Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 07:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

  ANDALOUSIE

 

Le bourg : 

Une colline a surgi portant un château fort !    Situation (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Ardales est située à 100km au Sud-Est de Séville, à 35km au Nord-Ouest de Malaga et à 28km au Sud-Ouest d'Antequera (voir son château).

  Coordonnées du château :

36° 52' 34.831" N 4° 50' 40.657" W
 36.876342°  -4.844627°

 

Le château : 

    L'extérieur :

L'arrivée

   Après avoir chevauché durant de longues heures sur une route désertique sous un soleil de plomb, mes yeux sont surpris de voir un bourg aux blanches maisons. Ardales a une physionomie typiquement Andalouse. C'est un petit bourg aux rues étroites et maisons blanches.

  Soudain, mon regard est attiré par une colline foncée portant une construction millénaire.

Est ce un mirage ?

 

  Rêve ou réalité ?

    En me pinçant, je sais que je ne rêve point (heu... personne n'a réagi lorsque j'ose affirmer que je me pince .. Ceci n'est point possible dans une armure... Pfff  point attentifs vous êtes !).

 

-chevalier-00.gif

-chevalier-marche01.gif  

   En m'essuyant les yeux puis en me déplaçant, j'ai la confirmation que ce n'est point un mirage. Je vais découvrir une ruine sur un rocher posé par hasard il y a plusieurs millions d'années.

  Ma documentation affirme  que cette ruine se nomme : Château Rocher.

Un rocher lisse et inaccessible

 

Je le découvre lentement

    En arrivant au pieds du rocher, je constate qu'il semble imprenable. Construire une fortification au sommet  (500m d'altitude) fut une merveilleuse idée pour un château de surveillance et de contrôle des vallées.

 

Je contourne le rocher

    Pour trouver le moyen de monter vers la ruine, je longe la paroi. Au détour d'une ronde surface, je vois à mi-hauteur des trous ayant du porter des poutres.

Y avait-il une construction en encorbellement ?

   Je continue mon périple quand soudain, ma vue se brouille, j'en vois de toutes les couleurs.

Quelle est donc cette magie ?

 

Le secret de mon délire visuel

  Point d'ensorcellement j'ai reçu, l'Andalousie regorge de plantes plus ou moins piquantes (et hallucinogène ?) qui, hélas pour moi, servent de défense au 21ème siècle. Je ne peux pas m'approcher ni monter la raide paroi.

  Rocher imprenable

Je contourne le site castral

    Comme souvent, lorsque j'ai un problème, je prends un peu de recul. Je comprends rapidement que ce château ne sera pas visitable car il se situe sur une propriété privé.

  Alors, tel un chasseur (ou un Arsène Lupin), je cherche la faille pour voler ses secrets.

 

Contreforts !

   Les murs épousant les limites du rocher ont été consolidés par de puissants contreforts. La taille des pierres ainsi que la couleur me font supposer que les contreforts datent de la même époque que la courtine.

  Ce style (même épaisseur et forme carrée identique) se remarque sur plusieurs murs. Je suis surpris de ne voir aucun système défensif (archère, bretèche, mâchicoulis etc... voir vocabulaire).

 

C'est la fin

   Comprenant que cette ruine ne me révèlera aucun autre secret, je me retourne pour admirer l'une des richesse d'un château fort : Le panorama.

 

 

  Histoire du château :

* Au 9ème siècle, les Maures construisent un château pour surveiller les vallées.

* Au 13ème siècle, il semble que le château soit reconstruit. Est ce celui de ma gravure ?
* Au 21ème siècle, la découverte extérieure de la ruine est libre et gratuite. La visite de l'intérieur semble impossible. 

 

Je vois presque l'Amérique !

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 07:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg : 

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Els Garidells est situé à 15km au Nord de Tarragone et à 8km au Sud de Vals.

  Coordonnées du château :

41° 12' 29.574" N 1° 14' 50.104" E
 41.208215°  1.247251°

 

Le château : 

    L'extérieur :

Je me questionne

    Sur le route N240 en direction de Vals, je flâne lorsque mon destrier me quémande de tourner à droite en direction du petit bourg d'Els Garidells. J'obéis et soudain apparaît en face de moi un curieux pan de mur. Les guides touristiques ainsi que ma carte détaillée ne le citent pas.

Sont ce les vestiges d'un château fort ?

 

Vais je m'arrêter ?

   Debout en bas de la butte, je suis très perplexe.

Dois je prendre un peu de mon temps de chevalier

pour tenter une approche vers ce mur ?   

    Evidemment OUI. Point chevaleresque aurait été mon attitude si je n'étais pas venu "au secours" de cette beauté.

 

La découverte

    Au bout de la route, la ruine me regarde, avec l'oeil triste et les oreilles tombantes (Je me demande si je ne confonds pas avec le chien rencontré durant la montée).

    J'ai envie de lui montrer qu'elle est extraordinaire, unique, magnifique, attachante (avez vous remarqué comme je sais bien parler aux femmes... heu... ruines voulais je dire). Je me précipite pour l'enlacer, mais.... Elle me repousse avec ce panneau.

    Je vais donc la découvrir de loin, l'apprivoiser tel le "petit prince" (et pourtant simple chevalier je suis).

 

L'architecture

   Toutes les ruines (comme les femmes) sont fascinantes, avec leurs architectures différentes, leurs évolutions sur plusieurs siècles (heu... oui, je sais, on ne doit pas parler de l'âge des femmes :D   ).

 
Analyse des détails

  * Certains murs sont recouverts d'un ciment.

