Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 08:24

 

Département 12 - AVEYRON

 Médiévalité et modernité se marient avec bonheur

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Pomayrols est située à 60km au Sud de Saint Flour, à 35km au Nord-Est de Rodez et à 15km à l'Ouest-Nord-Ouest de La Canourgue.

 

     Coordonnées du château :

44° 28' 17" N 3° 1' 30" E
 44.471482°  3.024944°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Il est très facile de trouver le château dans cette petite commune puisqu'il est posé au sommet de la colline portant les maisons.

* Depuis la petite place, la vue sur la vallée est magnifique.

* Mais je ne suis point venu en ce lieu pour faire du tourisme ni de la poésie, je viens dévorer un site médiéval.

 

 

L'analyse rapide

Bien qu'arasée, la tour est toujours aussi puissante

* Mon premier ressenti est logique. Même si la construction est très modernisée, le château devait comporter 4 tours d'angle reliées par de hautes courtines. L'ensemble protégeait une cour intérieure.

* Les tours ont perdu leur crénelage.

*  Ma brochure affirme qu'elles mesuraient 28m de haut pour un diamètre extérieur de base de 19m.

* La tour Est possède 4 niveaux habitables. La base renferme une citerne.

* La tour Ouest possède 6 niveaux habitables. Ma brochure affirme que les salles sont voûtées.

* Ma plus grande surprise est l'absence totale de système défensif.

 

 

        L'intérieur :

  La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Histoire du château :

* En 1261, la famille Cayrodes possède le château.

* En 1330, pour franchir le Lot et faciliter l'accès au bourg naissant, un pont est construit.

* A partir de 1408 puis durant le 15ème siècle, le site est possession successivement par les familles :

- Laromiguière,

- Montamat,

- Murat de l'Etang.

* Au début du 16ème siècle, le château appartient à la famille d'Estaing (voir leur château principal).

* En 1568, durant les Guerres de Religion, le château est attaqué puis pris et pillé par les Calvinistes.

* En 1705, le vieux pont enjambant le Lot est détruit par une crue.

* A la fin du 16ème siècle (?), le château appartient à la famille De Roux de la Loubière.

* En 1754, Jean Baptiste de Roux par testament donne le le château à son neveu Jean Baptiste Dupont, Marquis (voir titre de noblesse) de Ligonnès.

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'emparent du château et le vendent à De Jabrun.

* Au 19ème siècle, le site partiellement en ruine est possession de la famille Fournier. D'importants travaux de reconstruction et de modernisation sont réalisés. Les 4 tours sont encore visibles.

* Au 20ème siècle (?), le site est divisé en plusieurs parts :

- Le coté Sud est toujours possession de la famille Fournier,

- Le coté Est abrite la mairie et l'école,

- Le coté Nord est habité par la famille Gazagne.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les rues du bourg. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Est ce le vestige d'un donjon au premier plan ?

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Quelle incroyable bâtisse !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Montrozier est située à 40km au Nord-Ouest de Millau, à 15km au Nord-Est de Rodez et à 10km au Sud d'Espalion.

 

     Coordonnées du château :

44° 24' 21.643" N 2° 44' 44.779" E
 44.406012°  2.745772°

 

 

Le château fort : 
        L'extérieur :
La découverte

    Très souvent, un château fort est construit sur une colline proche d'une rivière. Ainsi ses occupants peuvent surveiller les alentours et ont la possibilité d'avoir de l'eau potable (en forant parfois un puits.). C'est donc sans surprise que je découvre cette massive construction surplombant une petite rivière.

    Mon dictionnaire affirme que ce bâtiment est posé sur les vestiges d'un château fort.

En a-t-il gardé un souvenir ?

 

Les premiers indices

* Un rempart avec une tour ronde ne me donne aucun indice sur son origine. Trop arasés et refaits ils sont.

* Un pont fixe à trois arches m'étonne. Ceci est certainement un ouvrage de l'époque moderne (18ème ?).

* Un autre pont ne m'inspire pas beaucoup plus.

* Un bâtiment longiligne ne comporte aucun système défensif.

* Mon espoir renaît en découvrant cette paroi dont les trous de boulin (voir vocabulaire) et les ouvertures carrées me rappellent le moyen âge.

* Cette façade, avec ses multiples fenêtres modernes, ne semble pas avoir un air médiéval, excepté ses systèmes défensifs supérieurs.

 

Un feu d'artifice de beauté !

    Soudain les constructions s'illuminent et me montre un chemin de ronde couvert et des mâchicoulis sur tout le périmètre.

 

Quel curieux enchevêtrement Un chemin de ronde couvert Les angles droits laissent place à la forme ronde

 

  Une tour ronde dans l'angle complète le système défensif trop linéaire de la façade ensoleillée. Si je ne regarde que cette partie, je suis devant les constructions médiévales que j'adore.

  Que ces mâchicoulis sont beaux !

Vais je pouvoir entrer ?
     Une porte s'offre à moi :

*  Je toque avec le heurtoir, mais point de belle princesse (ni de seigneur) ouvre.

* Sans m'abîmer le pourpoint de cérémonie que j'ai mis en cette occasion, je tente de pousser cette piquante porte., mais elle résiste.

* Le tente de voir si chevillette et bobinette existe pour en tirer une faisant cherrer l'autre.

* Etant à bout d'imagination, j'approche mon oeil pour espionner les entrailles. Ce que j'ai vu...... je ne vous le narrerai point. Ceci est mon secret du jour.

