Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 06:05

 

Département 16 - CHARENTE

  Le vieux château fort se cache derrière des constructions modernes

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Gourville est située à 50km au Nord-Est de Saintes et à 25km au Nord-Est d'Angoulême.

   Coordonnées du château :

45° 49' 44.389" N
0° 0' 54.536" W
 45.828997°
 -0.015149°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

   Je savais que je prenais du bon temps en visitant des châteaux médiévaux, mais j'ignorais que même les panneaux des rues me le suggéraient.

  C'est donc un Chevalier Castellologue Amateur qui sifflote en longeant le mur du château.

  Les constructions s'enchevêtrent

Je devine plus que je vois

     Au début de ma découverte, je ne vois que des toits posés sur des bâtiments aux formes parallélépipédiques. Puis les bâtiments s'offrent à moi.

 

Première analyse

* Une tour carrée sort de l'alignement.

* Elle possède un curieux système défensif, compromis entre fente de tir et gargouille.

* Puis une demi-tour ronde avec :

- Un crénelage refait,

- Des trous de boulin dont je ne m'explique pas la fonction,

- Des "gargouilles" remplaçant les mâchicoulis.

* Puis, des reposoirs à pigeons... Qui en réalité sont des consoles, vestiges d'un mâchicoulis (voir vocabulaire) ou peut être d'une bretèche.

 

Une architecture difficile à analyser

La tour porte

  En prenant un peu de recul puis en me contorsionnant, je vois la porte d'entrée. Comme il se doit pour un château fort, la tour-porte possède plusieurs système défensifs :

* Des archères-canonnières sur plusieurs niveaux,

* Des mâchicoulis (dont il ne reste que les consoles),

* Sur la façade d'entrée, des archères-canonnières encadrant les emplacements pour flèches du pont levis,

* Puis la porte, toujours encadrée par des archères-canonnières.

  Devant tant de bâtiments entremêlés, je consulte le plan pour espérer comprendre.

Est ce plus clair pour vous aussi ?

 

        L'intérieur :
  Hélas, la propriété privée n'est pas visitable. Je me console en regardant les 2 reproductions du domaine :

* Château féodal au 14ème siècle imaginé par les historiens au 19ème siècle.

* Château au début du 17ème siècle représenté par Claude Chastillon.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, Hélie de Gourville possède la terre. Un château en pierre est construit.

* En 1351, Guillaume de Gourville décède sans héritier. Sa soeur Isabelle de Gourville, mariée à Jean II Chasteigner (Seigneur de La Meilleray), hérite du domaine.

* En 1378 Jean II décède. Sa feuve vit toujours au château.

* En 1441, Jeanne Paulhe, Dame de Gourville, épouse Philippe Taveau, fils de Guillaume Taveau Baron (voir titre de noblesse) de Mortemer.

* Au 15ème siècle, des fenêtres à meneaux sont ouvertes.

* Au début du 16ème siècle, Guichard de Roffignac possède le domaine.

* En 1550, la famille de Roffignac vend la seigneurie au Duc Anne de Montmorency.

* En 1579, Henri Ier de Montmorency hérite du domaine.

* Au début du 17ème siècle, Anne de Lévis, Duc de Ventadour, possède la seigneurie.

* En 1609, le Roi de France Henri IV (voir liste des rois) érige la seigneurie en Baronnie.

* Au début du 17ème siècle, le Cardinal de Richelieu ordonne de "raser à hauteur d'infamie" certains bâtiments et tours.

* Au 17ème siècle, de nombreuses fenêtres sont ouvertes. 

* En 1660, Jean Hérault achète le domaine à Henri II d'Orléans-Longueville (époux d'Anne de Bourbon Condé).

* En 1703, Jean Hérauld décède. Le domaine appartient à son neveu François Hérault.

* En 1718, à la mort de François Hérault, le domaine revient par testament à François d'Hauteclaire.

* En 1780, un acte de vente judiciaire attribut le domaine à Jean Valleteau.

* En 1808, les héritiers de Jean Valleteau vendent terres et château à Rouchier Préneuf.

* Durant plus de 150 ans, le château change très souvent de propriétaires.

* En 1974, le nouveau propriétaire entreprend de nombreux travaux de restauration et consolidation.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les rues en respectant la tranquillité des habitants. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Les systèmes défensifs sont nombreux et variés

      Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 06:05

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

  Quel impressionnant contrefort d'angle

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La petite commune de Neuvicq est située à 60km au Nord-Est de Bordeaux, à 50km au Sud-Est de Pons (voir son donjon) et à 4km au Nord de Montguyon.

     Coordonnées de l'église :

45° 14' 37.932" N 0° 11' 5.014" W
 45.24387°  -0.184726°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte

     Connaissant l'histoire du cimetière Mérovingien de Neuvicq avec sa centaine de sarcophages, je me rend au triple galop dans cette petite commune. C'est ainsi que je tombe nez à nez sur un puissant contrefort d'angle coté chevet.

N'y aurait il pas une église fortifiée ?

  Diantre !... Il n'y a que d'impressionnants contreforts !contrefort d'angle

L'analyse 

* Ma première surprise est évidemment pour les 2 imposants contreforts d'angle coté chevet.

* Ma deuxième surprise est l'absence de clocher dépassant du toit.

* Puis je suis étonné par les 2 bâtiments symétriques de chaque coté formant un transept dont la hauteur est beaucoup plus faible que la nef.

* Mais, malgré mes recherches, je ne vois aucun système défensif.

