Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 06:30

 

Département 02 - AISNE  (Thiérache)Voilà une église qui montre fièrement ses fortifications !

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Malzy est situé à 40 km au Nord de Laon, à 15km au Nord-Ouest de Vervins et à 8km à l'Est de Guise.

    Coordonnées du bourg :

49° 54′ 30″ N 3° 43′ 41″ E
 49.908333° 3.728056°

 

    Origine du nom :  (petite initiation à la toponymie)

       Le nom Malzy proviendrait de Malziacus, nom de la famille Romaine ayant fondé la cité il y a 2000 ans.

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

    En arpentant la rue principale du village, il est aisé de trouver l'église. Sa forme longiligne de couleur rouge (la brique est le matériaux assez classique dans le Thiérache) se détache dans le ciel bleu de Picardie.

   Il est évident que la fonction défensive était assurée par le clocher-donjon, mais avant de le détailler, je pars à la recherche d'autres indices.

Le clocher-donjon est le seul système fortifié de cette église 

La nef est elle fortifiée ?

    En contournant le site religieux, je constate que la nef sans transept est assez classique et ne comporte pas (ou plus ?) de salle de repli sous le toit. Aucune archère, bretèche (voir vocabulaire) ou fente de tir est visible au dessus des fenêtres.

  Le système défensif est donc concentré sur le haut clocher-donjon.

 

Le clocher-donjon

   Comme il est fier ce donjon. Je ne suis pas certain qu'il accepte que je le prénomme "clocher" tant il ressemble à une tour maîtresse de château fort.

Je suis étonné par son asymétrie.

   D'un coté il y a une sorte d'échauguette posée sur un contrefort. Ce doit être une tour-escalier  accédant aux 2 niveaux de salle de repli. elle comporte quelques rares fentes.

   De l'autre, une puissante tour ronde avec de nombreuse fentes de tir parfois encadrées par des pierres pauvrement taillées.

  Même si la tour assure la défense de la nef, je suis surpris par le nombre important d'angles morts. Mais il est vrai qu'une église fortifiée n'est point château fort et que l'attaquant d'un tel édifice n'a pas la puissance et le nombre d'une armée de conquête.

  Parfois, je suis trop puriste.

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle (?), probable construction d'une église.
* Durant les terribles guerres du 17ème siècle, l'église est reconstruite avec des fortifications.
* Vers 1663, le choeur est aménagé.
* En 1680, modification de la nef.
* En 1686, aménagement du clocher (à vérifier).
* En 1927, le clocher-donjon est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église, consacrée à Sainte Aldegonde, est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Ce rouge sur fond bleu est un cadeau de Dame nature mélangé au travail des hommes

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 06:30

 

Département 02 - AISNE  (Thiérache)

 

Le bourg :

Cette église parait très classique    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Fontaines lès Vervins est situé à 40 km au Nord-Est de Laon et à 2km au Nord de Vervins.

Coordonnées du bourg :

49° 51′ 11.17″ N 3° 53′ 47.34″ E
 49.853101°  3.896483°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     En arrivant dans le petit bourg, il n'est pas difficile de trouver l'église tant elle est majestueuse. Contrairement à ses consoeurs du circuit des églises fortifiées de la Thiérache, celle-ci n'est point en brique rouge.

Ces blanches pierres comportent elles un système défensif ?

 

L'enquête commence

    Rapidement, je comprends que la nef ne dispose pas (ou plus) d'une salle de repli à l'étage. Et les contreforts en briques (posés certainement après le 15ème siècle) ne constituent pas un système défensif.

   Le clocher carré est curieusement borgne et dépourvu des classiques mâchicoulis ou des habituelles bretèches.

N'a t il jamais eu de défense ?

 

Sont ce les défenses ?

   En prenant un peu de recul, je vois une petite tourelle posée sur un haut contrefort droit. Cette curiosité architecturale attire mon attention.