Peut être une consolidation du 20ème siècle ?

   * Cette tour possède des pierres d'angle solides, bien taillées, jointives, alors que la courtine est composée d'un assemblage disparate, peu soigné.

A-t-elle subi des reconstructions

après une attaque ?

   * Sur le coté opposé, 2 archères droites sont :

  - Très rapprochées (Ce qui est curieux pour un si vieux château),

 - Courtes (cela prouve l'ancienneté... si ce sont des archères),

 -  Avec leurs belles pierres. Elles semblent avoir été intégrées après la construction du mur.

Sont ce vraiment des archères ou des fentes de tir pour arme à feu ?

   Par un sentier herbeux, je tente de contourner la ruine pour voir ses entrailles.

 

    L'intérieur :

Je n'y arrive pas

     Arbres, hautes herbes et plantes griffantes ont envahi la place. C'est avec un téléobjectif qu'il est possible de visiter l'intérieur. Plus j'observe les restes des murs, plus je me contorsionne pour chercher un détail et plus je suis convaincu que ce château n'a été abandonné qu'il y a 2 siècles (environ).

Pensez vous que ces fenêtres soient médiévales ?

 

J'ai des doutes

     L'épaisseur des murs et la taille des pierres montrent une construction du moyen âge, mais les ouvertures "récentes" et les plaques de ciment me font penser à des améliorations de confort du.... heu... du "?? ème siècle" (je ne sais que penser).
      Qu'importe si je doute, le beau paysage suffit à me faire oublier mon inculture sur cette ruine !

 

 

  Histoire du château :

* Au 12ème siècle, une fortification est certainement construite sur la colline (?).
* Au 20ème siècle, une campagne partielle de consolidation est menée.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est interdite. Le risque de recevoir une pierre est important. 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 06:01

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CASTELON
 
 
Ce château m'a subjugué !
  * Ce n'est pas une ruine comme j'adore, et même pire, elle est vraiment trop refaite.
  * Ce n'est pas un bâtiment isolé, et même pire, il est très touristique.
---> Alors pourquoi suis je resté 3 heures dans la cour ?

    C'est la 1ère fois (depuis des siècles hihihi) que je suis accompagné durant ma visite par une musique.... Que dis je !... par Mozart, Vivaldi, Bach, Albinoni, Haendel....
    Je sais que ce ne sont pas des compositeurs contemporains des Templiers, mais cela se marie si bien. J'ai eu l'impression d'entrer dans les pierres, de survoler le château, d'être seul au monde !

  

  

Le bourg : 

  Situation  (--> le voir sur une carte)

       Peniscola est une station balnéaire située à 128km au Sud de Tarragone et à 140km au Nord de Valence.

  Coordonnées du château : 

   
   

 

Le château :

    Quelque soit l'endroit où vous attachez votre destrier, il est impossible de ne pas voir le château tant il est domine la ville et ses immeubles modernes.

 

   L'extérieur :

     En arrivant aux pieds du château, mes yeux se brouillent.

Est ce du au soleil d'Espagne ou à la malédiction des Templiers ?

   En réalité, les hauts murs droits posés sur le rocher avec ces mâchicoulis de forme Mauresque étaient en contrejour. Pour que vous les dégustiez, j'ai préféré les "transformer" un peu.

 

    L'intérieur :

Sobriété

        Après avoir donné quelques piastres à une brune caissière, je découvre l'entrée.
    Elle est très sobre. Les templiers ne s'embarrassaient pas d'inutiles décors et les propriétaires suivants n'ont pas cherché à modifier l'extérieur.
    La porte est encadrée par 2 puissantes tours carrées dissuasives. Les blasons sous la belle fenêtre représentent :
  * La croix noire de l'Ordre du Temple,
  * L'emblème d'Arnaldo de Banyuls, gouverneur de Peniscola,
  * Les chardons de Frey Berenguer de Cardona, Maître de l'Ordre au 13ème siècle.

 

Le plan
  Pour mieux comprendre le château, je vous livre le "plan secret" du niveau bas et du niveau haut :

1 - Porte principale,
2 - Dépendances,
3 - Grande salle rectangulaire (Ecurie ou étable),
4 - Habitations,
5 - Cour d'armes de la forteresse,
6 - Résidence du pape Benoit XIII,
7 - Eglise rectangulaire à nef unique sous voûte romane en demi berceau,
8 - Salle gothique,
9 - Palais pontifical,
10- Cachots primitifs.

 

La cour

   En entrant dans la cour d'armes, je suis surpris par la lumière. Il manque bien sur quelques bâtiments, mais cette pierre blanche sous le soleil... Wahouuu !
Et si vous ajoutez un peu de Mozart... L'aveuglement est total.
      Les styles architecturaux se font face. Une jolie baie géminée côtoie une porte plein cintre.
   La porte d'entrée de la salle gothique est impressionnante avec son imposant arc plein cintre. Au dessus, il y a les chardons de Frey Berenguer de Cardona et de multiples corbeaux aujourd'hui bien inutiles.
    Depuis la terrasse, mon regard embrase tous les bâtiments et la cour, mais surtout, à travers les curieux créneaux, je me délecte du paysage sur la mer... Je vous laisse, c'est l'heure de mon bronzage. 