 

Est ce une simple église Romane ?
   Cette construction religieuse réalisée en grison du Pays ne semble comporter aucun système de défense.

   Sous le toit, je ne remarque aucune salle de repli.

  Voyez vous la beauté fortifiée ?

L'espoir renaît !

    En observant le contrefort plat entre la sacristie et le transept, je vois une fente verticale. Je subodore que sa fonction est un puits de lumière.

Mais où mène l'escalier intérieur ?

 

Je poursuis mon enquête

    En m'approchant du coté Ouest, je remarque à l'angle une curieuse construction flanque avec, au sommet, une petite ouverture.

 

La façade Ouest est fascinante

     Le coté Ouest, comportant le portail d'entrée, m'informe que la haute construction à droite n'est point un contrefort mais une tour défensive.

* Une fente pour le tir,

* Une ouverture pour... heu.... le tir.

   Je peux maintenant tenter d'entrer dans l'église.

 

        L'intérieur :
  Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations.

 

 

Histoire de l'église :

* Vers 1066, un village nommé Novus Vicus apparaît dans les textes.

* A la fin du 11ème siècle, construction de l'église. C'est ce qu'affirment certains archéologues.

* Au 13ème siècle, le chevet est modifié (à vérifier).

* Au 15ème siècle, construction du transept (à vérifier).

* En 1860, une centaine de sarcophages sont mis à jour. Ils sont réalisés dans du calcaire de Jonzac (voir son château).

* En 1886, une vingtaine de sarcophages sont découverts.

* En 1946, une dizaine de sarcophages sont déterrés.

* En 1964, une autre vingtaine de sarcophages sont mis à jour faisant de ce site le plus important cimetière Mérovingien des Charentes.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Laurent) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Plusieurs siècles de constructions sont visibles sur cette église sans clocher

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 17 Vers Menu châteaux de Charente Maritime
Repost 0
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 06:30

 

Département 16 - CHARENTE

  Voyez vous un château au loin ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Rancogne est située à 70km Ouest-Sud-Ouest de Limoges, à 20km au Nord-Est d'Angoulême et à 6km au Sud-Est de Rivières.

   Coordonnées du château :

45° 41' 46.396" N 0° 24' 22.064" E
 45.696221°  0.406129°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

     Dans cette belle vallée rafraîchit par la rivière Tardoire je vois au loin un ensemble de bâtiments à l'architecture mixte (ancienne et moderne). Même si je pressens que le site ne sera pas visitable, j'ai plaisir à découvrir une ancienne construction toujours habitée.

  Un donjon fortifié presque intemporel

L'analyse 

    Je passe rapidement devant le pigeonnier, dont ma brochure affirme que les alvéoles sont nombreuses, preuve que le site a appartenu à une grande famille bourgeoise. Je m'intéresse de suite :

* Au donjon carré avec son crénelage et sa tour escalier,

* Accrochée au donjon, une ancienne courtine transformée en jolie galerie (en bois ?) posée sur des piliers en pierre.

* Dans le prolongement, une longue courtine ouverte de nombreuses fenêtre de confort.

Etait ce le lieu de vie ?

* A l'angle, une tour ronde avec des fentes de tir pour arme à feu.

* Puis, une autre courtine en équerre tout aussi emplie de fenêtres.

  Lentement, je devine que ce château a une forme carrée avec 4 tours aux angles.

 

Je continue l'analyse

* L'angle suivant est protégé par une ronde tour cachée par les arbres.

* La troisième courtine est plus complexe. Elle comporte presque au centre un bâtiment parallélépipédique.

* Ce dernier est décalé de l'axe. Il possède 2 petites canonnières avec un fort ébrasement (voir vocabulaire) extérieur.

* Une autre canonnière est aussi sur la façade à sa perpendiculaire.

* Comme je le supposais, le quatrième angle possède une tour de défense.

    Sans entrer, j'examine l'architecture du portail

Le portail d'entrée

   Tout en respectant la propriété privée, j'examine avec mon oeil d'aigle l'entrée fortifiée :

* Deux tours encadrent le châtelet.

* L'entrée est double : charretière et piétonne.

* Au dessus, je ne distingue pas de flèche pour un pont levis.

* Au dessus d'un blason effacé, présence d'une salle "de garde" avec un système défensif pour arme à feu.

* Entre les 2 entrées, le montant possède des entailles rebouchées :

Sont ce des arquebusières obstruées ?

 

        L'intérieur :
  La propriété privée et habitée n'est pas visitable. Je hume une dernière fois l'herbe coupée et je quitte ce lieu paisible où l'histoire ne fut point guerrière.

 

 

Histoire du château :

* Au 15ème siècle (?), un château fortifié est construit ou existe (?).

* Au début du 16ème siècle (1519 ?), le sieur de Cressiec Jean Maindron (ou Mandron) et sa femme Marie-Raymonde décident la construction d'un nouveau château ou plutôt une maison forte pour l'exploitation des terres agricoles.

* En 1548, leur fille, Jeanne Maindron, épouse Jean Devezeau qui devient sir de Rancogne. C'est eux qui donnent l'aspect final au château.

* En 1588, il semble que le donjon soit achevé.

* En 1589, le chai est finalisé.

* Durant la fin du 16ème siècle et une grande partie du 17ème, vivent en ce lieu :

- Jean Jacques Devezeau,

- François I Devezeau,

- François II Devezeau.

* En 1672, Charles de Devezeau naît au château.

* Dans le quatrième quart du 17ème siècle, Charles De Devezeau, seigneur de Rancogne, entre aux services du Roi (voir liste), puis reste 23 ans à Saint Domingue.

