Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 06:30

 

Département :  38 - ISERE

  Maquette du château au Moyen Âge

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Saint Savin est située à 45km à l'Ouest de Chambéry, à 35km au Sud-Est de Lyon et à 5km au Nord-Est de Bourgoin-Jaillieu.

   Coordonnée du bourg :

45° 37' 6.366" N
5° 19' 26.717" E
 45.6195906107°
 5.32360553741°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

    La raison principale de ma venue à Saint Savin est évidemment le plaisir de découvrir un château de mon Dauphiné.

 Mais une deuxième raison me titille :

- Ce château a été construit par un Savoyard.

A-t-il une architecture différente ?

 

La découverte

    Armé d'une photo de la maquette du site au 15ème siècle (cette merveille miniature est visible au musée de l'Ancien Évêcché à Grenoble) je trépigne d'impatience à l'Idée de voir un rempart puissant comportant 15 tours rondes.

  Hélas, en arrivant dans le hameau, point de muraille je vois. .... Seule une tour me dévisage.

Qu'est ce donc ?

  Tour d'angle du château

1ère analyse de la tour

    La ronde tour est appareillée en petites pierres pauvrement taillées avec de larges joints. Je présuppose qu'elle ne devait pas être ainsi il y a plus de 500 ans. Les consolidations du 20ème siècle ne l'ont pas rendu aguichante.

  Sur une face qui devait être à l'extérieur trône une large fente verticale. Elle devait se situer beaucoup plus haut aux siècles derniers. J'imagine que les gravas tombés au sol ont augmenté le niveau de celui-ci, abaissant "virtuellement" la hauteur que nous voyons de la tour.

 

     L'intérieur :

2ème analyse de la tour

   Je contourne la ronde beauté et je constate qu'une porte permet de découvrir ses entrailles. Je serais donc à l'intérieur (dans le cour) de l'ancien château fort !

  En continuant mon opération de contournement, je constate que le temps a eu raison des solides pierres.

Effondrée est la paroi.

   L'avantage d'une ruine, c'est qu'elle permet de mieux observer ses détails d'architecture et de construction. Ainsi je peux conclure que je suis dans l'une des tours d'angle du château fort primitif. L'archère droite avec un fort ébrasement (voir vocabulaire) confirme mes dires.

  Une autre tour ronde !

D'autres bâtiments !

    Avec élégance, je me déplace vers la porte "de sortie" pensant avoir vu tous les vestiges du château, quand surpris je suis.

D'autres bâtiment existent !

  Nota : Menteur je suis, car en arrivant, j'avais évidemment remarqué les constructions entières. Et puis, comme je prépare toujours mes excursions, je savais ce que j'allais voir... Il doit y avoir une âme de récitant sous ma rude armure de Chevalier d'un autre temps.

 

Le donjon

   Certains d'entre vous sont dubitatifs par le titre de ce chapitre : "Ne serait ce point une simple tour plutôt qu'un donjon ?" pensez vous. Il est vrai que cette haute construction ne ressemble point aux hauts donjons que je liste dans cet article, mais en comparant sa surface par rapport à la tour cassée, j'ose affirmer que ce "géant" est un donjon Savoyard du 12ème siècle.

 

Un donjon très défensif

Analyse des défenses du donjon

   Planté au pied du donjon, j'observe la construction de 800 ans pour en comprendre le système défensif. Il n'est point besoin d'être un spécialiste pour voir les multiples archères étagées sur la hauteur.

   Bien que chaque archère soit identique en forme (type droite à étrier en bas), ce qui me surprend c'est l'asymétrie des dimensions :

    * A mi-hauteur c'est la plus grande,

    * Puis au dessus la taille diminue,

    * Et enfin celle sous le toit est petite.

 

Un donjon figé

  Le plus surprenant est l'absence :

     * De mâchicoulis (voir vocabulaire),

     * De trou de boulin pour un hourdage,

     * Et surtout de crénelage.

  J'ai la sensation d'une tour figée dans le temps n'ayant pas eu droit aux améliorations défensives comme :

    * Les fentes de tir,

    * Les arquebusières,

    * Les canonnières.

 

demptezieu-41

 

Courtine fortifiée

    En prenant un peu de recul, je vois que la courtine accolée au donjon comporte de magnifiques systèmes défensifs. Au dessus des fenêtres récentes, il y a le chemin de ronde couvert avec créneaux borgnes et quelques archères primitives droites. Les pierres taillées côtoient les galets roulets parfois posés en lit.

Diantre, comme cette construction a souffert !

