Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 07:30

 

     
michel-j-01  
  Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

  Le graal est au bout de ce sentier

Département 76 - SEINE MARITIME

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Les Loges est située à 25km au Nord-Nord-Est de Le Havre, à 12km au Sud-Ouest de Fécamp et à 5km à l'Est d'Etretat.

  Coordonnées du manoir :

49° 41' 52.962" N
0° 16' 51.539" E
 49.698045°
 0.280983°

 

    Toponymie :   (--> voir initiation)

L'origine du nom de cette commune est Germanique. Cela viendrait du mot "laubja", signifiant en français : loge.

  Il faut comprendre "cabane", "abri en feuillage".

  Façade Ouest, reste de la maison forte

Le manoir :

     L'extérieur

La partie médiévale

   La façade Ouest qui surplombe la route, flanquée de sa tour octogonale, est un reste de cette maison forte du 12ème siècle réalisée en pierre brique et silex, donnant un premier aspect à la fois robuste et austère à cette demeure dont on peut voir les remaniements successifs dans les rebouchements d'ouvertures et de meurtrières devenues inutiles.

 

L'évolution Renaissance

     Le manoir d'Estouteville affirme son aspect plus aimable de la Renaissance sur sa façade opposée, coté Est, par sa remarquable double galerie en charpente de bois qui lui confère son originalité.

    Sentez vous la chaleur médiévale ?

    L'intérieur :

  Cette très vieille demeure présente, à l'intérieur, une décoration d'un goût très sûr et plusieurs cheminées anciennes en pierre.

 

 

Histoire du manoir :

* Au 12ème siècle, construction d'une maison forte (ou un petit château fort) par la famille d'Estouteville. Ce bâtiment est ceint de douves et protégé par des tours d'angle. Cette terre est un don de l'impératrice Mathilde, petite fille de Guillaume le Conquérant.

* Au 15ème siècle, le cardinal Guillaume d'Estouteville aménage la façade opposée sur cour en a faisant partiellement abattre une façade et en créant, sous un grand versant de tuiles, deux galeries superposées en charpente de bois, adossées à des murs de maçonnerie en bancs horizontaux alternés de brique et silex, donnant accès aux divers appartements. Une disposition rare d'alliance du bois et de la maçonnerie, alors que le pays sortait à peine des affres de la guerre de Cent-Ans. 

* Au 19ème siècle, la famille Grimaldi, alliée à celle d'Estouteville, hérite du domaine à la fin de l'Ancien Régime. Elle utilise cette demeure comme résidence balnéaire.

* Depuis 1957, le manoir fait l'objet de travaux de restauration entrepris par Mme Defrance et, actuellement, de son fils, M. Jean-Pierre Defrance.

* En 1973, le manoir est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite du manoir est possible certains jours. Veuillez vous renseigner sur les horaires.

 

Manoir ou château fort ?

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 76 Vers Menu châteaux de Seine Maritime
Repost 0
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 07:30

 

   
michel-j-01  
  Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

Département 14 - CALVADOS

 L'entrée est à gauche

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Canapville est située à 40km au Nord-Est de Caen, à 22km au Nord-Ouest de Lisieux, à 20km au Sud de Le Havre et à 7km au Sud-Est de Deauville.

   Coordonnées du manoir :

49° 18' 55.483" N
0° 8' 16.026" E
 49.315412°
 0.137785°

 

Le manoir :

     L'extérieur :

Le plan

     Pour une meilleure compréhension, observons d'abord la disposition des lieux tels qu'ils se présentaient au milieu du 19ème siècle.

A - Le petit manoir, peut-être construit par les évêques de Lisieux.

B - Le grand manoir construit de part et d'autre de la tour primitive conservée (13ème siècle).

C - Un vieux puits actuellement démoli.

D - L'actuelle entrée piétonne.

 Le petit manoir  

Le petit manoir

    Le petit manoir n'a qu'un seul étage et une pièce en comble éclairée par une grande lucarne. Deux portes d'entrée, correspondant à deux logements séparés.

  La tête d'évêque sculptée sur le poteau séparant les deux portes laisse penser que ce manoir a été construit le premier, au début du 15ème siècle, par les évêques eux-mêmes, laissant ce "clin d'œil' sur la façade. 

 

Le grand manoir

   Dans le grand manoir, la tour polygonale en pierre du 13ème siècle abrite actuellement un escalier.

   Ici également, on est conduit à penser que le corps de bâtiment à gauche de la tour est le plus ancien.  Le grand manoir avec la tour polygonale

   Le corps de logis principal, à droite de celle-ci, est davantage typé Renaissance avec ses fenêtres à meneaux et les effets décoratifs de la maçonnerie de remplissage. Il est généreusement protégé par une belle couverture débordante percée de lucarnes ornées d'un décor trilobé.

   Un pavillon formant porche est en nette saillie par rapport à la façade et repose sur de forts piliers de bois. L'ensemble est traité en façade par un très beau colombage.

 

Détail de l'aile de droite

   Sur le soubassement en pierre, on retrouve l'appareillage en damier, typique de la période Renaissance normande.

 

Le parc

   Dans le parc à l'anglaise, sont disséminées divers bâtiments de dépendances, dont cette orangerie installée au 19ème siècle qui sert maintenant de salle d'accueil pour les visiteurs.

 

    L'intérieur :

 

Nous sommes en Normandie

    Dans ce territoire connu entre autre pour ses pommes, il semble logique qu'à l'extrémité du grand manoir, un pressoir à pommes soit installé.

  Les fruits sont d'abord écrasés par cette meule. Puis, le jus de pomme est extrait par le pressoir dans le fond de la pièce.

