Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 08:04

 

 

Département 24 - DORDOGNE

 Comme c'est agréable d'être en vacances !

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Périgueux est située à 80km au Sud-Est d'Angoulême (voir son château), à 75km à l'Ouest de Brive la Gaillarde et à 45km au Nord-Est de Bergerac.

 

   Coordonnées du château :

45° 10' 58" N0° 43' 8.8" E
 45.18279230° 0.71913510°

 

 

Les bâtiments :

     L'extérieur :

La 1ère découverte

       Je suis en vacances. Après avoir visité de nombreux châteaux en Périgord, je décide de déambuler dans les rues de la préfecture de la Dordogne. La ville a une histoire si riche que je pressens que de nombreuses surprises vont égayer mon errance.

   Cela commence par une curieuse devanture. Des pierres plates encadrent une porte.

Avez vous deviné la fonction ?

  Je vous ai déjà présenté cette curiosité à Bozouls. Ceci est une boutique médiévale.

 Vais je pouvoir faire le tour de la tour ?

 

La 2ème découverte

* J'admire un encadrement de porte provenant du riche passée de la cité.

* Soudain, au loin apparaît une "tour".

* Je ne connais ni son nom ni sa fonction.

* Mais son ancienneté est évidente.

* Sa fonction défensive semble minimale.

* La petite tourelle accrochée semble posséder un escalier en colimaçon.

 

 

La 3ème découverte

* Plus loin, une autre construction en hauteur me quémande de venir la voir.

* Sur mon prospectus sans image, il est noté que cette beauté médiévale se nomme : Tour d'Abzac.Est ce la maison d'Abzac ?

* C'est un hôtel particulier édifié entre le 13ème et le 16ème siècle. L'Albergaria ("aubergerie") était une des charges de l'hospitalité. Les prêtres et les moines étaient tenus d'héberger les soldats.

* Au sommet, je pressens qu'il existait une chambre défensive.

* Les mâchicoulis, bien qu'ils soient esthétiques, ne sont point obstrués. La fonction défensive de la tour est bien réelle.

* La qualité de taille des pierres et la pureté des joints m'impressionnent.

* Ce bâtiment fut certainement construit par une famille noble ou une congrégation.

 

 

Un chevalier un peu coquin

* Etant en vacances, je m'accorde quelques fantaisies gastronomiques comme le Tourin, le Grillon et la Mique.

* Puis, le ventre plein et l'esprit guilleret par le petit vin de cette province, je pars en quête d'autres plaisirs plus... charnels.

* Tel un fripon, je me mets à suivre une belle Pétrocorienne.

* Ma muse, un peu jalouse, me quémande de regarder une autre beauté..... en pierres.

Quel est donc le petit nom de cette belle ?

* Oups... Je crée un quiproquo

Quel est le nom de cette tour ?

- La réponse est sur le plan.

 

 

La tour Mataguerre

 Cette tour médiévale faisait partie du rempart défensif de Périgueux. Ma documentation affirme qu'elle repose sur le rocher.

1 - L'arrachement d'un mur (ancien rempart) et la position des archères à droite m'informent que la ville médiévale était à gauche (donc, l'ennemi attaquait à droite).

Avez vous remarqué l'ouverture au dessus de l'arrachement ?

* C'est évidemment la porte de circulation accédant au chemin de ronde.

Avez vous remarqué la porte en bas à droite ?

* Il est impossible qu'elle fut aménagée coté extérieur.

* C'est donc une ouverture récente pour faciliter les visites.

2 - Archères droites et cruciformes prouvent que les systèmes défensifs ont été modernisés sur plusieurs siècles.

3 - Une archère cruciforme avec une canonnière de la fin du 15ème siècle.

4 - L'ébrasement extérieur de la canonnière permet un angle de tir important.

5 - Les mâchicoulis complètent le système défensif de tir.

Avez vous remarqué une curiosité sur la paroi ?

* Ce devait être l'emplacement du blason, massacré à la Révolution.

6 - Ceci est la porte d'accès médiévale pour monter dans la tour. Sur l'image 1, les ouvertures carrées sont les puits de lumière pour l'escalier intérieur.

 

123456

 

 

    L'intérieur :

 * Les nombreux bâtiments historiques sont privés et habités, donc non visitable.

 * Seule la tour Mataguerre est visitable, mais elle est fermée en cette période non touristique.

 

 

 

Histoire du bourg :

  Décrire l'histoire d'un grande ville n'est point chose aisée. Je ne vais pas me lancer dans cet exercice car il faudrait de nombreux articles et peut être même un blog entier. Je vais me contenter de quelques évènements marquants.

* Au 9ème siècle, les Normands remontent le fleuve et pillent la petite cité.

* A la fin du 10ème siècle, l'évêque Frotier demande la construction d'un rempart. La nouvelle cité fortifié se nomme : Puy Saint Front.

* Au milieu de 11ème siècle, la ville souffre de plusieurs attaques par les troupes du Comte Aldebert II. Ces batailles ont pour origine une monnaie frappée par le Comte (voir titre de noblesse) est interdite par l'évêque, maître de la cité.

* Au 12ème siècles, les pèlerins affluent dans la cité possédant la relique de Saint Front. le commerce est florissant et le bourg s'enrichit. C'est à cette époque que les remparts sont modernisés. Construction de la tour Mataguerre.

* En 1204, la cité entre dans le Royaume de France suite à la confiscation du Duché d'Aquitaine à Jean Sans Terre.

* Le 13ème siècle voit les conflits entre les Comtes de Périgord et l'évêché de la cité.

