Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 00:30

 

 

Département :   81 - TARN 

   

 

Le bourg : 

Une commanderie Templière se visite... religieusement !    Situation :   (--> le voir sur la carte)

       Vaour se situe entre Albi et Montauban, au Nord de la forêt de Grésigne et au Sud-Ouest du fameux château de Najac.

 

    Coordonnées du bourg :

44° 4′ 23″ N1° 48′ 9″ E
 44.073056° 1.8025°

 

   Origine du nom

      Le lieu se nommait Bahor signifiant : Ravin, Abîme. Puis le nom se transforma en :

     - VAHOR,
     - VAOR,
     - VOR (par contraction),
     - VAUR, (avec le temps le U se prononça OU),
     - VAOUR.

 

 

La commanderie : 

  A la sortie du village, une route étroite en pente m'amène vers un petit parking herbeux.

      Coordonnées de la commanderie :

44° 4' 7.76" N 1° 48' 10.87" E

 

     L'extérieur :

 Première constatationUn château d'eau.

    Très souvent, s'il n'est pas sur un pic haut perche, le château médiéval a la compagnie d'un "château" plus moderne mais moins prestigieux et moins sophistiqué en architecture (voir autre exemple avec les châteaux de Quillan, et de Cucugnan... ) mais si utile pour notre confort.

 

 Deuxième constatation :

       En sortant de ma petite voiture, devant la voûte d'entrée, je vois un bâtiment carré, très refait. Ma déception est grande devant ce massif assemblage de pierre ressemblant à une ferme du 20ème siècle. Allais je partir bredouille de ruines médiévales ?

   Non, car rapidement mon engouement pour les pierres féodales renaît en voyant une jolie arche de porte et une ruine qui l'accompagne.  Venez avec moi découvrir une COMMANDERIE des TEMPLIERS. (voir le plan)

 

  La première cour :

      En passant sous l'arche de la porte d'entrée, j'arrive dans la 1ère cour. Elle ne comporte aucune trace d'aménagement de défense, ni de fortification. Une jolie pelouse et un chemin gravillonné empêchent toutes déductions. Avant de poursuivre le chemin vers la 2ème cours à l'Est, j'observe les bâtiments qui m'entourent.

   Cette cour est délimitée par 2 bâtiments Templier :
- Une métairie, coté Sud
- Un corps de logis coté Nord-Ouest
- A l'Ouest, un cimetière moderne a pris la place de l'ancien bâtiment de "stockage" je pense. Il a été construit après l'éboulement du donjon, et sur les gravas.

 

  La métairie :

        Ce que j'avais pris pour un gros bâtiment de ferme moderne au Sud-Est est en réalité l'ancienne métairie. Elle a été très remaniée et consolidée pour devenir une salle de spectacle. C'est un bâtiment rectangulaire aligné dans le sens  Est-Ouest de 40m x 15m. L'entrée principale est au Nord, coté cour intérieure de la commanderie. Des archères droites sont encore visibles sur les face Est et Ouest.

    La face Sud comporte curieusement 9 arcs boutant très larges.
 Curieux !...
 
 A quoi pouvaient bien servir ces renforts ?
Peut être un mur bouclier ?

 

 La deuxième cour :

      Pour accéder à cette cour, il faut contourner le grand corps de logis hélas très ruiné.

Et là, le "choc".

    Le lieu de vie des Templiers m'apparaît. La plupart des bâtiments ne sont composés que d'un rez de chaussée, car les étages et les toits ont disparu, mais ils sont clairement identifiable :

 

 Le bâtiment de vie :

     Le "choc", oui encore une sensation forte. D'abord parce que la première salle est dans la pénombre, éclairée par des petits puits de lumière, ensuite par le frais qui règne entre ses épais murs et enfin, par la magnifique voûte.

   Cette première salle est identifiée comme le réfectoire. Une porte solide coté Nord-Ouest accède à une deuxième salle.
     Elle est aussi magnifique que la première mais  beaucoup plus grande et plus éclairée. Une immense cheminée avec chauffe plat explique sa fonction c'est: La cuisine (logique puisqu'elle est à coté du réfectoire). La cheminée est mitoyenne avec le réfectoire, nos Templiers ne devaient pas avoir la sensation de froid qui m'avait surprise en entrant.
     Dans l'angle opposé, il reste les traces d'un évier et d'un "bassin" (pour laver les aliments peut être ?).

