Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 06:30

 

Département 16 - CHARENTE

 Voila une plaque évocatrice

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La petite commune de Blanzac-Pourcheresse est située à 40km au Sud-Est de Cognac, à 25km au Sud-Ouest d'Angoulême, à 15km Est-Nord-Est de Barbezieux Saint Hilaire (voir son château) et à 11km au Nord-Ouest de Montmoreau Saint Cybard (voir son château).

   Coordonnées du château :

45° 28' 37.117" N
0° 1' 52.356" E
 45.476977°
 0.03121°

 

Le château : 
        L'extérieur :
L'arrivée

    Pour découvrir la merveille médiévale de ce bourg de la Charente, la solution la plus simple est de partir du centre de la commune puis monter par la rue du château. Mais... je ne suis pas un visiteur normal, donc j'aborde le site par le haut.

  Voyez vous le château au loin ?

La découverte

    Dans un écrin de verdure, une forme blanche me hèle à travers les arbres. Lentement j'avance vers elle, mais elle me résiste en se protégeant par un grillage moderne.

Va-t-elle se faire désirer encore longtemps ?

 

Elle est encore loin
    En un bond, je franchi sa défense du 21ème siècle et je me retrouve dans une cour avec des traces blanches au sol.

  Point basse cour ni haute cour cela est. Je suis dans une cour d'école. Heureusement, les chères têtes blondes ne sont point là en ce dimanche de mai. Je vais pouvoir déguster la tour.

 

La tour semble être le seul vestige du château fortRapide analyse

  Du château fort, il ne reste que le petit muret de l'ancienne courtine et une haute tour. Pour être certain que point d'autre trace médiévale existe, je contourne le site. Hélas, je ne vois que les murs d'un bâtiment moderne.

  Je vais donc m'attarder sur la haute tour.

 

La tour

  Avec les consolidations et sortie de son contexte, cette tour n'est point facile à dater. Pourtant, plusieurs détails me titillent :

 1 - Avec sa base évasée, elle me semble médiévale.

 2 - La différence de pierre entre base et la partie supérieure trahit une évolution.

 3 -Point de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire) au sommet. Arasée a été cette tour.

 4 - Sur la hauteur, je ne vois qu'une seule fente verticale ressemblant à une archère primitive.

 

Conclusion

   Ce vestige n'est pas l'un des plus passionnants de France, mais il correspond au but de mon blog : Montrer tous les systèmes défensifs du Royaume, quelque soit leur état.

 

        L'intérieur :
  Le bâtiment n'est point visitable et la tour n'est pas ouverte au public. Je me console en admirant le paysage. Puis lentement, je descends vers la commune pour acheter quelques victuailles.

 

 

Histoire du château et du bourg :

* Au 11ème siècle, un village se crée proche d'une abbaye Bénédictine.

* Au 12ème siècle, construction du château par un Comte (voir titre de noblesse) de La Rochefoucauld. La ville est entourée d'un rempart. Grâce à ses foires, la cité devient prospère.

* A la fin du 12ème siècle, Blanzac devient une Barronie

* En 1199, Richard cœur de Lion fait le siège de la ville. Cette attaque fait suite à la fidélité des Barons envers le Roi de France Philippe Auguste (voir liste des rois).

* Au début du 13ème siècle, après la destruction des remparts et du château, la cité s'appauvrit.

* Dans la deuxième moitié du 15ème siècle, à la fin de la Guerre de Cent ans, la cité sans défense retrouve peu à peu son dynamisme.

* En 1881, le vieux château très ruiné est abattu. Seule est conservée une fine tour.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est libre et gratuite derrière le grillage. Veuillez ne point entrer dans la cour durant les heures d'ouverture de l'école. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Quelle magnifique vue depuis le château

      Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 06:30

 

Département 16 - CHARENTE

  Quel régal ce château fort modernisé !

Le bourg :
       Situation :   (--> la voir sur une carte)
   Le bourg de Barbezieux-Saint-Hilaire est situé à 35km au Sud-Ouest d"Angoulème, à 30km au Sud-Est de Cognac et à 27km au Nord-Ouest de Montmoreau Saint Cybard (voir son château).

   Coordonnées du château :

45° 28' 23.794" N
0° 9' 29.452" W
 45.473276°
 -0.158181°

 

Le château : 
        L'extérieur :
L'arrivée

    Bien que Barbezieux soit une ville de taille importante, il est aisé de se rendre au pied du château posé au sommet du bourg. Parkings, panneaux incitent à s'en approcher sans chercher sur une carte.

Diantre, quelle beauté !

 

Première impression

     En voyant les courtines avec de nombreuses fenêtres et un parement "très moderne", je comprends de suite :

* Que le château est encore habité,

* Que les siècles l'ont transformé.

   Mais je ressens une passion profonde en découvrant l'entrée très fortifiée.

 Une entrée très fortifiée !

La porte d'entrée et son chatelet

     En voyant cette entrée, de suite je pense à d'autres châteaux possédant ce style de porte. Evidemment, il y a la construction de Guédelon avec son architecture Philippienne, mais aussi l'un de mes préférés : Le Dauphinois château de Bressieux.

   Donc, dans un premier temps, je date cette architecture du 13ème siècle. Mais en observant mieux les systèmes défensifs, ma datation s'affine.

   Ce château date du....... Chuut, ne brûlons pas les étapes.

 

Comment défendre une entrée ?
       A moins d'avoir des explosifs, des canons ou de puissants mangonneaux, les murs sont difficiles à détruire. Dans un château fort, la partie la plus "fragile" semble être la porte.

    Avec les siècles, une attention particulière a été apportée par les architectes à la défense de l'entrée.