   Une vision de loin est la solution pour comprendre l'utilité de cette échauguette (voir vocabulaire).

  Un puissant clocher-donjon mais peu fortifié

Il y en a une autre

   La construction ronde en encorbellement n'est point seule. Deux magnifiques échauguettes encadrent le clocher-donjon. Avec des fentes de tir (pour petites armes à feu), leur fonction défensive est incontestable.

   Mais je suis surpris  par l'asymétrie de positionnement et de forme des ouvertures de défense.

 

Les défenses des échauguettes

  Ces constructions en briques ayant été aménagées au 16ème ou 17ème siècle, il est logique de voir une canonnière puis une arquebusière.Ces ouvertures permettent de tirer sur des attaquant se situant loin de l'église, mais :

Comment est assurée la défense de près ?

 

Défense de la porte

  Le clocher donjon ne comporte ni bretèche ni de construction en encorbellement pour défendre la porte. les architectes de cette église ont certainement pensé à un système plus efficace.

Mais lequel ?

   En regardant à la base des échauguettes, je vois une fente verticale pour fusil. Bien qu'au 21ème siècle, ces fentes soient transformées en nid pour petits oiseaux, je suis certain que 4 siècles plus tôt, elles ont été très utiles et efficaces durant les guerres de religion (par exemple).

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle , construction d'une église.
* En 1633, l'église est réparée (ou consolidée ?).
* En 1927, le clocher est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Une double échauguette défensive

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 07:30


Département 02 - AISNE  (Thiérache)

  Est ce l'église qui va me donner une joie médiévale ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Gronard est situé à 22km au Nord-Est de Laon et à 5 km au Sud de Vervins.

49° 47′ 38″ N 3° 53′ 5″ E
 49.793889°  3.884722°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

   En arrivant dans le petit village de Gronard je suis surpris par la vision presque surnaturelle de l'église.

  Dans le Thiérache, les constructions religieuses sont traditionnellement réalisées en briques, hors celle-ci possède un transept et un chevet en pierre blanche.

   Je pressens déjà "au loin" que l'église fut fortifiée.

 

L'enquête commence

    Souvent, une église possède au dessus de la nef une salle de repli avec des systèmes défensifs. Celle de Gronard n'en montre pas. Je suis surpris par les traces d'anciens contreforts (L'autre face comporte ces mêmes preuves d'arrachement).

  Pour mieux comprendre l'architecture de cette église fortifiée (et voir les défenses), je prends un peu de recul .

Quelle puissance ... Cette église est presque aussi forte qu'un château 

C'est presque un château fort

Magnifique !

   Si j'étais arrivé par ce coté, j'aurais certainement confondu l'église avec un château fort. Je crois voir un donjon carré entouré de 2 tours de défense.

  L'ensemble est homogène et harmonieux. Les 2 bordures de pierre rompent la monotonie de la rouge brique.

 

Le système défensif

    Le choc de la découverte estompé, je reprends ma mission de castellologue-amateur :

  1ère constatation est l'absence de mâchicoulis (voir vocabulaire) sur les tours et surtout sur le donjon. J'opte pour un arasement "récent" puis dépose d'un toit en ardoise.

  2ème constatation est l'absence (Encore.... je ne vois que ce qui manque) de bretèche. Certaines églises n'ont que ce système défensif (voir Clermont les Fermes), mais il n'y a aucune construction en encorbellement à Gronard.

  3ème constatation est la présence de petites fentes de tir pour fusil. Curieusement, elles ne sont pas situées à la même hauteur sur les 2 tours. Ces fentes ne semblent pas avoir été ajoutées après la construction des tours, je suppose que ces deux beautés ont été élevées après le 15ème siècle.

  4ème constatation est l'ajout (que je suppose ultérieur à la construction de la tour) d'une ouverture pour arquebuse (?).

   Après toutes ces constatations et mes suppositions, il faut entrer pour vérifier mes dires.

