Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 06:10

 

Département 16 - CHARENTE

 L'angle droit fut le choix de l'architecte de l'église

Le bourg :
       Situation :   (--> la voir sur une carte)
   La commune de Vilhonneur est située à 70km au Nord-Ouest de Périgueux, à 20km à l'Est d'Angoulême (voir son château) et à 7km Ouest-Nord-Ouest de Montbron

   Coordonnées de l'église :

45° 40' 50" N 0° 25' 11" E
 45.68069216°  0.4197120666°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Le hasard prémédité

* Après avoir découvert le château de Vilhonneur, je tente de retrouver mon destrier.

* Ce dernier, toujours farceur, s'était caché derrière un "cubique" bâtiment.

* Rapidement, je compris son intention :

Il veut que je regarde l'église du bourg.

 Elancés sont les parois de ce moutier médiéval

Que vois je ?

* Point de transept.

* Point de large fenêtre Gothique.

* Une tour faisant office de clocher.

* Que voila une église Romane très défensive !

 

Le clocher

* Comme souvent dans cette province, le clocher n'est point garni d'une haute flèche allant vers les cieux.

* La haute et cubique construction ressemble à une tour défensive.

* Les nombreux trous de boulin (voir vocabulaire) prouvent l'ancienneté de la construction.

* Au sommet, les baies sans linteau m'interpellent.

Est ce le vestige d'un chemin de ronde non couvert ?

Ou d'une salle de repli défensif ?

* Une entrée accessible par une échelle extérieure confirme partiellement ma deuxième hypothèse.

 

Une curieuse... curiosité

* La face (presque) borgne de la tour, correspond au choeur de l'église.

* Sur ce mur apparaît des pierres en encorbellement.

* Elles sont creusées dans la partie supérieure.

Quelle fut la fonction ?

 "La Force est avec elle" affirmait un Jedi !

La nef

* Elle comporte 3 travées.

* Chacune est éclairée par une fenêtre haute et peu large empêchant ainsi l'intrusion.

* Les contreforts plats à larmier encadrent les fenêtres. Je suis surpris par leur faible profondeur.

* Les arcs contribuent à reporter la masse sur les piliers internes et les contreforts externes.

 

        L'intérieur :
  Hélas, comme pour beaucoup d'églises en notre siècle, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer ni continuer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.

* Au 13ème siècle, la façade de l'église est partiellement détruite (certainement par des Routiers).

* A la fin du 13ème siècle, un sanctuaire carré est aménagé dans la nef.

* Au début du 14ème siècle (à vérifier), une petite porte est aménagée au Nord-Ouest de la nef.

* Au 19ème siècle, la corniche est surélevée. La voûte est reconstruite en brique.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

Point de transept ni de chapelle latérale pour cette église fortifiée

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 06:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

Voyez vous une église fortifiée ?

 

Le bourg

       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Saint Sauvant est situé à 30km au Sud de Saint Jean d'Angély, à 15km au Nord-Ouest de Cognac et à 10km à l'Est de Saintes.

 

     Coordonnées du bourg :

45° 44′ 24″ N 0° 30′ 9.97″ W
 45.74°  -0.50277°

 

 

L'église :  

        L'extérieur

La découverte

    Le bourg de Saint Sauvant est construit sur un éperon rocheux dominant l'ancienne voie Romaine reliant Clermont Ferrant à Saintes. Il semble logique que :

* Des fortifications aient été construites pour surveiller les "passants",

* Puis que des bâtiments défensifs aient été aménagés pour protéger les habitants.

   Lentement, j'avance vers une église que mon dictionnaire des fortifications médiévales affirme être défensive.

  Un chevet très symbolique !

  L'art Roman

     En abordant le bâtiment religieux par le chevet, je ne remarque aucun système défensif. Dans les fenêtres et les colonnes, l'art Roman s'exprime avec beauté et simplicité. Certains spécialistes en architecture religieuse voient dans cette construction la symbolique de la terre et du ciel, la représentation de l'élévation vers Dieu.

Distinguer vous ceci dans le chevet ?

 

La symbolique 

  A - La partie basse (le symbole de la terre, le monde d'en-bas) ne propose aucun décor. C'est la simplicité.

  B - En intermédiaire, c'est la séparation entre les 2 mondes énnoncée par cette ligne épousant aussi le galbe des fenêtres.

  C - En partie haute, (le symbole du ciel, de Dieu) ce sont de pures bandes Lombardes (lésènes) ornées au dessus de pointes de diamant.

 

Curiosités

   Le chevet ne semblant pas fortifié, j'ôte provisoirement mon heaume de castellologue amateur pour prendre mon chapeau de paille de touriste. C'est ainsi que je vois au moins trois curiosités architecturales :

1 - Les petites arcades des bandes lombardes reposent sur des modillons aux formes très variées (têtes humaines, animaux, symboles). Cela tranche par rapport à celles que je vous ai déjà montrées comme à :

 - Canet en Roussillon --> (clic pour voir l'image),

 - Prunet et Belpuig --> (clic pour voir l'image),

 - Beaurain --> (clic pour voir l'image).