 1 - Fossé et pont levis isolant la porte.

 2 - Une bretèche permettant de faire tomber des objets et liquide bouillant sur les assaillants proches de la porte.

  3 - Des tours (de forme ronde pour éviter les angles morts) encadrant le double vantail.

  4 - Des archères ou d'autres systèmes défensifs.

  5 - etc....

  Point de pont levis sur cette entrée

Analyse de l'entrée fortifiée

   Longuement, j'observe le châtelet pour en comprendre le système défensif :  

1a - Je ne vois point de fossé ni douves (voir vocabulaire).

1b - Point de pont levis ni de trace de flèche pour lever le pont.

2a - Point de construction en encorbellement au dessus de la porte.

N'y aurait il aucun système défensif ?

3 -Les 2 tours encadrant la porte sont évidemment très défensives. Leur forme ronde évite les angles morts.

4a - D'imposantes canonnières situées très bas (contrairement à des archères) permettent un tir rasant (le plus meurtier en cette période médiévale où l'obus n'existe pas encore).

4b - Les fenêtres sont aussi équipées d'ouverture de tir pour petit canon ou arquebuse.

5a - Si la porte est dépourvue de bretèche, le système défensif de près est assuré par des mâchicoûlis.

5b - Comme il se doit, un chatelet assure la défense de l'entrée.

5c - Le chemin de ronde permettait aux défenseur de circuler mais aussi d'observer par un crénelage couvert, puis de tirer par de petites fente en croix.

  Voyant que la porte était bien défendue, je continue mes observations par la gauche, vers les courtines.

 

Le temps a modifié le château

    Rapidement, je comprends que les hommes ont modifié le château durant ses 6 siècles de vie. De nombreuses fenêtres ont été ouvertes dans les courtines et la forme agressive que devrait avoir un château fort a été gommée au profit du confort.

  Mais en regardant au loin, mes poils se hérissent.

Comprenez vous la raison ?

  Une ancienne tour protégeant la courtine

Une tour défensive

   Presque en ruine, une tour, oubliée des hommes tente de survivre à l'attaque malicieuse des grand arbres.

  Les vestiges des canonnières sont noyées dans des consolidations minimales. Pourtant il est facile de distinguer un arc de décharge (voir vocabulaire) au dessus du fantôme.

Le voyez vous ?

    En contournant cette construction, je constate qu'une large canonnière (dont l'origine médiévale ne me parait pas évidente) bénéficie d'un support pour ne point disparaître dans l'oubli.

   Puis proche d'elle, sa consoeur possède un large ébrasement extérieur permettant un angle de tir important.

Diantre, ce château est du 15ème !

Un parking moderne remplace la haute cour médiévale 

        L'intérieur :
Une vaste cour

    En suivant la courtine, je pénètre sur un immense parking. Je subodore qu'il y a 500 ans, la haute cour du château comportant des bâtiments et des écuries plutôt que des chevaux vapeur.

    Au fond, je délaisse rapidement le bâtiment de droite et celui de gauche pour ne m'intéresser qu'à la construction centrale qui n'est autre que le chatelet d'entrée.

  Pour vous faciliter la compréhension, je vous offre le plan simplifié  du château actuel.

 

Anguleuse est cette façade

   Autant la face extérieure était ronde, autant celle-ci est formée d'angles droits. Pressentant que l'intérieur ne sera pas visitable, je m'attarde longuement sur les systèmes défensifs.

   Le classique chemin de ronde couvert avec ses créneaux et ses ouvertures de tir m'informe que le défenseur pouvait tirer aussi sur les assailants ayant réussi à entrer. Les mâchicouls, certes consolidés, complètent la panoplie.

 

 

Histoire du château :

* En 1453, Marguerite de La Rochefoucauld demande la construction d'une fortification.

* Durant plusieurs siècles, le château est transformé en prison puis en école puis en hôpital.

* En 1820, le château est démantelé.

* En 1913, le château est classé aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, le château comporte l'office de tourisme, un musée et un petit théatre.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Un château qui a su se domestiquer avec le temps

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 16 Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 06:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 Voyez vous une église fortifiée ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Vandré est situé à 45km au Sud-Ouest de Niort, à 40km au Nord de Saintes, à 25km au Nord-Est de Rochefort et à  6km au Sud de Surgères.

     Coordonnées du bourg :

46° 3′ 23″ N 0° 45′ 50″ W
 46.056389°  -0.763889°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte

    En arrivant dans le petit bourg de Vandré, je ne m'attendais pas à voir une église si haute avec une force tranquille (Curieux, j'ai l'impression que quelqu'un a déjà dit cela avant moi ?). Avant même que je me pose la question de la présence d'un système défensif, l'église se jette sur moi pour me le montrer.

Mes yeux se brouillent devant cette salle fortifiée 

Je reste zen

     Ne voulant pas de suite dévorer cette belle, je prends le recul (psychologique) nécessaire pour observer le clocher carré :

  * Au 1er étage, chaque face comporte trois baies aveugles en arc brisé. Je ne distingue aucun signe de fentes de tir.

  * Au 2ème étage, symétrique du premier étage, les baies sont ouvertes et ne constituent pas un système défensif.

Peut être ont-elles servi d'ouvertures de guet ?

 

L'abside

     L'abside est gracieuse avec ses colonnes circulaires faisant office de contrefort. Je suis surpris du contratse entre la rudesse des étroites baies de lumières de style Roman avec la magnifique fenêtre Gothique avec remplage.

    Ce opposition architecturale montre l'évolution vers la beauté mais aussi la maîtrise technique qu'il a fallu entre ces 2 périodes.