* Au 14ème siècle, la peste noire et la guerre de Cent Ans déciment la population.

* Vers 1360, les Anglais occupent la place forte, mais les habitants restent toujours fidèles au Roi de France (voir liste).

* En 1477, le maire Jean Dupuy demande à Guillaume de Ladoutz de reconstruire la tour Malaguerre.

* Durant les siècles suivants, la cité est toujours source de conflits (Guerre de Religion, la Fronde, etc...).

* En 1840, la tour Mataguerre est classée aux Monuments Historiques. C'est la seule des 28 tours défensives ayant survécu au temps.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

La tour Mataguerre est le symbole de la cité de Périgueux

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 07:33

 

Département 24 - DORDOGNE

 Que voila un château fort qui a su évolué vers le confort Renaissance

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Mareuil sur Belle est située à 40km au Nord-Ouest de Périgueux, à 30km au Sud-Est d'Angoulême et à 20km au Sud-Ouest de Nontron.

   Coordonnées du château :

45° 27' 12" N 0° 27' 5" E
 45.4533836°  0.451502°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

       Après avoir visité l'église fortifiée de Cercles, je me dirige vers le Nord. Après 11km d'une agréable randonnée en terre Périgourdine, mon destrier stoppe brusquement à une portée de flèche d'une construction élégante et fortifiée. Je pressens que la découverte du château de Mareuil, siège d'une des 4 baronnies (voir titre de noblesse) du Périgord, va être d'un ravissement pour mes yeux de castellologue-amateur.

 La construction oscille entre esprit guerrier et confort lumineux

L'étonnement

* En regardant le coté Est, je suis surpris par la différence entre la partie droite (le véritable château habitable) et la construction à gauche (un rempart défensif).

* Ce rempart protège le château des tirs d'artillerie.

* Lui même possède de nombreuses canonnières et une curieuse échauguette sur culot, ou plutôt son fantôme.

 

Je contourne l'entrée

* Je n'entre pas de suite, je contourne ce curieux rempart.

* Quelle surprise de voir un anguleux bâtiment défensif.

* Il comporte plusieurs rangées de canonnières avec des angles de tir différents.

* Sur sa gauche, je retrouve les classiques rondes tours de "mon" Moyen Âge.

* La tour et sa courtine ont été arasées. Archères, crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) ont disparu.

Les années et les hommes n'ont point été tendres avec ce château

Une 1ère entrée défensive et piégeuse

* Je me présente sur le pont, face à la tour-porte d'entrée.

* Bien qu'elle ait perdu quelques signes défensifs, elle somporte encore :

- Un encadrement me faisant penser à l'emplacement d'un pont levis.

- Au dessus de la porte, une ouverture correspondant à la salle des gardes.

Est ce le fantôme d'une bretèche ?

- Sous le toit récent, des mâchicoulis sur consoles.

* Je traverse ce tunnel pour découvrir, après un coude, une allée découverte.

* L'assaillant se retrouvait sans protection, harcelé sur sa gauche par des défenseurs postés sur une longue courtine et des tours rondes.

 

Une entrée castrale bien défendue

Même mutilé, ce château fait toujours rêver

 

1 - L'imposante tour ronde possède 2 systèmes défensifs efficaces :

* Au sommet, des mâchicoulis pour la défense de près.

* A la base, une triple canonnière pour tir rasant (le plus meurtrier).

2 - Cette tour n'est pas que défensive.

Avez vous deviné son autre fonction ?

3 - La fenêtre m'informe qu'une chapelle est aménagée.

4 - Si l'assaillant a réussi a courir assez vite pour éviter les flèches, les balles et les boulets, il se retrouve dans un nouveau coude et face à la porte fortifiée.

5 - Les défenseurs dans la tour de la chapelle sont prêt à tirer le sot ayant pointé "son nez" dans le coude (ouverture du dessus), puis, s'il avance, une large canonnière au tir rasant le dissuade d'approcher.

6 - Evidemment, le pont-levis (disparu en notre siècle) est remonté créant un vide entre l'entrée et l'attaquant.

Si par hasard, pour combler le vide, une passerelle est aménagée par les vils assaillants, leur projet de bélier ou d'attaque à la hache est contrecarré par les multples mâchicoulis et fentes de tir.

Avez vous remarqué les belles sculptures sur les murs du châtelet ?

 

1 2 3 4 5 6

 

Passer en bas plutôt que par la porte

Pourquoi ne pas passez en bas

plutôt que d'affronter les défenses du chatelet d'entrée ?.

* Voila un raisonnement intelligent présenté par l'assaillant.

A-t-il raison ?

11 - Sur la droite proche du pont, il y a une ronde tour défensive.

12 - En partie supérieure elle possède des mâchicoulis et un crénelage.

13 - En bas, en avant de la tour, il y avait des douves et surtout de larges canonnières pour tir rasant. L'idée de passer en bas n'est pas la meilleure.

14 - Un peu plus à droite, la courtine est en réalité le logis. En notre siècle, il est peu défensif, mais quelques "détails  m'informent qu'il fut garni de mâchicoulis, chemin de ronde et systèmes de tir.

15 - Et puis, le logis est protégé par le donjon parallélépipédique.

16 - Ses dimensions le rendaient habitable.

 

11 12 13 14 15 16

 

Le logis

* Un logis se doit  d'être décoré.

* Je ne sais point encore comment sera l'intérieur mais l'extérieur offre déjà quelques beautés sculptées :

- Comme l'encadrement et la base de la fenêtre du bas.

- Puis les magnifiques rosaces entre les 2 fenêtres.

- Les autres fenêtres comportent aussi des pierres finement sculptées.