 

    L'intérieur :

  En entrant dans l'église, je comprends rapidement que :

- L'accès aux tours n'est pas possible.

- Le bâtiment a été modernisé et consolidé.

 La lumière se reflétant sur la blancheur des murs est à l'encontre de ma vision des églises médiévales si colorées.

    Je ressors donc rapidement en espérant  trouver une auberge pour un chevalier fatigué et son destrier si poussiéreux.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle , construction d'une église.
* En 1537, en s'appuyant sur les piliers existants, le chœur et le transept sont reconstruits en pierres blanches.
* Au 16ème siècle, fortification de l'église par ajout de 2 tours de défense et d'un donjon avec salle de repli.
* Au 19ème siècle (?), le donjon est partiellement arasé puis transformé en clocher.
* En 1927, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* En 1995, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église, dédiée à Saint Thiou, est libre et gratuite. La visite des fortifications est interdite.

 

 

Cette beauté brule mes yeux de médiéviste !

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 07:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  Fier est ce beffroi au centre du carrefour

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit bourg de Crécy sur Serre est situé à 30km au Sud-Est de Saint Quentin et à 15km au Nord de Laon.

   Coordonnées :

49° 51′ 52″ Nord 3° 37′ 24″ Est
 49.697778°  3.623333°

 

Le beffroi :

     L'extérieur :

La découverte

    C'est le hasard (ou ma chance de chercheur de ruines) qui m'a fait entrer dans ce petit bourg. Le hasard est en réalité une déviation m'obligeant à ne pas prendre la route directe vers la cité de Laon.

  C'est donc avec des yeux écarquillés que je découvre une rouge tour au milieu de la route.

 

L'enquête commence

    Ce n'est pas la couleur rouge des maisons et de cette tour qui me surprend mais la solitude de la filiforme construction. Cette "curiosité" architecturale pour un Chevalier Dauphinois n'est pas unique dans les régions du "Nord". Elle se nomme : Un beffroi

  A t il impressionné quelques agresseurs il y a 4 siècles ?

Qu'est ce qu'un beffroi ? 

   Un beffroi est :

       * Une tour dans l'enceinte d'une ville affranchie.
       * Une tour ou clocher où l'on sonnait l'alarme.

Cette construction ne servait elle qu'à sonner une cloche ?

 

Sont ce les défenses ?

   Tel un chien de chasse, la truffe au sol, je renifle la brique et la pierre pour trouver les signes d'un système défensif.

    Rapidement, je vois une ouverture verticale ressemblant plus à une archère qu'à une fente de tir pour arme à feu. Mais curieusement au dessus, il y a une rangée de fentes pour fusils.

Ce beffroi est énigmatique.

 

Il y en a d'autres !

    Après l'étage de base je lève les yeux et.... je distingue des colonnes en pierres dont la fonction semble plus décorative qu'utile. Mais une face sur deux de cet octogone possède de curieuses bretèches (voir vocabulaire).

Ce beffroi est énigmatique.

 

Il y en a encore et encore !

   L'étage supérieur comporte des croisillons de pierres qui sont en réalité des fentes de tir pour arme à feu. Le plus surprenant est qu'elles sont symétriquement superposées.

Y avait il autant de tireurs dans cette fine tour ?

Ce beffroi est énigmatique.

 

Pourquoi cette asymétrie des 3 étages ?

   Une question me titille :

Pourquoi les architectes ont conçu une tour aussi compliquée ?

A - Au rez de chaussée, les angles sont réalisés avec des briques.

B - Au 1er étage, les angles possèdent des colonnes en pierres

C - Au 2ème étage, pierres et briques s'alternent symétriquement sur chaque angle.

Est ce simplement pour l'esthétique, le défi du beau ?

Ce beffroi est énigmatique.

 

    L'intérieur :

  Cet étroit bâtiment n'est pas visitable. Je repars vers une autre aventure Picarde.