 

Les pièces de confort

    A l'intérieur, les salles du rez-de-chaussée, un bel ensemble de meubles du 18ème siècle mettant en valeur une collection de porcelaine de Chine et de statuaire du Sud-Est Asiatique.

 

manoir-des eveques-de-lisieux-53 manoir-des eveques-de-lisieux-55

 

 

Histoire du manoir :

* Au 13ème siècle, construction d'un petit château fortifié. La tour en est un des vestiges.

* Au début du 15ème siècle, construction d'un manoir en colombage comportant deux corps de bâtiments. Le domaine est alors la résidence d'été aux évêques de Lisieux.

* Au 15ème siècle, le manoir passe de mains en mains. D'abord les familles de Launoy et de Berteville.

* En 1450, Jehan du Fossey dont la famille est restée de façon plus durable dans les lieux

* En 1635, le manoir appartient à Jean du Fossey "capitaine de cent hommes d'arme".

* Durant la 2ème guerre mondiale, le manoir n'est pas épargné.

* En cette fin de 20ème siècle, le site est restauré, avec le concours des Monuments Historiques, par ses propriétaires : M. et Mme Saint-Loubert-Bié.

* En 2004, le manoir est classé aux Monuments historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Renseignez vous sur les horaires.

 

Pierre et bois font un mariage très esthétique

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 14 Vers Menu châteaux du Calvados
Repost 0
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 07:30
     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

Département :  27 - EURE

  Même la carte IGN montre la tour médiévale de Thévray

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Thévray est située à 55km au Sud-Ouest de Rouen, à 30km Ouest-Sud-Ouest d'Evreux, à 16km au Sud-Est de Bernay et à 15km à l'Ouest de Conches en Ouche (voir son château).

   Coordonnées du château :

48° 58' 57.68" N 0° 43' 16.176" E
 48.982689°  0.72116°

 

Description du bourg fortifié 

     L'extérieur :

L'arrivée

    A quelques centaines de mètres de la petite commune de Thévray, un petit chemin vers le Nord amène vers le hameau nommé : La Tour de Chevray.

  C'est au bout de cette voie qu'apparaît à travers les arbres une imposante construction rouge.

 

Le donjon

  Le donjon de la fin du 15ème siècle, reconstruit selon les critères du Moyen-Âge, était déjà obsolète lors de son achèvement et ne correspondait plus aux critères militaires de l'époque.

    Peut-être était-ce, du reste, la volonté de Jacques de Chambray, sous couvert de réaliser un ouvrage défensif, d'en faire en réalité une tour d'habitation polygonale, flanquée d'un bâtiment annexe de même élévation.

 

Un donjon du 15ème siècle en brique

Analyse

   Au-dessus d'une base parementée de grès, la maçonnerie est faite de lits alternés de brique de pays et de brique surcuite, avec des chaînages d'angles et entourages de baies en pierre harpée.

    Au sommet, les mâchicoulis et le mur du chemin de ronde constituent un couronnement de pierre de grande élégance, supportant le haut comble effilé d'où émergent des cheminées élancées de brique décorées de croisillons en brique surcuite.

    Deux canonnières rectangulaires à double ébrasement encadrent la porte surmontée de hautes rainures qui devaient recevoir les bras du pont-levis.

   La salle voûtée qui suit donne sur le passage menant à la salle basse de la tour avec sa remarquable voûte en éventail s'appuyant sur un pilier central.

   A droite du passage, l'escalier en vis dessert la grande salle de la tour et une petite salle voûtée dans l'annexe. 

  Un pont de bois relie le donjon aux dépendances.

     Un long corps de communs, flanqué de deux pavillons saillants. L'un à usage de cuisine, l'autre converti en chapelle.

   Une grange en colombage offre un élégant décor de tuileaux.

 

 

Histoire du château :

* Au  12ème siècle, construction du château par un membre de la famille Thévray. C'est une bien longue histoire que celle de cette famille médiévale qui détient toujours les terres aujourd'hui. Une histoire mouvementée également, rythmée par celle de la France.

* Au début du 14ème siècle, Jeanne de Thévray apporte ses biens en mariage à Laurent de Ménilles.

* A la fin du 14ème siècle, la petite-fille de Jeanne épouse Robert de Chambray. Les deux noms vont apparaître conjointement tout au long de l'histoire du château.

* En 1418, la guerre de Cent-Ans sévit en Normandie. Le château est livré aux flammes puis démantelé par les troupes Anglaises.

* En 1450, à la fin de la Guerre de Cent-Ans, la famille récupère ce qui reste de ses biens.

* A la fin du 15ème siècle (1498 ?), sous le règne de Charles VIII (voir liste des rois), la reconstruction du château est entrepris par Jacques de Chambray. Elle est ainsi décrite : "Tour et maison, enclose de murailles, en grands fossés larges et profonds…".

* Aux 17ème et 18ème siècles, un château classique est visible à Thévray.

* A la fin du 19ème siècle, sous le second empire le château classique a disparu. Il ne reste plus que les dépendances.

* Au début du 20ème siècle, la puissante tour de Thévray sert de modèle à des cartes postales.

 * A la fin du 20ème siècle, par successions et héritages au fil des siècles, le domaine de Thévray est la propriété de Mmes la Marquise (voir titre de noblesse) de Thévray et de sa fille, Comtesse d'Estève.

 * Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de loin depuis la route est libre et gratuite. La visite du château n'est pas possible car c'est une propriété privée habitée.

 

Le château se cache dans les hauts arbres feuillus

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27 Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 06:30
     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

Département 76 - SEINE MARITIME

  La ferme est identifiée sur la carte IGN 1/250 000ème

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Saint Martin de Boscherville est située à 8km à l'Ouest de Rouen.