Une autre porte, proche de l'évier, conduit vers une très petite salle sombre. Elle comporte un four (hélas, pas encore rénové) qui communique avec..... la boulangerie. L'aménagement des pièces est très logique.

     En ressortant, je suis à nouveau en admiration devant cette cuine.

 

 Les étages :

    Il ne reste presque rien des étages, mais les fondations de grandes fenêtres, l'escalier, la vue sur la 1ère cour intérieure font penser à des chambres. Ce dortoir est au dessus de l'immense cheminée de la cuisine. Nos Templiers avaient tout prévu pour leur confort.

 

 

Histoire de la commanderie des Tenpliers : 

* A l'époque Gauloise, la colline est un lieu "païen" pour le culte de l'eau (une dalle avec des rigoles, proche de la commanderie, l'atteste).
* Vers 1140, les Templiers obtiennent des terres et biens en Albigeois.
* Vers 1160, les possessions de l'Ordre des templiers augmentent. Il décide d'implanter le siège d'une commanderie "au centre" de leurs territoires. le choix se porte sur la colline de Vaour.
* En 1209, au début de la croisade des Albigeois, les sites des Templiers sont épargnés par l'armée de Simon de Montfort.
* En 1307, Le Roi (voir totre de noblesse) de France Philippe le Bel (voir liste des rois) souhaite supprimer l'Ordre du temple devenu trop puissant à ses yeux. Il fait pression sur le pape Clément V. Il organise une immense "opération de police". Les Templiers de Vaour sont pris et jetés en prison.
* En 1311, le pape ordonne au Concile de Vienne l'abolition de l'Ordre du Temple. Vaour devient la possession de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem. La commanderie est rattachée au Grand prieuré de Saint Gilles.
* Durant le 14ème siècle, la commanderie subit quelques modifications .
* Au 15ème siècle, le système défensif et revu, et de nombreuses ouvertures pour arme à feu sont percées.
* Au 16ème siècles, l'arrivée des canons et l'élégance de la renaissance apportent quelques aménagements de confort : fenêtre à meneaux par exemple.
* En 1790, la commanderie et ses possessions sont la propriété de la République.
* En 1791, elle est donnée à la commune qui en fait un centre administratif et religieux.
* En 1909, les bâtiments sont classés aux monuments historiques.
* En 1910, le donjon s'écroule.
* Au milieu du 20ème, un cimetière est construit à l'extrémité Sud, proche du donjon écroulé.
* A la fin du 20ème siècle, l'ancienne métairie est aménagée en salle de spectacle.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre n'est pas négligeable dans certaines pièces et proche des murs. Je vous conseille quand même la visite. Il suffit de prendre quelques précautions, surtout avec des enfants.

 

En admirant cette cuisine, j'ai une petite envie de manger. Et vous ?

 

Vers liste châteaux des TempliersVers liste châteaux des Templiers Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du TarnVers Menu châteaux du Tarn

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article

commentaires

Redon Jeannine 12/03/2017 17:47

Merci pour cette belle présentation!
Puis-je vous signaler une erreur historique: le pape Clément V a soutenu les Templiers tant qu'il a pu, mais il était dépendant du roi de France Philippe le Bel et celui-ci a eu le dernier mot. C'est un Templier défroqué, Esquieu de Floyran, originaire de Béziers, qui est à l'origine des accusations dont les Templiers ont été accusés; il a réussi à convaincre le légiste Guillaume de Nogaret, influent auprès de Philippe le Bel, qui était un roi très pieux et qui a fini par croire les Templiers coupables. Ceux-ci n'étaient pas aussi riches qu'on l'a prétendu, ils étaient même endettés auprès des Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, car ils ont essayé de rester le plus longtemps possible en Terre Sainte après la chute des Etats latins d'Orient et ils payaient un très lourds tribut aux musulmans. C'est pourquoi ce sont les Hospitaliers (Chevaliers de St-Jean-de-Jérusalem) qui ont reçu les biens des Templiers après la suppression de l'Ordre; le roi de France ne risquait pas d'être le bénéficiaire.

Le Chevalier Dauphinois 12/03/2017 18:27

* Bonjour et merci pour votre passage sur mon blog.
* Vous avez raison pour ma remarque sur le Pape en 1307. Mes lecture récentes (surtout le livre d'Alain Demurger) sur les Templiers m'ont fait prendre conscience des contrevérités trop souvent lues dans les mauvais livres et les fora.
* Je vous promets de corriger ma prose dans quelques jours.

