Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 07:47

 

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

   Est ce un mirage ?

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Ployart-et-Vaurseine est située à 80km Est-Nord-Est de Compiègne, à 40km au Nord-Ouest de Reims, à 35km au Nord-Est de Soissons et à 15km au Sud-Est de Laon.

 

   Coordonnées du château :

49° 29' 52" N03° 44' 20" E
 49.4979786265° 3.738823682°

 

 

Le château

     L'extérieur :

Erreur de raisonnement

* Au Nord de la petite commune de Vaurseine, un panneau attire mon attention.

* Le support étant quelque peu branlant et mal calé, je suppose que la tour dont il donne la direction est dans le même état.

* C'est donc sans grand empressement que je suis la flèche (heu... "suis" du verbe "suivre" et non pas "être").

* Dans mon errance, je vois un bâtiment. Il est entouré qu'un mur (ancien ?) et possède des fenêtres avec arc plein cintre.

* Je pressens qu'il n'est pas le but de ma croisade.

* Soudain, en bordure d'un des nombreux étangs, je vois une haute et belle forme.

* Moralité : Ne jamais tirer de conclusion sur un seul indice !

 

 Dois je louer une barque pour le visiter ?

Analyse de loin

* De rempart et autre courtine, je ne vois point.

* Ne distinguant qu'une haute construction, je comprends la dénomination "Tour de Vaurseine" notée sur le panneau.

* Lentement j'avance vers ce fantôme d'un autre âge.

* Sa blancheur surprend dans cet univers où le vert domine.

 

 

Que voir ?

   
Miroir, joli miroir, suis je la plus belle ?

* Les pierres sont correctement taillées et jointives.

* La base de la tour est talutée.

* La partie basse possède une archère droite (du début 13ème siècle).

* La forme ronde comporte une rupture.

Etait ce le départ d'un mur ?.... Une courtine ?

* Les salles sont éclairées par de petites fenêtres rectangulaires.

* A l'étage supérieur, je distingue une ouverture rectangulaire avec un linteau. Je suppose que ce fut la porte d'accès à la tour.

* Comme souvent, la protection de la base est assurée par des mâchicoulis sur consoles.

* Bien que la partie supérieure me semble avoir été refaite "récemment", elle possède le classique et efficace crénelage dont chaque merlon possède une archère droite.

Voyez vous la base talutée ?

 

Une dame blanche en ses vertes terres

 

 

 

    L'intérieur :

* La belle est dans une propriété privée.

* Etant un Chevalier respectueux, je ne tente pas l'intrusion.

 

 

Le diaporama est visible ici - clic

 

 

Histoire du château :

Ma documentation est pauvre sur l'histoire de ce château.

Je me suis servi de Google-Book pour trouver les traces des familles ayant possédées cette seigneurie.

Comme vous le savez, l'orthographe des noms est parfois facétieuse au Moyen Âge.

Il est possible que mon historique ne soit pas entièrement vrai.

 

* En 1156, Guy de Montchalons, marié à Hodierme, est seigneur de Vaurseine.

* En 1163, Payer de Montchalons est seigneur de Vaurseine.

* En 1220, le chevalier Gobert de Montchalon (fils de Guy ?), marié à Galée de Bièvre, est seigneur de Vaurseine.

* En 1247, Gerard de Vaurseine possède la seigneurie.

* En 1255, Anselme de Vauseine, marié à Agnès de Montchalons, est seigneur de Vaurseine.

* En 1262, Anselme II de Vauseine possède la seigneurie.

* En 1357, Jean de Vaurseine est seigneur de ce site.

* En 1394, Jeanne de Vendresse est dame de Vaurseine.

* En 1398, Pierre de Vendy, fils de Jeanne, est seigneur de Vaurseine.

* Au 15ème siècle, construction de la tour (à vérifier.... car je suis surpris qu'une tour de ce siècle possède une simple archère droite).

* En 1447, Jean de Ravenel est seigneur de Vaurseine.

* Vers 1540, Isabeau de Mandy apporte les terres de Vaurseine à son époux Henri de Riencourt, seigneur de Parfondru.

* En 1660, Gaspard de Brail est Baron de Vaurseine (à vérifier).

