Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 06:10

 

Département 12 - AVEYRON

  Voyez vous une cité fortifiée ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Sainte Eulalie de Cernon est située à 25km Est-Nord-Est de Saint Affrique, à 15km au Sud-Est de Millau et à 5km au Sud-Ouest de la commanderie Templière de La Cavalerie.

     Coordonnées de la commanderie :

43° 58' 58.699" N 3° 8' 6.767" E
 43.982972 °  3.135213°

 

La commanderie : 
        L'extérieur :
Pourquoi suis je ici ?

   Sur le plateau du Larzac, beaucoup de villages ont été fortifiés durant les longues périodes d'insécurités. Sainte Eulalie de Cernon ne fait point exception.

   En plus de voir des fortifications médiévales, ma présence en ce lieu est importante : Cette cité (à l'époque non fortifié) fut une commanderie de l'Ordre du Temple.

Vais je sentir l'odeur spéciale des Templiers ?

    La vieille tour surveille toujours les collines

La découverte

   Ce site n'est pas une ruine comme je vous en montre souvent, c'est une véritable cité toujours habitée en notre siècle. Huit cents ans d'évolution architecturales se lisent dans les pierres.

     Malgré les améliorations et modernisations, l'ambiance est défensive. L'origine médiévale se ressent dans chaque pan de mur.

 

Mon approche

    Plutôt que de vous faire une visite commentée (suivez le guide messieurs dames... et n'oubliez pas le guide à la sortie), je vais vous montrer mon ressenti par thème... (T'aimes ?).

    Pour mieux comprendre cette commanderie, veuillez regarder le plan.

 

Tours et courtines

  Les premières constructions que l'on remarque sont d'abord les tours :

* Certaines sont carrées sans crénelage mais avec les vestiges des mâchicoulis (voir vocabulaire).

* D'autres sont rondes, mais toujours sans créneau.

* Certaines comportent des ouvertures obstruées, ancien souvenir du chemin de ronde.

* D'autres, en plus de l'accès bouché au chemin de ronde, possèdent des vestiges de latrines en encorbellement.

  L'angle droit n'est pas la priorité de cette tour

Les systèmes défensifs

   En complément du crénelage et des mâchicoulis les tours possèdent différentes fentes de tir :

* Certaines ne sont que de simples archères droites avec un faible ébrasement intérieur.

* D'autres comporte en partie basse une ouverture ronde pour tir au mousquet ou à la couleuvrine.

* Certains trous pour arme à feu semblent avoir été ajoutés sur les bases d'une ancienne archère droite.

* La plupart des tours possèdent sur plusieurs niveaux des systèmes défensifs de périodes différentes.

 

La porte

    Bien que des habitats aient été aménagés dans les courtines, ouvrant de nombreuses fenêtres, l'aspect massif et fortifié est encore visible.

     Positionnée entre deux tours rondes, une haute construction carrée s'impose fièrement :

C'est la tour porte.

  Bien qu'elle semble dépourvue de pont levis, elle possède les classiques systèmes défensifs :

* Salle de garde à l'étage,

* Salle de guet au sommet,

* Fentes de tir, L'archère canonnière a été bouchée pour ne pas faire peur aux touristes

* Mâchicoulis

* Etc....

 

        L'intérieur de la Commanderie :

Les systèmes défensifs

    En franchissent la tour porte, mon instinct de Chevalier regarde vers le haut.

    Un assomoir, au dessus d'un système de tir, attend l'assaillant. Comme je suis un simple touriste et que la salle de garde est vide, avec assurance je pénètre dans la cité.

     Evidemment, toutes les fentes de tir vues à l'extérieur dans les courtines du rempart s'affichent fièrement ici. Certaines avec leur faible ébrasement m'informent de leur ancienneté.

   D'autres systèmes de tir ont été modifiés suite à l'invention des armes à feu.

  Je passe ou je trépasse

Les passages
   Comme souvent dans une cité médiévale, l'espace est utilisé au maximum. Conséquences : Les maisons et bâtiments se touchent, s'emboîtent et se fondent.

   De nombreux passages sont aménagés permettant la circulation mais aussi l'aménagement au dessus. Certains sont évidemment dans les tours.

 

L'église
    Evidemment, dans une cité construite puis occupée par un Ordre Militaire Religieux, il y a une église. Son architecture est confuse car elle a été profondément modifiée par les Hospitaliers.

  Je me questionne sur la rehausse.

Etait elle aussi fortifiée ?

 

Mon errance continue

  Pour que vous ayez de nombreuses surprises en visitant cette cité, je ne vais point tout vous montrer. Je vais donc garder pour moi les maisons, volets, fenêtres, façades, murs si passionnants.

 

La tour... Prends garde à ne point devenir ruine !

 

 

Histoire de la commanderie :

* Au 12ème siècle (1151 ?), l’abbé de Saint Guilhem le Désert, fait don de l’église de Sainte Eulalie aux chevaliers de l'Ordre du Temple.

* En 1159, Raimond Bérenger, Roi d’Aragon et Comte (voir titre de noblesse) de Barcelone donne la totalité du village de Sainte Eulalie ainsi que des terres du Larzac à l'Ordre du Temple. Avec les années, ces derniers fondent l'une des plus importantes commanderies du Sud de la France.

* Le 13 octobre 1307, le Roi de France réalise la plus "Grande opération de police" de l'histoire en capturant presque tous les Templiers du Royaume en un jour.

