Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Un méandre qui me tourne la tête

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bozouls est située à 35km Est-Sud-Est de Decazeville, à 30km au Nord-Ouest de Séverac le château et à 20km au Nord-Est de Rodez.

     Coordonnées du château :

44° 28' 14.527" N 2° 43' 2.485" E
 44.470702°  2.717357°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Je suis un touriste

    Coiffé de mon chapeau de paille de touriste, je déambule le long de la corniche de ce que les guides de voyage nomment : Le trou de Bozouls.

  Je me régale de la beauté de Dame Nature et du travail de la rivière quand, soudain, mes poils se hérissent.

   Proche de la falaise, 2 rondes tours se tortillent et me hèlent. Il me faut de suite rejoindre ces belles (je suis sans arme face à la beauté et la grâce).

   Pourquoi y a t il de larges pierres sous les fenêtres ?

Un village médiéval

    Durant mon périple pour rejoindre les tours, je me demande si ce sont les restes des fortifications ou les vestiges du château. Un panneau répond à mon questionnement.

    Lentement, j'avance pour identifier chaque trace médiévale. C'est ainsi que je rencontre d'abord un sarcophage. Puis, une porte encadrée de 2 fenêtres. Ceci aurait pu paraître anodin sans ma présence d'esprit de voir des pierres en encorbellement sous les volets.

Avez vous identifié la fonction de cet emplacement ?

    Ceci est une boutique médiévale. Les volets parfois pouvaient  se soulever servant d'abri contre la pluie et les pierres recevaient des paniers ou des planches pour les produits à vendre. Les chalands passaient devant les présentoirs.

Aviez vous connaissance qu'une boutique bien achalandée signifiait.... qu'elle avait beaucoup de chalands (amusant n'est il pas ?).

 

Un rempart ?

    Avant de découvrir les vestiges du château, je me heurte à un curieux mur.  Il est composé de grandes pierres correctement taillées et "jointives" (même si l'alignement vertical n'est point exemplaire) mais aussi de petites pierres à la taille minimale.

Quelle fut sa fonction ?

 

Les tours

    Comme je le pressentais, le château fort n'existe plus. Quelques pans de mur reconvertis et les 2 minces tours en sont le souvenir. Les traces d'une courtine avec contreforts (?) montrent la grandeur (théorique) du château.

Avez vous remarqué les ouvertures pour un colombier ?

 

 

Nota :

   Un livre poussiéreux, lu rapidement dans une bibliothèque un jour de pluie, m'informe que les tours n'auraient pas  appartenues au château fort. Qu'importe, elles sont d'origine médiévale.

 

        L'intérieur :
    Comme vous l'avez pressentie, la visite des entrailles est interdite. Mais, pour vous, j'ai réussi à "voler" une image. Voici :

L'escalier intérieur.

 

 

Histoire du château :

* Au 9ème siècle, un château semble exister en ce lieu.

* Au 13ème siècle, le château appartient à la famille Brenquier.

* A la fin du 13ème siècle, le château appartient au Comte (voir titre de noblesse) de Rodez.

* En 1375, les Routiers s'emparent de la ville de Bozouls et de son château.

* En 1404, le capitaine du château se nomme : Foulquier.

* En 1470, après que les vassaux nobles de Jacques d'Armagnac aient prété serment au Roi de France, Louis XI (voir liste) récupère les biens du Comte d'Armagnac et de Rodez et donne le château à Louis de Crussol.

* En 1482, le fils de Louis de Crussol échange, avec le roi Louis XI, le château de Bozouls contre les rentes du Comté de Pézenas.

* A la fin du 15ème siècle, le roi de France Louis XII (voir liste) donne les revenus du château de Bozouls à une fille du Comte d'Armagnac.

* En 1500, le château est occupé par Pierre d'Armagnac.

* Au 16ème siècle, châteaux et terres appartiennent au Roi de France. Il semble que le château ne soit plus entretenu.

* Vers 1600, un Baron de Bozouls (habitant Peyrolles en Provence - à vérifier) existe mais ne semble avoir aucun droit sur le château (Peut être possède-t-il quelques terres ?).

* En 1569, les Huguenots, provenant de Millau et commandés par le capitaine Ram, s'emparent du château. 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Un trou qui ne me laisse pas vide de sensations

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Quel incroyable spectacle !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Brousse le château est située à 40km au Sud de Rodez, à 35km Est-Nord-Est d'Albi et à 34km à l'Ouest-Sud-Ouest de Millau.

     Coordonnées du château fort :

44° 59' 49.38" N 2° 37' 28.06" E
 43.99705°  2.624461°

 

Le château fort : 
        L'extérieur :
La découverte

     Armé d'une reproduction du château au 19ème siècle, c'est au triple galop que je me rends dans cette commune proche de la rivière Tarn.

    Devant cette masse de pierres construites, composée de tours et de rempart, mes poils se dressent, mes naseaux vibrent et mon coeur de castellologue amateur s'arrête.

Je vais humer une forteresse mélangeant 6 siècles d'architecture militaire !

 

Première sensation

* La forteresse a été construite sur le rocher.

* La variété des pierres prouvent qu'elle a beaucoup souffert durant ses nombreuses années de conflits (guerre de Cent ans, attaques des Routiers "affamés, guerre de religion).

* Les courtines ont souvent été modifiées. Les marques de jointures en sont la preuve.

 

L'analyse

  Avec un château fort aussi dense, je me dois de réaliser une présentation très visuelle.

1 - Le château comporte une alternance de hautes courtines protégées par des tours flanques.

2 - Certaines tours ont une forme ronde mais certaines, plus grandes et hautes, ont gardé la forme "carrée".

3 - Comme tous les châteaux forts, celui de Brousse possède des crénelages avec des archères droites dans les merlons.

4 - Certains murs possèdent des vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire).

5 - Mais d'autres courtines ont la chance d'avoir conservé de vrais mâchicoulis.

6 - Le plus impressionnant est le nombre d'archères différentes sur plusieurs niveaux.