2 - Les marques sur le mur et les colonnes me font penser qu'un petit bâtiment était accolé au chevet.

3De chaque coté de la nef, une construction ressemble à un vestige d'enfeu ou à une pierre tombale.

Conclusion :

L'église a subi de nombreuses modifications durant les siècles.

Ces murs ressemblent plus à une forteresse qu'à une église

 

Mais où sont les défenses ? 

    Pour mieux comprendre l'église, un peu de recul est obligatoire. Je constate que le clocher peut servir de tour de guet, il peut permettre à un défenseur de tirer (évidemment) mais il n'est pas fortifié.

   Par contre, la nef est massive. Au dessus de la ligne de modillons, il me semble que l'église a été rehaussée (renforcée par de puissants contreforts à larmiers) permettant la réalisation d'une salle de repli.

 

L'entrée

   Avec ses 2 puissants contreforts à larmiers encadrant la porte, l'entrée semble bien protégée, solide, inviolable, même si ses renforts rendent la défense délicate (trop d'angles morts). Au sommet, une ouverture me confirme l'existence d'une salle de repli.

  Le portail est sobre avec des voussures aux sculptures géométriques.

 

      L'intérieur :

Rapide analyse

* La nef est d'une grande sobriété, point de pierre sculptée sur les colonnes ni de murs peints.

* La chapelle latérale de style Gothique possède la statut d'une de mes héroïnes préférées.

Vous avez reconnu : Jeanne d'Arc.

 

C'est la fin

* Voyant que la porte menant à l'escalier est fermée, je retourne vers la lumière extérieure, puis je me dirige vers l'autre merveille médiévale de ce bourg : L'ancien château fort.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 15ème siècle, l'église est remaniée (à vérifier).

* En 1914, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Sylvain) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

L'élégance de l'art roman s'exprime dans cette église

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 07:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :

       Voyez vous une église fortifiée ?Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Le petit bourg de Brie sous Matha est situé à 40km au Nord-Ouest d'Angoulème, à 36km au Nord-Est de Saintes, à 20km au Nord de Cognac et à 8km au Sud-Est de Matha.

 

     Coordonnées de l'église :

45° 49′ 7.98″ N 0° 14′ 57.49″ W
 45.818883°  -0.249301°

 

 

L'église : 

        L'extérieur :

La découverte

* En arrivant dans le petit bourg aux maison peu haute, il est aisé de trouver l'église au milieu de sa blanche place.

* Après avoir déposé mon destrier sous les arbres, je regarde l'église, dont l'architecture Romane ne fait aucun doute.

* Mes doutes sont surtout sur sa capacité défensive.

Voyez vous un "signe" me permettant d'écrire :" Église fortifiée" ?

Les signes de fortification sont nombreux 

Je n'ai plus de doute

    En contournant le bâtiment religieux par la gauche, les preuves de fortification me sautent aux yeux :

1 - Entre les puissants contreforts, de fines fenêtres empêchaient l'entrée des attaquants tout en amenant, par leur position haute, une douce lumière dans la nef.

2 - La rehausse du mur est certainement le signe d'une salle de repli. Ceci n'est que supposition de ma part car je ne vois aucune ouverture de tir.

3 - Située entre la nef et le choeur, une puissante tour ronde doit contenir un escalier. Les ouvertures carrées sont certainement des puits de lumière, pouvant éventuellement permettre la défense.

4 - Au dessus du chevet, la rehausse du 15ème siècle montre deux niveaux d'archère droite ainsi que des ouvertures pour un chemin de ronde.

 

Le chevet

* L'extrémité arrondie de cette église semble être la partie la plus fortifiée.

* Les deux niveaux d'archères droites déjà identifiés précédemment couvrent pratiquement un angle de 200° de la périphérie.

* Le chemin de ronde fait presque le tour de l'abside.

Le bâtiment rectangulaire (chapelle) semble plus récent que l'ensemble de l'église et n'apporte aucune information sur le système défensif.

 

Le portail

  Curieusement, l'entrée ne possède aucune défense. J'avoue que je m'attendais à une bretèche (voir vocabulaire). Au dessus de la corniche comportant quelques modillons, une petite ouverture rappelle la présence d'une salle supérieure.

   Les voussures, portées par quatre colonettes, comportent peu de sculpture, seule celle du bas possède des motifs gérométriques.

 

      L'intérieur :

Quelques détails fascinants

* La nef unique sans transept offre une couleur blanche surprenante. cette teinte se retrouve sur tous les pilliers et les chapiteaux.

* Les années n'ont pas été tendres avec cette église qui a perdu son plafond.

* Avec un peu d'attention, il est possible d'imaginer les traces de dessins et peintures.

 

Vais je visiter les fortifications ?

* Sur un coté, je vois une porte permettant l'accès aux étages.

* Hélas, elle est fermée en cette fin de printemps.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.

* Au 15ème siècle, fortification de l'église. Le rehaussement de l'église et l'aménagement d'ouvertures pour le passage vers le couvent attenant suppriment des baies romanes.