* En 1690, Charles Levent, marié à Elizabeth de Lettre, est seigneur de Vaurseine.

* Vers 1700, Madeleine Levent, fille de Charles, apporte la seigneurie de Vaurseine à son époux Pierre Antoine Parat.

* Vers 1717, Madeleine-Charlotte Parat, fille de Pierre Antoine, apporte la seigneurie de Vaurseine à François-Charles Bezanne.

* En 1914, les Allemands utilisent la tour comme point de base pour les bombardements contre les armées Françaises (à vérifier).

* En 1927, la tour est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site castral est libre et gratuite depuis la route et les sentiers. La visite de la tour est interdite. Veuillez respecter les propriétés privées et la tranquillité des habitants du bourg.

 

Quelle mystérieuse tour

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 07:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  Voyez vous le système défensif ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Laval en Laonnois est situé à 22km au Nord-Est de Soisson et à 7km au Sud-Sud-Ouest de Laon.

  Coordonnées du bourg :

49° 30′ 5″ Nord 3° 35′ 47″ Est
 49.501389°  3.596389°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     En arrivant dans le village, je me plante devant l'église espérant trouver une construction fortifiée à couper le souffle. Mais ce que je vois ressemble à une église assez classique.

    Certes, cette construction est imposante pour une petit village, mais elle ne correspond pas à mon critère d'église fortifiée.

Aurais je été abusé par ma documentation ?

 

L'enquête commence

    Très souvent le chevet comporte en partie supérieur une salle aménager pour la défense, je me précipite donc vers l'arrière de l'église. lentement, j'observe chaque pierre, chaque joint, chaque ouverture... Mais je ne distingue aucun vestige de fortification.

Auriez vous une meilleure vue que moi ?

 

Élémentaire mon cher Watson

   Partant du principe que ma brochure des églises fortifiées ne comporte pas d'erreur, je me dois de réfléchir :

  1 - Si la partie fortifiée n'est pas le clocher.

  2 - Si le chevet ne dispose pas d'une salle de repli, ni de fente de tir.

 

Reprenons :

 A - L'avant n'est pas fortifié.

 B - L'arrière ne l'est pas plus.

 C - Donc... C'est la construction centrale qui porte mes espoirs.

Quelle puissante tour escalier ! 

Je vais au centre

    Je ne me rends ni au centre-ville, ni au centre-commercial  , mais au centre de l'église de Laval en Laonnois.

    Et j'ai la révélation : Sous le toit, il y a une salle de repli. La différence de couleur des matériaux entre le haut et le bas me fait penser à un ajout de construction quelques années (siècles) après l'édification de l'église. Mais :

Comment fait on pour monter ?

 

La tourelle

    La réponse m'est donnée en regardant la magnifique construction "pentagonale" accolée au transept. Cette tour comporte des fentes verticales (aujourd'hui bouchées à cause des volatiles très nombreux).

  Les 2 contreforts à larmiers s'arrêtant au 3/4 de la hauteur sont surprenant. Mais une plus grande surprise m'attend dans l'angle. Une construction en encorbellement posée sur des consoles.

Latrines ou bretèche (voir vocabulaire) ?

  Si c'est une bretèche, il n'y a rien à défendre en dessous  .

Cette construction protégeait elle l'angle mort ?

 

La tourelle

  En prenant un peu de recul par rapport à la tourelle, j'ai la certitude :

* Qu'elle contient un escalier.

* Que sa fonction a du évoluer avec les siècles.

* Que le toit du transept devait être plus haut.

  Mais suppositions ne font pas raison, je cherche donc à entrer dans l'église pour, peut être, trouver des réponses.

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle (?), construction de l'église.
* En 1921, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Nicolas) est libre et gratuite. La visite de la salle de repli est interdite.

 

Ma vue se trouble devant une beauté fortifiée

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 07:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  Que de tours !.... Est ce que je rêve ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le village de La Bouteille  est situé à 50km au Nord-Est de Laon, à 10km au Sud-Ouest de Hirson et à 6km au Nord-Est de Vervins.