 

1 2 3 4 5 6
11 12 13 14 15 16

 

11 - Le vieux rempart posé sur le rocher, avec ses multiples réparations, possède sur un seul niveau de nombreux systèmes de tir pour arme à feu (petit canon ou arquebuse).

12 - Les systèmes défensifs pour arme à feu sont très nombreux sur les courtines et tours.

13 - Une curieuse archère-canonnière avec des évasements horizontaux (pour mieux viser ?).

14 - Certaines canonnières ou arquebusières ont été implantées dans la l'épaisseur du mur (à gauche), mais d'autres (à droite) ont été aménagées dans une ancienne archère droite.

15 - A gauche, l'archère-canonnière semble classique. Mais à droite, l'orifice rond a été implanté dans une archère cruciforme.

16 - Les tours possèdent des archère-canonnières proches de leur courtine pour mieux la défendre.

 

 

        L'intérieur :

Une première porte

    Une porte, ressemblant plus à une poterne qu'à une entrée de château fort, se dissimule partiellement dans un décrochage. Elle est défendue par plusieurs archère-canonnières. L'ébrasement intérieur me surprend car il limite la vision du tireur.

 

L'échec

   Hélas, la porte ne s'ouvre point en ce début de printemps. Je ne pourrai pas découvrir les entrailles de cette beauté médiévale. Je me réconforte :

* En volant la vue d'une salle défensive.

* En regardant le château vu du ciel,

* Puis en admirant le panorama sur le Tarn.

 

 

Histoire du château fort :

* Vers 935, première mention d'un château surveillant le passage sur la rivière Tarn. Il appartient au Comte du Rouergue (à vérifier).

* En 975, la Comtesse Garsinde donne le château à son neveu Amelius, évêque d'Albi.

* En 1112, le château est possession du Comte (voir titre de noblesse) de Rodez (voir liste).

* En 1204, par son mariage avec Riques de Cabrière, Bernard Ier d'Arjajon récupère la seigneurie de Brousse.

* En 1344, Jean Ier d'Arpajon, enlève Hélène de Castelnau âgée de 6 ans. Son but : Il l'emprisonne pour l'épouser.

* En 1347, envoyé par le Roi de France pour délivrer la jeune captive, Gérard de la Barthe attaque puis s'empare du château.

* En 1349 (à vérifier), Jean Ier d'Arpajon épouse Hélène de Castelnau.

* En 1404, dans la prison du château, Jean d'Armagnac décède. Il avait été incarcéré par ordre de son frère puis aveuglé à l'aide d'un bassin ardent.

* Vers 1700 (à vérifier), Catherine Françoise d'Arpajon, Comtesse de Roussy, vend le château à Gilles de Grandsaigne.

* En 1785, François Peyrot de Vailhauzy achète le château.

* En 1839, Madame Delauro (fille de François Peyrot de Vailhauzy) vend le château à la commune.

* A partir de 1840, la commune transforme un bâtiment du château en presbytère.

* En 1944, le château est classé aux Monuments Historiques.

* Durant la deuxième moitié du 20ème siècle, de nombreux travaux de consolidation sont réalisés par des associations puis par la commune.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Renseignez vous sur les dates d'ouverture.

 

Chaque bâtiment est un morceau de notre histoire s'étalant sur 1000 ans

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 06:05

 

Département 12 - AVEYRON

 La dômerie est là bas !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Saint Chély d'Aubrac est située à 50km Nord de Millau (voir son beffroi), à 25km au Nord-Est d'Estaing (voir son château) et à 10km au Sud-Est de Laguiole.

 

     Coordonnées de la Dômerie :

44° 37' 20.7" N 2° 59' 12" E
 44.622411° 2.986908°

 

 

La dômerie : 

        L'extérieur :

Le plan

   C'est à cause d'un plan, récupéré dans une brochure trouvée chez un bouquiniste, que je suis en ce lieu.

    Voici la légende :L'hôpital de l'ancien monastère a-t-il toujours la même architecture ?

1 - Porte principale,

2 - Eglise (13ème siècle),

3 - Emplacement du cloître,

4 - Emplacement chapelle du Collège,

5 - Tour des Anglais,

6 - Ancien hôpital des pèlerins,

7 - Ancienne auberge,

8 - Ancien grand corps de logis avec :

- Salle des hommages,

- Boulangerie,

- Etc...

9 - Ancien corps de logis avec :

- Cuisines,

- Logement de la communauté.

10 - Vestiges d'une ancienne tour.

 

Est ce une tour médiévale ?

La découverte

     Ma documentation sur ce site est moins que minimale. Certains ouvrages étant anciens, je ne sais pas ce que je vais visiter. C'est donc avec une grande surprise que je découvre une haute tour carrée.

Suis je devant le site médiéval ?

 

 

La  tour
     Son nom est : La tour des Anglais. Evidemment ceci est du à son époque de construction et à "l'occupation" de notre Royaume par les troupes Anglaises (après le mariage d'Eléonore d'Aquitaine avec le futur Roi d'Angleterre). Mais cette tour ne fut point construite par ces Vils ennemis de nostre Royaume, elle a pour fonction de lutter contre l'envahisseur qui harcèle le site.

    Cette construction du 14ème siècle a perdu son aspect défensif suite aux (trop) nombreuses modifications, mais avec ses 30 mètres de haut, sa fonction défensive est évidente.

 

 

Un autre bâtiment

   En prenant un peu de recul pour observer la tour des Anglais, je m'aperçois qu'en arrière, un autre bâtiment existe. En voyant le clocher je pressens que c'est l'église médiévale.

   Hélas, après la révolution Française, ce site fut déserté. L'église n'est plus consacrée.

 

 

        L'intérieur :

  Seule l'église désaffectée est visitable. C'est donc à pas feutrés que je franchis la porte. La lumière est amenée par ces 4 ouvertures. Dans la nef, des tableaux modernes décrivent l'histoire et les évènements importants de la dômerie. Je vous laisse les imaginer.

 

 

Histoire de l'église :

* Vers 1022, une légende affirme qu'un seigneur nommé Adalard, revenant de Compostelle, est attaqué par des brigands proche d'Aubrac.