* En ce 14ème siècle naissant (1312 ?),  les Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem récupèrent les biens des Templiers.

* A partir de 1340, avec le début de la Guerre de Cent ans, les Hospitaliers renforcent la commanderie par la construction de remparts et tours défensives.

* Au 15ème siècle, construction d'une tour défensive (nommée aujourd'hui : Tour de la Commanderie).

* A partir de 1442, début de construction de l'imposante porte fortifiée.

* En 1642, en s'appuyant sur les murs de l'église des Templiers du 12ème siècle, le bailli de Bernuy-Villeneuve réalise une église "moderne".

* Au 17ème siècle, le cimetière situé sur place de l'église est déménagé. De nombreux bâtiments sont modernisés par l'ouverture de fenêtres.

* Au 19ème siècle, des maisons sont construites en s'appuyant sur le rempart.

* En 1976, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, la municipalité achète plusieurs maisons dans les remparts puis aménage des gîtes.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du bourg et des ruelles est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des bâtiments est interdite ou partiellement autorisée.

 

L'âme des Templiers est encore présente dans ces vieilles pierres

Vers liste

châteaux des Templiers

Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 06:30

 

 Voyez vous une église fortifiée ?

Département 12 - AVEYRON

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Sainte Geneviève sur Argence est située à 50km au Nord-Nord-Est de Rodez, à 35km au Sud-Ouest de Saint Flour et à 25km au Sud-Est d'Aurillac.

 

     Coordonnées de l'église :

44° 48' 57.197" N 2° 45' 14.771" E
 44.815888°  2.754103°

 

 

L'église : 

        L'extérieur :

Je me détourne un peu dans ma croisade

      A deux kilomètres au Nord de Sainte Geneviève sur Argence, le village d'Orlhaguet est considéré comme "le Nice de la montagne".  Rien que pour cette appellation, je me dois de faire un crochet dans mon itinéraire de Chevalier en croisade.

  Une tour digne d'un château fort !

La découverte
   En arrivant dans le village, de suite mes yeux sont attirés par une haute et puissante construction. Je suis si surpris que je pense à haute voix :

"Point église cela est !

Château est devant moi !"

 

J'analyse comme pour un château 

* Sur la gauche, un donjon.

* Sa base est soutenue par de petits contreforts à larmier.

* Au dessus du sommet des contreforts, une ligne de corbeaux (ils ne sont pas en plume mais en pierre évidemment).

Etait ce le toit du précédent bâtiment

avant son élévation ?

* Sur plusieurs niveaux, des fentes verticales sont visibles prouvant que des salles sont aménagées dans le donjon.

* Au sommet du donjon, un crénelage permet le guet et la défense.

*  Au centre, une ronde tour semble moulée dans le toit du bâtiment du dessous.

* Sous le toit du bâtiment central, une large ouverture me fait penser à une salle d'habitation ou de repli.

 

Mais....C'est une église !

   Je contourne ce bâtiment défensif quand soudain apparaît une forme reconnaissable.Un clocher peigne

Aviez vous remarqué les cloches

en haut de ce curieux clocher ?

 

Questionnement sur le clocher-tour

   Je suis très intrigué par les multiples consoles triples.

       Si je fais abstraction des cloches (qui aurait été posées" récemment"), je peux imaginer qu'une solide construction en encorbellement facilitait la défense de rapprochée.

     Mon raisonnement est corroboré par la prolongation des consoles sur la tour ronde (à gauche).

   La défense de loin et le guet sont assurés par une sorte de crénelage (ouverture) encore existant sur le petit coté.

 

        L'intérieur :

  Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au début du 11ème siècle, construction d'une église (évidemment en style Roman).

* Vers 1080, l'église et ses dépendances sont vendues par Géraud d'Amels  et Pons de Turlane à l'abbaye de Conques.

* Au 14ème siècle, à cause de la présence des troupes Anglaises, l'église est fortifiée pour la protection des villageois.

* En 1586, la population du lieu est presque décimée par la peste.

* Au 17ème siècle, l'église est toujours utilisée comme bâtiment défensif.

* En 1647, le capitaine Laurence Vialars commande une troupe "armée" (certainement des villageois désignés) résidant dans l'église.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Etienne) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Une église ressemblant à un château fort

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 06:10

 

Département 12 - AVEYRON

 Voyez vous le vieux château fort ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Castelnau de Mandailles est située à 35km au Nord-Est de Rodez, à 11km au Nord-Ouest de Saint Geniez d'Olt et à 10km à l'Est-Nord-Est d'Espalion (voir son château).

     Coordonnées du château :

44° 32' 9.323" N 2° 53' 9.611" E
 44.535755°  2.886003°

 

Le château : 
        L'extérieur :
L'arrivée

   Sur la route qui serpente vers le petit bourg, un "miracle" de dame Nature me permet de voir à travers les arbres. Cette trouée est comme une serrure magique dans un conte de fée, elle me permet de voir le Graal de ce jour.Quelle fut la fonction de cette tour ?

   Je dépose mon destrier à l'extérieur et j'arpente à pieds les ruelles étroites de Castelnau de Mandailles.

 

La surprise
   Très souvent, un château fort est posé sur une butte, une motte ou proche d'un à-pic. Le village s'agglutine dans ses pentes. Parfois, le village est entouré d'un petit rempart augmentant le système défensif du château.

    Mais à Castelnau de Mandailles, je ne vois aucune fortification entourant la commune. Le plus surprenant, c'est que je ne vois plus le château.

