Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 07:30

 

 

Département 31 - HAUTE GARONNE

 L'église semble s'élever vers le ciel !

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Le Plan est située à 60km au Sud-Ouest de Toulouse, à 50km au Nord-Ouest de Foix (voir son château), à 35km au Nord-Est de Saint Gaudens et à 6km au Sud-Est de Cazères.

 

     Coordonnées de l'église :

43° 09' 59" N 1° 07' 16" E
 43.166297221°  1.1212223768°

 

 

L'église : 

        L'extérieur :

La découverte

* Au bout d'une place, trône l'église.

* Elle est dépourvue de transept.

* Avec la finesse des tours, elle semble aérienne.

* Mais point de doute à avoir, cette masse cubique est bien un moutier fortifié.

 

L'analyse

Est ce un crénelage de château fort ?

1- La première observation est évidemment le crénelage au dessus des cloches.

* Je ne suis pas certain qu'il fut très efficace mais il informe l'assaillant potentiel que les habitants ne se laisseront pas prendre sans résistance.

2- La deuxième observation est pour les tours en saillies.

* Chaque tour est surmontée d'un toit polygonal ou d'une petite flèche.

* Elles sont asymétriques en largeur et en nombre de fentes.

Ont elles été construites à des époques différentes ?

3- La troisième observation concerne la façade avec ses hautes arcades ogivales qui élancent encore plus l'église vers le ciel.

* Chacune forme un porche.

L'asymétrie de l'ensemble est fascinante !

 

* Sur certaines parois, les pierres sont parfaitement taillées et jointives.

* Mais sur d'autres faces ou parties de la construction, les dimensions des pierres sont aléatoires ou posées en quinconce.

Est du à des reconstruction hâtives ?

A-t-elle souffert de quelques attaques ?

Savez vous faire la différence entre merlons et créneaux ?
Une tour digne d'un château fort Une tour digne d'un château fort

 

Avec ses fines fenêtres positionnées en hauteur, l'assaillant ne pouvait pas entrer 

Quel curieux ajout !

* Le contraste entre la haute tour blanche et le petit bâtiment rougeâtre est surprenant.

* Cette petite construction doit être un collatéral ajouté "récemment" car :

- Les pierres sont différentes.

- Les contreforts ressemblent à "une imitation".

- Les pierres dans l'angle ne sont point jointives ni encastrées.

- Le mur s'appuie sur les contreforts à larmiers de la nef.

 

Le fascinant chevet

* Après la rigueur des angles droits, la (théorique) rondeur du chevet contracte.

* "Théorique" car les hauts et nombreux contreforts à larmiers cassent l'arrondi.

* J'ai hâte d'entrer dans l'église pour voir si les fenêtres positionnées en hauteur  (donc anti-intrusion) apportent une lumière violente ou diffuse.

 

        L'intérieur :

Que de lumière !

Que la lumière soit, et la lumière.....

* Je pensais que ce serait la pénombre qui sera ma compagne lors de mon entrée dans la nef.

* Que nenni. La lumière est partout.

* Lentement, je marche en ce lieu de prière quand soudain je suis attiré.

* Ce n'est point un appel Divin mais une fenêtre.

* Dans un premier temps, je regarde le vitrail montrant des coquilles Saint Jacques.

Suis je sur l'une des routes vers Compostelle ?

* En prenant un peu de recul, je remarque un escalier.

 

La chance

* Le hasard fait que je suis remarqué par une charmante personne.

* Je lui explique ma curiosité envers les églises fortifiées de notre Royaume.

* Avec une extrême gentillesse, elle me demande si je suis intéressé par une ascension pour voir les systèmes défensifs.

* C'est à ce moment que je cru que l'élu je suis !

 

Je suis aux anges !

 

Je pressens que cette fente fut utilisée pour la défense

* Les marches sont usées.

Combien de pieds sont venus ici ?

 

* Les petites ouvertures font entrer un peu de lumière, mais peuvent aussi servir de système de tir.

 

* Au sommet, je suis en extase :

     - Devant le paysage bien sur.

     - Puis par la hauteur.

 

* Comme je l'avais supposé plus tôt, le crénelage est peu fonctionnel.

 

* Il n'est pas assez haut pour protéger un homme debout.

 

* Je suis surpris de ne pas voir des ouvertures pour mâchicoulis.