* Au début du 12ème siècle, l'abbaye de Conque fonde, proche d'Aubrac, un monastère situé sur la route de compostelle. La mission du site est de soigner et protéger les pauvres et les pèlerins.

* En 1198, avec l'affluence des pèlerins, un deuxième monastère est construit. Il mesure 120m par 93m.

* Vers 1203, l'église est bâtie.

* Vers le 13ème siècle, le Dômerie se détache de l'abbaye de Conque et devient rapidement "autonome", riche et puissante.

* En ce 13ème siècle, il semblerait que l'Ordre du Temple ainsi que les Chevaliers de Malte s'intéressent à cette riche Dômerie.

* En 1353, durant la guerre de Cent Ans, la tour dite des Anglais est construite.

* Vers 1792, les Révolutionnaires détruisent le monastère et chassent les religieux. Une partie des bâtiments est mise en vente.

* Au milieu du 20ème siècle, la tour des Anglais assume la fonction d'auberge de jeunesse.

* A la fin du 20ème siècle, la tour des Anglais devient un gîte d'étape.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant le silence du lieu. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

La tour des Anglais est devenue un habitat moderne

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Plusieurs siècles de construction se devinent

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bournazel est située à 27km au Nord-Est de Villefranche de Rouergue, à 20km au Nord-Ouest de Rodez et à 10km au Sud-Est de Decazeville.

     Coordonnées du château :

44° 27' 33.912" N 2° 17' 57.527" E
 44.45942°  2.299313°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Questionnement

   Dans la littérature touristique ainsi que les Guides, le site de Bournazel est considéré comme l'un des plus beaux châteaux Renaissance de la France du Sud. L'amateur de châteaux forts et de ruines médiévales que je suis se pose une question :

Que viens je faire en ce lieu ?

   La réponse est évidente. Les premières pierres de ce site furent posées en 10ème siècle. C'est donc un château du Moyen Âge. Mais une question nouvelle me vient :

A-t-il gardé quelques signes de son époque médiévale ?

  Les maisons entourent le château intemporel

La découverte

    Au centre du bourg, proche de l'église, une massive construction me fait signe. Dans ce plat paysage, entouré par de nombreuses maisons, je ne distingue que les toitures du château.

    Une belle tour ronde d'angle avec trou de boulin (voir vocabulaire), petites fenêtres et fentes verticales m'informent que ce château fut fortifié.

 

Courtine

     La haute courtine a été modifiée à la Renaissance, de nombreuses fenêtres à meneau s'offrent à mon regard de Castellologue-amateur.

  Ma mission est simple : Trouver des détails d'origine médiévale.

 

Une autre tour d'angle

    Evidemment, en suivant la courtine je rencontre une autre tour d'angle. Elle possède quelques caractéristiques intéressantes :

* A sa base, une ouverture de tir horizontale me faisant penser à une petite canonnière.

* Puis, une autre ouverture avec un important ébrasement extérieur. Ce n'est point une canonnière mais un système défensif permettant le tir avec une petit arme à feu (fusil).

  Il m'est impossible de dater correctement ces détails :

Fin 15ème ou début 16ème ?

    J'opte pour la réponse 2.

 

Quel magnifique enchevêtrement de styles !

"Mélange des siècles"

     Soudain, au bout d'une courtine trouée de fenêtres et porte, apparaît une ronde tour arasée. Ce n'est pas sa faible hauteur qui me surprend mais la balustrade "très moderne".

  Pour mieux comprendre ce château, je prends un peu de recul.

Magnifique !

 

Les preuves médiévales
  Solitaire, une haute tour du rempart me donne la lumière médiévale que j'attendais. Avec son vestige de mâchicoulis et sa forme ronde, je pressens qu'elle fut construite au plus tard au 13ème siècle.

 

Le portail d'entrée

  Après la découverte des tours et courtines, j'arrive en face de l'entrée logiquement fortifiée. Encadrée par ses 2 rondes tours hélas arasées, il ne lui manque que le pont-levis (puis crénelage, mâchicoulis, bretèche, assommoir... voir vocabulaire) pour paraître infranchissable.

   Il ne reste du système défensif que 2 rondes ouvertures latérales avec un ébrasement extérieur important pour faciliter le tir d'une arme à feu.

 

Une cour moyenâgeuse

Dans la cour

    La cour montre des bâtiments encore habitables et exploités, mais aussi des constructions consolidées certes mais vide de vie.

   Evidemment, le médiéviste-amateur que je suis a les yeux de Chimène pour les deux imposantes tours.

  Leur architecture me les fait dater du 12ème siècle.

Qu'en pensez vous ?

 

De magnifiques détails

   Le grande tour ronde avec son vestige de mâchicoulis (que je devine grâce aux consoles) et son pinacle protégeant l'escalier intérieur me fascine.

   Mais c'est surtout un couloir de passage entre une tour et le chemin de ronde qui me laisse sans voix.

Diantre, comme ces souvenirs sont émouvants !

 

Le grand logis moderne

    L'architecture Renaissance Italienne se déguste sur 2 bâtiments positionnés en angle. Le plus impressionnant est le Grand Logis avec sa façade très ordonnancée et ses colonnes cannelées qui se superposent les unes sur les autres. Puis, les longues frises sculptées dont certaines sont entrecoupées de magnifiques chapiteaux aux décors rappelant les symboles et oeuvres de l'antiquité.

  Particularité :

     Les métopes des frises (au nombre de 80) ne montrent point les blasons et les ancêtres de la famille De Buisson (voir historique), mais créent une sorte de rébus montrant les principes intellectuels et savants de la culture de ses propriétaires du 16ème siècle.

 

La Renaissance Italienne

   Je vous quitte ici sur la pointe de mes chausses en vous laissant admirer ces sculptures et colonnes. 

 

 

        L'intérieur :

   Le château n'était pas ouvert à la visite le jour de ma venue. Point je pourrai vous montrer les salles meublées avec goût derrière les grandes fenêtres à meneaux en croix.

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, la Baronnie (voir titre de noblesse) de Bournazel est citée dans un texte (cartulaire de Conques).

