Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 07:30

 Ce bourg possède 3 merveilles à déguster !

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La ville portuaire de La Rochelle est située à 150km au Nord de Bordeaux, à 110km au Sud de Nantes et à 100km au Sud-Ouest de Poitiers.

      Coordonnées de la tour :

46° 9' 21.056" N
1° 9' 26.312" W
 46.155849°
 -1.157309°

 

La tour : 
        L'extérieur :
Je me dirige vers une curiosité

   Après avoir visité la Tour de la Chaîne, je me dirige vers l'Ouest (à gauche sur l'image satellite) pour déguster une construction dont l'apparence diffère de mes donjons fortifiés du Moyen Âge. Avec son toit pointu, elle ressemble à un clocher d'église.

Pensez vous qu'elle soit fortifiée ?

 

Curiosité

   Durant sa longue histoire, cette tour a porté de nombreux noms/surnoms :

* Tour du Garrot,

* Tour des Prêtres,

* Tour des Quatre Sergents.

Ce phare m'indique la direction à suivre, même par mauvais temps

 

La découverte
  En approchant de ce bâtiment, je remarque 2 styles architecturaux bien différents :

1 - En partie basse, une ronde construction ressemblant à une tour médiévale.

2 - En dessus, une flèche élancée avec pinacle, crochets et fleurons.

 Comme vous le pressentez, je vais surtout regarder le bas.... sans porte-jarretelle.

 

Analyse rapide

   Que vois je ?

1 -Les pierres sont correctement taillées et jointives.

2 - A la base de la tour, il y a une porte. Cela pourrait être surprenant car au moyen âge les portes sont positionnées en hauteur, le bas étant réservée à la cave ou au stockage de la poudre. Mais cette tour n'est point donjon et cette ouverture est située coté ville.

3 - De nombreuses ouvertures fines sont visibles sur la hauteur. Certaines sont pour l'éclairage d'un escalier, d'autres sont des archères défensives.

4 - Évidemment, cette tour de défense comporte le classique crénelage avec merlons fendus et mâchicoulis (voir vocabulaire).

  L'apparence extérieur n'étant pas passionnante, j'ai hâte de dévorer les entrailles. 

Est ce un clocher d'église ? 

        L'intérieur :

Minimal

  Après avoir donné quelques piastres à une ravissante "caissière", je consulte le plan en coupe.

Diantre, quelle enfilade verticale  !

 

Légende du plan

8 - Galerie,

7 - Salle de l'amer,

6 - Les cellules,

5 - Salle Jéhan Marichon,

4 - Chemin de ronde,

3 - Dortoir,

2 - Salle du désarmeur des nefs,

1 - Salle des gardes.

 

Avertissement

  Lorsque la visite d'un bâtiment est payante, je ne me sens pas le droit d'en montrer toutes les beautés. Je vais donc vous faire ressentir l'ambiance et vous aguicher avec quelques particularités.

Porte du dortoir

 

Les salles

  Rapidement, je me sens dans "mon" Moyen Âge, celui qui titille mes neurones par la qualité de taille de pierre, la beauté des joints, les croisées d'ogives. Chaque franchissement de porte m'entraîne dans une ambiance différente allant de la salle spartiate au confort avec lumière naturelle.

   Comme vous l'aviez deviné, il y a un escalier en colimaçon pour accéder aux différents niveau. Il est éclairé par des fentes verticales pouvant aussi servir d'archères.

 

Le dortoir

   Je ne peux pas résister à vous montrer une salle incroyable située 4ème niveau. Le dortoir (puisque tel est son nom aujourd'hui) pouvait accueillir plus de 100 prisonniers. Il comporte, comme dans les autres salles de la tour, des graffiti de détenus Hollandais, Anglais et bien sur Français. Des poèmes, des instants de vie et des représentations de navires.  

   Je vais de suite envoyer tout cela à mon ami "Le Chercheur d'Empreintes" qui va s'empresser de le mettre dans son blog.

 

Je vous laisse un instant

    Pour ne pas vous faire monter le sinueux escalier, je vous propose de vous reposer ici en admirant quelques exemples de gravures faites par les prisonniers.

    Allez hop.... Je me sauve à l'étage.

 

 

Le chemin de ronde

   La clarté remplace la lumière artificielle orangée. Lentement, je franchis le seuil pour me promener sur le chemin de ronde. Rapidement, je retrouve les classiques systèmes défensifs :

* Le crénelage,

* Des merlons  avec archère,

* Des mâchiloulis.

    Je me sens un peu espiègle et dans l'ouverture, je lâche, non point des pierres, mais un "bisou"  sur les futurs visiteurs.

 

Est ce un clocher ?

   Voila des décors qui sont assez rares sur une tour défensive. Puis, ces fenêtres me rapellent une église.