* En 1890, le cimetière, classiquement  installé devant l'église, est déplacé.

* En 1913, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Durant le 20ème siècle, de nombreux travaux de consolidations sont effectués.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

Un chevet incroyablement fortifié

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 06:35

 

Département 16 - CHARENTE

 Même adoucie par les siècles, la construction ressemble à un château fort

Le bourg :

       Situation :   (--> la voir sur une carte)

   La commune de Vilhonneur est située à 70km au Nord-Ouest de Périgueux, à 20km à l'Est d'Angoulême (voir son château) et à 7km Ouest-Nord-Ouest de Montbron.

 

   Coordonnées du château :

45° 40' 50" N 0° 25' 14" E
 45.680641569°  0.42055696249°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Dans ma petite brochure datant de quelques "siècles", le site est décrit en ruine.

* En arrivant, je vois de beaux bâtiments solides.

* Même s'il est vrai qu'il a un peu perdu son caractère médiéval, même si le rempart a été remplacé par un muret, le site est intéressant à découvrir.

Lentement, j'approche.

 La haute tour surveille mes agissements

La première tour

* Dépassant les toits des habitations, rivalisant avec les hauts arbres une grande tour consolidée surprend.

* Par sa surface, elle semble habitable.

* Les fenêtres à meneau à chaque étage me le prouvent.

* Par sa hauteur, la tour ressemble à un donjon.

* Le parement d'angle est bien appareillé.

* Par contre, je suis surpris de la variété des dimensions des pierres sur les parois. Certains lits semblent composés de gravas, d'éclats de pierre.

* Le plus étonnant est de ne voir aucun système défensif.

Est ce un château aseptisé ?

* Je contourne le donjon par la droite.

* Les traces sur le mur m'informent qu'un bâtiment de moindre hauteur était accolé.

Etait ce lui qui possédait les systèmes défensifs ?

 

D'autres surprenantes...surprisesLentement, avec patience, le site se révèle à moi

* Je tente de contourner le "donjon" par la gauche espérant découvrir quelques détails médiévaux.

* Sous le toit, dans un angle, une construction en encorbellement apparaît.

Quelle fut sa fonction ?

1 - Une échauguette : Cela paraît surprenant dans un angle fermé.

2 - Des latrines : Cela semble peu probable puisqu'il existe un bâtiment avec terrasse en dessous.

* Le petit bâtiment en dessous, dans l'angle est surprenant.

* Il possède une terrasse semi-couverte.

* Et surtout, il montre un curieux crénelage avec mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Le plus surprenant est le double système de console.

* Je pressens que cette coquetterie fut un ajout de l'époque Renaissance.

Qu'en pensez vous ?

 

La porte fortifiéeL'entrée fortifiée est telle que je l'imaginais

* L'entrée est généralement la partie la moins détériorée par le temps (si elle n'est pas détruite bien sur).

* Je la cherche.

N'est elle pas pas fascinante ?

* En partie basse, le portail a perdu sa beauté d'antan.

* L'encadrement garde les traces de retrait pour recevoir un pont levis, prouvant que des douves existaient alimentées par la rivière la Tardoire.

* Au dessus, il y a l'ouverture de lumière pour la salle des gardes.

* Le plus surprenant est la bretèche.

Avez vous déjà vu des pierres ciselées pour un système en encorbellement ?

 

        L'intérieur :

* Hélas, la barrière est fermée, la propriété privée n'est pas visitable.

* Tout en restant à l'extérieur, je tente d'apprécier l'allée vers la porte.

* Puis je hume (virtuellement) l'odeur du bois du vantail et je me délecte des fentes pour les flèches du pont levis, aujourd'hui disparu.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un site fortifié par une famille nommée : Jambes ou Gambes.

* A la fin du 12ème siècle, Guilotto de Chambes marié à mademoiselle de La Rivière possède la propriété.

* En 1256, le Chevalier De Chambes, fils de Guilotto, décède. Son tombeau est placé à l'arrière de l'église.

* Au 16ème siècle, le site est remanié.

* Au 17ème siècle, par mariage, le site quitte la famille De Chambes pour rejoindre celle de Dussault. La propriété possède un logis, de nombreuses salles voûtées, une  tour escalier, une galerie, une chapelle, un colombier, deux écuries et le portail d'entrée.

* En 1718, le site est occupé par un fermier. nommé : Jean Blanchard.

* En 1721, un violent incendie détruit partiellement le château.

* En 1751, le femier se nomme : Jean Marchasson.

* En 1758, le fermier se nomme : Léonard Blanchard.

* Vers 1789, le site est possession de Piere Labatut.

* Au début du 19ème siècle, le Marquis de Nieul, officier des Hussards, est propriétaire du château de Vilhonneur.

* En 1835, le site est acheté par la famille Groulade.

*  A la fin du 19ème siècle, le château appartient à monsieur Meunier.

* Vers 1900, monsieur Rust, de nationalité Suisse, est propriétaire du site.

