Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 06:30

 

Département 23 - CREUSE

 

Le bourg :

Un donjon semblant sortir de terre    Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La petite commune de La Souterraine est située à 90km au Sud-Est de Poitiers, à 60km au Sud de Châteauroux et à 50km au Nord-Nord-Est de Limoges.

        Coordonnées du château :

46° 14' 32.384" N 1° 30' 49.586" E
 46.242329  1.513774

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

     A 6 kilomètres au Nord-Ouest du bourg de La Souterraine, mes yeux éberlués voient une beauté médiévale brillant de mille feux. Et là je sens votre question :

"Pourquoi es tu surpris chevalier ?"

    J'ai en poche une image du château prise au milieu du 20ème siècle. Je m'attendais à me battre contre épineux et branches entrelacés. Le château fort est bien différent sans la végétation. Je pressens déjà le plaisir de la découverte.

 

L'enquête commence

   La construction fortifiée est posée sur une motte. Cet aménagement est classique au Moyen Âge surtout quand une rivière ou de l'eau ne peut pas créer une protection par des douves. Mais je suis surpris de ne pas voir de fossé entourant le château fort. Le temps et les hommes ont certainement du combler le vide.

    Le site médiéval propose 2 parties bien distinctes :

1 - Sur la gauche, il y a le rempart très arasé dont il est possible de voir les tours rondes de défense. La faible hauteur des murs ne permet pas d'identifier les systèmes défensifs : Point d'archère, ni d'arquebusière ni de bouche à feu.

2 - Sur la droite, je vois la merveille de ce château : Le donjon.

    Je suis si impatient et admiratif que j'entre de suite dans le château sans terminer l'analyse extérieure. La folie a été plus forte que la phase de découverte (voir cet article).

Communs, grange et réserves sont identifiables

 

    L'intérieur :

Les communs

     En entrant dans la cour, je suis agréablement surpris par les vestiges des bâtiments appuyés sur la courtine. Il y a tant de châteaux dont les communs ont disparu que je reste de longues minutes à les regarder.

    Il est très difficile de comprendre la fonction exacte de chaque construction. Pourtant dans cette salle, je vois une cheminée.

Sont ce les anciennes cuisines du château ?

 

Le système défensif

   Bien que partiellement reconstruites, des fantômes de tour ronde agrémentent ma découverte. Je vous sens dubitatif devant cet amas de pierres. Pourtant ce sont bien des tours de défense avec parfois une archère droite que mes yeux de castellologue-amateur admirent.

  Le contour est si "pur" (j'exagère un peu certes) qu'il est possible d'imaginer le plan du château fort. C'est un pentagone dont chaque angle est protégé par une tour ronde, mais une d'elle a une taille "gigantesque".

Je reste sans mot devant ce rond donjon 

Le puissant donjon

    La merveille de ce site médiéval est incontestablement le donjon. Bien qu'amputée d'un étage, la tour maîtresse mesure 24 mètres de hauteur pour un diamètre d'environ 18 mètres. C'est évidemment une tour habitable.

  D'après ma documentation, à l'étage inférieur, le mur a une épaisseur de 4 mètres.

 

Les défenses du donjon

   A la base, le glacis est important. Il a pour fonction :

* De porter la masse du donjon (car il n'y a pas de contrefort pour soutenir les haut murs).

* Mais aussi à donner de l'élan aux petits boulets et pierres jetés verticalement du haut de la tour.

    Au sommet il n'y a plus les traces de crénelage (voir vocabulaire).

  Sur la hauteur, de nombreuses fentes ressemblent à des petites archères droites. Je suis surpris de ne pas voir d'arquebusière, ni canonnière, ni bouche à feu.

Ce château a-t-il perdu sa fonction stratégique au 15ème siècle ?

 

Comment entrer dans le donjon ?

    Dans la majorité des donjons, la porte est située à plusieurs mètres du sol. Pour y accéder :

* Parfois c'est une échelle que le seigneur enlève,

* D'autres fois, c'est une passerelle en bois partiellement amovible.

    Le donjon de Bridiers possède un système assez rare. C'est un long escalier en pierre en face de la porte, puis un classique mais efficace pont-levis.