L'église de Vandré est élégante et défensive
Le système défensif

   La surélévation au dessus de l'abside est très intéressante. Elle possède une variété de systèmes d'observation et de défense :

1 - Le premier que l'on remarque est évidemment l'ouverture carrée curieusement non centrée au dessus de la fenêtre Gothique.

2 - Puis une archère droite dans l'angle.

3 - En dessous, une ronde ouverture ressemblant à une arquebusière.

4 - L'autre face montre un système défensif diversifié et surtout non symétrique par rapport à l'autre coté.

5 - Une belle archère cruciforme à croix pattée.

6 - Deux ouvertures rondes pour arme à feu.

Quel magnifique "musée" des systèmes défensifs !

 

La découverte continue
     En contournant l'église coté soleil pour chercher d'autres systèmes défensifs (gourmand je suis en découvertes construites), je vois une chapelle latérale sans intérêt pour un castellologue-amateur.

La porte va s'ouvrir vers un autre monde   Mais plus loin, une haute construction avec des fentes verticales attire mon attention. C'est évidemment la tour-escalier accédant au clocher mais surtout à la salle de repli.

    Je suis surpris de ne pas voir de preuve d'une salle de repli au dessus de la nef. Pourtant son toit est à la même hauteur que celui de l'abside.

 

Le portail

      A l'opposé de l'abside il y a ... le portail bien sur.

  Il ressemble à ceux que je vous ai déjà montrés en Saintonge :

* En partie basse, trois arcatures en arc brisé.

* Celles aux extrémités sont bouchées par des pierres en zig-zag nommé aussi : Opus Spicatum.

* Une corniche avec des modillons  très expressifs.

* La corniche semble porter par des colonnes.

* Ces colonnes supportent (comme si cela était un chapiteau) un lion stylisé.

 

Les modillons

   Je passe de longues minutes à observer et admirer les modillons. Certains sont si amusants que je souris sous mon heaume.

Chapiteau sculpté entouré de fleurs Des têtes très expressives Que vois je ?.. Des barbus

 

        L'intérieur :
   Je tire la bobinette et la chevillette cherre : La porte s'ouvre dans un long crissement et je découvre la longue nef linéaire. Le chœur en style Roman est voûté en cul-de-four.  Au sommet, le plafond voûté est magnifique au point de me donner un torticolis.

  En me dirigeant vers la sortie, je vois la porte "secrète" menant vers la salle haute. Hélas, elle est fermée.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle, construction de l'église.

* Au 14ème siècle, durant la guerre de Cent Ans, l'église semble être le théâtre de quelques escarmouches entre les troupes (parfois illégitimes) Anglaises et Françaises.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, l'église subit quelques attaques.

* En 1911, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Vivien) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Je vais entrer dans la lumière !

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 06:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

  La vieille porte fortifiée se désespère d'être seule

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Tonnay Boutonne est située à 50km au Sud-Ouest de Niort, à 30km au Nord de Saintes, à 20km à l'Est de Rochefort et à 17km au Nord-Nord-Ouest de Saint Jean d'Angély.

     Coordonnées du bourg :

45° 58′ 7″ N 0° 42′ 20″ W
 45.968611°  -0.705556°

 

La porte fortifiée : 
        L'extérieur :
La découverte

     Au moyen âge, de nombreux bourgs se sont fortifiés pour limiter les assauts de petites troupes de brigands. Mais avec les années, souvent à la fin du 19ème siècle, époque où le modernisme primait sur l'archaïsme du passé, les fortifications ont été détruites facilitant la circulation des véhicules.

   C'est donc avec un immense plaisir que je vois au bout de la rue cette belle et haute porte fortifiée nommée : Saint Pierre.

  A ses pieds, je me sens tout petit ! 

Rapide analyse de la porte 

     Par sa hauteur, l'ouvrage marque le respect et la puissance de l'ancienne cité. Il se compose de deux tours reliées par une voûte gothique. La base des tours possède un évasement permettant la stabilité et peut être l'efficacité des pierres rondes jetées depuis le sommet.

     Avec un peu d'attention il est possible de voir les traces de la herse. Soudain j'ai quelques doutes : Ce ne doit pas être un rainurage mais un rattrapage des pierres rondes de la tour pour ne pas fragiliser l'angle fermé avec la paroi de la courtine.

    Au sommet, les consoles sont les vestiges des mâchicoulis (voir vocabulaire). Quelques détails me surprennent :

 * La courtine reliant les 2 tours a une faible épaisseur.

 * A cause de l'arasement, il n'y a pas de crénelage ni mâchicoulis sur cette paroi.

 * Un joli décors en pointe de diamant court sur deux niveaux sur les tours et la courtine. Force et coquetterie sont les qualificatifs de cette beauté.

 * L'ouverture au centre devait correspondre à la salle des gardes.

 * Je suis étonné de ne point voir de fente pour les flèches d'un pont levis.

 

L'autre coté

    Je traverse précautionneusement la porte fortifiée pour admirer son derrière.   Point de vilainerie coquine de ma part, je voulais dire : L'autre coté du monde médiévale.

  Le temps a massacré la tour-porte, il n'y a plus de salle au 1er étage ni d'épaisseur. Il ne reste que le vestige des coussièges.

 

        L'intérieur :
  Il n'est pas possible de visiter les entrailles de cette porte fortifiée. Discrètement, je m'éloigne de cet ancêtre pour chercher une taverne.

 

 

Histoire de la fortification et du château :

* Au 10ème siècle, un château sur motte est mentionné.

* Au 12ème siècle, fortification du bourg.

* Vers 1242, les armées du roi de France (voir liste) Louis IX attaque la cité et s'en emparre.