 

 

  Histoire du château :

* Au 13ème siècle, la famille Aragonais de Alagon est seigneur de Peniscola.
* A partir de 1294, une fortification est construite par l'Ordre du Temple.
* En 1307, les Templiers sont arrêtés. Le château est maintenant habité par un autre ordre militaire-religieux : Montesa.
* En 1394, Pierre de Luna devient pape à Avignon sous le nom de Benoît XIII.
* Au début du 15ème siècle, le pape chasse de Peniscola l'Ordre Militaire de Montesa et place le château sous la protection du Saint Siège.
* Ce pape dissident n'est plus soutenu par le Roi de France (voir liste des rois). Après de multiples péripéties (voir Châteaurenard par exemple), il s'exile sans titre en 1415 dans ce château de Peniscola.
* En 1423, Pierre de Luna meurt au château.
* Au 20ème siècle, une campagne de consolidation est menée.
* Au 21ème siècle, la découverte du château est payante.

 

 

Vers liste châteaux des Templiers

en Europe

Vers liste châteaux des Templiers    

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 06:30


Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg : 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Cette montagne portant le château de Sant Salvador de Verdera est comprise entre les bourgs de Llançà, Rosa, Vilajüïga (voir son château) et El Port de La Selva.

     Elle est située à 15km au Sud de la ville frontière Française de Cerbère et à 25km au Nord-Est de Figueres.  

  Coordonnées du château :

42° 19' 12.079" N
3° 10' 4.631" E
 42.320022°
 3.167953°

 

Le château :

   Depuis le parking proche du monastère fortifié de Sant Pere de Rodes, j'aperçois au sommet de la montagne les ruines d'un château. Dénivelé, épineux et rocailles coupantes ne freinent pas mon envie de découvrir cette beauté.

 

   L'extérieur :

      La montée est plus facile que j'imaginais. Un sentier odorant serpente doucement me laissant le temps d'admirer les formes de la ruine qui se confondent avec les rochers.

          A l'arrivée, c'est le choc !

    De grandes archères droites me font face. Imaginez les à plusieurs mètres de hauteur (le sol a été surélevé par les gravas durant ces derniers siècles) avec 1 archer derrière chacune. Après une si longue montée, je ne suis pas certain que l'assaillant soit en état de combattre avec toutes ses aptitudes physiques.

    Les pierres d'angle ainsi que celles en partie basse semblent correctement taillées (bien qu'irrégulières) et scellées, mais le haut du mur possède un parement de mauvaise qualité.

Est ce du a une consolidation récente ?

 

    La caractéristique générale de ce château est l'angle droit, il y en a partout. L'absence de "rondeur" et de bouche à feu (voir vocabulaire) me fait penser que ce château ne fut plus stratégique à partir du 14ème siècle.

    La porte d'entrée protégée par de hautes archères confirme ma pensée. l

 

    L'intérieur :J'aurais apprécié être guetteur pour regarder la montagne et la belle 'mère' ...hihihi

Le 1er rempart
   Je ne m'attendais pas à Versailles en franchissant la porte, et ce rempart en ligne, ce sol jonché de terre et la végétation me confirment que je suis dans une ruine oubliée des hommes (mais vous vous en doutiez un peu, sur mon blog il y a peu de châteaux "pas cassés").
    Avec le temps, les traces de fondation des bâtiments (les communs) ont disparues sous la terre et il est impossible de définir l'aménagement de cette basse-cour. Je suis surpris par la faible épaisseur des murs de ce rempart. Le seigneur ne devait pas craindre les armes de jets de pierres.
 
    Avec précaution, je m'avance dans les herbes, non pas que je craigne les épineux, mais il y a beaucoup de bruits dans l'herbe et comme j'ai vu un serpent dans la montée, méfiant je suis.
    Ma recherche d'indice est fructueuse. Je vois une ouverture en surplomb qui semble être des latrines, et enfin la 1ère forme ronde : Une tour flanque.
 
Le 2ème rempart
   Le site fortifié épousant la montagne, il faut toujours monter pour atteindre la 2ème ligne de défense. Elle n'est matérialisée que par de rares vestiges de courtines, mais surtout elle montre de hautes tours circulaires avec des parement et de pierres taillées toujours aussi "pauvres", malgré cela, une force émane de ce site. Est ce du à la couleur sombre ?
   Contrairement à de nombreux châteaux (que je vous ai montrés) le sol n'a pas été aplani et des rochers côtoient les constructions.... Voila une ruine qui ne copie pas sur ses copines !
 
Le donjon
   Ce château n'étant pas classique, son donjon ne ressemblera pas au standard. Et puis pourquoi construire une haute tour alors que la fortification est déjà sur un pic presque inaccessible.
    Il est certes arasé, et j'avoue ne pas distinguer le donjon du logis.
 Qu'importe mes doutes, la beauté du paysage suffit. J'ai vraiment une passion offrant des plaisirs multiples.

 

 
Histoire du château :

* Au 12ème siècle, une fortification est certainement construite sur la colline pour dominer le monastère.
* Au 13ème siècle, modernisation du château.
* Au20ème siècle, une campagne de sécurisation est menée.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre ou de croiser un serpent existe. 

 

Pour mieux comprendre cette ruine, la voici vue du ciel --> clic

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 07:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

  ANDALOUSIE

 

Le château est il aussi impressionnant au 21ème siècle ?

 

Le bourg : 

    Situation (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Antequera est située à 130km au Sud-Est de Séville, à 80km à l'Ouest-Sud-Ouest de Grenade et à 25km au Nord de Malaga.

  Coordonnées du château :

37° 0' 54.407" N 4° 33' 24.692" W
 37.015113°  -4.556859°

 

Le château : 

    L'extérieur :

L'arrivée

   Armé d'une reproduction représentant le château il y a 2 siècles (?), je me hâte vers la ville d'Antequara pour découvrir son incroyable forteresse. Soudain, au détour d'un virage, la vision fantomatique d'une cité apparaît.