 

 

Histoire du beffroi :

* Au 16ème siècle, construction du beffroi.
* En 1921, le beffroi est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du beffroi est libre et gratuite. La visite des entrailles est interdite.

 

Quelle curieuse bretèche

 

 
 
  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 07:30

 

Département 02 - AISNE  (Thiérache)

 

Le bourg :

Mais où sont les défenses de cette église ?    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Jeantes est situé à 10 km au Sud-Est de Vervins et à 12km au Nord de Montcornet.

   Coordonnées du bourg  :

49° 48′ 15.13″ N 4° 3′ 17.45″ E
 49.804203°  4.054846°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     En arrivant dans ce village en fin d'après midi de printemps, les pâles et rasants rayons du soleil ne font pas briller l'église dans sa rouge couleur. Pourtant  il est évident qu'elle est construite en brique, matériau très classique dans la région.

   Cette construction fait partie du circuit des églises fortifiées de Thiérache. Mais pour le moment, je ne vois aucun signe de système défensif.

 

L'enquête commence

    Au dessus de la nef Il n'y a pas de salle de repli, ni de fente de tir entre les contreforts et encore moins de bretèche (voir vocabulaire). Mais au loin, de petites fentes apparaissent.

Sont ce les défenses justifiant ma venue en ce lieu ?

   Sur le coté opposé au chevet, sur ce qui s'apparente au clocher, je distingue des petites ouverture verticales. Ce sont certainement des fentes de tir pour arme à feu.

  Point de clocher pour l'église de Jeantes

Clocher défensif et entrée fortifiée

   Bien qu'il ne comporte pas une haute flèche avec "un classique coq" ou une girouette au sommet, la puissante tour est le clocher de l'église de Jeantes. Avec ses fentes sur 2 niveaux, il semble évident que 2 salles de repli existent.

   La façade d'entrée est surprenante. Elle présente une porte défendue par 2 tours carrées (comme un château de type Philippéen - voir la liste des rois).

  Chaque tour possède, sur 2 niveaux et sur toutes les faces, des fentes de tir pour fusil.

   Pour compléter le système défensif de l'entrée, le clocher-tour comporte aussi des fentes de tir haut perché, mais en dessous des petits abat-sons.

  Je suis vraiment impressionné par le système défensif, même si je dois admettre qu'il n'est point médiéval.

 

    L'intérieur :

      Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle. Je ne pourrais pas admirer les magnifiques peintures de Charles Eyck.

   Un ancien du village, me voyant triste devant la porte close, me dit que les tours ne sont point visitables.Celle de gauche possède un escalier interdit desservant les salles de repli.

 

 

Histoire de l'église :

* A l'époque Gauloise puis Gallo-Romaine, le site est habité.
* Au 12ème siècle, le village est mentionné sous le nom de "Jantha" et parfois "Janta-Curtis".
* Au 13ème siècle, le village fait partie de la seigneurie de l'abbaye de Clairefontaine.
* Au 14ème siècle (à vérifier), le village appartient au Comte (voir titre de noblesse) d'Apremont.
* Au 18ème siècle, le site est nommé : "Jeante La Ville".
* Vers 1792, le Comte d'Apremont laisse le village aux révolutionnaires.
* En 1962, l'abbé Pierre Suasso de Lima de Prado (prêtre de Jeantes) demande à son ami Charles Eyck d'embellir l'intérieur de l'église. Ce dernier réalise des peintures magnifiques.
* En 1987, les peintures intérieures de l'église sont inscrites aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église, dédiée à Saint Martin, est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite. 

 

Défense minimale mais efficace

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 07:30

 

 

Département 02 - AISNE

 

 

 

Le bourg :

Voyez vous au loin mon Graal ?    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Beaurevoir est situé à 16 km au Nord de Saint Quentin, à 11km à l'Ouest de Bohain en Vermandois et à quelques kilomètres au Sud de la frontière avec le département du Nord.