* En 1742, Charles de Devezeau achète le Marquisat (voir titre de noblesse) d'Herbault.

* En 1747, naissance à Herbault de Charles François Devezeau.

* En 1797, Charles François Devezeau vend Rancogne à Jean Baptiste Binet.

* Au début du 19ème siècle, la fille de Charles François Devezeau en épousant Joseph Gabriel de Barbazin, apporte le château en dot.

* Durant tout le 19ème siècle, quatre générations de Barbazin occupent le site et entretiennent le château.

* En 1898, le site est possession de la famille Desormeaux.

* Au 20ème siècle, la famille Desormeaux réalise plusieurs travaux d'entretien (entre autre sur le donjon) et de consolidation (la grange). Quelques bâtiments instables sont démolis.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le sentier. La visite de l'intérieur est interdite. Veuillez respecter la propriété privée et la tranquillité de ses habitants.

 

Le temps a transformé ce château médiéval

      Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 06:30

 

Département 16 - CHARENTE

  Voyez vous un château au loin ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune Bouteville est située à 25km au Sud-Ouest d'Angoulême, à 20km au Sud-Est de Cognac et à 7km à l'Ouest de Châteauneuf sur Charente.

   Coordonnées du château :

45° 36' 1.534" N 0° 8' 4.286" W
 45.600426°  -0.134524°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

   Dans cette région viticole, les châteaux (sur les étiquettes des bouteilles) sont nombreux. Ma découverte ne se fera point dans une cave mais proche des vignes pour admirer une construction dont la première pierre a été posée il y a 1000 ans.

    Voyez vous une construction médiévale ?

Est ce un bâtiment médiéval ?

    En voyant au loin cette bâtisse, je pressens que la recherche d'indice va être très difficile. Après 2 siècles de reconstructions, il ne reste que peu de l'architecture médiévale.

   La façade d'entrée comporte 2 tours rondes aux angles. L'ensemble est posé sur une lit de pierre précédé par un fossé.

  Une partie (infime ?) des pierres doit avoir été taillée au Moyen Âge, mais le rendu visuel est un château de l'époque classique.

 

Le plan
   Avant d'analyser les différents bâtiments, je consulte le plan  Le plateau portant le château n'étant pas asymétrique, le château a la forme classique d'un quadrilatère. L'entrée est en haut à droite.

  Une tour sortant de terre tel un volcan

Rapide analyse

* La massive ronde tour d'angle avec son puissant contrefort à larmier tranche par rapport à la sobriété classique de la façade.

Etait ce pour effrayer un éventuel assaillant ?

ou

Une référence au passé médiéval ?

* L'intérieur de la tour ruinée ne révèle pas d'information sur sa fonction (pas d'archère, ni de cheminée).

* Pour une tour "récente" l'épaisseur du mur m'étonne.

* Le glacis en bas de la façade semble anachronique.

La petite tour au fond va-t-elle me donner des indices sur l'architecture qu'aurait pu montrer la grosse tour ?

 

La petite tour et l'entrée

* La tour proche de la porte a un diamètre bien inférieur à celui de sa consoeur.

* Sa fonction défensive est indéniable par les 2 rangées superposées de petites canonnières avec ébrasement (voir vocabulaire) extérieur.

* Sur la tour puis au dessus de la porte d'entrée, une pierre sculptée anime un peu les formes austères.

 

        L'intérieur :
La découverte
  Je ne vais point vous commenter les entrailles. Je vous laisse admirer les communs et les bâtiments d'habitation du 17ème et 18ème siècle.

 

 

La vue
    Même si le bâtiment n'a pas la beauté brute d'un château fort, il offre un paysage étendu sur les vignobles.

 

La vue est si lointaine que je distingue... l'Amérique !

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 9ème siècle, la petite élévation semble occupée par une fortification surveillant l'ancienne voie Romaine entre Périgueux et Saintes.

* Au 11ème siècle, le château Comtal (voir titre de noblesse) appartient à un des fils du  Comté d'Angoulême, de la grande famille Taillefer.

* En 1176, comme les autres places fortes du Comté d'Angoulême, Bouteville est remis au Duc d'Aquitaine, Richard Coeur de Lion.

* En 1356, Bouteville est toujours une place forte Anglaise. Edouard de Woodstock, plus connu sous le qualificatif "Prince Noir", fait construire un mur d'enceinte pour protéger le site des troupes Françaises.

* En 1392, durant la Guerre de Cent ans, le château est restitué au Comte d'Angoulême.

* A partir de 1562, début des Guerres de Religion. Le château subit les attaques des 2 camps.

* A la fin du 15ème siècle, le château appartient à Charles d'Orléans et Louise de Savoie.

* En 1540, le Roi François Ier aliène le château et les Terres à Claude de Montmorency. Durant 10 ans, cette famille possède le domaine.

* En 1550, le château en ruine et les terres sont engagés à Galéas Pic, Comte de Mirandole.

* En 1593, le Roi de France (voir liste) Henri IV ordonne la vente du château. Bernard III de Beon du Massez achète le site et engage de nombreux travaux de modernisation. Sur une représentation de la construction du château réalisée par Claude Chastillon, le vieux castel médiéval en ruine est à droite.

* En 1607, Bernard III décède. Sa femme, Louise de Luxembourg, continue les travaux.

* En 1624, les travaux ne sont pas terminés après le décès de sa propriétaire.

* De 1630 à 1701, Marie Amelot, belle-fille de Bernard de Béon et de Louise de Luxembourg, est la maîtresse femme de la famille. Elle coordonne l'ensemble et laisse son "empreinte" au château.