Sont ce mes yeux qui se brouillent ?

   Que nenni, c'est un agréable brouillard matinal (j'avoue que je me lève toujours très tôt en vacances pour découvrir les sites touristiques) qui enveloppe le château fort nommé Alcazaba.

 

antequera-03 

La fièvre de la découverte monte en moi !

Prendre son temps

     De suite, je repère la porte de la cité. Mon impulsive passion me force à courir vers elle. Mais le sage qui est en moi quémande de prendre le temps d'admirer l'extérieur.

 

Je le découvre lentement

   Posées sur le rocher, tours et courtines s'alternent avec efficacité défensive. Le rempart, avec un crénelage Mauresque, est curieusement dépourvu de mâchicoulis (voir vocabulaire). Ce système défensif très efficace pour la défense proche était pourtant usitée lors de l'année de construction du château.

Est ce du à une reconstruction hâtive récente ?

 

Le nom des tours

   Du coté probable de l'attaque, trois imposantes tours parallélépipédiques brillent de mille feux (heu, c'est une expression, ne cherchez pas des lumières sur l'image ).

- Celle du fond (à gauche) se nomme : Tour de l’Hommage.

- Celle du centre a comme petronyme : Tour Blanche.

- Celle à droite est nommée : Tour de l'Etoile.

 

Analyse rapide des tours

   Excepté la dimension, elles ont de nombreux points communs :

* Des pierres correctement alignées et parfaitement taillées (même si l'une a des pierres rondes et l'autre longues),

* Point de crénelage ni mâchicoulis (mais ceci est certainement du à la destruction au 15ème siècle),

* Des corbeaux dans la maçonnerie ressemblant à un hourdage (voir vocabulaire),

* Point de bouche à feu,

* Des fentes verticales (pour tir au fusil ?)

* Une position avancée par rapport à la courtine pour mieux la protéger.

* Une lice surélevée précédant les tours,

* Pour délimiter cette plateforme, un petit mur est posé sur le rocher. Ainsi, même si le dénivelé n'est pas important, attaquer ce château c'est monter sur des rochers, regarder ses pieds et être à découvert.

Ce château a du poser de nombreux problèmes aux attaquants !

 

Tour de l'hommage Tour blanche

 

Rigueur et solidité sont les qualités de cette tour

    L'intérieur :

La plénitude Mauresque

    Pour entrer dans la cité fortifiée, il suffit de suivre les panneaux. L'une de mes premières rencontres est un puits. L'eau est importante en Andalousie et elle était primordiale pour les Maures.

   Pour vous permettre de comprendre cet incroyable château fort, je vous offre ce plan. Mais, contrairement à mon habitude, je ne vous donne pas la légende.

Le mystère de l'Orient sera mon cadeau. 

 

Je repars à l'attaque du château

    Après avoir flâner dans les cours et jardins puis avoir humer les plantes odorantes, je quitte mon chapeau de paille de touriste et je remets mon heaume de Chevalier-Castellologue-Amateur.

 

La tour de l'Hommage (repère 5 sur le plan)

"L'angle droit est le thème principal de cette architecture !"

  C'est ce que j'ai pensé en découvrant la plus puissante tour défensive de ce château.

  En entrant, la différence de température entre l'extérieur et l'intérieur est saisissante. Cette sensation est amplifiée par la pénombre.

    Lorsque mes yeux se sont habitués à l'obscurité, les salles révèlent leur architecture très anguleuse. Ces angles droits sont parfois cassés par des voûtes en tiers-point (je suppose). Dans un couloir je retrouve enfin des voûtes (bien de chez moi).

   En regardant le plan de cette tour, j'ai l'impression de voir celui de l'intérieur d'une pyramide.

Avez vous la même sensation ?

Ce poste d'observation est idéal

 

Que voyait le défenseur ?

  Depuis l'archère, même si la vision est limitée, la défense des courtines est optimale.

      Dans la tour de l'Hommage, le défenseur pouvait observer l'ennemi au loin et avait la possibilité de lui tirer dessus s'il s'approchait.

   Depuis le coté intérieur de la tour de l'Hommage, les défenseurs pouvaient tirer  sur les assaillants ayant réussi à rejoindre le chemin de ronde.

  Evidemment, sur les remparts, la vue depuis le crénelage permet de repousser l'ennemi avec des projectiles.

 

L'intérieur des autres tours

   Le château ayant été reconstruit au 20ème siècle puis sécurisé pour accueillir le public. L'intérieur des tours n'est pas 100% conforme à l'architecture et décoration du château il y a 5 siècles.  Avec l'éclairage électrique, il n'y a plus la faible lumière des torches et surtout (ce qui nous fait rêver à notre siècle) le vacillement de la flamme. Mais je suppose qu'une partie de l'ambiance défensive et d'inconfort (car la pierre est froide) est présente.

   C'est donc durant de longues minutes que je m'abreuve de la beauté Mauresque et Andalouse des salles.

  Plutôt que de vous les décrire, je vous laisse admirer.

 

Large embrasure faciltant l'angle de tir Le croisement défensif Archère ou fente de tir ?

 

C'est la fin

   Pour vous, la visite s'arrête ici, mais pour votre Chevalier adorateur de la poussière médiévale, c'est le début d'une recherche d'indices, d'un détail (aussi bien dans les tours que dans les jardins) qui commence.

  Je vous laisse devant ce panorama magnifique.

