Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 06:08
 
  Dans les petits villages frontaliers, il n'y avait pas de château ni de fortification entourant la cité. Pour se protéger des brigands et autres routiers, la solution la plus économique était de se barricader dans une église.
  Pour mieux se défendre certaines furent fortifiées. 
Voici un bâtiment religieux avec une protection minimale.
 
 

Département :    55  - MEUSE

Le bourg :
   Situation :    (--> la voir sur une carte)
      La petite commune d'Aulnois sous Vertuzey est située à 6km au Sud-Est de Commercy et à 20km au Nord-Ouest de Toul.

     Ce village est englobé dans une commune nommée : Euville.

   Coordonnées de Euville :

48° 44′ 57.12″ N 5° 37′ 36.12″ E
 48.7492°  5.6267°

 

L'église :   
   L'extérieur :
1ère impression
       Construit sur une terrain plat, environné de petites collines boisées, le village est resserré autour de son église.  Elle domine les toits des maisons. Ce bâtiment  religieux semble très reconstruit et neuf par endroit.

A-t-il gardé des traces de fortifications ?

 

2ème impression
     Si j'étais un assaillant, cette église ne me terrifierait pas. Sa nef semble "moderne" et ne comporte aucun signe de défense.
    La partie la plus intéressante est incontestablement est le clocher-porche hors d'oeuvre comportant une tour flanque devant comporter un escalier.

Voyez vous des traces de défense ?


L'analyse
     Sur le coté droit (Nord-Est), au dessus de la tour escalier, une ouverture verticale ressemble beaucoup à une archère ou une fente de tir. Si cela s'avère vrai, l'autre coté doit en être pourvu.
     En regardant la façade gauche ( (Sud-Est), mes yeux s'illuminent. Heureux je suis car cette tour-clocher est bien un élément défensif comportant sur la face gauche non pas une, mais deux fentes décalées sur 2 niveaux.

Renseignements complémentaires
     Me voyant heureux devant son église, un "pépé" s'informe sur la mission de votre chevalier Dauphinois si loin de ses terres. Et j'apprends que gamin, il était monté dans les étages.
     Il y a 3 étages dont 2 comportent une cheminée. Je suis bien en présence d'une église-refuge fortifiée, mais.... il y a une surprise déplaisante pour moi.
    Il semblerait que ses fortifications datent du 16ème siècle, donc non médiévales.

      L'intérieur :
    La porte est fermée, la visite de l'église paroissiale est impossible. Mon guide providentiel me dit que la montée dans la tour est interdite.


Histoire de l'église :

* Au Moyen Âge, il est possible qu'une église soit construite sur ce site (?).
* A la fin du Moyen Âge, il est possible que des remparts entourent l'église (information orale d'un habitant).
* A la fin du 16ème siècle, aménagement de remparts entourant l'église, précédés par un fossé. Les fentes de tir de la tour-clocher sont peut être de cette période.
* En 1622, des réparations sont demandées par les villageois.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Sébastien) est libre à l'extérieur. La découverte de l'intérieur semble possible mais sans entrer dans la tour.

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées    Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 07:15

 

Département 57 - Moselle
  

Le bourg :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
        La cité de Thionville est située à 25km au Nord de Metz et à 15km au Sud de la frontière du Grand Duché du Luxembourg.

   Coordonnées de la Tour :

48° 57′ 44.28″ N 6° 27′ 7.92″ E
 48.9623°  6.4522°


  Origine du nom :  (initiation à la Toponymie)
       Officiellement, le seul vestige médiéval du château se nomme : La Tour aux Puces.
    Une légende prétend qu'une princesse logée dans la tour aurait été "mangée" par des puces.
  J'adore les légendes mais la vérité est tout autre. A l'origine, ce lieu se nommait  Peetzsturn,mot dérivé d'un patois Luxembourgeois. Il a été déformé par le temps, le bouche à oreille et la traduction approximative.
  Le nom du lieu fortifié est devenu : Tour aux Puces.

La tour :
       L'extérieur :
    Après avoir dormi dans une taverne de Thionville,  je me rends au petit matin au bord de la rivière nommée Moselle pour humer l'air frais avant de partir vers la découverte des châteaux du Luxembourg.

La surprise
Un panneau me guide vers un bâtiment très reconstruit mais dont je pressens les origines. Et avant même mon analyse de ses formes, une beauté me regarde derrière.... Hooo !

La tour
   Comme toujours, avant de regarder les détails, je prends un peu de recul pour admirer cette impressionnante tour. C'est une sorte de donjon qui parait rond, mais est en réalité c'est un polygone à 14 faces. Avec de telles dimensions, il était habitable.
    En plus de ce damier "coloré", la tour comporte des traces du passé comme cette empreinte d'un toit (un entrepôt ?) et une fenêtre de confort (du 16ème ?).

 

Questionnement sur la tour
     Plus haut une ouverture faisant "oeil de boeuf" ressemble beaucoup à une bouche à feu. Puis à quelques mètres des boules de pierres bien "attachées" au parement.

Qu'est ce ?

