Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 07:30

 

  Département 24 - DORDOGNE

  Le bourg :
     Situation :  (le voir sur une carte)
         La petite commune de La Chapelle Grésignac est située à 25km à l'Ouest de Brantôme et à 22km au Nord de Ribérac. Le hameau de Grésignac est à 2 km à l'Est.

 

   Coordonnée du sitec :

45° 23′ 39.84″ N 0° 20′ 17.88″ E
 45.3944°  0.3383°

 

 

    Le site féodal : 

Pourquoi  le choix de ce site ?

* Une documentation régionale m'informe qu'une motte féodale est identifiable dans le hameau de Grésignac.

* Curieusement mon Atlas des châteaux forts ainsi que mon Dictionnaire des fortifications médiévales ne la décrivent pas.

* Il me faut découvrir la vérité.


Est ce le château ?

* Arrivée dans le hameau, je remarque de suite une curieuse forme "éléphantesque".

* Ce sont 2 arcs plein cintre retombant sur des colonnes. L'ensemble est posé sur une petite motte.

Ai je découvert ce site inconnu ?

* Hélas non. Je suis en présence des ruines très consolidées de l'ancienne église paroissiale.

* Sa forme me fait penser à une construction du.... heu... 12ème siècle (?)

 
La recherche continue

Mais comment trouver une motte castrale dans une région vallonnée avec les arbres cacheurs de paysage et d'horizon.

Vais je rentrer bredouille ?
* Comme par magie, mon regard est attiré par un jaune panneau dans les vertes broussailles.
* J'attaque donc une marche agréable qui serpente a travers les fermes.
* Un peu plus loin, à l'extérieur du hameau, j'empreinte un sentier et je la vois, nue devant moi.

* Je vous sens un peu déçu, pourtant cette motte est vraiment belle avec ses flans abrupts et au fond, une élévation circulaire ayant portée une fortification en bois.


Qu'est ce qu'une motte féodale ?

* Une motte féodale est une butte naturelle ou partiellement aménagée par l'homme portant une fortification.

* Avec sa hauteur, elle facilite le guet et avec ses pentes, elle interdit ou rend difficile l'accès d'assaillants sur les cotés.

 
Etude de la motte de Grésignac

* Pour comprendre cette motte féodale, il faut la regarder de loin et l'imaginer "sans arbre" autour.

* Contrairement à une simple butte, cette motte comporte un plateau avancé.

* Le plan en coupe longitudinal et axial permet de comprendre la topologie du terrain.

* Complété par le plan en vue de dessus (réalisé par Alain De La Ville) cette motte n'a plus de secret pour moi (et pour vous j'espère !).
 * Il est facile d'imaginer qu'une tour en bois était posée sur le sommet, puis en dessous une basse-cour avec un logis minimal et des communs.
* L'ensemble était certainement entouré par des douves peu profondes (?).

   

   

Histoire du site féodal :

* Au 12ème siècle, un château en bois sur motte existe peut être  (?).

* A la fin du 12ème siècle, un texte cite la "Capella de Grasinhaco".

* En 1243, un "castel de Grézaniaco" est cité.

* Au 17ème siècle, l'église est encore paroissiale.

* Au début du 18ème siècle, une partie de l'église est endommagée (en ruine ?).

* En 1780, l'église est en ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte depuis le chemin est libre et gratuite. La motte est sur une propriété privée donc interdite, par contre la ruine de l'église est visitable.

 

 

   Pour les passionnés de motte castrale, j'ai réalisé un article sur un site plus modeste et tout aussi intéressant.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de la Dordogne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 12/05/2013 14:18

Pour votre "nota" : sûrement, mais faut-il les trouver, les réponses et solutions autres... et vous êtes mon seul espoir dans ce domaine. Aussi, merci pour tous vos liens ici offerts : celui de
Chirens a été très instructif. Et le croquis m'a fait mieux comprendre comment un château de pierre a pu remplacer un donjon de bois dans bien des cas.
... Je n'ai pas beaucoup de documentation sur "mon" château, sauf qu'en 961 il apparait dans un texte en tant que maison forte, que j'ai le nom d'un seigneur qui le possédait en 1187, donc, pour
moi, il devait y habiter (?). Et sur certaines photos on peut y voir des ouvertures ressemblant fort à des fênêtres, carrés, et je me souviens d'une ouverture à ras le sol, ressemblant aussi à une
fenêtre. Ce dut être une vraiment petite maison forte.

NB : je préfère aussi que vous nous montriez des ruines de châteaux forts plutôt que des mottes. Ici, c'était l'occasion pour moi de me repencher sur un passé que je connais un peu, un petit
"interlude", mais très instructif. Merci encore.

Le Chevalier Dauphinois 14/05/2013 13:14



  Il y aura d'autres mottes, mais elles porteront les restes (parfois minimaux) d'une tour en pierre. Ainsi, je ferai "d'une pierre, deux coups" .


  L'approche du moyen âge évolue périodiquement. Chaque année paraît un livre ou un article d'une revue montrant un détail différent (plus vrai) de cette période que longtemps "nos
intellectuels" ont représenté comme "primitive".


