Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 06:05

 

Département 12 - AVEYRON

 Que sentez vous ?.. La vieille pierre ou les fleurs ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Salles la Source est située à 80km à l'Est de Cahors, à 70km au Sud-Ouest de Saint Flour et à 15km au Nord-Nord-Ouest de Rodez.

     Coordonnées du château :

44° 27' 50.6" N 2° 33' 33.4" E
 44.464064°  2.559294°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

   A 5km au Nord-Est de Salles La Source, le hameau de Cadayrac offre un calme apaisant. Mais je ne suis pas venu pour une ambiance Zen mais une construction guerrière.

     En arrivant devant cette construction en pierres foncées, je suis sous le charme. Certes, ce bâtiment n'a pas la puissance d'un château Comtal par exemple, ni celle d'un fort de garde, mais elle a su garder son âme médiévale tout en offrant un confort moderne :Chemin de ronde et mâchicoulis

* Les tours d'angle ont été arasées,

* Elles ont perdu leur système défensif,

* La courtine aussi a été modernisée,

* Le sommet comporte des lucarnes à fronton,

* Mais les mâchicoulis avec le chemin de ronde sont encore visibles.

 

Une autre tour

   Lentement je contourne la propriété pour découvrir une autre courtine avec mâchicoulis et à son extrémité gauche, une puissante tour parallélépipédique.

  Bien que les pierres des cotés ne soient pas irréprochables en type de taille et dimensions, les parements d'angle sont (presque) parfaits. Je ne distingue aucun système défensif mais il semble évident (en observant les pierres sous le toit) que la tour a été arasée.

 Mon âme de touriste se laisse bercer par les couleurs

Une entrée fortifiée

   Soudain je me retrouve devant le portail d'entrée. Même si elle n'a point gardé son vantail, sa herse et peut être un pont-levis (bien que cela soit supposition de ma part) quelques détails me prouvent que cette entrée fut fortifiée.

Avez vous remarqué ces encorbellements ?

 Je pressens que cela était une bretèche (voir vocabulaire).

 

Je m'avance respectueusement

    Tout en respectant le silence du lieu et la propriété privée, je me contorsionne pour mieux voir comprendre l'architecture de ce site remarquable.

  Le château est composé :

* De 4 bâtiments en équerre,

* Protégés aux angles par des tours rondes,

* Les bâtiments encerclent une cour intérieure.

   Evidemment, vous avez remarqué qu'un des cotés a disparu. Ce qui est une chance puisque je peux entrapercevoir la cour et ses aménagements.

  Voila un site qui ne renie pas son origine médiévale

La cour vue de loin

   Faire la cour à une cour est un exercice que je me dois de réussir pour mieux la comprendre puis la regarder et enfin l'admirer.

Saviez vous que j'approche les châteaux comme les damoiselles ... Et réciproquement ?

* Sur la gauche, le bâtiment accolé à une tour possède des mâchicoulis intérieurs.

* A sa droite, le bâtiment d'habitation est plus sage avec ses fenêtres à meneaux en croix.

* En observant la globalité de la façade, je remarque 2 hautes ouvertures :

- Celle de gauche mène à l'extérieur (c'est ce que j'imagine).

- Celle de droite montre un escalier droit.

 

        L'intérieur :
  Le site est une propriété privée non visitable. Je me retire sur la pointe de mes chausses en espérant ne point avoir perturbé les propriétaires ainsi que les gentils fantômes peuplant les sites médiévaux.

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, un Temple et un théâtre sont construits à une portée de flèche de là.

* A la fin du 14ème siècle, le château et les terres sont apportés en dot par Richarde de Saint Paul à la famille Moret.

* En 1420, le propriétaire se nomme : Raymont de Murat de Lestang.

* En 1467, Jean Pilos demeure au château.

* A la fin du 15ème siècle, le château est échangé contre le domaine de Vayssette. C'est ainsi que Cadayrac entre dans le domaine Royal.

* En 1485, Hugues Masnau est gardien du château.

* En 1523, Antoine Branguier est seigneur de Cadayrac.

* Au 16ème siècle, les bâtiments sont aménagés pour plus de confort. De lucarnes sot contruites au derniers étages.

* En 1551, Jean de Branguier est seigneur de Cadayrac.

* En 1584, Antoine de Moret  vend le château à Vital d'Izarn.

* En 1587, Antoine de Moret rachète le château.

* Au milieu du 17ème siècle, Isabeau de Séneterre mariée à François de Tullier possède le château.

* Durant le 3ème quart du 17ème siècle, après son veuvage, Isabeau épouse Arnaud de Cadrieu.

* En 1678, Isabeau vend le château à la famille Moly des Ondes (à vérifier).

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'emparent du château et le vendent comme Bien National.

* Au 21ème siècle, le château et les terres appartiennent à plusieurs familles en même temps. Cette copropriété est dévastatrice pour le château qui subit de nombreuses modifications et mutilations.

* Au 21ème siècle, la découverte silencieuse de l'extérieur est libre et gratuite depuis les ruelles. La visite de l'intérieur est interdite. Veuillez respecter la tranquillité de ses habitants.

 

Voila une construction massive et élégante... Quel mariage !