 

  Coordonnées de la ferme :

49° 26' 1.633" N 0° 58' 0.624 E
 49.433787°  0.96684°

 

 

Le site :

     L'extérieur :

Préambule du Chevalier Dauphinois

     Lorsque le qualificatif Templier est cité ou écrit, notre imaginaire, nourri de films, séries télé ou bandes dessinées, rêve à des constructions formidables, des châteaux uniques, des remparts infranchissables.

   Dans les pays des croisades, cela était partiellement vrai, mais dans notre Royaume de France, les bâtiments servant à recueillir et élever des chevaux ou à cultiver/récolter n'avaient point besoin d'être forts et imprenables. Ces lieux étaient pour des "comptables et paysans" attachés à l'Ordre du Temple.

  Voici un site peu décrit dans les récits historiques mais qui avait une fonction importante :

Vous allez découvrir une ferme.

  La vue satellite montre la délimitation ancienne de cette ferme

Approche cartographique du Chevalier Dauphinois

* Aussi bien sur la carte au 1/250 000ème ou celle au 1/100 000ème, et évidemment sur les magnifiques cartes de randonnée au 1/25 000ème, la ferme des Templiers est notifiée.

* Mais comme toujours, une carte ne définit pas l'état actuel du site. J'ai donc recours à la vue satellite.

  Cette présentation faite, je laisse maintenant la place à messire M.J.

 

Matériau

    C'est donc au début du13ème siècle qu'une ferme en pierre blanche de Caumont fut édifiée au Genétey, à la sortie sud de Saint-Martin de Boscherville.

    Usuellement, les fermes cauchoises étaient plutôt construites avec des matériaux moins nobles, en silex et en grès pour les soubassements et pans de bois et galandage en superstructure. L'entorse à cette règle doit probablement être trouvée dans le fait que la carrière de Caumont se trouve à quelques kilomètres de là sur la rive gauche de la Seine.

Corp de logis - Pignon SudQuels en furent les constructeurs ?

 

   Aucune certitude à cet égard. Toujours est-il que l'exploitant de cette ferme fortifiée devait l'hospitalité aux moines de l'abbaye de Saint Georges quand ils se rendaient dans la forêt de Roumare.

 

Le corps de logis

   Le corps de logis est doté d'une tour cylindrique sur sa façade arrière et de murs pignons faisant saillie sur la couverture. Il ne comporte que deux grandes pièces :

   * Celle du rez-de-chaussée était occupée par le fermier. Elle possédait une grande cheminée.

   * Celle de l'étage est accessible par un escalier inclus dans la tourelle. Il n'y avait également qu'une seule pièce dont le volume allait jusqu'à la charpente du toit. Elle était, à l'époque, réservée à l'usage des moines de l'abbaye de Saint Georges où une table garnie les attendait.

 

Les annexes

   Des bâtiments annexes à pan de bois ou moellons ont accompagné le manoir au cours des siècles : Que de matériaux différents dans cette ferme !

* Une longue grange du 18ème où logeaient les vaches et les porcs,

* Une charreterie entièrement ouverte sur un coté pour permettre l'entrée des charrettes à foin sans déchargement.

* Un pressoir du début du 16ème siècle. Un âne y tirait une grosse roue de pierre écrasant les pommes,

* Un chenil (vers 1610), reconnaissable à ses portes surbaissées,

* Un four à pain du 19ème,

* Une volière

 Ces bâtiments limitent la cour centrale de part et d'autre du corps de logis,

     Enfin le potager devant la maison qui a été reconstitué sur son emplacement d'origine et dans l'esprit à la fois naïf et sophistiqué des jardins d'abbaye.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle, construction de la ferme.

* Au 16ème siècle, construction en pan de bois de la petite chapelle Saint-Gorgon. Son élément le plus frappant est sa charpente dont le rythme de ses fermes et l'équarrissage des bois est totalement surabondant par rapport au poids des tuiles à supporter.

* En 1610, un chenil est construit.

* En 1611, la chapelle est ornée de vingt-quatre petits personnages peints sur plâtre.

* Au 18ème siècle, aménagement d'une grange.

* Au 19ème siècle, la salle au rez de chaussée du logis est scindée en trois. Un four à pain est aménagé.

* Au 20ème siècle, les actuels propriétaires ont casé les 3 salles établies 1 siècle plus tôt et ont rétabli le rez de chaussée dans son état d'origine.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis le sentier est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite serait possible avec l'accord des propriétaires.

 

Une construction presque intemporel ne ressemblant pas à une ferme

 

Vers liste
châteaux des
Templiers
Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 76 Vers Menu châteaux de Seine Maritime
Repost 0
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 06:06

 

Département 50 - MANCHE

  A elle seule, la tour extérieure mérite le voyage en terres Normandes

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Briquebec est située à 60km au Nord-Ouest de Saint Lô, à 20km au Sud de Cherbourg et à 12km au Sud-Ouest de Valognes.

 

     Coordonnées du château :

49° 28' 153 N 1° 37' 56" W
 49.47083624°  -1.6322126985°

 

 

Le château : 

        L'extérieur :
La découverte

* Quel choc j'ai en voyant cette construction médiévale !

* Le château est si grand, si massif que je me suis demandé si je ne m'étais pas trompé de site.

* Avec son donjon polygonal puis ses tours rondes, hexagonale et quadrangulaire, le château de Briquebec est un géant !

 

Le plan

Pour ne point être perdu devant la diversité des bâtiments et de leur architecture, il est important de regarder le plan.

 Cette façade montre la puissance et l'élégance

Que de contraste !

* Face à la tour de l'Epine (9) je vois  :

- Une massive ronde construction défensive. Elle comportait 2 étages habitables posés sur une cave voûtée.

-  Puis sur la droite de délicates fenêtres gothiques.

* Evidemment, vous pensez que les fenêtres sont positionnées trop bas pour ne pas être la cible des attaquants.

