Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 07:30

 

Département :  65 - HAUTES PYRENEES

 

Le bourg :Dominant le bourg, la ruine m'appelle

    Situation  (--> le voir sur une carte 

       Le village de Avezac-Prat-Lahitte est situé à 30 km au Sud-Est de Lourdes (voir son château), à 18km à l'Est de Bagnières de Bigorre et à 10km au Sud-Ouest de Lannemezan.

   Coordonnées du château :

43° 3' 53.816" N 0° 20' 8.866" E
 43.064949°  0.335796°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

    Une fortification médiévale est très souvent posée en haut d'une colline. Elle devient ainsi plus difficile à attaquer. Et en se montrant à plusieurs kilomètres à la ronde, le seigneur marque sa présence et sa possession d'un territoire.

   C'est ainsi qu'il ne m'a pas fallu beaucoup de temps pour distinguer au loin la beauté millénaire. Cette ruine est si belle que j'en ferai bien un tableau.

     Mais je ne suis pas venu pour me transformer en Toulouse Lautrec. Chevalier découvreur je suis !

 

L'arrivée 

    Je grimpe rapidement la colline, et je m'arrête car je suis essoufflé. Je vous sens dubitatifs :

"Pfff, chevalier, tu n'as rien monté !"

  Détrompez vous, j'ai gravi une petite hauteur et en voici la preuve.

 

Le ciel d'orage ne m'empêche pas de visiter la ruine1ère analyse du site

    Malgré l'orage menaçant, j'ose rester sur la colline pour déguster ce château fort. Dans les rochers affleurants, je crois voir quelques signes de banquette (voir vocabulaire). Mais je ne vois aucun vestige de rempart, ni de pierre taillée en bas de la colline.

    C'est évidemment la tour qui est le vestige le plus imposant.

 

La tour

    Sa forme carrée me fait penser à une construction du 12ème siècle. Avec sa position légèrement décallée de la pente, j'imagine que cette construction était un donjon de repli car ses 7 mètres de coté ne rendent pas cette tour habitable. La petitesse des pierres confirme ma 1ère analyse de datation et la qualité du parement d'angle conforterait mon avis sur sa fonction de tour maîtresse.

 

La porte d'entrée 

     Avec sa classique porte en hauteur , il est facile d'imaginer que la tour mesurait au moins 25 mètres. Sa petite dizaine de mètres ne permet de voir le crénelage et les mâchicoulis.

Mais y en avait il ?

  La tour étant borgne, je doute que des moyens de défense aussi sophistiqués aient existé.

       La porte est classique pour une construction de 800 ans. Les trous de boulin en partie basse devaient supporter une passerelle en bois en encorbellement. L'épaisseur des murs est impressionnante, au moins 1,5 mètres.

 

    L'intérieur : 

       Hélas, la porte est trop haute et point d'échelle j'ai pour entrer dans cette belle tour. Mais avec mon oeil exercé, je parviens à voir .... qu'il n'y a rien à voir; Pas de cheminée, ni de linteau sculpté, ni de piédroit décoré.

  Je me console en regardant le paysage vers les collines ainsi que les premières montagnes des Pyrénées.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (?), construction d'un château .
* Au 21ème siècle, la découverte du site depuis le sentier est possible. La visite dans la tour est impossible.

 

L'infini se verrait presque si nuage il n'y avait

  Vers liste châteaux du 65 Vers Menu châteaux des Hautes Pyrénées

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Bigorre : 65
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 10/01/2011 23:23


... Je sens bien que sans sens (de la mesure) ni sang (de Bayard dans ses veines) c'en est fini de notre Chevalier... on est aux cent coups, on s'en fait du souci !........


Le Chevalier Dauphinois 11/01/2011 21:22



Bon sang de bon sang... Quelle prose princesse Anne !



Anne la Dauphinoise 08/01/2011 20:58


Seriez-vous un descendant du Chevalier Bayard ? pour être sans peur devant le ciel d'orage , et sans reproche bien sûr... (quoi reprocher à un Chevalier qui se sent l'âme d'un peintre, puis d'un
musicien, et d'un skieur même, devant cette ruine !...)


Le Chevalier Dauphinois 10/01/2011 18:57



Que nenni... point de sens (ou sang de) Bayard en moi hélas... Je serais plutôt l'Idiot du Village qui n'a point conscience du danger



aniort jean 07/01/2011 08:01


encore un qui a du servir de carriere . snif


Le Chevalier Dauphinois 11/01/2011 21:16



Les pierres vivent en fonction des hommes et de leur besoin