* Au 18ème siècle, d'autres travaux sont réalisés par la famille de Beon du Massez Luxembourg.

* En 1726, le dernier représentant de la famille décède. Le château est possession de Henri Bruzac Hautefort, Comte de Vaudre. Il fait abattre plusieurs bâtiments pour transformer le château à son goût.

* En 1736, après avoir habité le château durant 10 ans, le Comte quitte le lieu.

* En 1787, le château est en apanage à Charles Philippe, Comte d'Artois. Certains bâtiments sont en ruine.

* Vers 1792, les révolutionnaires réquisitionnent le château et le transforment en prison.

* Le 5 vendémiaire de l'An XII (28 septembre 1803), le château est acheté par le citoyen Antoine Marcombe.

* Au 19ème siècle, pour rentabiliser l'achat de ce bâtiment de bourgeois, le château est dépecé de ses boiseries et pierres. Chaque partie est revendue.

* En 1984, le château est  classé aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, la municipalité et le département tente une consolidation des bâtiments.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec précaution.

 

Un château presque intemporel

      Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 06:05

 

Département 16 - CHARENTE

  Un château fort ayant évolué durant 7 siècles

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune d'Angoulême est située à 90km au Sud-Ouest de Limoges, à 70km au Nord-Ouest de Périgueux et à 40km à l'Est de Cognac.

   Coordonnées du château :

45° 38' 55.255" N 0° 9' 24.379" E
 45.648682°  0.156772°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

   Il est impossible de ne point voir le château d'Angoulême car :

* Il est situé proche des rues piétonnes et commerciales.

* Il est posé presque au centre du plateau dominant la ville nouvelle. J'adore quand elles sont rondes !

* De plus, c'est l'Hôtel de ville du bourg, donc tous les panneaux indiquent la direction

* Et puis, l'imposant bâtiment est visible de loin.

 

Une tour ronde

    Sur la façade du 19ème siècle emplie de fenêtres à meneaux en croix puis d'un joli balcon, mes yeux de Castellologue-amateur ne voient que la ronde tour. De ce coté du château, c'est la seule construction médiévale ayant été conservée.

     Même si des fenêtres ont été percées dans l'épais mur, même si les systèmes de tir (archères, canonnières) ont disparu, la puissance de la tour se ressent. Au sommet, crénelage et mâchicoulis rappellent ses origines défensives.

 

Content je suis

    Heureux de ma découverte, je flâne le long de la grille du petit parc pour humer de loin la beauté et la chaleur guerrière de cette ronde tour.

  Je m'approche de la façade pour constater le diamètre imposant de la tour flanque.

  Soudain, mon âme vagabonde voit un chat perché.

Est ce celui magique dans Alice au pays des merveilles ?

  Des gargouilles s'amusent avec le bleu du ciel.

angouleme-chateau-21 angouleme-chateau-21 angouleme-chateau-21

  Je croque ce donjon... à pleines dents

Une autre tour
   En contournant la bâtisse, je remarque une deuxième tour. C'est le donjon médiéval. Au 19ème siècle, la tour maîtresse a été intégrée dans les bâtiments modernes. Malgré cela, sa puissance et ses origines n'ont pas été effacées.

 

Le donjon polygonal

    Sa forme polygonale est incroyablement asymétrique, ce qui n'est pas classique au Moyen Âge. L'ironie de l'histoire est que la face du donjon visible en notre siècle était située dans la cour intérieure. Ce n'est donc pas la façade défensive que je vois. Conséquence :

* Point d'archère ni canonnière,

* Les fentes sont certainement pour l'éclairage d'un escalier intérieur,

* Seuls subsistent les mâchicoulis,

* Et le crénelage avec des archères dans les merlons.

 

Une curieuse tour

    Le beffroi en arrière plan n'était pas intégré au château féodal. Je vous le montre sans en faire une description.

    Est ce une imitation due à l'époque de Viollet le Duc ?

        L'intérieur :

J'entre

   En passant par une porte non fortifiée, je découvre la cour intérieure réalisée au 19ème siècle. Le nombre important de bâtiments de ce siècle et l'architecture ne me transportent évidemment pas dans "mon" Moyen Âge.

 

J'erre dans un lieu de presque 2 siècles

   Face à cette architecture Néogothique de style Napoléon III, je recherche le détail qui m'inspirerait une photo :

- Les tours carrées ?

- Un monstre ailé ?

- Un animal aux oreilles pointues ?

 

 

Histoire du château :

   Il n'est point aisé de décrire l'histoire d'une grande ville tant les évènements sont nombreux. Je vais tenter une approche rapide :

* Au 4ème siècle, la ville Romaine se nomme : Iculisma.

* En 508, les troupes de Clovis emportent la victoire sur les Wisigoth.

* Au 4ème siècle, la cathédrale est en construction.

* En 769, Charlemagne (voir liste des Rois) passe à Angoulême.

* Vers 863, les troupes Normandes saccagent la région.

* A la fin du 10ème siècle, la famille Taillefer, portant le titre de Comtes (voir titre de noblesse) d'Angoulême, apparaît dans les textes.

* Au 11ème siècle, Guillaume IV fait construire le Palais Taillefer.

* En 1181, à la morte de Bougrin III Taillefer, le Duc d'Aquitaine, Richard Coeur de Lion, confisque le Comté d'Angoulême.

* En 1199, Richard décède. Son frère Jean Sans Terre devient Roi d'Angleterre et Duc d'Aquitaine.