 

Avez vous ceci autour des fenêtres de votre maison ? Que voyez vous  ?

 Tour ronde et donjon carré : Que d'évolutions en plusieurs siècles !

Le donjon

* Même si les merlons ont été obstrués pour solidifier la vieille tour, cela n'empêche pas mon imaginaire de voir un chemin de ronde couvert.

* En plus de voir et défendre depuis le haut de la tour, le défenseur pouvait envoyer des messages via le satellite (hihihi).

* Depuis le bas, l'assaillant ne trouve aucun angle mort pour s'approcher.

 

Il y en a d'autres !

* Ce château comporte sur l'autre façade une imposante ronde tour défensive.

* J'apprécie la décoration sur les pierres formant mâchicoulis.

* Il est dommage que cette tour ait été arasée.

 

    L'intérieur :

  Hélas pour moi, et un peu pour vous je suppose, le château n'est pas ouvert à la visite en cette période peu touristique. Je ne pourrai point visiter le musée, ni voir :

- La prison,

- Le donjon,

- La chapelle Gothique Flamboyant,

- Les salles meublés.

    Je rebrousse chemin et je traverse la tour-porte vers la sortie.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château fortifié entouré de douves alimentée par la rivière Belle. Il appartient à la famille Mareuil.

* Au milieu du 12ème siècle, naissance au château d'Arnaut de Mareuil. A la fin de ce siècle, il deviendra l'un des plus fameux troubadours en Langue d'Oc.

* Au 14ème siècle, durant la guerre de Cent Ans, le château subit  de nombreuses attaques dont l'une lui est fatal.

* A la fin du 15ème siècle, le château est rebâti sur les ruines du vieux château fort.

* Dans la deuxième moitié du 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château est attaqué puis brûlé. Il n'est plus habité par ses propriétaires.

* Au 17ème siècle, Isabelle de Beauville achète la seigneurie.

* Au 18ème siècle, le site trouve une deuxième jeunesse par de nombreuses consolidations et reconstructions réalisées par les Talleyrand-Périgord.

* Au 19ème siècle, le château est transformé en exploitation agricole.

* En 1862, le château est classé aux Monuments Historiques.

* En 1963, le château est acheté par le Duc de Montebello. Une partie des vieux bâtiments sont consolidés, meublés et habités.

* A la fin du 20ème siècle, création d'un musée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les jours et les horaires.

 

Un chatelet d'entrée très fortifié

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 08:03

 

Département 24 - DORDOGNE

 Maman, les petits bateaux ont ils des jambes ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Vézac est située à 60km au Sud-Est de Périgueux, à 55km au Nord-Ouest de Cahors et à 5km au Sud-Ouest de Sarlat La Canéda.

   Coordonnées du château :

44° 49' 37.6" N 1° 10' 41.9" E
 44.827111°  1.178306°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

     Après avoir visité le château troglodytique de La Roque Gageac, je me promène le long de la rivière Dordogne en regardant passer les Gabarres. Soudain, à la sortie du bourg, sur le territoire de la commune de Vézac qui jouxte La Roque Gageac, une massive construction attire mon attention.

Est ce un château médiéval ?

Ou une reconstruction ?

 

L'enquête commence

1 - Un rempart (certainement crénelé) entoure l'actuel château.

2 - De gauche à droite : Un tour défensive, le donjon, la chapelle.

3 - La montagne rocheuse a-t-elle fourni les pierres du château ?

4 - Bien que percé de fenêtre à meneaux en croix, le donjon est très défensif.

5 - Archères, mâchicoulis (voir vocabulaire), chemin de ronde crénelé sont bien des astuces défensives médiévales.

6 - Le donjon n'est pas carré mais rectangulaire.

7 - Les archères cruciformes en bêche me font dater le site du 13ème siècle.

8 - La présence de fenêtres dans la courtine prouve que la vie continue dans le château.

 

1 2 3 4 5 6 7 8

 

Est il médiéval ?

  Même si la question n'est pas vitale,

il est important de définir la date de construction

de ce trop beau château.

 

11 - La différence de qualité de la pierre entre le rempart et le bâtiment est surprenante.

12 - Si le donjon avait été médiéval, l'ouverture des fenêtres se serait certainement traduite par des arcs de décharge.

13 - Les pierres de la tour ronde sont trop parfaites, trop bien taillées, merveilleusement jointives malgré les siècles. Ce chemin de ronde couvert est donc une reconstruction.

14 - Les crénelages de gauche sont faux. Les bossages n'ont pas d'utilités. La verrue dans l'angle du donjon est inutile au Moyen Âge.

15 - La fausse échauguette est l'image d'une adaptation style Viollet Le Duc (19ème siècle).

 

11 12 13 14 15

 

Conclusion

    Cette merveilleuse réalisation n'est pas un château fort directement parvenu de l'époque médiévale. Mais il en restitue si bien les systèmes défensifs et l'aménagement des fonctions que j'ai eu plaisir à le découvrir.

L'appréciez vous aussi ?

 

    L'intérieur :

       La propriété privée n'est pas visitable. Par contre, il est possible de réserver le château pour passer une semaine de rêve avec un panorama unique et un dépaysement total.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'une léproserie.

* Au 19ème siècle, Charles de Beaupoil, Comte de Saint-Aulaire, modernise et aménage l'architecture du château en style Renaissance.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis la route. La visite de la propriété privée est interdite. Mais il est possible de louer le site et ainsi pouvoir accéder à ses entrailles.