   Coordonnées de l'église :

49° 51′ 34.6″ N 3° 58′ 27.41″ E
 49.85961°  3.97428°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

       En arrivant dans le village, je ne suis pas surpris de la couleur rouge des habitations, ce n'est pas que j'ai abusé de la boisson rouge (ni de La Bouteille ), mais la brique est le matériau de base du département de l'Aisne.

    Mon émerveillement vient en fait de l'impressionnante masse de l'église.

Pourquoi rougis tu , hoo ma belle brique ?  S'il n'y avait pas un haut clocher pointu, j'aurais presque cru que cette construction fut un château fort.

Cette église possède-t-elle un efficace système défensif ?

 

L'enquête commence

* Si j'enlève virtuellement la sacristie au bout de l'église, la petite courtine semble protégée par les tours.

* Ces hautes constructions circulaires ne comportent aucune fenêtre.

* Les petites fentes trahissent la fonction défensive. Cette église parait inattaquable.

* Pourtant, en regardant sur le coté, je m'aperçois que le mur de la nef est bien trop long pour être défendable efficacement par les tours.

* La partie gauche ayant été certainement reconstruite (les lies de briques et pierres en sont la preuve) je cherche à droite (coté entrée) les traces de systèmes défensifs :

  Point de bretèche (voir vocabulaire) ni salle de repli.

 

Les fentes de tir

* Le mur de la nef comporte sur 3 niveaux des fentes de tir pour fusil, elles sont épaulées par celles de la tour ronde.

* Ces ouvertures de tir sont présentes sur les 2 faces, toujours proche des tours de l'entrée.

* Les tireurs pouvaient défendre la longue courtine sans angle mort.

  Cette église me fait de l'ombre

Les tours

    Les 4 tours ne sont pas totalement identiques mais elles comportent les mêmes détails architecturaux et défensifs :

* Un toit conique,

* Des fentes pour tir au fusil,

* Des ouvertures de lumière pour l'escalier,

* Et ... je ne sais point comment nommer cette curiosité.

Est ce le vestige d'une bretèche ?

Pensez vous que cela fut des latrines ?

   Qu'importe, l'ensemble briques et pierres en grès est harmonieux et a dû impressionner plus d'un assaillant.

  J'ai hâte de pousser la porte pour découvrir ces merveilles.

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au début du 16ème siècle, un petit village s'organise autour d'une fabrique de bouteille (à vérifier).

* En 1547, construction de l'église fortifiée par les moines de Foigny.

* En 1860, une des tours est reconstruite en briques.

* En 1927, une partie de l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église Notre Dame est libre et gratuite. La visite des tours est interdite.

 

Est ce une maison forte ou une incroyable église ?

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 07:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

 

Le bourg :

Massif est le clocher-donjon de cette église fortifiée    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Rogny  est située à 40km Est-Sud-Est de Saint Quentin, à18km au Sud-Est de Guise et à 10 km au Sud-Ouest de Vervins.

 

   Coordonnées du bourg :

49° 46′ 10″ N 3° 48′ 38″ E
 49.769444°  3.810556°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

    En bordure du village, une imposante église en brique rouge me regarde : "Viens me voir Chevalier" semble-t-elle dire.

   Lentement, sans la brusquer, je m'approche de cette beauté.

 

Le clocher-donjon

    Accolé à la nef, le rouge donjon carré est si puissant que je ne vois que lui. Avec ses contreforts d'angle à larmier unique, il parait presque indestructible. Mais sa solidité et sa relative puissance ne doivent pas me faire oublier de rechercher les systèmes défensifs obligatoire pour une tour de défense.

Un donjon vraiment imposant   J'ai beau chercher sur chaque brique, je n'en vois aucun.

 

Où sont les défenses ?

     Pour trouver les défenses j'ai recours à mon "astuce" : Prendre du recul. Et là, ma vue se trouble. L'église, comme le sont les châteaux forts, semble entourée d'un fossé. La tour n'en paraît que plus gigantesque.mais elle ne comporte aucune archère ni bretèche (voir vocabulaire).

 

La petite tour ronde

    Contrairement aux autres façades, celle coté fossé montre une petite tour ronde. En m'approchant, je me rends compte qu'elle n'est pas si mince que je l'avais pensée. L'imposante masse du donjon déforme toutes mes notions de grandeur.