 

        L'intérieur :
    La propriété privée n'est pas visitable. 

 

 

Histoire du château fort :

* Au 13ème siècle, construction d'un château fortifié par le Comte (voir titre de noblesse) de Rodez qui y loge souvent.

* Au 14ème siècle,le château appartient à la famille d'Armagnac.

* En 1431, Rodrigue de Villandrodo séjourne au château.

* En 1470, Charles Ier d'Armagnac, après avoir exaspéré depuis plusieurs mois le Roi de France (voir liste), est capturé par les troupes du Sénéchal de Rodez.

Conséquence : Tous ses biens sont confisqués par le Roi de France. Montrozier devient possession Royale.

* Au début du 16ème siècle, le Roi de France Louis XII (voir liste) laisse la jouissance du château au fils de Jean V d'Armagnac.

* Au 16ème siècle, le château de Montrozier est échangé avec le bâtiment de Gages à la famille Alboy.

* A la fin du 16ème siècle, une grande partie du château est inhabitée et souvent en ruine.

* Vers 1581, des aménagements intérieurs sont réalisés par la famille Alboy.

* Au 17ème siècle (?), le site est possession de la famille Battut.

* En 1714, un décret du parlement Oblige la famille Battut à vendre le château au profit des De Tullier.

* En 1761, les terres sont érigées en Marquisat.

* En 1860, le site appartient à la famille Colrat.

* A la fin du 19ème siècle, le domaine est possession de monsieur Denayrousse. De nombreuses modifications architecturales sont effectuées. Il semble que la chapelle (du 13ème siècle ?) soit transformée en grange.

* Vers 1930, Monsieur Ferrailles, nouveau propriétaire, continue les modifications du château.

* Vers la fin du 20ème siècle, le site est possession de Madame De Billy née Fenailles.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée et le silence du site. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Cette beauté médiévale se mire dans l'eau

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Je pressens que plaisir je vais avoir !

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Brommat est située à 50km au Nord de Rodez, à 38km au Sud-Ouest de Saint Flour et à 20km au Sud-Est de d'Aurillac.

 

     Coordonnées de la maison forte :

44° 50' 52.267" N 2° 43' 6.136" E
 44.847852°  2.718371°

 

 

La maison forte : 

        L'extérieur :

La découverte

   Après avoir visité la maison forte de Brommat, je me dirige vers le Nord-Ouest pour découvrir une autre maison médiévale fortifiée dans le hameau d'Albinhac.

Aura-t-elle un charme médiéval ?

  Un L parfait avec des tours rondes aux angles !

L'arrivée

   Malgré un ciel nuageux et une luminosité minimale, le soleil illumine mes yeux en voyant cette beauté dans son écrin de verdure. 

* La  forme de la maison forte est peu classique.

* Elle est composée de deux corps de logis en angle droit formant un L.

* A chaque extrémité, une puissance tour (avec un joli chapeau pointu ) marque la puissance du lieu.

 

Je contourne le site

  Lentement, je m'avance sur la petite route pour mieux humer (et comprendre) cette maison forte.

Quel contraste avec l'autre face !

   Sur ce coté, je vois évidemment les deux tours qui ne comportent plus de système défensif. Les consolidations ont masqué le parement de pierre.

    Mais ce sont surtout les échauguettes qui me fascinent.

 

Les échauguettes

* Les échauguettes sont posés en encorbellement sur des culots.

* Elles sont accochées à chaque angle "sous l'actuel toit.

* Certaines possèdent une large ouverture, mais d'autres ne comportent qu'une petite fente pour tir au fusil.

 

 

Un logis moderne surveillé par une antique échauguette 

 

        L'intérieur :

  Hélas, la maison forte n'est point visitable. Lentement je m'écarte de l'entrée sur la pointe de mes chausses. 

 

 

Histoire de la maison forte :

* Au 13ème siècle (à vérifier), Albinhac est le prieuré de la paroisse dépendant de l'abbaye de Conques.
* En 1661, le site appartient au sir Pierre de Molinéry. Ce personnage est conseillé du Roi (voir liste), lieutenant principal au siège du présidial du Rouergue.

* En 1798, Marie Marguerite Louise Dumas apporte le site d'Albinhac en dot à son mari Guillaume Raymond de Benoît.

* A la fin du 20ème siècle, le site est devenu le presbytère.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Les années ont adouci cette maison forte

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 14:05

 

Département 12 - AVEYRON

  Voila mon sentier d'entrainement de ce jour

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Naucelle est située à 40km au Nord-Est d'Albi, à 35km au Sud-Est de Villefranche de Rouergue et à 30km au Sud-Ouest de Rodez.

 

     Coordonnées du château :

44° 11' 4" N 2° 21' 5" E
 44.184385° 2.351399°

 

Le château : 

        L'extérieur :

Il faut entretenir sa forme

    Etre un castellologue-amateur demande une forme physique importante car je dois toujours être accompagné :

* D'un très gros livre de châteaux.

* D'un matériel photo adapté,

* D'un trépied solide,

* D'une paire de jumelles,

* D'un GPS puis d'une série de cartes avec boussole (car dans les sous-bois, le signal GPS est parfois peu fiable),

* Enfin d'une armure pour me protéger des chutes de pierres.

  Ceci m'oblige à entretenir ma forme physique en réalisant des parcours de santé, même en vacances.