  D'ailleurs, les siècles suivant se sont nommés : Epoque moderne... Ce qualificatif montre bien que ces mille ans d'histoire n'était pas très appréciés.... Mais les idées changent.



Anne la Dauphinoise 11/05/2013 22:56

Un lien dans l'une de vos réponses (à Rochefort- Belgique) m'a amenée ici.
Vos explications sont claires. Merci pour cela.
Et cela m'a fait penser au château de mon enfance, car j'ai appris il y a peu d'années qu'en fait il était bâti sur une motte artificielle. Et ce dont je me souviens, et grâce à quelques photos
anciennes, correspond à votre description : une butte, avec les ruines du château, un fossé ( pour moi, c'était un creux après la pente !) et un rempart en contrebas qui se voit sur des photos.(
Cette motte daterait de l'an mil, ou environ.)
Par contre, "mon" château était en pierre, et je me demande maintenant comment il a pu tenir sur une petite motte... Il n'était sûrement pas grand - d'ailleurs on parle de maison forte - mais il me
semble que la motte était vraiment étroite.
Ma question : lorsque, comme toujours ou presque si j'ai bien compris tout ce que j'ai pu lire jusqu'à maintenant, les châteaux de pierre ont remplacé ceux en bois, a t-on élargi les mottes ? ou
les a t-on arasées un peu ? ou les châteaux se seraient construits sur la partie basse des mottes, à la place du logis, et la motte primitive aurait été "éliminée" ? ça me chagrine, cette histoire
de mottes artificielles qui auraient reçu plus tard des châteaux en pierre bien plus imposants que les tours en bois du Xe siècle. Où ont-ils trouvé la place ?
Vous auriez un exemple de château en pierre sur motte "intacte" ?

Le Chevalier Dauphinois 12/05/2013 08:53



* Il n'existe pas un seule type de construction dans cette époque troublée, ni d'architecture similaire, ni de méthode universelle. A chaque cas, pour chaque site, une solution est trouvée.


* Mais il existe une tendance que se retrouve dans de nombreux lieux.


* Lorsque le château en bois a été remplacé par une construction en pierre, il est fort probable que ce soit/fut un donjon borgne qui fut construit dessus. Les remparts et autres tours ayant été
aménagés autour.


* Ce donjon pouvait être central (donc les remparts entouraient la motte), ou faire partie du système défensif (ce qui fut assez rare pour les châteaux du 11ème siècle).


* Une
photo étant plus explicite que ma prose, je vous propose la relecture de cet article : Château sur Epte.


* Dans beaucoup de châteaux, il y avait un fossé (une séparation) entre la haute cour et la basse cour. Le fossé entourant la motte devait être utilisé.


* Beaucoup de mottes ont été abandonnées. Le château en pierre fut construit plus loin.  Dans notre Dauphiné, Chirens possède plusieurs exemples de motte vierge de construction "moderne" :
clic


* Notre Vercors garde aussi quelques traces.... Il va falloir que je les montre un jour.... Mais je préfère décrire des ruines plutôt qu'une motte.


* Nota : N'étant point historien ni médiéviste de formation, mes conclusions ne sont que lecture et analyse de nombreux sites fortifiées. D'autres solutions/réponses sont possible en
complément.



Papy Martial 16/05/2012 14:55

Bonjour. Belle Motte. Je connaissais les Mottes féodales. Mais comment sommes nous passé des constructions sophistiquées de l'Empire romains aux Mottes ? Il faudra que je me renseigne. A+

Le Chevalier Dauphinois 20/05/2012 08:59



 La fin de l'empire Romains et les déferlements "barbares" ont déstabilisé la société. Les chemins boueux ont remplacé les routes, les petits chefs locaux (très batailleurs et peu
respectueux) ont pris la place des structures "démocratiques" Romaines.


  C'est un peu comme après la révolution de 1789, le chaos, la terreur, les batailles Napoléonniennes avant la sérénité..... Ne se passe il pas "la même chose" après le Printemps Arabe"
?.... L'équilibre ne se fait pas de suite après un changement brutal.



chadoin 30/04/2012 18:00

J'aurais appris quelque chose. Je ne connaissais pas ces mottes et si j'ai l'occasion, j'irais par là-bas la voir ou ce qu'il en reste peut être !!!

Le Chevalier Dauphinois 01/05/2012 08:14



   Dans notre Royaume, il existe plus de 2000 mottes féodales identifiées. Beaucoup sont envahies par la végétation. Parfois, c'est une chapelle qui remplace le château en bois.


  Quelques unes (comme celle de Grésignac) ont gardé leur forme et sont facilement visibles. Il faut aller la (les) voir, elle(s) est (sont) souvent plus que millénaire(s).



michka le Pirate modo :0032: 29/12/2009 12:14


c'est fascinant toutes ces constructions médiévales qui ont traversé les siècles....moi qui suis près de la Dordogne, je m'y régale comme tu as pu le voir sur nombre de mes articles!
passe de bonnes fêtes de fin d'année ;))


Le Chevalier Dauphinois 29/12/2009 20:14



Je te comprends, la Dordogne est riche en belles constructions... Aaah, comme je t'envie, car mon Dauphiné est bien pauvre en châteaux médiévaux.