  Cette tour ronde est si fascinante que mon ombre se précipite devant moi pour la toucher.

 

Sont ce des défenses ?

  Le petite tour est surprenante par la qualité de son arrondi mais aussi par son implantation contre le donjon sans pour autant s'appuyer sur le mur de la nef.

Voyez vous les petites fentes sur la hauteur ?

    Au premier regard, je pensais à des puits de lumière pour l'escalier intérieur, mais elles ont certainement dû servir à la défense.

A quoi sert une fente de tir au 21ème siècle ?

  Curieusement, notre siècle pacifiste a transformé les fentes de tir en.... passage pour câbles électriques.

Curieuse reconversion n'est il pas ?

 

Où est l'entrée ?

   Il est temps de chercher la porte d'entrée pour découvrir les entrailles de cette puissante tour. Contrairement aux nombreuses églises que j'ai visitées (voir Vicq d'Auribat), la tour n'est pas un clocher-porche (voir cet exemple). L'entrée est sur la façade opposée.

Le donjon serait donc la nef de l'église ?

  Devant cette curiosité architecturale, je tente de pousser la porte dont le portail est de style Gothique Flamboyant.

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle. Mais grâce aux fenêtres assez basses, je peux voler cette image.

   La nef a été refaite et je ne vois aucune trace de système défensif ni d'escalier intérieur. Par conséquent, je peux affirmer que le donjon était le seul moyen de sécurité des habitants.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 14ème siècle (?), construction de l'église.

* Au 15ème siècle (?), le portail est sculpté.

* Au 16ème siècle (?), amélioration du système défensif de l'église.

* En 1989, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite . La visite du clocher est interdite.

 

Comme un château fort, cette église est posée sur une colline

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 07:03

 

Département 80 - SOMME

  Pourquoi le château se cache-t-il de moi ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune d'Eaucourt sur Somme est située à 80km au Sud-Ouest d'Arras, à 40km au Nord-Ouest d'Amiens et à 5km au Sud-Est d'Abbeville.

     Coordonnées du château :

50° 3' 41" N 1° 52' 56" E
 50.061419923°  1.882374287°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* Lentement, mon destrier avance vers la taverne du soir à une lieue de là.

* Comme moi, il est épuisé par 8 jours de découverte dans cette région bien loin de mon Dauphiné.

* Soudain, ses oreilles se dressent, puis il stoppe.

* Je relève la visière de mon heaume pour regarder dans sa direction.

* A travers les vertes branches, il me semble voir une grise construction.

Serait ce le château d'Eaucourt ?

 Mon Graal est au bout du chemin

L'approche

* Je descends de mon valeureux destrier aux instincts de castellologue sans égal.

* Dans un écrin de verdure, les premiers vestiges du château s'offrent à mes yeux ébahis.

* Je cherche le sentier pour m'approcher de cette beauté médiévale.

* Avec douceur, pour ne point effrayer cette beauté, je m'avance.

 

Rapide analyse

* Le châtelet d'entrée est "un peu" abîmé.

* Sur la gauche, il possède une puissante tour ronde.

* Elle est partiellement arasée m'empêchant d'imaginer ses mâchicoulis (voir vocabulaire) et son crénelage.

* Elle possède de belles pierres taillées avec des joints très fins.

* Je suis surpris que les systèmes de tir soient de simples archères droites.

 

Meurtri et pourtant fier d'être debout !

L'autre coté

* Mon regard se détache de l'imposante tour à gauche pour analyser la tour de droite.

* Même si elle est plus haute que sa consoeur, le temps et les hommes ont eu raison de ses rondeurs.

* Ne rêver point mesdames, je ne vous montre pas une méthode d'amincissement, mais une conséquence de l'utilisation du portail comme carrière de pierres (certainement au 19ème siècle).

* Au fond, je vois le fantôme du rempart.

 

L'entrée

* La largeur de l'entrée m'informe qu'il n'y avait qu'un seul double vantail pour carrosse (point de porte piétonne).

* L'architecture me fait imaginer la présence d'un pont levis. Un pont fixe en bois permet le passage.