 

Plafond intérieur de la tour escalier

Pensez vous que ce puits de lumière ait pu être utilisé comme système défensif ?
Sont ce des guérites de protection ? Le grand Chevalier Dauphinois doit se baisser pour ne point abîmer son heaume

 

 

Il faut déjà partir

* Mon guide m'explique tout :

- Le nom des bourgs, des bois, des collines.

- Il me montre des endroits non encore autorisés à la visite.

- Il est amoureux de son église, cela se sent.

* Mais hélas, "toutes les bonnes choses ont une fin".

* Par cette construction je dois entrer.......

    ....... Pour retrouver l'escalier m'obligeant à descendre du paradis d'un castellologue amateur.

 

Je peux redescendre, point d'assaillant à l'horizon Je vois l'infini... Et même au dela !

 

 

Le diaporama de l'église est ici.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 10ème siècle, le site est dans le Comté de Comminges.

* En 1366, le Comte (voir titre de noblesse) de Comminges autorise la construction d'une bastide fortifiée. La façade antérieure de l'église est incluse dans le mur d'enceinte.

* Au 16ème siècle, aménagement (ou modification ?) de la façade fortifiée.

* En 1950, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est possible sur invitation du "guide".

 

Si l'ennemi arrive, je sonne le tocsin

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 31 Vers Menu châteaux de Haute Garonne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 07:30

 

Département 31 - HAUTE GARONNE

 Voyez vous une église fortifiée ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La petite commune de Ganties est située à 90km au Sud-Ouest de Toulouse, à 70km à l'Ouest-Nord-Ouest de Foix (voir son château) et à 10km au Sud-Est de Saint Gaudens.

     Coordonnées de l'église :

43° 3' 55.058" N 0° 49' 57.245" E
 43.065294°  0.832568°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Il était une fois....

   Cette histoire se passe dans un temps si lointain que seuls quelques rares neurones de l'écrivain peuvent attester de la véracité de cette aventure.

    Il était une fois, un Chevalier parti de son Dauphiné pour espionner les constructions fortifiées du Comté de Toulouse. Evidemment, avant de quitter ses montagnes, dans sa vieille masure il avait longuement préparé sa croisade.

  Grâce à l'immense bibliothèque du Dauphin, il avait noté sur un parchemin les lieux à découvrir. Ce n'est donc point par hasard que ce bellâtre se rendit dans le petite commune de Ganties.

  L'arme sonore assourdissait elle les soldats ?

L'arrivée

   Dans le bourg, l'incroyable Chevalier à l'oeil perçant vit de suite la haute silhouette de l'église prétendue fortifiée. Soudain il murmura :

* "Diantre.... Ce clocher mur ne peut point être défensif système !"

* Même si le son violent Détroit (oupsss erreur de vocabulaire) des 3 cloches peut assourdir, cela ne diminue point l'ardeur d'un assaillant."

Bien que son raisonnement soit juste, vous pensez  :

"Pourquoi le Chevalier murmure-t-il ?"

  La raison est simple, il ne voulait pas réveiller les habitants du bourg.

 

Le clocher est il une arme de défense ?

    Le valeureux Chevalier à la hardiesse sans limite décida de contourner cloches et clocher pour regarder son derrière

  Le clocher-pignon n'est point système défensif, notre Dauphinois Chevalier le pressentait déjà. Mais deux détails attirèrent son attention.

Sauriez vous être aussi perspicace que ce Damoiseau ?

 

Voyez vous ce qui mit en joie le Dauphinois ?

Il prit du recul
    Est ce parce que les yeux du Chevalier de 800 ans ne sont plus adaptés à regarder proche d'un mur (haaa, la presbytie), la conséquence :

   Il dut prendre ses distances avec l'église pour l'admirer de loin.

"Diantre, elle est fortifiée !"

 

Il fut sans voix

    En contournant l'église pour voir le chevet, le Dauphinois, à la sensibilité architecturale défensive aux limites de la pâmoison , perdit sa voix devant le spectacle offert.

 

Il est au chevet du chevet

    Les yeux brillants d'émotion, le sourire béat, les mains tremblantes de surprise, le grand escogriffe regarde, que dis je, admire la ronde construction à l'extrémité de l'église.

 "Tu es vraiment la poubelle... oupsss..... la plus belle !"

 

Fortifié est le chevet

Qu'il est beau !

     La ronde forme Romane presque borgne est déjà magnifique, mais la rehausse pour une salle de repli est le plus beau cadeau que reçoit le sensible médiéviste-damoiseau.

  Ses yeux mouillés d'émotion ne distinguent plus les couleurs.