* En 1200, Isabelle Taillefer épouse Jean Sans Terre.

* En 1216, Jean décède. Isabelle, peu appréciée de la famille Royale d'Angleterre, décide de rentrer en France puis de récupérer ses terres du Comté d'Angoulême.

* En 1220, Isabelle épouse Hugues X de Lusignan.

* En 1228, Isabelle fait agrandir l'enceinte urbaine d'Angoulême et demande la construction d'un "château neuf".

* En 1246, à la mort de sa mère Isabelle, Hugues XI de Lusignan reçoit le Comté d'Angoulême. Il est marié depuis 10 ans à Yolande de Bretagne.

* En 1250, Hugues XI décède. En attendant la "majorité de son fils, futur Hugues XII de Lusignan, Yolande administre le Comté et continue les travaux du château.

* Vers 1256, le Comté est administré par Hugues XII.

* En 1270, Hugues XII décède. Le Sénéchal du Périgord revendique la possession du château d'Angoulême.

* En 1271, Jeanne de Fougères, veuve de Hugues XII, récupère le château et le Comté. Elle continue l'agrandissement et la modernisation du château Comtal.

* Vers 1276, Hugues XIII de Lusignan, fils de Jeanne, est Comte d'Angoulême. Il continue les travaux au château et surtout fait construire le donjon polygonal à l'Ouest du château.

* En 1308, 5 ans après la mort de Hugues XIII la famille de Lusignan croule sous les dettes. Le Roi de France Philippe le Bel confisque le Comté d'Angoulême.

* En 1360, après la signature du traité de Brétigny, le Comté est donné aux Anglais.

* Vers 1453, après la bataille de Castillon mettant fin à la Guerre de Cent ans, Jean de d'Orléans, nommé aussi "Le Bon Comte Jean", fait agrandir le château : Construction d'une grosse tour défensive et d'un logis neuf.

* Durant le 15ème et 16ème siècle, de grands personnages s'intéressent au Comté d'Angoulême :

- Charles d'Orléans,

- Louise de Savoie,

- Marguerite d'Angoulême,

- François Ier.

* En 1562, durant les Guerres de Religion, la ville, le château et la cathédrale souffrent des attaques.

* En 1587, Jean Louis de Nogaret, Gouverneur d'Angoumois et personnage influent, imprime sa marque dans les remparts et autres fortifications.

* Durant cette fin de 16ème siècle et jusqu'à la révolution Française, le château est en apanage, il n'est plus habité par un personnage important. Les bâtiments n'étant plus entretenus, le site se transforme lentement en une ruine.

* Au 18ème siècle, quelques bâtiments sont utilisés comme prison.

* Vers 1838, le maire estime que la ville se doit de posséder un hôtel de ville important à l'image du bourg. Au profit de la commune, il récupère le vieux château fort.

* A partir de1845 (?), l'architecte Abadie fait abattre tous les bâtiment existant et ne garde du château fort que la donjon polygonal (B') et la grosse tour ronde (O') --> voir plan.

* En 1870, inauguration de l'hôtel de ville.

* En 1929, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Que de variétés architecturales !

      Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 07:30

 

Département 16 - CHARENTE

  Voyez vous la tour fortifiée ?

Le bourg :
       Situation :   (--> la voir sur une carte)
   La commune d'Yviers est située à 40km au Sud-Sud-Ouest d'Angoulême, à 16km au Sud-Ouest de Montmoreau Saint Cybard (voir son château) et à 6km au Sud-Est de Brossac.

   Coordonnées de la tour :

45° 16' 23.747" N
0° 0' 58.284" W
 45.273263°
 -0.01619°

 

La tour : 
        L'extérieur :
Préambule

     Le but de ce blog est de montrer les systèmes défensifs construits durant les milles ans du Moyen Âge. Châteaux, manoirs, églises, ponts et fortifications d'origine médiévale quelque soit leur état vous sont montrés. Evidemment, la ruine règne en maître sur ce blog.

    Mais il m'arrive parfois de rencontrer un château entier ayant évolué ou quelques bâtiments solitaires encore utilisés, restes minimaux d'anciennes fortifications.

Voici un exemple montrant la variété de notre patrimoine médiéval.

  Pensez vous que la tour fut fortifiée ?

La découverte

     Depuis une route qui serpente, je vois au loin une haute construction. "Voir et être vu" était la raison des châteaux forts et autres constructions seigneuriales au Moyen  Âge.

  Lentement je m'approche d'elle pour ne point l'effayer (mais surtout parce que la tour est dans une propriété privée habitée).

 

Rapide description
   La tour comporte 3 étages sur un rez de chaussée. Sur trois cotés, la tour possède des fenêtres étroites au niveau des étages.

Sauriez vous me donner les points cardinaux de ces 3 cotés ?

Curieusement le niveau inférieur est borgne.

En connaissez vous la raison ?

 

Réponse à mes questions

   Pour se protéger des intrusions, le niveau inférieur est toujours sans ouverture. La porte est donc installée au moins au 1er étage.

   De façon logique, les fenêtres ont été percées à l'Est, l'Ouest et au Sud. Le coté Nord comporte donc l'ancienne entrée médiévale (ce qui explique l'escalier extérieur "moderne").

  Nota : Je n'ai point photographié la face Nord, car il m'aurait fallu entrer dans la propriété privée, ce qui n'est point chevaleresque.

 

Curiosité

Avez vous remarqué la différence de pierre entre le bas et le reste de la tour ?

  D'après mon prospectus, la partie basse est en pierres de grison, au dessus ce sont des pierres de calcaire.