* Au 11ème siècle, le château appartient à la famille Mancip.

* Au 13ème siècle, les défenses du château sont renforcées.

* Au 14ème siècle, au début de la guerre de Cent ans les attaques et pillages sont importants. Les villageois se protègent dans leur forteresse. Les défenses du château sont renforcées.

* Au 15ème siècle, la famille Mancip est anoblie.

* Au 16ème siècle, par mariage, la propriété appartient à une famille de banquier-marchand nommée : De Buisson.

* Au milieu du 16ème siècle, Jean de Buisson fait réaliser un magnifique château de type Renaissance par l'architecte Guillaume Lissorgues.

* En 1624, le territoire est érigé en Marquisat.

* En 1754, le 25 mars, le célèbre brigand Mandrin est reçu par le propriétaire. En partant le lendemain matin, il donne à son hôte un superbe couteau de chasse.

* A la fin du 18ème siècle, la population manifeste son mécontentement envers les seigneurs de Bournazel.

* En 1790, les habitants du bourg pénètrent dans le château et le brûle. Ruine semble être son avenir.

* En 1864, la famille Marigny, héritière du Marquis Charles de Buisson, restaure partiellement le château.

* Vers 1935, le Colonel de Martigny est propriétaire du site.

* En 1942, Guilbert Victor, appartenant à une famille de gantiers de Millau, possède le château.

* En 1942, le château est classé aux Monuments Historiques.

* En 1948, le site est propriété des Charbonnages de France. Le site devient un centre de repos et de convalescence pour les mineurs du bassin de Decazeville.

* En 1951, la Sécurité Sociale est propriétaire du site.

* A la fin du 20ème siècle, le site est acheté par un membre du groupe AXA. De nombreux travaux d'aménagement sont réalisés.

* En 2007, le château est acheté par un couple de passionné d'architecture. Ils entament une rénovation incroyable.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite payante de l'intérieur est possible. Renseignez vous sur les horaires.

 

Pour mieux déguster ce château fort du Moyen Âge complété par des bâtiments de style Renaissance Italienne, voici une vidéo.

 

 

Je deviens un chevalier amateur de monument touristique... hoooo

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Quel magnifique donjon !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
    La commune d'Espalion est située à 110km au Sud-Est de Brive la Gaillarde, à 70km au Sud-Ouest de Saint Flour, à 45km à l'Est de Decazeville, à 40km à l'Ouest de Marvejols (voir ses portes fortifiées) et à 20km au Nord-Est de Rodez.

     Coordonnées du château :

44° 32' 24.727" N 2° 47' 4.618" E
 44.540202°  2.784616°

 

La tour : 
        L'extérieur :
La découverte

     A moins de 3km au Nord-Est d'Espalion, un site nommé Tour de Masse est le but de ma croisade. Ce nom me fait déjà rêver, mais il en faut plus pour que mes poils de Castellologue-amateur se hérissent.

  Comme il est fier ce donjon sur sa verte colline !

Elle est là !

    Posée sur la crête, la construction permet de surveiller les vallées. Ses dimensions marquent la puissance de son propriétaire au moyen âge.

   En avant de la tour, un muret me fait imaginer qu'un rempart existait. A l'angle, une petite tour ronde est peut être le vestige du premier système défensif du site. 

 

L'analyse (visuelle et grâce à ma documentation)

* La tour mesure à la base : 15m par 12m.

* Elle a une hauteur de 25m.

* Elle possède 4 étages.

* Le site était protégé par un fossé, aujourd'hui comblé.

* L'accès se faisait par un pont levis, disparu aujourd'hui.

* La porte d'entrée est recouverte de fer.

* Un chemin de ronde couvert est visible sous le toit.

* En dessous, les mâchicoulis impressionnent.

* Ils sont portés par de larges arcatures, posées sur des consoles quadruples.

* Aux angles, les échauguettes facilitent la surveillance et la défense.

Avez vous remarqué la qualité architecturale des mâchicoulis aux angles ?

  Les larges mâchicoulis ont du impressionner de nombreux assaillants

        L'intérieur :

Je reste dehors

  Cette beauté médiévale est une propriété privée non visitable.

 

Informations détaillées

   Grâce à ma documentation, je peux imaginer l'intérieur :

* Les caves sont voûtées.

* Creusé dans le shiste, un puits de 18m de profondeur.

* Au premier étage, les murs ont une épaisseur de 1,2m.

* Les salles du 1er étage sont voûtées.

* A l'étage, la grande salle est composée d'un plafond-poutre très décoré.

* Au 2ème étage, présence d'une chapelle.

* Adjacente à la chapelle, la pièce du prieur comporte une imposante cheminée  aménagée dans le mur.

* Un escalier en colimaçon de 135 marches permet l'accès depuis les caves jusqu'au chemin de ronde.

 

 

Histoire du château :

* Vers 1160, le site est cité dans une donation.

* Au 12ème siècle, le site appartient à l'abbaye de Bonneval.

* En 1453, la tour est construite.

* Vers 1792, les Révolutionnaires récupèrent le site comme bien national. Après 6 siècles de possession, par l'abbaye, la tour appartient maintenant à l'ancien fermier des terres de Bonneval : Pierre Constant Sagnes du Seguis.

* Au début du 19ème siècle (1821 ?), Benoît Jalabert, son gendre, devient le propriétaire.

* En 1848, le site appartient à monsieur Bonald.

* En 1864, le site est vendu à Etienne Poulenc (nota : Il fut le fondateur de la société Rhône Poulenc).

* Au 20ème siècle, le site est toujours possession des héritiers de E. Poulenc.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite de loin, en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

En Aveyron, les surprises s'enchaînent !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 07:00

 

 

Département 12 - AVEYRON

  Je pressens un voyage dans le temps !

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte

         La commune de Bertholène est située à 40km au Nord-Ouest de Millau, à 15km au Nord-Est de Rodez et à 8km au Sud-Est de Bozouls (voir cette commune).

 

     Coordonnées du château :

44° 25' 9.062" N2° 48' 32.544" E
 44.419184° 2.80904°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

L'arrivée

* Après avoir visité la ruine du château fort de Bertholène, je me rends à 6km au Nord-Est pour découvrir une autre merveille médiévale nommée : Les Bourines.

