Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 16:26

 

Département 12 - AVEYRONVoyez vous une église fortifiée ?

 

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Vézin de Lévézou est située à 60km au Sud-Ouest de Mende, à 40km au Sud-Est de Rodez et à 25km au Nord-Ouest de Millau (voir son beffoi).

 

     Coordonnées de la commanderie :

44° 15' 44" N 2° 59' 4" E
 44.262199°  2.984511

 

 

La commanderie : 

        L'extérieur :

Est ce le bon endroit ?

    En arrivant dans le petit bourg, au point le plus haut, je remarque de suite l'église : Massive, anguleuse. Ce bâtiment religieux ne semble pas avoir été fortifié.

   Je m'approche de la porte, mais elle ne s'ouvre pas.

Vais je découvrir un bâtiment fortifiée en ce lieu ?

 

 Est ce de l'eau de vaisselle ou de l'eau de gouttière ?

Je cherche

* Lentement je contourne l'église.

* Je constate qu'elle fut construite sur le rocher.

* Durant mon périple de recherche, je découvre sur un mur une ouverture me rappelant les petites fenêtres médiévales d'un habitat.

* Quelques mètres plus loin, une autre ouverture apparaît.

* Avec la présence d'une sortie d'évier, je suis certain que ce pan de mur cache un habitat médiéval.

Suis je proche de la commanderie ?

 

 

Une tour défensive solitaire

La tour

* Au bout du mur, une tour carrée apparaît.

* Elle comporte 5 étages.

* Une des faces est très remaniée (ciment).

* Les rideaux aux fenêtres prouvent que la tour est toujours habitée.

* Au sommet, les vestiges de consoles sont les fantômes des mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

 

Curiosités sur la tour

  Une face comporte trois curiosités :

    1 - Une fenêtre à meneaux en croix (obstruée).

    2 - Une archère droite bouchée.

    3 - Une bouche d'évacuation.

 Cette curieuse évacuation est l'extrémité d'un "tuyaux" dont les pierres de bouchage sont visibles (aménagement après la construction de la tour ?). Cela explique l'archère droite obstruée.

 

 

        L'intérieur :

  La visite de la propriété privée est impossible. 

 

 

Histoire de la commanderie :

* En 1234, La Clau est cité comme bastide fortifiée.

* En 1239 (?), en entrant dans l'Ordre du Temple, Grimal de Salles donne la bastide aux Templiers de Sainte Eulalie du Larzac.

* En 1312, l'Ordre du Temple est dissous.

* En ce début du 14ème siècle, la commanderie est confiée aux Hospitaliers de la commanderie de Canabières.

* Au 14ème siècle, une tour de défense est aménagée.

* En 1412, une église est construite.

* Au 15ème siècle, une autre tour défensive est construite. Le logis est aménagé.

* En 1792 (?), la vieille tour du 14ème siècle est arasée.

* Vers 1799 (?), durant la période du Consulat, le bâtiment religieux devient l'église paroissiale.

* Au milieu du 19ème siècle, l'ancienne commanderie sert de presbytère.

* Au début du 20ème siècle, une salle du donjon est aménagée pour une école.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Je me console sous ces consoles

 

Vers liste

châteaux des Templiers

Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 06:06

 

Département 12 - AVEYRON

 Je pressens que mes 4 prochaines heures seront magnifiques en ce lieu

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Symphorien de Thénières est située à 130km au Nord-Est de Cahors, à 50km au Nord-Nord-Est de Rodez et à 35km au Sud-Est d'Aurillac.

 

     Coordonnées du château :

44° 45' 19" N 2° 44' 26" E
 44.755461°  2.740577°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* A 3 km au Nord-Nord-Est de Saint Symphorien de Thénières, ma documentation affirme qu'une butte porte les traces d'un château fort du 12ème siècle.

* En arrivant sur le site, je suis en extase devant le spectacle de ces pans de murs tentant de survivre.

* Je pressens que je vais me transformer en Sherlock Holmes.

 

Que voyez vous ?

Que vois je ?

   * Parfois devant une ruine, il m'arrive de tenter de deviner de loin l'architecture passée et présente.

   * Cet exercice n'est pas la méthode rigoureuse des archéologues..... Mais comme je ne le suis point, je fais ce que je veux !

 

Rapide supposition
* La château est posé sur un rocher.

* Bien que sa surface ne soit pas très impressionnante, il est assez étendu pour en faire le château d'un puissant seigneur.

* Il semble qu'un rempart (situé à quelques mètres à l'extérieur) entourait l'actuelle ruine.

* Le mur défensif du château ne mesure qu'un à deux mètres de hauteur. Ses pierres sont asymétriques et pauvrement taillées.

 

Information historique d'importance

* Ce château a été le siège d'une Baronnie (voir titre de noblesse).

* Le seigneur du lieu recevait plus d'une trentaine d'hommages de châtellenies.

* C'est donc une ruine "historiquement importante" que je vous montre !

 Vais je pouvoir déchiffrer le secret des vieux murs ?

        L'intérieur :

Qu'est ce ?

* En  entrant, je suis étonné par les arbres de pierres.

