Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 07:30

 

 

Département  40 - LANDES
 

 

Le bourg :

Est ce une église ou un rustre bâtiment médiéval ?    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Caupenne est située à 30km au Sud-Ouest de Mont de Marsan, à 12km Est-Nord-Est de Haguetnau et à 6km au Sud de Mugron.

 

     Coordonnées de l'église :

43° 41′ 1.04″ N0° 44′ 44.33″ W
 43.683624° -0.745649°

 

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

    Située en face du château de Caupenne (qui est bien trop jeune pour figurer dans ce blog) une massive construction se fait dorer au soleil Landais.

    La différence de couleurs des pierres m'informe que cette église a subi de nombreux aménagements.

 

 

La base de la tour

     Moi qui d'habitude inspecte de suite les systèmes de défense, je ressens le besoin de détailler l'architecture de cette religieuse construction. Cela commence par ses anciennes portes ogivales aujourd'hui obstruées (cette construction me fait penser à celle de Vicq d'Auribat).

Avez vous remarqué les contreforts à larmier ?

1 - Leur faible hauteur me surprend.

La tour aurait elle été surélevée après sa construction

en laissant si bas les contreforts ?

2 - Les contreforts aux angles confirment ma supposition première. Les bâtiments accolés sont postérieurs à la tour.

Un chevet purement Roman

 

 

Collatéral et chevet

* Alors que je croyais l'église en pur Roman, je découvre une fenêtre à remplage de style gothique. Mais en examinant mieux, cette ouverture appartient au collatéral droit construit après l'église originale.

(ouf, je pensais ne plus rien connaître en architecture).

 * Le chevet semi-circulaire est réalisé avec des pierres de moyennes dimensions et jointives. Sous le toit, une jolie corniche à billette est soutenue par des modillons sculptés que le temps n'a pas épargnés.

* De nombreuses fenêtres ont disparu mais leur mémoire perdure grâce aux rinceaux.

* Sur la gauche du contrefort, la baie plein cintre (aujourd'hui obstruée) comporte encore de jolies colonnettes avec chapiteaux historisés.

Oups... Il faut que je me ressaisisse, point touriste je dois être !

Le Chevalier-Castellologue est de retour !

 

 

Le clocher-tour

    En prenant un peu de recul, je comprends que la défense de cette église était assurée par une puissante et haute tour.

Avez vous remarqué une curiosité à l'arrière ?

    Coté nef, la tour possède une ouverture pour une porte d'accès à.... Ce ne peut pas être le toit pour changer les tuiles. J'opte pour un chemin de ronde.

    Il y aurait eu un étage au dessus de la nef avec certainement crénelage et salle de repli.

 

Crénelage et archère cruciforme  

Le système défensif

* Dans cette région de plaines, la tour permet de voir très loin.

* Pour voir, il faut des ouvertures matérialisées ici par des créneaux.

* Et pour se défendre, il faut des fentes.

* Cette tour possède une archères cruciforme à croix pattée au Nord, et une autre au Sud.

 Question :

Si la face Est comporte un système défensif, le chemin de ronde au dessus de la nef....

... Pourquoi n'y a-t-il aucun système défensif à l'Ouest ?

 

 

 

 

    L'intérieur :

       Pour entrer dans l'église il faut passer par ce porche. L'escalier montant dans la tour est hélas fermé par une porte avec une serrure dont point la clé j'ai.

 Mais, dans ma tristesse, j'ai la chance de découvrir 3 détails :

1 - Une marque (de tâcheron ?) qui fascinerait certainement le Chercheur d'Empreintes.

2 - Une pierre tombale de Raymond de Caupenne, mousquetaire du Roi, Chevalier de Saint Louis.

3 - Une pierre tombale de Jeanne de Trubesse, Baronne de Caupenne.

 

 

 
 Histoire de l'église et du bourg :

* Au 10ème siècle, une famille Caupenne est citée dans un texte.

* Au 11ème siècle (?), un château fort est construit au lieu-dit actuel : Castet Bielle.

* Au 12ème siècle, construction d'une église.

* Au 13ème siècle, la seigneurie est érigée en Baronnie (voir titre de noblesse).

* Au 14ème siècle, l'église est fortifiée (grande tour carrée servant aujourd'hui de clocher).

* Au 15ème siècle, l'église reçoit 2 collatéraux.

* A partir de 1540, les guerres de religion font rage. C'est durant ce siècle que le château fort de Caupenne est détruit.

* Au 17ème siècle, construction d'un porche pour l'église et édification d'un château de plaisance en face appartenant à la famille Cès-Caupenne.

* Au 18ème siècle, l'église reçoit un mobilier ainsi qu'un maître-autel en marbre sculpté par Mazzetti.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Le dimanche, l'église regarde les vachettes dans l'arène

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées Vers Menu châteaux des Landes

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 09:17

 

Pour découvrir l'extérieur du château

Veuillez cliquer ici

 

 

 

 

Département 33 - GIRONDE 

 Les archers devaient se plaire à défendre tout en étant protégés

 

Le château :

      L'intérieur : (suite)

Le donjon

* Avant la construction de logis au 16ème siècle, le seigneur du lieu habitait dans le donjon.