* Au 20ème siècle, des sondages sont organisés dans les douves. Les archéologues retrouvent des armes de combats : Arquebuses, épées, boucliers, casques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite. Veuillez respecter la propriété privée et le silence du site.

Ne souhaitant point être ennuyé, le château se cache des touristes

 

      Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 07:08

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :

       Voyez vous une église fortifiée ? Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Genouilé est situé à 40km au Sud-Ouest de Niort, à 32 km au Nord-Nord-Ouest de Saintes, à 30km au Sud-Est de La Rochelle et à 22km au Nord-Est de Rochefort.

     Coordonnées du bourg :

46° 1′ 24″ N 0° 47′ 2″ W
 46.023333°  -0.783889°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Vais je revenir bredouille ?

    Après avoir visité la maison forte de ce bourg, je traverse la rue pour tenter de voir la deuxième bâtisse fortifiée de Genouillé.

    La massive église sans transept ni haut clocher ne semble pas posséder de système de tir ni de salle de sauvegarde.

  Une enquête fascinante commence.

 

Les systèmes défensifs

    En regardant l'église depuis le grand parking, je n'ai plus aucun doute. L'église de Genouillé fait bien partie des églises fortifiées de Saintonge.

  Les contreforts à larmier larges et peu profonds évitent d'importants angles morts. Proche du toit, des ouvertures de surveillance prouvent l'existence d'une salle de repli. La diversité des ouvertures m'étonne :

* La plupart des ouvertures sont identiques et classiques,

* Certaines comportent des crapaudines ayant du recevoir un mantelet (voir exemple au château d'Aigle).

* Et quelques rares possèdent une ouverture ronde pour arme à feu.

  Pour monter à l'étage, il faut un escalier que je suppose être dans cette construction avancée. Les fentes verticales alignées sont certainement les puits de lumière.

Voyez vous une curiosité architecturale ?  Des contreforts non classiques

Des curiosités architecturales
    Soudain, mon regard est attiré par le "renfoncement" au milieu de la nef. Ce ne sont pas les jolies fleurs poussant à la base de l'église qui m'interpellent, mais les 5 petits contreforts imbriqués.

 

Avez déjà vu ce type d'architecture ?

 

  Leur fonction et rôle sont  incompréhensibles. Ma surprise est encore plus grande lorsque je constate que les 5 se rejoignent dans un larmier unique.

   Il est difficile de comprendre la raison de ces renforts, car il me semble que l'église a été modifiée de nombreuses fois sans tenir compte des constructions antérieures.

 

Le portail

   Il est typiquement Saintongeais avec 2 niveaux. Chaque niveau comporte une ouverture centrale et une baie aveugle de chaque coté, en forme de zigzag en partie basse. A part des motifs géométriques, les sculptures sont rares. Il n'y a que les modillons de la corniche qui font références à des hommes aux expressions stylisées.

 

        L'intérieur :

La pénombre règne

   En pénétrant dans l'église, je suis confronté à une faible clarté. Cette "obscurité" est classique pour les églises Romanes. Le manque de lumière est du aux fines fenêtres très ébrasées (voir vocabulaire) situées en hauteur évitant l'intrusion de brigands.

   C'est un système de protection minimal et classique pour une église fortifiée. Leurs dimensions et formes si variées me font penser qu'elles ont été ouvertes à des périodes différentes.

   Le contraste lumineux est important avec l'abside éclairée par une large baie Renaissance.

 

Le plan

   L'architecture intérieure comporte les classiques éléments de l'art Roman (certains historiens affirment que l'église date de l'époque de transition). La nef est composée de trois importantes travées. Les piliers sont pauvrement sculptés (mais peut être ma sensation est causée par une restauration trop "stricte").

   Les voûtes en pierre sur croisées d'ogives comportent au centre une clé "animalière". Ma mission de touriste étant terminée, je cherche le moyen de monter pour découvrir les salles de repli. Bien que j'aie trouvé la porte, je n'ai point la "clé du bonheur" pour découvrir les étages.

 

A quoi sert cette bande noire ?

    "Ceinturant" l'église, une longue bande noire attire mon attention. Des blasons colorés égayent cette énigmatique rayure sombre.

Quelle est la fonction de cette curiosité ?

   Ces dessins se nomment : Litres seigneuriales (voir définition). Ces litres montrent les blasons de deux importants seigneurs du 18ème siècle :

  * Morel d'Aubigny,

  * De Goussé de la Roche-Allart.

 

Est ce un cercle magique ? Voyez vous les 2 cercles ? Connaissez vous ce blason ?

 

Je vous ai déjà montré cette curiosité sur les murs de l'église d'Authon dans le même département.

 

C'est la fin

   Ayant dévoré chaque détail de l'église fortifiée de Genouillé, c'est debout que je retourne me réchauffer avec ma blonde  sous les doux rayons du soleil de Charente Maritime.

 

 

Histoire de l'église :

* Au début du 13ème siècle, construction de l'église.

* Au 14ème siècle, des fenêtres sont aménagées pour amener la lumière.

* Au 16ème siècle, l'église est endommagée par les Guerres de Religion.