 

  Coordonnées :

49° 59′ 50″ N

3° 18′ 35″ E
 49.997222° 3.309722°

 

 

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

    J'adore les régions de plaine car les constructions, même en ruine, sont visibles de loin. C'est donc avec plaisir que je dévore des yeux ce qui devrait être le château fort de Beaurevoir.

   Soudain j'ai une doute. Je pensais visiter une ruine de château et je ne vois qu'une tour sur une motte.

Est ce le vestige du château ou les restes d'un moulin ?

 

 

L'enquête commence

* Il n'y a pas de sentier spécifique pour atteindre la ruine, il faut emprunter un chemin agricole pour tracteur (un peu boueux le jour de ma visite).

* Plus j'approche de la motte et plus je suis convaincu que cette construction n'est pas un moulin.

* La Tour Jeanne d'Arc (voir explication dans l'historique) est devant moi.

* Bien qu'il n'y ait aucune preuve que "Notre Héroïne Bouteuse d'Anglois" fut enfermée dans cette tour, je suis fier d'être face à cette ruine historique.

 

 

Je me sens une âme de peintre devant ce paysageReste-t-il des indices défensifs ?

* Les années n'ont pas été très respectueuses du château de Beaurevoir, puis les hommes depuis 3 siècles n'ont pas ressenti de pitié devant cette tour.

* C'est donc un bâtiment très en ruine et surtout très mal consolidé qui s'offre à moi.

* Les parpaings modernes ont remplacé la pierre. Les ouvertures ont été rapidement obstruées.

* Il n'y a que les fondations qui ont été soigneusement reprises avec élégance.

* Sur cette ruine où les pierres ont les rides des ans, il est impossible de distinguer archère, crénelage, mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

 

    L'intérieur :

* Il n'y a pas de porte accessible ni d'ouverture pour découvrir les entrailles de la tour.

* Je me console en admirant le paysage de l'Aisne et en me remémorant la pensée de Camille Jullian..

 

 

 

Histoire du château :

* Vers 1310, un château est construit sur une petite colline.

* Durant le 14ème siècle, ce château, frontière avec l'Escot subit de nombreuses attaques.

* En 1430, sous la surveillance de Jean de Luxembourg, Jeanne d'Arc est transférée du château de Beaulieu (dans l'Oise) à celui de Beaurevoir.

* Durant cet an de grâce 1430, la Pucelle d'Orléans tente une évasion. Elle est reprise puis transférée quelques mois plus tard dans un lieu plus sécurisé.

* Au 17ème siècle, Louis XIV (voir liste des rois) ordonne la démolition du château de Beaurevoir.

* En 1920, la tour de guet nommée Tour Jeanne d'Arc est classée aux Monuments Historiques.

* Durant le 20ème siècle, les ouvertures sont bouchées pour consolider la ruine et un toit est posé évitant les infiltrations d'eau.

* En 2011, le maire de la commune ne peut pas trouver les fonds pour sécuriser le site fragile.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la tour est libre et gratuite. La ruine étant fragile, le risque de recevoir une pierre existe.

 

 

Je vois l'infini et même encore plus loin !

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 07:30

 

Département 02 - AISNE  (Thiérache)

 

Le bourg :

Je ne vois aucune trace de système défensif    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Clermont les Fermes est situé à 30 km au Sud de Vervins, à 25km au Nord-Est de Laon et à 7km au Sud-Ouest de Montcornet.

   Coordonnées :

49° 40′ 4″ N 3° 56′ 21″ E
 49.667778°  3.939167°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

    C'est grâce à un passionné d'histoire et d'architecture rencontré par hasard à la boulangerie de Montcornet que j'ai eu connaissance d'une construction religieuse fortifiée à Clermont les Fermes.

  Dans ce petit village, il est aisé de trouver l'église, mais trouver les systèmes défensifs va certainement être plus difficile.