* Cette tour maîtresse comporte :

- Un ratier en partie basse.

- Deux étages habitables.

- Deux étages pour les armes et la défense. Ces salles sont dépourvues de cheminée, mais sont chauffées par des bouches de chaleur.

- Une plateforme.

* Pour vous laissez le plaisir de la découverte lors de votre prochaine visite et pour ne point tout vous dévoiler dans l'ordre, je vous montre quelques vues des intérieures sans en préciser l'étage.

 

 

Que de beauté architecturale !

11 - Comme toujours, l'accès au donjon n'est pas au rez de chaussée mais au 1er étage, par une porte solide porte.

Avez vous remarqué l'épaisseur du mur ?

* En entrant, la première salle est magnifique de confort et simplicité.

* L'actuelle grille obstrue le trou d'accès au ratier (contenant de la nourriture).

* Cette salle possède une cheminée du 13ème siècle.

Avez vous remarqué les archères que je vous ai montrées ici ?

12 - Une autre salle montre une fenêtre à coussiège unique.

13 - Un vestige de cheminée m'informe que chaque pièce était chauffée.

14 - Certaines salles conservent de riches décors.

15 - Une pièce possède une voûte sur croisée d'ogives. Les arcs reposent sur des "culs de lampes" sculptés.

16 - Que voyez vous ici : Une figure humaine ou un monstre ?

17 - Et ici, qu'imaginez vous ?

18 - La clé de voûte est un chef d'oeuvre de détails.

1112131415161718

 

Les murs conservent les traces de vie

* De nombreux murs possèdent des gravures pouvant plaire à mon ami "Le chercheur de vos empreintes"--> voir son blog.

* Certaines ont été faites dans le mortier par des visiteurs peu respectueux.

* Mais d'autres, réalisées dans la pierre, sont l'oeuvre d'artistes ou de guetteurs qui s'ennuyaient.

* Ici, je vois un jeu.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle (à vérifier), existence d'une seigneurie à Rauzan.

* Au début du 13ème siècle, le site est possession du Roi d'Angleterre : Jean Sans Terre. Ce dernier fait construire une forteresse puis confie la seigneurie à son "Balistarius" (qui peut être traduit en : arbalétrier) nommé : Ferrand.

* En 1222, le château est possession des troupes du Roi de France (voir liste).

* En 1225, le Roi d'Angleterre Henri III après avoir récupéré la seigneurie de Rauzan, la confie à Hélie Rudel II, dit Le Vieux, seigneur de Bergerac, de Gensac, de Mouleydier, de Pujol, de......

* Au début du 14ème siècle, Guilhem-Raymond de Gensac, un des héritiers de Hélie, fait reconstruire une partie du château. Aménagement d'un donjon de 4 étages au Sud de la forteresse.

* En 1313, Guilhem-Amanieu de Madaillan, gendre de Guilhem-Taymond, devient seigneur de Rauzan.

* En 1377, l'armée Royale commandée par Bertrand Du Guesclin, attaque puis s'empare du château.

* Au début du 15ème siècle, le château est la cible de nombreuses attaques durant la Guerre de Cent Ans.

* Au milieu du 15ème siècle, les défenses du château sont remaniées.

* Au 15ème siècle, un escalier à vis est aménagé pour desservir les étages du logis.

* Au 16ème siècle, construction d'un jolis bâtiment nommé : Le logis des Dames.

* En 1649, le château est remanié pour devenir une résidence de confort "moderne".

* Au 19ème siècle, le château abandonné a comme futur : Une ruine oubliée.

* Au milieu du 19ème siècle, pour façonner des pierres tombales, il faut évidemment des blocs de pierre. Des carriers tentent d'en extraire proche du château. Hélas, le rempart Nord de la vieille forteresse n'a pas résisté et s'effondre.

* En 1862, le château est classé aux Monuments Historiques.

* Vers 1900, la commune de Rauzan devient propriétaire du château.

* A partir de 1990, une association de sauvegarde redonne vie à cette magnifique ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires d'ouverture.

 

 

Quelle magnifique vue depuis la fenêtre de confort

 

Le panorama s'étend depuis l'archère cruciforme

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 33Vers Menu châteaux de la Gironde
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 08:55

 

Pour découvrir l'extérieur du château

Veuillez cliquer ici

 

 

 

Magnifique intérieur décoré

Département 33 - GIRONDE 

 

 

Le château :

      L'intérieur :

Des communs peu communs

* En entrant je découvre un intérieur très rempli.

* Je vous entends pouffer derrière l'écran :

"Chevalier, il n'y a rien.

Que vois tu de si extraordinaire ?"

* Prenez le temps de regarder belles Damoiselles et charmants Damoiseaux.

* A l'Ouest, le long mur montre :

- Trois niveaux séparés par des corbeaux en pierre.

-  En partie basse, de nombreuses archères cruciforme à niche permettant au défenseur de s’abriter pendant qu’il prépare/recharge son arme.