Il faut se rappeler que les gravas, les murs arasés font monter le niveau du sol de plusieurs mètres. L'actuelle pelouse ne reflète pas le niveau du sol de l'époque médiévale. De plus, des fossés et des douves  amplifiaient le dénivelé.

* Quelques mètres plus loin, je découvre de l'eau.

* Il est fort probable que des douves encerclaient le château fort.

* Au bout m'attend un cubique bastion (10). Sa forme anguleuse détonne.

* Puis j'arrive au pied du donjon.

 

Le donjon

Un donjon polygonal unique en Europe !

* Vous êtes si perspicaces que vous avez remarqué que le donjon n'est point au centre du château (comme les représentations naïves nous les montrent trop souvent mais "à l'extérieur". Il fait donc partie du système défensif.

* Le donjon (2) est le chef d'oeuvre du château.

* Il a une forme polygonale à 11 cotés. C'est donc un hendécagone asymétrique.

* Voici ce qu'affirme ma documentation :

- Sa hauteur est de 22 mètres.

- Il comporte un fruit (plan incliné) à la base.

- Le sommet montre les vestiges d'imposants mâchicoulis.

- Le donjon est divisé en 5 étages.

- Un escalier à vis permet la communication entre les étages.

- A l'intérieur, chaque pièce est cylindrique.

- Le niveau 1 est un caveau de 5,6m de diamètre.

- Les quatre autres niveaux comportent des pièces de 7 mètres de diamètres avec une hauteur sous plafond de 4 mètres environ.

- Avec son immense cheminée-four, le niveau 2 semble être la cuisine.

- Les 3 autres étages sont des salles d'habitation.

* Puisque le donjon possède des pièces habitables, il est important qu'elles soient confortables. L'un des éléments de confort est évidemment : Les Latrines.

 

Les latrines

* Ces éléments de confort sont visibles "partout" sur le château.

* Elles sont parfois :

- Complètes,

- Larges mais partiellement ruinés,

-  Petites et accrochées à un contrefort.

 L'entrée est protégée par la tour de l'horloge

L'entrée fortifiée

* Souvent, un château fort possède 2 entrées :

- Une poterne (7),

- L'entrée principale (1) généralement à l'opposé de la poterne.

*  L'entrée principale du château de Briquebec se nomme : Tour de l'horloge (car elle possède.... une horloge évidemment).

* Evidemment, son sommet possède un chemin de ronde avec mâchicoulis.

* Avec un peu d'attention, il est possible de deviner l'emplacement d'un pont levis, aujourd'hui disparu.

* Logiquement, l'entrée était protégée par une herse dont je vois les gorges de manoeuvre.

* La particularité de cette entrée-tour est de créer un sas.

* Ainsi l'assaillant se retrouve coincé devant un autre vantail et sa deuxième herse.

* Je subodore qu'au dessus, les soldats dans la salle des gardes s'amusaient à lâcher des "objets" sur l'intrus.

 

 

        L'intérieur :

Premières découvertes

Plusieurs siècles d'architecture se lisent !* En entrant, je vois d'abord le vide.

* Le vide protégé par de hauts murs.

* Puis le spectacle s'adoucit.

* Les systèmes guerriers laissent la place aux fenêtres à coussiège.

* Les sallees sont réchauffées par des cheminées.

* Dans certaines pièces, les piédroits sculptés m'informent que le lieu n'était point pour les soldats.

 

Eléments de vie

* Durant mon errance dans ce vaste espace, je remarque les vestiges d'une meule.

* Puis, un puits aujourd'hui devenu jardinière.

 

Le logis

* Point de château sans confortable logis, surtout que ce site a été habité jusqu'au 19ème siècle.

* Le logis (6) est appuyé contre un des remparts.

* Il a été complètement réhabilité au 20ème siècle pour recevoir une magnifique auberge-hôtel.

* La façade, avec ses arcades et ses chapiteaux sculptés, me transporte dans les siècles passés.

 

Une surprise

* "Qu'est ce donc que ceci ?"

* "Est ce une église ?"

* "Est ce la chapelle castrale ?"

* La construction presque enterrée est une crypte (5).

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, fondation de la Baronnie (voir titre de noblesse) de Briquebec par Ansleck, petit neveu du Duc Rollon.

* Au 11ème siècle, Guillaume Bertrand, petit fils d'Ansleck, hérite du château de Briquebec

* A la fin du 12ème siècle, une fortification en pierre est construite

* En 1194, le bourg de Briquebec est cité dans un texte.

* A la fin du 13ème siècle puis au début du 14ème, construction de l'actuel château s'appuyant certainement sur les fondations et quelques murs de l'ancienne fortification.

* En 1353, Guillaume Bertrand décède à la bataille de Mauron. N'ayant pas eu d'enfant la dynastie Bertrand s'éteint.

* En ce 14ème siècle, par mariage, le château devient possession de Guillaume Painel, seigneur d'Hambye.

* En 1418, , le Roi Henri V d'Angleterre s'approprie la Normandie. Le château est confisqué à la famille Painel. Il est donné à William de la Pole, Comte de Suffolk.

* En 1532, le Roi de France François 1er fait une halte au château.

* Au 16ème siècle, le château est remanié pour plus de confort et pour adapter son système défensif.

* De 1534 juqu'à 1814, le site appartient successivement aux familles :

- Estouville,

- de Bourbon,

- Longueville,

- Matignon,

- Montmorency,

- Lemarimel.

* Au début du 19ème siècle, un habitation moderne est construite est construite entre les deux tours rondes.

* Vers 1824, Charles Lemarimel cède le site à la mairie de Briquebec.

