'Alrance et administré par une société immobilière de l'évêché de Rodez.

* A la fin du 20ème siècle, des étudiants tentent de réaliser des fouilles pour retrouver les traces des murs du château.

* En 2002, l'association de sauvegarde "Les amis de Peyrebrune" est créée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite, mais je vous conseille de ne point venir avec une arme de chasse. La visite de l'intérieur de la tour est possible certains jours dans l'année. Renseignez vous.

 

Est ce le blason du propriétaire ?

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
8 juillet 2006 6 08 /07 /juillet /2006 00:00

 

Département 12 - AVEYRON

 

Le bourg :

   Origine du nom :

   La ville tire son nom de Saint-Baudile, le patron de la paroisse.

 

   Situation :   (--> le voir sur la carte)

      Le bourg est situé à 15km de Millau, dans le Sud Aveyron. Comme souvent, les maisons sont regroupées autour de l'église. Le château n'est pas sur une colline (contrairement aux fortifications médiévales), mais proche du centre.

    Coordonnées du bourg :

44° 9' 48.697" N 2° 57' 26.993"
 44.163527°  2.957498°

 

Le Château : 

    Description :

       Sa structure générale est massive et trahit bien son origine médiévale. Il est composé de deux corps de bâtiments. Les mâchicoulis entourant l'ensemble des 2 bâtiments, sont très jolis (trop) car refaits récemment.

    Les bâtiments comportent de nombreuses fenêtres à meneaux du 16ème siècle donnant de la lumière dans les nombreuses pièces.

   La surprise est la manque de tour, d'échaugette, de donjon et d'élément de tir comme des archères, bouches à feu (voir  vocabulaire). Ce mélange d'époque confère à ce château une originalité.

 

 

Histoire du village et château :

* Les Gaulois construisent des dolmens non loin de la "future bourgade".
* A l'époque romaine, un pont fut construit pour la voie de circulation allant à Lodève.
* En 1082, le village, groupé autour d'une église, est cité dans un texte.
* Au 12ème siècle, il semble qu'un château (tour de défense) soit construit.
* Au 15ème siècle, la cité devient un haut lieu de l'exploitation des carrières de grès pour la construction d'édifices. Les maîtres maçons de la vallée de la Muse ont participé à la construction des remparts des cités templières de la Cavalerie, de Sainte-Eulalie-de-Cernon et de la Couvertoirade. La pierre sert aussi à la fabrique de meules pour équiper les nombreux moulins à eau de la région.
* Au 16ème siècle, le château médiéval est aménagé en résidence plus confortable. Il devient un "manoir renaissance".
* Au 17ème siècle, de gros travaux, notamment sur la toiture, sont entrepris par le propriétaire.
* En 1790, le château est vendu comme bien national.
* En 1791 (?), le village est nommé "Muse-Libre".
* En 1835, il est donné par la famille Gaugal aux religieuses qui le transforment en école.
* En 1960, le château est acheté par la commune, et l'aménage en musée.
* Au 21ème siècle, la visite de l'extérieur est libre et gratuite. La visite du musée est payante. Le risque de recevoir une pierre est négligeable. 

 

 

  Histoire des propriétaires du château :

- Famille de Levézou,
- Les Brengier d'Arpajon,
- Les Roquelaure,
- Les Gaujal,
- Des religieuses de la Sainte Famille au 19ème siècle,
- La commune en 1960.

 

 

 

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 02:01

 

Département 12 - AVEYRON

 

La ville :

    Situation
    Le bourg d'Espalion se situe à 110km au Sud-Est de Brive la Gaillarde, à 70km au Sud-Ouest de Saint Flour, à 45km à L'Est de Decazeville, à 40km à l'Ouest de Marvejols (voir ses portes fortifiées) et à 20km au Nord-Est de Rodez.
 
    Etymologie
       L'antique "Speleveo" tirerait son nom d'un propriétaire terrien établi sur les lieux, à l'époque romaine, un certain Spalia.
     
Le Château :   (--> le voir sur la carte
    Etymologie
* Calmont signifierait : "Mont chauve".
* Olt est l'ancien nom de la rivière Lot. Quand elle entre dans le département de l'Aveyron, la rivière garde cet ancien diminutif et l'accroche à de nombreux villages : Saint Geniez d'Olt, Saint Côme d'Olt.
 