* Au pied du mur, un peu en retrait, des traces de murs au sol m'informent de nombreuses salles.

* Il est même possible de voir les bases de linteau des portes d'accès.

 

 

Particularités

* En me promenant le long des remparts, je vois une curiosité dont je me délecte toujours.

* Ce n'est point sur la gauche où une archère a trouvé une autre utilité.

* Ma passionnante découverte est sur la droite.

* Pour faire ses besoins dans les latrines, il ne faut point avoir le vertige... hihihi

 

 

A gauche, un bâtiment défensif et habitable

Le logis des dames

Quel curieux nom !

* Ne me questionnez point sur sa dénomination, je n'en ai pas retrouvé l'origine.

* Ce pan de mur situé au Nord-Est montre actuellement 2 niveaux.

* La partie basse possède des systèmes défensifs avec un important ébrasement (voir vocabulaire) intérieur.

* L'étage montre de belles fenêtres à meneaux en croix.

* Pour que les dames "papotent", brodent ou lisent les lettres de leur amoureux, des coussièges (bancs) ont été aménagées.

* Durant l'hiver ou les jours de grand vent, des volets en bois obturaient les ouvertures. Ils étaient maintenus par un tenon en bois entrant dans une belle encoche en pierre.

 

 

 Le logis seigneurial est le diamant de ce châteauLe logis seigneurial

* Lentement, j'avance vers l'imposant logis.

* Il possède encore 4 niveaux.

* Le rez de chaussée est défensif.

* Une aula (salle de réception) se situe au 1er étage.

* A l'étage supérieur sont aménagées de confortables appartements et chambres avec fenêtres à meneaux en croix et grandes cheminées.

* Le dernier étage était aménagé pour la défense du château (supposition de ma part).

 

 

Que voir depuis le rez de chaussée ?

A - L'entrée d'honneur est en pur style gothique flamboyant. Au dessus de la porte se devinent les blasons de Bernard Angevin et des Durfort de Duras.

B - Le rez de chaussée possède de nombreuses archères en niche.

C - Les étages supérieurs sont éclairés au centre par des fenêtres avec ou sans coussiège.

D - Proche du mur latéral, pour éviter les pertes de lumières, de petites fenêtres ont été percées.

E - Chaque étage possède des cheminées dont il ne reste que les pieds-droits sculptés.

Voyez vous en haut à gauche l'entrée de l'échauguette ?

F - Les portes et axes de circulation se situent dans l'angle de l'escalier d'honneur.

 

ABCDEF

 

 

Le sommet du monde !

G - La tour d'honneur possède un magnifique escalier en colimaçon. Les marches monolithes ont une longueur de 2,30 mètres.

Avez vous remarqué la main courante sculptée dans la pierre ?

H - L'escalier est si aérien que je me sens porté par les pâles d'un hélicoptère. Ce chef d'oeuvre se termine par une voûte en palmier à huit nervures.

I  - La cour intérieure proche du mur Ouest paraît immense.

J - Au bout du mur Ouest, le rempart Nord n'existe plus. Ceci est du à des travaux de carriers au 19ème siècle (voir historique).

K - Quel contraste !

- Le sommet gauche est défensif jusqu'à l'échauguette.

- La paroi en face montre le confort de vie.

L - Les salles devaient être lumineuses avec toutes ces fenêtres à coussièges.

 

GHIJKL

 

Nota : Les images I, J, K ont été prises depuis le sommet du donjon.

 Seule la photo L provient du sommet de la tour d'honneur.

 

 

La suite.......

* La visite en cette magnifique forteresse médiévale n'est pas encore terminée.

* Pour découvrir les autres beautés de ce château fort.....

 

Veuillez cliquer ici.

 

 

L'absence de toit et de plancher montre l'exceptionnelle architecture du logis

 

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 33Vers Menu châteaux de la Gironde
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 08:15

 

 

Diantre !... Que voila beauté qui me sied 

Département 33 - GIRONDE 

 

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Rauzan est située à 50km Ouest-Sud-Ouest de Bergerac, à 35km à l'Est-Sud-Est de Bordeaux et à 15km au Sud-Est de Libourne (voir sa porte fortifiée).

 

   Coordonnées du château :

44° 46' 48" N00° 07' 36" W
 44.7801794° -0.12678729999°

 

 

Le château :

      L'extérieur :

 Un rempart très défensifLa découverte

* En découvrant au loin la commune de Rauzan, je suis en extase.

* Le château fort est si puissant qu'il écrase les maisons par sa présence.

* Cette construction médiévale est la représentation parfait du château fort d'un seigneur : Puissance défensive, confort et représentation du pouvoir féodal.

* C'est donc avec respect et lenteur que j'avance vers cette construction qui fut l'une des plus puissantes de Guyenne.

 

Un plan classique et pourtant unique

* Avant de découvrir le rempart de plus de 150 mètres de long, je consulte le plan :

- Un fossé entoure l'ensemble.

- La forme générale est un polygone irrégulier.

- La plus longue des parois mesure 40 mètres.