 

Un autre bâtiment

  Proche de la tour carrée médiévale, un autre bâtiment avec une tour-escalier extérieure me dévisage. Je ne vais point vous le décrire car il a été construit au 16ème siècle, époque trop récente pour moi.

 

        L'intérieur :
  Le bâtiment n'est pas visitable. 

 

 

Histoire de la tour et du manoir :

* Au 15ème siècle, construction de la tour.

* Au milieu du 16ème siècle, Bertrand de la Tour achète la seigneurie de la Tour à la famille Talleyrand Périgord.

* En 1559, naissance dans la tour de François de la Tour.

* Au 16ème siècle, un petit manoir est construit proche de la tour. Il semble que la tour ait été aussi aménagée et partiellement reconstruite (à vérifier).

* En 1590, François de la Tour épouse Eléonore Eyquem de Montaigne, fille du célèbre Montaigne.

* En 1620, Françoise de la Tour d'Eviez, fille de François et d'Eléonore, épouse Honoré de Lur.

* Quelques années après, Françoise décède en mettant au monde Charles de Lur Saluces.

* En 1639, Charles décède sans héritier. La seigneurie appartient à la famille Talleyrand Périgord.

* En 1731, un inventaire est effectué. La tour est bon état, toutes les salles sont meublées et habitables.

* En 1766 (à vérifier), la seigneurie appartient à Elie Charles de Talleyrand Périgord, Duc (voir titre de noblesse) de Chalais.

* A la fin du 20ème siècle, la tour est la propriété de la commune.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite mais en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite car le site (manoir et tour) est le siège d'un "centre d'aide par le travail".

 

Je vois presque l'Amérique !

      Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 07:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :
       Voyez vous une église fortifiée ?Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Saint-Georges Antignac est situé à 50km au Sud-Ouest d'Angoulême, à 28km au Sud-Sud-Est de Saintes et à 7km eu Nord-Ouest de Jonzac.

     Coordonnées du bourg :

45° 29′ 39″ N 0° 30′ 9″ W
 45.494167°  -0.5025°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Est ce le bon endroit ?

   Dans le dernier quart du 20ème siècle, les bourgs de Saint Georges de Cubillac et d'Antignac ont fusionné. Ma difficulté est qu'au 21ème siècle la nouvelle commune comporte deux églises.

    Mon premier regard va sur l'église Saint-Pierre d’Antignac. Après quelques minutes à l'observer, même si certains détails architecturaux sont curieux, mon instinct m'informe que ce n'est point la construction religieuse que je cherche. Je me dirige vers l'autre église.

 

La découverte
   En arrivant devant le 2ème bâtiment religieux de la commune, je vois que l'un des bras du transept est percé de 2 larges fenêtres gothiques à remplage. Même si les contreforts à larmier sont puissants, je ne distingue aucun système défensif.

Cette église a-t-elle été fortifiée ?

    Ne voulant pas me résoudre à un deuxième échec, je regarde l'autre face qui hélas ne semble comporter aucun détail pour un castellologue-amateur.

  Je m'apprêtais à accepter de revenir bredouille, quand soudain, un détail attire mon attention et me fait cligner des yeux.

Le voyez vous ?

Aucun indice de fortification ! 

Une échelle vers .....

    Sur la gauche, coté opposé au chevet, une échelle en fer bien rouillée permet l'accès à une salle située sous le toit. Même s'il est rare qu'au moyen âge un système pour monter "vers une salle de repli" soit en fer et en plus à l'extérieur, je pressens que l'accès moderne pallie à des destruction ou modification sur 7 siècles.

  Avec mon oeil d'aigle, je cherche un détail pouvant me faire croire à une salle de protection contre une attaque, mais je aucune preuve vient étayer ma supposition.

 

Le chevet

    Ne voyant aucune fente de tir sous le toit ni sur les murs de la nef, lentement je contourne l'église espérant voir un petit indice (revenir bredouille n'est point amusant   ). L'imposante et belle fenêtre Gothique à remplage est bien loin des concepts de système défensif.

Mesdames, la beauté au Moyen Âge est incompatible avec la survie.

Évidemment, mon propos est sur l'architecture.

  Soudain, face au chevet plat, je remarque une curiosité. Cette caractéristique est si rare que je doute de ma découverte. Le pignon possède une croix ressemblant vaguement à une archère (voir vocabulaire) cruciforme. Tel un acrobate exceptionnel, je saute vers elle pour contacter que cette croix est bien fendue donnant accès à une salle.

   Bien que ce système défensif soit des plus primitifs et peu efficace, je pense détenir une petite preuve me permettant d'affirmer que cette église a été fortifiée. 

 

        L'intérieur :
  Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas et je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église. Certains castellologues pensent que le bâtiment aurait été la chapelle du château de Fontguyon.

* Au 14ème siècle, l'église est reconstruite.

* Au 15ème siècle, l'église est modifiée.

* A la fin du 19ème siècle, l'église est remaniée.

* En 1973, un arrêté préfectoral décide l'association de la commune d'Antignac à celle de Saint Georges de Cubillac. Le nouveau bourg se nomme Saint Georges Antignac

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Georges) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Le système défensif est minimal

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 06:30

 

Département 16 - CHARENTE

 

Le bourg :
       Vais je pouvoir me délecter de cette maison forte ?Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Saint Projet Saint Constant est situé à 80km à l'Ouest de Limoges, à 20km au Nord-Est d'Angoulême et à 3km à l'Ouest de La Rochefoucauld.