A - Sont ce des pierres à bossage ?.... J'en doute, point centrées sont ces boules.
B - Sont ce des "Michottes" ?.... J'en doute car il ne semble y en avoir qu'au château de Prény.
C - Sont ce des boulets bloqués par ce donjon ?.... Peut être mais sont ils là depuis plusieurs siècles ?

 

 

   Devant tant de doutes, je préfère regarder le ciel pour connaître la météo du jour. C'est à travers un crénelage très refait que je distingue les prémices du ciel bleu annonciateur de découvertes castrales Luxembourgeoises.

En avant !

 
 
Histoire de la tour :
    L'histoire de la Tour aux Puces est étroitement liée à celle de la ville de Thionville. Elle est si riche qu'il m'est impossible de n'y consacrer qu'un petit article. Je ne vais faire qu'une approche rapide.

* Vers le 8ème siècle, à l'époque Mérovingienne une "légende" prétend que Charlemagne (voir liste des rois) passe quelques nuits dans le château "Theodonis-Villa".
* En 939 par les partisans du futur empereur Othon 1er détruisent les fortifications.
* Au 10ème siècle,Thionville  est sous domination Luxembourgeoise. Sur les bases de l'ancienne fortification, le Duc du Luxembourg fait construire un château. Il est logique de penser que la tour fut le donjon du château.
* En 1292, le château devient la résidence du Prévôt.
* En 1542, des modernisations et reconstructions de la porte d'entrée et des fortifications de la ville sont réalisées.
* Jusqu'en 1639, la ville est aux prises à des combats et des luttes.
* Vers 1659, la ville est Française par le traité des Pyrénées.
* Vers 1660 (?), Louis XIV (voir liste des rois) demande à Vauban de fortifier la ville.
* Hélas durant 250 ans Thionville ne connaît pas vraiment la paix. Les guerres entre Prussiens et Français vont transformer la ville.
* En 1903, la municipalité fait détruire des vestiges des fortifications. Cet acte met en valeur la beauté de la Tour aux Puces.
* En 1980, inscription partielle aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La tour est un musée historique avec accès payant.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 57 Vers Menu châteaux de la Moselle
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 06:30

 

 

Département :   54 - MEURTHE et MOSELLE

 

 

Le bourg : 

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La petite commune de Prény est située à 20km au Sud-Est de Metz (voir sa porte fortifiée) et à 10km au Nord de Pont à Mousson.

 

     Coordonnées du château:

48° 58′ 44.04″ N5° 59′ 52.08″ E
 48.9789° 5.9978°

 

 

Le château :

    L'extérieur :

Préambule

    Lorsque je prépare mes vacances, en m'aidant de l'atlas des châteaux forts, je coche sur la carte routière les emplacements des ruines et châteaux d'origine médiévale. Mais comme je réalise cette tache souvent plusieurs mois à l'avance, je ne me souviens pas toujours de l'importance de ce château. Et c'est ainsi que parfois j'ai la surprise de visiter une fortification incroyable, comme au château de Murat.

    La ruine de Prény a été une découverte magnifique que je vais tenter de vous faire vivre. Malgré le froid et l'humidité dus aux fortes pluies de la veille, la beauté des vieilles pierres suffit à m'enflammer !

      Si vous allez voir cette ruine, je vous conseille de laisser votre destrier en bas, sur le grand parking en bordure du village, puis de monter par le sentier aménagé. La masse vous écrasera de plaisirs.

 

La découverte

* Comme toujours, la découverte d'une ruine commence par l'extérieur.

* Bien qu'envahis par endroit par la végétation, les murs montrent leur puissance.

* Les courtines médiévales possèdent évidemment les habituelles archères. De plus cette fortification a reçu les derniers aménagements du 15ème siècle.

* Vous avez compris que je parle de bouches à feu.

 

Une curiosité

    Les courtines de Prény comportent une curieuse particularité. Les habitants la nomment :  Michotte.

   Ces pierres de dimensions différentes et inégalement réparties ont une forme carrée à l'intérieur et sphérique à l'extérieur.

   L'origine est inconnue. Est ce :

* Une décoration ?

* Une marque des artisans Lorrains ?

* Une forme plus efficace de la pierre à bossage (voir vocabulaire) ?

* Une manière de rappeler que les tailleurs de pierres étaient parfois payés en miches de pain ?

  Toutes les suppositions ont été formulées mais aucune a été retenue avec certitude.

 

Quel château !

* Ce qui est impressionnant, c'est la superficie de cette fortification.

* Ce n'était évidemment pas le château d'un petit seigneur.

* Un panneau près de la porte d'entrée m''informe que la construction de Prény était la principale forteresse des Ducs (voir titre de noblesse) de Lorraine.

* Elle avait été construite pour faire face au puissant évêque de Metz et au Duc de Bar.

Vous ne me croyez pas ?

 

Je suis au paradis !

   Comme moi, vous ne connaissiez pas ce village et vous doutez. Voici la preuve de mes dires.

Magnifique n'est ce pas !

     Mais attention.... Je vous ai dit que c'était une ruine, alors.... Faites marcher votre imaginaire.