* D'habitude ce sont de vrais arbres en bois qui envahissent les ruines médiévales.

Qu'est ce ?

 

Les bâtiments

   Vous êtes si cultivés en ruines médiévales et si attentifs que vous avez reconnu les contours de bâtiments. Sans détail architectural important, il est difficile d'en connaître la fonction (logis seigneurial, cuisine...).

   Les murs sont composés de lits de pierres dont la taille varie. Même en ruine, il est possible de lire quelques pierres pour comprendre (un peu) l'architecture.

1 - Par exemple, ce joli mur d'angle semble avoir été ... heu... une fenêtre (?).

2 - Autre exemple : Ces belles pierres ont eu comme fonction... heu... une colonne portant le plafond (?).

 Même en ruine, sa puissance se ressent !

Un fantôme
* Un château, même en ruine, sans système défensif est rare.

* Je me mets à la recherche d'une tour.

* En prenant de la hauteur, je crois voir au bout du logis les empreintes d'une ronde tour.

* A base de la tour est évasée me prouvant que ce fut une tour de défense en bordure d'une lisse.

 

La tour

* A l'opposé du fantôme, je vois une vraie tour, certes arasée.

* Elle est située en bordure d'un rempart délimitant (je présume) la basse-cour de la haute-cour.

- La tour est évasée en partie basse,

- Le mur est épais,

- La forme laisse apparaître des marches d'escalier. Mais ceci n'est que le hasard de la destruction de la ruine puis de la consolidation pour conservation. Ces marches ne sont point pour un escalier.

- L'intérieur de la tour a été si détruit puis si consolidée qu'aucun fantôme de décors, ni cheminée se laisse admirer.

 

Les entrailles

   En prenant un peu de recul, je remarque une ouverture à la base de la tour.

Vais je découvrir un trésor ?

* Il fait noir, donc point de fenêtre.

* Les montants du mur m'informent qu'une porte s'ouvrait et se verrouillait de l'extérieur. Donc cette salle n'était point une habitation ni un refuge.

* Curieusement, je vois une niche. Cette salle n'était point une citerne.

* Au plafond, aucun trou permettant de récupérer des "objets". Donc ceci n'était pas un ratier (voir vocabulaire).

 

Est ce que les murs poussent comme l'herbe ?

 

D'autres entrailles

* Je sors en direction de la lumière pour admirer à nouveau les "arbres de pierres".

* Soudain, mon instinct me quémande d'aller vers l'humidité. Une autre salle m'attend.

* Sa forme voûtée me fait penser à une réserve.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, probable construction d'un château.

* A la fin du 12ème siècle ou au tout début du 13ème siècle, le site appartient à la famille de Beaumont. Une légende prétend qu'en 1209 Jean de Beaumont, Baron (voir titre de noblesse) de Thénières,  combat les Albigeois durant la Croisade.

* En 1210, le site est possession de la famille d'Auriac.

* En 1236, le site appartient à la famille Urfé, Baron d'Auriac (ou Aurlhac).

* En 1453, la famille Du Breuil possède la seigneurie.

* Vers 1500, la seigneurie est possession de la famille Sémur.

* En 1582, la famille Fontanges possède la seigneurie.

* En 1666, Jean de Soulage est Baron de Thénières.

* En 1695, la Baronnie est possession de la famille Roure

* Vers 1767, la famille Gromoard de Beauvoir possède le site.

* Vers 1789, le site appartient à Victor Scipion Louis Joseph de Lagarde, Marquis de Chambonas.

* En 1794, le vieux château est vendu (par les Révolutionnaires ?) à Prat de Durbec.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

La vue est le plus riche cadeau d'une ruine médiévale

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 06:04

 

Département 12 - AVEYRON

 Ne reste-t-il qu'une tour de l'époque médiévale ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Salles Curan est située à 65km au Nord-Est d'Albi, à 28km au Nord-Ouest de Millau et à 27km au Sud-Est de Rodez.

 

     Coordonnées du château :

44° 10' 58" N 2° 47' 17,5" E
 44.182816° 2.788218°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* En arrivant sur les "hauteurs" du bourg, le château apparaît proche d'une petite place.

* Ce n'est donc point un vestige qui s'offre à moi mais une construction très moderne dont il va me falloir découvrir les traces médiévales.

En voyez vous ?

 

 Quel joli chapeau pointu

L'analyse 

* Le site est composé d'une imposante tour encadrée par 2 ailes.

* Les courtines habitables sont très modernes avec leurs multiples fenêtres et des lucarnes à croupe.

* Avec sa couverture de lierre, il m'est impossible de voir des systèmes défensifs sur la tour.

* La base de la tour est évasée.

* Les pierres sont pauvrement taillées et peu jointives.

* Au sommet, je ne vois aucun crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

Vais je trouver mon bonheur vers l'entrée ?

 

 

La porte d'entrée  Vais je tirer la bobinette pour voir la chevillette ?

* Mon oeil de castellologue amateur a de suite repéré la porte de gauche. C'est une ouverture à ogive.

* Evidemment, vous avez remarqué le rainurage de la herse ainsi que son magnifique fantôme.

