Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 07:30

  

 

La tour est le dernier symbole de la puissance médiévale du bourg

Département 33 - GIRONDE

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Libourne est située à 55km à l'Ouest de Bergerac et à 25km au Nord-Est de Bordeaux.

 

   Coordonnées de la porte fortifiée :

44° 54' 59.418" N0° 14' 49.668" W
 44.916505° -0.247038°

 

 

La fortification :

     L'extérieur :

La découverte

* Sur la rive gauche de l'Isle, proche du confluent avec la Dordogne, les derniers vestiges des fortifications de Libourne tentent de héler les touristes et les passants pressés.

* Le Chevalier Dauphinois, toujours attentif aux murmures des vieilles pierres, s'approche lentement pour ne point effrayer cette beauté de 700 ans.

 

Le rempart

* Il y a 700 ans, la ville était entourée d'un puissant rempart.

* Bien que les années et les hommes ne l'aient point épargné, le haut mur défensif est encore visible proche de la porte.

* Il est composé de pierres correctement taillées.

* Avec un peu d'imagination il est possible de voir le chemin de ronde au dessus des mâchicoulis.

  Voilà une tour qui est bien Barré !

La tour Barrée

* Même partiellement arasée, la plus petite des deux tours encadrant la porte est pleine d'enseignement.

* Elle possède sur plusieurs niveaux des archères droites.

* Je suis surpris qu'une construction défensive du 14ème siècle ne possède pas des archères cruciformes à bêche (voir vocabulaire ).

Les Anglois étaient ils en retard technologiquement ?

* Au sommet, les ouvertures me font penser à un chemin de ronde couvert, aujourd'hui sans plafond.

 

La tour Richard

    Le nom de la grande tour a été donné par les Libournais en hommage à Richard de Bordeaux, fils du Prince de Galles et de Jeanne de Kent né à Bordeaux en 1366.

  Coiffée d'une incroyable toiture point médiévale, l'imposante tour Richard m'informe que ces "maudits Anglois" savaient faire construire de belles cités fortifiées hautes et puissantes. Cette beauté comporte les classiques systèmes de défenses :

- Des archères droites,

- Une salle de surveillance avec fenêtre à meneau unique et latrines pour le confort.

- Des mâchicoulis,

- Un crénelage avec des merlons possédant un trou rond (pour fusil ?).

 

L'entrée

    Coincée entre les 2 puissantes tours, la porte d'entrée paraît petite, pourtant ses dimensions sont respectables. Avec précaution, je m'approche de ce territoire qui fut à mes ennemis : Les Anglois.

Un derrière bien fortifié !  

 

    L'intérieur :

Le système défensif de l'entrée

    Au dessus de l'entrée, point de fente pour recevoir les flèches d'un pont levis. Le système de fermeture était donc composé d'un double vantail renforcé évidemment par une herse dont je vois le rainurage.

 

L'arrière des tours 

   L'entrée forme un large couloir ogival. Je suppose qu'une autre double-porte enfermait l'assaillant dans ce sas.

   Sur l'arrière des tours, des "ombres" de bâtiment du passé apparaissent.

 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle, le village portuaire Romain se nomme : Condatis.

* Au début du Moyen Âge, le village se nomme : Fozera

* En 1152,  Éléonore d'Aquitaine épouse Henri Plantagenêt futur Roi d'Angleterre. Cet acte a pour conséquence, la scission de la France et le début de la guerre de Cent Ans.

* Au 13ème siècle (1265 ?), le Roi (voir titre de noblesse) d'Angleterre et Duc d'Aquitaine Edouard Ier ordonne la construction d'une fortification entourant la ville se nommant : Leybornia.

* En 1330, sous l'impulsion du roi d'Angleterre Edouard III, la porte du Grand Port est construite. La cité est maintenant fortifiée, 8 portes permettent la circulation des biens et des hommes. Avec le commerce fluvial, la ville prospère.

* Après 1453 (fin de la guerre de Cent Ans), la ville s'appauvrit.

* Au 17ème siècle, la tour Richard est coiffée d'une imposante toiture.

* Vers 1794, la municipalité révolutionnaire ordonne la destruction des remparts et des portes fortifiées. La porte du Grand port échappe à ce massacre architectural.

* En 1935, la porte est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la porte est libre et gratuite. La visite des tours est interdite.

 

 

Fermez les yeux et ressentez la puissance de cette entrée

 

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 33Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 10/03/2015 21:04

P uisqu’il le faut… A quoi est-on réduit,
O u l’on se doit d’encenser l’ennemi !
R ien n’y oblige, pour sûr, mais suis-je honnête
T oujours, même si parfois cela m’embête.
E t ne peut-on dénigrer constructions

F ortifiées de cette Perfide Albion ;
O uvrages souvent « en avance sur leur temps ».
R umeur j’ai « ouïe », dans grimoires, cependant :
T races se verraient du savoir-faire François -
I l est vrai, est-ce loin d’être dans tous les cas.
F utile remarque, vous me rétorquerez :
I l semble qu’ici les Anglois aient été
E n retard !… J’avoue que cela ne nuit,
E n nulle façon, à beauté de cet huis.

D irai-je plutôt : de cette entrée d’alors.
U n passage, tel que l’on en voit encore

G uider nos pas dans villages médiévaux,
R églementé grâce à herse et vantaux.
A cela près que de si grosses tours
N e font point, d’office, partie des atours
D ont se parent les accès de tous ces bourgs.

P uissantes les voit-on, un tant austères,
O ffrant de belles défenses en temps de guerre ;
R empart les côtoyant sécurisé
T rès bien, on le devine, dans le passé.

L a tour Barrée et sa consoeur Richard,
I maginées par tierce roi Edouard,
B orgnes apparaîssent… Décidément,
O ncques ne sauront Anglois être avenants !
U ne manière de me moquer d’un attrait
R éel, pour l’assailli, quand siège était.
N e devrais-je rire de descendance de mon «
E nième amour d’antan »* ! mais déraison

N e peut m’envahir face à l’ennemi.
O ui, Anglois du Moyen-Âge sont maudits !
T outefois, je ne dénie bâtiments
A la force évidente, et sachant

B ougrement bien défendre territoires...
E n cette porte je vois un pan d’Histoire
N arré. Et, quelque soit le point de vue,
E st important que ce lieu soit connu.


* ici, il s’agit de Philippe le Bel.

Le Chevalier Dauphinois 11/03/2015 19:12

* En cette province, de nombreux bâtiments Anglois je vais montrer.
*Il faudra donc accepter d’encenser l’ennemi.
* Mais comme il est parfois difficile de savoir qui a fait quoi et quand.... un oeil objectif il faudra avoir.
** Pour ce qui est ce cette fortification, chance nous avons qu'elle existe encore un peu.
** Avec la folie destructrice des hommes "modernes" (ceux du 19ème et du 20ème), cette porte a bien failli disparaître à jamais.
** Heureux je suis de l'avoir vue et mémorisée.
** J'espère que ma modeste prose a été vivante pour montrer le dynamisme de ce vestige médiéval.

Anne d'Amico 10/03/2015 09:54

Très beau ce château..... Je les aime tous.... J'ai du être châtelaine au Moyen-Âge moi!
Bisous gentil damoiseau!

Le Chevalier Dauphinois 11/03/2015 18:46

* Si l'on croit à la réincarnation, nous avons du tous être dans un château (Princesse, chevalier, serviteur, garde etc...).
* Mais je présume que notre passé, les films, les contes de fée ont imprimé un Moyen Âge dans nos neurones.