 

C'est la fin

    A travers les créneaux, mon regard se perd dans l'infini de l'horizon, quand soudain je suis attiré par des constructions fortifiées. Il me faut de suite visiter la tour la plus lointaine nommée : Tour Saint Nicolas.

   Rapidement :

* Je refranchis la porte,

* Je jette un regard rapide au dessus de moi,

* Puis je descends quatre à quatre les marches.

 

 

Histoire de la tour :

* A la fin du 12ème siècle, construction de la tour. C'est la résidence du "désarmeur des nefs".

* A partir de 1145 et durant 23 ans, la tour est modifiée pour devenir une lanterne (un phare) et un amer.

* Au 16ème siècle, la tour devient une prison.

* Durant la deuxième moitié du 16ème siècle, les "Guerres de Religion" divisent la France.

* En 1627, le Roi de France Louis XIII (voir liste) ordonne le siège de La Rochelle.

* En 1629, après la victoire Royale, la destruction des fortifications est ordonnée. Mais devant la menace Anglaise quelques systèmes défensifs sont gardés dont : La Tour de la Lanterne.

* Au 17ème siècle, de nombreux corsaires et marins sont enfermés dans la tour.

* En 1820, la tour est une prison militaire.

* En 1879, la tour est classée aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, la ville achète la tour et l'aménage pour recevoir les visiteurs.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante.

 

Je ressens l'appel du large !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 17 Vers Menu châteaux de Charente Maritime
Repost 0
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 07:30

 

Département 16 - CHARENTE

  Une croix est déjà un symbole d'église

Le bourg :
       Situation :   (--> la voir sur une carte)
   La commune de Challignac est située à 80km au Nord-Est de Bordeaux, à 30km au Sud-Ouest d'Angoulême et à 25km à l'Est de Jonzac (voir son château).

  Coordonnées de l'église :

45° 24' 59.663" N 0° 4' 46.628" W
 45.41661°  -0.079597°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte

     En découvrant l'église de Challignac je me peux m'empêcher de penser qu'elle est un compromis entre 2 autres bâtiments religieux du même département : 

* Brossac,

* Mesnac.

  Sera-t-elle à la hauteur de mes rêves médiévaux ?

 

Première sensation

   L'église, dépourvue de transept, est classiquement composée :

* D'une longue nef,

* D'un clocher carré au dessus du choeur,

* D'un chevet.

   Un auvent a été aménagé "récemment" devant le portail.Les contreforts ont été aménagés à des époques différentes par des architectes improvisateurs

       Le parement est inégal, composé par endroit de pierres symétriques et correctement jointées, puis à d'autres endroits de pierres de "réparation" ou "d'agrandissement".

 

La nef

* La nef possède de nombreux contreforts à larmier.

* Curieusement leurs largeurs, profondeurs et hauteurs ne sont pas identiques.

* Il semble évident que les plus hauts et plus larges ont été aménagés pour la construction d'une salle de repli défensive sous le toit.

* Cela se vérifie en observant la voussure surmontée de fantômes de modillons.

* Un des contreforts possède 2 fentes verticales. Même si elles ont pu être utilisées comme archères, leur fonction me semble être un puits de lumière pour un escalier intérieur.

 

Le clocher

* L'église de Challignac ne possède point un clocher flèche de type Gothique flamboyant.

* C'est une rude construction peu élevée de forme carrée. Je ne distingue aucun abat-son.

* Il semble que l'étage supérieur soit une salle de repli défensif.

  Une question me titille :La forme ronde du chevet surprent face aux rigueurs de l'angle droit du bâtiment

La salle au dessus de la nef communiquait elle avec celle du clocher ?

Si Oui,

La dénivelation étant différente, y avait un quelques marches ?

 

Le chevet
   Sa rondeur Romane est un vrai plaisir des yeux. Point de fioriture pour ce chevet

 

Le portail

  Le temps et les intempéries ont hélas usé la pierre. Ma seule certitude est que l'entrée comportait 3 arcades à voussures. les 2 contreforts d'angle masquent partiellement les 2 arcades borgnes externes.

 

        L'intérieur :
  Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au milieu du 14ème siècle, à cause de la Guerre de Cent Ans, l'église est certainement fortifiée (c'est une supposition que je me permets).

* En 1948, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Sulpice) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Cette église est un plaisir des yeux mais aussi de l'histoire architecturale

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 07:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :

       Voyez vous une église fortifiée ?Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Boresse et Martron est à la limite entre les deux Charentes. Elle est située à 60km au Nord-Est de Bordeaux, à 40km au Sud-Ouest de Angoulème et à 10km à l'Ouest de Chalais.

 

     Coordonnées du bourg :

45° 16′ 23.16″ N0° 6′ 46.08″ W
 45.2731°-0.1128°

 

 

L'église : 

        L'extérieur :

Préambule

     Bien que mon dictionnaire des châteaux forts et fortifications de France soit une bible, il m'arrive parfois que le site de ma découverte ne soit pas tout à fait en rapport avec mes espérances. Les raisons sont multiples, mais l'une d'elles est l'âge de cet ouvrage.