    L'extérieur
Situation
   Coordonnées du château :
44° 31' 2.741" N 2° 45' 9.77" E
44.517428° 2.752714°
 
Description
Le château de Calmont d'Olt, juché sur un piton basaltique, est le centre d'un site panoramique exceptionnel. Surplombant de plus de 500 m la ville d'Espalion et la vallée du Lot, cette place forte surveille les Causses et les monts d'Aubrac.
Il reste de ce "castel médiéval" :
· Une enceinte polygonale qui enchemise l'ensemble. Cet octogone irrégulier est flanqué à chaque angle d'une tour semi circulaire. Quelques traces d'archère et de bouche à feu primitive sont encore visible.
· A l'intérieur de l'nceinte, une tour carrée (premier donjon ?) du XIIème siècle.
· A quelques mètres, un donjon carré du XIVème siècle.
. Des courtines reliant ces 2 tours et clôturant une cour.
 
 
Histoire de la ville et du château
* Au Ier siècle, la ville est située sur le passage de la voie romaine de Rodez à Javols. La ville se développe grâce à son pont sur le Lot.
* Dès le 9ème siècle (?), présence d'un "château" à usage purement militaire dominant la ville d'Espalion.
* Vers l'an 1000, premiers écrits sur les seigneurs de Calmont.
* Au 11ème siècle, une première enceinte est construite autour d'un "donjon-sentinel" de pierre.
* Vers 1100, les seigneurs de Calmont d'olt perçoivent un droit de péage sur le pont d'Espalion, et participe à la fondation de "l'hospital d'Aubrac".
* En 1293, les biens passent à la famille de Castelnau-Bretenoux en Quercy par le mariage de Alasie de Calmont avec Maffre de Castelnau.
* En 1310, le château appartient aux Pelet, seigneurs d'Ales.
* En 1337, début de la guerre de cent ans, Philippe VI confisque la Guyenne. Le Rouergue est rattaché au domaine de France.
* En 1346, les soldats Anglais envahissent Espalion et le château. Durant ces années confuses, la région devint Anglaise et Française alternativement.
* En 1367, le seigneur de Calmont accorde à Espalion le privilège de lever une taxe sur les marchandises durant 4 années pour reconstruire les fortification de la ville.
* A la fin du 14ème, les seigneurs de Calmont d'Olt laissent le château pour s'installer à St Côme d'Olt. Conséquence, la ville est prise par les Routiers.
* En 1395, la Baronnie passe à la famille de Caylus.
* Vers 1400, les ravages provoqués par la guerre de cent ans dans le Rouergue, et la création de nouvelles armes à poudre (canon, bombarde?) nécessitent de nouvelles fortifications pour le château. Une deuxième enceinte est érigée. Elle commande la route allant de Rodez à Aubrac. Cette enceinte basse est dotée de huit tours ouvertes à la gorge et de trente trois archères - canonnières.
* En 1453, fin de la guerre de "cent ans".
* Au 16ème siècle, la ville est prise par les protestants.
* En 1624, le Comte d'Apcher s'empare du château.
* En 1640, le Vicomte d'Arpajon assiège le château et en prend possession.
* Au début du 18ème, le château de Calmont d'Olt sert de repaire à des faux monnayeurs. En représailles, le château est partiellement détruit (démantèlement).
*  En 1833, une gravure de Bichebois atteste de l'état de ruine du château.
*  En 1987, début des travaux de dégagement et de restauration. La tâche est gigantesque mais la ténacité des hommes redonnera prochainement vie à ce château du Rouergue.
 

 

 

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
15 mars 2006 3 15 /03 /mars /2006 21:10

 

Département 12 - AVEYRON

 

 

Le Village :

La ville basse :
A la fin du 19ème siècle, la bifurcation de la voie férrée venant de Bézier vers le Nord (Neussargues) et vers l'Ouest (Rodez) installa un dépôt de locomotives, des ateliers de réparation et un quartier neuf peuplé de cheminots.. Ce fut Sévérac-Gare.
Cette ville moderne s'est étendue jusqu'à "rejoindre" la ville haute nommée Sévérac-le-Château.
 