* Au dessus, dans une rosace flamboyante, apparaît le blason de monseigneur Guillaume de la Tour, évêque de Rodez et premier propriétaire du château actuel.

 

 

        L'intérieur :

  La propriété privée n'est pas visitable. 

 

 

Histoire du château :

* Au 8ème siècle (?), un château primitif est construit (proche de l'actuel presbytère). Il est possession du Comte de Rodez.

* Au 13ème siècle (?), le château appartient à l'évêque de Rodez.

* En 1260, Guy de Séverac dépose une plainte auprès du Comte (voir titre de noblesse) de Rodez, contre l'évêque Vivian. Il le soupçonne d'héberger dans "l'ancien" château (dont la description est inconnu) une bande de brigands.

* En 1442, l'évêque Guillaume de la Tour demande à Pierre Combette les fondations pour un futur château ainsi que la construction de 4 tours et bâtiments.

* En 1447, le chantier est confié à Jean Salgues.

* En 1450, les boiseries sont confiées à Astorg de Firminhac.

* Vers 1450 (?), le château moderne est achevé. Il devient la résidence d'été de l'évêché.

* En 1601, après la destruction de leur couvent par les Calvinistes, les Bénédictines de l'Arpajonie de Millau trouvent refuge au château.

* Au 18ème siècle (1730 ?), le château est modernisé.

* A partir de 1770, l'évêque ne vient plus au château de Salles Curan.

* En 1779, l'évêque Champion de Cicé n'appréciant pas ce château propose de le démolir pour vendre les pierres. Sa décision n'a pas le consentement des habitants.

* En 1795, le château est vendu à Pierre Girard.

* En 1824, une école est ouverte dans les sous-sols..

* Au 20ème siècle, le château est transformé en hôtel.

* Au la fin du 20ème siècle, après avoir pris plusieurs noms, le site se nomme : Hôtel du Levézou.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Au 21ème siècle, la herse n'arrête que le touriste curieux et admiratif

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Diantre !....Quel curieux vestige

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Castelmary est située à 40km au Sud-Ouest de Rodez, à 30km au Nord d'Albi et à 25km au Sud-Est de Villefranche de Rouergue.

 

     Coordonnées du château :

44° 10' 55.956" N 2° 14' 46.522" E
 44.18221°  2.246256°

 

 

La cité fortifiée : 

        L'extérieur :

La découverte

   Par la route sinueuse, avec surprise je découvre à travers les arbres, une petite cité fortifiée :

     * En bas, des maisons protégées par un rempart.

     * En haut, les vestiges du château fort.

  L'ensemble, posé sur un étroit plateau, est protégé sur 3 cotés par un à-pic et une rivière nommée Le Lézert. Il n'y avait donc qu'une voie d'accès coté Sud qu'il fallait sécurisée.

 

Une puissante tour porte

Une tour

    En arrivant aux pieds du bourg, ma fascination première est pour la haute tour carrée. C'était l'entrée fortifiée du bourg.

Que reste-t-il ?

* Sur l'un des cotés, une ouverture. Ce devait être une porte de circulation menant au chemin de ronde, aujourd'hui disparu.

* Au même étage que la porte, une archère droite primitive.

* Au dessus, une ouverture carrée.

Etait ce le poste de guet ?

Ou

la fenêtre de la salle de garde ?

* En partie basse, la porte d'entrée. Elle est assez large pour laisser passer une charrette.

* Je ne remarque aucune trace d'un emplacement de herse, ni d'assommoir (voir vocabulaire).

Avez vous remarqué que la tour est posée sur le roc taillé ?

 

Le rempart

   Sur la gauche, les vestiges du rempart médiéval apparaissent. J'ai l'impression que les anciennes maisons s'appuyaient sur ce mur, renforçant ainsi sa solidité.

 

        L'intérieur :

Rapide analyse 

* Lentement j'entre dans la ruelle du bourg fortifié.

* Excepté sur la gauche le petit vestige d'une ronde tour, je remarque que l'angle droit est la base architecturale.

* Tout n'est que ruine où il faut deviner la fonction que chaque pan de mur.

Que voyez vous ici ?

 

Le château : 

        L'extérieur :

J'avance vers lui

* Au bout du rampe (où j'imagine la présence d'un pont-levis) il y a mon Graal.

* Bien qu'envahit par la végétation, il est possible de voir une tour ronde sur la gauche.

* Sur la droite, en contrebas, une autre tour ronde attend patiemment sa fin.

* Les consolidations récentes m'empêchent de voir plus de détails significatifs.

 

        L'intérieur :

  Hélas, la ruine est privée et n'est point visitable.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, un seigneur nommé Castelmary possède le château.

* Au 13ème siècle, le puissant Baron de Castelmary est le bienfaiteurs de nombreuses abbayes du Rouergue (Bonnecombe, Loc-Dieu).

* Au milieu du 14ème siècle, la dernière descendante des Castelmary donne (en dot ?) le château à la famille Vergnes.

* En 1369, le château est attaqué par Jean II d'Armagnac (à vérifier).

* En 1458, suite à un mariage, le château est propriété de la famille Morlhon-Sanvensa.