   Coordonnées du bourg :

45° 44' 15.922" N
0° 21' 20.077" E
 45.737756°
 0.355577°

 

La maison forte : 
        L'extérieur :
Préambule

    Une maison forte n'a pas la puissance d'un vrai château fort et encore moins le romantisme d'une ruine. Mais ce type de construction est fascinant par la simplicité et l'efficacité de ses systèmes défensifs.

    Certes, son but n'a point été de résister à une attaque d'une puissante armée. Elle assure une défense contre quelques brigands et surtout elle marque un territoire et affirme la présence de ses habitants.Diantre !.... Elle est belle !!!!

   C'est donc un vrai plaisir pour moi d'immortaliser  ce type de construction et j'espère que vous en prendrez autant à découvrir celle-ci.

 

La découverte
    A 1,3km au Sud-Ouest du bourg, cachée par quelques arbres, apparaît la maison forte de Beaumont parfois nommée : Maison forte de Saint Constant.

  En la contournant tout en respectant les champs et la propriété privée, mon oeil d'aigle voit quelques merveilles qui me font hérisser les poils de bonheur.

Ressentez vous un frémissement ?

 

L'analyse 

    Je ne m'attendais pas à un tel spectacle et une telle diversité de systèmes défensifs. 

  Evidemment, comme cette maison forte date de la fin du Moyen Âge, l'arme à feu existait donc il ne peut point y avoir d'archère droite,. Mais le nombre de défense est impressionnant.

    Voici ma liste.

L'étage supérieur est très défensif

 

Les système défensifs 

1 - Une construction en encorbellement. Comme point de porte j'ai vu en dessous, j'ose affirmer que ce sont des latrines.

Avez vous vu le trou dans la paroi ?

Bien que cette ouverture soit pour amener de la lumière à cette "petite pièce", sa forme circulaire est peu classique pour un puits de lumière.

2 - L'ouverture de tir à droite des latrines. L'ébrasement (voir vocabulaire) extérieur permet un plus grand angle de tir pour arme à feu.

3 - Une ouverture de tir en angle. Cette caractéristique est assez rare pour être notée.

Avez vous remarqué la qualité du parement d'angle ?

4 - L'autre face comporte aussi une construction en encorbellement. Puisqu'il y a une ouverture en dessous, vous avez reconnu une bretèche.

Une bretèche avec des consoles très décoratives

Avez vous remarqué la beauté des consoles formant le "mâchicoulis" ? 

5 - De chaque coté de la bretèche, les petites ouvertures carrées ne sont point des trous de boulin mais des systèmes de tir protégeant la longue façade.

6 - L'angle coté droit possède aussi une fente de tir.

7 - L'autre morceau de façade possède aussi son système défensif avec ébrasement extérieur.

8 - Je pressens que la console orpheline (sur la droite) sont les restes d'une bretèche protégeant la fenêtre en dessous.

9 - Dans la continuité de la maison, avec des pierres jointives et correctement taillées, une curieuse échauguette apparaît. Elle possède des trous avec ébrasement extérieur facilitant l'angle de visée et de tir.

 

Une échauguette presque intemporelle !

C'est la fin
    Comme moi, vous pensiez qu'une maison forte est beaucoup moins intéressante qu'un château fort, même en ruine.

Que nenni !

    Avec cet exemple, vous avez la preuve que toutes constructions, fortifiées par nos ancêtres, sont dignes d'intérêt.

 

        L'intérieur :
  La propriété est privée et non visitable, je me console en admirant le paysage

 

 

Histoire de la maison forte :

* Au 15ème siècle, construction de la maison forte (à vérifier).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant la tranquillité du site. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite.

 

Une maison forte, très forte en surprises !

       Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 06:30

 

Département 16 - CHARENTE

 Une beauté au milieu des fleurs !

Le bourg :
       Situation :   (--> la voir sur une carte)
   La commune d'Aubeterre sur Dronne est située à 50km à l'Ouest-Nord-Ouest de Périgueux, à 45km au Sud d'Angoulême et à 15km au Sud de Montmoreau Saint Cybard.

   Coordonnées du château :

45° 16' 17.742" N
0° 10' 13.656" E
 45.271595°
  0.17046°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Une présence

   Dans ce bourg faisant parti de la liste des "plus beaux villages de France", tel un touriste je déambule tranquillement quand soudain, je sens un frémissement, un peu comme un amoureux qui trésaille à la perspective de voir au loin sa promise.

  Je lève la visière de mon heaume pour mieux voir et comprendre la raison de mon émoi intérieur.

Diantre, une construction fortifiée !

  Est ce un château fort ?

Je le rejoins en le contournant

    Ne pouvant pas accéder par ce coté, je contourne les maisons pour découvrir l'autre coté du site. Je remarque que la construction visible ne semble pas être le château fort. Cette solide construction blanche ressemble plus à un rempart extérieur, à un châtelet d'entrée pour accéder à la basse-cour qu'à la résidence seigneuriale.

  Une vue plus large confirme ma supputation. La motte ayant porté le château est située plus haut, sur la gauche.

 

Au pied du rempart
    Je longe une ruelle qui devait certainement correspondre à l'emplacement des fossés. J'arrive enfin devant la courtine qui a perdu son agressivité médiévale ainsi que ses systèmes défensifs.

  De l'autre coté, les maisons ne s'appuyant pas sur le rempart, je comprends mieux l'architecture des pierres posées sur le rocher calcaire.

 Voila de beaux mâchicoulis !