 

Il s'approche

    L'homme en armure médiévale après s'être éloigné pour mieux voir, s'approche pour mieux distinguer (pfff, en plus d'être presbyte, il est versatile). En cherchant la porte d'entrée, il voit proche du portail une fente verticale (archère ou fenêtre ?) et des trous de boulins (voir vocabulaire ).

 

        L'intérieur :

Entrée dans l'antre

  Les villageois, ne souhaitant pas que l'incroyable Chevalier d'une autre province espione leur église, ont décidé de ne point faciliter l'entrer en fermant à double tour la double porte.

  Moralité : Si point de bélier tu possèdes, point d'intérieur tu verras.

 

C'est la fin et la faim

   Après tant d'émotion, Le Dauphinois Chevalier s'en fut à la recherche d'une taverne, mais en jetant un dernier regard vers sa beauté du jour.

 

 

Histoire de l'église :

* Vers le 12ème siècle, construction de l'église (à vérifier).

* Au 16ème siècle, aménagement du portail.

* Au 19ème siècle, modification de la toiture.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Sébastien) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Un chevet fortifié avec salle de repli

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 31 Vers Menu châteaux de Haute Garonne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 06:30

 

 

Département 31 - HAUTE GARONNE

  La maison forte se mire dans l'eau

 

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Le bourg de Calmont est situé à 40km au Sud-Sud-Est de Toulouse, à 26km à l'Ouest de Castelnaudary et à 20km au Nord de Pamiers.

 

     Coordonnées du bourg :

43° 17′ 16″ N01° 38′ 06″ E
 43.287778° 1.635°

 

 

 

La maison forte : 

        L'extérieur :

La découverte

   Dans ce bourg, il existait au Moyen Âge un château fort. Les batailles, les rivalités, l'abandon ont transformé cette construction en souvenir et en fantôme.

Alors, pourquoi suis je venu s'il n'y a rien ?

    Calmont possède une autre beauté médiévale, peut être moins imposante mais tout aussi fascinante. Sur la rive droite de l'Hers vif apparaît un bâtiment en briques dont la forme m'interpelle.

Je vous emmène déguster une maison forte.

 

La 1ère tour semble banale

La 1ère tour

    La surprise passée, je regarde attentivement la rouge construction. Coté rivière, elle possède 2 tours partiellement arasées reliées par une courtine.

   Celle de droite semble avoir été reconstruite récemment". A la base, je vois un du pan de mur légèrement incliné.

Est ce un effet d'optique du au mur supportant la ruelle ?

   Cette tour me semble circulaire en partie basse mais devient hexagonale au sommet.

Surprenant n'est il pas !

  Je traverse le pont pour entrer dans la rue des tours (Les plaques de rue sont pour moi une source de renseignement très intéressante. Je vous en ai déjà parlées ici).

 

 

La courtine

* Avec les aménagements et les modifications, il n'est point aisé d'imaginer cette courtine à sa construction.

* Les nombreux trous de boulin (voir vocabulaire) prouvent son ancienneté, les ouvertures sous le toit ressemblent à des créneaux.

Était ce le chemin de ronde ?

* L'utilisation de galets roulés au premier plan n'est pas surprenante proche du lit d'une rivière, mais elle contraste avec le rouge brique de la maison forte.

* Avec un peu d'attention, je remarque que la partie supérieure de la courtine est composé de lits de galets en alternance avec de la brique.

* Je pressens des réparations "hâtives" ou un manque d'argent lors de la reconstruction partielle.

 

Les 2 tours rappellent la fonction défensive de cette construction

 

La 2ème tour

* Sur la gauche, la deuxième tour est beaucoup plus intéressante.

* Par sa construction, je pressens qu'elle était beaucoup plus haute que la courtine.

* Sa forme ronde permet une meilleure défense en évitant les angles morts.

* Le système défensif est composé de petites bouches à feu ou arquebusières.

* En voyant cette pierre ajoutée en dessous d'une fente, je me demande si la tour n'aurait pas été construite au début avec des archères droites.

* Je suis surpris de ne point voir de système défensif sur le coté extérieur à la rivière.

La maison forte n'avait elle comme seule fonction

la surveillance de l'Hers vif ?

 

 

Je contourne la maison forte 

    Lentement, je contourne ce magnifique bâtiment espérant trouver de l'autre coté des indices médiévaux. Hélas, la façade Ouest a été détruite.

Était ce pour construire une rue ?

   Plutôt que de vous montrer des portes et fenêtres du 21ème siècle, je vous laisse imaginer son architecture il y a 600 ans.