* Au 16ème siècle, Marie de Morlhon-Sanvensa apporte en dot le château à la famille d'Arjac.

* En 1651, le château a un nouveau propriétaire (je n'ai point retrouvé son nom).

* Au milieu du 18ème siècle, le château appartient à la famille de Rozet de la Garde.

* En 1774, François Gorges de Rozet de la Garde vend le château et la Baronnie à la famille Puel de Parlan.

* Vers 1792, les Révolutionnaires ainsi que les habitants du bourg attaquent et pillent le château.

* Au 19ème siècle, le château semble encore habité.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la tranquillité des habitants. La visite de l'intérieur des maisons et du château est interdite. Le risque de recevoir une pierre existe, soyez très prudents.

 

Les secrets de la construction sont cachés derrière ce mur

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 06:06

 

Département 12 - AVEYRON

 Quel magnifique château fort !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Salvagnac-Cajarc est située à 55km au Nord-Ouest de Rodez, à 30km à l'Est de Cahors et à 20km au Sud-Ouest de Figeac.

 

     Coordonnées du château :

44° 28' 29' N 1° 50' 50" E
 44.474915°  1.847339°

 

 

Le château : 
        L'extérieur :

La découverte

* Dans un méandre de la rivière Lot, à la frontière avec le département du Lot, le château de Cajarc m'apparaît comme un diamant dans un écrin de verdure.

* Ses architectures multiples, ses bâtiments imbriqués sont un ravissement.

  La façade Ouest est un assemblage incroyable !

La première façade

Diantre, comme elle est travaillée !

    En découvrant la façade Ouest, je suis surpris par la multiplicité des systèmes défensifs et le manque d'alignement. Voici quelques exemples :

* A gauche, une haute échauguette  (ou tour escalier ?) avec son vestige de mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Au dessus de l'échauguette, une ouverture qui me semble être pour un pigeonnier.

* Au centre de la façade, une tour carrée. Bien qu'arasée (le toit en pente me le prouve), elle possède les corbeaux pour mâchicoulis. C'est la plus ancienne construction défensive du château.

* Vous avez remarqué le nombre impressionnant de fenêtres sur cette façade.

* A droite, une curieuse construction en encorbellement me questionne.

Etait ce des latrines ?

- Cela est surprenant. La dimension de la construction est importante.

Etait ce une bretèche ?

- Ne voyant pas si porte il y a en dessous, je ne peux point l'affirmer.

Avez vous une idée ?

 

 

Que de belles rondeurs !

La deuxième façade

  La façade Sud offre un spectacle bien différent. Elle me fascine par ses belles rondeurs (heu.... d'architecture je parle bien sur. Pour la description des Damoiselles, je garde mes secrets).

* La tour de gauche est avancée.

* La ronde construction au centre est une tour flanque.

* Entre la vieille tour carrée et la tour flanque ronde, la construction en encorbellement est un chemin de ronde couvert. Il doit certainement relier les 2 hautes constructions défensives.

Avez vous remarqué que les 3 consoles de droites sont différentes des autres ?

Fascinant n'est ce pas !

 

Le spectacle continue

* A droite de la ronde tour flanque, le bâtiment sans toiture semble plus haute.

* Ses grandes fenêtres à meneaux en croix me font penser au bâtiment seigneurial.

Avez vous remarqué l'angle entre la tour ronde et ce bâtiment ?

* Il me semble que la ronde tour a été construite après l'élévation du bâtiment seigneurial.

* Evidemment, l'échauguette d'angle à gauche confirme mes supputations.

Comme elles sont belles ces échauguettes sur culots !

 

Une grande tour !

* En contournant le bâtiment, je suis surpris de découvrir une haute et fine tour carrée.

* Elle possède à la base des contreforts dont la fonction est la consolidation, non point de la tour, mais de l'église (à gauche).

* L'église seigneuriale est devenue l'église paroissiale.

* L'arc de décharge m'interpelle.

* Sur la hauteur, quelques petites ouvertures m'informent du nombre d'étages.

* Le plus surprenant est le sommet, avec :

- Les vestiges de consoles formant mâchicoulis,

- Les hautes ouvertures verticales parfois obstruées.

* Ces ouvertures ne peuvent pas être un ancien crénelage.

Qu'est ce donc ?

 

Que voila un sommet bien complexe !

 

 

Je m'inviterai bien à boire un hypocras en ce lieu

        L'intérieur :

Fermé mais.....

  La propriété privée n'est pas visitable. Mais le hasard de l'architecture et de ses modifications permet, en respectant le silence du site, de découvrir la cour intérieure.

  Le premier étage et le second semblent intemporels avec ces arcades en anse de panier.

Qu'en pensez vous ?

 

C'est la fin

   Je vous quitte ici. Je vais secrètement rester devant cet incroyable château fort pour en découvrir tous les secrets.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction du château. Le seigneur se nomme Balanguier.

* En 1350, Guillaume Balanguier s'attaque aux biens de son voisin nommé : Raymond d'Ebrard. Il lui détruit son moulin fortifié. En retour, le sir Ebrard s'attaque à quelques biens du seigneur de Cajarc. Il faut l'action du Roi Jean II le Bon (voir liste des rois) pour que le conflit cesse.