 

La découverte

    C'est donc un Chevalier Dauphinois tout de sueur vétue qui remonte vers le Nord. Soudain, mon destrier tousse.

Est ce mon odeur ?

   Que nenni, cette bête extraordinaire (comme moi) a flairé une curiosité.

La voyez vous ?

 Un corps de ferme cache la ronde tour

Rapide analyse

* Ce site est parfois nommé "Château" et d'autre fois "Grange".

* Il est composé d'un corps de bâtiment parallélépipédique que je ne peux pas dater avec précision.

* Derrière un hangar moderne en tôle, une ronde tour en brique me surprend.

Dans une région de pierre,

pourquoi avoir utilisé la brique ?

* Ce rond vestige médiéval très remanié et consolidé possède une ouverture en hauteur. Sa taille me fait penser à une porte.

Etait ce l'entrée accessible

uniquement par une échelle rétractable

ou un escalier en bois ?

 

        L'intérieur :

  La propriété privée n'est pas visitable. 

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Gallo-Romaine, Bonnefon fait partie du domaine de Monneyrac.

* Au 10ème siècle (?), à Bonnefon, une grange (fortifiée ?) est aménagée. Elle appartient à l'abbaye de Bonnecombe. Autour de cette grange le village de Naucelle se crée.

* Vers 1370, durant la Guerre de Cent Ans, les religieux de Bonnecombe incendient la grange au lieu de la donner aux Anglais.

* En 1427, vers la fin de la Guerre de Cent ans, le château est reconstruit.

ème siècle, le bâtiment d'habitation est modernisé pour plus de confort.

* En 1794, les Révolutionnaires réquisitionnent le château et le vendent à Antoine Lacombe.

* Au milieu du 20ème siècle, le site est possession de la famille Ginistry.

* Les bâtiments étant très ruinés, ils sont démolis et les matériaux aménagent la route d'accès à la ferme.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant la tranquillité des habitants. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Ceci n'est point une cheminée d'usine !

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 07:05

 

Département 12 - AVEYRON

  Voila un vrai château fort : 4 tours d'angle et de hautes courtines

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Lapanouse est située à 35km à l'Est de Rodez, à 30km au Nord-Nord-Ouest de Millau et à 3km au Nord-Ouest de Séverac le Château.

 

     Coordonnées du château fort :

44° 20' 35.898" N 3° 1' 7.565" E
 44.343305°  3.018768°

 

 

Le château fort : 
        L'extérieur :
La découverte

* Ce n'est point par hasard que je suis en ce lieu.

* Le château de Loupiac est une des destinations obligatoires que je m'étais fixée lors de mon préparatif de croisade en Rouergue.

* Quelle chance, il est là, devant moi, presque intact.

 Chacun regarde l'autre pour s'apprivoiser

Rempart et protections

    En avant du château, les communs (construits à la même époque que le château) servaient aussi à la protection du site. Ce premier rempart est renforcé par des contreforts plats.

  Les bâtiments ne montrent pas de vrai système défensif (archère, mâchicoulis, crénelage).

 

Les premières vraies défenses

* Un bâtiment possède des ouvertures ressemblant à des "mâchicoulis" (voir vocabulaire) ou assommoir.

* Un autre possède les consoles de vrais mâchicoulis.

 

Enfin, je regarde la perle de ce site

  Après avoir  tenté de comprendre les bâtiments externes, mon attention se porte maintenant sur la construction seigneuriale :

* Ce château a une base parallélépipédique.

* Il comporte aux 4 angles des rondes tours.

* Bien qu'elles aient été arasées, il semble évident qu'elles possédaient un crénelage et des mâchicoulis.

* Au loin, derrière les bâtiments annexes, je vois :

- Des fenêtres trilobées sur la courtine,

- Une fenêtre trilobée sur l'une des tours,

- Des latrines en encorbellement sur l'autre tour.

 

 

Un ensemble défensif homogène

 

 

        L'intérieur :

Propriété privée

  Le château est une propriété privée non visitable. Pour vous, mes chers lectrices et lecteurs, j'ai "volé" quelques images.

 

Détails architecturaux

  Grâce à ma documentation, je peux vous révéler quelques informations :

* Les murs du château sont épais. Ils atteignent 1,5m.

* Un escalier en spirale dessert les 3 étages.

* Au 3ème étage, les salles sont voûtées.

* De nombreux tableaux de nobles de la région garnissent les murs.

 

 

Histoire du château fort :

* Au 13ème siècle, un petit château fortifié est construit par la famille La Panouse.

* Au 14ème siècle, le château s'agrandit (à vérifier). La famille de Sévérac conteste aux La Papouse la propriété du château.

* En 1443, le château est reconstruit.

* Au 15ème siècle, la famille de Sévérac revendique la propriété du château si proche de leur propre bâtiment (3km).

* En 1548, le site appartient à la famille Lapanouse de Viescamp.

* En ce milieu du 16ème siècle, le château est possession de la famille Pouzols.

* En 1563, le Capitaine Trélans, à la tête d'une armée Catholique, attaque puis s'empare du château appartenant à la famille Gauzel (à vérifier).

* En 1564, après l'avoir pillé et abîmé, Trélans rend le château à son propriétaire.

* En 1569, une toupe de Calvinisne attaque la cité et le château avec des canons. Les défenseurs ne se rendent pas et conservent la maîtrise du château.