 

L'enquête commence

   Les églises du Thiérache que j'ai visitées sont majoritairement construites en brique rouge, curieusement cette église est en pierre (même si quelques réparations de murs et contreforts ont été réalisées en brique).

  L'église ne possédant pas de transept, je suppose une construction vers le 12ème siècle (?). Les primitifs contreforts renforcent mon analyse rapide.

Voila un puzzle de défense médiévale  Le passionné de pierres que je suis est heureux d'être devant cette construction ancienne, mais le médiéviste fou de systèmes défensifs est en attente de son plaisir.

Cette église a t elle été fortifiée ?

 

Sont ce les défenses ?

   Proche du mur du cimetière, presque accolée à un contrefort droit, une petite bretèche (voir vocabulaire) me hèle :

"Regarde moi, Chevalier, ne suis je pas magnifique ?".

  Évidemment, comme vous je suis étonné. Non point qu'une système défensif me parle (ma folie est assez grave pour admettre ce fait  ) mais :

   * Par la petitesse de la construction en encorbellement,

   * Par l'absence d'ouverture en dessous à défendre,

   * Par l'utilisation de la brique.

  Je suppose que ce système défensif est "récent" : 16ème siècle, les Guerres de Religion.

 

Y en a t il d'autres ?  

   L'église doit posséder d'autres bretèches, donc pour les voir, je prends un peu de recul. Cette façade possède 2 bretèches identiques à celle déjà décrite, toutes les 2 proches d'un contrefort, et sans ouverture à défendre en dessous.

 

Y a t il une salle de repli ? 

     Avec les bretèches proche du toit, je suppose qu'une salle de repli existait (et existe encore ?). En regardant au sommet du chevet plat, je constate une ouverture confirmant ma supposition.

 

    L'intérieur :

  Je cherche la porte d'entrée est espérant que la salle de repli soit visitable. Elle n'est point majestueuse ni sculptée, mais elle possède son système défensif en brique.

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

    Je n'ai hélas aucune information sérieuse sur l'historique de cette église.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Blaise) est libre et gratuite. La visite de la salle de repli est interdite. 

Au revoir magnifique église qui a su me faire rêver !

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 06:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

 

Le bourg :

Quelle rougeur !    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le village d'Autreppes est situé à 8km au Nord-Ouest de Vervins et à 20km à l'Est de Guise.

   Coordonnées :

49° 54′ 15″ N 3° 51′ 24″ E
 49.904167° 3.856667°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

   Pour un Chevalier Dauphinois, chercheur de ruines médiévales souvent de couleur grise à blanche, l'imposante dominante rouge est déjà une surprise.

   Même si ma découverte est massive et non en ruine, mon bonheur est encore plus grand car le bâtiment possède 2 systèmes défensifs.

 

Rapide analyse de l'église

   Cette église est divisée en 2 parties:

* Une nef avec transept,

* Une entrée fortifiée coté Ouest, divisée en 2 ensembles :

- Un clocher-donjon,

- Des tours de défense.

Est ce une église ou une maison forte ! 

Le clocher-donjon

    Si la construction carrée n'était pas été accrochée à une église, j'aurais sans conteste écrit qu'un donjon me faisait face.

  Dans sa partie basse, ce clocher fait office de porche mais avec ses 4 niveaux sa fonction défensive avec salles de repli est évidente.

  Les fentes de tir sont nombreuses, mais elles ne me semblent pas avoir été créées pour des armes médiévales. Une lecture de ma brochures des églises de la Thiérache confirme une construction au 17ème siècle.

Diantre !  Une fortification non médiévale dans mon blog.

Est ce une erreur grave ?

   Au sommet, point de mâchicoulis ni crénelage (voir vocabulaire). Le toit en pavillon est surmonté d' une flèche de plan carré symbole classique d'une église et non d'un château fort.