* En 1840, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur et de la cour est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Même partiellement arasé, le château est impressionnant

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 50

Vers Menu châteaux de la Manche

 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 08:35

 

     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

  

 

Département 76 - SEINE MARITIME

  Voyez vous le manoir fortifié ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Foucart est située à 35km au Nord-Est de Le Havre, à 20km au Sud-Est de Fécamp et à 12km à l'Ouest d'Yvetot.

 

  Coordonnées du château :

49° 37' 0.001" N 0° 35' 34.001" E
 49.616667°  0.592778°

 

 

Le château :

     L'extérieur :

Préambule du Chevalier Dauphinois

   Dans les différents livres, brochures, cartes, cette construction porte différents noms :

1 - Château,

2 - Manoir fortifié,

3 - Ferme fortifié,

4 - Ferme château.

  Messire M.J. a choisi le qualificatif de manoir, j'ai opté dans le titre pour château.

L'important n'est point de débattre sur ce mot, mais de découvrir une magnifique réalisation dans l'esprit Cauchois.

 

L'arrivéeFaçade du manoir coté Nord

   Quand l'on parcourt la départementale 40 au Sud de Fauville (ancienne voie Romaine), il faut rester en alerte pour apercevoir le manoir de Caumare, mais ne pas manquer de s'approcher de ce sobre bâtiment dans son cadre rustique.

 

La découverte

    La Renaissance n'a pas encore effacé toutes traces de la guerre de Cent-Ans, comme en témoignent cette puissante tourelle d'angle et les contreforts qui affirment le caractère défensif des lieux.

 

Première analyse

   Originellement, il s'agissait d'une maison forte bâtie, le long de la route de Fauville, avec les trois matériaux de base des constructions cauchoises :

* Pierre,

* Brique

* Et silex.

   Une tourelle d'escalier cylindrique coincée entre le corps de logis et la porterie constituent un ensemble harmonieux réalisé au 15ème siècle en brique et bandeaux de pierre alternés.

    Les puissants contreforts d'angles affirment la vocation de maison forte de cette construction dont on retrouve du reste des vestiges de douves (voir vocabulaire ) sèches.

  Façade coté Est

L'autre façade

   La façade Est présente un tout autre aspect. Un fort soubassement et rez-de-chaussée maçonné supportent un étage traité en colombage, prolongé par une aile basse reliée à une petite tourelle cylindrique.

 

Dans la cour

    Une fois franchie la porterie, on accède à une cour intérieure. La façade Sud-Est, selon les divers remaniements qui ont été effectués au fil des siècles, un savant mélange de pierre, brique et silex.

   La façade Ouest est traitée en colombage.

 

C'est la fin

    Le domaine abrite un sobre colombier en brique du 17ème siècle. Ce bâtiment prouve la noblesse des habitants attachés à ce manoir.

 

 

Histoire du château :

* Au 15ème siècle, construction du manoir fortifié.

* Au 17ème siècle, construction d'un colombier.

* Au début du 20ème siècle, le manoir est habité et semble avoir traversé les siècles sans dommage.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite en respectant la tranquilité des propriétaires. La visite de l'intérieur est interdite, la propriété est privée et habitée.

Rappel : Il est interdit d'emprunter le chemin privé !

 

La vue satellite montre l'étendu du manoir

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 76 Vers Menu châteaux de Seine Maritime
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 06:30

 

Département :   50 - MANCHE

 

Sur la place de l'église, ce bâtiment rayonne

Le bourg :

   Situation  (--> le voir sur une carte)

        La commune de Barneville-Carteret est située à 60km au Nord-Ouest de Saint Lô, à 30km au Sud-Ouest de Cherbourg, à 15km à l'Ouest de Saint Sauveur le Vicomte et de son château.

 

   Coordonnées du bourg :

49° 22′ 54″ N 1° 45′ 5″ W
 49.381667°   -1.751389°

 

 

L'église :

      L'extérieur

La découverte

     En arrivant dans le bourg, il n'est pas difficile de trouver l'église tant elle trône sur sa placette proche d'une rue piétonne. Ses dimensions m'impressionnent et lentement je m'approche.

 

Rapide analyse

     En voyant les contreforts à larmiers dans l'angle "primitif" de l'église, je suppose que les aménagements latéraux ont été posés après la construction originelle. D'ailleurs, ce collatéral avec ses grandes ouvertures n'est pas fait pour la défense.

Quelle est donc la caractéristique qui a déclenché ma venu loin de mes terres Dauphinoises ?

  Voila une vraie tour médiévale

 Quelle tour !

    La construction défensive la plus marquante est incontestablement la tour. Posée sur le coté avec sa tourelle escalier, la puissante tour carrée semble revendiquer la fonction défensive de cette massive église.

Possède-t-elle un système défensif ?

 

Les défenses

   Au dessus et en dessous des abat-sons (voir explication sur le pluriel) 2 marques défensives me donnent le sourire.

* Une archère canonnière montrant une construction ou un aménagement vers le 15ème siècle.

* Un ensemble de mâchicoulis qui semble plus dissuasif (la psychologie existait dont au Moyen Âge ?) qu'efficace.

  Le manque de crénelage est surprenant.

A-t-il été supprimé avec les consolidations récentes ?

  Je vais tenter d'entrer pour comprendre l'architecture de cette belle tour.

 

      L'intérieur

* Quel plaisir de pouvoir entrer dans l'église, il y en a tant qui ont porte close.

* De suite, je comprends que je n'aurai pas accès à la tour.

* L'atmosphère respire la religion et non la sueur des soldats et guerriers.

* En regardant vers le collatéral, je vois une différence architecturale entre les murs de la contre-allée et le choeur.

* Les piliers massif avec les belles arcades décorées de motifs à frettes crénelées et à bâtons brisés contrastent avec la blancheur nue du collatéral.