* En 1575, de nombreux soldats viennent en garnison au château. Le château appartient au seigneur de Roquelaure.

* En 1576, Charles d'Arpajon, Seigneur de Séverac, se présente devant le château avec une troupe de 1500 hommes. Les défenseurs décident de se rendre sans combattre. Le seigneur de Roquelaure vend le château à Françoise de Montal, femme de Charles d'Arpajon.

* En cette fin de 16ème siècle, la famille Roquelaure est toujours propriétaire du château.

Nota : Cette curiosité m'échappe. Pourquoi les Roquelaure sont ils toujours propriétaires d'un château qu'ils avaient vendu ?

* En 1608, la famille Bessouéjouls est propriétaire du château.

* En 1693, Gély Grandsaigne achète la propriété aux Bessouéjouls.

* En 1789, les paysans assaillent le château.

* En 1793, les Révolutionnaires commandés par le Général Victor, attaquent et pillent le château.

* En 1928, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 1956, la famille Grandsaigne d'Hauterive est toujours propriétaire du château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant le calme du lieu. La visite de l'intérieur est interdite.

 

D'enigmatiques contreforts

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 08:30

 

Département 12 - AVEYRON

 Un spectacle irréel où les pierres construites et le rocher se confondent

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Rivière sur Tarn est située à 55km au Sud-Est de Rodez, à 50km au Sud-Ouest de Mende, à 45km au Nord-Ouest de Le Vigan et à 15km Sud-Sud-Est de Séverac le Château.

     Coordonnées du château :

44° 11'  42" N 3° 8' 54.8" E
 44.19502°  3.148559°

 

Le château : 
        L'extérieur :

La découverte
      La beauté construite que je m'apprête à découvrir est à  moins de 2km au Nord-Est de Rivière sur Tarn. Ce site est considéré comme l'une des plus curieuses constructions féodales.
 Depuis les gorges du Tarn, je ne crois voir qu'un magnifique amas de rocher.

 

Chaque détail est magnifique

    Je suis si impatient de visiter cette incroyable beauté que je tombe dans mon défaut. C'est à dire que je me précipite vers elle. C'est ainsi que je tombe nez à nez devant :

 

1 2 3 4 5 6

 

1 - Amoncellement de pierres construites formant les remparts.

2 - Rempart extérieur posé sur le rocher. La différence de dimensions et de taille des pierres prouve de multiples réparations et des élévations à des siècles différents.

3 - Ronde tour flanque avec archère droite.

4 - En contournant le rempart, je remarque l'épaisseur du mur.

5 - Tour parallélépipédique avec à l'intérieur :

* A gauche une archère droite comportant un faible ébrasement (voir vocabulaire).

* Sur la droite, l'axe de circulation venant du chemin de ronde.

* De nombreux trous pour des poutres. Cette tour avait plusieurs étages.

6 - Dans le rempart, de nombreuses voûtes (Magasin, salle, etc...).

 

Je suis perdu

    Ne comprenant pas cette ruine, je prends un peu de recul. Evidemment, devant ce spectacle, je suis sous un "étonnement charmesque"... ou .... un charme étonnant.

 

Les remparts protègent un rocher construit !

 

La surprise est crescendo !

     La partie centrale de cette ruine est unique en notre Royaume. Il est presque impossible de différencier le rocher taillé par le vent ou par l'homme. Les constructions défensives se fondent dans le rocher.

 

 

Je vous sens perdus

   Devant une architecture aussi curieuse, je comprends votre étonnement devant ce roc turriforme. Pour mieux vous faire ressentir et comprendre cette beauté d'un autre âge, je vous propose une maquette.

    Le château est établi sur une plateforme haute de 50 mètres. Ce plateau formait un donjon naturel. Quelques textes affirment que le mur longeant ce plateau-donjon était crénelé.

  Au sommet il y avait :

* Un four,

* Une citerne,

* Un beffroi avec une cloche pour prévenir les paysans.

* Etc....

 

        L'intérieur :
Où suis je vraiment ?

   Entre la partie basse et la plateforme supérieure, entre les vestiges des 3 remparts et  l'ancien village, il est difficile de savoir ce qu'est réellement l'intérieur de l'extérieur.

     Qu'importe, ceci est mon blog et mon article donc --> J'écris ce que je veux. 

 

La porte du rempart et...

   L'entrée n'a peut être plus ses systèmes défensifs, mais gravir l'escalier est déjà bien difficile. A l'intérieur, je vois des bases de mur définissant des bâtiments. Mais je ne peux pas définir la fonction de ses surfaces délimitées.

Maisons, granges, casernes, etc ?

 Une tour escalier unique !

La tour-porte-escalier

  Evidemment, depuis bien longtemps, vous avez remarqué le chef d'oeuvre de cette ruine. La tour, dont le hourdage a été reconstruit, est le système défensif de l'accès au plateau.

   Cette tour comporte :

* Un pont levis,

* Une porte en hauteur accessible au bout d'un long escalier étroit (limitant le nombre d'assaillants),

* Quelques ouvertures défensives et de lumière,

* Un escalier intérieur.

 

C'est la fin de l'aventure

   Le château n'étant pas ouvert à la visite ce jour, je me console en admirant le paysage et aussi le chemin de ronde du rempart extérieur.

Vous doutez que cela soit un chemin de ronde !

   Je vous le prouve par la porte de l'axe de circulation dans le fantôme de la tour défensive.