* Mon imaginaire si développé croit voir les restes des fentes pour les flèches du pont, l'emplacement d'une herse.....

 

        L'intérieur :
  Hélas, je n'ai pas le droit d'entrer. En ce jour, il y a une initiation pédagogique pour les enfants. La présence d'un Chevalier Dauphinois n'est pas prévue.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle (à vérifier), construction d'un château fortifié.

* Durant le second quart du 14ème siècle, les troupes du Roi d'Angleterre Edouard III attaquent le château, mais ne le prennent pas.

* En 1346, après la défaite Française à Crécy, les Anglais annexent une partie du Royaume de France. Eaucourt devient donc Anglais.

* En 1358 (à vérifier), pour éviter que les Anglais occupent le château, les Abbevillois démolissent le site fortifié.

* Avant le fin du troisième quart du 14ème siècle, le château est reconstruit.

* Durant la fin du 14ème siècle, puis le début du 15ème siècle, le château est l'enjeu de nombreuses batailles entre armées Anglaises, Françaises et Bourguignonnes.

* En 1421, à la tête d'une armée de Dauphinois, Jacques II d'Harcourt attaque et s'empare du château pour le compte du Roi de France (voir liste).

* En 1589, durant les Guerres de Religion, le château est l'enjeu de batailles entre les Protestants et les troupes Catholiques du Roi de France. Il semblerait qu'après ce conflit, le château soit démantelé (à vérifier).

* En 1926, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde est créée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur et du châtelet est libre et gratuite en respectant les panneaux d'interdiction. Durant les animations estivales, la visite du site est payante. Renseignez vous sur les horaires et jours.

 

Au revoir énigmatique château Samarien

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 80

Vers Menu châteaux de la Somme

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 09:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  Cette ombre est prometteuse de beauté fortifiée

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Plomion est située à 40km au Nord-Est de Laon, à 12km au Sud-Ouest de Hirson et à 8km au Sud-Est de Vervins.

   Coordonnées de l'église :

49° 48′ 27.12″ N 4° 1′ 9.7″ E
 49.807534°  4.01936°

 

L'église :

     L'extérieur :

Préambule

    "Que l'orage gronde, que la pluie me fouette, que le vent me cingle, point ne m'arrête dans ma recherche des églises fortifiées du Thiérache" me dis je en ce mois de mars par un temps à ne pas mettre un chat dehors.

  C'est dans cette ambiance presque irréelle que je découvre au petit matin les formes de l'église de Plomion, l'une des plus extraordinaires du département.

Êtes vous prêts à écarquiller vos yeux ?

 

La découverte

* Pour ne pas affronter de suite la façade que je pressens incroyable, je découvre l'arrière de l'église.

* Avec mes yeux plissés par le vent, je ne distingue qu'une architecture filaire.

* Tel un Terminator venu d'un autre siècle, je règle ma vision nocturne (parfois je suis un peu fou  ).

 Voyez vous cet enchevêtrement de bâtiments ?

 

Chevet et transept

* Les églises fortifiées avec transept sont assez rares, mais avec autant de bâtiments accrochés à la nef, je suis stupéfait.

* Mon étonnement est au maximum quand je vois une imposante échauguette (voir vocabulaire) posée sur de puissants contreforts.

* Avec ses petites fentes de tir, il semble évident que cette construction n'est point médiévale.

  En avançant un peu, je suis en interrogation devant ce spectacle !

Pourquoi avoir construit une vraie tour d'un coté et une échauguette de l'autre ?

  Voila une tour digne d'un château fort !

La découverte d'une tour

    Je n'avais pas encore vu un transept aussi bien défendu. C'est à reculons que je longe la nef qui curieusement ne dispose d'aucun système défensif, ni de salle de repli sous le toit.

   Dans ma marche arrière, je découvre une tour. Elle est ronde, haute, en briques avec de nombreuses fentes de tir.

 

L'incroyable façade !

  La façade de l'église est un chef d'oeuvre défensif. Il y a d'abord :

  * Les 2 ouvertures au centre avec en dessous des trous de boulin (voir vocabulaire) ayant supporté des hourds pour défendre la porte.