- Les façades Sud et Ouest comportent le plus de tours défensives.

- La façade Nord est inexistante (voir historique).

- L'imposant donjon rond protège l'entrée.

- Le bâtiment accolé au Nord du donjon est le logis seigneurial.

 

 Tours flanques et contreforts donnent une architecture très anguleuseLes détails du rempart

* A l'extérieur, je suis fasciné par l'architecture "rustique" (comme un château du 12ème siècle) de cette forteresse qui pourtant a été modifiée plusieurs fois jusqu'au 17ème siècle.

* Des tours cubiques avec archères s'avancent comme la proue d'un navire.

* De fins contreforts à larmier rigidifient les courtines. La faible épaisseur de ces renforts ne crée pas d'angle mort pour les défenseurs.

* Le temps a fait son travail de sape, certains contreforts ont partiellement disparu.

* L'arasement du rempart ne permet pas de voir crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Au sommet des courtines, je remarque des trous de boulin alignés.

Etait ce pour un hourdage ?

* Les courtines peuvent vous paraître peu élevées, pourtant depuis le fossé, je me sens tout petit, très vulnérable.

* Certains angles comportent une massive et anguleuse échauguette. Elle possède des archères cruciformes à croix pattée.

* Pour protéger les courtines, des archères ont été implantées dans l'angle des tours cubiques.

 

Résumé des caractéristiques architecturales !

1 - Une haute courtine avec des tours de flanquement.

2 - Une échauguette très cubique avec archères cruciformes à croix pattée.

3 - Archère en bêche modifiée pour arme à poudre.

4 - Donjon cylindrique de 31 mètres de haut comportant de multiples archères.

5 - Latrines en encorbellement.

 

12345

 

L'entrée fortifiée

* Dans un château fort, la partie la plus fragilisée en cas d'attaque est : L'entrée.

* Celle du château de Rauzan a fait l'objet d'une attention particulière : Un puissant donjon circulaire avec de nombreuses archères lui est dédié.

* Cette entrée devait être précédée par un pont levis.

"Comment le sais tu Chevalier ?" me demandez vous

"Nous ne voyons qu'un pont dormant !"

* Il est vrai qu'au 17ème siècle (certainement) le pont fut rendu fixe. Mais observez bien cette image.

- Au dessus de la porte, 2 fentes apparaissent.

- Ce sont les emplacements où reposaient les flèches du pont levis en position relevée.

*  Avez vous remarqué les rails de guidage pour la herse ?

 

 

     L'intérieur :

Pour découvrir les entrailles de ce château

Veuillez cliquer ici

 

 

 

 

 

Faut il montrer patte blanche pour entrer en ce magnifique château fort ?

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 33Vers Menu châteaux de la Gironde
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 07:30

 

 

Département  40 - LANDES
 

 

Le bourg :

Je suis déjà dans l'ambiance médiévale   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le bourg de Labatut est situé à 10km à l'Est de Peyrehorade, 22km au Sud de Dax et à 20km au Nord-Ouest de Orthez.

 

   Coordonnées de l'église :

43° 33′ 3.96″ N0° 59′ 1″ W
 43.5511° -0.983611°

 

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    Dans le vieux bourg, à l'Ouest de Lamothe, une petite colline porte une construction dont l'aspect extérieur me met en joie.

    Certes, ce n'est pas une grandiose ruine ou un magnifique château fort, mais cette église semble avoir été fortifiée "pour moi". 

 

L'enquête commence

* Le plus impressionnant est incontestablement le clocher.

* Il est massif, sans statut ni sculpture.

* La période Gothique l'a complètement oublié.

* L'ensemble est constitué de pierres pauvrement taillées et peu jointives.

* S'il n'y avait pas le lanternon polygonal et la croix au sommet (bien que cela ressemble à une girouette), j'aurais pensé que cette construction était un donjon, une tour de guet ou ... 

* Comme tout système défensif, il comporte 2 archères curieusement alignés.

* La différence de pierres me fait penser à un ajout après la construction.

 

Découverte de la nef

    En contournant l'église, je suis un peu (mais juste un tout petit peu) déçu de voir une plate nef sans système défensif :

* Ni archère,

* Ni chemin de ronde,

* Ni salle de repli...

  Rien. Le bâtiment est si refait que j'ai l'impression qu'il s'est greffé à la tour il y a peu de temps.

 

Le Chevalier est à son chevet

     En arrivant devant le chevet, je suis heureux de retrouver un style Roman avec ses fenêtre étroites. Une d'entre elles ressemble plus à une archère.

Est ce mon imagination ?

   Le "ravalement" excessif de l'église aurait pu lui faire perdre son identité, mais c'est sans compter la puissance de ses contreforts montrant une construction d'avant le Gothique.

     La dernière façade montre 2 archères droites.

Mais pourquoi sont elles asymétriques ?

 

    L'intérieur :

* Elles sont si rarement ouvertes les églises en votre 21ème siècle que je me précipite dans celle de Labatut.

* L'absence de transept montre une linéarité assez inhabituelle.