* Au 14ème siècle, construction de la porte fortifiée nommée : Saint Pierre.

* Au début du 19ème siècle, Claude Masse réalise des croquis et une description du château.

* Au 19ème siècle, destruction du château (et d'une partie des remparts ?).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la porte est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Au revoir, belle porte.... Porte toi bien !

      Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 07:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIMEVoyez vous une église fortifiée ?

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Saint Hyppolyte est situé à 40km au Sud-Est de La Rochelle, à 35km au Nord-Ouest de Saintes, à 30km à l'Ouest de Saint Jean d'Angély et à 7km au Sud-Est de Rochefort.

     Coordonnées de l'église :

45° 55′ 7.01″ N 0° 53′ 19.26″ W
 45.918615°  -0.888683°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte

   En arrivant dans le petit bourg, je ne cherche pas un haut et fin clocher d'église car à l'époque romane, ce style d'architecture n'existe pas vraiment.

   Pourtant, au détour d'une ruelle, je suis étonné de voir au dessus des maisons, le toit du bâtiment religieux ainsi que son clocher carré.

Est ce un bon présage ?

Un clocher qui ne semble pas fortifié 

Point de système défensif

   En abordant l'église par l'abside, je vois de puissant contrefort d'angle qui pourrait me faire espérer, mais la grande fenêtre à remplage de style Gothique n'est pas de bon augure.

  L'asymétrie entre les hauteurs des contreforts, la longueur du toit et le décalage de la fenêtre me fait penser que l'église a été modifiée après sa construction.

Ajout d'une contre-allée ?

   Le plan en vue de dessus me confirme que l'abside a été ajoutée ou à été agrandie pour la construction d'une chapelle.

 

Le clocher
    Imaginant que le clocher est le secret du système défensif, je cours vers lui. Hélas, cette construction parallélépipédique ne comporte pas de fente de tir, ni de mâchicoulis (voir vocabulaire).

   Comprenant mon erreur (la précipitation - voir ici) je prends un peu de recul pour ressentir cette église.

  Une salle de repli défensive au dessus de la nef

Une nef fortifiée

  Évidemment comme moi vous avez remarqué l'orifice rectangulaire au dessus de la ligne des modillons. Cet ajout postérieur à la construction de l'église est une salle de repli.

   Le plus intéressant sont les trous de boulin alignés en dessous. Ils devaient porter un hourdage en bois.

 

La fortification de la nef est elle symétrique ?

  Pour avoir la réponse à mon questionnement, il suffit de se déplacer de l'autre coté. Une symétrie presque parfaite s'offre à mes yeux brillants et heureux.

  J'ose écrire "presque" car il y a :

* Une petite différence en nombre et niveau des trous de boulin extérieurs.

* Des fenêtres romanes obstruées.

Avez vous remarqué les arcades autour des fenêtres ?

    Chaque mur latéral de la nef est renforcé par des arcs en tiers point encadrant les petites fenêtres Romanes à colonnettes..

Un portail Saintongeais protégé par un hordage 

Le portail

   Planté face au portail, je suis d'abord attiré par les trous de boulin sous l'ouverture de la salle de repli. La protection de la porte par une pseudo bretèche est évidente.

   La façade a une architecture classique en Saintonge. eIle est constituée en partie basse par 3 arcatures dont les 2 extérieurs sont aveugles. Le portail possède 3 voussures dont une en pointe de diamant et l'autre polylobée.

 

        L'intérieur :
  Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas et je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 15ème siècle, aménagement du choeur.

* En 1995, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Longiligne et fortifiée cette église est !

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 07:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :
       Quelle curieuse architecture pour une égliseSituation :   (--> le voir sur une carte)
   La petite commune de Villars les Bois est située à 50km au Nord-Ouest d'Angoulême, à 20km au Sud-Est de Saint Jean d'Angély et à 16km au Nord-Est de Saintes.

     Coordonnées du bourg :

45° 48′ 39″ N 0° 26′ 9″ W
 45.810833°  -0.435833°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte

   Généralement, l'église est au centre d'une commune. Parfois, elle est légèrement décalée car, avec les années, le village s'est agrandi  coté opposé à l'église. Mais à Villars les Bois, elle est isolée et se situe au sommet d'une colline, comme pourrait l'être un château fort.

La vision de ce paquebot est surprenante !

 

Premières constatations

A - L'église ne porte pas un haut clocher (visible).

B - Elle ne possède pas de transept.

C - Son architecte est de style Roman. Aucune trace de Gothique sur les ouvertures.

D - Les fenêtres sont en hauteur évitant une intrusion.

E - Elle est construite sur un sol incliné.

Une église à l'architecture peu 'orthodoxe' lol

 

Où sont les systèmes défensifs
    En contournant le site, je m'aperçois que :

1 - L'église possède un clocher dont l'architecture diffère un peu des murs extérieurs de l'église (3 siècles les séparent). Ses épais contreforts en angle s'arrêtant à mi-hauteur sont surprenants.

2 - Le chevet en fer à cheval est surélevé. Bien que les ouvertures défensives aient été bouchées, je les ressens.

3 - Un château fort existait proche de l'église. Les traces ont été effacées

4 - Le document  apposé au bas de l'église affirme que le vestige d'ouverture en demi-lune au sommet du mur latéral est l'ancien axe de communication  avec des bâtiments adjacents.

5 - Une tour flanque contient un escalier desservant le clocher.

Peut être reliait il la salle de repli au dessus de la nef ?

6 - Je suis surpris de ne point voir de bretèche (voir vocabulaire) au dessus de la porte d'entrée.