* Au 18ème siècle (?), partiellement détruit, le puissant clocher est remplacé par un haut campanile à quatre baies.

* En 1913, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au début du 20ème siècle, les traces d'incendie causées par les Guerres de Religion sont encore visibles.

* A la fin du 20ème siècle, une campagne de consolidation et de mise en valeur est réalisée. Les traces de son dur passé sont pratiquement gommées.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de l'Assomption) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Je vais rejoindre la lumière

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 08:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :Une perle dans un écrin de verdure
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Biron est situé à 55km Ouest-Sud-Ouest d'Angoulême, à 40km Est-Sud-Est de Royan et à 18km au Sud-Ouest de Cognac.

     Coordonnées du bourg :

45° 34′ 14″ N 0° 28′ 39″ W
 45.570556°  -0.4775°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte

   En découvrant la construction religieuse de Biron, je suis étonné par l'écrin de verdure qui l'entoure. Trop souvent, les églises sont enserrées dans les villages donc peu visibles.

  Je suis si impressionné par l'architecture de cette église que j'en fais le tour pour le plaisir des yeux.

Un cimetière médiéval repose dans l'herbe    

Quelle architecture complexe

    Sans vraiment chercher les signes de fortification, je contourne l'église pour en comprendre son architecture globale.

A - Comme souvent au Moyen Âge, un cimetière entourait l'église. Aujourd'hui, il ne reste que les vestiges de quelques sarcophages.

B - Survolant l'ensemble, un clocher pentagonal m'étonne.

C - La façade en style Roman est à positionnée à l'opposé de cette chapelle plutôt Gothique.

D -Le chevet plat, avec ses 3 ouvertures, parait presque intemporel (bien qu'il soit Gothique).

    L'ensemble ne parait pas homogène ou du moins n'a pas été construit au même siècle. D'ailleurs, le plan confirme ma supposition. Entre la partie basse du plan (église linéaire) et celle en haut, il y a 3 siècles (au moins).

 

L'église est elle fortifiée ?

   N'étant pas venu en ce lieu pour faire du tourisme ecclésiastique, je prends un peu de recul pour analyser l'architecture défensive de l'église de Biron.

N'est elle pas magnifique !

Les indices d'églises fortifiées sont importants 

Le système défensif

    Le système de repli comporte 2 constructions différentes :

1Au dessus du choeur, une salle de repli a été construite (la forme et la qualité des pierres sont différentes entre le bas et le haut du mur). La hauteur est si importante que j'imagine la présence de deux niveaux dont un borgne. La salle sous le toit possède d'un coté une fente verticale (archère droite ?) et de l'autre une archère cruciforme.

2 - Sous le toit de la nef, une salle a été construite (l'aménagement  est visible au dessus de la ligne de modillons). Quelques fentes verticales, des ouvertures larges et des archères en croix permettent la défense.

 

Le portail
    Le portail est caractéristique de l'architecture Romane en Saintonge (je ne fais qu'écrire l'affirmation de ma brochure, point spécialiste de l'art Saintongeais je suis .

   La partie basse (rez-de-chaussée) comporte un vaste portail flanqué de deux baies extérieures aveugles. Je suis surpris de ne voir sur les 5 voussoirs de l'entrée que peu de sculptures, ou à la définition minimale. Mais avec un peu d'attention, je distingue de nombreux animaux dont je vous laisse la découverte (il y a des mammifère, des ovipares, etc...)

   Les nombreuses colonnes possèdent des chapiteaux sculptés. Il est aisé de reconnaître des feuillages, de entrelacements, des animaux extraordinaires, mais aussi des personnages et des figurines aussi horribles que terrifiants.

   Un bandeau, avec des "modillons" non sculptés, réunit les chapiteaux. Il traverse toute la façade. Le premier étage possède une arcature de onze baies en plein-cintre. Elle précède un pignon triangulaire borgne.

   Après cette description digne du Guide Vert Michelin, je reprends mon armure de Chevalier-Castellologue pour tenter de visiter l'intérieur des salles défensives.

 

        L'intérieur :

    En entrant dans l'église, je vois une nef à 5 travées avec des murs recouverts de chaux. Chaque travée est séparée par des colonnes aux chapiteaux finement sculptées. Le choeur est séparé de la nef par une "salle" carrée avec un joli dôme.

    Je comprends rapidement que l'accès aux salles supérieures me sera impossible, la porte est close. Lentement, je regagne la sortie.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église en style Roman.

* Au 13ème siècle, aménagement du chevet (à vérifier).

* Au 16ème siècle, construction d'une chapelle en style Gothique.

* Pour se prémunir des risques des Guerres de Religion qui menacent (2ème moitié du 16ème siècle), l'église est fortifiée.

* En 1907, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'église (dédiée à Saint Eutrope) est libre et gratuite. La visite des salles fortifiées est interdite.

 

L'église est si belle que je ne vois aucun autre bâtiment

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
25 décembre 2015 5 25 /12 /décembre /2015 07:30

 

 

Département 16 - CHARENTE

 Voyez vous une église fortifiée ?