* Au fond, le choeur oscille entre simplicité, modernité et art Roman.

* La nef de l'église a été si réhabilitée qu'elle semble plus moderne que Romane.

 


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.
* Au 20ème siècle, réhabilitation (excessive ?) de l'église.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Romain) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

La plaine des Landes est magnifique

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées Vers Menu châteaux des Landes

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 06:30

 

Département  40 - LANDES
 

Le bourg :

Cette tour appartient elle à l'église ?   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Hontanx est située à 17km au Sud-Est de Mont de Marsan ( voir ce bourg fortifié) et à 14km au Nord de Aire sur l'Adour.

 

   Coordonnées :

43° 49′ 28″ N 0° 16′ 15″ W
  43.824444°  -0.270833°

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    Il faut gravir une petite colline pour arriver dans l'ancienne bastide et en arrivant, le spectacle est magnifique.

   Je descends de mon destrier et timidement je m'approche de cette tour-porte. J'étais venu en ce lieu pour voir une église fortifiée et je me retrouve face à une tour-porte de rempart.

Me serais je trompé de bourg ?

    

Voila un puzzle à reconsturtuerJ'ai des doutes

       La tour est impressionnante et ne ressemble pas à un clocher :

 * Un clocher n'a pas de trou béant à sa base menant... dans une rue.

 * Un clocher possède souvent des abats-son.

 * Un clocher est toujours collé à son église ou fait parti de l'église.

Mais où est l'église ?

 

L'enquête commence

* En inspectant mieux le bâtiment proche de la tour, je comprends ma méprise.

* Cette tour est reliée par une passage à une église moderne.

* La haute construction est devenue au 19ème siècle le clocher, mais à l'origine, c'était la tour-porte de la bastide fortifiée.

* La tour, construite en briques rouges, mesure une quinzaine de mètres de hauteur avec une base carrée de 5m de coté.

* L'ouverture de 3m de large, avec une arcade en pierre de Mont de Marsan, était la porte d'entrée du bourg.

* Aujourd'hui, ce serait plutôt la porte de sortie    puisqu'il faut passer à sa droite pour entrer dans la rue principale de Hontanx et dessous pour sortir.

* A mi-hauteur, une porte permettait l'accès à la tour depuis un chemin de ronde aujourd'hui disparu.

 

Les peintres devraient venir ici immortaliser cette tourLes défenses supérieures

* Voila une architecture que j'ai peu vue en France.

* Sous un toit de tuiles à 4 pentes, un imposant hourdage permet le guet, le tir de défense (par les ouvertures carrées) et le jet vertical sur les 4 faces.

* Mais le plus surprenant sont les mâchicoulis sur arcade.

* L'association hourds+mâchicoulis permet une défense rapprochée très efficace.

 

    L'intérieur :

      La magnifique tour ne se visite pas, et je n'ai pas trouvé d'autochtone pour m'aider à obtenir le visa. 

  Qu'importe, je vais découvrir rapidement l'église qui n'est pas médiévale. 

 Tout est linéaire et symétrique. La modernité est présente et pourtant il y a des gravures, peintures, sculptures presque intemporelles. Je quitte rapidement ce lieu qui n'est point pour un guerrier-chevalier-castellologue.

    Avant de laisser ce bourg, je jette un dernier regard vers la tour si extraordinaire.

 

 

Histoire de l'église et du bourg :

* En 1108, dans un acte de donation du Vicomte (voir titres de Noblesse) de Marsan, Bonnelus de Fontanellis est cité en témoin, (Fontanelli ou Fontani semble être le nom des terres entourant la colline. Ces terres comportent de nombreuses fontaines).

* En 1279, le seigneur d'Astang fait hommage au Vicomte de Béarn et à la Vicontesse de Marsan pour ses terres et son château. De nombreux historiens supposent que ce sont ceux de l'actuel Hontanx.

* En 1298, la Vicomtesse fait édifier une fortification plus importante à Hontanx suite au conflit qui l'oppose au Vicomte d'Armagnac.

* En 1331, création d'une bastide. La prospérité et la sécurité attirent la population environnante.

* Au milieu du 14ème siècle, construction d'une première église (située à 500m de celle-ci).

* En 1860, l'ancienne église paroissiale menace de s'effondrer.

* En 1861, début de construction de l'église actuelle s'appuyant sur les restes du château fort.

* En 1880, fin des travaux de l'église.

* En 1881, l'ancienne église médiévale est détruite.

* En 1962, la tour de l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Mâchicoulis et hourdage pour défendre l'église

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 06:30

 

Département  40 - LANDES


Au dessus des remparts, une beauté m'attend

Le bourg :

   Situation :     (--> le voir sur une carte)

      La commune de Roquefort des Landes est située à 16km au Nord de Villeneuve de Marsan et à 22km au Nord-Est de Mont de Marsan.

 

   Coordonnées du bourg :

44° 2′ 3″ N 0° 19′ 17″ W
 44.034167°  -0.321389°

 

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    Après avoir visité les remparts de Roquefort, je retourne tranquillement vers mon destrier au bord de la rivière Estampon quand soudain, une merveille vole au dessus des murs fortifiés.