Où est il ?

 

La découverte

  * Ma première découverte est le blason du bourg, montrant au centre un château fort.

  * Ma deuxième découverte est pour une sculpture sur un mur, montrant un heaume de Chevalier du 13ème siècle.

  * Ma troisième découverte est une tour ronde servant de clocher à l'église.

Etait ce l'une des tours du château ?

  La réponse est : Oui ! 

  Est ce une façade de château fort ?

La façade

    La partie la plus impressionnante du site est une longue façade encadrée par 2 rondes tours. Avec les multiples fenêtres modernes, il est difficile de croire que cette imposante construction puisse être un château fortifié.

  La recherche d'indices commence.

 

Les ouvertures de tir

   Une construction dite fortifiée se doit de posséder des systèmes défensifs. Ce bâtiment en possède plusieurs :

 1 - A coté d'une fenêtre Romane, un trou pour arme à feu.

 2 - Une archère canonnière bouchée (pour éviter les courant d'air ?).

 3 - Une archère cruciforme modifiée en archère canonnière.

 4 - Une archère droite avec un important ébrasement extérieur.

 

Une délicate ouverture de lumière

 

        L'intérieur :
  Hélas, la porte est fermée et je n'ai point le mot de passe magique, ni la clé rouillée pour entrer. Je quitte ce lieu pour découvrir une autre merveille à une lieue au Sud. 

 

 

Histoire du château :

* Au début du 12ème siècle,le site appartient à la famille de Senhorel.

* En 1165, Hugues Senhorel devenant moine, apporte le site à l'abbaye d'Aubrac.

* Au 13ème siècle, un château fortifié en pierre est aménagé.

* En 1243, Bernard de Calmont est le principal seigneur de Castelnau.

* En 1299, Pierre Aton est seigneur de Castelnau.

* Au 14ème siècle, le seigneur de Castelnau porte le titre de Baron (voir titre de noblesse).

* Vers 1620, Jean de Castelnau donne la seigneurie à Raymond de Castelpers.

* En 1642, le site appartient à François de Crussol, Baron de Saint Santin.

* A la fin du 17ème siècle, le château appartient à la famille Curières (à vérifier).

* Au 18ème siècle, le château est démoli.

* En 1757, le "nouveau" château est acheté par le juge Bernard d'Argouy.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Au revoir, énigmatique château

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 06:30

  Haute est la tour de Brussac

Département 12 - AVEYRON

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bozouls est située à 35km Est-Sud-Est de Decazeville, à 30km au Nord-Ouest de Séverac le château et à 20km au Nord-Est de Rodez.

     Coordonnées de la tour :

44° 30' 36.238" N 2° 40' 47.262" E
 44.510066°  2.679795°

 

La tour fortifiée : 
        L'extérieur :
La découverte

   Après avoir visité le château de Bozoul, je me dirige au Sud-Ouest vers le hameau de Brussac pour découvrir une tour fortifiée.

Est ce le seul vestige d'un ancien château fort ?

  L'enquête commence.

 

Est ce une tour solitaire ?

    Au Moyen Âge, il n'existait pas de tour solitaire. Soit elle était entourée d'un rempart, soit elle s'intégrait à la protection d'un château fort.

    Les siècles ayant fait disparaître toute trace au sol, je fais appel à mon instinct de Castellologue-Amateur pour trouver la fonction de cette tour.

     Avec une liste de propriétaires aussi importante, avec une situation aussi logique, il me semble évident qu'un château existait en ce lieu.

Je vais donc décrire la tour du château de Brussac !

  Ombre et soleil tapissent la tour

1ère analyse de la tour

    Avec un parement d'angle aussi puissant et aussi bien construit, j'ose affirmer que cette tour a été construite par et pour un seigneur. La possibilité d'une tour de guet s'évanouit.

 

Questionnements

   * Une face est borgne,

   * Une autre comporte des ouvertures bouchées. Il semble évident que cette curiosité est due à la consolidation "rapide". Pourtant, je suis surpris du nombre d'ouvertures donnant sur le vide :

1 - L'ouverture basse à gauche devait être une fenêtre médiévale.

2 - Les 2 ouvertures rectangulaires étaient :

   A - Soit des fenêtres créées à la Renaissance.

   B - Soit des portes donnant dans d'autres salles du château, mais..... Je ne vois aucune trace de vestige de mur transversal et encore moins des trous de boulin (voir vocabulaire) pour une passerelle.

Quel est votre avis ?

 

La façade "bouchée"

  Bien que de nombreuses ouvertures aient été bouchées, je suis surpris de voir ceci. Mon étonnement n'est point sur les trous de boulin mais sur le puits de lumière d'origine Romane. 

 

Que d'ouvertures !

La découverte du coté ensoleillé
   La façade illuminée par Râ est fascinante tout en étant énigmatique. Si je fais abstraction de la porte percée "récemment", les ouvertures supérieures posent des questions sur leur fonction :

* L'ouverture au premier niveau fut certainement une fenêtre Renaissance (?). Elle dut être protégée par une grille en fer forgée, les trous dans les piédroits en sont la conséquence.

* Au 2ème niveau, l'ouverture en tiers-point ressemble à une entrée médiévale. Les trous de boulin en dessous me font imaginer qu'une passerelle (amovible ?) existait.

* L'ouverture du 3ème niveau ressemble à celle du 1er.