La ville haute :
Blottie au pied du château, la belle cité médiévale surprend par son charme désuet avec ses maisons en encorbellement, ses ruelles, ses porches et escaliers qui incitent à la découverte et à la flânerie.
La cité médiévale avec ses maisons des 14 et 15èmes siècles, ses portes fortifiées du Peyrou et du Latazou, la "Maison des Consuls", la fontaine romane, "Sesteyral" (le marché aux grains), "La Maison de Jeanne" du XIVème siècle comportant un atelier de poterie et l'exposition sur le quotidien au moyen-âge.
Jadis, elle était protégée par un large fossé, les Douves, et une ceinture de remparts. On y pénétrait par 4 portes avec pont-levis et herse. Deux existent encore
·       celle du "Peyrou"
·       celle de "Latazou".
Bâties sur un plan en arc-de-cercle, les trois rues principales rayonnent autour de la place de la Fontaine :
·       Amaury de Sévérac,
·       Duc d'Arpajon,
·       Belvezet).
Des ruelles, nommées ici des "carayrolles", partent de ces 3 grands axes. En raison du terrain, elles sont parfois aménagées en escaliers sous des maisons, en passages couverts, voûtés ou non.
La ville Haute était répartie en 6 quartiers. Artisans et commerçants prospéraient dans ces murs et, en particulier, les tisserands qui fabriquaient des "cadis", tissus de laine assez épais et non peignés pour la confection, entre autres, de vêtements militaires. Draps et toiles étaient également fabriqués dans la cité et vendus, par convois d'animaux de bâts, dans le Midi de la France et jusqu'à Gênes en Italie.
Au détour d'une ruelle, on peut admirer :
·       Les tours en poivrière,
·       Les passages voûtés,
·       Les maisons à colombages,
·       Le marché à grain "Sestayral" où se réglaient les échanges de blé, orge, avoine, seigle de la baronnie de Sévérac,
·       La fontaine romane,
·       Les échoppes.
 
 
Le château :   (--> le voir sur la carte)
Bâti sur une butte qui culmine à 817m, l'imposant château de Sévérac des 12ème et 17ème siècles veille sur la paisible Cité Médiévale et offre une vue remarquable, notamment sur la vallée de l'Aveyron.
 
A découvrir: remparts, tours, chapelle, cuisine, façade Renaissance, points de vue exceptionnel et tables d'orientation.
Le château se présente comme une grande enceinte polygonale flanquée de tourelle circulaire. Vue de loin, il présente une masse imposante avec un mélange médiéval et renaissance. Découvrons le maintenant par une jolie promenade à pieds.
 
Le portail :
De style corinthien, avec pont-levis (aujourd'hui disparu), il s'ouvre sur un porche en voûte et conduit à la cours d'honneur.
 
La cours d'Honneur :
Elle est immense est montre la puissance de la famille de Sévérac. A l'Ouest, un mur bien restauré et une tourelle de guet. A l'Est , elle est fermée par une muraille supportant la terrasse dite "des canons". En s'approchant du mur, une magnifique vue s'étend sur le bourg et la campagne Sévéragaise.
Près d'une arcade (qui tient par magie) on distingue la base d'un escalier monumental a double volet.
 
La chapelle castrale :
Située au Nord, cette chapelle est accolée à la muraille. Bien restaurée, elle montre un plafond de style gothique.
 
Le logis :
Imposant. C'est le mot qui vient à l'esprit devant ces nombreuses fenêtres et les restes des conduits de cheminée. Pour le confort, le logis a été rebâti entre 1607 et 1650, donnant plus de confort à cette forteresse trop médiéval pour ces habitants.
Situé au Sud, sa façade mesure 85 mètres. Le logis comptait 3 étages et 2 sous-sol. Une cuisine avec un âtre imposant permet d'imaginer les fêtes et les repas donnés au château durant ses heures de gloire.
 