 

 

Le bourg :

       Situation :   (--> la voir sur une carte)

         La communeg d'Angeac-Champagne est située à 40km Ouest-Sud-Ouest d'Angoulème, à 25km au Nord-Est de Pons et à 10km au Sud de Cognac.

 

    Coordonnées du bourg :

45° 36′ 30″ N00° 17′ 47″ W
 45.6083° -0.2964°

 

 

 

L'église : 

        L'extérieur :

Préambule

* Grâce à mon dictionnaire des châteaux forts et fortifications de France, je peux identifier sur la carte tous les villages et villes possédant une construction fortifiée construite entre 480 et 1492.

* Mais entre la date de publication de cette "bible" et notre 21ème siècle, les hommes ont parfois modifié les bâtiments.

* Voici un exemple de construction ayant perdu sa puissance d'antan. 

 

Une fleur millénaire dans un jardin fleuri 

La découverte 

* Proche des champs de vigne, agréablement mise en valeur dans un petit espace vert, la masse jaunâtre de l'église est belle.

* Mais je ne suis pas venu faire du tourisme. Ma croisade en Saintonge est pour identifier toutes les églises fortifiées de Charente.

Distinguez vous les systèmes défensifs ?

 

 

Rapide analyse

A - Avec son architecture râblée et ses petites fenêtres cette église est d'origine Romane.

B -Je suis surpris par ce clocher construit sur une branche du transept. Avec la forme de sa fenêtre, j'opte pour un ajout ultérieur à la construction originale.

C - Sur les contreforts, je suis surpris par la qualité de taille des moellons carrés ainsi que la finesse des joints. Cela tranche avec les pierres disparates des travées.

D - Les contreforts d'angle me fascinent par leur puissance. Ils s'inspirent des donjons habitables des châteaux forts.

E -Un autre contrefort est percé. Cette fente verticale ressemble à une archère (voir vocabulaire). Mais elle peut aussi être un puits de lumière pour l'escalier intérieur.

 

 

Le plan

* Devant tant de contradictions et d'asymétrie, je regarde le plan de l'église.

* Il semble évident que cette construction religieuse ne possède pas un vrai transept.

* Ultérieurement, deux "chapelles" de tailles différentes ont été apposées de chaque coté dont une porte le clocher.

* L'église originale devait être un simple rectangle divisé en quatre travées.

 

 

Est ce une preuve ?

* Excepté une petite fente éclairant l'escalier, je ne vois aucun système défensif.

* Je prends un peu de recul pour mieux comprendre cette église.

* Au dessus de la grande baie gothique, il me semble voir une ouverture menant à une salle.

Était ce une salle de repli ?

* Ayant beaucoup de doutes, je décide de dévorer cette construction de l'intérieur.

 

 

       L'intérieur :

* Hélas, comme beaucoup d'églises durant notre siècle, la porte ne s'ouvre pas.

* Je ne pourrais pas confirmer mes constatations. 

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au début du 2ème millénaire (11ème siècle ?), construction d'une église.

* Au 13ème siècle, la région viticole est riche et prospère, reconstruction de l'église.

* Au 16ème siècle, la première travée de la nef est remaniée.

* Durant les Guerres de Religion (2ème moitié du 16ème siècle), les protestants attaquent et détruisent partiellement l'église (à vérifier).

* Au 17ème siècle, ajout d'en auvent coté Ouest et modification des combles.

* Vers 1748, le financement de la réparation de l'église est réalisé par Jean Marcus, curé de la paroisse.

* En 1801, le bourg prend le nom d'Angeac-Champagne pour la différencier de son homonyme : Angeac-Charente.

Pourquoi Champagne ?... En Saintonge, le terme Champagne désigne un plaine calcaire fertile.

* Vers 1864, l'église est restaurée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint-Vivien) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur n'est possible que certains jours.

 

 

Même si peu fortifiée, cette église est belle à voir

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour raller au menu des églises fortifiées Vers Menu châteaux de Charente
Repost 0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 07:30

 

Département 16 - CHARENTE

 

 

Ce panneau est révélateur d'un plaisir imminent

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune Merpins est située à 20km au Sud-Est de Saintes, à 15km au Nord-Est de Pons (voir son donjon) et à 6km à l'Ouest de Cognac.

 

   Coordonnées du château :

45° 40' 36.21" N 0° 23' 47.256" W
 45.676725°  -0.39646°

 

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* Proche de la frontière entre la Charente et la Charente Maritime, à peu de distance du fleuve nommé Charente, le bourg de Merpins vit tranquillement en notre siècle.

* Curieusement, mon dictionnaire des châteaux forts m'affirme qu'il n'en fut pas autant il y a quelques centaines d'années. 

* C'est donc un Chevalier Dauphinois la truffe au sol qui arrive en ce lieu.

  Sont ce les restes du château fort ?

Où est il ?

     Pour trouver un château, il suffit très souvent de savoir lire les noms des rues (je vous ai déjà montré cette astuce dans l'Aude, puis dans l'Eure). C'est donc avec assurance que j'erre sur la chaussée espérant photographier une beauté fortifiée.