Un château qui paraît médiéval et... qui n'en est pas un

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 07:07

 

Département 24 - DORDOGNE

 Une forteresse médiévale que le temps a adouci

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Sainte-Mondane est située à 40km au Sud-Sud-Ouest de Brive La Gaillarde, à 12km au Nord-Nord-Ouest de Gourdon et à 10km au Sud-Est de Sarlat La Canéda.

   Coordonnées du château :

44° 50' 33" N1° 20' 55" E
 44.8425965° 1.348647600°

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

    A une portée de flèche au Sud-Est de Sainte Modane, sur une petite butte se dresse la forteresse de Fénelon. De l'extérieur, cette masse n'est pas facile à appréhender.

  Je vous propose l'analyse du plan.

 

Le plan Un plan très coloré et anguleux

* Le château est protégé par 3 enceintes.

* La "rouge" est constituée de défense en éperon datant du 16ème siècle. Ces "pics" permettent de ne pas avoir d'angle mort. Les canons protègent parfaitement la courtine.

* Cette enceinte "rouge" n'est pas très haute permettant ainsi aux défenseurs du château et de la 2ème enceinte de défendre de loin.

* Si l'assaillant entre par le châtelet, il se retrouve sous le feu des défenseurs sur l'enceinte "verte".

* A l'intérieur de la "rouge" il n'y a pas de cachette ni d'endroit de repli au cas pour protéger l'assaillant.

* Pour pénétrer dans le château, l'assaillant doit contourner le chemin jusqu'aux écuries. Etant droitier, il se retrouve handicaper pour se défendre. Il est sous le feu mixte des défenseurs dans le château et sur l'enceinte "verte".

* Croyant avoir enfin la situation bien en main, l'assaillant "confiant" se retrouve face à un 2ème châtelet.

* Le rempart "bleu" permet la défense de la basse-cour, lieu où les habitants du bourg et les paysans se réfugient avec leurs bêtes.

Je vous démontre tout ceci en images

 

L'approche

1 - De loin, le château présente un rempart de faible hauteur.

2 - Les éperons du premier rempart facilitent la défense par arme à feu.

3 - Les vieux bâtiments médiévaux sont renforcés par des contreforts.

4 - Les arbres récents ne sont point des systèmes défensifs.

5 - Le châtelet d'entrée est classiquement défendu par les efficaces mâchicoulis formant bretèche.

6 - En franchissant le châtelet, l'assaillant est sous le feu du 2ème rempart et des tours du château.

    La petite échauguette peut vous paraître minimale pour la défense. En réalité son efficacité est maximale car elle permet un tir au mousquet (ou petit canon), puis, par ses petits orifices, couvre les angles morts où l'assaillant pourrait avoir l'idiotie de se réfugier.

 

123456

 

Je passe le châtelet

7 - La 2ème enceinte est construite sur le rocher, donc très solide.

8 - Sur ce chemin, l'assaillant est sous le feu des défenseurs et ne peut pas se protéger.

9 - S'il parvient à contourner la ronde tour, il se retrouve sous le feu d'un canon avec tirs rasants depuis une autre tour.

 

789

 

Le 2ème châtelet

10 - L'assaillant se retrouve bloqué dans une cours à angle droit.

11 - S'il veut  attaquer le mut à droite, il se retrouve sous du tir rasant d'un canon dans le châtelet.

12 - Avez vous remarqué une curiosité architecturale sur la bretèche du châtelet ?

13 - Les mâchicoulis (voir vocabulaire) se prolongent sur le mur adjacent.

14 - Ce doit être pour protéger la petite ouverture en dessous.

 

1011121314

 

Je traverse le 2ème châtelet

15 - Le 2ème châtelet est une "souricière" pour les assaillants.

16 - Puis, sur la droite, le pauvre attaquant est sous le feu des puissantes tours du château médiéval.

17 - La construction médiévale est bâtie sur le rocher, empêchant le travail de sape.

18 - Au sommet des premières tours, le crénelage du chemin de ronde couvert.

19 - Les autres tours possèdent des mâchicoulis et des fentes de tir pour fusil.

20 - Les tours se touchent comme pour montrer à l'assaillant que point de passage il y a.

 

151617181920

 

Curiosités défensives

21 - Sur ces 2 tours, plusieurs curiosités architecturales s'offrent aux castellologues curieux.

Les voyez vous ?

22 - Sous une ouverte carrée, 3 trous alignés. Ceci n'est point un pigeonnier car il n'y a pas de rebord. Ce sont donc 3 ouvertures de tir pour fusil permettant un choix d'angle de visée.

23 - En fusionnant, les 2 tours masquent une fenêtre. Cela prouve de celle de gauche est postérieure.

24 - A l'origine la tour comportait une archère droite puis une archère cruciforme. Pour s'adapter à l'amélioration des techniques de défense, sous chacune d'elle a été implantée une arquebusière.

25 - Cette tour, construite au 15ème ou 16ème siècle, possède deux véritables canonnières curieusement "aidées" d'une arquebusière.

 

2122232425

 

 

Pour découvrir le logis seigneurial, veuillez cliquer ici.

 

 

 

 

Tous les système défensifs médiévaux se lisent sur cette tour

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 07:05

 

 

 Point de défense visible pour cette église !

Département 24 - DORDOGNE

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Allemans est située à 50km au Sud-Sud-Est d'Angoulême (voir son château), à 40km au Nord-Ouest de Périgueux (voir ses fortifications) et à 11km au Nord-Est d'Aubeterre sur Dronne (voir son château).

 

   Coordonnées de l'église :

45° 17' 16" N0° 18' 33" E
 45.287835° 0.309237°

 

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     En arrivant devant le clocher-porche moderne de style byzantin je me suis dis :

"Merveilleux Chevalier,

n'aurais tu point commis une erreur ?