  Vue sur la tour de l'Hommage   Paysage aride et maison blanche. Tous les symboles de l'Andalousie   Au loin, est ce l'Angleterre ou les Usa ?  

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, la ville porte le nom Romain d'Antikaria.

* En 711, les Maures envahissent le Sud de la péninsule. La ville se nomme maintenant : Medina Antaquira.

* En 1212, une coalition de rois chrétiens tente de chasser les Maures. C'est à cette période que la ville Mauresque se fortifie. Une enceinte est construite entourant la médina puis au sommet, un château fort est aménagé.

* Durant 2 siècles, la ville résiste aux armées Chrétiennes.

* En 1410, Ferdinand I d'Aragon attaque la ville et la conquiert.

* En 1582, sur la tour de l’Hommage est construit un petit temple-clocher qui abrite la cloche majeure de la ville d’Antequera.

* En 1949, l'Alcazaba est classé Trésor National.

* En 1985, le site est inscrit au Patrimoine Historique Espagnol.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur et l'intérieur du site fortifié est libre et gratuite.

 

Une citadelle Mauresque ayant traversé les siècles

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 07:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg : 

   Situation (--> le voir sur une carte)

      La Pobla de Claramunt est un village situé à 10km au Sud-Est de Igualada et à 50km à l'Ouest de Barcelone.

  Coordonnées du château :

41° 33' 18.893" N 1° 40' 12.374" E
 41.555248°  1.670104°

 

Le château : 

    L'extérieur :

L'arrivée

   A la sortie de Villanova del Cami, sur la voie rapide C244, mon destrier s'arrête. Il a repéré au loin sur la droite un château sur une colline.

   Cette région nommée Anoia a été au 10ème siècle frontière entre les Comtés Catalans et des territoires des Maures.

   L'Anoia comporte de nombreuses ruines comme je les adore, avec des époques de construction étalées sur 4 siècles. Voici le 1er que j'ai visité: Le château fort de Claramunt.

 

Il est là haut ! 

      Le château est en haut d'une colline, uniquement accessible par une route non recouverte d'asphalte. Il est possible de se rapprocher en voiture (attention, le nombre de place dans les champs est limité), mais il vous faudra terminer l'ascension à pieds.

   Vingt minutes plus tard, un rempart avec des tours rondes posé sur le rocher m'informe que je suis arrivé.

  

Je le découvre lentement

   Comme toujours, je découvre le site en le contournant. Si vous n'êtes pas du signe du dahu (comme moi) je vous déconseille l'exercice car la pente est raide. Ceci est normal puisque je visite un château médiéval.

  Mais après quelques minutes dangereuses, je suis récompensé : Le magnifique donjon octogonal se dresse devant moi !

    Je ne rêve pas, Claramunt possède un donjon extérieur très excentré et de plus à 8 cotés, ce qui est rare.

   Enfin, je retrouve le sentier, et je vais tenter d'entrer par ce qui semble être la porte du château.

 

Anecdote

     La porte est fermée bien que je sois dans la plage horaire. Je sonne et j'attends plusieurs minutes car les 2 "accompagnateurs-guides" se mettent au frais dans une salle du château tant le soleil de Catalogne est chaud. De plus (comme me l'expliquera mon guide) les visiteurs sont rares en ce lieu loin des plages de la Costa Daurada (Je fus le seul entre 10H et 13H en ce dimanche), alors, pourquoi se feraient ils rôtir ?
   Je donne quelques piastres, je pénètre dans le "monde médiéval" et la porte est refermée rapidement derrière moi.....
Suis je leur prisonnier ?
   Aucunement. L'un des accompagnateurs est heureux de dialoguer avec moi sur ce monde millénaire qui est notre passion, mais il me fait comprendre que l'ombre dans les bâtiments est plus confortable pour la discussion.

 

   L'intérieur :

Le plan
    Pour comprendre l'aménagement du site castral, je vous propose une rapide lecture du plan simplifié :  

    En vert
: La basse-cour,
    En jaune
:L'église,
    En rose
: Le château,
    En bleu
: Le donjon octogonal.

 

  La basse cour
   La basse-cour (ou plutôt son fantôme) est plus une étendue d'herbe qu'un lieu montrant les vestiges des entrepôts, des écuries, des greniers, du four etc....
   Au fond, les tours rondes du rempart surveillent la jolie vallée.
 
L'église
  L'église de Sainte Marie occupe une place importante dans le château (voir le plan). En la découvrant, je me suis demandé si le château n'avait pas été construit autour pour la protéger. Son architecture romane est très pure.
   Contrairement à de nombreux châteaux, cette construction religieuse n'est pas une chapelle mais une véritable église qui accueillait jusqu'au 18ème siècle, les villageois pour la messe dominicale.
    L'église, qui ne comporte sur le plan que 2 travées, devait en posséder 3 (d'après mon guide). Cette vue confirme ses dires.

 

Les bâtiments castraux
   Le château étant payant, je ne me sens pas le droit de vous le montrer entièrement. Pourtant, je vais vous faire 2 cadeaux :

* Voici une caractéristique unique en Catalogne : Une archère double.
* Et là, l'entrée remaniée du donjon octogonal.

 

C'est la fin

  Il y a d'autres salles à découvrir (avec plafond voûté), ainsi qu'une petite exposition avec d'anciennes photos.
      Avant de partir, j'admire une dernière fois les remparts et le panorama de cette belle vallée.