 

L'angle

    Sur la droite, la rénovation récente surprend par le choix de la "couleur". Il n'est pas toujours aisé de faire un compromis entre conservation du bâtiment, respect de l'architecture originale et moyen financier. L'important est que le bâtiment survive, je ne jetterai pas la "pierre" à la solution retenue.

   En voyant la porte basse, j'imagine que l'accès à la tour d'angle s'effectuait à ce niveau.

Aviez vous imaginé que l'une des tours d'angle fut ici ?

 

Le logis

    En revenant à mon point de départ, c'est à dire près de la tour d'angle détruite, je jubile. Le logis existe encore avec sa magnifique tour escalier. Même si le temps a usé les pierres, même si les révolutionnaires puis les hommes modernes ont cassé les statuts et symboles seigneuriaux, la beauté de la fin du Moyen Âge s'exprime dans les fenêtres et les sculptures.

Admirez !

 

 

C'est la fin

     Ne pouvant entrer dans ce logis, je contemple le paysage Isérois et je m'imagine 500 ans en arrière.

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, pour lutter contre les bandes de "barbares" traversant la vallée, une motte castrale est aménagée par les Comtes de Bourgogne. Cette motte n'est pas à l'emplacement actuel du château.

* Au 11ème siècle, le site est possession du puissant Comté (voir titre de noblesse) de Savoie. Une fortification en bois semble existée (à vérifier).

* Au 12ème siècle (à vérifier), un vassal du Comte de Savoie (voir liste) fait construire un château fort quadrangulaire pour surveiller la vallée.

* Au 13ème siècle, après le décès sans héritier du seigneur de Demptézieu, le château passe à la famille Boscozel (voir un château de cette famille), Seigneur de Chatonnay.

* En 1314, le Comte Amédée V de Savoie cède château et terres au Dauphin Jean II (voir liste).

* En 1343, le Dauphin donne le site en fief à Guy de Vienne.

* En 1349, après le "transport" du Dauphiné au Royaume de France, le château appartient au roi Philippe VI de Valois (voir liste des rois).

* Au 14ème siècle, construction d'un vaste logis (21m x 7m) dans la cour du château.

* Au 15ème siècle, le système défensif est renforcé par la construction d'une enceinte flanquée de 15 tours crénelées. Pour faciliter la circulation dans le logis, une tour-escalier extérieure est construite.

* Vers 1470, le château appartient à la famille de Velors.

* Vers 1484, Artus de Velors vend le château à Barrachin Alleman, Seigneur de Rochechinard (voir le château éponyme).

* Au 16ème siècle, améliorations de confort. De nombreuses fenêtres sont ouvertes. Des bâtiments et courtines sont démolis.

* A la fin du 17ème siècle, le château appartient à Pierre Alexandre de Vallin, Seigneur de Chateauvillain.

* Vers 1792, le château est vendu comme bien national.

* Au début du 20ème siècle, les ruines appartiennent à la commune.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur du château semble possible quelques jours par an. Renseignez vous.

 

Un moderne château proche d'une médiévale ruine

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 10/10/2013 13:58

"Mon obligé" !... Vous ne savez pas ce à quoi vous vous "exposez" ! Car je prends tous les écrits dans le sens profond qu'ils avaient au Moyen-Âge ! (qui signifiait : "à la vie, à la mort", en
quelque sorte - si point je ne me fourvoie - accepter toutes les demandes de la personne envers laquelle on était "obligé"... surtout venant d'un preux Chevalier !)
Mais point n'oserai-je en abuser, cependant : continuez à nous dévoiler de magnifiques châteaux tels que celui-ci, et pourrez-vous vous juger quitte... pour l'instant !

Le Chevalier Dauphinois 11/10/2013 12:23



Ai je écrit cette expression avec ou sans connaissance de sa fonction ?..... Heu..... Ilo est vrai que point à l'école va un Chevalier. Il apprend plus à guerroyer qu'à lire. 


  Mais je me dois d'assumer mes écrits. 



Anne la Dauphinoise 07/10/2013 14:50

Voici ce que j'ai recueilli dans mes grimoires, au sujet des seigneurs de Demptézieu :
... En 1080, Hugues de Demptézieu est témoin de la donation de la chapelle du château de Pinet au monastère de Saint André le Bas de Vienne (je l'avais noté dans votre article sur la Tour de
Pinet), ce qui prouverait qu'un château, au moins en bois, existait déjà à cette époque.

... Ce château est attesté avant 1120 dans la liste faite par de reconnus historiens et archéologues du Dauphiné. Etait-il en pierre ? Point ne le sais vraiment. Seule son existence m'est
attestée.