 

        L'intérieur :
Premières impressions

     En entrant, je reconnais l'atmosphère de pénombre d'une église Romane. Les petites fenêtres positionnées en hauteur n'apportent pas la même lumière qu'une imposante baie Gothique.

   Pour compenser le sol en forte pente, l'église comporte une surélévation sur la première travée.

 

Quelques curiosités

    La plafond a été détruit et il ne reste que les vestiges des arcs portant les voûtes en ogive.

  Au sommet du mur, j'ai l'impression de voir des litres (voir définition) funéraires. Ces litres me semblent aussi présentes dans l'abside éclairée par cinq baies en plein cintre.

   Comprenant que le clocher me sera interdit (voir plan) et que point de salle haute existe, je regagne la lumière du dehors, puis je contemple l'infini.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Durant 3 siècles le site (église + château) est attaqué.

* Au 15ème siècle, l'église est remaniée : Ajout d'une chapelle latérale et d'un clocher.

* En 1912, l'abside est classée aux Monuments Historiques.

* En 1950, la nef est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Victurnien) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

Une architecture peu classique

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 07:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :
       Voyez vous une église fortifiée ?Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Corme Royal est situé à 25km au Sud-Est de Rochefort, à 20km au Nord-Est de Royan et à 12km à l'Ouest de Saintes.

     Coordonnées du bourg :

45° 44′ 48″ N 0° 48′ 40″ W
 45.746667°  -0.811111°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte

   Les gravillons crissent sous mes chausses, ce bruit me berce et m'empêche de réfléchir.

Que suis je venu faire en ce lieu ?

  Bêtasse je suis, ma mission est d'immortaliser en photo l'église fortifiée de Corme Royal. Mais rapidement je déchante car point de système défensif je vois sur le chevet plat.

Vais je revenir bredouille ?

Troublante est cette église  

1ère analyse 

    Lorsque j'ai un problème avec une construction, je prends toujours un peu de recul pour mieux la ressentir. Rapidement, je peux tirer quelques conclusions :

 * L'architecture de l'église est peu classique,

 * L'enchevêtrement des bâtiments est complexe,

 * L'église ne possède pas de transept,

 * Une contre-allée semble avoir été construite ultérieurement,

 * Gothique et Roman sont bien dissociés,

 * La rudesse des contreforts à larmier amplifie l'aspect massif.

 * Les fenêtres sont bien trop basses pour faire de cette église un bâtiment de défense.

      Bien que l'architecture de cette église soit très intéressante, elle ne satisfait pas le castellologue-amateur qui sommeille en moi.

Voyez vous les nombreux systèmes de défense ? 

Voici mon Graal !

    Lentement, je progresse vers le clocher quand des centaines de détails me mettent en joie.

  1 -  Une ouverture (porte ?) au dessus de la nef me fait imaginer qu'une salle de repli devait exister au dessus du chevet. Des réaménagements "récents" ont dû araser cette partie.

  2 - La présence d'une salle au dessus de la nef est confirmée par les nombreuses ouvertures de tir.

  3 - Le contraste entre les 2 cotés de la nef est fascinant. La paroi coté Nord comporte des murs épais avec des ouvertures de tir horizontales servant aujourd'hui de reposoir pour les pigeons, alors que coté Sud, c'est un chemin de ronde crénelé qui assurait la défense.

Je n'avais jamais vu une église fortifiée aussi asymétrique !

  4 - Le clocher possède, sur les 4 cotés, des systèmes de tir et de surveillance au dessus des grands abat-sons

Une façade d'une grande beauté
Vais je enfin redevenir un touriste ?

    Émerveillé par les systèmes défensifs de cette église, j'accède avec sérénité devant le portail pensant qu'aucune autre surprise j'aurais. Je m'apprêtais à revêtir mon tee-shirt et mes tongs de touriste pour admirer les multiples sculptures quand mon instinct de Castellologue-amateur est attiré par :

Le voyez vous ?

  Ce n'est pas le crénelage sur la Droite (je vous l'ai déjà montré ici), mais le mur en retrait coté Gauche.

 

D'autres défenses

    Au dessus de la porte de la contre-allée, je vois un système de tir pour arme à feu avec un ébrasement (voir vocabulaire) extérieur important.

  Le mur perpendiculaire (correspondant au narthex ?) comporte, au dessus des modillons, 2 ouvertures carrées dont je ne peux pas expliquer avec certitude la fonction, mais qui appartiennent évidemment au système défensif.

 

Le portail

   Sur les brochures touristiques, l'église Romane de Corme Royal est citée comme l'une des 4 plus belles églises de Saintonge. Cette notification que je ne conteste pas est due à son magnifique portail et à sa façade sculptée sur 2 niveaux.

   Têtes terrifiantes, animaux imaginaires et histoires bibliques sont admirablement sculptés.

   La corniche et les voussures comportent d'illustres personnages et saints.

 Sauriez vous me les citer ?

 

Quelle merveille Quelle merveille Quelle merveille

Pour plus de détails, veuillez lire cette page de spécialiste.

 

  Après tant de beautés, je reprends mon "bâton de pèlerin" et je franchis la porte.

 

        L'intérieur :
   En entrant dans l'église je suis étonné par sa simplicité et sa puissance (créée par la hauteur). La différence d'architecture (visible au plafond) entre l'allée centrale et la contre-allée est fascinante. Rapidement je comprends que la visite des salles défensives est interdite. Après avoir admiré l'autel et l'abside, je ressors pour vivre d'autres aventures Charentaises

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église par les Pères Bénédictins dépendant de l'abbaye Notre-Dame de Saintes.

* Au 15ème siècle, fortification de l'église, puis construction du bas-côté Nord et du clocher.

* Au 17ème siècle, l'intérieur est fortement remanié.