* Au 15ème siècle, le château est adapté aux nouvelles armes. Il appartient à la famille Saint Géry.

* Au 16ème siècle, par mariage, une partie du château est possession de la famille Pallagrue.

* Au 17ème siècle, il semble que la famille Pallagrue soit l'unique propriétaire du château.

* Au 18ème siècle, le château appartient à la famille Prune-Montbrun.

* Au début du 19ème siècle, la famille Montvallat est propriétaire des terres et bâtiments.

* En 1840, le site appartient à une société représentée par monsieur Grand.

* A la fin du 19ème siècle, le site appartient aux familles Delmas et Calmettes.

* En 1991, une partie du château est inscrite aux Monuments Historiques.

* En 1994, une autre partie du château est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite. La cour intérieure est partiellement visible. Veuillez respecter le calme du site et la tranquillité de ses habitants.

 

Ancienneté et modernité en harmonie

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 06:30

 

Il faut monter pour découvrir un château fort

Département 12 - AVEYRON

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Calmont de Plancatge est située à 45km au Nord-Ouest de Millau, à 40km au Nord-Est d'Albi et à 12km au Sud-Sud-Ouest de Rodez.

 

     Coordonnées du château :

44° 14' 59.471" N 2° 30' 42.606" E
 44.249853°  2.511835°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Pour me fondre dans le décor médiéval de cette cité du Rouergue, je laisse mon valeureux destrier en bas de la commune.

* Lentement je gravis la petite route pour me retrouver devant un rempart infranchissable.

  Les angles du rempart sont protégés par des tours rondes

Le rempart

     Les siècles ont arasé ce mur de protection correspondant à la première enceinte. Les pierres sont petites, pauvrement taillées et peu jointives.

Est ce le mur du 12ème siècle ?

Ou

Une reconstruction rapide ?

 

Rapide description

     Bien qu'archère et mâchicoulis (voir vocabulaire) aient disparu, la fonction défensive de ce long mur est indéniable.

   Les petites courtines encadrées par des semi-tours rondes comportent un magnifique arc de décharge.

  Quelques mètres plus loin, une ronde construction m'interpelle :

Fait elle partie du rempart extérieur ?

Ou

Est ce déjà le système défensif du château ?

 

  Je pressens un magnifique donjon derrière le rempart

Rempart du château

* Pour comprendre, je me recule.

* Soudain, derrière un mur sans âge (qui est en réalité la véritable courtine du château fort), presque cachée par les grands arbres, une haute construction apparaît sans que je puisse de suite en définir la fonction.

* Tout en me décalant, je prends un peu de recul pour comprendre cette haute bâtisse.

Incroyable !

 

 

Plan du château

* L'architecture globale du château est un polygone irrégulier.

* Chaque angle comporte une tour ronde de défense.

La façade Ouest, la plus exposée à l'attaque, est protégée par un imposant donjon

 Ce puissant donjon marque le territoire de son seigneur !

Le donjon

 * Par sa hauteur, il écrase toutes les constructions autour.

 * Ma documentation affirme que cette construction comporte 6 étages.

Après ma période de surprise, j'entame le moment de l'analyse.

  * Avec ses formes rondes, avec l'absence de contrefort, ce donjon n'a point été construit à l'époque Romane (voir liste des donjons remarquables).

 * Pourtant je suis surpris qu'une tour maîtresse du 14ème siècle soit dépourvu de système défensif élaboré.

 

Un donjon aveugle

* Même si le donjon a été un peu arasé, je ne ressens pas la présence de crénelage ni mâchicoulis.

* Le plus surpressant est l'absence d'archère.

* Les rondes tours aux angles comportent des fentes verticales, mais je pressens que leur fonction était l'éclairage d'un escalier intérieur.

 

Qu'est ce  ?

"Qui cherche, trouve" affirme un dicton populaire.

  C'est donc avec plaisir que je découvre à la base des tours, des ouvertures magiques !.

Questions : Quelle fut leur fonction ?

1 - Des latrines intérieures. Ceci est plausible car les parois ne comporte aucune construction en encorbellement. Il fallait bien que les occupants fassent leurs besoins sans descendre dans la cour.

2 - Des "pseudos" mâchicoulis comme au château d'Arques. Mais doute j'ai, car ces ouvertures semblent trop basses pour correctement défendre le château.

 

 

        L'intérieur :

Fermé

   Hélas, la propriété privée n'est pas visitable. Je me console en admirant une dernière fois la beauté intemporelle de ce site du Rouergue. 

 

Est ce la fin ?

  Lentement je retourne vers mon destrier quand une petite voix me hèle :

"Chevalier, viens me voir !"

  C'est l'église fortifiée du bourg qui me quémande de la découvrir. Ma croisade n'est donc point terminée en ce lieu.

 

Rempart, donjon et église fortifiée : Quel trio !

 

 

Histoire du château :

* Au milieu du 12ème siècle, Bernard Ier d'Arpajon possède les terres de Calmont. Il semble être le constructeur du premier château (à vérifier).

