Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 07:30

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

  ANDALOUSIE

 

Le château est il aussi impressionnant au 21ème siècle ?

 

Le bourg : 

    Situation (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Antequera est située à 130km au Sud-Est de Séville, à 80km à l'Ouest-Sud-Ouest de Grenade et à 25km au Nord de Malaga.

  Coordonnées du château :

37° 0' 54.407" N 4° 33' 24.692" W
 37.015113°  -4.556859°

 

Le château : 

    L'extérieur :

L'arrivée

   Armé d'une reproduction représentant le château il y a 2 siècles (?), je me hâte vers la ville d'Antequara pour découvrir son incroyable forteresse. Soudain, au détour d'un virage, la vision fantomatique d'une cité apparaît.

Sont ce mes yeux qui se brouillent ?

   Que nenni, c'est un agréable brouillard matinal (j'avoue que je me lève toujours très tôt en vacances pour découvrir les sites touristiques) qui enveloppe le château fort nommé Alcazaba.

 

antequera-03 

La fièvre de la découverte monte en moi !

Prendre son temps

     De suite, je repère la porte de la cité. Mon impulsive passion me force à courir vers elle. Mais le sage qui est en moi quémande de prendre le temps d'admirer l'extérieur.

 

Je le découvre lentement

   Posées sur le rocher, tours et courtines s'alternent avec efficacité défensive. Le rempart, avec un crénelage Mauresque, est curieusement dépourvu de mâchicoulis (voir vocabulaire). Ce système défensif très efficace pour la défense proche était pourtant usitée lors de l'année de construction du château.

Est ce du à une reconstruction hâtive récente ?

 

Le nom des tours

   Du coté probable de l'attaque, trois imposantes tours parallélépipédiques brillent de mille feux (heu, c'est une expression, ne cherchez pas des lumières sur l'image ).

- Celle du fond (à gauche) se nomme : Tour de l’Hommage.

- Celle du centre a comme petronyme : Tour Blanche.

- Celle à droite est nommée : Tour de l'Etoile.

 

Analyse rapide des tours

   Excepté la dimension, elles ont de nombreux points communs :

* Des pierres correctement alignées et parfaitement taillées (même si l'une a des pierres rondes et l'autre longues),

* Point de crénelage ni mâchicoulis (mais ceci est certainement du à la destruction au 15ème siècle),

* Des corbeaux dans la maçonnerie ressemblant à un hourdage (voir vocabulaire),

* Point de bouche à feu,

* Des fentes verticales (pour tir au fusil ?)

* Une position avancée par rapport à la courtine pour mieux la protéger.

* Une lice surélevée précédant les tours,

* Pour délimiter cette plateforme, un petit mur est posé sur le rocher. Ainsi, même si le dénivelé n'est pas important, attaquer ce château c'est monter sur des rochers, regarder ses pieds et être à découvert.

Ce château a du poser de nombreux problèmes aux attaquants !

 

Tour de l'hommage Tour blanche

 

Rigueur et solidité sont les qualités de cette tour

    L'intérieur :

La plénitude Mauresque

    Pour entrer dans la cité fortifiée, il suffit de suivre les panneaux. L'une de mes premières rencontres est un puits. L'eau est importante en Andalousie et elle était primordiale pour les Maures.

   Pour vous permettre de comprendre cet incroyable château fort, je vous offre ce plan. Mais, contrairement à mon habitude, je ne vous donne pas la légende.

Le mystère de l'Orient sera mon cadeau. 

 

Je repars à l'attaque du château

    Après avoir flâner dans les cours et jardins puis avoir humer les plantes odorantes, je quitte mon chapeau de paille de touriste et je remets mon heaume de Chevalier-Castellologue-Amateur.

 

La tour de l'Hommage (repère 5 sur le plan)

"L'angle droit est le thème principal de cette architecture !"

  C'est ce que j'ai pensé en découvrant la plus puissante tour défensive de ce château.

  En entrant, la différence de température entre l'extérieur et l'intérieur est saisissante. Cette sensation est amplifiée par la pénombre.

    Lorsque mes yeux se sont habitués à l'obscurité, les salles révèlent leur architecture très anguleuse. Ces angles droits sont parfois cassés par des voûtes en tiers-point (je suppose). Dans un couloir je retrouve enfin des voûtes (bien de chez moi).

   En regardant le plan de cette tour, j'ai l'impression de voir celui de l'intérieur d'une pyramide.

Avez vous la même sensation ?

Ce poste d'observation est idéal

 

Que voyait le défenseur ?

  Depuis l'archère, même si la vision est limitée, la défense des courtines est optimale.

      Dans la tour de l'Hommage, le défenseur pouvait observer l'ennemi au loin et avait la possibilité de lui tirer dessus s'il s'approchait.

   Depuis le coté intérieur de la tour de l'Hommage, les défenseurs pouvaient tirer  sur les assaillants ayant réussi à rejoindre le chemin de ronde.

  Evidemment, sur les remparts, la vue depuis le crénelage permet de repousser l'ennemi avec des projectiles.