* Entre le 2ème et 3ème niveau, des corbeaux attirent mon attention.

Qu'est ce ?

   Vous êtes si perspicace mes merveilleux lecteurs que vous avez reconnu les vestiges d'une construction en encorbellement qui devait être : Les latrines.

 

Une autre curiosité

   Presqu'à la base de la tour, une ouverture dans l'épaisseur du mur m'intrigue.

Qu'est ce ?

  C'est un "tuyau" d'évacuation :

* Soit pour des latrines intérieures,

* Soit pour les eaux usées.

 

        L'intérieur :
   La tour n'est point visitable, mais en me contorsionnant, j'ai pu "voler" une image

 

 

Histoire de la tour :

* Vers 1051, le sieur Brussac habite le site.

* Au 14ème siècle, une fille de la famille Brussac apporte le site en dot à la famille d'Arjac.

* En 1403, Jean de Fezensaguet meurt au château.

* A la fin du 16ème siècle, le site appartient à la famille : De Glandières de la Boissonnade.

* En 1600, Guillot De Glandières de la Boissonnade habite le site.

* En 1642, la fille de Guillot apporte en dot le site à Baltazar Philippe de Cadrieu.

* En 1690, le site est acheté par Raymond de Jouery.

* Vers 1850, le site est vendu à la famille De Maynier.

* A la fin du 19ème siècle,le site appartient à Joseph Triadou.

* Vers 1912, le site appartient aux 2 gendres de Joseph.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Les traces du passé se lisent à livre ouvert

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 06:05

 

Département 12 - AVEYRON

  Du haut de sa colline, le vieux château surveille la vallée

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Gissac est située à 38km au Nord-Ouest de Lodève, à 25km au Sud-Ouest de Millau et à 9km au Sud de Saint Affrique.

     Coordonnées du château fort :

43° 53' 9.827" N 2° 52' 48.212" E
 43.886063°  2.880059°

 

Le château fort : 
        L'extérieur :
La découverte

   Depuis le bourg de Gissac, je pars en direction du Nord-Ouest vers le hameau de Montégut. Après 7km de chevauchée, mon Graal apparaît sur la colline.

Avez vous noté que le château se nomme Montaigut

alors que le hameau porte le diminutif de Montégut ?

    Ne reste-t-il qu'une tour unique ?

Première analyse

* Sur la droite, un muret m'interpelle. Je ne peux pas dater sa construction et encore moins définir sa fonction originelle.

* Le massif bâtiment a une forme quadrangulaire.

* Sur la gauche, le puissant contrefort d'angle est curieux par sa forme, sa hauteur et sa largeur.

* Au dessus, des fenêtres "modernes" renforcées par un arc de décharge,

* En partie haute, un étage qui semble avoir été ajouté et que j'assimile à un chemin de ronde couvert.

 

Je suis déboussolé
    Je suis surpris de ne point comprendre l'architecture de ce château. Lorsque je ne comprends pas, j'utilise deux principes :

1 - Je prends du recul pour mieux ressentir. Je suis toujours dans le "flou".

2 - Je récupère un croquis réalisé par monsieur Pons. Voici le château théorique au 14ème siècle.

Avez vous compris l'architecture de ce quadrangulaire bâtiment ?

  Aviez vous déjà vu ce style d'échauguette ?

Enigmatique façade

   Lentement, je contourne le bâtiment pour tenter de découvrir ses secrets. Il a été construit directement sur rocher. Mais ce n'est point la partie basse qui m'interpelle, mais la façade.

 

A gauche

* Sur la gauche, des ouvertures de lumière de tailles différentes. Je pressens que plusieurs siècles séparent les petites des grandes.

* En partie supérieure, une curieuse échauguette d'angle très cubique. Elle comporte de petits systèmes de tir pour arme à feu et en dessous des mâchicoulis.

 

A droite

* Le mur est plus abîmé. La qualité des pierres est médiocre.

Est il plus ancien ?

* Les ouvertures de lumières ne sont point imposantes

* L'échauguette d'angle est identique à sa consoeur de droite.

* Par contre, une salle semble possédée un élément de confort nommé : Latrines.

Avez vous remarqué une petite fente au dessus ?

  Sa position semble plus haute que le chemin de ronde couvert.

Une architecture cubique, mais non symétrique !

        L'intérieur :
  Hélas, le site n'est point ouvert à la visite le jour de ma venue. Je me console en regardant le jardin médiéval et surtout la beauté du paysage Aveyronnais.

 

 

Histoire du château fort :

* Au 10ème siècle, sur la falaise de la vallée du Grauzou, regardant en direction des châteaux de Montlaur et Rebourguil, construction d'un château fortifié en protection des terres du Comté de Millau (voir son château primitif). Le site appartient à la famille éponyme.

* Au 11ème siècle,un puissant château en pierre est aménagé par la famille Montaigut.

* Au 12ème siècle, le château appartient à l'un des fils de Pierre d'Aysenne et Marie de Caylus.

* Au milieu du 12ème siècle,le seigneur de Montaigut fait de nombreux dons à l'abbaye de Sylvanès.

* A la fin du 13ème siècle, le damoiseau Pelfort, possédant 1/8ème du domaine, le vend à Pons Tréboulou.

* Au début 15ème siècle, le site appartient à la famille Peyre (ou Pierre ?).

* Au 15ème siècle (?), par mariage, le site appartient à la famille De Blanc. Pour plus de confort, de nombreux travaux de modernisation sont effectués à l'intérieur.