 

 

Histoire du château :

  Décrire l'histoire simplifiée et surtout nommer les propriétaires de ce site fortifié est une opération délicate car le fief est souvent partagé entre plusieurs coseigneurs. Il y en eut au maximum 5 en même temps.

*Au 9ème siècle, la province, comme nostre pauvre petit Royaume, vit une période d'insécurité. Pour se protéger, les habitants se réfugient sur les hauteurs.

* Au 10ème siècle, un petit village se crée sur les flancs de la colline.

* Au début du 11ème siècle, un château est construit. Il appartient à la famille Roquefeuille.

* Au 12ème siècle, le site appartient à la famille Ahenric (parfois nommée Henry).

* En 1242 et durant plus d'un an, La famille Séverac, la famille Ahenric et le Comte de Rodez se disputent (batailles) la possession de cette forteresse.

* En 1385, pour priver la branche cadette de sa famille, Bernard d'Armagnac assiège le château durant 2 mois. Victorieux, il fait piller puis brûler maisons et château.

* En 1480, le village comporte 75 maisons.

* En 1558, puis 1574, puis 1580, durant les Guerres de Religion, le château est source de nombreux conflits entre Catholiques et Protestants.

* En 1581, le site est pris puis occupé par les troupes Huguenotes du célèbre capitaine Merle.

* Au début du 17ème siècle, le fief appartient à la famille du Bruel.

* En 1633, le château est détruit sur l'ordre de Richelieu.

* En 1641, Jeanne du Bruel apporte en dot le site à la famille Puel.

* En 1753, la famille Puel fait construire un château de confort dans la vallée au lieu dit : Vignals.

* Vers 1780, le site n'est plus habité que par 42 personnes.

* En 1963, le dernier habitant quitte le site de Peyrelade.

* En ce troisième quart du 20ème siècle, le site appartient à la commune de Rivière sur Tarn.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde est créée. La restauration commence.

* En 1998, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les vieilles pierres. La visite payante de l'intérieur est possible certains jours. Renseignez vous.

 

Aviez vous déjà vu un château aussi curieux ?

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
27 février 2016 6 27 /02 /février /2016 08:04

 

Département 12 - AVEYRONCe mur nous murmure son histoire

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Nant est située à 60km Ouest-Sud-Ouest d'Alès, à 30km au Nord de Lodève et à 20km au Sud-Est de Millau.

 

     Coordonnées du château :

44° 0' 40" N 3° 20' 26" E
 44.011214°  3.34055°

 

 

       Toponymie(voir initiation)

 Nant aurait comme origine un mot Gaulois Nantos signifiant : Cour d'eau.

 

 

Le château : 
        L'extérieur :

La découverteJ'ai envie de faire une ronde proche de cette ronde tour

    Loin de toutes routes principales, à mi-distance entre Nant et Saint Jean du Bruel, le hameau d'Algues est posé sur les flancs d'une petite butte dominant la vallée de la Dourbie.

     Au sommet de la colline, protégé par ce que je crois être des remparts arasés (vous connaissez mon imagination fertile), le vieux château de la famille Roquefeuille somnole.

Je vais de suite le réveiller !

 

 

L'analyse 

* Bien qu'arasée, la courtine est haute.

* Le mur n'est pas très épais, mais la qualité de fabrication se ressent.

* Dans un angle, une ronde tour tente de survivre aux années.

Il me faut maintenant découvrir les entrailles de cette beauté médiévale.

 

 

        L'intérieur :Bien que vide, l'intérieur est rempli d'indices

Voyez vous toutes ses merveilles ?

      Avec précaution, j'entre dans la ruine et je vois :

  * De l'herbe.

Pensez vous que cela

fut le jardin médiéval ?

 

- Cette herbe est évidemment le résultat des siècles sans entretien et surtout des étages qui se sont écroulés.

  * Une citerne.

Pensez vous qu'elle soit médiévale ?

 

- Que nenni. Cette réserve d'eau au dessus du village est une construction classique en notre siècle. Ce n'est point la première fois que je vous montre un château d'eau dans un château fort : Par exemple à Quillan, à Vaour.

  * Une cour ronde.

Pensez vous que cela fut

une cour d'école pour faire une ronde dansante ?

 

- Vous êtes si perspicaces que vous avez reconnu la tour d'angle arasée.

 

 

Une curiosité énigmatique

     Je prends un peu de recul pour observer la surface de château. Même si les arbres faussent un peu la réalité, le périmètre de cette construction devait être important. Soudain, je remarque une curiosité architecturale.

Que pensez vous que cela fut ?

A - Un conduit de cheminée ?

B - Des vestiges de latrines ?

C - Un monte charge ?

D - ....

 

 

C'est à vous de travailler

     Puisque je vous ai donné les bases de lecture de cette ruine, je vous propose de commenter ce que vous voyez dans les 6 images ci-dessous.

Je ramasse les copies dans 2 jours !

 

1 2 3 4 5 6

 

 

Histoire du château et du bourg :

* A la fin du 11ème siècle (à vérifier), un château est construit.

* Au 13ème siècle, un roman écrit en Occitan, cite un seigneur d'Algues. Il est en possession d'un château en ruine. Deux questions se posent :

- Est ce le même site ?

- Le roman s'appuie-t-il sur un fait réel ou narratif ?

* Au 13ème siècle, Nant se développe. Le bourg compte plus de 3000 habitants et organise 4 foires annuelles.