 

 

       L'intérieur :

* Hélas, cette construction n'est pas ouverte à la visite.

* Je ne pourrai pas confirmer mes constatations.

* Je retourne de l'autre coté du pont en direction de mon destrier en empruntant la rue du vieux château.

 

 

Le diaporama de la maison forte est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de la maison forte :

* Au 14ème siècle, construction d'une maison forte pour contrôler le passage du gué.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

  Les passionnés d'histoire peuvent se référer à ce site web.

 

Il y a eu de l'eau sous le pont depuis la constructon de la maison forte

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 31Vers Menu châteaux de Haute Garonne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 06:30
    La recherche et surtout la découverte d'une ruine fortifiée peut apporter diverses sensations. Mystère, énigme, plaisir, frisson, curiosité, amour (oui, oui, j'assume), admiration, sont des mots qualifiant chaque aventure d'un castellologue-amateur.
  Mais déception est un mot que je ne connais pas, car même minimale, il y a eu un bonheur à venir voir le site.
Voici un exemple dans le Tarn.
 
     

 

Département :   81 - TARN 

 

Le bourg : 

   Situation :   (--> le voir sur la carte)

       Le petit bourg de Ambialet se situe entre Albi et Montauban, au Nord de la forêt de Grésigne, et au Sud-Ouest du fameux château de Najac.

    Coordonnées du bourg :

43° 56' 39.581" N 2° 22' 37.052" E
 43.944328°  2.376959°

 

Le château :

    L'extérieur :

La découverte

    Très souvent, pour découvrir une fortification médiévale, il suffit de lever la tête ou de regarder au  dessus des maisons.

   Parfois "Dame Nature" s'amuse à nous créer des illusions d'optique, je suis donc très vigilant devant ce rocher.

 

Les constatations

    Dans le petit bourg, proche de l'église Saint Gilles, je suis heureux de voir au dessus des toits des murs créant des paliers. Sont ce les vestiges de remparts ou de bâtiment médiévaux ?
    L'approche est difficile, voir impossible. Je ne peux observer qu'un mur peu épais pour un rempart. Chaque détail me fait penser à un vestige castral, mais les preuves ne sont pas irréfutables.
Le doute subsiste.
    En regardant le rocher depuis l'autre berge, les indices ne sont pas plus parlants. Je repars quelques dizaines de mètres plus loin pour découvrir l'autre château de Ambialet.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, une église dédiée à Saint Gilles est construite, Il semble logique d'imaginer un système défensif entourant le rocher et fortifiant le site pour la surveillance de la rivière.
* En 1588, les protestants incendient l'église et le village..
* Au 21ème siècle, la visite est difficile. Le risque de recevoir une pierre n'est pas négligeable.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du Tarn Vers Menu châteaux du Tarn
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 06:30

 

 

Département :   81 - TARN 

 

Une colline boisée... Est ce le lieu que je recherche ?

 

Le bourg :

    Situation :    (--> le voir sur la carte)

       La petite commune de Montfa se situe à 8km au Nord de Castres.

 

  Coordonnées du château :

43° 41' 51.122" N02° 13' 25.478" E
 43.697534° 2.223744°

 

 

Le château : 

     L'extérieur :

Où est il ?

Comment trouver une ruine médiévale oubliée des hommes ? 

  C'est très facile ....  Mais oui, c'est très facile.... Il suffit de "raisonner".

   Comme le château fort était construit très souvent au sommet d'une colline, il suffit de la chercher.

Que pensez vous de celle-ci ?

 

 

Le secret pour trouver une ruine

    Évidemment, dans mon explication je triche un peu car des collines, il y en a beaucoup dans cette région. Il faut donc un autre indice ou une autre aide :

- Une carte de IGN par exemple

- Ou un Iphone avec GoogleMap

- Ou un bon GPS dont j'aurais relevé les coordonnées avant de partir

- Ou.... un blog extraordinaire qui vous le montre... comme celui-ci.

   Comme vous le constatez, il est "très facile" de trouver une ruine... quand on sait où elle se situe (j'adore faire des Lapalissade ).

  C'est avec bravoure et opiniâtreté (pfff, voilà que j'utilise des mots compliqués) que je me dirige vers ce qui devrait porter la ruine du château de Montfa.

 

 

Le château se cache

   Ayant remarqué que la colline est boisée, je pressens que la ruine sera cachée au milieu des arbres (cet article est sponsorisé par Lapalissade ). Et par un immense hasard "hasardeux", je vois un premier élément de mur...ruiné bien sur (J'espère que le fantôme de Lapalisse va fuir de mon corps sinon cet article va dériver dans la logique irréelle  ).