* En 1479, le seigneur de Montégut tue (assassine ?) le seigneur de Montlaur. Une expédition punitive est organisée en retour contre le château.

* En 1515, la famille Albis achète une partie des droits à Isabeau De Blanc.

* En 1537, la famille Albis achète une partie des droits à Pierre De Blanc.

* En 1568, Guillaume De Blanc, seigneur de Montégut et gouverneur de Saint Affrique, adopte les idées des Protestants.

* En 1569, le propriétaire du site demande au Consul de Saint Affrique "un tonneau" de poudre pour assurer correctement la garde de la route en contrebas entre Camares et Saint Affrique.

* En 1574, Guillaume est assassiné par ses serviteurs. Sa femme est chassée du château.

* Durant le 16ème siècle, le domaine appartient successivement à la famille Albis, puis Annat.

* En 1602, Jean Roubelle et Marc de la Valette sont propriétaires du château (Sont ils successivement ou ensemble les propriétaires, mes textes ne l'affirment point).

* En 1639, le château est vendu à Jean de Morlhon, Comte (voir titre de noblesse) de Caylus.

* En 1765, un membre de la famille Valette semble être le ou l'un des propriétaire(s) du château.

* Vers 1780 (?), le château appartient à la famille De Labit, de Saint Gervais.

* Vers 1792, les révolutionnaires s'emparent du château et le vendent au sieur Ollier.

* Vers 1950, le château appartient à Emile Bousquet, cultivateur à Montlaur. Le château non habité se dégrade.

* Vers 1972, le site est possession de monsieur Simonin qui tente de le restaurer.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde est créée. Lentement le château renaît de ses cendres.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le sentier. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vérifier les dates et horaires d'ouverture.

 

Bien qu'il m'ait conquis, je n'ai pas pu le conquérir !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Voyez vous cette beauté dépassant des arbres ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
    La commune de Millau est située à 70km au Nord-Ouest de Montpellier, à 60km au Sud-Ouest de Mende et à 45km au Sud-Est de Rodez.

     Le château est situé à 5km à l'Est de Millau, sur le causse Noir, en bordure des gorges de la Dourbie.

 

Le château : 
        L'extérieur :
Elle est là haut !

    Sur la route entre les communes du Massebiau et de Le Monna, perchée sur un rocher du causse, tentant de survivre aux grands arbres, un vieux château solitaire se désespère de ne point voir de touriste feru de ruines médiévales.

C'est pour la consoler que je suis en ce lieu.

 

Mes supputations durant l'effort

    Lentement, je monte dans la pente pour espérer caresser cette beauté d'un autre âge. Tout en soufflant par l'effort, tout en faisant attention aux pierres roulantes et aux épineux, je lis ma petite brochure sur cette ruine. 

    Il semblerait que la tradition populaire nomme ce site : Le château Anglais.

Impossible cela est !

    Le château était (ou aurait été) en ruine avant le début de la guerre de Cent ans, donc avant l'invasion des Maudits Anglois. Si j'avais un téléphone moderne, j'aurai demandé la confirmation grâce à la tour derrière ma tour.

  Bien le bonjour belle dame !

L'arrivée

A ses pieds, c'est le choc !

  * Le choc de la vue sur la vallée de la Dourbie.

  * Le choc de la qualité de construction pour un si vieil ancêtre.

 

L'analyse 

    Ce pan de mur, appartenant à une tour située du coté de l'attaque, est fascinant :

* Bien qu'abîmés sur un coté, les parements d'angle sont correctement ajusté avec des pierres bien taillées (sans être exceptionnelle).

* A mi-hauteur, 2 fentes verticales curieusement très rapprochées. Elle ressemble à des archères primitives.

* Au sommet, une large ouverture dont la fonction semble indéfinissable.

1 - Etait ce la porte d'entrée ?

2 - Ou une simple fenêtre ?

3 - Ou des latrines ?

4 - Ou une bretèche ?

* Je suis aussi très étonné par le linteau (en haut de l'ouverture).

* Sous la porte, des pierres posées en écaille de poisson m'informent que ce mur a certainement été construit au 10ème siècle.

  Un vestige d'archère fascinant

        L'intérieur :

J'entre

   Avec précaution, je contourne la puissante tour pour constater qu'un coté a complètement disparu et que les 2 autres ne sont que partiels.

 

Les systèmes défensifs

    En partie supérieure, je découvre l'intérieur des 2 archères primitives. Ainsi, je mesure l'épaisseur du mur et surtout je constate la faible amplitude de l'ébrasement. Cela confirme que ces systèmes défensifs sont "primitifs".

     Un peu plus loin, à travers le feuillage, une ronde tour montre son fantôme. Elle offre au curieux que je suis les vestiges d'une archère classique. 

 

Les éléments de confort
    Ma surprise est de ne point voir de coussiège aux fenêtres. La raison est évidente : Dans cette ruine, il n'y a plus de fenêtre. 

   Menteur je suis, car une antique ouverture de lumière est visible. Sa petitesse surprend, mais c'est surtout le vestige d'un meneau qui m'interpelle.

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, construction probable du premier château fortifié.

* Durant les siècles suivants, il semble que certains systèmes défensifs soient améliorés.

* En 1383, un texte affirme que le château est en ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite de loin. La visite de l'intérieur est possible avec grande prudence. Le site n'est pas sécurisé. Le risque de recevoir une pierre est important.