 

Les tours

    Accolées au clocher-donjon, 2 tours de plan circulaire en briques avec un soubassement de grès, contribuent à la fonction défensive de l'église d'Autreppes. Elles comportent de nombreuses petites fentes pour tir au fusil,et certaines sont dans l'encoignure pour protéger l'entrée.

    Elles n'ont pas la puissance de leurs consoeurs des châteaux, mais aux pieds de l'une d'entre elle, je me sens petit.

  Les deux tours possèdent au sommet une flèche polygonale à huit pans irréguliers.

 

    L'intérieur :

      Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle. Je me console avec le plan de l'église, récupéré à l'extérieur du site, montrant une tour escalier coté Sud.

 

 

Histoire de l'église :

  • * Vers le 8ème siècle, cette terre appartient au domaine Royal des Carolingiens (voir liste des rois).
  • * En 879, la terre est donnée au Comte (voir titre de noblesse) Alatran.
  • * En 1632 (à vérifier), construction de l'église.
  • * En 1961, des vitraux sont réalisés.
  • * En 1987, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Hilaire) est libre et gratuite. La visite du clocher et des tours de défense est interdite. 

La brique est la force de cette église

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 06:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

 

Le bourg :

Point de défense visible pour cette église !    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit bourg d'Aubenton est situé à 12km au Sud-Est de Hirson, à 40km à l'Est de Vervins et à 25km au Nord-Est de Montcornet.

   Coordonnées de l'église :

49° 50′ 12.35″ N 4° 12′ 16.09″ E
 49.836765° 4.20447°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

      Au centre du bourg, au milieu d'une grande place, la massive église d'Aubenton ne montre aucun signe de système défensif.

   Mon instinct infaillible  (et surtout ma brochure des églises fortifiées du Thiérache) m'oblige à contourner l'imposant bâtiment. C'est ainsi que je découvre cette beauté.

 

Une tour de guet

    De loin en parti caché par la nef, ce que je croyais être un simple clocher est en réalité une imposante tour en pierre de 20m de haut (sans compter le toit). Dans cette région plate, la fonction principale de ce clocher est sans conteste le guet.

Quelle force, pour un clocher ! 

Et... Une tour de défense

   Évidemment le guet est préventif. Mais en cas d'attaque, il est important de se protéger et de se défendre.

 Pour se protéger, il faut :

- Des murs épais.

- Renvoyer une image de puissance. Les épais contreforts à larmiers y contribuent.

- Des salles de repli (les différents niveaux en sont la preuve).

 Pour se défendre, il faut :

- Des archères pour tirer,

- Sur toutes les faces.

  Le plus curieux est l'absence de mâchicoulis et de crénelage (voir vocabulaire ).

 

Comment entrer dans la tour ?

   Pour monter dans les étages de la tour de défense, une tourelle-escalier polygonale a été construite sur l'un des angles. Évidemment la porte pour accéder à l'escalier est à l'intérieur de l'église. Je vais donc franchir ce magnifique portail.

 

    L'intérieur :

Le silence augmente la puissance de ma vue pour admirer les beautésHélas !

   En entrant, je comprends de suite que la tour escalier n'est pas aménagée pour les visiteurs (fussent ils Chevaliers et Dauphinois et passionnés). La découverte des défenses et des salles de repli m'est impossible. 

 

L'art est partout...

   Ma déception passée, je me rends compte que l'église est un véritable musée d'art religieux et que la lumière pénétrant avec douceur incite au silence et à la contemplation.

   Subjugué par les reflets de l'orgue du 17ème siècle je ne prête pas attention à la beauté du plafond.

Quelle erreur !

 

Mais vraiment partout !

    Les multiples caissons peints (de la fin du 17ème siècle) donnent une chaleur et une vie à cette église. Je m'allongerai presque sur le carrelage pour détailler chaque graphique.

  Après avoir dévoré cette église, je me mets en quête des fortifications médiévales du bourg.