 

La visite commence

  Au bout du petit chemin, une ouverture imposante m'invite à découvrir cette merveille. Evidemment, il n'y a plus de pont levis, ni de vantaux, ni de herse. Et pourtant, les traces de leur existence passée sont encore visibles.

Avez vous remarqué, près du rail de la herse, une belle archère ?

 Je suppose que le corps de garde était derrière ce mur.

 

 

    L'intérieur :

Une cour

    Dans la première cour, le mur comporte des archères (je vous en avais montrée une depuis l'extérieur). Bien que refaite récemment, il est possible de constater l'importante embrasure (voir vocabulaire). Le mur extérieur est épais et puissamment fortifié.

     En me retournant, l'atmosphère semble plus paisible. Pourtant en regardant attentivement, il y a des tours, des remparts, puis un peu plus loin, des courtines précédées par un fossé.

Je vous sens un peu perdus.

 

Le plan

   Il est important que je vous fasse mieux ressentir l'incroyable architecture du château de Prény.

   Voici le plan du site (réalisé par l'association du château) permettant de comprendre cet aménagement :

En bleu : La citerne,
En orange : Le véritable château dont je viens de vous montrer les tours Ouest,
En marron : Le fossé isolant le château de la cour.
En vert foncé : La cour comportant aujourd'hui des habitations et un petit jardin odorant.
En vert clair : L'entrée médiévale que l'on pourrait assimiler à "un sas".


Résumons

* Les tours 1, 2, 3, 4 ont disparu,
* Le petit sentier d'arrivée du 21ème siècle est proche de l'ancienne tour 4 (il n'existait pas au moyen âge),
* La bouche à feu montrée au commencement de la visite est sur la tour 14,
* L'entrée que j'ai empruntée est au Sud-Ouest de l'ancienne tour 4 (proche du corps de garde),
* La fortification était protégée au Nord et à l'Est par un à-pic.
* Un fossé avait été creusé à l'extérieur des remparts au Sud et à l'Ouest isolant le site.
* La tour 15 est à gauche et la 16 est au centre sur cette photo (celle de droite est le donjon),

   Evidemment tout château comporte un donjon.

 

Le donjon

* Depuis la cour, le donjon se remarque par sa puissance, ses 23m de haut et ses 15m de coté. Évidemment, à cause des années et surtout de Richelieu, il n'a plus sa gigantesque hauteur d'antan.
* Ce puissant donjon à éperon est souvent nommé  "Tour Maudeguerre" parce que le cloche de son beffroi sonnait le tocsin en cas de danger. je vais tenter de voir l'intérieur du donjon.
* La surface de l'ancien château est privée et interdite à la visite. Mais il y a un petit sentier le long de la courtine pour découvrir l'intérieur de cette puissante tour maîtresse.
* Ne soyez pas trop déçus par l'image que je vais vous montrer. Ce n'est pas Versailles, c'est un donjon médiéval de défense que les années et les hommes n'ont pas épargné. Pourtant il est très intéressant.
* Je vous laisse admirer l'épaisseur des murs, la pointe de son éperon, les trous de boulins ou des poutres, les.....
 
 

C'est déjà fini

* Le vents souffle, la pluie arrive..... Vite, je repars m'abriter.

* Mais avant, je vous fais un cadeau : Une gravure du château avant 1636.
  
 

 
Histoire du château :

* Vers 960, le lieu est cité dans un texte sans allusion à une fortification. "Othon, roi de Germanie, concède à l'abbaye de Saint Pierre aux Nonnains de Metz, le privilège d'une chapelle (castrale ?) à Prény".

* Au 11ème siècle, une puissance tour (le donjon) est construite au centre de la fortification.

* Au 12ème siècle, le château de Prény est inféodé à une famille noble qui en prend le nom.

* Vers 1124, les troupes de Etienne de Bar, évêque de Metz, attaquent le château sans succès.

* Vers 1286, l'évêque de Metz lance ses troupes à l'assaut du château. Encore un échec des assiégeants.

* En 1437, le Duc de Lorraine est fait prisonnier par Antoine de Bulgnéville. Pour payer la rançon le Duc met en gage le château de Prény (en faveur du Duc de Bourgogne - voir titre de noblesse).

* Au 15ème siècle, certaines tours sont aménagées pour recevoir des canons. Il semble que la grosse tour ronde d'artillerie au Sud-Est soit construite à cette époque.

* En 1636, Richelieu ordonne le démantèlement de la fortification.

* En 1862, certains bâtiments sont classés aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, des habitations sont construites dans l'enceinte.

* En 2001, quelques détails architecturaux sont inscrits aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Les vestiges étant habités, veuillez ne pas les découvrir trop tôt ou trop tard et respecter les plantations.

 

--> Pour parfaire votre découverte, voici un blog complémentaire.

 

 

 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 54Vers Menu châteaux de Meurthe et Moselle
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 06:30
 
   Durant les périodes de troubles, les églises ont parfois servi de réfuge pour les habitants. Voici un exemple de fortification minimale.
 