  Ce livre magnifique a été créé vers 1975. Il fait suite à une collecte d'informations des années 50 (je suppose). Hors, durant la 2ème moitié du 20ème siècle, de nombreux bâtiments ont été détruits (volontairement ou non), ont été modifiés ou aménagés.

   Voici un exemple de construction ayant perdu sa puissance d'antan.

800 ans et pas une ride ! 

La découverte
   En découvrant cette petite église presque isolée, je suis partagé entre doute et admiration :

- Admiration devant cette construction de 800 ans.

- Doute car la construction est très refaite, presque impersonnelle et sans fortification apparente.

 

1ères constatations

  A - Le bâtiment plus petit précédent l'église semble être un ajout "récent".

Était-ce un collatéral suite à l'augmentation des paroissiens ?

  B - La forme trapue et la rudesse des contreforts prouvent une construction Romane qui n'a point vue l'arrivée du Gothique.

  C - L'absence de transept confirme ma datation du début de 2ème millénaire.

Mais, où sont les systèmes défensifs ?

 

Je dois regarder chaque pierre

* N'imaginant pas que la nef ait été fortifiée, je me concentre sur le chevet.

* Sa forme ronde me surprend un peu pour une construction si "vieille".

* Les fenêtres sont petites et positionnées en hauteur (facilitant ainsi la défense).

* Je ne vois toujours pas de système de tir. Soudain, un détail me fascine.

L'avez vous remarqué ?

* Sur le clocher, le fantôme d'un toit apparaît me laissant imaginer qu'une salle de repli existait.

* Les consolidations récentes (et peut être le manque de moyen financier) ont rabaissé la hauteur du toit.

 

Y a t il d'autres indices ?

* Pour comprendre l'église, je prends un peu de recul.

* C'est ainsi que je remarque le clocher.

* Il est au centre de l'église et  curieusement peu élevé.

* J'ose écrire "curieusement" car nous sommes tous habitués aux flèches élancées, aux toits coniques ou polygonaux touchant le ciel.

* Ce clocher carré ressemble un peu à une tour de guet avec "crénelage".

* Cette sensation est renforcée par les fines fenêtres ressemblant à des archères (voir vocabulaire ).

 

     L'intérieur :

* Hélas, comme pour beaucoup d'églises durant notre siècle, la porte ne s'ouvre pas.

* Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église à Boresse.

* Durant les Guerres de Religion (2ème moitié du 16ème siècle), les protestants attaquent et détruisent partiellement l'église.

* A la fin du 18ème siècle, les communes de Boresse et Martron fusionnent.

* A la fin du 19ème siècle, l'église est partiellement reconstruite.

* En 1949, la façade de l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, plusieurs campagnes de restauration et consolidation sont entreprises.

* En 2000, plusieurs autres parties de l'église sont classées aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église de la Nativité est libre et gratuite. La visite de l'intérieur serait possible certains jours.

 

L'art Roman donne une église trapue

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 07:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :
       Voyez vous les fortifications de l'église ?Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Clion sur Seugne est situé à 60km au Sud-Ouest d'Angoulème, à 50km au Sud-Est de Royans, à 30km au Sud-Sud-Est de Saintes et à 7km au Nord-Ouest de Jonzac.

     Coordonnées de l'église :

45° 28′ 49″ N 0° 30′ 0″ W
 45.480278°  -0.5°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte

     C'est un peu le hasard qui me fait découvrir cette église. Étant massive, anguleuse, renforcée par de nombreux contreforts à larmier, il semble évident que cette construction religieuse date du 12ème siècle. Mais rapidement, je doute qu'elle soit fortifiée.

Acceptez vous de me suivre dans une enquête délicate ?

 

Quelle curieuse architecture

     L'enchevêtrement chaotique des bâtiments et renforts me brouille la réflexion. Comme souvent, lorsque j'ai un doute, je prends un peu de recul.

    L'église est composée de 2 bâtiments. Je suis surpris par la différence de positionnement en hauteur et de dimensions des fenêtres. La variétés des tailles et formes des pierres me fait penser à de multiples reconstructions et aménagements.

   Le clocher décalé et les petits bâtiments en verrues renforcent ma confusion.

Voyez vous des systèmes défensifs ?

Voyez vous les fortifications de l'église ? 

La recherche d'indices

   L'analyse de loin ne montrant rien sur la capacité défensive de l'église, j'opte pour un examen minutieux de chaque pierre.

A - Une petite fenêtre Romane tente de survivre à la pression du puissant contrefort. Je ne pense pas que ces pierres soient un réemploi (système classique lors de consolidation rapide). J'opte pour un soutènement construit quelques années plus tard.