* De suite, je comprends que cette beauté médiévale va me fasciner durant de longues heures.

 

  Quelle magnifique construction !

La découverte

    J'ai beaucoup de difficulté à imaginer que cette massive construction soit qualifiée, dans ma brochure, de "bâtiment d'un domaine d'élevage".

    Avant d'avoir lu l'historique, j'aurais affirmé que ce fut le château fort principal d'un puissant seigneur.

 

 

L'analyse 

   La première façade qui s'offre à moi est fascinante. Cet enchevêtrement d'architecture différente est certainement causé par des aménagements sur plusieurs siècles.

   D'ailleurs, les différences de pierres sont évidentes :

  - Sur la droite, une imposante tour carrée. Peut être servait elle à la défense de la porte actuelle (sur la droite). Je suis surpris que la tour ne comporte aucune archère ni ouverture de tir. Sous le toit, des consoles trahissent la présence d'anciens mâchicoulis (voir vocabulaire). Quelles belles latrines doubles

  - A gauche de la tour, le mur est soutenu par quatre contreforts à larmier. En constatant qu'un d'entre eux bouche partiellement une ouverture Romane, je suppose qu'ils ont certainement été aménagés quelques temps après. Je subodore aussi que la pièce derrière la fenêtre fut la chapelle. 

  - Au dessus, plusieurs constructions en encorbellement m'informent que des pièces de vie existaient à cet étage. Les habitants "réalisaient" leurs besoins par ces latrines.

 

 

Une ronde surprise

    Au bout du long mur parsemé de latrines haut perchées, je vois une ronde tour. Elle possède quelques évidences médiévales mais aussi des curiosités :

* Au sommet, un chemin de ronde couvert pour le guet et la défense.

* Puis les classiques et efficaces mâchicoulis.

* En dessous, quelques fenêtres de confort prouvant que salles d'habitation (ou de fonction) existaient.

* A mi-hauteur, une pierre sculptée. Une tour médiévale, sans aucun doute !

* Au rez de chaussée, une porte m'intrigue. Ce n'est point habituel pour une tour de défense au moyen âge.

Etait ce la poterne ? 

* Au dessus de la porte, la fente verticale avec un trou pour arme à feu me semble datée du 15ème siècle.

* La base est évasée :

- Pour tenir l'ensemble,

- Diminuer le travail des sapeurs en augmentant l'épaisseur du mur,

- Puis, grâce au plan incliné, faire rouler les pierres du sommet vers l'assaillant.

 

 

L'autre façade

   Lentement je contourne la ronde tour pour découvrir l'autre façade dans l'ombre. L'aspect général semble identique à sa consoeur excepté quelques détails :

* L'absence de contrefort,

* Des ouvertures nombreuses (parfois au niveau du sol) avec souvent des grilles anti-intrusion (16ème siècle ?),

* Des latrines pour une personne.

 

  Deux tours médiévales à la toiture très différente

Une autre tour ronde

    Au bout de cette longue façade dans l'ombre, je vois une ronde tour. Elle me semble identique à la première (Chemin de ronde couvert, mâchicoulis...). Pourtant quelques détails diffèrent :

* Elle est plus haute,

* Sa toiture est plus élevée,

* Elle possède de petites archères droites du 12ème (?) siècle,

* A mi-hauteur, des consoles sont les vestiges de latrines.

 

 

Est ce la fin ?

    Pensant avoir tout vu de cette beauté médiévale, je prends un peu de recul pour l'admirer une dernière fois.

    Et..... C'est le choc.

Voyez vous la raison de mon étonnement ?

 

  Deux styles de tours défensives se regardent

La tour maîtresse

  Au centre du quadrilatère, un puissant donjon me surprend. Que vois je :

* Des angles bien appareillés,

* Sur les parois, des pierres de forme et tailles asymétriques,

* Un chemin de ronde couvert sous le toit,

* Une construction en encorbellement (Latrines ou bretèche pour la défense d'une porte que je ne vois point),

* Des échauguettes d'angle posées sur culots.

 

La porte d'entrée

* Ce château étant si extraordinaire, je me précipite vers le portail d'entrée pour tenter un assaut culturel (bien sur).

* Hélas, la grille ne s'ouvre point.

* Etant sous le feu nourri (virtuellement bien sur) de la ronde tour d'angle, j'esquisse une retraite tactique.... En espérant qu'un jour, visite globale je ferai.

 

 

         L'intérieur :

   La propriété est privée. Il est possible de visiter le château quelques jours dans l'année. Hélas, cette magnifique construction était fermée le jour de ma venue.

 

Massif et élégant

 

 

Histoire du château :

* En 1245, une bulle du pape Innocent IV cite le château des Bourines. Il appartient à la famille Séveyrac.

* En 1289, le site est cédé aux moines d'Aubrac.

* Vers 1335, à quelques distances du château le moulin de Peyrade est construit. Il dépend du fief des Bourines.

* En 1353, les moines d'Aubrac déposent à Brourines leurs titres et richesses en prévision d'une attaque de leur hôpital et résidence principale.

* Au 15ème siècle, un puissant donjon est aménagé.

* A la fin du 15ème siècle, la tour de défense Nord-Ouest est aménagée. Elle porte les armes de la famille d'Estaing.

* En 1547, le portail est modifié. Le nom du Cardinal Evêque de Rodez, Georges d'Armagnac, est gravé.

* En 1562, le château est gardé par le Chevalier (voir titre de noblesse) de Montpeyroux, commandant 12 soldats.

* En 1565, le château est attaqué puis pris par 300 soldats sur l'ordre du Prieur de Caudelz.

* En 1574, durant les Guerres de Religion, les Huguenots assiègent le site.

* En 1663, un recensement prouve l'importance des Bourines. Par exemple, le cheptel comprend 36 boeufs, 50 bêtes à cornes et 1800 bêtes à laine.

* En 1791, les révolutionnaires forcent la vente des Bourines (appartenant aux moines d'Aubrac) à Antoine Marcillac et Louis Gineste.