Département   55 - MEUSE

Le bourg :
   Situation :    (--> la voir sur une carte)
      La petite commune de Creuë est située à 15km au Nord-Est de Saint Mihiel et à 50km au Sud-Est de Verdun.

  Coordonnées du bourg :

48° 57' 54" 5° 40' 4"
 48.965068  5.667915


L'église :
     L'extérieur :
Mes doutes
       Grâce à mon "dictionnaire des châteaux et fortifications du moyen âge", j'ai connaissance d'une église fortifiée médiévale dans ce village. Les renseignements étant faibles, je pressens un  primitif système de défense. C'est donc avec ma loupe de Sherlock Holmes que je marche vers l'église.

La recherche d'indices
     L'église est posée sur une terrasse au dessus du village. Elle est devancée sur sa face Nord par un cimetière classé aux Monuments Historiques. Par se forme et son architecture je ne la pressens pas médiévale. De plus, je ne distingue aucune défense.
     En m'approchant, un trou rond sur un contrefort attire mon attention.

Pensez vous que cela fut une ouverture pour fusil ?

Si oui, comment le tireur visait il sans fente ?

J'ai trouvé
    La façade Sud me donne enfin ce que je cherche

Avez vous trouvé ?
 

   Évidemment, vous avez remarqué cette petite bretèche protégeant... heu.... rien. Mais il est possible qu'avec les reconstructions de l'église, une porte ait été obturée.

       L'intérieur :
     Hélas, la porte est verrouillée, il sera impossible de découvrir l'intérieur de l'église paroissiale dédiée à Saint Pierre et Saint Paul. Mais point de regret il faut avoir, cette église est peu fortifiée.


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.
* Au 15ème siècle, quelques fortifications apparaissent sur les murs (archères et bretèches).
* Au 16ème siècle, aménagement de la nef, du choeur et des collatéraux, puis aménagement de canonnières.
* En 1851, la toiture est refaite.
* Au 19ème siècle, restauration de l'église.
* En 1994, l'église et le cimetière sont inscrits aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre à l'extérieur. La découverte de l'intérieur n'est possible que rarement dans l'année. La visite des fortifications est impossible.

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 06:30
 
   Les églises fortifiées sont fascinantes. De loin, elles paressent anodines, mais en approchant, de magnifiques détails se révèlent. Admirer la beauté de celle-ci.
 

 

 

Département :   55 - MEUSE

Le bourg :
   Situation :  (le voir sur une carte)
    La commune de Troussey est située à 20km au Nord-Ouest de Toul et à 7km au Sud-Est de Commercy.
    Coordonnées du bourg :

48° 44' 9"N 5° 39' 43" E
 48.735934°  5.662149°

 

L'église :   
     L'extérieur :
La découverte
      C'est par un petit matin clair que je découvre la silhouette de l'église de Vertuzey. Les premiers rayons du soleil réchauffent mon armure et éclaire cette massive construction. Je ne pense pas que le muret fut un rempart pour empêcher l'attaque d'un ennemi.

Quelle est belle cette église avec l'aube

Mais peut être que le petit ruisseau était un fossé ?

 

L'enquête commence
La nef ne semble pas avoir été fortifiée, et ne comporte pas de salle de repli comme d'autres églises de la région (voir exemple à Troussey). Si cette église fut une construction de protection et de défense ce ne pouvait être qu'avec le clocher.

 

1ère façade du clocher
     Avec mon oeil d'aigle , je distingue un ancien crénelage sous le toit  du clocher, mais c'est surtout une grande fente verticale qui me fascine.
   Cette archère cruciforme a du être ouverte au 13ème siècle. Dans sa partie basse, je ne peux dire si l'élargissement est du à l'érosion des siècles ou à la création d'une ouverture pour arme à feu (?).
Entourant l'archère, des trous ont du recevoir des poutres pour supporter un chemin de ronde ou un palier en bois pour l'escalier escamotable (?).

2ème façade du clocher
     En prenant un peu de recul je découvre les autres trésors de ce clocher.

Les avez vous vus sur ce donjon-clocher
ou clocher-donjon ?
 

  Je vous aide un peu en m'approchant. Alors, j'attends vos remarques et descriptions !.. Vite, impatient je suis de connaître vos informations .

Un crénelage : Oui et non. Sur la première façade, j'avais affirmé que les 2 grands orifices carrés au dessus étaient des créneaux. Mais en regardant mieux, j'opte pour des fenêtres de tir avec mantelet (voir vocabulaire).

Une meurtrière : Comme je n'aime pas ce mot . J'ai l'impression que ceux qui défendent leur vie commettent des meurtres contre les "gentils" assaillants. Hors, les défenseurs ne font que... heu... se défendre par des archères.
Celle -ci est droite comme au 12ème siècle, et pourtant, elle semble avoir été arrondie en bas comme une "canonnière".