 

A l'attaque du donjon !

  Pour découvrir les entrailles du donjon, je monte une à une chaque marche pour me retrouver devant le pont heureusement baissé. Mais je ne suis pas au bout de mes peines, la porte est close et point de bélier j'ai.

  Je redescends de mon "piédestal". En bas de l'escalier, je me console en regardant le jardin médiéval si riche en plantes médicinales, nutritive et "diaboliques".

  Avant de partir je regarde une dernière fois cette beauté de pierre et je la compare au croquis réalisé par Jacques Téaldi.

Remarquez vous quelques différences avec le 1er croquis ?

 

Des dessins différents

* Il n'y a pas de toiture conique sur le donjon.
* Point de crénelage sur tours et donjon.
* Le système défensif est assuré par des hourds (voir vocabulaire) en bois.
* Un profond fossé entoure le château.
* Point de rempart extérieur formant une basse cour.
* Et surtout, il y a un chemin de ronde découvert.
* Ce chemin de ronde curieusement n'entre pas dans les tours. Le but est de ne pas déranger les défenseurs en cas d'attaque. 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, un Vicomte (voir titre de noblesse) de Bridiers apparaît dans un texte.
* En 1177, dans la lutte entre le Roi d'Angleterre Henri II et le Comte de la Manche Aldeberte IV de Montgommery, les troupes du Roi assiègent le château. (Certains historiens doutent que ce soit ce château qui fut attaqué car il existe proche, des mottes castrales).
* En 1202, la tour principale du château s'écroule.
* En ce début du 13ème siècle, un puissant donjon cylindrique est construit à la place du vestige de la tour.
* En 1336, le Captal de Buch s'allie avec les Anglais et attaque la ville de La Souterraine. Ne pouvant la prendre de force, il assiège le château de Bridiers puis s'en empare.
* Au 15ème siècle, le château appartient à Hugues de Chamborande. Ce personnage, accompagné du chef des Gens d'Armes Jean de Blanchefort, pillent et rançonnent les campagnes aux alentours.
* Quelques temps après, les villageois et paysans attaquent le château et chassent les "brigands".
* A la fin du 15ème siècle, avec l'arrivée de la Renaissance, le vieux château fort n'est plus une résidence seigneuriale. Il n'est habité que par des soldats.
* En 1655, une plate-forme avec 6 gargouilles est aménagée sur le donjon. Certains bâtiments dans la cour sont démolis. Une grange est construite.
* A partir de 1758, Henriette Boucher, née De La Grange, fait réaliser plusieurs travaux d'entretien durant 15 ans.
* A la fin du 18ème siècle, le château appartient à Madame Rochechouart-Pontville.
* Vers 1790, réquisitionné par les révolutionnaires comme bien national, le château est vendu à un marchand qui le dépèce de ses pierres pour faire du profit.
* En 1794, "la Citoyenne" Rochechouart-Pontville est guillotinée.
* Au 20ème siècle, la commune achète la ruine qui est envahie par la végétation.
* A la fin du 20ème siècle, un projet de consolidation puis de mise en valeur naît.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur ainsi que du rempart intérieur est libre et gratuite. La visite du donjon semble possible certains jours, renseignez vous.

 

La vue satellite révèle l'architecture du château

      Vers Menu châteaux de la Creuse
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Limousin : 19 23 87
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 07:30

 

Département :   87 - HAUTE VIENNE

Le bourg :

Cette église comporte t elle des défenses extraordinaire ?  Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Le bourg de Nexon est situé à 20km au Sud-Sud-Ouest de Limoges.

   Coordonnées du bourg :

45° 40′ 45″ N 1° 11′ 17″ E
 45.679167° 1.188056°

 

L'église :

    L'extérieur  :

Préambule

    Lorsque j'arrive proche d'un site fortifié, je suis de suite dans une ambiguïté de sensations. C'est la lecture d'un livre ou d'une brochure qui a motivé mon déplacement, mais c'est mon imagination préalable qui grossit la réalité.