 

 

  Histoire du château :

* Au 10ème siècle, une fortification est construite sur la colline.
* Au 13ème siècle, modernisation du château et des défenses.
* En 1453, le château est attaqué puis partiellement détruit.
* En 1454, le Comte (voir titre de noblesse) de Cardona fait de nombreuses consolidations.
* En 1714, l'église, certains bâtiments et remparts sont détruits suite à l'attaque des troupes de Philippe V. Le château est abandonné.
* Au 20ème siècle, une campagne de consolidation de la ruine est menée.
* Au 21ème siècle, la découverte extérieure de la ruine est libre et gratuite. La visite de l'intérieur et payante. Le risque de recevoir une pierre est très faible. 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 07:30

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg : 

    Situation  (--> le voir sur une carte)

         Ulldecona est situé à 90km au Sud-Ouest de Tarragone et à 20km au Nord de Peniscola et de son château des Templiers. 

    Coordonnées du château :

40° 35′ 55″ N 0° 26′ 51″ E
 40.598611°  0.4475°

 

Le château :  

    Je savais qu'il y avait une ruine proche du bourg. Sur ma carte de Catalunya j'avais coché ce lieu à visiter proche de l'embouchure de l'Ebre, mais surpris je suis en voyant cette masse.

    Une haute et ronde colline presque isolée portant un géant (vous l'avais je déjà dit que je suis un peu exubérant avec les ruines médiévales ?).

J'arrive "ma" beauté !

-chevalier-00.gif

    L'extérieur :

        Une petite route serpente vers le sommet porteur de ruines et de rêves. Après avoir déposé mon destrier à quelques dizaines de mètres de l'entrée du site, je tente d'en faire le tour.... Oups, pas facile, il y a une pente assez raide.

 

L'intérieur : 

     Doucement, je franchis la barrière moderne qui délimite le site. C'est à ce moment que je découvre une fine et haute tour.

 

La tour

   Ce ne peut pas être le donjon évidemment. C'est une tour de guet proche de la déclivité. Elle est certes refaite, mais possède une élégance qui me fascine.

    Avec un peu d'attention, je comprends que ce sont les créneaux de type Mauresque qui la rendent si différente.

    Tout est fin en elle. Même les archères droites et les trous de boulin (voir vocabulaire) semblent différents des ruines de notre Royaume.

Qu'en pensez vous ?

 

Les habitats

    Le site comporte de nombreux murs (en ruine évidemment). Cela ressemble plus à un petit village qu'à un intérieur de château classique. Il y a évidemment dans les remparts des archères droites avec un faible ébrasement, mais aussi de belles salles voûtées dont les fonctions me sont inconnues (caves, réserves, citernes... ?).

    Murailles et remparts sont pour la protection du corps, mais pour celle des âmes il faut une église.

 

Le donjon

    Ce donjon est massif, carré, imposant. Il tranche par rapport aux délicates ruines précédentes. Refait il est, mais sa base traduit bien sa forme originelle. Un donjon carré aussi grand est rare en Catalogne.

Était il habitable ?

    Ses dimensions le laisseraient croire, mais je suis surpris par le manque de fenêtre ou de puits de lumière. Il y a bien ces ouvertures ogivales qui ressemblent plus à des portes d'accès (Mais pourquoi 4 ?).

N'était il qu'un simple donjon de repli pour tous les habitants du site fortifié ?

  Toutes ces questions me donnent envie de m'asseoir. Posé sur un rocher, mes pensées se perdent dans l'infini du paysage.

 

 Au revoir

   Il est tard et je dois déjà partir. Avant de retourner vers le campement de ma nuitée, je jette un dernier regard sur cet ancien château médiéval.

 

 

  Histoire du château :

* Vers le 5ème siècle avant J.C., les Ibères implantent une petite fortification sur la colline.
* Au 9ème siècle, les Maures construisent une fortification en pierres.
* Au milieu du 12ème siècle, Raymon Berenger IV entame la reconquête du territoire face aux Maures. Libéré, le château de Ulldecona est donné à l'Ordre des Hospitalers.
* Au 13ème siècle, construction de tours fortifiées et aménagement du site.
* Au 20ème siècle, la municipalité achète la ruine et une campagne de consolidation est menée.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite (sauf en période de travaux). Le risque de recevoir une pierre est faible. Surveillez les enfants proche de l'à-pic.

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 07:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 ANDALOUSIE

 

Le bourg : 

La chaleur Andalouse déforme ma vision !    Situation  (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Cañete La Real est situé sur la frontière entre la Serrania de Ronda, Antequera, à 60km au Nord-Ouest de Malaga, à 30km au Nord-Nord-Est de Ronda et à 45km à l'Ouest de Antequiera.

   Coordonnées du château :

36° 57′ 5.8″ N 5° 1′ 28.63″ W
 36.95161°   -5.02462°

 

   Toponymie  (--> petite initiation)

      Les linguistes hésitent sur 2 origines pour le nom de Cañete La Real :

* Une origine Arabe :  Hins Qanit. Cela signifierait : château de Qanit.

* Une déformation  des mots faisant référence aux jets. Ceux-ci jaillissent toujours dans certains endroit du bourg. 

 

Le château : 

    L'extérieur :

L'aventure irréelle

** Cela se passe un jour mystérieux.

** Un jour où l'envoûtement, le rêve et la glauque réalité s'entremêlent.

** Ces heures où les yeux piquent et la poussière irrite.

** Le chevalier David (parfois nommé Vincent) cherche un raccourci qu'il ne trouve pas.

** Une journée où  Les Envahisseurs destructeurs de châteaux semblent venir de loin.

** Un de ces moments où Votre Chevalier-David-Vincent semble pourchassé par les esprits. 

Pourquoi avoir enfermé une ruine médiévale ?