Cette église ne semble pas fortifiée."

   Il est vrai que doute j'ai en voyant ce trop moderne moutier qui aurait du être médiéval et fortifié.

 

 

  Quel labyrinthe de formes cubiques

L'enquête commence

    Etant un (vrai) Chevalier Dauphinois, je me dois de montrer ma ténacité. En contournant cette construction religieuse, je vais peut être découvrir ses secrets.

  * Point de ronde forme en ce lieu. L'angle droit est la règle.

  * La différence de qualité des pierres m'informe de plusieurs dates de construction et modification.

  * La chapelle latérale est postérieure à la construction de l'église.

  * La puissance des contreforts d'angle surprend par rapport à la faible hauteur du chevet.

  * En voyant l'arc au dessus de la fenêtre pris dans le contrefort, je pressens que ceux-ci ont été posés après la construction originelle.

Je ne vois toujours pas de système défensif !

  Mais je pressens un frémissement de bonheur en voyant la hauteur du mur de la nef.

Pensez vous que preuves je vais voir ?

 

 Hooo, je vois... Je vois !

Sont ce les défenses ?

* Le chevet plat avec ses 2 imposants contreforts n'a pas la finesse des constructions Gothiques.

* Pourtant, avec ses fenêtres basses et larges (reconstruction ou modernisation postérieure), il montre un peu de légèreté.

* En haut du mur, sous le toit, je remarque deux ouvertures m'informant qu'une salle de repli existe.

* En dessous, les trous de boulin (voir vocabulaire) m'interpellent.

Supportaient ils un hourdage ?

 

 

Il y en a d'autres !

* L'autre façade ressemble à sa consoeur excepté deux détails.

Les voyez vous ?

* Ce n'est point le large contrefort plat

* Ce n'est point la chapelle latérale mais une série d'ouvertures verticales.

- Celles de gauche sont pour un escalier intérieur,

- Cette de droite est pour la salle de repli défensive.

 

 

 

    L'intérieur :

* Comme souvent en notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci n'échappe pas à la règle.

* Mais grâce à une amie ayant visité ce moutier, je peux vous montrer les entrailles.

 

Les modifications n'ont point altéré sa massive robustesse

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église se composant d'une nef unique à trois travées.

* Au 15ème siècle, aménagement de l'église.

* En 1926, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre aux Liens) est libre et gratuite depuis les rues du bourg. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Une salle fortifiée est le secret de cette église

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 24Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 08:45

 

 

Voyez vous la merveille au loin ?Département 24 - DORDOGNE

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Champagne et Fontaine est située à 45km au Nord-Ouest de Périgueux, à 35km au Sud-Est d'Angoulême (voir son château) et à 20km au Nord de Ribérac.

 

   Coordonnées de l'église :

45° 25' 19" N0° 18' 59.9" E
 45.42201° 0.31666°

 

 

L'église :

     L'extérieur :

Je suis en vacancesL'église est dépourvue de clocher

* Comme il est doux d'être en vacances et pouvoir faire ce que l'on adore.

* Pour moi, c'est tenter de réaliser des photos peu classiques.

* En cette soirée de printemps où l'ombre joue avec l'éclairage diffus, je tente d'immortaliser les sillons peu linéaires.

 

 

Que vois je ?

     Soudain au loin, une construction, dépassant les toits des maisons, me fait de l'oeil. Je me dois d'aller la saluer. Mais avant, je l'observe de loin :

* La partie droite (la nef et le chevet) est plus basse que la gauche (l'entrée).

* Je suppose que arasement il y eu.

* Evidemment je me dois de vérifier puis prouver ma théorie.

 

 

L'enquête commence

* En arrivant dans le "bourg" de Champagne (et non celui de Fontaine, car son église bien que du 12ème siècle n'est point pour moi) je vois en premier le chevet plat avec son imposante fenêtre Gothique.

* Ce chevet ne semble pas présenté d'intérêt pour une Chevalier Castellologue amateur.

* Mais en observant mieux sous le toit, je crois voir...

Voyez vous ?

* Et puis, il y a les contreforts aux angle (surtout celui à droite) montrant une scission.

Etait ce un aménagement pour solidifier l'ajout d'une salle de repli au dessus ?

  Je me dois de trouver d'autres indices.

  

Peintre je me fais 

Ombragé comme la façade je suis

 * La façade coté ombre ne me montre aucun indice de défense.

 * Je suis surpris par la grandeur des fenêtres peu compatible avec une fortification.

 * Evidemment les bases obstruées prouvent un réaménagement.

 

Le clocher-tour

* Le clocher-tour est évidemment l'arme défensive et de repli de cette église.

* Il parait très solide coincé entre ses contreforts épais.

* Proche du sommet de la fenêtre, un détail m'interpelle.

Est ce une canonnière ?

* Sur l'autre face, la puissance semble plus importante par l'ajout d'un épais contrefort central.

* Au sommet, les ouvertures ressemblant à des merlons de crénelage (voir vocabulaire) permettent la surveillance et le tir.

 

 

La façade coté portail

  Avec ses imposants contreforts d'angle, la façade d'entrée ressemble à un donjon primitif. Pourtant de nombreux détails allègent la rudesse :

* La bretèche au dessus de la porte reposant sur 3 consoles.

* Les ouvertures sous le toit.

*  Les courbes du portail cassent la rigueur des angles droits. Ce portail est si original que je préfère vous le montrer avec des mots d'un spécialiste en architecture :

   "Le portail est d'un type unique en Périgord : Quatre voussures légèrement brisées, séparées par trois tores lisses, retombent sur des colonnettes à chapiteaux frustes, reposant sur des socles élevés.