  Rapidement, je monte quatre à quatre les marches pour constater qu'un rempart avec archères droites à faible ébrasement protégeait l'église.

Le bâtiment religieux est-il aussi fortifié ?

 

L'enquête commence

    L'église semble massive avec une architecture couvrant plusieurs époques, mais je ne distingue aucun système défensif. Je m'approche lentement en la contournant et là, malgré les travaux de rénovation, je distingue un détail faisant vibrer mon âme de castellologue-amateur.

Le voyez vous ?

    C'est une fente de tir au dessus chaque fenêtre. Il y avait donc un chemin de ronde au dessus de la nef.

Comme je serais heureux de monter dans ce chemin de ronde

 

Chemin de ronde

* Je suis tellement heureux de cette découverte que je passe sans observer une fenêtre bouchée sous un arc boutant.

* Mais l'épaisseur incroyable des contreforts à redents et larmiers me fait lever la tête.

Je suis en transe !

* Au dessus du chevet semi-circulaire, un important crénelage facilitait la défense de l'église sur plus de 180°. 

* En observant la construction, il est possible de voir des tailles et poses de pierres différentes prouvant une construction et un aménagement sur plusieurs siècles.

* Conséquence, le chevet comporte 2 étages de défense.

Incroyable !

 

La tour

    Tout en admirant ce crénelage, je contourne lentement le chevet quand je suis en extase devant l'opposition des formes entre rondeur et parallélépipède.

    Une tour, pouvant faire pâlir de jalousie nombre de donjons de châteaux forts, comporte des créneaux borgnes et une ravissante fenêtre Romane.

Que de variantes de forme et de détails !

 

D'autres systèmes défensifs ?

   Crénelage, chemin de ronde, archères : Voila une église bien défendue. Mais dans la panoplie des systèmes défensifs du moyen âge, il manque des constructions en encorbellement.

En voyez vous ?

   Je continue l'analyse de la nef et surtout de la tour car je crois voir une ombre.

Est ce bien ce que je pense ?

 

Je suis au Paradis des castellologues !

   Je m'installe au pied de la haute tour pour admirer une petite construction en encorbellement. Curieusement, je ne vois en dessous aucune porte à protéger. Normalement une bretèche est un système défensif au dessus d'une entrée.

A quoi servait cet encorbellement ?

  Qu'elle est donc cette surprise ?

L'encorbellement servait à....... 

    Pour défendre ce coté, j'imaginais des archères nombreuses et des mâchicoulis. Mais il n'y a qu'une petite construction qui ressemble à (et qui est en réalité) des latrines.

    Évidemment, un guetteur est un homme comme vous (et surtout moi), des besoins il a parfois. Descendre les nombreuses marches ne semble pas être la solution.

 

Que de défenses !

* Pour mieux observer ces latrines, je prend un peu de recul et un oeil d'aigle.

* Posées sur 2  consoles, elles s'intègrent parfaitement à l'architecture de la tour.

* Je pensais avoir terminé l'observation de cette église fortifiée quand, entre 2 toits de maisons, apparaît une surélévation de la nef.

* Même si les consolidations récentes ne permettent pas de définir le nombre de créneaux à l'origine, il est certain qu'une salle de repli existait pouvant contenir un important nombre de soldats et paysans.

 

    L'intérieur :

* En entrant dans l'église, le manque de lumière ne me surprend pas.

* De grandes baies ouvertes sont incompatible avec une bonne défense.

* Mais le peu de lumière oblige à mieux observer.

* Bien que tous les décors et peintures ne soient pas d'origine médiévales, il y a une odeur de siècles passés.

* Les formes géométriques côtoient des décors végétaux.

* Comme souvent, ce sont les multiples voûtes qui comportent les plus belles décorations.

  


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église de style Roman.

* Au 13ème siècle, avec l'augmentation démographique de la ville, l'église est modifiée et agrandie.

* Au 14ème siècle, l'église est fortifiée.

* Au 15ème siècle, un portail est construit en style Gothique Flamboyant.

* En 1569, à cause des "guerres de religion" l'église subit de nombreux "outrages".

* A la fin des guerres de religion, l'église est réparée et remaniée. Les fortification sont améliorées (haute tour).

* Au milieu du 17ème siècle (durant la Fronde), le colonel Balthazar  occupent l'église fortifiée.

* Vers 1655, le roi Louis XIV (voir liste) en représailles fait démolir les remparts de Roquefort mais laisse le lieu de culte presque intact.

* Au 18ème siècle, l'absidiole coté Sud est devenue instable. Les fenêtres sont bouchées et un puissant arc boutant s'appuie sur la hauteur. Pour amener un peu de lumière, une rose est ouverte.

* En 1996, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de l'Assomption) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Quelle puissance... digne d'un château fort

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 07:30

 

Département  40 - LANDES
 

Le bourg :

Eglise fortifiée ou petit château fort ?   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Saint Justin est situé à 11km au Sud-'Est de Roquefort et à 4km au Nord-Ouest de Labastide d'Armagnac, proche de la D933.