 

La vielle tour surveille toujours la Dourbie

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 06:10

 

Département 12 - AVEYRON

  Quel enchevêtrement de bâtiments !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune d'Estaing est située à 40km au Nord-Ouest de Sévérac le Château (voir ce château), à 30km l'est de Decazeville à 20km au Nord-Nord-Est de Rodez et à 10km au Nord-Ouest de Bozouls (voir son château).

     Coordonnées du château :

44° 33' 14.674" N 2° 40' 21.058" E
 44.554076°  2.672516°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte
   Posé sur un roc, en bordure de la rivière Lot, le curieux château survole de sa puissance les petites maisons du bourg. Cet enchevêtrement de bâtiments d'époques différentes (Les façades comportent les styles roman, gothique flamboyant et renaissance) et d'architecture mêlant confort et défense ne va point être facile à décrire.

  Une échauguette sur culots

A ses pieds

    Au pied du rempart extérieur, je suis étonné par la piètre qualité de taille de ce mur défensif partiellement arasé.

  Par contre, les bâtiments en arrière plan possèdent de beaux et classiques systèmes défensifs :

* Des mâchicoulis sous un chemin de ronde aujourd'hui transformé en logements.

* Des échauguette d'angle.

* Des tours de défense.

 

Les éléments religieux
    Il est fascinant de voir depuis l'extérieur les constructions religieuses. Il en existe 2 :

* L'ancienne chapelle castrale du 15ème siècle, englobée dans une ronde tour.

* L'imposante chapelle des religieuses construite au 20ème siècle.

  Aviez vous déjà vu un tel donjon polygonal ?

Le donjon

    Le bâtiment le plus impressionnant est le donjon polygonale, encadré à chaque angle par une échauguette encastrée, placée sur 2 hauteurs.

Magnifique, n'est il pas ?

 

L'entrée fortifiée

  Comme il se doit pour un château toujours habité au 16ème siècle, l'entrée est défendue par de nombreuses ouvertures de tir pour arme à feu (petits canons et fusils).

  Les ébrasements extérieurs et intérieurs permettent de larges angles de tir.

 

        L'intérieur :

Curieuse ambiance

    Dans la cour, je suis surpris par l'opposition entre :

* Les systèmes défensifs et les terrasses avec balustres.

* Les façades avec de multiples fenêtres et les systèmes de tir en encorbellement.

 

C'est fini

    Hélas, en ce dimanche de début mai, le château n'est point ouvert à la visite. Il faudra que je revienne pour découvrir les entrailles du château de l'illustre famille d'Estaing.

 

 

Histoire du château :

* En 850, le nom Estaing est cité. Il semble que sur une butte, un château (en bois ?) existe.

# Durant 9 siècles la famille d'Estaing donne au Royaume de France :

- 7 évêques,

- 1 cardinal,

- De nombreux et vaillants hommes d'armes dont certains ont accompagné d'illustres personnages de l'histoire :

~ Guillaume 1er d'Estaing, compagnon de Richard cœur de lion lors de la 3ème croisade.

~ François III d'Estaing lieutenant général des armées du Roi, gouverneur de Douai.

* En 1028, le site est le siège d'une Baronnie (voir titres de noblesse).

* Au 12ème siècle, aménagement d'un puissant château fort.

* En 1214, à la bataille de Bouvines, Tristan Dieudonné d'Estaing sauve la vie du Roi de France Philippe Auguste (voir liste des rois). Il reçoit la permission de porter le Lys de France dans ses armes.

* Au 15ème siècle, construction d'un chapelle.

* Au début du 16ème siècle, le puissant donjon pentagonale est construit.

* Au 17ème siècle, de nombreux aménagements de conforts sont réalisés.

* En 1794, les révolutionnaires guillotinent le vice amiral de France Jean-Baptiste-Charles-Henri d'Estaing. Le château est réquisitionné comme bien national. Il est massacré, saccagé (les blasons sont grattés) puis vendu à des habitants du bourg.

* En 1877, un violent orage de grêle casse 332 vitres du château.

* En 1836, le château est acheté par une congrégation religieuse : Saint Joseph d'Estaing.

* En 1930, construction d'une chapelle proche de l'ancienne chapelle médiévale.

* En 1945, le site est classé aux Monument Historiques.

* Vers 1947 (?), le château devient une maison de retraite pour religieuses.

* En 2000, la ville fait l'acquisition du château.

* En 2005, le château devient la propriété d'une SCI nommée : Château d'Estaing. Elle a été créée par Valéry Giscard d'Estaing, ancien président de la république.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les rues et ruelles. La visite de l'intérieur est payante.

 

Les encorbellements sont fascinants

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  La tour me surveille

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bozouls est située à 35km Est-Sud-Est de Decazeville, à 30km au Nord-Ouest de Séverac le château et à 20km au Nord-Est de Rodez.

 

     Coordonnées de la maison forte :

44° 26' 26.732" N 2° 42' 37.436" E
 44.440759°  2.710399°

 

 

  Le hameau : 
L'arrivée

    Après avoir visité le château de Bozoul, je me dirige au Sud-Sud-Ouest vers le hameau d'Aboul pour découvrir ce que j'ose nommer : Une maison forte.

   Certaines brochures la qualifient de Manoir. Je vous laisse choisir le terme.

    Pensez vous que l'église soit fortifiée ?

Est ce une église fortifiée ?