B - Ma théorie des contreforts posés bien après la construction de l'église se vérifie sur la photo de gauche.

C - Les petites ouvertures du 12ème siècle ont certainement été bouchées puis remplacées par de grandes baies avec vitraux quelques siècles après.

D - La fente oblique entre les 2 contreforts prouve les multiples aménagements et modifications que cette vieille église a du supporter.

E - Autant les mur de la nef sont anguleux, chaotique, massif, autant le chevet semi-circulaire est élégant, sobre tout en étant esthétique.

Quel contraste !

 

Mais où sont les défense ?
    Soudain, je me braque. Mon analyse rapide est plus digne d'un touriste que d'un Chevalier castellologue-amateur. Il faut que je me ressaisisse.

   Je recule pour contempler la face arrière de l'église et un détail attire mon attention. Sous le toit apparaît une ouverture amenant de la lumière à une salle de refuge (mais ceci n'est qu'une supposition).

Y a-t-il d'autres preuves ?

Une façade montrant 4 siècles de modifications 

Le portail

     Ayant fait le tour de l'église je découvre enfin la façade d'entrée. Elle est à l'image de l'église regroupant plusieurs styles architecturaux :

A - Deux contreforts d'angle à larmier posés à 45° (flèche bleue).

B - Piédroits  ornés de "végétaux" ou d'arabesques (flèche orange).

C - Deux pilastres ornés de sculptures de Saints (flèche jaune).

D - A gauche, l'oculus sous la baie romane est énigmatique.

    Soudain, mon instinct me quémande de regarder à mi-hauteur.

N'est ce point incroyable !

   Des corbeaux alignés sortent du mur.

Était ce pour soutenir un passerelle en bois ?

 

        L'intérieur :
  Hélas, comme beaucoup d'églises en ce 21ème siècle, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église avec un clocher carré.

* Au 15ème siècle, restauration de l'église (aménagement des fortifications ?).

* Au 16ème siècle, modification partielle de l'église.

* En 1909, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint André) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

Solide est cette église romane

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 07:05

 

Département 16 - CHARENTE

   Voyez vous les systèmes défensifs ?

Le bourg :
       Situation :   (--> la voir sur une carte)
   La commune de Mesnac est située à 40km au Nord-Ouest d'Angoulême, à 20km au Nord-Est de Saintes et à 10km au Nord de Cognac.

   Coordonnées de l'église :

45° 46' 38.536" N 0° 21' 34.186" W
 45.777371°  -0.359496°

 

L'église : 
        L'extérieur :
La découverte
     Dans cette petite commune, il est facile de trouver l'église. Non pas que son clocher dépasse les maisons (car cette bâtisse n'est possède pas), mais parce que le bâtiment religieux se situe sur la route traversant Mesnac.

  Les contreforts cassent la monotonie de la nef

L'analyse

   Bien que cette église soit petite, bien qu'elle ne soit pas très fortifiée en premier abord, je suis fasciné par son architecture. En voici les critères :

* L'absence de clocher est déjà curieuse.

* L'absence de transept en fait un bâtiment purement Roman d'origine.

* Les fenêtres ont été modifiées après leur construction. Cela se voit dans la reprise de maçonnerie.

* Les contreforts droits de largeurs et profondeurs différentes surprennent.

* Le contrefort "central" possède 2 ouvertures.

* Je suppose que cette avancée comporte un escalier (le plan confirme ma supputation), ces ouvertures seraient des puits de lumière.

* Mais j'ai des doutes sur l'ouverture cruciforme. Avec la légère avancée de la partie supérieure du contrefort, j'imagine que cela fut une fente de tir.

 

A-t-elle été fortifiée ?

* A part ma supposition de la fente en croix, je ne perçois pas de salle de protection, ni de système de tir.

Je me dois d'être plus vigilent et logique!

* S'il y a un escalier, c'est bien pour "monter".

Comme il n'y a pas de clocher, où cet escalier mène-t-il ?

  Pourquoi les modillons ne sont ils pas sous le toit ?

Je sors ma loupe de Sherlock Holmes

* Sur le mur latéral, de ce qui semble être le chevet, je vois une rangée de modillons à mi hauteur.

N'est ce point surprenant ?

*Je contourne le contrefort d'angle pour comprendre le chevet plat.

* A la base, un bâtiment (la sacristie ?) a été construit récemment.

* Au sommet, au dessus de la rangée de modillons, une ouverture me confirme la présence d'une salle de repli.

 

Un Dauphinois heureux

    C'est un Chevalier heureux qui se rend vers le portail d'entrée. Un regard rapide m'informe que la distance entre l'oeil-de-boeuf et la cloche est assez importante pour la présence d'une salle de repli.

 

Un peu de tourisme architectural

J'ôte mon heaume de Chevalier-Castellologue-Amateur

pour chausser mon chapeau de paille de touriste.