  Donc, à chaque découverte, j'ai peur d'être déçu et je suis enthousiasmé d'être là. Mais vous savez tout cela grâce à cet article.

 

La découverte

   En arrivant sur la grande place du bourg, mon doute est présent :

"Cette église est elle vraiment fortifiée ?"

   Au premier regard, je ne distingue rien de caractéristique pour une castellologue assoiffé de construction défensive. J'entame un décryptage de chaque pierre (du granit).

 

L'enquête commence

    Le transept ne possède aucune archère, l'abside est traditionnelle et le clocher, bien qu'il soit un bon point de surveillance, ne comporte aucun des classiques éléments défensifs. Cette église ne serait donc pas fortifiée ? 

 

J'ai trouvé les défenses

    N'aimant pas les échecs  ... heu, je voulais dire.... "les absence d'indices dont je rêve"... Je décide de mieux regarder la nef. Soudain, j'ai les yeux plein de bonheur.

Voyez vous la raison ?

    Ce ne sont point les puissants contreforts qui causent ma joie, ni le jolie remplage de la fenêtre. Ce sont les ouvertures sous le toit signifiant la présence d'une salle de repli.

 

Une jolie défense 

Pour protéger une porte, que faut il ?   Heureux de cette découverte, je repars vers mon destrier les yeux brillants de soleil quand mon instinct me pousse à jeter un dernier regard vers la façade Ouest.

Voyez vous cette merveille ?

Regardez bien au dessus de la porte.

Qu'est ce ?

 

   Évidemment, vous avez deviné que, pour protéger une porte, il est intéressant d'avoir une construction en encorbellement nommée : Une bretèche (voir vocabulaire). Elle communiquait avec la salle de repli.

 

    L'intérieur  :

  Avec autant de réussite, je tente d'entrer dans l'église et... incroyable... elle est ouverte.

   Avec ces bâtiments adjacents, cette église paraissait gigantesque, mais c'est une construction intimiste à visage humain qui m'accueille (voir explication sur le plan).

     Dans la partie Romane, les croisillons sont voûtés en berceau et dans les chapelles latérales, de belles peintures portent mes yeux au ciel. La nef Gothique comporte 3 travées voûtées avec des arcs en ogives. Chacune possède une clé de voûte ornée des armoiries des grandes familles ayant régné sur Nexon :

       * Les Lastours,

       * Les Abzac,

       * Les Pousses de Campagne.

 Hélas pour moi, les fortifications ne sont pas accessible.

 


 Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.
* Au 15ème siècle, modification de l'église.
* Au 19ème siècle, construction d'une sacristie coté Sud.
* En 1926, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher est interdite.

 

Le décors peint est très lumineux

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de Haute Vienne
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Limousin : 19 23 87
commenter cet article
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 06:30

 

Département :   19 - CORREZE

   Il y a des châteaux qui ont un aura très fort :

* Soit parce qu'ils ont été habités par un personnage célèbre,

* Soit leur construction est unique,

* Soit par leur situation incroyable,

* Soit leur histoire est sans équivalent,

* Soit ils furent les spectateurs impuissants de martyrs.

   Sans savoir pourquoi, depuis longtemps Ventadour faisait parti de mes rêves, mais n'étant jamais sur ma route, il devint presque mythique.
   Quand il y a 3 ans, il fut proche de ma destination de vacances, mon instinct de chasseur de ruines me fit faire un crochet pour l'immortaliser en photo.

 

Le bourg :

    Situation  (--> le voir sur une carte)

        Le petit village de Moustier-Ventadour est situé à 6km à L'Est de Egleton et à 34km au Nord-Est de Tulle et à 50km à l'Ouest de Borg les Orgues.

   Le château est au bout d'une route sans issue dont l'itinéraire est bien indiquée par des panneaux. 

   Coordonnées :

45° 23′ 32″ N 2° 7′ 0″ E
 45.392222°  2.116667°

 

   Toponymie :

       L'origine d'un nom est parfois un "compromis", une évolution entre un patois local et une caractéristique géographique. C'est le cas ici.
    En langue Limousine, un Ventadour est une aire où le blé est battu. C'est donc un lieu avec un peu de vent. Le pic portant le château situé entre 2 rivières est très venté. Patois et climatologie ont défini le nom du site donc du château.