* En 1794, le site et les terres appartiennent à une association composées des familles :

- Granier,

- Dupin,

- Mourgues.

* Le 19ème siècle voit le début du déclin des Bourines.

* En 1862, la foudre tue plusieurs animaux d'élevage.

* En 1870, la sécheresse force la vente du bétail.

* En 1936, la famille Aubaret habite le château et possède plus de 1300 bêtes.

* En 1952, le moulin de Peyrade est dissocié du fief des Bourines.

* En 1963, le site est classé aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, le site est possession de la famille Delmas.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant le silence de la propriété privée. La visite de l'intérieur serait possible quelques jours dans l'année. Veuillez vous renseigner.

 

Un ensemble castral magnifique !

    

 

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Est ce une église fortifiée ou un château fort ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Sainte Radegonde est située à 20km au Sud de Bozouls (voir son château), à 9km au Sud-Est de Rodez et à 5km au Nord-Est de Flavin (voir son château).

     Coordonnées de l'église :

44° 18' 26.788" N 2° 39' 19.894" E
 44.307441°  2.655526°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Elle m'attend !

    A 5km au Sud-Est de Sainte Radegonde, une curiosité unique m'attend avec impatience. Elle sait que je vais l'immortaliser pour montrer sa beauté au monde (du web).

  Avez vous déjà vu un donjon avec des cloches ?

Est ce un donjon ?

    Il est impossible de ne point voir l'imposante construction survolant les maisons. Durant quelques secondes, j'ai pensé que ce bâtiment était un château et même un donjon.

Etes vous subjugués ?

 

Est ce l'église ?
    Le moment de surprise passé, je constate, en haut de la rectangulaire construction, une série de cloches. Je pressens que le bâtiment fortifié est l'église que je suis venu immortaliser.

   Mais il faut réfréner mes ardeurs, car dans mes croisades, j'ai déjà vu des cloches :

* Sur un beffroi (qui était une ancienne tour d'un château),

* Sur une tour d'un château devenu clocher.

 

Je fais le tour

     Tout en contournant le bâtiment, je me demande où peut être situé l'abside. Evidemment, je pourrai regarder ma boussole (puisque les églises sont orientées Est-ouest), mais je souhaite comprendre l'architecture.

    Dénué de transept et de signe caractéristique d'abside, cette construction m'intrigue encore plus.

 

Fasciné je suis !

  L'autre face me révèle quelques détails : 

* A la base, une construction récente me fait pensé à une sacristie.

* Sur la hauteur, une forme presque ronde qui est une tour-escalier.

 Je guette les échauguettes

Je sais tout maintenant !

* La façade Ouest comporte deux échauguettes sur culots.

* Elles complètent un système défensif basé sur des mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Au dessus un chemin de ronde couvert est identifiable. Il est aujourd'hui protégé par un grillage anti-oiseaux.

* La façade Est est dépourvue d'échauguette (qu'elle en est la raison ?).

* Dans la partie supérieure des quatre façades, de nombreuses ouvertures ont été aménagées. Je suis étonné par leur asymétrie d'emplacement et de forme.

* Ces ouvertures sont évidemment des fenêtres pour amener la lumière dans les nombreuses salles nommées : Les chambres.

* Une des ouvertures, avec ses deux trous de boulin en dessous, m'interpelle.

Etait ce une bretèche ?

Ou le fantôme des latrines ?

 

Deux petites curiosités

     Lentement, j'erre autour de la tour (sans tournis) à la recherche de la porte d'entrée de l'église. Soudain une fenêtre basse (sacristie ou petite chapelle récente) attire mon attention.

Savez vous ce qu'est cette gravure ?

 

        L'intérieur :

Sésame : Ouvre toi !
    Dans cette immense masse de pierre, la porte d'entrée (du 21ème siècle) semble invisible. Il me faut un peu de temps pour la remarquer. Il n'y a point de statut de Saint, ni d'ornement sculpté. Le Gothique flamboyant est inconnu en ce lieu

 C'est la première fois que je vois une porte d'église aussi sobre.

     Lentement, je m'avance et je pousse.

  Un arc en ciel de beautés colorées

Colorée

Quel choc !

   L'extérieur était si sobre, si "militaire", que je m'attendais à ne voir que la couleur de la pierre. Hors, l'intérieur est lumineux, coloré, multiple.

* Le choeur évidemment est lumineux grâce aux fenêtres. Mais c'est surtout les formes peintes qui me fascinent.

* Le plafond n'est pas en reste grâce à ses fines nervures peintes et sa rosace colorée au niveau de la clé de voûte.

* Le baptistère a aussi la chance d'être dans un enfeu décoré.

 

Vais je découvrir les entrailles ?

    Derrière la chaire, une porte permet d'accéder à l'escalier. J'espère pouvoir monter les 100 marches vers les "chambres".

  Hélas, la porte est fermée. Je ne connaîtrai jamais les secrets de cette incroyable église.

 

 

Histoire de l'église :

* Au début du 15ème siècle (1442 ?), considérant que les villageois d'Inières ne possèdent pas de fort pour se protéger, l'évêque de Rodez autorise l'aménagement de fortifications pour l'église.

* En 1555, située à l'étage supérieur de l'église, une "chambre" est vendue.

* En 1462, un capitaine est nommé par l'évêque de Rodez.

* En 1468, une tour de défense est ajoutée à l'église.

* En 1587, il semble que des chambres dans la tour soient toujours louées.

* En 1671, certaines chambres sont toujours louées.

* En 1921, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de la Nativité) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Quelle incroyable église fortifiée !

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 07:05

 

Département 12 - AVEYRON

 

Est ce le château au bout de cette ruelle ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Salles la Source est située à 80km à l'Est de Cahors, à 70km au Sud-Ouest de Saint Flour et à 15km au Nord-Nord-Ouest de Rodez.

     Coordonnées du château :

44° 28' 40.372" N 2° 30' 26.935" E
 44.477881°  2.507482°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Je suis pressé !