 

L'intérieur des autres tours

   Le château ayant été reconstruit au 20ème siècle puis sécurisé pour accueillir le public. L'intérieur des tours n'est pas 100% conforme à l'architecture et décoration du château il y a 5 siècles.  Avec l'éclairage électrique, il n'y a plus la faible lumière des torches et surtout (ce qui nous fait rêver à notre siècle) le vacillement de la flamme. Mais je suppose qu'une partie de l'ambiance défensive et d'inconfort (car la pierre est froide) est présente.

   C'est donc durant de longues minutes que je m'abreuve de la beauté Mauresque et Andalouse des salles.

  Plutôt que de vous les décrire, je vous laisse admirer.

 

Large embrasure faciltant l'angle de tir Le croisement défensif Archère ou fente de tir ?

 

C'est la fin

   Pour vous, la visite s'arrête ici, mais pour votre Chevalier adorateur de la poussière médiévale, c'est le début d'une recherche d'indices, d'un détail (aussi bien dans les tours que dans les jardins) qui commence.

  Je vous laisse devant ce panorama magnifique.

  Vue sur la tour de l'Hommage   Paysage aride et maison blanche. Tous les symboles de l'Andalousie   Au loin, est ce l'Angleterre ou les Usa ?  

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, la ville porte le nom Romain d'Antikaria.

* En 711, les Maures envahissent le Sud de la péninsule. La ville se nomme maintenant : Medina Antaquira.

* En 1212, une coalition de rois chrétiens tente de chasser les Maures. C'est à cette période que la ville Mauresque se fortifie. Une enceinte est construite entourant la médina puis au sommet, un château fort est aménagé.

* Durant 2 siècles, la ville résiste aux armées Chrétiennes.

* En 1410, Ferdinand I d'Aragon attaque la ville et la conquiert.

* En 1582, sur la tour de l’Hommage est construit un petit temple-clocher qui abrite la cloche majeure de la ville d’Antequera.

* En 1949, l'Alcazaba est classé Trésor National.

* En 1985, le site est inscrit au Patrimoine Historique Espagnol.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur et l'intérieur du site fortifié est libre et gratuite.

 

Une citadelle Mauresque ayant traversé les siècles

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Espagne médiévale
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 13/04/2014 22:32

Renseignez-vous, Chevalier : vous penserez comme moi à la fin de vos recherches, j'en suis sûre !
... "côté vilain garçon séducteur" ?... euh, pas sûre... Mais chez Villandrando, il faut dire que ce côté-là côtoyait le côté... Chevalier sans peur et sans reproches ! - avec un "s" à "sans
reproches" ! - quand ce fut pour aider le roi de France ou les princes de son temps (exemplaire, même, apparemment !)

A ma connaissance, il n'existait qu'un livre sur lui (de Quicherat) jusqu'à il y a peu.
... Je possède ce livre, bien évidemment, et il m'a fallu quelques sacrifices pour cela, car il n'est pas donné, d'occasion aussi parce que jamais réédité (depuis 1879) lorsque le l'ai acquis. Mon
2e "graal" après le livre sur Imbert de Batarnay (qui m'a valu encore plus de sacrifices, celui-là ! mais pour un proche de "mon" Louis XI, que n'aurais-je pas fait !)
... Je sais qu'il existe un autre livre sur lui depuis peu. je ne l'ai encore pas lu, ni acheté, mais ça ne saurait tarder !
... A mon avis, d'après ce que j'ai déjà lu sur lui, il a fait plus de bien que de mal...
... Et pour la petite histoire, Villandrando était le gendre de Jean 1er de Bourbon (qui fut emprisonné après Azincourt) et donc le beau-frère de Charles de Bourbon, comte de Clermont qui succéda à
son père. En fait, il était marié à une demi-soeur de Charles de Bourbon (bâtarde, donc... mais c'était une Bourbon tout de même !)
... Désolée pour la longueur de mon commentaire : aussi prolixe pour parler de personnages qui me tiennent à coeur que pour parler de vos ruines !... J'aime prendre mon temps, et encore plus pour
mes passions !

Le Chevalier Dauphinois 15/04/2014 14:24



   Ne soyez point désolé charmante princesse Dauphinoise, vos longues proses sont toujours riches. C'est toujours avec plaisir que je m'abreuve de vos connaissances qui complètent les
miennes.



Anne la Dauphinoise 10/04/2014 21:56

Bel homme, ça je ne saurais le dire : mon historien n'a pas pris de photo !... Mais je l'aime bien, ça oui !
Je vous en avais dit quelques mots au château de Lescure d'Albigeois... A mes yeux, il a surtout aidé à sauver notre Dauphiné, et a foulé le sol de ma terre natale ! (Il a même son nom sur une
plaque commémorative, dans mon petit pays à moi !)

... Mais, à part ce beau fait d'armes, il en a d'autres à son actif. Et notamment un en Espagne justement, à Tolède :
Il sauva le roi de Castille Juan II d'une embûche.
Pour le remercier, le roi dit qu'il lui accorderait ce qu'il demanderait : Rodrigue de Villandrando lui demanda alors que chaque année, à la date anniversaire, lui et sa descendance ensuite,
auraient le privilège de manger à la table du roi et repartiraient avec les habits que le roi porterait ce jour-là. (c'était le jour de l'Epiphanie, en 1441)
... Et depuis ce jour-là, ce privilège fut toujours accordé ! le livre que je possède date de 1879 : en 1879, il existait toujours ! Si ça se trouve, il dure encore... (point ne le sais, par
contre)

Alors, il n'est pas bel homme dans son coeur au moins, pour une bonne part, mon Routier ?