 
Histoire du village et du château
·       50 000 avant JC : Des traces d'activités humaines sont présentes sur le site de Sévérac et ses environs à partir du Moustérien.
·       Vers 8 000 avant JC, la région est véritablement peuplée au néolithique.
·       Vers 2 500 avant JC, le pays est peuplé d’agriculteurs et chasseur, la civilisation devient sédentaire, présence de nombreuses nécropoles mégalithiques, dolmens.
·       En 50 avant JC, colonisation par les Romains.
·       Vers 732, la ville tomba aux mains des Sarrasins.
·       Vers 883, premières mentions écrites du nom de Sévérac : "Severiacum,propriété de Severus", probablement le nom d'un grand propriétaire foncier de l'époque. Grâce à "Charlemagne" Sévérac est le siège d'une viguerie: "Charge du viguier délégué du Seigneur pour la basse justice et les autres administrations du domaine".
·       En 1003, Gui 1er fonde probablement le couvent de Bénédictines et de l’église "Saint Sauveur".
·       En 1214, Simon de Montfort attaque le château dont le seigneur, Déodat III, est lié à la couronne d'Aragon. Après négociation, Déodat III conserve une partie de ses domaines.
·       En 1270, Avant de partir à la croisade, Gui IV accorde des allègements et des franchises d'impôts importantes aux habitants de Sévérac.
·       1418-1422, Amaury de Sévérac, Maréchal de France, baron de Sévérac, crée les foires à Laissac (petit village à 24km au NO) et à Sévérac. Il fait réaménager la fontaine romane dans la Cité Médiévale.
·       En 1424, mort d'Amaury de Sévérac, traîtreusement assassiné par par les Armagnac. La famille d'Armagnac "hérite" des terres de Sévérac qu'ils disputaient au Vicomte de Lomagne déclaré légataire par le maréchal.
·       En 1427, un inventaire fait état de l'extrême pauvreté du mobilier du château, car il est peu habité dans les Armagnac.
·       En 1432 (le 4 octobre), Jean IV d'Armagnac établit à Sévérac le consulat. Cette décision aura une importance capitale dans la Cité pendant trois siècles. Les Consuls, nommés pour un an, avaient en charge la bonne administration et la police de la commune. Ils percevaient les taxes, détenaient les clefs de la ville, fixaient le prix des vins, du pain, de l'huile, la taille et le poids du pain. Ils poinçonnaient aux armes du Seigneur les mesures, les cannes et les poids.
·       En 1444, le dauphin de France, futur roi Louis XI, prend le château par la force et confisque les biens des Armagnac, et les donne à Antoine de Chavannes, Comte de Dommartin.
·       En 1508, après un procès de 92 ans, un arrêt du Parlement de Paris donne l'héritage d'Amaury de Sévérac à Gui d'Arpajon.
·       En 1560, Antoine d'Arpajon, baron de Sévérac, adhère au protestantisme.
·       En 1569, Charles d'Arpajon prend le commandement des calvinistes en Rouergue.
·       En 1586, Charles d'Arpajon défend victorieusement le château contre le Duc de Joyeuse, commandant d'une armée du roi de France catholique.
·       A partir de 1607, et pendant 43 ans, Jean V d'Arpajon, Sénéchal du Rouergue et son fils Louis VI d'Arpajon transforment le château fort médiéval en un palais élégant de style renaissance - préclassique.
·       En 1620, Jean V d'Arpajon abjure le protestantisme. Reconstruction de l'église Saint-Sauveur.
·       En 1637, sous le marquis Louis VI, duc et pair de France, la famille des Arpajon, barons de Sévérac, atteint son apogée qui se terminera à sa mort.
·       En 1654, sur une colline face au château est bâtie la chapelle Notre-Dame de Lorette.
·       En 1679, mort de Louis VI d'Arpajon. Le château est délaissé et tombe en ruines.
·       En 1692, les consuls perdent leurs pouvoirs. Le roi de France Louis XIV nomme un maire pour la communauté.
·       Sans doute victime de cette tumultueuse histoire, la bourgade née au pied des remparts mis du temps à grandir. Sous Louis XV et Louis XVI sont tracées les routes royales. (Elles deviendront les nationales 9 et 88). Un fructueux négoce put enfin transformer la région et "agrandir la cité".
·       En 1793, durant la terreur, une guillotine est installée à Sévérac. Le château est mis sous séquestre.
·       En 1794, la duchesse de Biron, marquise de Sévérac, meurt sur l'échafaud à Paris.
·       En 1799, vente du château à M. Couret, marchand de biens. Inhabité depuis de nombreuses années et détruit par 2 incendies, les restes du château servirent de carrière de pierre à bâtir, tandis que sa charpente procurait du bois de chauffage.
·       En 1932, décret de classement du château au titre des monuments historiques.
·       En 1936, premiers travaux de sauvegarde du Château sous l'égide du ministère des Beaux-Arts.
·       En 1966, achat du château par la commune, et début des travaux de restauration qui dureront 30 ans.
 

 

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by le chevalier du 38 - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article