Le châtelet d'entrée

   Légèrement avancé et non aligné aux remparts, le châtelet tranche par la présence de ses systèmes de défense. Le premier détail que je remarque ce sont les mâchicoulis.

Magnifique n'est il pas ?

  La succession de consoles en dégradé donne de la légèreté. Les pierres sculptées entre les consoles donnent de la grâce.

   Au dessus, une grande ouverture me fait penser à une terrasse couverte. Je suppose que le chemin de ronde médiéval a été ouvert  (au 18ème ?) pour diminuer l'agressivité de cet ancêtre d'un autre temps.

 

Le portail

  Comme toute entrée fortifiée, ce châtelet possédait un pont levis dont les flèches rentrantes sont évidemment imaginables. Lorsqu'il était relevé, le pont venait s'encastrer dans les pierres taillées.

  Au dessus de la porte, dans la salle de garde et de levage du pont, les défenseurs pouvaient tirer avec une couleuvrine ou un petit canon par l'orifice dédié.

 L'ensemble est harmonieux.

Une élégante entrée fortifiée

 

        L'intérieur :
   Le site est privé et n'est pas visitable. Je vous quitte ici pour découvrir l'église rupestre Saint Jean.

 

 

Histoire du château :

* En 1004, un site fortifié est cité dans un texte.

* En 1152,  Éléonore d'Aquitaine épouse Henri Plantagenêt futur Roi d'Angleterre. Cet acte, bien loin de l'histoire de la petite commune de Aubeterre, eut pour conséquence la scission de la France et le début de la guerre de Cent Ans.

* Entre 1337 et 1453, le château, positionné aux confins de 3 provinces (Angoumois, Saintonge, Périgord), est la cible de nombreuses attaques Anglaises et Françaises.

* En 1453, à la fin de la guerre de Cent ans, le Baron (voir titre de noblesse) François Bouchard seigneur d'Aubeterre, fait reconstruire le château. De plus, il redonne de la vigueur et de la puissance  à la petite commune.

* Au 17ème siècle, sous la tutelle de François d'Esparbès de Lussan, Maréchal de France et seigneur de Aubeterre, la ville est très prospère.

* Au 18ème siècle, le vieux château est inhabité. Ruine semble être son destin.

* En 1817, le Chevalier Bourbon-Conti est propriétaire du lieu.

*En 1817, un marchand de biens achète le château. Il le démantèle puis revend chaque pierre, chaque décos

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite sauf si vous louez une partie du gîte.

 

Le châtelet est un compromis entre puissance et confort

      Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 06:09

 

Département 16 - CHARENTE

  Voyez vous une église fortifiée ?

Le bourg :
       Situation :   (--> la voir sur une carte)
   La commune de Pérignac est située à 60km au Nord-Ouest de Périgueux, à 40km au Sud-Est de Cognac et à 20km au Sud-Sud-Ouest d'Angoulême.

   Coordonnées de l'église :

45° 27' 51.03" N
0° 4' 38.208" E
 45.464175°
 0.07728°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte

   Il y a quelques mois, je vous avais présenté l'église fortifiée de Pérignac située en Charente Maritime (département 17). Ce jour, je vous invite à découvrir un bâtiment religieux en Charente (département 16) dont le nom de commune est identique.

   C'est donc avec un oeil de "comparateur" que je viens visiter cette église.

Sera-t-elle fortement fortifiée ?

  Transept et chevet ne portent pas de système défensif évident

Premières constatations

   En découvrant cette église, je remarque de suite :

* Un ravalement récent donnant de la jeunesse à cette construction médiévale.

* Un haut clocher dont l'architecture semble moderne.

* La nef ne comporte aucune fenêtre.

* Des contreforts doublés avec une profondeur différente.

Etait ce pour supporter une salle sous le toit ?

* Au dessus de la rangée de modillons, une réhausse.

Etait ce une salle de repli ?

  Je métonne que point d'ouverture du tir ou de guet soit visible.

Ont elles été obstruées suite aux consolidations ?

 

Transept et chevet
     Le transept, par sa hauteur et son architecture semble avoir été construit après l'église primitive. 

   Par son élégance, le chevet attire le regard. Evidemment, le castellologue-amateur, que je suis, est de suite intéressé par la petite réhausse. Mais je n'en tire aucune conclusion d'évidence.

 

perignac-31 perignac-31

 

Le portail d'entrée

  D'après mon dictionnaire des fortifications médiévales, l'entrée était défendue par un hourdage (voir vocabulaire). Deux corbeaux sont encore visibles. En voyant ces archivoltes, il est difficile d'imaginer l'encorbellement en bois il y a 6 siècles.

 

        L'intérieur :
  Lentement j'entre dans le nef qui a perdu ses peintures. Les décorations de l'abside ont aussi disparu. Seule la Pucelle d'Orléans, bien loin de sa terre natale, est encore très colorée.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 13ème siècle,construction du transept.

* Au 14ème siècle,durant la Guerre de Cent ans, l'église est fortifiée (à vérifier).

* Au 15ème siècle, l'intérieur du transept est décoré (peintures).

* Au 17ème siècle, des peintures décorent le chevet.

* En 1687, la cloche en bronze est coulée puis mise en place.

* Au 19ème siècle, la nef est restaurée.

* En 1883, le clocher est reconstruit par l'architecte Edouard Warin. C'est la réplique des clochers imaginés pour la cathédrale d'Angoulême par son maître : Paul Abadie.

* En 1907, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, l'église est restaurée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint-Gervais - Saint-Protais) est libre et gratuite depuis les rues. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Cette égise gardera ses secrets !

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente
Repost 0