3ème façade du clocher
      En contournant ce clocher-donjon, je vois une autre façade. Évidemment, vous imaginez qu'elle est similaire à la précédente. Elle lui ressemble (puisque je suis devant une tour de défense médiévale) mais quelques détails apportent des éclaircissements :
   * Sous la toitures, les fenêtres de tir sont identiques.
   * Une archère cruciforme à canonnière est clairement identifiable.
   * Un classique abat-son. Pourtant en regardant mieux, cette ouverture n'est pas classique .
 Avec ses trous de boulin (voir vocabulaire) pour une passerelle en bois et la voûte, j'opte pour l'ancienne porte médiévale du donjon.

Ma conclusion
   Cette tour est bien trop fortifiée pour n'avoir été qu'un simple clocher d'église. Ses murs sont bien trop épais pour n'avoir été qu'une banale construction.
    J'imagine qu'un bâtiment a du être construit dans l'enceinte d'un château puis s'est appuyé sur le donjon. Cette ancienne chapelle castrale (je le suppose) a été transformée en église paroissiale et le donjon a servi de "salle de repli" et de défense durant les nombreuses périodes d'insécurité.

       L'intérieur :

    Hélas, la porte de l'église paroissiale Saint Gorgon est fermée et point de visite je peux faire de cet incroyable clocher. Mais même verrouillée, l'arc en tiers point est magnifique et me transporte plusieurs siècles dans le passé.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle (?), construction d'un château (?).
* Au 13ème siècle, aménagement de l'église contre le donjon (?).
* Au 16ème siècle (?), construction de la nef et de l'abside.
* Au 18ème siècle, aménagement d'une tour escalier et d'un portail.
* En 1983, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, des travaux de consolidation et d'embellissement sont réalisés.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Gorgon) est libre à l'extérieur. La découverte des fortifications intérieures est impossible. Mais il semblerait que prochainement la tour sera visitable.

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 07:30
 
   Durant les périodes d'insécurité, de nombreuses églises ont été aménagées en refuges fortifiés. Certaines ont été modifiées plusieurs fois pour mieux parfaire les défenses et accueillir plus de villageois. En voici un exemple.
 



Département :    55 - MEUSE

Le bourg :  
   Situation (le voir sur une carte)
      La commune de Troussey est située à 15km au Sud-Est de Commercy et à 15km au Nord-Ouest de Toul, proche de Pagny sur Meuse (à ne pas confondre avec Pagny le Blanche Côte et son église fortifiée).
    Coordonnées du bourg :

48° 42′ 12″ N 5° 42′ 8″ E
 48.703333°  5.702222°


L'église: 
     L'extérieur :
Déjà dans l'ambiance
      Comme dans beaucoup de bourgs, l'église trône au centre de Troussey et rapidement je suis dans l'ambiance. Eglise romane certes mais avec de puissant contreforts et surtout une tour flanque semi-circulaire qui doit certainement desservir un étage.

Mais j'affirme et ne prouve pas !

   Au sommet du mur je vois une fenêtre avec des... corbeaux.

Qu'en pensez vous ?


1ère façade
    En prenant un peu de recul, je suis surpris par la façade de cette église. Elle comporte évidemment des vitraux et ses contreforts indiquent sa période de construction, mais ce sont les ouvertures au dessus qui me fascinent.
    J'ai l'impression que cette église comporte 2 salles de repli superposées :

* Celle inférieure est éclairée par de fentes droites (puits de lumière ?) pouvant certainement servir de fente de tir.

 * Celle supérieure possèdent de larges ouvertures devant être protégées par des mantelets (voir vocabulaire) portés par les corbeaux (voir cet exemple  au château de Aigle en Suisse).

La suite
       Je contourne l'église et curieusement les ouvertures de défenses s'arrêtent.  Je soupçonne une reconstruction ou un agrandissement de l'église ayant bouché les fentes, car créer un angle mort n'est pas stratégiquement acceptable .
    En continuant mon inspection, je suis heureux de retrouver les ouvertures sur le mur proche du choeur. Heureux je suis que mon raisonnement précédent se confirme (Oui, il m'arrive d'être fier de moi ).
    Il y a bien sur ce mur une grande ouverture avec corbeaux pour mantelet, mais je suis surpris par ce détail.

Comprenez vous ma surprise  ?

Je vous aide un peu, regardez son pendant.

..... Alors ?.....

     Évidemment, vous avez remarqué que l'écartement entre les 2 ouvertures n'est pas le même. Vais je trouver la raison ?... (hihihi, quel suspense n'est il pas ?  )

2ème façade
     L'autre façade est encore plus surprenante.

Avez vous remarqué les ouvertures ?

   Certaines sont alignées horizontalement et d'autres se "superposent".

Y aurait il une salle de repli sur 3 niveaux ?

Je suis encore heureux que ma constatation précédente soit justifiée (Oui, il m'arrive aussi d'être fier de moi plusieurs fois de suite ).
 
Le clocher
    Avec autant de défense (pour une église bien sur) et de niveaux, j'ai imaginé un clocher puissant avec des hourds gigantesques comme celui de Pareid (voir sa description). Il n'en est rien, le clocher est borgne, sans défense.

       L'intérieur :

Pensez vous que je puisse visiter les salles de repli ?

  Évidemment non, car la porte est fermée. Je repars vers de nouvelles découvertes en regardant une dernière fois les fortifications de l'église paroissiale Saint Laurent.