     Il y a tant de châteaux Aveyronnais à voir durant mes congés et il me reste si peu de jours avant mon départ que je ne prends pas le temps de me poser. Après avoir vu un site médiéval dans le bourg de Salles la Source, je galope à 5km au Nord pour voir (trop ?) rapidement le château de Solsac.

  Le "trop" signifie qu'aujourd'hui, je regrette de ne point avoir pris plus d'images. J'espère que cela me servira de leçon.

 Une échauguette modernisée

Minimal mais joli

    L'imposant mur ne révèle aucun indice sur son âge et le comporte aucun signe de système défensif. Mais en levant les yeux, je vois une échauguette sur culots. Si ce bâtiment était mien, j'installerais mon bureau dans cette ronde construction pour rédiger mes articles du blog. Je m'imagine déjà lire des ouvrages médiévaux éclairé par la petite fenêtre.

 

Une autre surprise
    Pour mieux comprendre l'architecture de cette construction fortifiée, je prends un peu de recul. Cette "astuce" que j'utilise souvent me permet de voir :

* Une tour parallélépipédique dépourvue d'archère, de crénelage et de mâchicoulis (voir vocabulaire),

* Une construction en encorbellement.

Quelle fut la fonction de cette construction ?

1 - Une bretèche ?

2 - Des latrines ?

* Ne pouvant point voir si une porte existe en dessous, l'option 1 est difficile à identifier.

* Mais je pressens que l'étage supérieur était l'habitation des propriétaires. Si mon raisonnement est correct, l'option 2 est la bonne.

Quel est votre ressenti ?

 

        L'intérieur :
  Le site est une propriété privée non visitable. 

 

 

Histoire du château :

* En 1295, sur la demande de Guillaume de Bournazel, le maçon P. Cartaillac construit une maison en ce lieu.

* Au 15ème siècle, la maison est la propriété de plusieurs familles dont :

- Arnaud de Montferrant,

- Jean de Sala.

* Au début du 17ème siècle (?),  la maison appartient à la famille Masnaud.

* En 1610, Géraud de Masnaud fait construire une maison (un château ?) avec tour éclairée par 12 fenêtres.

* En 1641, François de Masnau (il semblerait que le D n'exista plus à la fin du nom) achète la seigneurie à Jean de Tullier.

* A la fin du 17ème siècle (?), par mariage, le site appartient à Paul-Jacques de Lordat.

* En 1721, Firmin de Vialar achète la propriété à la famille Lordat.

* Vers 1790, bien que les révolutionnaires ne réquisitionnent point le domaine, Guillaume et Henri Vialar abandonnent le site et émigrent.

* En 1811, un héritier Vilar figure dans les registres d'imposition du département.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les ruelles. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Le château m'a vu avant que je le vois

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bertholène est située à 40km au Nord-Ouest de Millau, à 15km au Nord-Est de Rodez et à 8km au Sud-Est de Bozouls (voir ce bourg).

     Coordonnées du château :

44° 23' 45.658" N 2° 46' 45.476" E
 44.396016°  2.779299°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

   Sur une butte surplombant le bourg, une ruine médiévale surveille les alentours avec sérieux. La position est idéale pour l'établissement d'un château fort. 

   Même si elle semble ruinée, cette construction de 7 siècles va être mon plaisir de cette fin d'après midi de printemps.

  Les remparts sont posés sur le roc

Les murs

    Ma première approche m'amène vers les murs et remparts extérieurs de cette forteresse. Par endroit, ils ont été posés sur le rocher, rendant l'accès plus difficile pour l'assaillant et augmentant la solidité en limitant ainsi le travail des sapeurs.

   Pour relier certaines parties du rocher initial, des  arcs de décharge ont été aménagés (je vous en avais montré un extraordinaire au château de Roquefixade dans le département de l'Ariège).

 

Le long rempart

    En avant  de la façade principale, le rempart a beaucoup souffert. Il est arasé ne laissant pas deviner la présence d'archère ni de crénelage (voir vocabulaire). Les pierres sont de tailles asymétriques et de provenance diverses.

  Il ne reste que peu, mais quel spectacle

La façade
   Derrière le mur arasé du rempart, une façade moderne et médiévale se dore au soleil.

Pourquoi ai je utilisé ces 2 termes ?

La réponse n'est que constatation :

 * Sur la droite, une ronde tour défensive rappelle les grandes heures médiévales du château.
 * Mais la tour a été modifiée par l'ouverture de fenêtres.

 * L'imposante courtine n'a plus ses systèmes défensifs. Elle a été assagie par de simples fenêtres en partie médiane et des fenêtres à meneaux en croix à l'étage supérieur.

* Sur la gauche, une tour presque jumelle à la première, a gardé sa rigueur médiévale. Je suis surpris qu'elle ne comporte aucune fente de tir.

Avez vous remarqué la tour semi-circulaire au second plan ?

 

Je veux entrer

    Lentement, je contourne le site pour trouver l'entrée. C'est à ce moment que je rencontre un système de tir classique  la fin du 15ème siècle.

  Je suis aveuglé par la beauté médiévale

        L'intérieur :

Vais je rester dehors ?

    Les hauts remparts m'empêche d'entrer, les maisons collées au château sont infranchissables. La seule porte moderne en bois est fermée. 

Suis je condamné dehors ?

 

L'espoir de la lumière

   Soudain, une lumière traverse les arbres et me donne la direction. Tout en respectant la zone de sécurité, je peux admirer les entrailles de cette beauté de 7 siècles. 

   L'autre coté de la façade montre les fenêtres à coussiège et les axes de circulation.

  Il y a bien d'autres détails à admirer, mais je ne vous les révèlerai pas pour vous permettre de jouer les détectives lorsque vous rencontrerez cette belle ruine Aveyronnaise.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, présence d'un château fort en pierre.

* Au 14ème siècle, le seigneurie relève du Baron (voir titre de noblesse) de Sévérac et du Comte de Rodez.

* En 1349, le seigneur de Bertholène participe à une joute organisée par le Roi de Majorque.

* En 1345, en présence du seigneur, les habitants de Bertholène et de Laissac s'engagent à garder le château et à l'entretenir.