 

La curieuse découverte

    C'est donc sur la route menant vers l'inconnu que je découvre un vestige médiéval enfermé par de hauts grillages.

Est ce la fameuse zone 51

 

La véritable découverte

    La surprise passée, j'ose lancer un oeil à travers le grillage pour voir une haute tour parallélépipédique ceint d'un rempart. L'ensemble est posé sur le rocher.

 

Je l'approche enfin

   Après avoir serpenté un peu dans les ruelles du bourg, je suis enfin proche de la ruine.

Mais est ce vraiment une ruine ?

   La reconstruction récente de ce rempart avec de nouvelles pierres est évidente. Bien qu'il existe des petits morceaux de mur avec une pierre grisée par les siècles, les très nombreuses reconstruction son évidente.

 

Rapide analyse

   Je suis dans le "temple architectural" de l'angle droit. Tout n'est que linéaire ou anguleux. La blancheur (extra-terrestre ?) est la dominante.

    La haute tour a certainement du être le donjon habitable. Mais les petites ouvertures ne lassant passer que peu de lumière ne rendaient pas ce site très confortable. 

     Évidemment, il est impossible de savoir si un crénalage ou des mâchicoulis existaient.  Ce site n'est qu'un fantôme très reconstruit d'un château Mauresque de plus de 8 siècles.

 

     L'intérieur :

        Le portail est fermé, aucun panneau indique les horaires d'ouverture, aucune personne pour renseigner le Chevalier David-Vincent.

Mais où sont passé tous les habitants ?

 

Histoire du château :

* Avant le 12ème siècle (à vérifier), construction d'une fortification par les Maures.
* Durant le 14ème et 15ème siècle, de nombreux combats ont lieu entre Musulmans et Chrétiens pour la reconquête de l'a Castille. Le château subit de très gros dommages.
* A partir du 16ème siècle, la ruine semble oubliée des hommes.
* Au 20ème siècle, une ardente campagne de consolidation est menée.
* Au début du 21ème siècle, la découverte des remparts et de la ruine du château est libre et gratuite depuis la route et les ruelles. La visite du site semble payante (mais cela n'était pas possible le jour de ma venue). 

 

Ce château est triste sans visiteur

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 06:30

 

Pays :

ESPAGNE

Région :

CATALOGNE

 

Le bourg :

      Situation  (--> le voir sur une carte)

        La Floresta est un village situé à 35km au Sud-Est de Lleida et à 25km au Nord-Ouest de la cité fortifiée de Montblanc.

  Coordonnées du château :

   
   

 

Le château :

    Je suis tant habitué à voir des ruines médiévales en haut des collines et à marcher sur des sentiers pour les découvrir que je suis surpris de voir ce massif château au bord de la route.

Mais, est ce bien le château que je souhaitais visiter ?

Je mène l'enquête.

 

    L'extérieur :

      1ère constatation, le site est dépourvu de rempart et ne ressemble pas au château fort de mon enfance. Mais en observant les murets des jardinets l'entourant, il me semble reconnaître des pierres taillées. Le réemploi des matériaux est classique lorsqu'une bâtisse "oubliée" est proche d'un village.

     2ème constatation, le bâtiment est habité. Tuiles et verrières remplacent les créneaux et mâchicoulis (voir vocabulaire). Les siècles et surtout les hommes ont adouci la forme guerrière de la fortification

     3ème constatation, une église côtoie le bâtiment fortifié.

Etait ce la chapelle du château ?

   J'ai quelques doutes car une différence de taille de pierre et de construction est visible à gauche du clocher.

   Mais j'opte pour un ajout récent du clocher de cette église, car la "sacristie" me semble de la même époque que le château.

    4ème constatation, malgré le lissage de ses défenses d'antan, le bâtiment a gardé une puissante tour carrée.

Et quelle Tour !

 

   Il y a bien sur les imposants corbeaux ayant certainement supporté des hourds (voir vocabulaire). Et en dessous une porte donnant accès à une chemin de ronde aujourd'hui disparu.

    5ème constatation, comme tous les châteaux médiévaux, la porte d'entrée du donjon est située à plusieurs mètres du sol. Par contre, je ne m'explique pas la fonction du "mur" en léger surplomb sur sa gauche.

Avez vous une idée ?

    6ème constatation, confort et défense s'entremêlent. Regardez sur l'autre face de la tour. Sur la droite il y a une bretèche pour défendre une porte, puis sur la gauche, une fenêtre trilobée à colonne centrale (où j'espère voir une belle princesse pour lui chanter une sérénade).

     7ème constatation, ce château comporte des architectures de périodes différentes. Le roman tardif côtoie le gothique. L'ensemble est homogène.

Vous ne me croyez pas ?

   Regardez ce chapiteau sculpté, cette fenêtre, etc.... Il m'est impossible de distinguer l'époque de construction de chaque mur tant les époques Romanes et Gothiques se mélangent sur une même façade.

     8ème constatation, de nombreuse pierres comportent des dessins ou sculptures incrustée, comme sur le piédroit de cette fenêtre ou sur un des voussoirs de cette porte plein cintre.

     9ème constatation ....... Oupsss, je ne vais pas tout vous décrire, il faut que vous découvriez "ces richesses".

  Cette construction qui paraissait simple et 'sans intérêt" possède une multitude de détails fascinants. Etre un castellologue amateur procure souvent des plaisirs (si l'on sait regarder avec patience).