  Le portail est d'architecture Renaissance et Romane. Il comporte 3 voussures brisées avec une archivolte ornée de pointes de diamant, décoration classique à la Renaissance. Les chapiteaux à feuillage naturaliste des colonnes sont du 13ème siècle.

Un portail Gothique sur une église Romane

        L'intérieur :
  Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église. Elle dépend du prieuré Saint Eutrope de Saintes.

* Au 14ème siècle (?), l'église est modifiée.

* Au 16ème siècle (?), le chevet Roman est remplacé par un chevet plat.

* En 1597, la cloche est implantée dans le clocher-mur à 2 arcades (dont une a disparu).

* Au 19ème siècle, une sacristie est ajoutée. Des vitraux représentant Saint Pierre, Saint Paul et Saint Ausone sont implantés dans les 3 baies du chevet. D'autres aménagements intérieurs sont réalisés. Du mobilier est implanté dans l'église.

* En 1943, la cloche est classée aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, l'église reçoit un petit "lifting".

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite depuis les rues. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Combien de personnes a sauvé cette église ?

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 06:30

 

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

 

Le bourg : Quelle magnifique église fortifiée ! 

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Ecoyeux est située à 60km au Nord-Ouest d'Angoulême, à 40km au Sud-Est de Rochefort, à 15km au Nord-Est de Saintes et à  15 km au sud de Saint Jean d'Angély.

 

     Coordonnées de l'église :

45° 49′ 23″ N0° 30′ 21″ W
 45.823056° -0.505833°

 

 

L'église : 

        L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité la maison forte d'Ecoyeux, je marche quelques mètres pour dévorer des yeux un magnifique bâtiment religieux fortifié.

 * L'église sans transept est massive tout en étant légère.

Incroyable n'est ce pas !

 * Le choc de la surprise passé, je tente de retrouver un peu de lucidité.

* Pourtant, je suis certain d'être en face d'une des plus belles églises Romanes fortifiées de France.

Qu'en pensez vous ?

 

Je n'ai aucun doute sur la présence de système défensif

Est ce un clocher ou un donjon ?

 * Parfois, en découvrant une église qui serait fortifiée, il me faut de longues minutes d'observation pour trouver l'indice qui va justifier la présence d'un article du bâtiment religieux.

 * Mais en face de l'église d'Ecoyeux, je ne me pose aucune question, les preuves sont multiples.

 Sauriez vous me les énoncer ?

 

Analyse des défenses

   Il y a tant à voir qu'il me semble plus logique de faire une liste numérotée :

1 - A droite, coté portail, deux magnifiques échauguettes comportent de petites archères en croix.

2 - Une des échauguettes est posée sur des consoles créant ainsi des mâchicoulis (voir vocabulaire).

3 - L'autre est plus haute sans mâchicoulis.

N'êtes vous pas surpris par cette asymétrie ?

4 - La plus petite échauguette est curieusement portée par un contrefort à larmier dont l'épaisseur est surprenante.

5 - Au dessus de la nef, dont les petites fenêtres en hauteur ne permettent pas le passage d'un assaillant, un étage a été aménagé après la construction de l'église. Curieusement, cette salle de repli ne comporte aucun système de tir.

6 - Le clocher, carré et massif, possède deux larges et hautes fentes sur 3 faces. Il devait y avoir une salle de guet.L'élégance des colonnettes contraste avec les fentes de tir

7 - Au dessus d'une corniche (sous les fentes), de nombreux trous de boulin à l'espacement symétrique me font penser aux vestiges d'une passerelle en encorbellement.

8 - Sur la quatrième face, une sorte de petite tour carrée est accrochée. Elle possède plusieurs fentes verticales pouvant s'apparenter à des archères primitives.

Quelle curieuse "verrue" ! 

9 - En prenant un peu de recul, je ne vois plus un clocher mais une tour de défense. La fonction de la "verrue" me semble évidente. Cette construction abrite un escalier desservant les 2 étages.

10 - Comme pour la nef, le chevet comporte sous le toit une salle de repli défensive.

11 - De nombreuses archères facilitent la défense.

12 - Je suis surpris par la diversité de ses fentes : Droites, cruciformes, etc....

 

Décoration il y a

* Ma description des différents systèmes défensifs m'a fait oublier que le bâtiment est une église.

* En général, les constructions religieuses comportent de nombreuses pierres sculptées.

* Celles-ci sont magnifiques comme par exemple ses colonnettes et ses modillons.

* Entre les deux, des archivoltes embellissent le mur et donne de l'élégance au chevet.

* Le contraste avec la salle de repli défensive au dessus est fascinant.

Un portail décoré et pourtant très défensif

 

Une porte bien défendue

* L'entrée est défendue par les 2 échauguettes couvertes de toitures en poivrières.

* Elles sont reliées par un chemin de ronde non couvert.