* En 1349, l'accord signé quatre ans auparavant est reconduit.

* En 1550, le domaine appartient à François d'Hèbles.

* En 1569, le Sieur Hébles ayant épousé la cause des Protestants, le château est attaqué et canonné par les Catholiques.  La construction fortifiée est pillée, tous les défenseurs sont tués. Seule Marie de Bertholène, femme de François, est épargnée.

* En cette fin de 16ème siècle, le domaine appartient à la famille Faramond. Le château est partiellement reconstruit.

* En cette fin de 17ème siècle, la famille Berne devient propriétaire du château. Elle aménage une façade "moderne".

* En 1697, le site est possession de la famille De Vezins.

* En 1792, la famille De Vezins est chassée par les Révolutionnaires.

* En 1839, Edouart Maisonabe, avocat à Rodes, achète le château. Il récupère de nombreux matériaux et pierres pour construire une maison bourgeoise dans la plaine à  La Caze.

* Au milieu du 19ème siècle, une église et un presbytère sont aménagés dans les dépendances.

* Au début du 20ème siècle, l'abbé Triadou (curé du bourg) achète les ruines du château.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde tente de faire revivre la ruine.

* En 1999, durant les fouilles, plusieurs objets du 17ème siècle sont retrouvés.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur ne semble pas possible.

 

Le drapeau du Rouergue flotte toujours

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Un bijou médiéval dans un écrin de verdure

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Cruéjouls est située à 25km à l'Ouest de La Canourgue, à 20km au Nord-Est de Rodez et à 10km à l'Est de Bozouls (voir son château).

     Coordonnées du château :

44° 26' 42.864" N
2° 51' 24.016" E
 44.44524°
 2.856671°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

    Posée sur un mamelon à la sortie Nord-Ouest du bourg, une construction tout en rondeur domine la vallée du Dourdou située au Nord. Où sont les courtines ?

  Curieusement, en fonction des livres et brochures, ce site porte le qualificatif de :

- Château,

- Donjon,

- Manoir.

 

Elle est bien ronde !

    Toutes ses rondeurs me fascinent. L'absence de courtine rectiligne est rare pour une construction médiévale fortifiée.

  Pensez vous que ses rondeurs aient (ou auraient) pu inspirer des artistes comme :

- Régine Fabjanczyk

- ou Caterina Zacchetti ?

 

Y a-t-il des défenses ?
    En avant de cette construction, il y a un petit muret. Sa hauteur n'en fait pas une protection efficace, et son épaisseur me laisse douter qu'il fut construit au Moyen Âge.

     Dans ses formes généreuses, je cherche quelques indices de système défensif. Les parois sont borgnes ou possèdent en étage de petites ouvertures de lumière rectangulaires qui ne sont point défensives. Où est l'entrée ?

   Au sommet, la toiture en faible pente avec des épaisses tuiles calcaire ne laisse point entrevoir un chemin de ronde ni des mâchicoulis (voir vocabulaire). 

Diantre !

N'était ce qu'un habitat de repli ?

 

Je m'approche

   Tout en respectant la propriété privée et le silence du lieu, je m'approche en ne faisant que "couiner en silence" ma lourde armure de Chevalier-Castellologue-Amateur.

J'entends un bruit dans ma chausse gauche

Que vois je ?

 * Sur la hauteur, des pierres dont la dimension diminue avec la hauteur.

 * En partie basse, une fente verticale dont je ne peux affirmer si elle fut défensive ou éclairante.

 * Entre 2 tours, la petite courtine comporte :

- En partie basse, ce que j'imagine être une ancienne porte d'accès.

- Au dessus, un axe de circulation (et peut être de défense si porte il y avait).

Quel énigmatique bâtiment !

  Enigmatique restera cette beauté médiévale !

        L'intérieur :

Porte close

   Lentement, je m'avance vers la porte. Hélas, la propriété privée est interdite à la visite. Je n'aurai aucune réponse à mes doutes.

   Je me console en m'abreuvant de la littérature que j'ai emportée dans ma besace.

Comme je suis un Chevalier, je la partage avec vous.

 

Les écrits

* Le bâtiment comporte :

- Un sous-sol,

- Un rez de chaussée,

- Un étage.

* Chaque niveau est séparé par une voûte en berceau.

* Les murs ont une épaisseur de 1,5m à 2,5m

* Une salle en sous-sol comporte une cheminée prouvant qu'elle fut habitée.

* Une salle en sous-sol possède la margelle d'un puits aujourd'hui comblé.

* L'une des tours possède un escalier de pierre en spirale desservant tous les étages.

* Une salle à l'étage comporte un écusson aux armes de Nogaret de Trélans

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, un seigneur de Cruéjouls est cité. La seigneurie dépend de la Baronnie (voir titre de noblesse) de Calmont d'Olt.

* Au 15ème siècle, il semble que l'actuel château soit construit (à vérifier).

* En 1478, après un siècle et demi de possession, la famille de Cruéjouls abandonne le château au profit des La Panousse.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, les Protestants souhaitent que le seigneur de Cruéjouls participe à leur révolte. Mais il ne se laisse pas convaincre.

* En 1581, le site est exploité par Antoine Salving, marchand à Espalion. La famille La Panousse est toujours propriétaire du château et des terres.

* En 1600, la famille La Panousse vend la seigneurie à Claude de Nogaret, Vicomte de Trélans. Ce personnage détient aussi le château de Caylaret à quelques kilomètres de là.

* En 1725, le site appartient à Pierre de Bonhomme, Trésorier général à Montauban.

* En 1779, le château est vendu à Jean Viguier de Grun, ancien Gouverneur des Pages des Grandes Ecuries du Roi.

* En 1788, le Marquis de Pégayrolles baille le site à un avocat, Pierre Gervais, habitant à Caylaret.

* Au milieu du 19ème siècle, le Marquis vend la seigneurie.

* A la fin du 19ème siècle, le site est possession de Sylvain Gervais.

* Vers 1930, le château est occupé par une école libre de jeunes filles.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée et la quiétude de ses habitants. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Fascinantes rondeurs !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article