  Les faces verticales de chaque voussure et de l'archivolte sont ornées de stries rayonnantes. Un cordon d'archivolte à têtes de clous encadre l'ensemble. Les tailloirs forment, de chaque côté, un bandeau à huit ressauts."

 

 

    L'intérieur :

Constatation

    Comme souvent en notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

Epilogue

  Curieusement, je ne remarque que maintenant l'association de Champagne et Fontaine.

Y aurait il des fontaines de champagne en ce bourg ?

  Je vais tenter de vérifier le proverbe :

"Fontaine je ne boirai pas de ton eau"... mais du champagne !

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 13ème siècle, construction d'une travée à l'Ouest.

* Au 14ème siècle, dans la travée, une chapelle est aménagée.

* Au 16ème siècle, l'église est réaménagée et désaxée. Construction du portail avec bretèche.

* En 1832, les deux communes de Champagne et Fontaines fusionnent.

* En 1947, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite des fortifications est interdite.

 

Je vois, je vois, je cois... heu... loin

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24Vers Menu châteaux de Dordogne
    

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 09:06

 

Département 24 - DORDOGNE

 La porte des rêves !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Saint Cyprien est située à 55km au Sud-Ouest de Brive la Gaillarde, à 45km à l'Est de Bergerac et à l'Ouest de Sarlat la Canéda.

   Coordonnées du château :

44° 52' 38" N01° 02' 30" E
 44.877421780 1.041727066°

 

Le château :

     L'extérieur :

Je suis en mode vacances

* Après avoir visité la magnifique église fortifiée de Tayac, je me dirige lentement vers le Sud.

* J'en profite pour tenter d'immortaliser des images uniques (ou du moins je le pense).

 

Verrou... ou... vers où ?Le songe d'une clé...ou... la clé des songes ?La fenêtre de l'âme... ou... l'âme d'une fenêtre ?

 

* A la sortie du bourg de Saint Cyprien, je tente de trouver l'inspiration avec les formes, les couleurs et les courbes quand soudain, au loin, apparaît une construction.

* Je me dois d'interrompre ma séance de photographe "international" pour redevenir le simple Chevalier Castellologue Amateur.

Est ce un mirage ou un rêve castral ?

 

La Renaissance est partout !

L'enquête commence

* Le rempart entourant les constructions a une forme parallélépipédique.

* Bien qu'il soit comblé, je pressens la présence d'un fossé en avant du rempart.

* Dans l'angle, une construction cubique m'interpelle.

* Ce bâtiment ressemble à une tour de défense médiévale modifiée à la Renaissance.

* Sous la fenêtre, ainsi que sur l'autre face, présence d'une ouverture de tir pour arme à feu avec un ébrasement extérieur.

* A l'arrière, deux bâtiments se devinent. Ma documentation affirme qu'il y a :

- Une chapelle castrale,

* Un logis renaissance.

 

Le logis

* La première façade montre des fenêtres dont certaines ont des meneaux en croix.

* L'autre possède des baies à meneaux encadrées de pilastres et dominées par des frontons.

* Une corniche sur des corbeaux cannelés forment des mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Pour mieux comprendre ce bâtiment je me décale sur la gauche.

* Diantre !... Je vois une ruine et une "tour"

Quelle est la fonction de cette "cheminée" bicolore ?

Renaissance, époque moderne et moyen âge se marient merveilleusement

 

  L'intérieur :

      La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (?), construction d'un petit château fort.

* Au milieu du 16ème siècle, durant les guerres de Religion, les Huguenots s'emparent du château et le transforment en repaire de "brigands".

* A la fin du 16ème siècle, dans l'enceinte de la vieille forteresse médiévale, construction d'un château de confort.

* Au 17ème siècle,  des travaux sont réalisés.

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'emparent du château, le pillent et le brûlent.

* Au 19ème siècle, le site devient une "carrière de pierres".

* En 1933, une partie du château est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château depuis la route est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite du château est interdite.

 

Les propriétaires :

* Fages,

* Joachim de Montluc (en 1562 par mariage). Il est le frère de Blaise de Montluc.

* Hautefort,

* Arlot,

* Taillefer,

* Maillard.

 

Peut être qu'un jour ce château retrouvera son faste d'antan

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 07:05

 

Pour découvrir l'extérieur du site fortifié, veuillez cliquer ici

 

 

Un logis renaissance

Le logis

* A l'extérieur (dans l'article précédent) je vous ai montré beaucoup de systèmes défensifs, vous imaginez donc que cette construction n'est qu'une forteresse.

Que nenni !

* Fénelon fut un véritable château d'habitation pour ses multiples seigneurs.

* Le logis est très lumineux (avec ses fenêtres à meneaux en croix ainsi que de belles lucarnes), vaste et agréable.

* Je suis étonné par l'asymétrie du château ainsi que de ses tours défensives.

* Ses origines médiévales se retrouvent dans les bâtiments construits sur le rocher.

* Il est amusant de voir :

- Une archère cruciforme avec son évolution en arquebusière...
.... Côtoyer une petite fenêtre avec jolis rideaux et pot de fleur.

- Puis, sur la courtine, une fenêtre dont je ne peux dire si elle est Gotique ou Romane.

 

Lentement, j'entre dans la cour intérieure

26 - Je contourne la façade Nord-Ouest pour arriver.....

27 - ..... Sur la luxueuse façade Nord-Est posée sur le rocher.

Avez vous remarqué la nouvelle fonction des consoles pour mâchicoulis ?

