Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 07:30

 

Département :   66 - PYRENEES ORIENTALES

 

Le bourg : 

  Situation :  (le voir sur une carte)

     Le petit bourg de Rodès se situe à 5km à l'Ouest de Ille sur Têt, à 4km au Nord-Est de Vinça et à 18km à l'Ouest de Perpignan.

   Coordonnées du château :

42° 39' 32.951" N 2° 33' 48.881" E
 42.659153  2.563578

 

Le château :  

    L'extérieur :

L'arrivée

   La découverte d'un château posé au dessus d'un village est toujours un moment incroyable. En moi, je ressens déjà la pierre, le plaisir de la montée, la fascination de son architecture, l'émerveillement d'une pierre taillée (voir mes sensations ici).

 

La découverte

     Après une montée agréable sur un chemin peu balisé, je suis confronté à un puissant mur presque infranchissable. Il ne devait pas être facile d'attaquer un château fort. Fou il fallait être, car chaque fente verticale sur la façade devait héberger un archer avec ses flèches si meurtrières.

     Mais un détail m'intrigue : Les fentes si petites pourraient dater de 12ème siècle, mais ces archères sont trop nombreuses pour un bâtiment fortifié de ce siècle.

Sont ce des fentes de tir pour arme à feu ?

 

   Comment vais je entrer dans une forteresse aussi haute ?... Facile, sur le coté, là où le mur s'est effondré au Sud ! (Émerveillés vous êtes devant mon intelligence ! ).

 

Le plan du château

      Avant d'entrer il est important de comprendre l'architecture du château fort grâce à ce plan (réalisé par les relevés topographique de l'AFAN) :

1 - Fossé : Il semble avoir été creusé par l'homme pour protéger l'accès,
2 - Entrée du château, coté Est,
3 - Citerne,
4 - Chapelle.

 

Analyse du plan

    Les faces Nord, Sud et Ouest sont naturellement protégées par un ravin. L'ensemble est asymétrique puisque les courtines suivent le relief du plateau. Pourtant l'aménagement est très fonctionnel pour l'habitat et la défense.

 

    L'intérieur :

J'entre

   En entrant, je suis dans une ambiance de fortification en ruine. Malgré le manque de haut mur et la présence de gravas, de nombreux détails décrivent son architecture.

 

Mes constatations

  En regardant la façade Est, je vois :

* Une salle voûtée avec une archère de défense (devant aussi servir pour apporter un peu de lumière).
* Puis au dessus, une salle avec une fente cruciforme. Les archéologues pensent que c'est l'emplacement de la chapelle castrale.
* Et enfin au dessus, les nombreuses fentes de tir (car je n'ai plus de doutes, cela ne peut pas être des archères - voir vocabulaire).

 

Les salles

   Il n'y a pas que des systèmes défensifs dans un château, habitats et communs sont nombreux.

    Dans cette ruine, il ne reste que leur fantôme dont il m'est difficile d'en connaître la fonction. Pourtant leur origine médiévale est incontestable.

 

C'est fini

   Après mon errance dans les arbres morts, la végétation rare et les pierres roulantes, je m'assieds pour admirer le panorama avec orage menaçant.

 

 

Histoire du château :

* En 1094, une chapelle dédié Saint Valentin semble existée dans une fortification.
* En 1095, le château est cité dans le testament du Comte (voir titres de noblesse) de Cerdagne.
* En 1109, Pierre Bernard, seigneur de Rodès, fait serment au Comte.
* En 1225, Raimond de Canet (voir son château principal), rend hommage à Nunyo Sanche, seigneur souverain de Roussillon et de Cerdagne, pour ses terres et châteaux dont celui de Rodès.
* Vers 1311 (?), Guillaume de Canet rend hommage au Roi Sanche de Majorque.
* En 1350, la chapelle du château est cité dans un texte.
* Vers 1351, Pierre de Millar est le châtelain de Rodès.
* En 1359, avec la prise de Majorque par le Roi d'Aragon, ce dernier nomme Raimond de Peireillos, nouveau châtelain de Rodès.
* En 1368, le château est cité dans un texte. il appartient au Vicomté de Fonollède.
* Vers 1390 (?), Raimond de Peireillos achète le château et les terres de Rodès.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe. Soyez très prudents.

 

La pluie est l'ennemi du chevalier en armure et du castellologue

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 66 Vers Menu châteaux des Pyrénées Orientales

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Roussillon : 66
commenter cet article

commentaires

Le Chercheur de vos Empreintes 02/04/2011 00:30


lol.. j'ai cru que tu avais fait un article sur l'ile Grèque de Rhodes (avec une erreur sur le h).
Mais non, c'est le village du Roussillon. Naïf j'ai été.


Le Chevalier Dauphinois 02/04/2011 19:49



Jouer lez ambiguïté est aussi un de mes plaisirs.



Jacqueline 19/03/2011 23:44


je tremble en pensant que vous auriez pu glisser en voulant nous faire connaitre tous les aspects de ce chateau de défense...Heureusement vos qualités de Chevalier ne nous ont pas fait défaut....


Le Chevalier Dauphinois 20/03/2011 07:52



  Ne tremblez pas princesse et donnez moi la main.... Je vais vous dire un secret.


Comme mes ruines, je suis immortel. Et comme elles, j'ai des pans "de murs" qui tombent un peu avec les années. Étant pratiquement non-regardable  je me promène toujours en armure.



gene 15/03/2011 09:07


j'aime ce mur puissant et ce que l'on y découvre . bonne journée


Le Chevalier Dauphinois 15/03/2011 18:59



La façade de défence de ce château presque pas ruiné est une des beautés qui marque le visiteur. Je suis heureux que tu l'aies ressentie.



Anne la Dauphinoise 13/03/2011 22:48


Impressionnant est le mur, qui défie le temps.
Mais les salles voûtées sont envoûtantes, même bien ruinées. On a envie de creuser pour les découvrir encore plus: bien attirants sont les fantômes de ces ruines... (me va falloir sortir de ma
Province pour visiter celle-ci un jour, je pense)


Le Chevalier Dauphinois 14/03/2011 22:09



Il y a des merveilles médiévales dans tous les département de notre beau pays.


C'est un peu le but premier de mon blog, montrer les ruines peu connues, peu visitées. Et faire découvrir autrement les régions.



Tata Tounette62 12/03/2011 18:29


Belle ascension pour arriver à cette découverte !
Bon week-end


Le Chevalier Dauphinois 12/03/2011 19:42



  S'il y avait une ruine médiévale en haut du Mont Blanc, je le monterais pour l'immortaliser (heureusement qu'il n'y en a pas !)