  Le hameau de Douzevielle est à 3km au Nord Ouest.

       Coordonnées du site :

43° 59′ 27.92″ N 0° 16′ 1.49″ W
 43.99109°  -0.26708°

 

L'église :

    L'extérieur :

L'arrivée

    En arrivant dans le hameau, je suis de suite attiré par l'imposante église en bordure de la petite route. Curieusement je ne remarque aucune maison qui pourtant semble existée sur la carte satellite.

Cet  aveuglement, est ce du à ma dévorante passion ?

 

La découverte

     Entourant le site, un petit mur de pierres attire mon attention. Mon instinct de chasseur de détails (ainsi que la fée chance il est vrai) m'ont fait trouver cette ouverture de tir. Certain esprits chagrin vont me dire :

" Chevalier, cette fente ne semble pas médiévale.

De plus elle est constituée de pierres cimentées. "

   Il est vrai que doute il peut y avoir sur la présence sans transformation depuis 600 ans de cette fente. Mais pourquoi un habitant de ce hameau ou un curé aurait mis cette fente. J'opte pour une consolidation (un peu mal faite) d'un mur de défense médiéval.

Y a-t-il d'autres signes de système défensif ?

 

Le clocher ressemble à une tour de châteauL'enquête commence

    L'architecture de cette église est surprenante. Nef et chevet semblent confondus dans un enchevêtrement de formes rondes. Le style roman se remarque dans chaque pierre et par les petites fenêtres.

    Je ne vois aucun système défensif et pourtant un détail montre que l'ensemble a été rehaussé.

Le voyez vous ?

  Ce ne sont pas les magnifiques vestiges de modillons, mais la différence de construction sur la partie haute des contreforts. Elle prouve que nef et chevet ont été surélevés. 

 

Y a t il un chemin de ronde ?

     Heureux de ma découverte, je scrute sous le toit pour trouver des traces d'archères ou des trous de boulin nécessaire au portage des hourds (voir vocabulaire).

    Mais je ne vois rien au dessus des fenêtres, et encore moins entre les contreforts à larmier. Il semble que les consolidations aient effacée les preuves de mes "délires".

S'il n'y avait pas de chemin de ronde,

à quoi pouvait servir cette porte située à plusieurs mètres du sol ?

 

La tour de défense

   Évidemment dès le début vous avez remarqué le haut clocher carré. C'est incontestablement la pièce maîtresse du système défensif :

       - Perché dans le ciel, c'est d'abord une tour de guet.

       - Puis c'est le système défensif de près avec crénelage.

       - Enfin, c'est un système de tir de loin avec archère.

       - Il est possible que l'étage médiane soit une salle "d'attente" entre 2 attaques

   Ce système défensif ressemble à celui d'un petit château. D'ailleurs, si je vous avais montré en premier cette image :

Auriez vous imaginé que cela fut une église ?

    Par contre, je suis surpris par cette image. Les curiosités du passé et les ventes en parcelles (je suppose) ont fait qu'une maison a pu se construite en s'appuyant sur l'église.

Incroyable n'est il pas ?

 

    L'intérieur :

        Hélas, l'église n'est pas ouverte à la visite. Je m'assieds dans l'herbe et je laisse mon imaginaire rêver dans les reflets de l'histoire.

 


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.

* Au 13ème siècle, l'église est rehaussée.

* En 1880, le hameau de Douzevielle est rattaché à la commune de Saint Justin.

* En 1995, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Y avait il des douves protégeant cette église ?

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 07:30

 

Département  40 - LANDES

 

Le village :

Cela ressemble à une simple église Romane   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La commune d'Eyres-Moncube est située à 15km au Sud de Mont de Marsan, à 25km à l'Ouest de Aire sur Adour et à 5km au Sud-Est du bourg fortifié de Saint Sever.

  Coordonnées du bourg :

43° 43′ 15″ N 0° 32′ 55″ W
 43.720833°  -0.548611°

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    Posée à coté de la route départementale, l'église n'attire pas l'oeil des automobilistes pressés. Mais un Chevalier Dauphinois sur un vieux destrier se doit d'honorer (par un arrêt) cette construction médiévale.

Mais est elle fortifiée ?

 

L'enquête commence

    Le chevet semi-circulaire rappelle les constructions de style Roman. De fins contreforts droits s'intercalent entre les hautes fenêtres. Un collatéral ainsi qu'une sacristie (?) ajoutés il y a peu de siècles défigurent un peu l'oeuvre originale.

  Mais je ne suis pas venu en ce lieu pour faire du tourisme mais pour trouver des preuves de fortification sur cette massive église.

 

J'ai des doutes

    Le bâtiment parallélépipédique accolé à l'église coté route possèdes de puissants contreforts dont je ne m'explique pas l'utilité. Mais cela ne constitue pas un indice de défense.

   Je contourne donc l'église et j'ai mon nez de castellologue qui me chatouille.

Voyez vous cette beauté ?

 Est ce un clocher-tour ou une tour-clocher ?