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 27/10/2015 22:33

Un nom, dans votre historique m’a interpellée : Raymond de Murat de Lestang.
… Comme j’avais « épluché » la généalogie de cette famille (pour un seigneur de Bournazel), je suis retournée chercher le lien qu’il pouvait y avoir entre le seigneur de Bournazel et lui :
… Raymond de Murat de Lestang est le frère d’Amalric II de Murat de Lestang qui épousa Catherine de Mancip (Bournazel). Il est donc l’oncle de Bertrand Murat de Lestang qui vint faire souche en Dauphiné.
… Il était prieur à l’abbaye de Cadayrac.
… Il recueillit, par procuration, la succession de son frère Amalric II (celui-ci retenu à la cour du roi, car il fut écuyer du Dauphin Louis, puis du futur Charles VII), en 1409.
… En 1424, il eut procuration pour administrer les biens de son frère Amalric II (celui-ci au service de Charles VII, loin du Rouergue).
… Est-ce pour tout ce « travail » accompli pour son frère qu’il eut la seigneurie de Cadayrac ?…

… J’ai retrouvé, toujours par cette généalogie (du vicomte Dugon), un autre seigneur de Cadayrac, et toujours de la famille de Murat de Lestang :
… Jean de Murat de Lestang, petit-fils d’Amalric II : En 1481, il devint l’héritier de la famille de Murat de Lestang, du Rouergue.
Ce Jean de Murat de Lestang vint même à Hauterives, en Dauphiné, en 1495 pour être témoin d’un acte passé par ses cousins.

… J’ai noté que ces 2 seigneurs de Cadayrac, de la famille de Murat de Lestang, ont eux aussi du sang Dauphinois dans les veines, bien qu’ils ne soient pas de la branche de Bertrand de Murat de Lestang qui vint faire souche en Dauphiné : un de leurs ancêtres (au 4e degré pour l’un, et au 6e degré pour l’autre) avait épousé Alix de la Tour, en 1310 (une autre souche Dauphinoise que je vous avais mentionnée au castel de Bournazel).

… Donc : heureuse je suis encore d’avoir pu faire un lien avec notre Dauphiné et des seigneurs de ce castel !

Le Chevalier Dauphinois 28/10/2015 18:03

* Les Dauphinois sont partout !
* Sans nous, le Royaume n'aurait pas eu de province.... parfaite (hihihi).
* Heureux je suis que ce petit témoin en pierre ait pu vous donner le plaisir de retrouver ces possesseurs" ou leur famille.
* Prochainement, le Rouergue va vous montrer d'autres liens avec notre Dauphiné des Rois !... (je l'espère).

Anne la Dauphinoise 16/10/2015 22:53

C omme est bel ce castel d’un autre temps
A yant pourtant subi remaniements,
D ominés par une certaine arrogance
A ffleurant sur bâti, et grand’puissance.
Y voit-on mariage, comme l’avez dit*,
R éel - n’est-il blanc ici, que nenni !
A ssocier rudesse et prestance confère
C harme à ce lieu qui nous vient de naguère

S implement : ce qui est manière de dire :
A ujourd’hui, sait-il toujours nous offrir
L ‘apect d’antan**, comme si siècles passés
L ‘avaient non point détruit mais protégé.
E st mirable qu’une telle construction
S ache refléter force de sa création.

L es ajouts ou transformations n’ayant,
A mon avis, peu d’importance, laissant

S ourdre de cet ensemble un guerrier état.
O r, il est à noter que n’est point là
U ne pléiade de défenses… Mais l’on devine
R apidement que jadis anodines
C ertainement n’étaient sécurités.
E xemple est donné par porte d’entrée :

A t-elle de quoi bien effrayer encore,
V ous « coller les miquettes » (est-ce un peu fort !)
E n songeant qu’était un vrai guet-apens :
Y trônait une herse, signe de ce temps.
R aison imposerait qu’un assommoir
O pérait dans « tunnel », causant déboires,
N eutralisant intrus… Avez cru voir

R estes d’une bretèche juste au-dessus :
O bstacle parfait, par corbeaux soutenu.
U ne salle de garde ai-je même imaginée
E rigée, pour le tableau compléter…
R angées de mâchicoulis sur les murs
G arantissaient des échalades, pour sûr.
U ltime défense entrevue, haute assez,
E st chemin de ronde couvert : il me sied.

N ‘est qu’ouverture pour lui nuire, trop récente.
O mbrage lui porte ; est-elle un tant voyante.
T outefois, n’a suffit à m’égarer :
A i-je ce castel su beaucoup apprécier

P ar la puissance qu’il impose de nos jours,
S ymbole vivant du passé : bel atour !

* lu « sur » dernière image de l’article.
** l’aspect général dans lequel « on s’y retrouve », même avec l’arasement des tours, les défenses « effacées », et quelques « décorations » de fenêtres ou de trop modernes ouvertures.

Le Chevalier Dauphinois 26/10/2015 20:30

* Ce qui m'a fasciné dans cette construction, c'est la marque des siècles.
* Chacun des propriétaires a façonné la rude forteresse pour la rendre confortable sans en faire un château Renaissance.
* La lumière entre dans les pièces, pourtant le château est toujours rustre.
* Les décors et décorations illuminent les extérieurs sans gâcher les systèmes défensifs.
* En notre royaume, il existe encore beaucoup de petites constructions fortifiées habitées comme celle-ci.
* Mais j'avoue que Cadayrac est exceptionnel par l'équilibre ancien/nouveau.