     En découvrant le hameau, je me heurte d'abord au bâtiment religieux. Construit en grès rouge, sa forme massive, ses contreforts plats, ses fines ouvertures sont typiques de l'art Roman (12ème siècle), même s'il est vrai que le haut clocher lui est postérieur de 7 siècles.

  Cette église de l’ancien prieuré Saint Jean Baptiste, dépendant de l’abbaye de Vabres.

     Soudain, je remarque une curiosité. Au dessus des bande lombardes, une rehausse en pierre blanche me fait penser à une salle de repli.

Pensez vous que mon imagination soit fertile ?

 

La maison forte : 

        L'extérieur :

La découverte
      En regardant vers le Sud-Ouest, une haute tour survolant les maisons m'informe que la maison forte est à un jet de flèche.

  Au sommet, des consoles forment des mâchicoulis pour la défense rapprochée. Sous le toit, quelques ouvertures permettent le guet et le tir.

  Voyez vous d'autres systèmes défensifs ?

Y a t il d'autres système défensifs ?

   Lentement je m'approche de la tour en longeant un mur aux pierres pauvrement taillées et peu jointives. Dans l'angle, une curieuse échauguette s'accroche au mur refait. Elle est coiffée d'une poivrière et des consoles supportent sa masse formant ainsi des mâchicoulis.

  Je distingue des petits trous pour armes à feu dont certains sont obstrués.

 

        L'intérieur :
  Je me dirige vers la porte en espérant que "seigneur" il y ait en ce lieu. Hélas pour vous et pour moi, la porte est fermée, point de serviteur pour me faire visiter les entrailles. 

 

 

Histoire de la maison forte :

* Au 12ème siècle, le territoire appartient à la Commanderie du Temple des Canabières.

* Au 14ème siècle, les Dominicains possèdent des droits sur les terres d'Aboul.

* En 1602, Louis du Rieu est seigneur d'Aboul.

* Dans le premier quart du 17ème siècle, le site appartient à Henri de Luguet.

* En 1652, Henri vend le "manoir" à Jacques d'Estaing.

* En 1654, une bande de pillards commandée par des femmes attaque la maison forte et vole de meubles et bétails.

* En 1683, Jacques de Maillan est seigneur d'Aboul.

* Vers 1700, le site est acheté par Lenormand d'Ayssènes

* En 1721, le portail d'entrée est refait.

* En 1792, les révolutionnaires s'emparent du site et le vendent comme bien National à Hugues Albenques.

* En 1835, le site est possession du général Jean-Joseph Passelac.

* En cette fon de 19ème siècle,le site appartient à Pierre Monteillet puis à l'abbé Crayzac et enfin à Marius Chauzy.

* En 1912, Joseph Bousquet est propriétaire du "manoir".

* Au 20ème siècle, le site appartient à la famille Crouzet.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Les constructions se blotissent contre la tour défensive

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 06:30

  Vais je entrer par cette porte fortifiée...ou l'autre ?

Département 12 - AVEYRON

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
    La commune de Villecomtal est située à 25km à l'Est de Decazeville, à 20km au Nord de Rodez et à 15km à l'Ouest d'Espalion.

     Coordonnées du bourg :

44° 32' 22.168" N 2° 33' 49.853" E
 44.539491°  2.563848°

 

Le site fortifié :
        L'extérieur :
La découverte

    Ayant regardé la vue satellite du bourg, je sais que sa forme rectangulaire avec des rues en équerre fait penser à une bastide Languedocienne. 

 Avez vous remarqué le nom des rues ?

* Rue haute,

* Rue basse,

* Rue droite

Magnifique n'est il pas ?

 

Je savoure ces vieux murs

   Dans cette "bastide" d'un autre temps, ce n'est donc point sans surprise que je vois cette ancienne porte fortifiée. Mais comme à mon habitude (voir cet article), je découvre l'extérieur de cette beauté pour mieux la séduire et la pénétrer.

 

        L'intérieur :

J'entre

    L'autre porte fortifiée me quémande de venir la voir. Ce bourg étant habité, je ne m'attends pas à voir des ruines avec tous les systèmes défensifs d'un château fort.

     Les ouvrages ont été policés pour les rendre habitables et confortables. Et même si point de bretèche (voir vocabulaire) je vois, quelques indices m'amusent, comme les vestiges d'une double porte avec les empreintes des poutres de blocage.

  Au dessus, j'imagine une salle de défense et de stockage de pierre pour alimenter l'assommoir.

 

J'erre tel un touriste

     Pensant avoir tout vu sur les fortifications externes de ce bourg, j'ôte mon heaume de Chevalier-castellologue-amateur pour chausser un chapeau de paille de touriste.

Diantre !

   Ce village est magnifique avec ses constructions en encorbellement.

  Etait ce un donjon, ou une tour du rempart ?

La surprise 

    Au bout de "La Rue Haute", une incroyable construction se dore au soleil. Elle est composée :

* D'un rez de chaussée comportant une archère droite encadrée par des ouvertures de tir pour arme à feu.

* De 3 étages habitables avec des fenêtres "récentes" de confort.

* Un niveau défensif avec chemin de ronde couvert et mâchicoulis.

 

 

Histoire du bourg :

* Vers 960, un château fortifié est bâti sur la demande du Comte de Rouergue.

* Au 12ème siècle (?), le château appartient aux Comtes de Rodez.

* Au début du 14ème siècle, par mariage le château est possession de la famille : La Tour d'Auvergne.