* Ma supposition d'un aménagement ultérieur se vérifie.

* Motifs géométriques, décors végétaux, animaux fantastiques et personnages ont été sculptés sur chaque chapiteau et arcade.

* Votre chevalier Dauphinois, amateur de ruines fortifiées, est ici dans un univers de recueillement.

 

 
Histoire de l'église :

* Vers 1140, construction d'une église.

* Au 13ème siècle, l'église est légèrement modifiée.

* Au 15ème siècle, construction de la chapelle Nord.

* Au 15ème siècle, durant la guerre de 100 ans, une tour de guet et de défense est construite.

* En 1499, 14 archers Écossais sont "loués" par le Roi de France (voir liste) pour défendre le bourg. Une troupe Anglaise attaque l'église pour les déloger.

* En 1769, construction de la sacristie.

* En 1906, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Germain d'Auxerre) est libre et gratuite. La visite de la tour est interdite.

 

Une haie de verdure embellissant l'église

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers menu châteaux forts de la Manche Vers Menu châteaux de la Manche
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 08:35

 

Département 50 - MANCHE

  Chaque implantation de bâtiment est logiquement positionnée

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Pirou est située à 70km au Sud de Cherbourg, à 50km au Nord de Grandville, à 40km à l'Ouest de Saint Lô et à 15km au Sud-Sud-Ouest de La Haye du Puits (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

49° 09' 45" N 1° 34' 24" W
 49.16253375°  -1.573319435°

 

Le château : 

        L'extérieur :
Préambule

* Au Moyen Âge, il n'y avait pas beaucoup de puissantes forteresses.

* Notre Royaume si morcelé comportait de nombreuses petites seigneuries.

* Chacune possédait un château dont la taille était modeste.

* Mais face à une petite troupe armée, ce n'est point la taille qui est importante, c'est la dissuasion.

* Un château est aussi un lieu de vie pour les "paysans". De vie signifiant aussi payer l'impôt sur la fabrication puisque les "outils" sont fournis par le seigneur (four, presse etc...).

* Le château de Pirou répond à tout cela. C'est l'exemple parfait de la fortification des petites seigneuries.

 Plan du château de Pirou dans la Manche

Le plan

* Pour vous faciliter la visite, je vous livre de suite le plan du château.

01 - 1ère porte défensive.

02 - 2ème double porte défensive.

03 - 3ème porte défensive.

04 - 4ème porte défensive.

05 - Emplacement de la 5ème porte défensive (disparue).

06 - Boulangerie.

07 - Pressoir.

08 - Tourelle défensive.

09 - Chapelle Saint Laurent.

10 - Salle des plaids reconvertis en salle d'expo de la tapisserie.

11 - Communs.

12 - Pont.

13 - Tour carrée du 15ème siècle.

14 - Vieux château.

15 - Logis "neuf"

16 - Emplacement de l'ancien donjon.

17 - Salle des gardes.

18 - Salle à manger.

19 - Cuisines.

20 - Escalier du chemin de ronde.

21 - Tour du 17ème siècle (au Sud-Ouest).

 Voici l'une des 4 portes fortifiées du château. Vais je les franchir sans problème ?

L'entré - 01

* La première porte (01) ne paraît pas impressionnante en notre siècle. Mais en regardant son encadrement, je subodore qu'elle fut précédée par un pont levis.

* En réalité, cette entrée est une barbacane comportant de chaque coté des casemates.

* Sur la gauche, la salle de garde.

* Evidemment, la façade montre plusieurs ouvertures de guet et de tir pour arme à feu.

 

L'entrée - 02

* La deuxième entrée est un véritable châtelet.

* Certes, la partie supérieure a été arasée mais la puissance se ressent.

* Sa double porte ne facilitait pas l'intrusion des attaquants.

* Evidemment, vous pensez : "Pourquoi entrer par les portes. Il suffit de contourner".

* Ceci est une mauvaise idée, car les cotés devaient être des marais et surtout, un long bâtiment défensif attendait les assaillants. Les ouvertures de tir sont nombreuses.

 

        Les aménagements autour du château :

L'entrée payante

* J'avale rapidement l'entrée 03 (qui n'est qu'un fantôme).

* Pour le droit à la visite, je donne quelques piastres à l'hôte qui m'accueille avec un immense sourire et une agréable gentillesse.

* Puis j'entre dans le circuit de découverte en passant devant la bergerie (propriété privée).

 Imaginez là il y a 500 ans. L'auriez vous affrontée ?

L'entrée - 04

* La quatrième porte  est fascinante.

* Elle possède un crénelage et un chemin de ronde accessible depuis le bâtiment à gauche (devenu en notre siècle l'accueil).

* Je pressens la présence de fentes pour les flèches de mouvement d'un pont levis.

* L'assaillant devait subir le "feu" des défenseurs de cette porte mais aussi du château situé sur la droite.

Pourquoi le château est sur la droite ?

Pourquoi faut il le contourner sur la gauche ?

** La réponse à ses 2 questions est la même. Généralement, l'attaquant est droitier, il porte son bouclier dans la main gauche. Il est donc "sans" protection sur sa droite. Les défenseurs depuis le château peuvent mieux l'atteindre.

* La porte possède 2 entrées :

- A droite, la petite porte piétonne et la guérite pour le garde.

- A gauche, la porte pour les cavaliers, les carrosses et les charrettes.

 

Les communs et utilités

* Le premier bâtiment est la boulangerie (06) magnifiquement restauré avec son pétrin et son four.

* Puis s'offre à moi le pressoir (07) avec sa "machinerie" fonctionnelle.

 

La chapelle - 09

* Point de château sans une chapelle.

* Souvent elle est à l'intérieur du château, dans une des tours.

* Mais à Pirou, c'est un bâtiment faisant partie des remparts.