 

 

  L'intérieur :

Le château se montre un peu

     En entrant, le spectacle est "grandiosement" (pff, même mon vocabulaire se transforme... Jacques II de Chabannes laisse moi tranquille stp  ) ruiné, des pans de mur s'allongent ou se courbent devant moi (''C'est trop d'honneur" leur dis je !).

   Enfin les bâtiments apparaissent. Mais comme je le pressentais, ronces et épineux regardent mes mollets avec envie . Je vais donc rester à distance raisonnable.

 

 

Je crains les ronces

    En contournant la ruine, j'aperçois des murs de pierres jointives avec une taille "assez joli" et des murs d'angle bien appareillés. Mais aucune trace d'archère, mâchicoulis, échauguette (voir vocabulaire) et autre système de défense médiévale. Ce château a été fortement remanié avant d'être détruit.

    Avec la dense végétation, j'ai beaucoup de problèmes pour comprendre l'architecture de ce château. Heureusement, j'ai une image prise sur le magnifique site cartographique nommé : Géoportail.

 

 

Histoire du château :

* A début du 13ème siècle, Baudoin de Toulouse (frère du Comte Raymond de Toulouse) épouse Alix de Lautrec. Cet acte fonde la famille Toulouse Lautrec.

* En 1255, le château de Montfa est cité dans un texte.

* En 1257, un texte fait le lien entre le château et la famille Toulouse-Lautrec.

* Au 14ème siècle, le château appartient aux Arpajon.

* Au 15ème siècle, le château est possession de la famille de Foix. Durant ce siècle, la famille Toulouse-Lautrec récupère le château.

* Au milieu du 16ème siècle, après un long procès contre sa belle soeur Isabeau de Lescure, François II Baron de Montfa récupère le château.

* En 1569, durant les guerres de religion, François II voit mourir son fil aîné de 10 ans et perd son château contre les protestants.

* Vers 1570, une parti du château est démoli puis reconstruit.

* En 1580, le Vicomte (voir titre de noblesse) de Turenne attaque le château et le détruit partiellement.

* A partir de 1591, plusieurs combats et altercations opposent la Duc de Montmorency et le Baron de Montfa.

* En 1595, le Duc de Ventadour (voir son château), gendre du Duc de Momtmorency, emmène le Duc de Montfa et sa femme au château de Vénès pour y être emprisonnés. Le château est toujours possession de la famille Montfa.

* En 1762, Joseph Constantin de Montfa possède le château. Il se fait nommer : Comte de Toulouse-Lautrec.

* En 1791, les révolutionnaires chassent le Comte de Toulouse-Lautrec.

* Au 19ème siècle, une lettre de Alphonse de Toulouse-Lautrec (père du célèbre peintre) affirme que le château est en ruine, les terres rapportent peu et qu'il doit être vendu.

* En cette fin du 19ème siècle, le château est pillé, pierres et ornement sont arrachés et vendus.

* Au milieu du 20ème siècle, un relevé topographique et architecturale ainsi que des fouilles sont organisés

* A la fin du 20ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible. La visite de l'intérieur est très difficile et dangereuse, à moins que les ronces et autres épineux soient votre plaisir. 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible. La visite de l'intérieur est possible pour les randonneurs à condition de respecter les jours de fouilles et surtout en prenant soin de ne pas monter sur les murs et les vieux bâtiments. Une ruine est une souvenir historique qui se respecte

 

La ruine joue avec les ombres

   
 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du TarnVers Menu châteaux du Tarn
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 07:30

 

 Département :   81 - TARN 

 

Le bourg : J'adore quand les ruines se cachent

   Situation :    (--> le voir sur la carte)

      La petite commune de Montpinier se situe à 12km au Nord-Ouest de Castres.

 Coordonnées du château :

43° 40' 53.087" N 2° 11' 43.321" E
 43.681413°  2.195367°

 

Le château : 

     L'extérieur :

La découverte

    Pour trouver un château d'origine médiévale, il suffit souvent de lever la tête. Nombre d'entre eux sont posés sur une colline. Hélas, les hommes n'entretiennent plus les forêts et il faut un oeil exercé comme celui de votre chevalier pour voir ceci.

    Et si je mets un oeil d'aigle (à la place de la visière de mon heaume  ) je distingue cette curieuse tour.

Comment vais je faire pour trouver le chemin dans cette forêt ?