Le clocher-tour

   Je suis fasciné par la puissance de cette tour. Et même si les contreforts à larmier ne me semblent d'aucune utilité tant l'assise est importante, je sens que les architectes médiévaux ont construit cette beauté pour résister au temps et aux assaillants.

   En regardant l'autre face, j'ai l'impression d'avoir déjà vu ce style d'architecture dans les Landes.

Vous en souvenez vous ?....  C'était à Vicq d'Auribat

    Certes il y a quelques différences, car cette tour ne comporte plus de crénelage, les rares archères sont bouchées et les ouvertures de tir ont été remplacées par des fenêtres à meneau ou rectangulaire. Il me semble distinguer une porte en hauteur.

Desservait elle un chemin de ronde en encorbellement ?

  C'est le moment d'entrer dans la tour par le porche.

 

    L'intérieur :

       Hélas, l'escalier montant dans la tour est interdit au public (pourtant point public je suis   ).

  Je me console en découvrant la nef de l'église. L'ensemble est trop refait et a perdu un peu d'âme médiévale, même si les peintures en tromple l'oeil en donnent l'illusion. Mais le rêve est toujours présent en levant la tête.

 

 
Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.
* Au 15ème siècle, fortification de l'église par l'ajout d'une imposante tour.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Barthélemy) est libre et gratuite depuis la route et la petite place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Lumineux est cet intéreur !

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 07:30

 

Département  40 - LANDES
 

Le bourg :

La tour médiévale côtoie les maisons modernes   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Roquefort des Landes est située à 22km au Nord-Est de Mont de Marsan et à 16km au Nord de Villeneuve de Marsan.

   Coordonnées du bourg : 

44° 2′ 3″ N 0° 19′ 17″ W
 44.034167°  -0.321389°

 

   Toponymie :   (petite initiation)

      L'explication sur l'origine du nom est évidente. Un château fort sur un roc donne : Roquefort.  

 

Les remparts :

    L'extérieur :

Mes interrogations

    La révolution Française à partir de 1789 a été très destructrice de châteaux, mais le 19ème siècle avec sa révolution industrielle a donné aux responsables des bourgs l'envie de tout moderniser, par conséquent de détruire les vieilles fortifications du passé.

   C'est pour cette raison que je suis toujours sceptique lors de mes visites de bourgs fortifiés.

Reste-t-il quelques traces médiévales dans ce bourg moderne ?

 

L'enquête commence

    En arrivant, je suis heureux de voir une tour ronde. Il parait évident que les maisons peintes étaient des murs de rempart il y a quelques siècles.

    En regardant mieux le sommet de la tour, je crois voir des trous pour arme à feu. J'ai déjà vu ce système défensif dans une autre tour en contrebas du bourg.

  Le temps a égratigné ces vieilles pierres

Les remparts

    Pour voir les fortifications d'un bourg, il faut suivre les traces "rectilignes" et anguleuses laissées par les architectes. Dans le centre ville (situé sur un plateau) les vestiges sont rares, mais en descendant vers la rivière mes yeux clignotent de joie.

  Les murs ont été plusieurs fois réparés, signes de grandes activités guerrières. Pourtant je ne distingue aucune trace de crénelage, mâchicoulis, bretèche ou archère (voir vocabulaire).

   La faible hauteur du rempart me permet de voir son épaisseur. Elle parait faible pour résister à des boulet de canon.

Ses remparts n'auraient donc pas évolué depuis le 12ème siècle ?

 

Ne reste-t-il que des pans de mur ?

     Soudain, peut être pour rendre le site plus bucolique grâce à la présence de la rivière, le mur disparaît au profit de traces au sol. Mais quelques mètres plus loin, l'alignement de pierres construites recommence, sans qu'aucun indice de datation apparaisse. Souvent, les habitations ont remplacé les murs défensifs.

 

    L'intérieur :

        Les remparts ont été transformés en habitation. Ces propriétés privées ne sont pas visitable. Mais il est possible de monter en haut d'un rempart et d'admirer la vue sur la rivière.

 


Histoire du bourg :

* Au 8ème ou 9ème siècle, regroupement de plusieurs maisons créant ainsi le premier village.
* Au 10ème siècle, Laubaner, Vicomte (voir titre de noblesse) de Marsan, fait construire un château sur un petit promontoire rocheux entre les rivières Doulouse et Estampon.
* Au 11ème siècle, un pont est construit facilitant la circulation, le commerce et le paiement d'une taxe (?). Le petit bourg est une des étapes sur la route de Compostelle.
* Au 12ème siècle (1133 ?), création d'un Castelnau. Des fortifications entourent l'ensemble protégeant un château en pierre.
* En 1357, Gaston Phébus, Vicomte de Marsan, établit une bastide.
* En 1526, François Ier (voir liste des rois) visite le bourg.
* En 1660, de retour de son voyage à Saint Jean de Luz, Anne d'Autriche s'arrête à Roquefort.
* En 1808, Napoléon passe à Roquefort.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des tours du rempart est interdite.

 

Paisible est ce lieu au 21ème siècle

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article