* En 1907, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Nazaire) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Un intérieur très sobre et pourtant lumineux

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 07:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :
       Une perle médiévale parmi les fleurs !Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Pons est situé à 90km au Nord de Bordeaux, à 25km au Sud-Ouest de Cognac et à 20km au Sud-Est de Saintes.

     Coordonnées du donjon  :

45° 34′ 41″ N 0° 32′ 51″ W
 45.578056°  -0.5475°

 

        Toponymie :  (--> petite initiation)

  A l'époque Romaine, les marécages étaient nombreux et importants. Pour rejoindre le site construit, il fallait marcher sur des ponts en bois nommés : Pontes.

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte

  En arrivant dans ce grand bourg, il est impossible de ne pas voir LE donjon médiéval. De nombreux panneaux guident le touriste, un immense parking est aménagé proche et surtout, dans son écrin de verdure fleurie, la haute tour presque millénaire hèle les passants car elle adore être admirée et câlinée.

Quelle séductrice !

  Un donjon Roman d'une incroyable force !

Ses caractéristiques physiques

    Les dimensions de cette beauté sont impressionnantes :

* La base : 26m par 15m.

* La hauteur : 33 mètres.

* Le poids : Heu.... (cela ne se fait pas de donner cette caractéristique pour une Dame).

* Son âge : A mes yeux, elle a 20 ans, mais en réalité plus de 8 siècles.

* Épaisseurs des murs : 2,5m sur 3 faces et 4m coté Nord.

     Lentement je m'approche de cette beauté qui m'impressionne.

 

Première analyse

   Je suis admiratif devant la taille et la qualité de pose des pierres. Les joints sont fins et réguliers. Cette sensation de linéarité et de finition est renforcée par l'absence de trou de boulin (voir vocabulaire).

    Le donjon n'étant pas carré, une face comporte 5 contreforts et l'autre seulement 3 mais avec une largeur plus importante. Ses contreforts plats sont peu épais (40 centimètres).

   Évidemment, comme pour beaucoup de donjons défensifs Romans, je ne vois aucune archère. A l'origine, la tour maîtresse est un simple refuge. Le seigneur attend que les attaquants se lassent et quittent le site.

Ouvertures de lumières côtoient des fenêtres romanes 

Les ouvertures

   Le donjon possède de nombreuses ouvertures. Beaucoup ont été créées 5 siècles après la construction du donjon (une porte basse au moyen âge est "inadmissible").

   Les fenêtres les plus impressionantes se trouvent au premier étage. Ce coté Sud comporte deux fenêtres géminées surmontées de deux autres plein-cintre.

 

Le système défensif

     Comme je l'avais constaté précédemment, les hauts murs ne comportent aucune archère et encore moins des canonnières.

  En levant les yeux, je vois.... une ... heu .... soucoupe volante.

Pensez vous que les Marsiens protègeaient ce donjon ?

 Des échauguettes futuristes pour un donjon du 12ème siècle !

Le système défensif

   Évidemment, rien d'extraterrestre dans cette construction, ce sont des échauguettes, mais qui ont été construites au début du 20ème siècle.

    D'ailleurs, le crénelage avec les faux mâchicoulis sont aussi de la même époque.

 

L'entrée

   A l'époque médiévale, l'entrée était située à plusieurs mètres du sol, uniquement accessible de l'extérieur par un pont-escalier en bois amovible.

    "Récemment", à la place du pont en bois, a été construit une escalier en pierre situé dans cette tour extérieur. L'entrée touristique s'effectue au rez-de-chaussée.

  C'est à quelle heure que l'on mange ?  

        L'intérieur :

Les 1ères salles

     Après avoir donné quelques piastres à l'hôtesse d'accueil, je regarde furtivement les fentes de lumière de la salle d'exposition en imaginant que cette pièce n'était accessible que par le plafond.

   Puis, je me précipite vers l'escalier en colimaçon pour découvrir la salle d'apparat. Les quatres fenêtres n'éclairent l'imposante pièce que sur un seul coté.Il faut imaginer les flammes d'un feu de cheminée et les torches pour comprendre la magie de cette salle.

  En levant la tête, je vois la umière du soleil. Il me faut découvrir la terrasse.

Du sommet je vois.... l'Angleterre ! 

La terrasse

   Les dessertes des différents niveaux sont réalisées par des escaliers en colimaçon étroits, implantés dans l'épaisseur des murs.

  Au sommet, je m'imagine être un Chevalier Français au service du Roi, commandant les dizaines d'archers bien cachés derrière les créneaux.

   Depuis l'échauguette, un soldat surveille les troupes du Duc d'Aquitaine et m'informe de leur mouvement. Les sachant proche du donjon, je leur lance des pierres et de la poix bouillante.

Quel plaisir !

   Vainqueur jouissif, je regarde entre deux merlons, les troupes Anglaises s'éloigner vers l'horizon.

  Heureux de ma victoire sur les vils ennemis de la Guerre de Cent ans, je redescends vers.... la réalité du 21ème siècle.

 

 

Histoire du donjon :

* Quelques siècles avant JC, une tribu Gauloise s'établit en bordure de falaise. Un camps fortifié existe certainement.

* Vers le 1ème siècle avant JC, les Romains établissent une place fortifiée pour surveiller la voie de circulation et la rivière.

* Vers le 10ème siècle, un château est construit pour surveiller la voie entre le Poitou et l'Aquitaine.

* En 1152, Pons est rattaché au pouvoir du Roi d'Angleterre qui est Duc d'Aquitaine. La grogne commence à se faire sentir contre ce nouveau "maître".