28 - Le pont levis a perdu sa fonction d'isolement. Le talus médiéval a été remplacé par un double escalier majestueux.

29 - Je franchis le pont. En me retournant, je vois l'ombre du temps.

 

26272829

 

 

     L'intérieur :

La cour

30 - L'ambiance est plus festive que guerrière, je m'amuse avec les ombres.

31 - Depuis les arcades, j'observe le logis.

32 - Les arcades soutiennent une promenade avec balustres.

33 - La ronde tour n'est point défensive, elle abrite un escalier.

34 - Soudain je vois l'élément indispensable dans un château. Autour de ce puits s'articule les bâtiments.

35 - Le puits a une profondeur de 90 mètres. La roche étant si dure que son creusement est un tour de force. Les archéologues supposent qu'il a été aménagé dans une faille naturelle.

 

303132333435

 

La beauté intérieure.... des bâtiments

* La visite du château étant payante, je ne vais pas tout vous montrer.

* Certaines salles montrent une rusticité qui me sied.

* Elles comportent quelques cheminées rudimentaires.

* Evidemment, des systèmes de tir sont présents dans certains murs.

Et qu'y a-t-il proche des "trous défensifs" ?

* Evidemment, ma "passion" (ou plutôt ce que j'adore trouver) : Les latrines.

 

La terrasse

* Je pressens qu'à cet endroit quelques "pique-niques" ont été organisés par la maîtresse de maison.

Quelle vue magnifique ont admirée les invités !

* Mais il est fort probable que durant les périodes d'insécurité, cette terrasse a reçu des canons.

La modernité a effacé les preuves guerrières du château

 

 

Histoire du château :

* Vers l'an 1000, une famille nommée Fénelon possède de nombreuses terres dont Sainte Modane.

* Au 14ème siècle, la Guerre de Cent ans décime la région.

* En 1360, par le traité de Brétigny, le seigneur de Fénelon rend hommage à Edouard III, Roi (voir titre de noblesse) d'Angleterre.

* Au début de 1375, le château est posesssion des Anglais.

* En fin d'année 1375, les troupes du Roi de France (voir liste) s'emparent de ce château mal gardé.

* En 1455, le château est possession de la famille Salignac.

* Au 15ème siècle, le seigneur de Fénelon engage de nombreux travaux de modernisation défensive.

* Au 16ème siècle, Bertrand de Salignac, ambassadeur du Roi Charles IX (voir liste), achète de nombreux meubles pour son château de Fénelon. Plusieurs importantes modifications architecturales transforment le "vieux" château.

* En 1651, naissance de François de Salignac de La Mothe-Fénelon.

* Au 18ème siècle, le château n'est plus habité par la famille Salignac.

* Vers 1792, le château est réquisitionné par les Révolutionnaires.

* Au 19ème siècle, le site est transformé en métairie. Les vieux murs abritent un élevage de vers à soie.

* Au milieu du 19ème siècle, la famille Maleville, nouveau propriétaire du château, tente de restaurer ce souvenir architectural d'un autre âge.

* En 1927, une partie du château est inscrite aux Monuments Historiques.

* En 1962, une partie du château est classée aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, la famille Delautre tente de faire revivre ce magnifique château  médiéval.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis le sentier est libre et gratuite. La visite du château est payante. Renseignez vous sur les dates et horaires.

 

N'est ce pas l'Amérique que vois au loin ?

    

 

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 07:13

 

 

Département 24 - DORDOGNE

 La marche sera longue pour approcher ce château fort

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Grignols est située à 30km au Nord de Bergerac, à 20km au Sud-Ouest de Périgueux et à 8km au Sud de Saint Astier (voir son église fortifiée).

 

   Coordonnées du château :

45°  4'  53" N0°  32'  38" E
 45.08149830° 0.543984174728°

 

 

Le château :

       L'extérieur :

La découverte

       A 1km au Sud-Ouest de Grignols, sur une petite colline apparaît le château Comtal. Lentement je m'avance vers cette beauté fortifiée dont l'architecture me semble a voir été construite sur plusieurs siècles. Je vois aussi que certains bâtiments "trop neufs" ont été consolidés récemment.

  Un panneau m'indique que je dois déposer mon destrier à quelques pas plus loin.

 

 Une façade montrant l'évolution architecturale

L'enquête commence

* Ma première surprise vient de la forme triangulaire des remparts.

* Mon fascicule m'informe que le site était formé de 4 terrasses successives reliées par des ponts levis.

* Ma deuxième surprise vient de l'évolution architecturale.

  - Par exemple : Sur cette façade, il y a des archères droites du 13ème siècle. Au dessus, de belles fenêtres à meneaux en croix amenant de la lumière à la Renaissance.

* Un peu plus loin, au bout d'un rempart crénelé, je remarque un bâtiment plus modeste, moins décoré.

Etait ce pour la garnison ?

Ou est ce le château primitif ?

* En approchant, je suis surpris de voir une curieuse construction accolée au "bâtiment modeste".

Serait ce l'ancienne porte d'entrée ?

* Mon questionnement expliquerait la présence de mâchicoulis formant bretèche.

* De plus, le "bâtiment modeste" serait une sorte de châtelet d'entrée avec salle des gardes.

Avez vous remarqué les restes de console

et le rehaussement du mur à gauche ?

* Je pressens que cela est une reconstruction au 20ème siècle.

 

 

Savez vous identifier les fonctions des bâtiments ?  Comme tu es blanche !

* Mon titre n'est point pour vous chères lectrices, ni pour une dénommée Neige, il s'adresse à l'imposante tour d'angle.