* Elle a été reconstruite au 17ème siècle.

* La charpente a une forme de carêne de bâteau renversé.

* Les nombreux blasons sur les vitraux sont en l'honneur des différents propriétaires.

 Tout est magique en cette salle

La salle des Plaids - 10

* Dans cette grande salle, chauffée par l'imposante cheminée,  le seigneur recevait les "plaignants".

* Les siècles passant, elle devint une écurie.

* Puis elle fut transformée en étable.

* Ce n'est qu'à la fin du 20ème siècle, après sa restauration, qu'elle prit la fonction de : Salle de la tapisserie.

Pourquoi ce nom ?

* De 1976 à 1992, sur la demande de l'abbé Marcel Lelégard (propriétaire du château) madame Thérèse Ozenne se met à broder (en empruntant le style de la tapisserie de Bayeux) la légende des Oies de Pirou puis la conquète de l'Italie du Sud et de la Sicile par les Normands de Hauteville au 11ème siècle.

58 mètres de broderie sont exposés.

 

La découverte de l'incroyable château

 

Pour découvrir le château, veuillez cliquer ici.

 

Miroir, joli miroir, est ce un beau château ?

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 50

Vers Menu châteaux de la Manche

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 07:30
     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

Le château est au bout de l'allée

 

Département :  27 - EURE

  

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Grandvilliers est située à 50km au Nord-Ouest de Chartres, à 25km au Sud d'Evreux et à 20km au Nord-Ouest d'Evreux.

 

  Coordonnées du château :

48° 48' 24.156" N 1° 6' 21.478" E
 48.80671°  1.105966°

 

 

Description du château 

     L'extérieur :

La découverte

   Au fond d'une vaste perspective apparaît le château d'Hellenvilliers, composé de trois bâtiments et une construction qui s'est finalement trouvée étagée sur trois siècles.

 Aile Est et la chapelle

 

Le "vieux logis"

   Edifié sur deux niveaux, les façades du "vieux logis", d'époque Renaissance (aile Est), sont en brique de pays avec des appareillages de pierre en encadrements de baies et en cordons.

   La porte principale, donnant sur la cour d'honneur propose une décoration classique, avec ses colonnes corinthiennes détachées, son entablement et son fronton sculptés, qui la situe vraisemblablement postérieure à l'ensemble du logis.

 

 

La chapelle

  La chapelle, en prolongement du vieux logis, date du 15ème siècle.

  C'est la partie la plus ancienne de cet édifice.

  Elle est constituée d'assises alternées de brique, silex et pierre.

  Ailes Sud et Ouest

 

Aile Sud 

    Le corps de bâtiment Sud, ou corps central, date du 17ème siècle. C'était à l'époque une galerie ouverte, ce qui explique ces fenêtres en arcades à R.C., qui reliait le vieux logis à une poterne d'entrée.

 

 

Aile Ouest

    Enfin, la troisième aile Ouest remonte au début du 18ème siècle, réalisée dans un style classique plus sobre.

   C'est de cette époque que date le nouveau dessin du parc attribué à André Le Notre selon une orientation Nord-Sud.

 

 

La façade Sud

   En passant par la façade Sud du château, remarquons son grand pavillon d'angle qui s'est substitué à l'ancienne poterne reliée au vieux logis par la galerie

  La tour d'angle du château primitif

 

La façade arrière

    La façade arrière du vieux logis donne sur la cour Renaissance où se situent les plus anciennes constructions du domaine.

   C'était la cour du château primitif dont reste la Tour d'Angle établie en brique, décorée de croisillons en brique surcuite, sur une base circulaire. Un reste des constructions du 12ème siècle, doté à sa base d'une canonnière.

Sous la corniche court une frise sculptée où se mêlent les emblèmes de François Ier, de Diane de Poitiers et des Mainnemares.

    En vis-à-vis on retrouve le chevet de la chapelle et un bâtiment de dépendance.

 

 

Le pigeonnier

   Un peu plus au Nord, on remarque le pigeonnier ainsi que d'autres dépendances et étables.

      Les trous de nichée (les boulins) indiquaient l'importance du domaine. On en dénombre ici 1364, ce qui signifiait un domaine de près de 700 hectares.

 

La cuisine du vieux logis   

    L'intérieur :

La chapelle

   A voir enfin en quittant Hellenvilliers l'intérieur de la chapelle à la belle voûte en bois.

 

Le "vieux logis"

    Le vieux logis recèle également une intéressante cuisine aux murs de brique et pierre et à la vaste cheminée où l'on imagine en train de rôtir les bêtes abattues dans les forêts voisines.

 

 

Histoire du château :

* Au 9ème siècle, présence d'un poste de défense.

* Au 11ème siècle, Jean II, sire d'Hellenvilliers fait édifier une maison forte sur ce site.

* Au 11ème siècle, une des descendantes de cette lignée épouse Guillaume de Mainnemares, un seigneur de la région de Duclair.

* Au 16ème siècle, c'est l'un des descendants de cette nouvelle famille qui entreprend la construction du "vieux logis".

* En 1585, Marie de Mainemares épouse  Nicolas II de Clinchamp. Le château est apporté en dot.

* En 1590, la famille Clinchamp (il est fort probable que ce soit Gabriel) reçoit au château Henri IV (voir liste des rois) avant la bataille d'Ivry.

* En 1610, Gabriel de Clinchamp, seigneur de Hellenvilliers, épouse Antoinette de Mornay.

* En ce 17ème siècle, un membre de la famille deClinchamps fait construire le corps de bâtiment Sud en retour d'équerre. Ce bâtiment occupe le fond de la cour d'honneur.