* Au 14ème siècle, la peste noire stoppe le développement de la cité.

* Au 15ème siècle, les Routiers saccagent les fermes et la cité.

* Au 16ème siècle, dans le compoix de Roubiac, le château est dit possession de Dame Marie Gilberte de Roquefeuil.

* En 1560, durant les Guerres de Religion, Saint Jean du Bruel prend le "camp" des Calvinistes alors que Nant est Catholique. Le château se trouve au centre de la dualité.

* Au 16ème siècle, les guerres de Religion stoppent définitivement l'expansion économique de Nant.

* En 1629, le château est détruit.

* En 1782, dans un texte de délibération, le château est nommé : Vieille masure.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant le site et les champs. La visite de l'intérieur est sous la responsabilité de chacun. Le risque de recevoir une pierre existe. Soyez très prudents.

 

Le château d'eau rafraîchit la vieille ruine durant les mois d'été

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 08:30

 

Département 12 - AVEYRON

 Un ensemble fortifié digne des plus grand châteaux forts !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Pierrefiche est située à 35km au Nord-Nord-Ouest de Millau, à 25km au Nord-Est de Rodez et à 20km à l'Ouest de La Canourgue.

     Coordonnées de la grange :

44° 25' 24" N 2° 54' 5" E
 44.423467°  2.901528°

 

 

La grange : 
        L'extérieur :
Comment nommer ce site ?

     Bien assis sur mon fidèle destrier, je m'abreuve de ma documentation sur Galinières. Dans un ouvrage, le site est nommé "Château fort", mais sur une brochure d'historien il est nommé "grange fortifiée".

    Si ma description oscille parfois entre les 2 termes, sachez qu'elle décrit toujours le même site :

Le château / grange fortifiée monastique de Galinières.

Nota : Je vous ai déjà montré une grange fortifiée dont l'architecture est très différente.

 

  Est ce une église, un château ou une simple tour ?
La découverte

    A 4,5km au Sud-Ouest de Pierrefiche, le hameau de Galinières se fait presque oublier sur sa petite colline où coule en contrebas le ruisseau nommé Serre.

   Avec mon oeil d'aigle (et surtout mon GPS aidé par mon dictionnaire) je remarque rapidement l'imposant site fortifié.

   Je comprends maintenant pourquoi certaines revues et livres le qualifient de château.

 

 

Le plan

   Pour vous faciliter la compréhension de la position des bâtiments, je vous propose le plan réalisé par Henry Pons.

       Contrairement à mon habitude, je ne vais pas le commenter. Je vous donne la chance de vous excercer et de deviner.

 

 

 Les tours crénelées ont du impressionner plus d'un assaillant

Rapide analyse 

* Le site est entouré d'un muret dont la hauteur et l'épaisseur me semblent être une construction non médiévale et non défensive.

* Mais mon jugement est contredit par la présence d'une tour ronde accrochée à un mur plus haut.

* Les bâtiments habités sont nombreux. Leurs ouvertures (portes, fenêtres) sont "modernes" sur certaines façades.

* Sur d'autres façades, les fenêtres possèdent des meneaux en croix ayant au moins 6 siècles.

 

 

Les tours

* Evidemment, ce sont les 3 beautés défensives que l'on remarque en premier.

* La 1ère est une tour quadrangulaire dont un coté est dépourvu de mâchicoulis (voir vocabulaire).

* La 2ème est une tour circulaire comportant aussi des mâchicoulis sur consoles.

* La 3ème est le chef d'oeuvre. Ce serait la grange fortifiée.

Aviez vous déjà vu 2 tours superposées ?

 

 Un donjon composé de 2 tours superposées

L'incroyable donjon

* La grande tour, coté Nord, est remarquable et "unique".

* Sa base mesure 12,8m par 13m.

* Ses murs à la base ont 1,5m d'épaisseur (d'après ma brochure).

* Les contreforts mesurent 2,5m par 2,5m.

* Au sommet de la première partie du donjon, une console à 5 niveaux apparaît. Elle a un ressaut de1,25m.

* Les 4 faces possèdent un ressaut.

A quoi servait cet encorbellement ?

* Evidemment à porter un "chemin de ronde" en bois s'apparentant à un hourdage (voir vocabulaire).

  Pour bien comprendre les dimensions imposantes de ce donjon, je vous propose de les comparer à celles des bâtiments voisins comportant 4 étages sur rez-de-chaussée.

 

 

        L'intérieur :

Je reste dehors

  La propriété privée n'est pas visitable.

 

Quelques précisions

   Ma petite brochure me livre quelques détails :

* La chambre de l'abbé est au second étage du donjon,

* Cette chambre est avec voûte à nervures saillantes.

* Les armes de l'abbé Rigal figurent sur la clé de voûte de cette chambre.

* Les appartements dans ce donjon sont décorés de fresques.

* Quatre murs comportent l'écusson de Jean Géraud, abbé de Bonneval en 1424.

* L'accès au chemin de ronde se faisait par un escalier à vis aménagé dans le contrefort Sud-Est (voir les fentes de lumière).

 

 

Histoire de la grange :

* Au milieu du 12ème siècle, les familles nobles de la région et les évêques de Rodez font des donations de terres et de fermes à l'abbaye de Bonneval.

* Vers 1162, un acte reconnaît la possession des granges de Galinières à l'abbaye. Ce lieu est parfois nommé : Peyrol.