C'est très facile..... Il suffit de suivre les panneaux.

 

Rapide analyse

    En arrivant sur le site, je comprends rapidement que la découverte sera minimale .  Cela commence par un mur et une porte close. Je me prends à espérer en croyant voir une tour de défense, mais hélas ce n'est qu'une échauguette d'esthétique.

     La propriété étant privée, je quitte sur la pointe des pieds ce site médiéval en jetant un dernier regard nostalgique.

 

 

Histoire du château :

* En 1328, le chevalier Yzarn de Brassac possède le château de Montpinier.
* En 1406, le château appartient à Aimeric Sicard de Brassac.
* En 1564, Guillaume de Brassac possède la seigneurie de Montpinier.
* En 1569, les protestants (commandés par Biron) attaquent les château et le démantèle partiellement.
* En 1575, le Vicomte (voir titres de noblesse) de Paulin occupe le château.
* En 1580, l'armée de Turenne attaque puis récupère le château.
* En 1587, les catholiques reprennent le château, mais l'armée du Vicomte de Montgomery les chasse .
* En1588, François de Brassac décède. Sa fille Claudine, en épousant Alexis de Perrin, apporte le château de Montpinier en dot.
* En 1621, sur l'ordre du Duc d'Angoulème, une petite garnison commandée par le sieur de Maussan occupent le château.
* En 1789, la famille Perrin est chassée par les révolutionnaires.
* Au 21ème siècle, le site est (serait ?) une propriété privée non visitable.

 

Longue échauguette pour surveiller les... oiseaux :)

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du Tarn Vers Menu châteaux du Tarn
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 07:30

 

Département :   81 - TARN 

   

Le bourg : Bâtisse fortifiée sentant le moyen âge

   Situation :    (--> le voir sur la carte)

      Le petit village de Puylaurens se situe à 55km au Nord-Ouest de carcassonne, à 45km à l'Est de Toulouse et à 23km l'Ouest de Castres.

   Coordonnées du château :

43° 34' 14.57" N 2° 0' 58.612" E
 43.570714°  2.016281°

 

Le château :

    L'extérieur

Avant propos

    Mon dictionnaire des châteaux forts de France indique que ce petit bourg du Tarn dispose d'une construction fortifiée.

     Évidemment, un passionné comme moi sait que ce château de Puylaurens n'est pas la construction posée sur un pog et connue pour son appartenance aux Cathares. Il ne faut pas confondre l'Aude et le Tarn.

   Pourtant, ce Puylaurens a connu Simon de Montfort.

Incroyable n'est ce pas !

 

Rapide excuse

    Hélas pour vous, j'ai visité ce bourg il y a "plusieurs siècles" . A l'époque, mon appareil photo manuel ne réalisait que des diapositives. Le temps a maltraité ce support d'image et je n'ai que peu de photos à vous offrir.

 

Analyse sommaire

    An arrivant dans le bourg, un panneau guide mes pas. A l'extrémité de la rue nommée "Cap de Castle" (tout un programme ! ), une massive construction précédée d'un pont dormant m'attend. Elle ne ressemble pas à un classique château fort. Pourtant, je vois une sorte de salle de repli en haut, des fentes verticales (archères courtes ou fentes de tir) puis sur la gauche, une tour pentagonale (?).

      Le plus surprenant est l'association de pierres taillées pour la base et certains parements d'angle en opposition aux murs en brique rouge.

   Les fenêtres et portes sont une association d'architecture médiévale puis renaissance, mais sans décors superflu.

 

  L'intérieur :

     La propriété est privée et non visitable.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 11ème siècle (?), construction du château.
* En 1202, naissance de Guillaume de Puylaurens.
* En ce début du  13ème siècle, le château est occupé par Sicard, vassal de Raymond Comte (voir titre de noblesse) de Toulouse.
* En 1209, début de la croisade des Albigeois.
* Vers 1210 (?), Sicard, seigneur de Puylaurens, rejoint le Comte de Toulouse. Simon de Monfort devient le seigneur du château.
* Vers 1220, Sicard récupère son château.
* En 1228, le roi Louis VIII (voir liste des rois) dort à Puylaurens.
* Au milieu 16ème siècle, durant les guerres de religion, les protestant envahissent le château.
* A la fin du 20ème siècle, le site est une propriété privée non visitable.

* Au début du 21ème siècle, le château est transformé en chambre d'hôte.

 

Y avait il de l'eau sous le pont ?