* En 1179, Richard Coeur de Lion, Duc (voir titre de noblesse) d'Aquitaine, attaque puis détruit le château des belliqueux seigneurs de Pons.

* En 1185, le seigneur de Pons, Geoffroy III, fait construire un puissant donjon entouré de remparts. Ce château est un symbole de puissance de cette famille.

* En 1231, un mur d'enceinte, commandé par Renaud II seigneur de Pons, est achevé.

* Au 14ème , durant la Guerre de Cent ans, la place forte est convoitée par les armées Royales de France et celle d'Angleterre.

* Au début du 15ème , en Saintonges, Jacques de Pons participe aux combats et sièges contre les Anglois pour les chasser du Royaume de France. Les combats ayant lieu plus à l'Ouest, le donjon et la ville de Pons ne sont plus inquiété.

* En 1550, Antoine de Pons décède sans héritier mâle. Par le mariage de sa fille Antoinette, la château passe aux mains de la famille d'Albret.

* En cette fin du 16ème siècle, Antoinette et son mari Henri d'Albret-Miossens réalisent des travaux dans le donjon pour le rendre confortable.

* Au 17ème siècle, Pons devient un des fiefs protestants les plus ardents en Saintonge. Cela déplaît à la Royauté Française.

* En 1622, le château est attaqué par les armées du Roi de France Louis XIII (voir liste). Excepté le donjon, les remparts et bâtiments du château sont détruits.

* Au milieu du 17ème siècle, François Alexandre d'Albret-Miossens (ou peut être Charles Phoebus d'Albret-Miossens embellit le site par des jardins à la Française.

* En 1806, le donjon est acheté par la ville de Pons.

* En 1879, le donjon est classé aux Monuments Historiques.

* En 1904, construction de fantaisistes crénelages, mâchicoulis et échauguettes. Pour financer cette curiosité inutile, une cheminée du château a été vendue.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante.

 

Au loin, je vois.... l'Amérique !

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 06:30

 

Département 16 - CHARENTE

 

Le bourg :
       Voyez vous une église fortifiée ?Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Juillac le Coq est situé à 45km au Sud-Est de Saintes, à 40km au Sud-Ouest d'Angoulème et à 10km au Sud-Sud-Est de Cognac

   Coordonnées du bourg :

45° 35′ 24″ N 0° 15′ 34.92″ W
 45.59°  -0.2597°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Préambule

   Étant souvent à l'affût de prospectus, journaux, affiches, livres vantant ou montrant des constructions médiévales fortifiées, la folie me prend à la lecture des informations même minimales.

   Cette débordante envie me force à tout visiter, sans faire la part du "vraie et du faux", de ce qu'il faut absolument dévorer et de ce qu'il ne faut pas obligatoirement voir.

  Cette église est un bel exemple de mon aveuglante passion pour tout découvrir, sans prendre du recul.

 

La découverte

    Sans que je me souvienne pourquoi, ma carte spéciale de  Castellologue-amateur a été cochée avec comme annotation : Traces d'un bâtiment religieux à visiter dans Juillac le Coq.

    En arrivant devant le chevet de l'église, je ne vois pas de fortification. Seule une ouverture au dessus de la corniche peut faire penser à une salle de repli.

Pensez vous que cette église ait été fortifiée ?

Les systèmes défensifs sont invisibles ! 

L'analyse 

   En découvrant les différentes architectures, je pressens qu'il va me falloir un oeil d'aigle pour imaginer les systèmes défensifs :

1 - Les fenêtres de la nef, positionnées en hauteur et peu larges, me font penser à une protection classique des églises fortifiées.

2 - Au dessus d'elles, je ne vois aucune fente, ni surélévation pour une salle de repli.

3 -Le clocher, avec ses 2 niveaux et ses abats-sons, ne semble pas avoir été fortifié, même s'il a pu servir de vigie.

4 - La différence de qualité et de taille des pierres entre nef, transept et choeur me prouvent que l'église a été aménagée et refaite sur plusieurs siècles. Cela est confirmé par les fenêtres Romanes et  Gothiques.

   Soudain, un détail attire mon attention.

Le voyez vous ?

 

 Sont ce des archères ?
    L'architecture du choeur semble "tortueuse".

A - Sur le bâtiment  dans l'angle, des ouvertures me rappellent des puits de lumières pour un escalier.

B - Les contreforts d'angle sont plus hauts que ceux de la nef.

A quoi pensez vous avec mes deux affirmations ?

C - Évidemment, comme moi, vous voyez une salle de repli entre la corniche et le toit accessible par l'escalier.

    Même si les traces d'archères sont peu visibles, je suis convaincu que cette église fut fortifiée à l'époque médiévale.

 

        L'intérieur :
  Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas découvrir les secrets de construction de cette vieille construction religieuse très souvent remaniée.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction d'un premier bâtiment. Il serait de forme carrée avec des fenêtres très hautes.

* Au 12ème siècle, des bas-cotés sont élevés. Piliers et chapiteaux datent de cette époque.

* Au 13ème siècle, un chevet fortifié semble avoir été construit.

* Au 15ème siècle, construction de deux chapelles de chaque coté de la nef.

* A la fin du 16ème siècle, la chapelle méridionale est modifiée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

Les massifs contreforts alourdissent l'église rectangulaire

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 05:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

Laquelle des 2 tours vais je visiter ?

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La ville portuaire de La Rochelle est située à 150km au Nord de Bordeaux, à 110km au Sud de Nantes, à 100km au Sud-Ouest de Poitiers.

     Coordonnées de la tour :

46° 9' 21.337" N
1° 9' 15.102" W
 46.155927°
 -1.154195°

 

La tour : 
        L'extérieur :
Pourquoi suis je ici ?