 

 

Histoire de l'église :

* En 1044, début de la construction de l'église.
* En 1176, l'église est consacrée et les habitants de Aubenton peuvent assister aux messes.
* Au 13ème siècle, un magnifique portail est sculpté montrant la victoire de l'agneau de Dieu sur ses ennemis.
* Au 14ème siècle, une puissante tour de défense est construite avec salles de repli.
* En 1685, la nef a été couverte par un plafond en bois peint.
* En 1791, l'orgue de l'abbaye de Bucilly est acheté par Aubenton et placé dans l'église.
* En 1893, certains murs sont reconstruits et consolidés.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre-Dame) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Quel magnifique donjon servant de clocher !

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 06:30

 

Département 02 - AISNE  (Thiérache)

 

Le bourg :Voila une église qui va me faire briller les yeux

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit bourg d'Archon est situé à 20 km au Sud-Est de Vervins et à 4km au Nord-Nord-Ouest de Rozoy sur Serre.

    Coordonnées du bourg :

49° 44′ 32″ N 4° 7′ 9″ E
 49.742222°  4.119167°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

    En arrivant dans le bourg, il est impossible de ne pas voir l'église tant elle est imposante et majestueuse. Évidemment, sa couleur rouge due à la brique me surprend (Votre Chevalier Dauphinois est plus habitué aux constructions en pierre).

  Très souvent pour une église fortifiée, c'est le clocher qui est la défense principale, mais pour Archon, il est trop fin pour devenir un système défensif.

Mais où sont les défenses ?  (quel suspense !)

Une bretèche pour protéger la fenêtre 

L'enquête commence

    Le 1er indice se situe coté nef. Sur la façade Sud au dessus d'une fenêtre apparaît une petite bretèche. Symétriquement opposée (sur l'autre face) existe une construction en encorbellement haut perché. Je peux donc en tirer 2 conclusions :

 1 - Une salle de repli doit exister au dessus de la nef.

 2 - Ces 2 petites bretèches sont inefficaces pour une protection globale.

 

A quoi sert ce contrefort ?

    Le plus surprenant est l'absence de transept et surtout la présence d'un puissant contrefort qui tranche avec les classiques contreforts à larmiers aux angles.

  La présence de pierres à la base de cette construction en brique est encore plus surprenante.

Pourquoi est il si puissant et percé ?

 

Les tours

   En regardant (à l'opposé de la nef) à travers le contrefort, je découvre une tour flanque. A sa base, le fruit important me fait penser aux assises des constructions médiévales. Par contre, les petites fentes ne ressemblent pas aux archères (voir vocabulaire ) du Moyen Âge mais aux systèmes défensifs pour arme à feu début renaissance.

 

La porte d'entrée

  En faisant face à la porte d'entrée, je constate que cette tour n'est pas seule. Ce sont deux puissantes et hautes constructions qui encadrent l'entrée de l'église. Sous le toit, un chemin de ronde relient les 2 tours assurant une parfaite défense en encorbellement au dessus de la porte.

 

    L'intérieur :

      En entrant dans l'église, je comprends rapidement qu'il me sera impossible de visiter les tours. La faible hauteur sous plafond (par rapport à la hauteur de l'église) confirme ma présomption d'une salle de repli (non visitable).

   Ne pouvant obtenir plus d'information dans cette nef unique trop aseptisée, je ressors déguster le doux soleil Picard.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle , construction d'une première église (à vérifier).
* Au 16ème siècle , construction de l'église actuelle.
* Durant les guerres de religion, l'église est fortifiée (à vérifier).
* Vers 1699, l'église est réparée.
* Vers 1793, les 2 tours coté nef sont instables. Elles sont détruites.
* En 1932, l'église est inscrites aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église, dédiée à   Saint Martin, est libre et gratuite. La visite des tours et de la salle de repli est interdite.

 

Deux puissantes tours rondes protègent l'entrée

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article