... En 1326, après la bataille de Varey, 2 chevaliers Dauphinois reconnaissent avoir en garde un otage à Demptézieu. Peut-être pas dans ce château ? peut-être que si, je pense : peu de lieux
sécurisés n'existaient, mis à part dans les châteaux, bien que certains prisonniers n'aient pas eu automatiquement une vie carcérale... C'est du moins la preuve que ce château appartenait au
Dauphin depuis le traité de Villard-Benoît, comme vous l'avez écrit.

... En 1345, lors de son départ en croisade, notre Dauphin Humbert II (Il fut ce qu'il fut, mais lui, dit qu'il partirait en croisade et il y est parti... contrairement à l'exemple du grand duc de
Bourgogne et son extravagant Voeu du Faisan, et qui n'a jamais bougé de chez lui !...) octroya une rente aux Augustins de Crémieu, à prendre sur le territoire de Demptézieu (preuve qu'à cette
époque Demptézieu appartenait au Dauphin) Il leur avait déjà abandonné la dîme en 1337.

... De 1363 à 1470, d'après mes grimoires, Demptézieu a appartenu à la famille de Clermont : la tour-escalier (et tout l'agrandissement, je suppose) viendrait de leur fait. D'ailleurs, l'une des
sculptures que vous nous montrez représente les armes des Clermont : 2 clefs croisées. Point n'y auraient-elles été, sinon, il me semble.

... En 1395, Guyonnet de Torchefelon rançonna les habitants de Demptézieu, pris le château, et blessa le gardien. Il fut traduit devant le Conseil Delphinal pour cela.

... Pour la suite, j'ai les mêmes renseignements que vous, concernant Barachim Alleman et Pierre-Alexandre de Vallin Alleman (mon historien ajoute "Alleman à son nom de famille) Ce dernier est cité
comme baron de Demptézieu (et de Saint-Savin, d'ailleurs, donc du château des Roches)

Le Chevalier Dauphinois 10/10/2013 13:10



Merci.... Sincèrement, je suis votre obligé maintenant tant votre commentaire enrichit mon maigre historique.


En 1120, il y a de forte chance que certains bâtiments et/ou rempart du château soient en pierre.



Anne la Dauphinoise 06/10/2013 22:02

En avez-vous trop dit ou pas assez, Chevalier !
Une ruine dauphinoise qui va valoir 3 articles !... là, mes neurones historiques sont tout en émoi !
Aussi, vrai Chevalier servant allez-vous être et un autre indice allez-vous bien vouloir donner...? Un tout petit : Nord, Sud, Bas ou Haut ?... Dauphiné... (2 réponses sont possibles et seraient
les bienvenues !... Et elle n'est point programmée pour l'an... 2535 au moins ? !)
Grand merci d'avance !

Le Chevalier Dauphinois 06/10/2013 22:19



... Je sais maintenant bien jouer avec votre curiosité ...


* Peu d'historique je dispose, mais nombreuses photos j'ai faites... Il faut bien 3 articles pour les montrer !


* En Isère, cette ruine est... mais point proche de chez vous.


* Avant la fin de l'année (2013 bien sur) elle apparaitra.



D@net 06/10/2013 11:51

Bonjour,
Notre patrimoine est riche, beau château que je ne connaissais pas...
Merci de votre visite chez moi, je suis en pleine reconstruction de mon blog, c'est un peu difficile, la nouvelle version est différente et des lien ne marchant pas encore..
Aujourd'hui, je complète ma visite du château d'Ecouen.
Bon dimanche.

Le Chevalier Dauphinois 06/10/2013 15:51



  Je limite l'écriture des articles de mon blog uniquement aux châteaux forts et bâtiments fortifiés construits avant 1492. ... Heureusement que je me suis donné une limite, car notre
Royaume possède des centaines de milliers de beautés toutes époques confondues.


Nota :  J'avoue ne pas avoir regardé (complètement) la nouvelle version de OB. Elle n'est pas encore finie, ni stable. J'aborderai les
problèmes et les solutions après la migration... que je souhaite la plus tardive.



Jacqueline 06/10/2013 09:48

Le temps a préservé malgrè tout cette imposante batisse. La découverte avec vous est remplie de suspence mais ce termine toujours par un happy end. Grande Bretonne je suis aujourd'hui

Le Chevalier Dauphinois 06/10/2013 15:54



  ... J'avoue que dans les proses, j'adore faire découvrir lentement la beauté construite, même s'il est vrai
que dans la vraie vie, je vais d'abord à l'essentiel.


  Peut être qu'un jour, je changerai de méthode rédactionnelle... Peut être.