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du Tarn Vers Menu châteaux du Tarn
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 07:30

 

Département :   81 - TARN

 

Le bourg : Quelle curieuse construction plantée sans rempart

    Situation :    (--> le voir sur la carte)

       La petite commune de Lescure d'Albigeois se situe à 10km au Sud de carmaux et 6km au Nord-Est de Albi.

  Coordonnées des fortifications :

43° 57' 11.369" N 2° 10' 13.094" E
 43.953158°  2.170304°

 

Les fortifications : 

       Sur ma carte de France des fortifications à visiter, j'ai coché des milliers de sites. Bien que préparant toujours mes croisades de découverte, j'avoue que je ne me souvenais plus de ce que Lescure d'Albigeois possédait .

   Ce fut donc une incroyable surprise lorsque je vis cela.

 

    L'extérieur :

La découverte 

    Ce n'est pas la haute tour qui attire mon regard mais :

* La couleur rouge de la brique (je suis si habitué aux pierres blanches des châteaux sur des pics que ce matériau me fascine).

* Puis l'alignement des maisons. Elles sont certainement implantées dans la base du rempart entourant la ville. A notre époque, les fenêtres se sont ouvertes vers l'extérieur.
* Et enfin, les fentes droites avec trou circulaire. L'ensemble se nomme : Archère canonnière bien sur.

 

La tour

    La haute tour est en réalité la porte fortifiée de la cité médiévale. Elle comporte en partie supérieure l'efficace défense rapprochée nommée : Mâchicoulis (voir vocabulaire).

   En dessous, une paire d'archères droites repoussaient au loin les gredins souhaitant attaquer. Bien que la tour ne dispose plus de vantaux, il est possible de les imaginer en regarder ce bel arc brisé. Évidemment, une herse protégeait l'entrée créant une autre obstacle "agaçant" les assaillants.

 

     L'intérieur :

        La découverte des remparts ainsi que la tour n'est pas autorisée. Je ne peux qu'imaginer en la regardant.

 

 

Histoire du bourg :

* Vers le 9ème siècle (?), le site est possession de Constance, fille du Comte (voir titre de noblesse) de Toulouse (à vérifier).
* Au 10ème siècle, le lieu est donné au futur Pape : Sylvestre II (à vérifier).
* En 1012, le pape Sergius IV  vend le fief  à Védianus.
* Vers 1400, le fief appartient à la famille Salgues.
* Au 15ème siècle, la ville reçoit une puissante porte fortifiée.
* De 1435 à 1438, le routier nommé Rodrigo de Villaudrant occupe la cité. Il ne la quitte qu'après une "rançon".
* Au 16ème siècle, les fortifications sont améliorées.
* Vers 1792, le bourg est récupéré par les révolutionnaires au profit de la cité Papale.
* En 1911, la tour de l'Horloge (porte fortifiée) est classée aux monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la visite de l'extérieur est libre et gratuite. La découverte de l'intérieur est interdite.

 

Une maison dans les anciens remparts

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 81 Vers Menu châteaux du Tarn

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 06:30

 

Département :   31 - HAUTE GARONNE

 

Le bourg :Là haut, sur la colline, mon graal !

   Situation :   (--> le voir sur une carte 

      La commune de Roquefort sur Garonne est située à 25km au Nord-Est de Saint-Gaudens, à 9km au Sud-Ouest de Cazères, à la confluence de la rivière Salat et de la Garonne.

  Coordonnées du bourg :

43° 9′ 55″ N 0° 58′ 29″ E
 43.165278°  0.974722°

 

Le château :

      L'extérieur :

L'arrivée

      Dans le village, situé à 260m d'altitude, j'ai un picotement de castellologue m'obligeant à lever la tête. Évidemment, sur la colline à 150m plus haut, une magnifique ruine me nargue.

    Sous le lourd soleil du sud de ce département, j'entame une montée dans la rocaille et les épineux. Les petits dragons (que vous nommez lézards), peu habitués à un chevalier Dauphinois lourdement armé, fuient prestement laissant la ruine inhabitée.

 

La montée

    Rapidement, je découvre le premier rempart. Il est certes très en ruine mais enrichissant. Le mur est peu épais, linéaire avec des pierres pauvrement taillées et peu jointives. Curieusement,  il n'y a aucune trace de bouche à feu ou canonnière (voir vocabulaire). Ce château a du être abandonné avant la fin du 15ème siècle.