Histoire de l'église :

* En 1180, le seigneur de Gondrecourt (nommé Viard ?) saccage et brûle le village.
* Au 13ème siècle, construction de l'église.
* Au 14ème siècle,modification du coté Sud.
* Au début du 15ème siècle, aménagement des défenses (surélévation) sur l'église pour protéger la population.
* A la fin du 15ème siècle,aménagement d'un niveau supplémentaire.
* Au 16ème siècle, aménagement du collatéral Nord.
* En 1618,début de la guerre de 100 ans. L'église est aménagée pour protéger les habitants.
* En 1650, un escadron de la maison de Lorraine (commandé par Ligniville ?) brûle 80% du village.
* En 1678, un incendie détériore l'église.
* A partir de 1679, il faut 9 ans pour réparer l'église.
* En 1989, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre à l'extérieur. La découverte des fortifications intérieures est impossible.

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu  châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 07:30


Département :    55  - MEUSE

 

Le bourg :  
   Situation :  (le voir sur une carte)
       La commune de Sepvigny est située à 25km au Sud-Ouest de Toul et à 5km au Sud de Vaucouleurs.

  Coordonnées du bourg :

48° 33′ 29″ N 5° 41′ 5″ E
 48.558056°  5.684722°


L'église :

     L'extérieur : 

Préambule

     Ne voulant pas lasser, par trop de ruines, mes merveilleux lectrices et lecteurs, j'ai eu envie de montrer une construction entière.

    Évidemment, étant toujours à la recherche de fortifications peu connues, j'ai supposé qu'une église fortifiée était un bon sujet de compromis.

    Regardez là bien, elle comporte toutes les caractéristique d'un petit château fort.

 

L'approche
      J'adore ce moment où j'aperçois au loin, le bâtiment de ma croisade. Parfois, il ne révèle rien et pourtant, je tente toujours de le comprendre malgré la distance. C'est un moment unique qu'il faut savourer (voir ma méthode pour découvrir un fortification médiévale).
    Quelques minutes après, l'église ne révèle que peu : Forme romane, puissants contreforts à larmiers, clocher robuste.

Va t elle me montrer une architecture unique et inoubliable ?


Premiers indices
     En découvrant cette église au centre du village, je suis étonné par sa masse compacte dont la rudesse est renforcée par les nombreux et épais contreforts.
   Mais de suite mon regard de castellologue amateur est attiré par des ouvertures non habituelles pour un bâtiment religieux.

Les avez vous vues au dessus de la baie avec remplages ?
 
    Cette église est si fascinante que chaque mur doit être observé avec attention. Je commence par ce qui doit être le choeur.


1ère salle de repli
    Les ouvertures carrées ne sont pas pour éclairer la sacristie et je ne pense pas qu'il existe une église classique avec cette pièce au 1er étage. Ce niveau doit être le lieu de la salle de repli.
    Par la différence de qualité et de pose des pierres,  il semble évident que la salle a été aménagée après la construction de l'église.
    Les ouvertures, ébrasées vers l'intérieur, comportent des corbeaux ayant dû supporter des mantelets (voir vocabulaire). Elles peuvent être assimilées à des fenêtres de tir.

2ème salle de repli ?
    Entre le choeur et la nef, la haute construction ressemble plus à un donjon qu'à un clocher d'église. Trois détails me surprennent :

* Ce clocher est en retrait.
* Il comporte un petit contrefort "inutilement placé" sous le vitrail. Est ce le vestige d'une croix ?
* Bien que sans corbeau (pour mantelet) une ouverture carrée est en alignement de la salle de repli.

    Je suppose qu'il n'y a qu'une seule salle de repli peut être séparée par des portes.

Un escalier ?
     Dans cet alignement, entrecoupé de contreforts, je suis surpris de voir une "tour" flanque pentagonale. Sa forme est déjà surprenante mais en plus, elle comporte des ouvertures verticales et fines faisant penser à des archères. Une servirait à protéger la "courtine" et l'autre à attaquer au loin les belligérants.
     En tentant de voir dans ces petites fentes, j'ai cru apercevoir des marches.

Est ce l'escalier menant à la salle de repli ?

   Il est temps maintenant d'entrer pour découvrir l'intérieur de cette incroyable église fortifiée.

      L'intérieur :
         Je ne m'attendais pas à voir une cathédrale lumineuse et de style gothique flamboyant, je ne suis pas déçu devant cette sobre nef. Hélas, il n'est pas possible de visiter les salles de repli ni les archères. Je repars vers de nouvelles aventures et je n'oublierai jamais cette église fortifiée de Sepvigny.


Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle, construction de la nef.
* Au 14ème siècle, le choeur de l'église est remanié.
* Au 15ème siècle, des défenses sont créées (mais lesquelles ?).
* Vers 1689, le portail est remanié.
* Au 18ème siècle, plusieurs baies sont remaniées.
* En 1908, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre. La découverte des fortifications intérieures est impossible.