 

    L'intérieur :

         Hélas !... Ce château est habité et n'est point visitable. A travers les fenêtres et archères, j'ai pu constater que les aménagements de confort du 20ème ont modifié l'aspect des pièces et des murs. Grâce à cela, le vieux bâtiment a une 2ème vie et son futur est garanti.

N'est ce pas formidable !

 
Histoire du château :

* Au 14ème siècle, construction du château.
* Au 17ème siècle (?), construction de l'église.
* Au 20ème siècle, une campagne de consolidation du château est menée.
* En 1949, le bâtiment est reconnu d'intérêt culturel.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est libre et gratuite. L'intérieur est privé et non visitable. Le risque de recevoir une pierre est faible. 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 07:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

Le bourg : 

  Situation  (--> le voir sur une carte)

     Le bourg de Montblanc est situé à 35km au Nord-Ouest de Tarragone et à 90km à l'Ouest de Barcelone.

  Coorcdonnées du bourg :

   
   

 

La ville fortifiée : 

      Plusieurs semaines avant de partir en vacances, je me renseigne et consulte mes livres sur les sites  médiévaux fortifiés à voir et le temps minimal à consacrer pour chaque visite. Je savais que Montblanc nécessiterait une journée de découverte. J'étais donc prêt.

   Pourtant, arrivé sur le site, en voyant cela je suis resté figé d'admiration, presque en apnée ! 

 

   L'extérieur :

      Le choc de la découverte passé, je fais comme toujours , je marche à l'extérieur pour m'imprégner de la fortification. J'ai l'impression d'être un assaillant à la recherche de la faille.

   Le rempart a une forme de cercle aplati. Il mesure 1500m de longueur et comporte 32 tours carrées presque identiques.

Impressionnant !

 

   Évidemment, l'ensemble est surmonté de créneaux avec archères droites.

Avez vous remarqué les petits corbeaux au dessus des merlons ?

  J'opte pour des supports de volet en bois protégeant les archers entre 2 tirs de flèches. (Je vous avais montré ces volets dans le château de Aigle en Suisse). Ce panneau en bois se nomme un mantelet (voir vocabulaire).

   Une question se pose :
Comment entrer dans cette ville ?

 

  Évidemment, par une porte (pfff, parfois je suis sot !). D'ailleurs en voici une au Sud nommée :  Porte de San Jordi. Elle est intégrée dans une tour possédant toutes les défenses médiévales :

       * Double vantail,

       * Archères,
       * Bretèche,
       * Assomoir,
       * Herse,
       * .....

    Sous le soleil de Catalogne, il fait très chaud. J'ai envie de connaître l'ombre de la cité en prenant cette porte non médiévale

 

    L'intérieur :

    L'intérieur est une succession de ruelles sinueuses en pente, avec parfois des escaliers et des arcades. 8 siècles d'histoire m'accompagnent.  Mais je ne suis pas ici pour faire du tourisme, je veux attaquer le château.

 

   Comme vous l'imaginez, un village aussi fortifié ne pouvait appartenir qu'à un puissant personnage, il est évident qu'un incroyable château médiéval ait été construit.

Et où se situe cette fortification castrale ?

Description du château :
    Depuis les ruelles de la cité, je monte, je monte, je monte et soudain, il m'apparaît.

N'est il pas magnifique ?
     Hoo, je vois quelques rictus derrière votre écran. Je l'affirme, ce château est très beau. Il est si beau que les habitants ont construit un belvédère pour le contempler. N'est ce point une preuve ?

Et que voit-on depuis cette passerelle ?

    Le château bien sûr (ou plutôt les fondations) ainsi que l'imposante église Santa Maria. S'il est vrai que du château fort il ne reste que quelques pierres, la vue satellite montre son impressionnante superficie.
 
    Et c'est assis sur un mur de 800 ans que j'admire le panorama en dégustant les "Merlets" et les "Montblanquins", les délicieuses friandises locales à base d'amandes et de sucre. Hummm.

 

 

Histoire de la cité et du château :

* Avant le 12ème siècle, l'ancienne ville de Montblanc était située entre les fleuves d'Anguera et Francoli.
* En 1163, le Roi Alphonse Ier ordonne le déplacement de la ville sur une colline facilitant sa fortification. Le but et de contrer les seigneurs féodaux ayant un désir de conquête et d'indépendance.
* Au 12ème siècle, la ville s'organise, construit des églises, un marché et surtout une haute fortification et un puissant château.
* Durant le 13ème siècle, le commerce est florissant et la communauté Juive est importante.
* Durant le 14ème siècle, la cité est importante et de nombreuses foires ont lieu.
* En 1307, le roi Jacques II organise des réunions politiques montrant l'intérêt pour Montblanc.
* En 1333, Alphonse III assiste à des évènements politiques.
* En 1370, c'est Pierre III qui participe aux réunions.
* En 1387, le roi Jean Ier élève Montblanc en Duché. Son frère Mertin est le premier Duc (voir titre de noblesse) de Montblanc.
* En 1489, l'inquisition pénètre dans la ville. La communauté Juive s'enfuie à Minorque.
* A la fin du 15ème siècle, une épidémie de peste décime le bourg qui mettra 4 siècles à retrouver son dynamisme.
* En 1714, la "guerre de Succession" chasse le dernier Duc de Montblanc (appartenant à la famille d'Autriche).
* Au 20ème siècle, une campagne de consolidation des remparts est menée.
* Au 21ème siècle, la découverte des remparts et de la ruine du château est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est faible. 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article