* Au 14ème siècle, le site est le siège de la Baronnie (à vérifier) détenue par la famille d'Arpajon.

* En 1342, le capitaine de la garde du château se nomme : Bregier d'Arpajon.

* En 1364, le Prince Noir, Duc (voir titre de noblesse) d'Aquitaine, séjourne au château.

* En 1380, début des travaux du donjon (à vérifier).

* En 1417, durant la guerre de Cent Ans, le Baron d'Arpajon réside au château. Il semble qu'il réquisitionne tout le blé du fief (pour l'effort de guerre ?).

* En 1419, le Dauphin, futur Roi Charles VII, séjourne au château.

* En 1437, le Roi de France Charles VII (voir liste des rois), séjourne au château.

* En 1440, un texte stipule que le site est composé du château-vieux et du château-neuf (à vérifier).

* En 1474, les gardes sont commandés par le capitaine Jean Guinier.

* A la fin du 15ème siècle, le Roi de France Charles VIII, séjourne au château.

* En 1499, la troupe est commandée par le capitaine Grub.

* Au début du 16ème siècle (1508 ?), Jean III d'Arpajon (plus connu sous le vocable Jean III, Bertrand, seigneur de Montredon) délaisse le château de Calmont et s'établit à Séverac (voir ce château).

* En 1512, Pierre Gui est le capitaine du château.

* En 1519, le capitaine se nomme : Pierre de Rozet.

* En 1545, la garde est commandée par P. Rosset.

* En 1549, le capitaine P. Rozet commande la garde.

Note personnelle : de 1519 à 1549, ne serait ce pas la même personne avec un nom mal orthographié ?

* En 1622, ayant cédé ses terres de Sévérac à son fils Guy Ier, Jean V d'Arpajon se retire au château de Calmont.

* En 1634, Jean V d'Arpajon décède au château.

* En 1655, le site est le siège du Duché.

* En 1706, Catherine Françoise d'Arpajon, mariée à François de Roye de La Rochefoucault, vend le château à Jean de Cadrieu, Baron de Concourès.

* En 1781, le vieux corps de logis est détruit pour construire une maison de confort.

* En 1788, le château appartient à la famille Durfort-Boissière.

* Vers 1792, le château est vendu à la famille Teulat.

* En 1836, un membre de la famille Teulat vend le château à un groupement de démolisseurs.

* En 1850, la Société des Lettres Sciences et Arts de l'Aveyron achète le château quelque peu massacré par les précédents propriétaires.

* En cette deuxième moitié du 19ème siècle, la famille Canitrot achète le château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Ma vue se trouble devant tant de beauté !

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 08:24

 

Département 12 - AVEYRON

 Médiévalité et modernité se marient avec bonheur

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Pomayrols est située à 60km au Sud de Saint Flour, à 35km au Nord-Est de Rodez et à 15km à l'Ouest-Nord-Ouest de La Canourgue.

 

     Coordonnées du château :

44° 28' 17" N 3° 1' 30" E
 44.471482°  3.024944°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Il est très facile de trouver le château dans cette petite commune puisqu'il est posé au sommet de la colline portant les maisons.

* Depuis la petite place, la vue sur la vallée est magnifique.

* Mais je ne suis point venu en ce lieu pour faire du tourisme ni de la poésie, je viens dévorer un site médiéval.

 

 

L'analyse rapide

Bien qu'arasée, la tour est toujours aussi puissante

* Mon premier ressenti est logique. Même si la construction est très modernisée, le château devait comporter 4 tours d'angle reliées par de hautes courtines. L'ensemble protégeait une cour intérieure.

* Les tours ont perdu leur crénelage.

*  Ma brochure affirme qu'elles mesuraient 28m de haut pour un diamètre extérieur de base de 19m.

* La tour Est possède 4 niveaux habitables. La base renferme une citerne.

* La tour Ouest possède 6 niveaux habitables. Ma brochure affirme que les salles sont voûtées.

* Ma plus grande surprise est l'absence totale de système défensif.

 

 

        L'intérieur :

  La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Histoire du château :

* En 1261, la famille Cayrodes possède le château.

* En 1330, pour franchir le Lot et faciliter l'accès au bourg naissant, un pont est construit.

* A partir de 1408 puis durant le 15ème siècle, le site est possession successivement par les familles :

- Laromiguière,

- Montamat,

- Murat de l'Etang.

* Au début du 16ème siècle, le château appartient à la famille d'Estaing (voir leur château principal).

* En 1568, durant les Guerres de Religion, le château est attaqué puis pris et pillé par les Calvinistes.

* En 1705, le vieux pont enjambant le Lot est détruit par une crue.

* A la fin du 16ème siècle (?), le château appartient à la famille De Roux de la Loubière.

* En 1754, Jean Baptiste de Roux par testament donne le le château à son neveu Jean Baptiste Dupont, Marquis (voir titre de noblesse) de Ligonnès.

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'emparent du château et le vendent à De Jabrun.

* Au 19ème siècle, le site partiellement en ruine est possession de la famille Fournier. D'importants travaux de reconstruction et de modernisation sont réalisés. Les 4 tours sont encore visibles.