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 06:30
 
   Les fortifications des églises sont parfois impressionnantes (comme ici) et parfois réduites à leur plus simple expression. Voici un exemple de "système défensif minimal".
 


Département :    55 - MEUSE

Le bourg :  
    Situation :    (le voir sur une carte)
        La petite commune de Pagny la Blanche Côte est située à 20km au Sud-Ouest de Toul et à 10km au Sud-Est de Vaucouleurs.

   Coordonnées du bourg :

48° 32′ 30″ N 5° 43′ 19″ E
 48.541667°  5.721944°


L'église:
     L'extérieur :
L'approche
      Comme vous le savez, je suis un admirateur des ruines oubliées, souvent perdues dans la nature. Évidemment, les églises ne sont pas en haut des collines, seules, noyées dans une végétation dense ou uniquement entourées d'arbres.
    Mais n'est il pas plaisant de découvrir dans un petits village de Meuse un spectacle aussi champêtre ?
    Après ce moment bucolique , je reprends mes esprits de chevalier-médiéviste pour tenter de découvrir si cette blanche église possède toujours des traces de fortifications.

Est ce une église fortifiée  ?
    Massive cette église l'est, mais sur le clocher je ne vois aucune archère (voir vocabulaire) ni fente de tir, et il n'y a pas au dessus de la nef de vestige de salle de repli comme dans d'autres églises de la région (voir Malaumont).

Me serais je trompé d'église ?


Mais où sont les défenses ?
    Certains murs ou constructions sont amusants avec quelques sculptures et un mélange de brique et pierre. Mais l'amusement du regard n'est point trouvaille de preuve défensive.
   Pour découvrir une fortification il faut regarder en bas et aussi en haut. Je lève donc la visière de mon heaume pour découvrir un clocher ressemblant à un donjon médiéval.
     Les murs sont épais avec un parement irrégulier mais de belle facture. Les joints sont parfaits. Voila un travail magnifique fait par des bâtisseurs qualifiés.
    La paroi comporte des ouvertures droites et courtes qui me semblent comporter un ébrasement (voir vocabulaire) à l'intérieur. Sont ce des fentes de tir ?

La découverte de l'intérieur m'apportera t elle la réponse ?


      L'intérieur :
      Hélas, l'église paroissiale est fermée.
  Je pressentais que les indices de fortifications du moyen âge seraient minces, malgré les informations d'une vieille brochure régionale. L'échec fait aussi partie de la vie d'un castellologue amateur.

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle, présence d'une tour jouxtant un bâtiment religieux.
* Au 16ème siècle, le choeur de l'église est remanié.
* A la fin du 17ème siècle, construction des collatéraux.
* Vers 1644, reconstruction des voûtes de la nef.
* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde est créée. Leur budget étant limité, tous mécènes ou dons seraient un plus pour sauvegarder ce témoin de notre histoire.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Grégoire le Grand) est libre à l'extérieur. La découverte des fortifications intérieures est impossible.

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 06:30
 
   Il m'arrive parfois d'être sans voix devant une ruine ou plutôt sans mot. Elle est belle, elle est extraordinaire, elle est unique mais parfois, elle est si originale que je ne sais que penser ou décrire.
  L'église fortifiée de Woël en Lorraine est dans ce cas. Je vais donc laisser les images vous envoûter et mes mots vous... heu... "coquiner".
 


Département :    55 - MEUSE

Le bourg :  
      Situation :   (la voir sur une carte)
   Le bourg de Woël est situé à 30km au Sud-Est de Verdun et à 45km au Nord de Commercy, et à 40km à l'Ouest de Metz.

    Coordonnées du bourg :

49° 2′ 24″ N 5° 43′ 49″ E
 49.04°  5.730278°


L'église:
    L'extérieur :
Devant la belle
Elle est là devant moi, cette église qui figure sur de nombreuses notices vantant la beauté de cette région.
   L'église fortifiée de Woël est l'un des 3 sites que je voulais découvrir durant ma croisade Meusienne (ou Meusoise ?).
   Curieusement, je suis sans acte de folie .... Pourtant grâce à cet article, vous savez comment j'ai l'habitude de découvrir une fortification médiévale... et de faire des folies.

Proche d'elle

Suis je impressionné ou ai je peur d'être déçu ? 

  Je ne sais, alors je marche lentement dans l'herbe pour mieux ressentir les pierres.

Je suis à ses pieds
   Comme devant une belle que l'on veut séduire , je suis à ses pieds pour mieux la contempler et lui montrer que je ne veux faire qu'un. Mais elle se refuse toujours .
   Alors, coquin je deviens et je regarde sous sa jupe  (qui est en réalité un hourdage - voir vocabulaire).

Elle résiste
    Elle m'a vu trop empressé, alors, je recule un peu pour lui montrer mon respect.... (Ce n'est pas facile de séduire une beauté )
    Je la contourne pour trouver une faille dans ses doutes (Les hommes sont ainsi, séducteurs point romantiques ).
    Il y a bien ce sourire (ouverture avec meneau), mais les trous de boulin en dessous (vestige d'une passerelle ?) ne sont pas suffisants pour accrocher mon échelle de corde comme Roméo sous le balcon .