 

Le château :

       L'extérieur

L'arrivée
   Pour ressentir cette ruine, je décide d'arpenter à pieds ce mamelon rocheux en le contournant. Le château est perché à 592m d'altitude enserré par 2 ravins creusés par 2 petites rivières.
  Ces gorges sont si profondes qu'elles ont fait dire au Seigneur de Lévis Duc ( voir titre de noblesse) de Ventadour, lors d'un entretien avec le Roi Louis XIV (voir liste des rois) :
 "Sir, toute la paille de votre royaume ne comblerait pas les fossés de Ventadour".


La découverte

       En découvrant le site, mon mot sera moins historique mais je me suis dit : "Quel Château Sauvage !".

   Il est en ruine, (évidemment puisque j'y suis... D'ailleurs, avez vous remarqué que tous les châteaux que je découvre sont cassés..... pourtant je n'y suis pour rien ) mais il me parait fantomatique.

Le plan
     Pour comprendre cette ruine, je m'inspire du plan réalisé par Mester de Parajd, architecte en chef de Monuments Historiques :
    B - Mur Bouclier Nord,
    C - Tour Carrée,
    E - Entrée Nord-Est,
    F - Éperon Sud-Est,
    H - Cour d' Honneur,
    L - Logis seigneurial,
    T - Tour Maîtresse,

1ère analyse
    Je suis surpris de la hauteur des murs qui pourtant ne comportent pas de créneau. Les remparts devaient être encore plus imposants il y a quelques siècles.

 

2ème analyse

    Le mur bouclier ne m'impressionne pas et je passe très vite devant pour arriver proche de la tour maîtresse. Certains historiens la nomment aussi donjon. Avec son faible diamètre, il ne devait pas être habitable et devait surtout servir de défense. Pour un château ayant été habité au 15ème siècle (et même après) je suis surpris de ne pas voir de bouche à feu, mais une simple archère droite (voir vocabulaire). Cette tour du 13ème siècle n'a pas évolué.

Quelle pureté !

 

3ème analyse

   Les murs ont perdu leur parement et laissent voir le remblai, qui est d'ailleurs très instructif.
      Quelques mètres plus loin, c'est l'entrée du château. Je suis surpris :

Point de châtelet ni de fortification. N'est ce qu'une poterne ?

 La porte est un peu isolée et vulnérable.
   Avant de découvrir l'intérieur, je longe les 150m de la façade Sud-Est.

       L'intérieur :

Dans la cour d'honneur

    Évidemment, en franchissant la petite porte, je retrouve le donjon. Sa base en granit est du plus bel effet, mais c'est surtout l'ouverture en hauteur qui attire mon attention. Cette porte devait communiquer avec le chemin de ronde ce qui me donne une idée de la hauteur des remparts.

   Comme pour l'extérieur, les parements manquent sur de nombreux murs.

  Par un mur troué, je pénètre dans le logis seigneurial.

 

Le logis seigneurial

   Évidemment, point de lustre, de belle tenture et de plafond peint, c'est une suite de salles très ruinées qui font travailler mon imaginaire.

    Avantage d'une ruine : il est aisé d'admirer le paysage à 360°.

 

La visite est terminée

   Il est temps de repartir. Vais je passer par cet escalier ?.... Non, j'ai envie de revoir le donjon, qui m'offre un détail intéressant. Regardez bien le trou à mi-hauteur, ce devait être la porte au 13ème siècle accessible par une échelle amovible. Je vais maintenant m'éclipser par la poterne.