* En 1690, la famille de Clinchamp vend le domaine à Louis Jérome d'Erard, conseiller au parlement de Rouen et descendant d'une ancienne famille normande. Le château s'agrandit alors de son aile Ouest. 

* Au 18ème siècle, Armand Aimé d'Erard est marquis (voir titre de noblesse) d'Hellenvillers.

* En 1952, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, les propriétaires sont les descendants de la famille D'Evrard.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du château est possible en été. Veuillez vous renseigner sur les horaires et dates d'ouverture.

 

Vue aérienne de l'ensemble des constructions du domaine - Photo des propriétaires

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27 Vers Menu châteaux de l'Eure
Repost 0
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 07:30
     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

Département 14 - CALVADOS

 Le rempart ne semble pas imprenable

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La commune de Saint Germain de Livet est située à 40km Est-Sud-Est de Caen, à 28km à l'Ouest de Bernay et à 7km au Sud de Lizieux.

   Coordonnées du château :

49° 5' 21.7" N 0° 12' 56.376" E
 49.089361°  0.21566°

 

Le château :

     L'extérieur :

Préambule du Chevalier

  Le but de ce blog est de vous montrer des constructions médiévales fortifiées.

    Evidemment, je visite aussi des châteaux d'époques plus récentes, mais je me suis imposé à ne point les faire figurer dans ce blog.

Pourtant, aujourd'hui, ce château va vous étonner par sa "jeunesse" architecturale.

   Je n'ai pas changé de thème, mais je considère que mes articles sont ouverts à toutes les constructions dont une pierre a été posée avant 1492, date théorique de la fin du Moyen Âge en France. C'est le cas pour ce château.

J'espère que ce choc ne vous sera pas fatal.

 Je laisse maintenant la place à messire M.J.

 

Savoir regarder

     Ce château est une jolie merveille isolée des routes principales et presque anonymement cachée en bordure d'une petite route.

  S'il n'y avait pas un panneau et une porte entrouverte, le touriste non attentif passerait sans prendre le temps de la visite.

5 siècles d'architecture s'offrent à mes yeux de gamin rêveur 

La découverte

   L'arrivée au domaine :

* Sur la droite le pignon du manoir, construit à partir de 1462.

* Au centre le pavillon d'entrée du château Renaissance bâtit de 1560 à 1580,

* Dans son prolongement, le corps de logis.

 

La façade

    Bien que cela ne fût plus de mise en 1560, le pavillon d'entrée était toutefois nanti d'un pont-levis dont on distingue encore l'empreinte des bras.

    C'est en tout cas un remarquable bâtiment, typique de la Renaissance en Pays d'Auge. Maçonné en damier de pierre et brique vernissée de couleur verte, il laisse apparaître les motifs sculptés classiques de la Renaissance :

* Frises et cordons enjolivés de rosaces,

* Niches de part et d'autre de la fenêtre de l'étage

* Surmontée d'une grande lucarne dans le toit en hache,

* Colonnes et entablement encadrant la voûte en plein cintre du rez-de-chaussée.

 Deux minces tourelles, traitées de même manière, soulignent l'élancement de l'édifice.

    Les mêmes matériaux se poursuivent sur la galerie qui lui fait suite sur sa gauche, avec sa couverture en tuiles vernissées. La façade est agrémentée de deux lignes de minuscules fenêtres et d'oculi, alternant avec des niches à l'étage.

   La grosse tour ronde d'extrémité est maçonnée en brique et pierre, coiffée d'un important toit en poivrière reposant sur une corniche à modillons.

 

  Je prends ma récréation dans cette cour

Coté cour

   Coté cour, le bâtiment intermédiaire offre une autre architecture, inspirée de la Renaissance italienne.

   Elle se présente sous la forme de deux galeries superposées. Celle de l'étage est fermée, alors qu'au rez-de-chaussée elle est une suite ouverte d'arcades en voûtes surbaissées.

 

Le manoir

   Raccordé au château par une petite galerie en bois, le manoir de la seconde moitié du 15ème siècle est une belle construction à colombage sur un soubassement de pierre.

   Le mariage de ces deux styles de construction est mis en valeur par son environnement d'eau.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château de forme pentagonale et entouré de douves. Il est possession du seigneur de Tyrel (à vérifier).

* Au début du 15ème siècle, aux heures les plus noires de la guerre de Cent-Ans, le propriétaire du château, Gilbert Louvet, prend une décision que l'histoire démontra fâcheuse. Il décide de se rallier au roi (voir titre de noblesse) d'Angleterre Henri VI.

* Quelques temps plus tard, le château est investi par les troupes du roi de France (voir liste), Charles VII.

* En 1462, la guerre passée, Jeanne Louvet (fille du Baron de Livet) et son mari, Pierre de Tournebu (seigneur de La Vacherie), s'installent en 1462. Ils font bâtir un grand manoir à pans de bois avec son colombier et dépendances.

* Au milieu du 16ème siècle (1560), leur descendant, Jean de Tournebu et son épouse, Marie de Croismare, y accolent le pavillon d'entrée, une galerie attenante, épaulée à son extrémité par une forte tour circulaire, dans le plus pur style Renaissance.

* En 1580, fin des importants travaux.

* Au 17ème siècle (?), la famille Tournebu vend le château qui passe à la suite en de diverses mains.

* Au début du 20ème siècle, les derniers propriétaires privés, M. et Mme Pillaut, meublent et restaurent le château.

* En 1924, une partie du château est classée aux Monuments Historiques.

* En 1957, les propriétaires lèguent le site à la ville de Lizieux.

* En 1963, certaines parties du château sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite du parc et de l'intérieur est payante. Renseignez vous sur les jours et horaires d'ouverture.

 

Le miroir des siècles illumine ce vieux château à damiers

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 14 Vers Menu châteaux du Calvados
Repost 0