  * Ensuite les 2 imposantes tours,

  * Mais c'est surtout le nombre de fentes de tir , les angles qu'elles couvrent et leurs positions alternées qui font l'efficacité de la défense.

--> Leur positon n'est pas dû au hasard, ces fentes ont fait l'objet d'une étude très poussée de l'architecte de cette église.

  Un plan en coupe transversale montre la multitude des fentes de tir.

 

    L'intérieur :

       La porte de l'église étant ouverte, je vais tenter de découvrir ses secrets.

 

Suivez moi dans les entrailles de cette église.

 

 

Quelle puissance dans cette façade presque inattaquable

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 07:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

 

Le bourg :

Mon graal fortifié est là !    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Bancigny est situé à 20km au Sud-Est de Vervins et à 10km au Nord de Montcornet.

 

Coordonnées de l'église :

49° 48' 03" N 4° 1' 58" E
 49.8008013°  4.0327709°

 

 

 

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     Le village de Bancigny est si petit avec des maisons si espacées que l'église se voit de très loin. Durant l'été il est possible que les quelques arbres puissent la cacher un peu mais en ce mois de mars, elle apparaît si puissante que mon regard ne voit qu'elle.

Quel type de fortification possède cette église ?

Est ce un clocher posé sur un château fort ? 

L'enquête commence

    En regardant "droit dans les yeux" cette beauté, je comprends de suite que sa puissance est due à ses 2 tours rondes encadrant l'entrée.

  La différence de couleur entre pierres taillées  grises et briques rouges, ainsi que l'asymétrie de la hauteur me font penser que l'église a souffert durant sa vie.

 

Y a t il un système défensif ?

   La tour de gauche possède dans la partie brique, des fentes sur 3 hauteurs. Ce système de tir, de dimensions asymétrique ne ressemble pas aux traditinnelles archères médiévales.

   La tour de droite terriblement arasée, comporte aussi des ouvertures de tir sur 2 niveaux. Leur petitesse et la faible distance entre chaque ouverture me fait penser à des fentes de tir pour fusil.

   Ce sont certainement les guerres de religions du 16ème siècle qui ont obligé les habitants à fortifier leur église.

 

Y a il d'autres systèmes défensifs ?

    En contournant l'église je ne vois pas d'autres tour, ni de chemin de ronde, ni de bretèche (voir vocabulaire). Les consolidations récentes ont peut être aseptisé l'église.

 

    L'intérieur :

     Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

  Pour me consoler, je regarde le paysage et je vois...je vois.

La voyez vous aussi ?

     Au loin, le bourg de Plomion montre fièrement sa puissance église. De suite, je pars la visiter.

 

 

Histoire de l'église :

* Au début du 13ème siècle, un bourg nommé Bancegnie est cité.

* En 1590, le bourg est érigé en Comté (voir titre de noblesse).

* Au 16ème siècle, construction d'une église fortifiée (à vérifier).

* En 1932, les tours de l'église sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Nicolas) est libre et gratuite. La visite des tours est interdite.

 

La tour est elle si dissuasive ?

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 07:02

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  Voyez vous un système défensif ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Bruyères et Montbérault est situé à 40km au Nord-Ouest de Reims et 4km au Sud-Est de Laon.

   Cordonnées du bourg :

49° 31′ 31″ Nord 49.525278°
3° 39′ 51″ Est 3.664167°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

    En découvrant l'imposante église au centre du village, je suis en admiration devant la multiplicité des styles architecturaux. Plusieurs siècles de construction et d'évolution donnent une ensemble :

* Massif et léger,

* Aux formes rectilignes et douces,

* Aux soutiens par des colonnettes et des contrefort droits.

 

Suis je devenu un touriste ?

  Je suis si captivé que j'en oublie ma  mission. Je ne suis pas venu pour faire du tourisme mais déguster une des nombreuses églises fortifiées de l'Aisne. Je reprends mes esprits et je cherche LE détail justifiant mon déplacement dans ce village.

Le voyez vous ?

  Le clocher est massif. Mais est il fortifié ?