   La ville de La Rochelle possède 3 magnifiques constructions dont certaines pierres ont été posées à l'époque médiévale. Même si leur architecture a été modifiée durant 6 siècles, je me dois de visiter ces emplacements et chercher les pierres du Moyen Âge.

Une base médiévale reconstruite au 19ème siècle

 

Laquelle est la tour de la Chaîne ?

    Après avoir déposé mon destrier sur l'immense emplacement pour les touristes, j'erre le long de l'eau pour chercher la tour que je me dois de visiter.  Au loin, deux beautés apparaissent.

Laquelle est la tour de la Chaîne ?

 

La ronde tour

    La beauté que je dois dévorer est à gauche, proche de moi. La tour a une hauteur de 20m, mais au 14ème siècle elle s'élevait à plus de 30m (la raison de cette "régression est expliquée dans l'historique).

  De suite, je remarque l'imposante canonnière  ayant été aménagée dans l'épais mur pour "tirer sur les bateaux Anglais". Évidemment cette amélioration défensive n'est pas médiévale, je dois donc m'attendre à une tour très remaniée.

 

Je la contourne
    La face opposée à la mer (donc coté ville) ne comporte ni fente de tir, ni de canonnière. Seuls les mâchicoulis prouvent que cette tour n'est point un phare mais une construction défensive.

Avez vous remarqué les gargouilles d'évacuation d'eau ?

  Même si elles ressemblent à celles d'une église, point  religieuse est la tour de la Chaîne.

  Le ciel tente de prendre la couleur de la tour

Quelques particularités

    En partie basse, plusieurs fentes verticales décalées sur la hauteur me font penser à des puits de lumière pour un escalier dans la maçonnerie.

   A la base de la tour, je suis surpris par l'imposant arc de décharge.

 

Je vais bientôt entrer

  Comme souvent avec une construction fortifiée, l'entrée ne se situe pas au rez de chaussée. Je dois donc monter des marches récentes pour accéder à une passerelle moderne menant vers l'entrée.

   Soudain, un détail me hérisse les poils de bonheur : Une archère droite.

 Après cet intermède velu, je me présente devant la porte

Un plan classique pour une tour de défense du port

 

        L'intérieur :

Minimal

  Après avoir donné quelques piastres à une belle "caissière", je consulte le plan en coupe.

Diantre, peu de salles sont à visiter.  !

 

Légende du plan

1 - Accueil,

2 - Grande salle,

3 - Salle du capitaine,

4 - Salle suspendue,

5 - Chemin de ronde

 

Je monte

   L'escalier est le moyen de découvrir les quelques pièces. Il n'est point en colimaçon comme je vous en montre souvent dans les bâtisses médiévales.

  La découverte étant payant, je ne vous montrerai qu'un minimum de salles et détails.

Je vois plus loin que l'horizon ! 

Des expositions

  Souvent les châteaux forts visitables sont vides, la tour de la Chaîne est meublée de présentoirs. Chaque salle comporte une mini exposition sur le thème : La Rochelle-Québec. Ces panneaux sont une invitation à suivre les migrants dans leur voyage vers la Nouvelle-France.

 

Je suis au sommet... du monde !

    Même si la plate-forme a été reconstruite, même si le chemin de ronde n'est plus d'origine médiévale, il y a en ce lieu une présence historique.

  En regardant coté Nord-Est je contrôle l'activité dans le port. Puis à travers les archères cruciformes coté Sud-Ouest, je surveille la circulation au large en espérant que les bateaux Anglois ne tentent point d'envahir le royaume de France.

   En regardant à l'Ouest je vois une autre construction défensive nommée : Tour de la Lanterne. Il me faut la visiter. Je descends quatre à quatre les marches pour dévorer une autre merveille.

 

 

Histoire de la tour :

* En 1382, début de construction de la tour sur les bases d'une ancienne fortification. (Nota : Les médiévistes ne sont pas tous d'accord sur la date de début de construction).

* En 1390, la tour est achevée. Elle est habitée par un capitaine.

* En 1472, après la visite du Roi Louis XI (voir liste), la tour devient la résidence du gouverneur de la ville.

* Dans la première moitié du 16ème siècle, La Rochelle devient la capitale politique et militaire des protestants. La tour de la Chaîne a plusieurs fonctions :

- Elle sert de réserve d’armes et de munitions.

- Elle permet d'entreposer le butin des Huguenots, rapportée par les corsaires.

* Durant la deuxième moitié du 16ème siècle, les "Guerres de Religion" divisent la France.

* En 1627, début du siège de La Rochelle commandé par le Cardinal de Richelieu suite à l'ordre donné par le Roi de France Louis XIII (voir liste).

* En 1629, après la victoire Royale, la destruction des fortifications est ordonnée. Mais devant la menace Anglaise quelques systèmes défensifs sont gardés dont : La Tour de la Chaîne.

* En 1648, début de nouveaux troubles dans le Royaume de France (La Fronde). La Rochelle se retrouve en opposition au jeune Roi de France Louis XIV.

* En 1659, une explosion détruit le toit, les crénelages et l'étage supérieur de la tour. Durant 3 siècle, la construction est à ciel ouvert.

* En 1811, à la base de la Tour de la Chaîne, un bastion est construit.

* En 1879, la tour est classée aux Monuments Historiques.

* Vers 1909, la tour est partiellement reconstruite.

* Vers 1952, une couverture en béton est réalisée.

* Durant la deuxième moitié du 20ème siècle, la tour héberge un "bistrot".

* En 1998, la tour de la Chaîne est enfin aménagée en musée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante.

 

Je vois l'infini et même.... plus loin !

      Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0