* Au 20ème siècle (?), le site est divisé en plusieurs parts :

- Le coté Sud est toujours possession de la famille Fournier,

- Le coté Est abrite la mairie et l'école,

- Le coté Nord est habité par la famille Gazagne.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les rues du bourg. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Est ce le vestige d'un donjon au premier plan ?

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Quelle incroyable bâtisse !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Montrozier est située à 40km au Nord-Ouest de Millau, à 15km au Nord-Est de Rodez et à 10km au Sud d'Espalion.

 

     Coordonnées du château :

44° 24' 21.643" N 2° 44' 44.779" E
 44.406012°  2.745772°

 

 

Le château fort : 
        L'extérieur :
La découverte

    Très souvent, un château fort est construit sur une colline proche d'une rivière. Ainsi ses occupants peuvent surveiller les alentours et ont la possibilité d'avoir de l'eau potable (en forant parfois un puits.). C'est donc sans surprise que je découvre cette massive construction surplombant une petite rivière.

    Mon dictionnaire affirme que ce bâtiment est posé sur les vestiges d'un château fort.

En a-t-il gardé un souvenir ?

 

Les premiers indices

* Un rempart avec une tour ronde ne me donne aucun indice sur son origine. Trop arasés et refaits ils sont.

* Un pont fixe à trois arches m'étonne. Ceci est certainement un ouvrage de l'époque moderne (18ème ?).

* Un autre pont ne m'inspire pas beaucoup plus.

* Un bâtiment longiligne ne comporte aucun système défensif.

* Mon espoir renaît en découvrant cette paroi dont les trous de boulin (voir vocabulaire) et les ouvertures carrées me rappellent le moyen âge.

* Cette façade, avec ses multiples fenêtres modernes, ne semble pas avoir un air médiéval, excepté ses systèmes défensifs supérieurs.

 

Un feu d'artifice de beauté !

    Soudain les constructions s'illuminent et me montre un chemin de ronde couvert et des mâchicoulis sur tout le périmètre.

 

Quel curieux enchevêtrement Un chemin de ronde couvert Les angles droits laissent place à la forme ronde

 

  Une tour ronde dans l'angle complète le système défensif trop linéaire de la façade ensoleillée. Si je ne regarde que cette partie, je suis devant les constructions médiévales que j'adore.

  Que ces mâchicoulis sont beaux !

Vais je pouvoir entrer ?
     Une porte s'offre à moi :

*  Je toque avec le heurtoir, mais point de belle princesse (ni de seigneur) ouvre.

* Sans m'abîmer le pourpoint de cérémonie que j'ai mis en cette occasion, je tente de pousser cette piquante porte., mais elle résiste.

* Le tente de voir si chevillette et bobinette existe pour en tirer une faisant cherrer l'autre.

* Etant à bout d'imagination, j'approche mon oeil pour espionner les entrailles. Ce que j'ai vu...... je ne vous le narrerai point. Ceci est mon secret du jour.

 

        L'intérieur :
    La propriété privée n'est pas visitable. 

 

 

Histoire du château fort :

* Au 13ème siècle, construction d'un château fortifié par le Comte (voir titre de noblesse) de Rodez qui y loge souvent.

* Au 14ème siècle,le château appartient à la famille d'Armagnac.

* En 1431, Rodrigue de Villandrodo séjourne au château.

* En 1470, Charles Ier d'Armagnac, après avoir exaspéré depuis plusieurs mois le Roi de France (voir liste), est capturé par les troupes du Sénéchal de Rodez.

Conséquence : Tous ses biens sont confisqués par le Roi de France. Montrozier devient possession Royale.

* Au début du 16ème siècle, le Roi de France Louis XII (voir liste) laisse la jouissance du château au fils de Jean V d'Armagnac.

* Au 16ème siècle, le château de Montrozier est échangé avec le bâtiment de Gages à la famille Alboy.

* A la fin du 16ème siècle, une grande partie du château est inhabitée et souvent en ruine.

* Vers 1581, des aménagements intérieurs sont réalisés par la famille Alboy.

* Au 17ème siècle (?), le site est possession de la famille Battut.

* En 1714, un décret du parlement Oblige la famille Battut à vendre le château au profit des De Tullier.

* En 1761, les terres sont érigées en Marquisat.

* En 1860, le site appartient à la famille Colrat.

* A la fin du 19ème siècle, le domaine est possession de monsieur Denayrousse. De nombreuses modifications architecturales sont effectuées. Il semble que la chapelle (du 13ème siècle ?) soit transformée en grange.

* Vers 1930, Monsieur Ferrailles, nouveau propriétaire, continue les modifications du château.

* Vers la fin du 20ème siècle, le site est possession de Madame De Billy née Fenailles.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée et le silence du site. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Cette beauté médiévale se mire dans l'eau

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Je pressens que plaisir je vais avoir !

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Brommat est située à 50km au Nord de Rodez, à 38km au Sud-Ouest de Saint Flour et à 20km au Sud-Est de d'Aurillac.