* Celui-ci possède un classique crénelage dont les merlons sont fendus.

Quel système de défense lui manque-t-il ?

* Pour être parfait, il faudrait une bretèche (voir vocabulaire) au dessus de la porte.

 

Le portail

* Le contraste entre les rudes systèmes défensifs en partie supérieure et les délicates décorations en partie basse m'interpelle.

* Sous une fenêtre, la corniche, avec de jolis modillons, semble être portée par 2 colonnes.

* La partie basse comporte un vaste portail à trois arcatures aux claveaux magnifiquement décorés de palmettes et de fleurs. Ce riche portail est  flanqué de deux baies extérieures aveugles.

* Ces 2 baies possèdent 2 caractéristiques :

- Au centre un mur en opus spicatum --> (voir définition).

- Sur le coté, des contreforts à larmier certainement aménagés après  la construction de l'église.

 

        L'intérieur :

"Sésame, ouvre-toi !"

* C'est ainsi que j'entre dans l'église. Comme je l'avais constaté à l'extérieur, la nef est linéaire.

* L'ambiance est sobre, sans sculpture ni colonne et encore moins de plafond voûté d'ogives.

* La renaissance n'a pas changé la pureté Romane de l'abside.

* Ne trouvant pas de porte ouverte pour visiter les salles supérieures de repli, je reprends la sortie en suivant la lumière.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 15ème siècle, l'église est fortifiée.

* Vers 1789, un rapport affirme que l'église est en mauvais état. La somme pour la rénover est très importante.

* En 1881, le curé du village fait un état des lieux très négatif sur l'entretien de l'église.

* En 1907, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint-Vivien) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Est ce la plus belle église fortifiée de France ?

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 06:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

  Cette église est elle fortifiée ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Le petit bourg de Doeuil-sur-le-Mignon est situé à 50km de La Rochelle, à 25km au Nord de Saint Jean d'Angély, à 23km au Sud-Sud-ouest de Niort et à 20km au Nord-Nord-Est de Surgères.

 

     Coordonnées du bourg :

46° 7′ 54.12″ N 0° 32′ 35.88″ W
 46.1317°   -0.5433°

 

 

L'église : 

        L'extérieur :

La découverte

* En arrivant dans le bourg à la recherche de l'église, je remarque de suite la silhouette massive d'une construction médiévale.

* Point de flèche haut perchée, pourtant le clocher survole les maisons et les arbres.

* Lentement, je contourne la massive construction pour découvrir un curieux chevet.

Savez vous pourquoi il est surélevé ?

 

La nef

* Vous êtes si studieux sur mon blog et surtout si perspicaces hooo, mes merveilleux lectrices et lecteurs, vous imaginez déjà une salle de repli au dessus.

* La surélévation ultérieure à la construction de l'église est évidente.

Asymétrique et pourtant élégante    Curieusement je ne vois aucun système de tir comme des archères, mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

Le clocher

* Point d'église sans clocher (bien que je vous ai déjà montré un bâtiment religieux sans cette caractéristique).

* Celui de Doeuil-sur-le-Mignon n'est point élancé comme à l'époque du Gothique Flamboyant, c'est une contruction quadrangulaire avec les classiques abat-sons sur les quatres faces.

* Je ne vois aucun système défensif,mais une question se pose :

Pourquoi les contreforts montent ils si hauts ?

* Pour tenter de comprendre, je prends un peu de recul.

* La réponse ne me saute pas aux yeux.

Pensez vous que l'architecture du clocher a été aménagée

après la construction de la salle de repli ?

  Massive et pourtant légère

La nef

* Je suis surpris que la nef soit plus haute que le chevet.

* Cette église semble avoir été construite (ou réaménagée) par "période".

* Comme pour le clocher, je suis étonné par les hauteurs des contreforts à larmier.

* Sous la toiture, il semble évident qu'il existe une salle de repli.

* Grâce aux ouvertures, je constate que les murs sont très épais.

* L'autre face me surprend par la présence de corbeaux sous les modillons.

Etait ce pour porter une passerelle défensive en bois ?

 

        L'intérieur :

  Hélas, comme pour beaucoup d'églises durant ce 21ème siècle, la porte est fermée. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* En 990 , Achard Comte (voir titre de noblesse) du Poitou, fonde un prieuré de bénédictins.

* Au 12ème siècle, construction de l'église par les moines du prieuré,.

* Vers le 14ème siècle, l'église est fortifiée.

* En 1935, l’église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de l’Assomption) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Des défenses simples mais efficaces

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 06:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :

       Voyez vous une église fortifiée ?Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Le petit bourg de Cherbonnières est situé à 70km au Sud-Est de La Rochelle, à 40km au Nord de Cognac et à 14km Est-Nord-Est de Saint Jean d'Angély.