 

N'y a-t-il que des pierres disséminées ?

* Sur un mur récent, je vois des bases de colonnes.

* Plus loin, un mur utilisant de belles pierres taillées.

* Un hangar semble avoir utilisé d'autres belles pierres.

* Puis, proche d'une gouttière, un boulet de pierre.

* Le mur se poursuit sans que des indices probants s'offrent à moi.

Ne reste-il que des fantômes ? Dois je cueillir ces fleurs pour les offrir à la beauté médiévale ?

 

L'espoir renaît !
   Lorsque je suis désemparé, j'ai recours à la technologie du 21ème siècle.

Le château serait devant moi.

   Sur la pointe de mes chausses je me hisse pour voir cette masse herbeuse empierrée.

 

L'analyse
   N'étant pas un jardinier-paysagiste, je ne vais point vous analyser les herbes, plantes, arbres protégeant cette forteresse d'un autre temps.

  Avec un peu d'attention, il est possible de voir des contreforts et des plans de mur réalisés avec des pierres correctement taillées, jointives aux dimensions symétriques.

N'est ce pas magnifique !

  Est ce un contrefort ou une tour défensive ?

Je m'approche
    Les contreforts et des vestiges de tours s'accrochent à la haute blanche paroi.

 

Je vois votre doute

  Derrière l'écran, certains d'entre vous doutent que ces vestiges soient ceux de l'ancienne forteresse de Merpins. Voici les 2 preuves que je vous offre :

* Le panneau d'information,

* La vue satellite.

 

        L'intérieur :
  Hélas, les vestiges sont dans une propriété privée non visitable. De plus, le site n'est pas sécurisé et le risque de recevoir une pierre est important.

 

 

Histoire du château :

* En 1031, Geoffroy, Comte (voir titre de noblesse) d'Angoulême, autorise Foucaud, seigneur de Merpins, à faire une donation d'église. Un château semble existé.

* Au 12ème siècle, la seigneurie appartient à Foucaud d'Archiac.

* En 1176, certains historiens pensent que le château est assiégé puis pris par une troupe menée par Richard Coeur de Lion.

* En 1214, Jean Sans Terre achète la seigneurie de Merpins à Audouin de Barbezieux.

* En 1226, la mère de Henri III Plantagenet récupère la seigneurie de Merpins.

* En  1242, après la bataille de Taillebourg (voir ce château) puis le traité de Saintes, le Roi de France (voir liste) récupère le château de Merpins.

* En 1308, le château de Merpins est sous domination Anglaise.

* En 1360, le traité de Brétigny confirme la possession du château par les Anglais.

* En 1364 et durant 6 ans, les fortifications du château sont réparées puis améliorées.

* En 1379, les troupes Françaises commandées par le maréchal de Sancerre assiègent le château "Anglais".

* En 1387, le château est volontairement détruit. La seigneurie de Merpins n'existe plus. Le bourg dépend de Cognac.

* Durant 4 siècles, le site sert de champs de culture et partiellement de carrière de pierres.

* En 1860, le propriétaire décide de vendre les pierres du rempart Ouest.

* Au milieu du 20ème siècle, la construction d'une route détruit les fossés et des remparts.

* En 1965 et durant 20 ans, des fouilles sont organisées.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

La végétation est une arme qui n'est point prévue pour défendre un château fort

 

      Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 06:00

 

Département 16 - CHARENTE

   Les formes Romanes de l'église me titillent les neuronnes

Le bourg :
       Situation :   (--> la voir sur une carte)
   La commune de Brossac est située à 50km au Nord de Libourne, à 35km au Sud-Ouest d'Angoulême et à 30km au Sud-Est de Jonzac (voir son château).

   Coordonnées de l'église :

45° 19' 46.672" N 0° 2' 36.87" W
 45.329631°  -0.043575°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte
    Comme souvent dans les communes de taille modeste situées dans une région plate ou de petites collines, les immeubles sont rares. Conséquence : L'église et surtout son clocher sont visibles de loin.

   C'est donc sans erreur de direction que lentement je me rends vers mon graal du jour. Voila des fortifications qui ne se cachent point !

 

Est elle fortifiée ?

    Parfois, il me faut une longue investigation pour définir si l'église est ou a été fortifiée. Mais face à cette église, je n'ai aucun doute.

 

Analyse de la nef

   La nef possède 2 époques de construction :

* Sur la droite, la partie la plus ancienne avec de petites fenêtres Romanes.

* Elles sont placées en hauteur empêchant les assaillants d'entrer.

* A gauche, une extension.

* Dans la "jointure", un large et haut contrefort à larmier consolide l'ajout.

* Je pressens que le contrefort a aussi été aménagé suite à la construction d'une salle de repli.

  Un bras de transept voulant ressembler à une tour

Un coté du Transept

* Ce bras du transept ressemble plus à une tour défensive qu'à une construction religieuse

* Il possède aux angles des contreforts dignes d'un donjon.

Une salle de repli a été aménagée.

* La présence d'une ligne de modillons prouve que l'élévation s'est faite après la construction de l'église.