 

     Coordonnées de la maison forte :

44° 50' 52.267" N 2° 43' 6.136" E
 44.847852°  2.718371°

 

 

La maison forte : 

        L'extérieur :

La découverte

   Après avoir visité la maison forte de Brommat, je me dirige vers le Nord-Ouest pour découvrir une autre maison médiévale fortifiée dans le hameau d'Albinhac.

Aura-t-elle un charme médiéval ?

  Un L parfait avec des tours rondes aux angles !

L'arrivée

   Malgré un ciel nuageux et une luminosité minimale, le soleil illumine mes yeux en voyant cette beauté dans son écrin de verdure. 

* La  forme de la maison forte est peu classique.

* Elle est composée de deux corps de logis en angle droit formant un L.

* A chaque extrémité, une puissance tour (avec un joli chapeau pointu ) marque la puissance du lieu.

 

Je contourne le site

  Lentement, je m'avance sur la petite route pour mieux humer (et comprendre) cette maison forte.

Quel contraste avec l'autre face !

   Sur ce coté, je vois évidemment les deux tours qui ne comportent plus de système défensif. Les consolidations ont masqué le parement de pierre.

    Mais ce sont surtout les échauguettes qui me fascinent.

 

Les échauguettes

* Les échauguettes sont posés en encorbellement sur des culots.

* Elles sont accochées à chaque angle "sous l'actuel toit.

* Certaines possèdent une large ouverture, mais d'autres ne comportent qu'une petite fente pour tir au fusil.

 

 

Un logis moderne surveillé par une antique échauguette 

 

        L'intérieur :

  Hélas, la maison forte n'est point visitable. Lentement je m'écarte de l'entrée sur la pointe de mes chausses. 

 

 

Histoire de la maison forte :

* Au 13ème siècle (à vérifier), Albinhac est le prieuré de la paroisse dépendant de l'abbaye de Conques.
* En 1661, le site appartient au sir Pierre de Molinéry. Ce personnage est conseillé du Roi (voir liste), lieutenant principal au siège du présidial du Rouergue.

* En 1798, Marie Marguerite Louise Dumas apporte le site d'Albinhac en dot à son mari Guillaume Raymond de Benoît.

* A la fin du 20ème siècle, le site est devenu le presbytère.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Les années ont adouci cette maison forte

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 14:05

 

Département 12 - AVEYRON

  Voila mon sentier d'entrainement de ce jour

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Naucelle est située à 40km au Nord-Est d'Albi, à 35km au Sud-Est de Villefranche de Rouergue et à 30km au Sud-Ouest de Rodez.

 

     Coordonnées du château :

44° 11' 4" N 2° 21' 5" E
 44.184385° 2.351399°

 

Le château : 

        L'extérieur :

Il faut entretenir sa forme

    Etre un castellologue-amateur demande une forme physique importante car je dois toujours être accompagné :

* D'un très gros livre de châteaux.

* D'un matériel photo adapté,

* D'un trépied solide,

* D'une paire de jumelles,

* D'un GPS puis d'une série de cartes avec boussole (car dans les sous-bois, le signal GPS est parfois peu fiable),

* Enfin d'une armure pour me protéger des chutes de pierres.

  Ceci m'oblige à entretenir ma forme physique en réalisant des parcours de santé, même en vacances.

 

La découverte

    C'est donc un Chevalier Dauphinois tout de sueur vétue qui remonte vers le Nord. Soudain, mon destrier tousse.

Est ce mon odeur ?

   Que nenni, cette bête extraordinaire (comme moi) a flairé une curiosité.

La voyez vous ?

 Un corps de ferme cache la ronde tour

Rapide analyse

* Ce site est parfois nommé "Château" et d'autre fois "Grange".

* Il est composé d'un corps de bâtiment parallélépipédique que je ne peux pas dater avec précision.

* Derrière un hangar moderne en tôle, une ronde tour en brique me surprend.

Dans une région de pierre,

pourquoi avoir utilisé la brique ?

* Ce rond vestige médiéval très remanié et consolidé possède une ouverture en hauteur. Sa taille me fait penser à une porte.

Etait ce l'entrée accessible

uniquement par une échelle rétractable

ou un escalier en bois ?

 

        L'intérieur :

  La propriété privée n'est pas visitable. 

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Gallo-Romaine, Bonnefon fait partie du domaine de Monneyrac.

* Au 10ème siècle (?), à Bonnefon, une grange (fortifiée ?) est aménagée. Elle appartient à l'abbaye de Bonnecombe. Autour de cette grange le village de Naucelle se crée.

* Vers 1370, durant la Guerre de Cent Ans, les religieux de Bonnecombe incendient la grange au lieu de la donner aux Anglais.

* En 1427, vers la fin de la Guerre de Cent ans, le château est reconstruit.

ème siècle, le bâtiment d'habitation est modernisé pour plus de confort.

* En 1794, les Révolutionnaires réquisitionnent le château et le vendent à Antoine Lacombe.

* Au milieu du 20ème siècle, le site est possession de la famille Ginistry.

* Les bâtiments étant très ruinés, ils sont démolis et les matériaux aménagent la route d'accès à la ferme.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant la tranquillité des habitants. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Ceci n'est point une cheminée d'usine !

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article