* En 1370, Jean, fils du Comte (voir titre de noblesse) d'Armagnac, autorise l'abbaye à creuser un fossé de protection entourant le site.

* En 1371, début de construction du grenier-donjon demandé par l'abbé Rigal.

* Durant le dernier quart du 14ème siècle, des fortifications sont aménagées à Galinières.

* Au 15ème siècle, le site devenant la résidence d'été des abbés, les fortifications sont améliorées.

* En 1576, durant les Guerres de Religion, dans le château de Galinières, les états Catholiques du Rouergue signent une trêve avec les Protestants.

* En 1585, la grange est attaquée, saccagée et pillée par les Huguenots.

* En 1636, le site compte 26 serviteurs et un vivier aménagé dans le ruisseau Serre.

* Au 17ème siècle, la grange fortifiée est affermée. Quelques noms de fermier apparaissent dans les textes :

- En 1677, famille Claudel de Coussiergues,

- En 1750, Ignace Girou,

- En 1784, Jean Pierre Séguret.

* Vers 1792, les Révolutionnaires réquisitionnent le site et le vendent au procureur Ayral du Bourg.

* En 1870, le site est vendu à la famille Glandy.

* A la fin du 19ème siècle, la moitié du site est vendu à Emmanuel Payrac.

* En 1921, un incendie détruit partiellement le site. Le mobilier est en cendre.

* En 1928, certains éléments du site sont inscrits aux Monuments Historiques.

* En 1988, d'autres éléments du site sont inscrits aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée et la tranquillité des habitants. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Quelle puissance !

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Quel magnifique caricatural château fort !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de La Salvetat Peyralès est située à 40km au Sud-Ouest de Rodez, à 30km au Nord d'Albi et à 20km au Sud-Est de Villefranche de Rouergue.

     Coordonnées du château fort :

44° 12' 5.555" N 2° 9' 51.93" E
 44.201543°  2.164425°

 

Le château fort : 
        L'extérieur :
La découverte

   Depuis le bourg de La Salvetat Peyralès, je prends la direction du Sud-Ouest pour arriver, après 4km de chevauchée facile, au confluent de 2 ruisseaux nommés : Vernon et Viaur.

   L'embranchement vers le hameau de Roumégous m'amène vers une incroyable ruine posée au sommet de la colline.

Cette beauté ne vous fait elle pas penser au château d'Alleuze ?

 

Premières constatations

* Le château est protégé sur 3 cotés par des versants abrupts. Cela facilite la défense.

* Mon fascicule prétend que deux remparts précédaient le castel. Les siècles ont détruit ces hauts murs.

* Il est aussi noté d'un fossé isolait le château du village. Il est aujourd'hui comblé. Curieusement, son absence ne me comble pas.

    Ce château m'en fait voir de toutes les couleurs

Je m'approche

* Le château est composé de 4 rondes tours reliées par de petites courtines.

* La courtine, coté le plus vulnérable, est borgne.

* La dimension des tours est si importante qu'elles ont certainement été utilisées comme logis (un examen des entrailles me donnera plus d'informations).

* Il est surprenant de voir certaines tours sans ouverture de tir, ni fenêtre.

* Les larges ouvertures sur certaines tours ne sont point des fenêtres mais des archères que le temps a agrandi.

* La largeur des courtines n'est point symétrique. Sur le coté donnant vers l'à-pic (protégé de l'attaque), des fenêtres ont été aménagées.

* Les murs sont si lézardés qu'il me faudra être très prudent lors de la visite des entrailles.

Lentement, je m'avance vers la ruine en espérant que le "ciel" ne va pont me tomber sur la tête.

  Rondes tours et petites courtines

        L'intérieur :Un corps de logis très abîmé

Première sensation

* En entrant, je ne vois que le vide entouré de tours.

* La partie centrale est le corps de logis très démantelé.

* Ces salles de vie devaient être agréables car la lumière arrivait par les grandes fenêtres.

* Avec un peu d'attention, il est possible de voir la base des arcades géminées.

* Les étages sont visibles ainsi que les bases des murs de séparation.

 

Eléments de confort

* Aux étages, il est possible de voir dans l'épaisseur des murs, les axes de circulation.

* De nombreuses cheminées sont visibles ou se devinent.

* Sur cette face du corps de logis, deux grandes cheminées (l'une en avant de l'autre) chauffaient les 2 salles.

* Sur la gauche d'une des cheminées, l'ouverture ressemble à un "tuyau" montant aux étages.

Etait ce un porte voix ?

Je vous en avais montré un plus modeste à Lopera en Andalousie.

  Combien de belles se sont réchauffées ici ?

Les tours

* Ayant des dimensions différentes, les tours offrent un spectacle multiple.

* Elles possèdent souvent une cheminée par étage.

* Les conduits de cheminée se voyaient déjà à l'extérieur, aux sommets des tours.

* Mais certaines sont dans une salle voûtée et éclairée.

* Il est fort probable que l'ouverture dans les tours ne soit point une fenêtre mais une archère.

* La plus étroite des tours contient les vestiges d'un escalier en colimaçon. 

 

Je suis ivre !

C'est la fin.

   Je suis si fasciné et ébloui par cette ruine que mon cerveau bouillonne et mon imaginaire dérive. En fermant les yeux je crois voir des douves entourant le site.