 

Le chevet

* Avec sa forme ronde et ses fenêtres à colonnettes latérales, le chevet est séduisant.

* En partie supérieure, les ouvertures correspondent à une salle défensive.

* Cette salle est évidemment reliée au transept.

 

L'autre coté du Transept

* L'autre bras du transept (coté Nord) porte le clocher.

Avez vous remarqué que les contreforts d'angle sont différents de l'autre bras ?

* Une curieuse verrue est accrochée au clocher.

* Les petites ouvertures ont peut être été utilisées pour le tir. Mais leur fonction première est d'amener la lumière dans la tour escalier.

 

        L'intérieur :
  Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église sur les bases d'une croix latine.

* Au 14ème siècle (?), l'église est agrandie.

* Au 17ème siècle, la croisée de transept est coiffée d'une voûte d'arête.

* Vers 1800, un fronton néo-classique est construit.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de la Nativité) est libre et gratuite depuis les rues. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Romane et fortifiée... Que de qualités !

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 06:10

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :
       Voyez vous l'église fortifiée ?Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Courçon est situé à 34km au Sud-Ouest de Niort, à 30km au Nord-Est de La Rochelle et à 15km au Nord de Surgères.

     Coordonnées de l'église :

46° 14′ 37.75″ N 0° 48′ 47.72″ W
 46.243819°   -0.813256°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Est ce que je rêve ?

   Il était tard en cette fin mai pour errer à la recherche d'une construction fortifiée dans ce département si loin de mon Dauphiné. Avant de me rendre dans une auberge accueillante, je m'amusais à photographier le vent dans les blés et à tenter des angles de prises de vue peu classiques. Soudain, mon destrier me donne un coup violent sur la nuque :

"Regarde au loin pseudo-Chevalier."

"Toi qui prétends avoir un oeil d'aigle, tu n'as point vu ce qu'admire mon regard d'équidé"

   Il est déjà désagréable d'avoir un cheval qui parle, mais si en plus c'est pour subir des remarques, il serait plus logique la prochaine fois que je parte en vacances à pieds... Même s'il est vrai qu'avec une armure, la marche n'est point facile.

   Mon hongre  avait raison, à une portée de flèche, une construction fortifiée me regarde et surveille les alentours.

 

Elle est là

    Au bout de la Grande rue, je suis en face d'une beauté dans son écrin de verdure. Presque intimidé par cette construction, j'avance lentement pour voir une façade digne d'un donjon médiéval. Au sommet, le crénelage, avec ses archères en bêche intégrées dans les merlons (voir vocabulaire), parait trop neuf.

    Et puis une ouverture trapézoïdale aussi bien en haut qu'en bas de l'archère est une aberration défensive. Je pressens que le 19ème ou 20ème siècle ait créé cette idiotie pour faire croire à une ossature médiévale. Mais :

Pourquoi douterai je de l'existence d'une église fortifiée médiévale en ce lieu ?

Les crénelages sont partout ! 

Rapide analyse
 

   Pour mieux comprendre la construction, je prends un peu de recul.

1 - Pour protéger la porte d'entrée, une puissance bretèche sur consoles a été construite.

2 - Presque qu'au centre de l'église, un haut et imposant clocher me fait penser à une tour défensive de château fort. Comme pour la façade d'entrée, le crénelage me semble trop neuf, presque fictif.

3 - Coté chevet, de chaque coté d'une belle fenêtre Gothique à remplage apparaissent deux tours crénelées.

 

Un système défensif réel

    Doutant un peu de la véracité des crénelages et des pseudo-tours, je reprends ma quête d'indices en approchant de la construction.

4 - Point de fioriture, ni de modillon sculpté, ni de large fenêtre pouvant laisser entrer un ennemi.

5 - Les contreforts à larmier sont puissants et larges. Mais je doute qu'ils aient été construits au Moyen Âge.

6 - Entre les contreforts, il y a des corbeaux encastrés.

Était ce pour soutenir des hourds ?

7 - Puis entre la plupard des contreforts, des fentes sous le toit prouvent l'existence d'une salle de repli défensive.

        Heureux je suis d'être en face d'une vraie église fortifiée ayant sauvé la vie de nombreux habitants il y a plus de 500 ans. 

 

        L'intérieur :
  Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations.

 

 

Histoire de l'église :

* A la fin du 11ème siècle, l'église est reconstruite sur les ruines d'un ancien bâtiment religieux.

* Au 14ème siècle, durant la guerre de Cent Ans, l'église est fortifiée par l'ajout d'une salle au dessus de la nef.

* Au 15ème siècle, des chapelles latérales sont aménagées .

* Au 17ème siècle, des contreforts consolident l'ensemble.

* Au début du 19ème siècle, la toiture est refaite.Les murs s'écartant dangereusement, des contreforts sont aménagés.

* Au début du 20ème siècle, le cimetière qui entourait l'église est déménagé. La toiture ayant souffert, elle est refaite et un crénelage est aménagé pour "faire beau".

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

L'église affiche clairement son architecture défensive !

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0