 

     Coordonnées de l'église :

45° 57′ 47.88″ N 0° 20′ 16.08″ W
 45.9633°  -0.3378°

 

 

L'église : 
        L'extérieur :

La découverte

* Très souvent dans les villages, l'église est au centre.

* Elle trône fièrement sur une place ou au centre d'un cimetière.

* Curieusement, celle de Cherbonnières est au bout d'une impasse, coincée entre des murs de propriétés privées.

 

Première constatation

* Dans cette curieuse ambiance de bâtiment religieux presque rejeté à l'état de simple construction, je distingue un clocher octogonal.

* Sa corniche et ses ouvertures verticales pourraient me faire croire qu'il s'agît d'une tour de défense.
* Mais mon instinct de castellologue-amateur m'informe qu'il me faut trouver d'autres indices plus fiables.

 

Une fenêtre infranchissable en haut du mur

La recherche commence

    Lentement, je longe les murs de l'église et j'observe chaque pierre :

A - Une fine fenêtre est présente en haut du mur de la nef. Son étroitesse empêche tout assaillant de pénétrer.

B -Un peu plus loin, le mur garde les traces de nombreuses modifications :

  * En bas à droite, la forme me fait penser au fantôme d'un enfeu.

  * Au dessus, une petite fenêtre Romane avec des colonnettes très abîmées.

  * Au centre, une... heu... un... Je vous laisse deviner.

C - Au dessus de cet enchevêtrement de formes en arc, une ouverture carrée me prouve qu'une salle repli a été construite en haut de la nef.

 

  La recherche continue

D - Même si le mur de gauche ne montre pas de système défensif, il est le témoignage (départ de piliers et d'arcades) d'un ancien bâtiment (chapelle seigneuriale) détruit à la révolution Française.

E -Sur le mur du fond, l'ouverture basse avec son large ébrasement (voir vocabulaire) extérieur ne me rappelle aucun système défensif.

F - Par contre, je suis certain qu'il existe sous le toit, une salle de repli avec chemin de ronde.

G - Au pied du chevet circulaire, je vois un curieux contrefort plat à larmier. Sa petite taille ne correspond pas au standard architectural de l'art Roman pour soutenir une paroi. Quel contraste avec la colonne s'appuyant sur le chevet.

H - Au sommet, les ouvertures sont les signes classiques d'une salle de repli et de défense.

 

        L'intérieur :

  Hélas, comme beaucoup d'églises en ce siècle, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 15ème siècle, fortification de l'église (à vérifier).

* Vers le milieu du 18ème siècle, de nombreuses consolidations et quelques aménagements sont réalisés.

* Vers 1792, la chapelle seigneuriale est détruite par les révolutionnaires.

* En 1908, la cloche, datée de 1630, est classée monuments historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint-Saturnin) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

La salle de repli est en haut du chevet

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 06:10

 

Département 16 - CHARENTE

 L'angle droit fut le choix de l'architecte de l'église

Le bourg :
       Situation :   (--> la voir sur une carte)
   La commune de Vilhonneur est située à 70km au Nord-Ouest de Périgueux, à 20km à l'Est d'Angoulême (voir son château) et à 7km Ouest-Nord-Ouest de Montbron

   Coordonnées de l'église :

45° 40' 50" N 0° 25' 11" E
 45.68069216°  0.4197120666°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Le hasard prémédité

* Après avoir découvert le château de Vilhonneur, je tente de retrouver mon destrier.

* Ce dernier, toujours farceur, s'était caché derrière un "cubique" bâtiment.

* Rapidement, je compris son intention :

Il veut que je regarde l'église du bourg.

 Elancés sont les parois de ce moutier médiéval

Que vois je ?

* Point de transept.

* Point de large fenêtre Gothique.

* Une tour faisant office de clocher.

* Que voila une église Romane très défensive !

 

Le clocher

* Comme souvent dans cette province, le clocher n'est point garni d'une haute flèche allant vers les cieux.

* La haute et cubique construction ressemble à une tour défensive.

* Les nombreux trous de boulin (voir vocabulaire) prouvent l'ancienneté de la construction.

* Au sommet, les baies sans linteau m'interpellent.

Est ce le vestige d'un chemin de ronde non couvert ?

Ou d'une salle de repli défensif ?

* Une entrée accessible par une échelle extérieure confirme partiellement ma deuxième hypothèse.

 

Une curieuse... curiosité

* La face (presque) borgne de la tour, correspond au choeur de l'église.

* Sur ce mur apparaît des pierres en encorbellement.

* Elles sont creusées dans la partie supérieure.

Quelle fut la fonction ?

 "La Force est avec elle" affirmait un Jedi !

La nef

* Elle comporte 3 travées.

* Chacune est éclairée par une fenêtre haute et peu large empêchant ainsi l'intrusion.

* Les contreforts plats à larmier encadrent les fenêtres. Je suis surpris par leur faible profondeur.