    Quelques archères droites rudimentaires apparaissent mais sans logique de défense efficace. La faible hauteur ne laisse pas présager de la présence de hourdage ou autre système en encorbellement

 

   L'intérieur :   

Que de couleurs devant cette grise ruine !Les courtines du château

      Quelques dizaines de mètres plus loin, des parois puissantes sont en équilibre au bord de la falaise. Les murs semblent plus épais et des trous de boulin animent un peu ses grises parois hélas arasées.

  Enfin, je trouve une porte pour entrer dans le palais; J'avais l'appréhension de rester dehors .

 

Logis et donjon

     La divination et la déduction sont les qualités à posséder dans ce château, car les pans de murs sont peu parlants et les salles impossible à nommer avec certitude. Pourtant il est possible de voir :

- Une construction posée sur le rocher.
- Un alignement ayant supporté un plancher.
- Des archères droites et courtes.
- ...

 Ce site très ruiné comporte une belle surprise : Une salle voûtée.... Est ce la citerne ?

       Il y a encore beaucoup à découvrir au milieu des pans de murs car le site est imposant. Il suffit de regarder cette vue satellite.

  Je vous laisse à vos rêveries et je cherche un beau rocher pour poser mon séant et admirer le magnifique panorama.

 

    
Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château  pour surveiller les 2 vallées. Une famille Roquefort est citée dans les textes.
* En 1213, durant la croisade des Albigeois, les troupes de Simon de Montfort prennent le château.
* Au 14ème siècle, le château est possession de la famille de Comminges.
* A la fin du 14ème siècle, il semble qu'un rempart extérieur soit construit.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Étant sur une propriété privée, il est conseillé de respecter ce lieu. Le risque de recevoir une pierre est important.

L'un des plus grands plaisirs durant la découverte d'une ruine de château fort

 

  Vers menu châteaux forts de Haute Garonne Vers Menu châteaux de Haute Garonne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 06:30

 

Département :   81 - TARN

 

Le bourg :

Au loin, une solide construction ressemble peu à un château fort    Situation :    (--> le voir sur la carte)

    La petite commune d'Escoussens se situe à 15km à l'Ouest de Mazamet et à 16km au Sud de Castres.

     Coordonnées du bourg :

43° 30′ 4″ N 2° 12′ 46″ E
 43.501111°   2.212778°

 

Le château :

      Mon dictionnaire des châteaux forts m'indique d'une beauté fortifiée médiévale m'attend à Escoussens. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant cette construction ne ressemblant pas à une forteresse. 

 

   L'extérieur :

La découverte

   Aucune tour, aucune échauguette (voir vocabulaire), aucun crénelage, point de mâchicoulis !

Me serais je trompé de bourg ou de construction ?

 

Rapide analyse

    Un rempart : C'est ce qui s'offre à moi en approchant du château. Il semble très refait et très arasé. Aucune archère, ou système de défense apparaît. Même en contournant ce mur, je ne reconnais pas une fortification médiévale.

    En pénétrant (par les yeux uniquement car respectueux des propriétés je suis) je vois une maison aux fenêtres nombreuses et récentes et à l'escalier magistral. Une brochure récupérée chez un bouquiniste m'informe que le fossé a été comblé et l'escalier enjambe son fantôme. 

    La surprise minimale fait aussi partie de la vie d'un chasseur de châteaux forts.

N'est ce pas merveilleux comme loisir ? 

 

   L'intérieur :

      La propriété est privée et non visitable. 

 

 

Histoire du château :

* Avant le 12ème siècle (je n'ai pas retrouvé la date), une petite construction fortifiée (en bois ?) est construite en ce lieu et un village s'y blotti.
* En 1185, Roger II de Trencavel autorise la construction d'un château pour son vassal : Le seigneur de Dourgne et Puylaurens.
* En 1209, début de la terrible croisade des Albigeois.
* Vers 1212 (?), les troupes de Simon de Montfort attaquent et brûlent le château.
* En 1228, le site est rattaché au Royaume de France (voir la liste des rois).
* Vers 1239, après l'assassinat de Raymond de Dourgnele, le château est donné en fief à Philippe de Montfort.
* Au 19ème siècle (?), le fossé est comblé,  un escalier dessert la porte d'entrée.
* Au 21ème siècle, la visite de l'extérieur est libre et gratuite. La découverte de l'intérieur est interdite : Propriété privée.
Nota : J'ai pris quelques informations dans le livre de Devic et Vaissette : "Histoire générale du Languedoc".

 

Voyez vous le fossé ?

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du Tarn Vers Menu châteaux du Tarn
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article