Le Chevalier Dauphinois 13/04/2014 10:31



* Je vais me renseigner sur cet individu qui semble séduire La Princesse Dauphinboiuse.


* Il est possible que le coté "vilain garçon" soit séducteur.



anne la Dauphinoise 10/04/2014 14:17

Je reviens ici pour un brin d'Histoire :
Louis de Culant, dont je vous ai parlé à Charost, vint se battre à Antequerra en 1410, pour la reconquête de la ville contre les Maures.
Et une anecdote sur "mon routier préféré" Rodrigue de Villandrando, à ce propos:
Il avait été engagé dans la compagnie de Louis de Culant, et ce dernier était son "idole" : Il voulut faire autant pour la France que l'amiral de Culant avait fait pour son Pays l'Espagne. (cela ne
l'empêcha point de commettre des exactions, mais quand il le fallut, il se battit toujours vaillamment contre les ennemis du roi de France. C'est reconnu, et ce n'est point moi qui le dit, même
s'il est mon routier préféré !)

Le Chevalier Dauphinois 10/04/2014 19:51



Diantre !.... Vous appréciez un Routier peu scrupuleux... Il devait être bel homme !



Anne la Dauphinoise 31/01/2014 21:33

A vouerai-je qu'ici j'ai fort apprécié
L a "technique" de vos images alignées.
C harmé l'on est par ces murs du castel;
A vez-vous su ainsi le rendre très bel
Z oomant sur détails caractéristiques,
A ccentuant l'idée d'un lieu "magique"...
B rassens j'ai invité à cette féérie,
A vec "Gastibelza" (d'Hugo), eh oui !

A lors, cet article m'a moult fait rêver...
N 'ai-je point oublié la réalité
T ournant regard vers ces Andalous murs :
E st anguleuse, c'est vrai, l'architecture,
Q uand on aurait aimé plus de rondeurs;
U ne courbe encore, ou deux, auraient rigueur
E nlevée à ce lieu... Mais majesté,
R affinement et puissance mêlés
A ffleurent pourtant, où que se posent nos yeux.

A insi, ai-je vu lumière des mille feux
N ous éblouir, mais pas que sur les tours :
D ame ! cette citadelle est pourvue d'atours
A chaque recoin !... Déjà, à l'extérieur,
L es créneaux mauresques sont ici bonheur,
O tant froideur à l'ensemble; dirait-on
U ne dentelle découpée sur l'horizon...
S ûr que mystère de l'Orient est cadeau (!)
I l m'aurait plu, du plan, avoir plutôt
E xplicite légende... Mais dessin montré

E st là pour ne rien me faire regretter...
S ur l'intérieur, que dire ? sinon : c'est bel !
P ureté du style... Ne m'attendais à telle
A tmosphère dans un lieu guerrier d'abord.
G agnée ai-je été non par l'inconfort,
N enni ! mais par une grande sécurité
E manant du site, et sérénité...

N e pourrait-on dire aussi harmonie ?
O ù Maures et Ibères longues "tranches de vie"
T rouvèrent accord dans construction très belle...
A me des pierres, êtes-vous bien universelle !

Le Chevalier Dauphinois 03/02/2014 19:51



* Que voila une belle et longue prose pour un château unique (mais à mes yeux, ils le sont tous ).


* Il est vrai que volontarement j'ai laissé quelques mystères dans ma prose, car tout révélé de cette belle serait crime de beauté.


* Heureux je suis que château si lointain ait eu un bon accueil.



Anne la Dauphinoise 31/01/2014 14:02

Incroyable article ! (... et castel, et... Chevalier !)
Dur, dur, cela va être de pouvoir exprimer
Tout ce que ce lieu "magique" amène en pensées...
(Même avec tant de lettres "offertes" pour y arriver !)

Le Chevalier Dauphinois 31/01/2014 17:05



J'avais averti dans ma missive de Noël que je montrerai quelques châteaux d'Europe (hors France) incroyables. C'est le 1er d'une petite
série.


Mais n'est ce point le contraste entre modeste église romane  et Grand château Mauresque qui fait que ce blog donne des émotions différentes ?


Petite.... Car faire un tel article me prend beaucoup de temps. Si je ne faisais que cela, je ne pourrais plus réaliser 2 articles par semaine et
la variété des régions et des sites serait moins importante.


  J'avais pensé faire 2 articles (un extérieur puis un intérieur), mais je n'étais pas certain qu'un château si loin de la France puisse donner du plaisir intense aux visiteurs.
Donc, j'ai concentré sans tout montrer. Le prochain sera certainement en plusieurs parties.


    Dans la vraie vie, j'ai passé la journée à arpenter les ruelles d'Antéquera puis à visiter le château d'Alcazaba tant je fus impressionné.