L'enquête commence

    Bien que cette église possède des ouvertures sous les toits, je doute que cela fut pour éclairer une salle de repli. Je jette donc mon dévolu sur le clocher, seule possibilité de système fortifié.

 

Le clocher

   Pour mieux comprendre le clocher, je m'éloigne à quelques dizaines de mètres. Il me faut réfléchir :

  * Ce clocher est massif comme un donjon.

  * Il possède une ouverture à plusieurs mètres du sol faisant penser à une entrée de tour castrale avec accès par une passerelle.

  * Mais je ne vois aucun trou de boulin (voir vocabulaire) pour porte une rampe d'accès.

  * Il comporte sur la plate-forme, des gargouilles pouvant servir à faire couler un liquide chaud et gluant.

Pensez vous que ce clocher soit défensif ?

 

Je suis à ses pieds

    Ne trouvant pas de preuve de loin, je tente une approche "tout contre". Toutes mes constatations de loin se confirment de près mais je ne vois pas d'indice supplémentaire.

   Ma seule surprise est la présence des contreforts plats que l'on retrouve très souvent sur les donjons du 12-13ème siècle. En haut des murs apparaissent quelques fentes que je ne peux identifier :

Puits de lumière ou archères ?

 

Conclusion

   Cette église n'a certainement pas eu comme fonction principale la défense. Mais avec sa puissance, ses étages, ses gargouilles et fentes, elle a/aurait pu servir à abriter les villageois ainsi que leur permettre d'effrayer et même de repousser quelques brigands.

 

    L'intérieur :

  Quelle chance, la porte de l'église s'ouvre et je suis transporté dans un monde d'architecture s'étendant sur 8 siècles. Plutôt que de décrire l'intérieur, je vous laisse le rêve.

 

bruyeres-et-montberault-83 bruyeres-et-montberault-82 bruyeres-et-montberault-84

 

 

Histoire de l'église :

* Vers 630, Sainte Anstrude fait construire une chapelle.
* Au 11ème siècle, le lieu de culte étant trop petit, il est agrandi.
* Au 12ème siècle, le choeur est aménagé puis le clocher est rehaussé.
* A la fin du 12ème siècle, des bas cotés sont construits le long de la nef
* En 1921, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 14ème siècle, une chapelle latérale est construite au niveau du transept.
* Au 15ème siècle, une chapelle latérale est aménagée.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame) est libre et gratuite. La visite du clocher et des fortifications est interdite. 

 

4 siècles de construction s'offrent à moi

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 07:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  Les travaux vont m'empêcher de voir cette beauté

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Vervins est située à 70km au Nord de Reims,  à 40km  à l'Est de Saint Quentin et à 20km au Sud-Est de Guise.

   Coordonnées du bourg :

49° 50′ 9″ N 3° 54′ 36″ E
 49.835833°   3.91°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

    Il y a plusieurs siècles, Vervins s'est construit sur une colline. L'ancien village s'est doté d'une église posée au centre, donc au sommet de la butte.

   Conséquence : En arrivant dans le bourg, il est impossible de ne pas voir l'église tant elle est haute et surplombe les habitations.

   Dans ce pays où la brique est reine, je suis surpris de voir cette imposante architecture en pierres grises. Mais rapidement, le touriste que je fus fait place au castellologue que je suis, recherchant des détails de fortifications.

Distinguez vous un système défensif ?

Tour d'angle ou trompe l'oeil ? 

L'enquête commence

    Sachant que de nombreuses églises de la Thiérache ont été fortifiées au 16ème et 17ème siècle, je suppose que tout ajout en briques serait susceptible d'avoir été construit pour la défense. J'observe donc ces "curieux triangles" sous les toits. Je suis surpris de voir leur asymétrie par rapport aux fenêtres. Mais il ne semble pas être défensif.

 

Sont ce les défenses ?

    En contournant le bâtiment je vois d'immenses et nombreuses fenêtres peu représentatives d'une église qui se voudrait fortifiée. Dans un angle, mon espoir de castellologue renaît : Il y a une ronde tour d'angle.

  Malgré mon attention et mon envie de trouver archère, fente de tir ou bretèche (voir vocabulaire) je reste bredouille.

Cette église a-t-elle été fortement fortifiée ?