* Elle paraît si neuve qu'elle semble avoir été construite "hier", mais il n'en est rien.

* Même si son crénelage (voir vocabulaire) et son parement ont été refaits, la tour carrée est bien une construction médiévale.

* Je suis surpris de ne voir que si peu d'archères et surtout si asymétriques.

 

 

Il y en a partout

* Tout en respectant les propriétés privées, je contourne le château.

* Soudain, un angle de vue me montre un ensemble de bâtiments chaotiques.

* Ceci est du aux destructions non reconstruites, puis à des consolidations rapides puis à des aménagement de confort des siècles récents.

* Je vois :

- Des départs d'échauguette dont les consoles étaient certainement les mâchicoulis du chemin de ronde.

- Des fenêtres positionnées à l'intérieur d'épais murs. Elles remplacent des portes de circulation.

- Une cheminée à l'extérieur..... pour réchauffer les oiseaux en hiver ?

 

 

      L'intérieur :

* La propriété privée et habitée n'est point visitable.

* Ne souhaitant pas goûter au tir du canon pour non respect de cette interdiction, je tourne les talons pour retrouver l'étalon.

* Je jette un dernier regard vers le piedroit de la cheminée extérieure et j'immortalise une jolie sculpture sur un évènement que je n'ai point identifié.

 

 

 

Histoire du château :

* Vers 980, par mariage (à vérifier), la seigneurie (les terres) de Grignols est possession de la famille Talleyrand.

* En 1072, un château (une résidence ?) est cité dans un texte. Il appartient à la famille Grimoard.

* Au 13ème siècle, construction d'un château fortifié surveillant la route entre Périgueux et Bordeaux. Il appartient à la famille Talleyrand

* Au 14ème siècle, agrandissement et modernisation du château.

* Au 16ème siècle, un logis Renaissance est aménagée. La famille Taillefer n'habite pas en cette vieille forteresse médiévale, même si elle est modernisée.

* Au milieu di 16ème siècle, le site est élevé en Comté (voir titre de noblesse).

* Au 17ème siècle, le logis est modernisé.

* Vers 1652, durant les évènements de la Fronde, le château est canonné puis partiellement démantelé par le Capitaine Balthazar.

* Durant 2 siècles, le château est partiellement transformé en "carrière de pierres" par les habitants environnants.

* Vers 1792, les Révolutionnaires ne sont pas "tendres ni respectueux" avec cette fortification Comtale.

* Durant le 19ème siècle, les dégradations continuent.

* En 1883, après 6 siècles de possession de la même famille, à la mort du dernier héritier des Talleyrand-Périgord, le château change de propriétaire.

* Durant le 20ème siècle, en fonction des multiples propriétaires, les vieux murs sont parfois réhabilités, parfois dégradés ou changés de fonction (portail obstrué par exemple).

* En 1928, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le sentier. La visite de la propriété privée est interdite.

 

Un vrai château fort avec ses nombreux systèmes défensifs

 

   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24Vers Menu châteaux de Dordogne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 06:03

 

Département 24 - DORDOGNE

 Une tour née !  Va-t-elle me tourner la tête ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Thonac est située à 38km au Sud-Ouest de Brive la Gaillarde, à 35km au Sud-Est de Périgueux, à 20km au Nord-Ouest de Sarlat la Canéda et à 7km au Sud-Ouest de Montignac.

 

   Coordonnées du château :

45° 1' 45" N1° 5' 42" E
 45.029673° 1.095065°

 

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

   Depuis le bourg de Thonac, je trottine lentement par une petite route en direction du Nord-Ouest. Le soleil de ce beau mois de septembre réchauffe ma vieille carcasse de Chevalier Castellologue Amateur âgé de 800 ans (environ).

    Deux kilomètres plus loin mon merveilleux destrier, par un cabrement, me jette au sol.

Je pressens qu'il a reniflé l'odeur médiévale.

 Le grillage est le premier système défensif de cette tour

La tour a-t-elle de beaux atours ?

* Cachée derrière un grillage et des branches d'arbres, une vieille tour carrée se dore au soleil.

* Elle semble si heureuse dans sa solitude que j'ai presque honte de venir la déranger pour l'immortaliser.

 

Montre moi ta fente !

   Comme tous les hommes, je cherche à découvrir le point faible de la belle. Je la regarde sous toutes les coutures (et pourtant elle n'est pas reprisée).
   Que me montre cette beauté innocente :

* Pas d'archère,

* Pas de crénelage,

* Pas de mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

La porte me transporte

* Puisqu'elle ne veut point me montrer ses atours, j'en fais le tour.

* Tour à tour dans l'ombre et au soleil, visible et cachée par les feuilles, la tour me donne le tournis.

* Me faisant tourner la tête, mes yeux croient voir une porte.

* Mais elle est si haute (en mon cœur) que mon cerveau tente de donner un peu de chœur à l'ouvrage de recherche de la vérité.

* L'ouverture est trop haute pour avoir la fonction de porte d'une tour-maîtresse.

- "Peut être sont ce les latrines" me suggère mon cerveau.

- "Que voila viles pensées" rétorque mon coeur.

Hooo, Pascal avait raison :

"Le coeur a ses raisons que la raison ignore".

 

    L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

* Etant privé de ses entrailles, je ne vais pas me priver de remplir les miennes en dégustant les nombreuses spécialités régionales dans une taverne toute proche.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château fortifié.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La visite de la tour est interdite. Propriété privée.

 

 

Seule elle restera puiqu'elle ne veut pas de moi

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 24Vers Menu châteaux de Dordogne

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article