* En 1327, le château est vendu à Aymeric Rolland, seigneur de Vallon.

* En 1437, une assemblée composée des représentants du bourg de Villecomtal et du seigneur du château décident le regroupement en un seul lieu, des nombreuses maisons (et familles) dispersées.
* Durant la première moitié du 15ème siècle, le nouveau site est fortifié, sous la protection du château.

* En 1539, le château est vendu à François de Montvallat.

* Au milieu du 16ème siècle, le château est possession d'Audouin de Guirard.

* En 1568, durant les Guerres de Religion, des troupes Protestantes attaquent le bourg et exécutent des prêtres.

* En1586, le château appartient à Guion d'Apcher.

* Vers 1611, François de Rességuier est seigneur de Villecomtal.

* Au milieu du 17ème siècle,, la famille de Natte récupère de château suite au mariage avec Marie de Rességuier.

* Vers 1792, les révolutionnaires s'emparent du château. Il semble qu'ils le détruisent ou le vendent pour démantellement (à vérifier).

* A la première moitié du 19ème siècle, le bourg est le centre d'une église nommée : Les Enfarinés.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite des intérieurs est interdite.

 

Des mâchicoulis d'une grande pureté

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Un méandre qui me tourne la tête

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bozouls est située à 35km Est-Sud-Est de Decazeville, à 30km au Nord-Ouest de Séverac le château et à 20km au Nord-Est de Rodez.

     Coordonnées du château :

44° 28' 14.527" N 2° 43' 2.485" E
 44.470702°  2.717357°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Je suis un touriste

    Coiffé de mon chapeau de paille de touriste, je déambule le long de la corniche de ce que les guides de voyage nomment : Le trou de Bozouls.

  Je me régale de la beauté de Dame Nature et du travail de la rivière quand, soudain, mes poils se hérissent.

   Proche de la falaise, 2 rondes tours se tortillent et me hèlent. Il me faut de suite rejoindre ces belles (je suis sans arme face à la beauté et la grâce).

   Pourquoi y a t il de larges pierres sous les fenêtres ?

Un village médiéval

    Durant mon périple pour rejoindre les tours, je me demande si ce sont les restes des fortifications ou les vestiges du château. Un panneau répond à mon questionnement.

    Lentement, j'avance pour identifier chaque trace médiévale. C'est ainsi que je rencontre d'abord un sarcophage. Puis, une porte encadrée de 2 fenêtres. Ceci aurait pu paraître anodin sans ma présence d'esprit de voir des pierres en encorbellement sous les volets.

Avez vous identifié la fonction de cet emplacement ?

    Ceci est une boutique médiévale. Les volets parfois pouvaient  se soulever servant d'abri contre la pluie et les pierres recevaient des paniers ou des planches pour les produits à vendre. Les chalands passaient devant les présentoirs.

Aviez vous connaissance qu'une boutique bien achalandée signifiait.... qu'elle avait beaucoup de chalands (amusant n'est il pas ?).

 

Un rempart ?

    Avant de découvrir les vestiges du château, je me heurte à un curieux mur.  Il est composé de grandes pierres correctement taillées et "jointives" (même si l'alignement vertical n'est point exemplaire) mais aussi de petites pierres à la taille minimale.

Quelle fut sa fonction ?

 

Les tours

    Comme je le pressentais, le château fort n'existe plus. Quelques pans de mur reconvertis et les 2 minces tours en sont le souvenir. Les traces d'une courtine avec contreforts (?) montrent la grandeur (théorique) du château.

Avez vous remarqué les ouvertures pour un colombier ?

 

 

Nota :

   Un livre poussiéreux, lu rapidement dans une bibliothèque un jour de pluie, m'informe que les tours n'auraient pas  appartenues au château fort. Qu'importe, elles sont d'origine médiévale.

 

        L'intérieur :
    Comme vous l'avez pressentie, la visite des entrailles est interdite. Mais, pour vous, j'ai réussi à "voler" une image. Voici :

L'escalier intérieur.

 

 

Histoire du château :

* Au 9ème siècle, un château semble exister en ce lieu.

* Au 13ème siècle, le château appartient à la famille Brenquier.

* A la fin du 13ème siècle, le château appartient au Comte (voir titre de noblesse) de Rodez.

* En 1375, les Routiers s'emparent de la ville de Bozouls et de son château.

* En 1404, le capitaine du château se nomme : Foulquier.

* En 1470, après que les vassaux nobles de Jacques d'Armagnac aient prété serment au Roi de France, Louis XI (voir liste) récupère les biens du Comte d'Armagnac et de Rodez et donne le château à Louis de Crussol.

* En 1482, le fils de Louis de Crussol échange, avec le roi Louis XI, le château de Bozouls contre les rentes du Comté de Pézenas.

* A la fin du 15ème siècle, le roi de France Louis XII (voir liste) donne les revenus du château de Bozouls à une fille du Comte d'Armagnac.

* En 1500, le château est occupé par Pierre d'Armagnac.

* Au 16ème siècle, châteaux et terres appartiennent au Roi de France. Il semble que le château ne soit plus entretenu.

* Vers 1600, un Baron de Bozouls (habitant Peyrolles en Provence - à vérifier) existe mais ne semble avoir aucun droit sur le château (Peut être possède-t-il quelques terres ?).

* En 1569, les Huguenots, provenant de Millau et commandés par le capitaine Ram, s'emparent du château. 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Un trou qui ne me laisse pas vide de sensations

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article