 

 

Histoire du château fort :

* Au milieu du moyen âge, les archéologues supposent qu'un château primitif existait en ce lieu.

* A la fin du 14ème siècle, la famille Cadole fait construire un château fortifié.

* A la fin du 15ème siècle, le château est possession de la famille De Bar.

* Au début du 17ème siècle, la famille Bourbon-Malausse possède le château.

* Au 17ème siècle, la Baronnie (voir titre de noblesse) de Roumégoux et le château sont vendus à la famille De Faramond.

* En 1700, Claude Malroux est seigneur de Roumégoux.

* En 1755, la famille Truel de La Garde et le sir Bonhomme-Dupin possèdent le château en co-propriété.

* En 1811, le sieur Bouscarol habite Roumégoux (village ou château ?).

* Au début du 20ème siècle, la tour Sud-Est s'écroule.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est dangereuse. Le site n'est pas consolidé. Le risque de recevoir une pierre est important.

 

Comme toujours dans une ruine médiévale, la vue est magnifique

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Où va ce long mur ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de La Bastide-Pradines est située à 70km à l'Est Nord-Est d'Albi, à 15km au Sud-Sud-Ouest de Millau (voir son beffroi) et à 8km à l'Ouest de La Cavalerie.

     Coordonnées du grenier fortifié :

44° 0' 5.598" N 3° 2' 42.443" E
 44.001574 °  3.045026°

 

Le grenier fortifié : 
        L'extérieur :
Préambule

    En nostre Royaume, les touristes sont souvent attirés par le mot : Templier. Avec les légendes, leur pseudo trésor, leur massacre (et le livre de Maurice Druon), ce qualificatif de Templier est très vendeur.

  Conséquence : Dans quelques brochures, certains sites médiévaux sont qualifiés de cet Ordre Militaire Religieux. Hors, la plupart du temps, ce ne sont point les Templiers qui ont habité ou construit le lieu (voir une liste de fausses infoirmations ici).

   C'est le cas de La Bastide Pradines : Point de Templiers à l'origine, mais des membres de Ordre de l'Hôpital de Saint Jean de Jérusalem (nommés aussi : Les Hospitaliers).

  Ce mur m'emporte loin, loin loin....

La découverte

    Au sommet d'un promontoire rocheux, un groupe de maisons blotties à son église se dore au soleil. Lentement je m'approche de ce "nid d'aigle" pour trouver le site médiéval fortifié qui va sublimer ma journée.

 

Je fais le mur

    Mais je suis arrêté par un mur construit parfois sur le rocher. Son architecture intemporel et son manque d'indice ne me permet ni de le dater ni de connaître sa fonction. Mais je pressens que rempart il fut !

    D'habitude, j'entends les pierres me parler... Mais là, les longs murs ne sont que mur-mur ... oups.... murmures.

 

Le Castel Gra­nieyras est là

      Soudain, un parallélépipède apparaît. Cette bâtisse anguleuse, sans tour ne ressemble point à un classique château fort et encore moins à la grange fortifiée de Fontcalvy

  Un cube médiéval !

Rapide analyse du petit coté
* La façade la plus étroite possède 2 ouvertures superposées.

Etait ce des axes de circulation ?

* Pour découvrir son secret, je passe en mode "Terminator". Il me semble voir dans un angle des pierres réajustées.

Sont ce les traces d'une échauguette ?

 

Rapide analyse du grand coté

Cette face est mystérieuse !

* Sa base est composée de quelques lits de longues pierres dont la couleur foncée contraste avec le reste du mur.

* Une ouverture bouchée m'interpelle.

Quelle fut sa fonction ?

* Au bout du mur, un fantôme d'archère droite se dévoile en contre jour.

* A mi-hauteur, au centre, l'ouverture ressemble à une fenêtre de confort.

 

Les 2 autres cotés

   La suite de la découverte est très instructive. Pour ne point tout vous dévoiler et vous donner l'envie de voir cette beauté de 800 ans, je ne vous montre que l'ensemble de loin. Il est possible de voir :

* Une construction en encorbellement nommée : Latrines.

* Un autre encorbellement pour la défense de l'entrée médiévale nommée : Bretèche.

 

        L'intérieur :
  La propriété privée n'est point visitable.

 

 

Histoire du grenier fortifié :

* Au 11ème siècle (?), le site "fortifié" (je ne dispose d'aucune information sur son architecture primitive), possession du Comte (voir titre de noblesse) de Rodez, surveille l'ancienne voie de Narbonne à Rodez passant par le Viala-du-Pas-de-Jaux.

* Vers le milieu du 13ème siècle (1240 ?), le site est habité puis fortifié par l'Ordre de l'Hôpital de Saint Jean de Jérusalem.

* En 1254, le premier commandeur se nomme : Bernard de Pagas le Vieux.

* Vers 1384, Jean de Vica, à la tête d'une bande de Routiers, attaque et s'empare du château.

* En 1438, Guillaume Héralh accompagné de son neveu et d'une troupe armée s'emparrent du château par surprise. Bien que ces vils personnages se soient fortement établis dans la bastide, ils sont délogés par le Sénéchal du Rouergue. Les Hospitaliers récupèrent leur place forte.

* En 1573, les Papistes occupent le site.

* En 1794, les Révolutionnaires réquisitionnent le château comme Bien National. Ils le vendent au citoyen Vergonier, maçon de Lapanousse-Cernon.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Voila une fortification vraiment hors norme

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article