    Située à l'intérieur des remparts, l'église n'avait pas besoin de fortifications importantes et imposantes comme ses homologues des petits villages. Le moutier de Vervins se contentait d'un haut clocher servant pour la vigie.

 

    L'intérieur :

  En entrant dans cette longue église, je comprends de suite que l'accès au clocher ou à la tour d'angle est interdit. J'erre donc dans ce lieu si décoré et si hors du temps.

  Les colonnes très nombreuses sont décorées de motifs variés à la dominante rouge.

vervins-colonne vervins-colonne vervins-colonne

 

     Certains colonnes comportent des peintures religieuses si belles que je me crois transporté en Italie.

 

vervins-colonne vervins-colonnes église colonnes peintes église

 

     En haut des colonnes il y a les arcs en ogive et au dessus la magnifique voûte rappelant le ciel bleu étoilé.

 

vervins-colonne vervins-Voûte de l'église vervins-12

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.
* Vers 1553, l'église est profondément transformée avec entre autre, la construction de bas coté et de la nef.
* En 1870, une abside à 3 pans est construite cachant le magnifique chevet du 12ème siècle,
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite des tours et du clocher est interdite.

 

Je suis au ciel...hoooo

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 06:30

 

Département 02 - AISNE  (Thiérache)

 

Le bourg :

L'horizon est mon but final !    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Dohis est situé à 40 km au Nord-Est de Laon, à 20km au Sud-Est de Vervins et à 5km au Nord de Rozoy.

   Coordonnées de l'église :

49° 45′ 45.66″ N 4° 8′ 24.64″ E
 49.762684°  4.140177°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

Voyez vous au loin cette merveille ?

Ne me dites pas "Non, Chevalier".

Regardez mieux, là bas.

"Je ne vois rien Chevalier !"

  Diantre, après toutes ces années à partager ensemble les sites les plus reculés et les ruines les plus mystérieuses, vous n'avez pas aiguisé votre 6ème sens !

    Prenez ces jumelles et regardez attentivement.

"Oui, Chevalier, il y a quelque chose !"

 

L'enquête commence

    En arrivant dans le bourg, je n'ai aucun doute sur la présence de systèmes défensifs sur cette église. La vue satellite confirme ma première sensation.  Il y a d'abord cette porte fortifiée qui faisait certainement office de rempart (mais il faut que je me méfie de mon imagination fertile).

Y aurait il une tourelle au dessus ? 

La brique est partout

   Comme beaucoup de constructions en Picardie, la dominante rouge due à la brique s'impose. Mais la pierre n'est pas absente :

  * D'abord autour des canonnières (nombreuses sur plusieurs niveaux).

  * Et sur les arquebusières haut perchées sur les échauguettes (voir vocabulaire).

  * Puis à la base de certaines façades (consolidation ou appui sur le bâtiment primitif ?).

  * Enfin dans l'encadrement des portes et fenêtres (pour les sculptures certainement).

 

Le clocher-donjon

   La puissance de l'église s'exprime surtout par l'imposant clocher carré ressemblant à un donjon de château fort. Cette blanche tour comporte des ouvertures prouvant la présence d'une salle de repli en partie haute.

Et comment accède t on à cette salle ?

  Évidemment par une tour escalier extérieur comportant des fentes de lumière pouvant aussi servir de fentes de tir.

 

Particularité architecturale du clocher

     L'imposant clocher possède une flèche "torsadée" que les architectes nomment  : Clocher Tors ou clocher flamme.

  La petitesse de la toiture crée une illusion de pans toujours parallèles.

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 14ème siècle, construction d'une église (à vérifier).
* Au 16ème siècle, construction de la grosse tour ronde en brique.
* Au 18ème siècle, modification de l'architecture de l'église.
* En 1866, construction des bas cotés longeant la nef.
* En 1932, les tours de défense de l'église sont inscrites aux Monuments Historiques.
* En 1989, façades et toitures sont inscrites aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à la Nativité-de-la-Sainte-Vierge) est libre et gratuite. La visite du clocher et des fortifications est interdite. 

 

Le dessin tenterait il de cacher la canonnière ?

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article