Vais je la pénétrer ?
    Alors, tel un goujat , je cherche à la prendre de force en pénétrant par cette entrée. Mais close elle est. Alors épuisé, je me laisse attendrir par son diadème (un linteau sculpté), et ses dentelles (autre sculpture sur le piédroit).
 
J'ai presque réussi
    Profitant de sa faiblesse passagère, je cours voir son choeur (sans le h, c'est 'amour ). La fenêtre de son coeur choeur est partiellement ouverte, je vole pour un moment son antre.

Votre chevalier Dauphinois ne serait dont pas un Saint ? 

    Si un jour vous découvrez cette emblématique église fortifiée avec son clocher à hourd, dites moi si elle n'a pas été traumatisée par notre rencontre , puis contez moi vos réactions.  

 

 
Histoire de l'église :  

* Au 12ème siècle (?), construction d'une église.
* Au 13ème siècle (?), construction d'un portail "occidental" et aménagement de la nef.
* Au 16ème siècle, création des bas-cotés,  du portail latéral Sud et du choeur.
* En 1714, restauration du choeur.
* Au 18ème siècle, construction (ou aménagement ?) des voûtes du rez de chaussée.
* En 1914, l'église paroissiale Saint Gorgon est classée aux Monuments Historiques.
* Durant la 1ère guerre mondiale, le bourg et l'église subissent quelques dommages.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église Saint Gorgon est libre à l'extérieur. La visite des fortifications intérieures est impossible.

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 55 Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 06:30
 
   Bien que chaque église fortifiée soit unique, car souvent modifiées par des hommes différents dans des périodes différentes, lorsque j'ai découvert celle-ci, j'ai pensé de suite à l'église fortifiée de Pareid.
Qu'en pensez vous ?
 


Département:    55  - MEUSE

Le bourg :  
   Situation :  (la voir sur une carte)
       Dugny sur Meuse est une commune située à 100km à l'Est de Reims, à 60km à l'Ouet de Metz et à 8km au Sud de Verdun, en bordure de la rivière Meuse.

   Coordonnées du bourg :

49° 6′ 20.88″ N 5° 23′ 8.88″ E
 49.1058°  5.3858°

 

L'église :

    L'extérieur :

Préambule

   En collectionnant depuis 800 ans    des revues et des brochures sur les fortifications médiévales, j'ai acquis par hasard le croquis d'une église fortifiée dans la Meuse.
   Ce dessin, réalisé vers 1697, montre sans notion de perspective une puissante tour accolée à un bâtiment religieux.
   Lors de ma découverte de la Lorraine, Dugny fut l'une de mes destinations obligatoires.


Bonheur et désenchantement
     C'est avec un immense plaisir que je découvre au loin le clocher fortifié de l'église. Ce hourdage (voir vocabulaire) en bois semble imposant. Hâte j'ai de le dévorer des yeux.
   Mais proche de l'église, mon rêve s'écroule.
Le clocher est toujours aussi beau, aussi haut, aussi fortifié mais le bâtiment est en restauration et de nombreux échafaudages cachent "mon" église.

Rapide observation
   Quelques morceaux de tubes modernes ne doivent pas entamer le moral d'un castellologue-amateur comme moi. La découverte recommence (Hélas, je suis dans l'impossibilité de vous afficher des images détaillées correctes).
    La façade latérale montre dans la partie supérieure, la "classique" surélévation pour une salle de repli. A l'arrière, des ouvertures verticales ressemblant à des archères prouvent que cette église fut fortifiée durant la période médiévale.

Le clocher
     Le pus beau détail architecturale fortifié est incontestablement le clocher. Avec ses arcatures, il nous montre "son âge" puis avec les hourds en bois, sa technique de défense.
    Je suis pourtant interrogatif devant ce système, car il n'y a rien à défendre en dessous. Etait ce simplement un système d'intimidation ?

   La guerre psychologique contre les routiers a t elle eu un grand succès ?
 

Je pense que "Oui", puisque l'église nous est arrivée presque sans dommage malgré l'histoire mouvementée de cette province.
  Autre preuve de l'empreinte laissée par ce hourdage, c'est évidemment le croquis montrant l'importance de la tour sur la nef.


Petit détail

Avez vous remarqué la qualité de construction de cette église et surtout du clocher ?

Taille des pierres et des joints

        L'intérieur :
    Les travaux m'interdisent l'accès à l'intérieur de l'église paroissiale.


Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction d'une église.
* Au 14ème siècle, modification de l'église.
* Au 15ème siècle, fortification de l'église.
* Au 18ème siècle, modification du collatéral Sud et ré-aménagement de la porte d'entrée de l'église.
* Au milieu du 19ème siècle, l'église est considérée comme dangereuse. Elle est désaffectée.
* En 1904, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* Au 20ème siècle, des travaux de consolidations sont réalisés.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à de la Nativité de la Sainte Vierge) est libre à l'extérieur. La découverte des fortifications intérieures est impossible.

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux de la Meuse Vers Menu châteaux de la Meuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lorraine : 54 55 57 88
commenter cet article