* Les arcs contribuent à reporter la masse sur les piliers internes et les contreforts externes.

 

        L'intérieur :
  Hélas, comme pour beaucoup d'églises en notre siècle, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer ni continuer mes constatations. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.

* Au 13ème siècle, la façade de l'église est partiellement détruite (certainement par des Routiers).

* A la fin du 13ème siècle, un sanctuaire carré est aménagé dans la nef.

* Au début du 14ème siècle (à vérifier), une petite porte est aménagée au Nord-Ouest de la nef.

* Au 19ème siècle, la corniche est surélevée. La voûte est reconstruite en brique.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

Point de transept ni de chapelle latérale pour cette église fortifiée

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente
Repost 0
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 06:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

Voyez vous une église fortifiée ?

 

Le bourg

       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Saint Sauvant est situé à 30km au Sud de Saint Jean d'Angély, à 15km au Nord-Ouest de Cognac et à 10km à l'Est de Saintes.

 

     Coordonnées du bourg :

45° 44′ 24″ N 0° 30′ 9.97″ W
 45.74°  -0.50277°

 

 

L'église :  

        L'extérieur

La découverte

    Le bourg de Saint Sauvant est construit sur un éperon rocheux dominant l'ancienne voie Romaine reliant Clermont Ferrant à Saintes. Il semble logique que :

* Des fortifications aient été construites pour surveiller les "passants",

* Puis que des bâtiments défensifs aient été aménagés pour protéger les habitants.

   Lentement, j'avance vers une église que mon dictionnaire des fortifications médiévales affirme être défensive.

  Un chevet très symbolique !

  L'art Roman

     En abordant le bâtiment religieux par le chevet, je ne remarque aucun système défensif. Dans les fenêtres et les colonnes, l'art Roman s'exprime avec beauté et simplicité. Certains spécialistes en architecture religieuse voient dans cette construction la symbolique de la terre et du ciel, la représentation de l'élévation vers Dieu.

Distinguer vous ceci dans le chevet ?

 

La symbolique 

  A - La partie basse (le symbole de la terre, le monde d'en-bas) ne propose aucun décor. C'est la simplicité.

  B - En intermédiaire, c'est la séparation entre les 2 mondes énnoncée par cette ligne épousant aussi le galbe des fenêtres.

  C - En partie haute, (le symbole du ciel, de Dieu) ce sont de pures bandes Lombardes (lésènes) ornées au dessus de pointes de diamant.

 

Curiosités

   Le chevet ne semblant pas fortifié, j'ôte provisoirement mon heaume de castellologue amateur pour prendre mon chapeau de paille de touriste. C'est ainsi que je vois au moins trois curiosités architecturales :

1 - Les petites arcades des bandes lombardes reposent sur des modillons aux formes très variées (têtes humaines, animaux, symboles). Cela tranche par rapport à celles que je vous ai déjà montrées comme à :

 - Canet en Roussillon --> (clic pour voir l'image),

 - Prunet et Belpuig --> (clic pour voir l'image),

 - Beaurain --> (clic pour voir l'image).

2 - Les marques sur le mur et les colonnes me font penser qu'un petit bâtiment était accolé au chevet.

3De chaque coté de la nef, une construction ressemble à un vestige d'enfeu ou à une pierre tombale.

Conclusion :

L'église a subi de nombreuses modifications durant les siècles.

Ces murs ressemblent plus à une forteresse qu'à une église

 

Mais où sont les défenses ? 

    Pour mieux comprendre l'église, un peu de recul est obligatoire. Je constate que le clocher peut servir de tour de guet, il peut permettre à un défenseur de tirer (évidemment) mais il n'est pas fortifié.

   Par contre, la nef est massive. Au dessus de la ligne de modillons, il me semble que l'église a été rehaussée (renforcée par de puissants contreforts à larmiers) permettant la réalisation d'une salle de repli.

 

L'entrée

   Avec ses 2 puissants contreforts à larmiers encadrant la porte, l'entrée semble bien protégée, solide, inviolable, même si ses renforts rendent la défense délicate (trop d'angles morts). Au sommet, une ouverture me confirme l'existence d'une salle de repli.

  Le portail est sobre avec des voussures aux sculptures géométriques.

 

      L'intérieur :

Rapide analyse

* La nef est d'une grande sobriété, point de pierre sculptée sur les colonnes ni de murs peints.

* La chapelle latérale de style Gothique possède la statut d'une de mes héroïnes préférées.

Vous avez reconnu : Jeanne d'Arc.

 

C'est la fin

* Voyant que la porte menant à l'escalier est fermée, je retourne vers la lumière extérieure, puis je me dirige vers l'autre merveille médiévale de ce bourg : L'ancien château fort.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 15ème siècle, l'église est remaniée (à vérifier).

* En 1914, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Sylvain) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

L'élégance de l'art roman s'exprime dans cette église

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime
Repost 0