Cricri 14/09/2012 17:50

Que voilà un article et des commentaires passionnants !
C'est tout à fait par hasard que mon mari et moi-même avons découvert ce site le 2 septembre. Nous allions de Penne à Cordes sans impératifs d'horaire et nous avons pu nous attarder sur cette
commanderie.
Je trie mes photos et, comme d'habitude, je cherche de la documentation sur ce que j'ai vu.
Votre article est clair, précis, je dirais même pédagogique !
Je le citerai le jour où je proposerai mes propres photos sur mon blog qui s'adresse à un public beaucoup plus large.
J'espère que quelques-uns seront assez curieux pour vous rendre visite.
Le plan du site est-il à vous ? Puis-je en faire une capture pour mon propre blog ?
Je crois que je vais me promener un peu plus longuement chez vous et voir si j'y retrouve mes chères ruines limousines....
Merci à vous pour tout ce travail.
Bonne fin de journée.

Le Chevalier Dauphinois 15/09/2012 12:00



  En créant mon blog, j'ai voulu montrer les beautés médiévales en ruine de notre Royaume. Heureux je suis que ma mission ait été comprise et appréciée.


* Pour cet article sur Vaour, le plan est une photo de la brochure que j'ai récupérée dans un office de tourisme (mais lequel?... j'en visite tant !).


* Pour le moment, votre Limousin n'est que peu décrit et pourtant, j'y ai visité de nombreuses ruines. Il vous faudra attendre 2 à 3 ans avant que je m'attaque à la rédaction d'articles pour
cette région.



petrizzelli pascale 06/03/2012 13:00

rebonjour
je ne sais pas si vous connaissez La Couvertoirade et son château templier, histoire très intéressante. C'est un magnifique village du Larzac dans l'Aveyron.
Mon ouvrage en parle.
Bien cordialement

Le Chevalier Dauphinois 06/03/2012 14:09



  J'ai passé 2 fois 3 semaines en Aveyron à faire des marches dans le Causse Noir, le Causse Méjean etc... et le plateau du Larzac.


  J'ai visité évidemment la Couvertoirade et quelle chance, sans touriste. Les moutons autour de la lavogne sont une image que j'ai encore dans les yeux.



normand 12/06/2011 00:18


bonjour,puis je me permettre quelques obsevations.concernant les "arcs bouttants"dont vous faite référence il s'agit en fait de contreforts permettant d'opposé la poussé de la voute de la salle
basse au sud car contreventé par le rocher coté Nord,j'ai réalisé leurs réconstruction et rénovation en 2002 principalement sur les glacis fortements dégradés par l'érosion.j'ai également
reconstitué en 1992 l'arc et le manteau de la cheminée de la grande salle d'aprés les vestiges d'une épure de joint encore présente sur l'un des sommiers.je n'ai pas le méme avis sur les vestiges
du "culte de l'eau "présent sur le rocher et pourrais peut étre plus tard vous dévelloper mes observation techniques.j'ai également dégager l'ensemble des ruines escalier hélicoïdal,four à pain et
surpris que vous ne citiez pas pour les vestiges de la cheminée du second les bases aux sublimes pattes de lion qui l'ornait,je develloperait plus tard la présence de receptacle taillés dans le
sol;mais sui ravie de votre derniere photo de la petite porte dont j'ai taillé et reconstitué le plein cintre l'ambiance est assez bien restituée,je posséde également bon nombres de carte postale
du donjon en place et serait heureux en passionné de parler de sa remarquable architecture.soucieux de préserver ce patrimoine je vous salue.


Le Chevalier Dauphinois 12/06/2011 20:15



  Je vous remercie pour toutes ces précisions qui augmentent la connaissance de cette ruine et de sa reconstruction.


  Je serais heureux de vous contacter prochainement pour que cet article progresse et sublime ces vieilles pierres.



Patrick 14/01/2011 19:10


Cela ne ressemble pas à la pierre du château de Prény. Ceux sont trois pierres rondes horizontales, qui semblent être perforées dans leur centre; Je peux si c'est possible vous envoyer la photo du
rempart de Burca.


Le Chevalier Dauphinois 14/01/2011 20:49



Dans certains bâtiments construits par les Maures (dont les Templiers aux Croisades ont pu s'inspirer peut être) des "tuyaux" existaient pour la circulation de l'eau, ou un système de
signaux... comme ici.


  Je vous envoie un courriel prochainement.... Merci pour votre suggestion.