 

 

  Histoire du château :

* Au 11ème siècle, un château est construit sur ce pog retiré.
* Au début du 12ème siècle, le château entend les chants et la poésie du nouveau Vicomte de Ventadour : Ebles II le Cantador. Il est vassal de Guillaume IX, Comte de Poitier, Duc d'Aquitaine et de Gascogne.
* Au milieu du 12ème siècle, la "renommée poétique" des sieurs de Ventadour (ou peut être est ce du au château) s'étend grâce au troubadour Bernart de Ventadour (Il serait, d'après la rumeur..chuuuut... le bâtard de Ebles II ...chuuuut).
* A la fin du 12ème siècle, l'illustre troubadour Gaucelm Faidit remet à la Vicomtesse de Ventadour quelques belles chansons. (A t elle été séduite par ce chantre ?... L'histoire ne le dit pas... chuuut).
* En 1199, voulant récupérer les territoires non cédés par le Roi de France Philippe Auguste (voir liste des rois), Richard Coeur de Lion (qui se prévalait du titre de Duc d'Aquitaine) attaque le château. Mais Ebles IV, seigneur de Ventadour l'oblige a partir de son territoire.
* En 1337, la Guerre de 100 ans débute et va dévaster particulièrement le Limousin-frontière. Ce n'est pas l'armée "légal" qu'il faut redouter mais les "Routiers" hommes "sans foi ni moi" vendus au plus offrant.
* En 1350, Bernard de Ventadour participe activement à combattre les Anglais. Pour le remercier de ses actes de bravoure et d'attachement à la couronne de France, il lui est accordé des droits sur le château de Montpensier, près de Aigueperse.
* En 1360, le traité de Brétigny doit sceller une paix, mais les "Routiers" continuent leurs ravages.
* En 1379, un chef de bande nommé "Geoffroy Tête Noire" dont Froissart disait : "il est le plus cruel et le plus sauvage de tous", décide de s'emparer de Ventadour. Sachant que Pons Dubois, écuyer du vieux et sédentaire Bernard de Ventadour, est mal reconnu et peu payé, il le soudoie pour envahir sans résistance le château. L'ancien Seigneur de Ventadour se réfugie dans son château de Montpensier.
* Durant 10 ans, Ventadour est le siège de ces brigands qui dévastent le Limousin et l'Auvergne.(le château n'est plus un nid d'aigle mais .... un nid de faucon  ).
* Vers 1389, "Geoffroy Tête Noire" meurt après avoir reçu une flèche dans la tête.
* En 1389, Bernard de Ventadour récupère son château.
* Au milieu du 15ème siècle, Charles de Ventadour combat dans le Sud-Ouest pour chasser les Anglais de France.
* En 1422, Charles de Ventadour est nommé Chambellan du Roi, puis devint  Connétable.
* En 1445, Louis de Ventadour épouse Catherine de Beaufort et auront une fille, prénommée Blanche.
* En 1475, Blanche de Ventadour, héritière du Comté, épouse Louis de Levis.
* En 1578, Ventadour est élevé au rang de Duché.
* Au 18ème siècle, le vieux  château médiéval si peu confortable n'est habité que par un gouverneur et quelques serviteurs.
* vers 1792, les révolutionnaire s'empare du château et e déclare "Bien National.
* Durant ces périodes troublées, le château est devenu une carrière de pierres.
* En 1840, le site est classé aux Monuments Historiques.
* En 1988, le Duc de Levis-Mirepoix et de San Fernando fait don du site de Ventadour à la commune de Moustier.
* A la fin du 20ème siècle, Robert Joudoux se prend de passion pour la ruine de Ventadour. Cet érudit s'active pour la faire revivre. Des travaux de consolidations ainsi que des fouilles sont réalisés.
* Au 21ème siècle, la découverte du site est payante. Mais il semble que de gros travaux limitent les jours d'ouverture et le nombre de visiteurs. Renseignez vous avant.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 19 Vers Menu châteaux de Corrèze
Repost 0
Published by Le Chevaier Dauphinois - dans Châteaux en Limousin : 19 23 87
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 07:30

 

Département 19 - Corrèze

Le bourg :
   Situation (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Arnac-Pompadour est situé en Limousin à 30km au Nord-Ouest de Brive la Gaillarde et à 15km à l'Ouest de Uzerche.

      Coordonnées du bourg :

45° 23′ 50″ N 1° 22′ 55″ E
 45.397222°  1.381944°


Pourquoi le choix de ce château :

 
    Il y a quelques temps une petite fille m'a dit : "Monsieur, des châteaux pas cassés, ça existe ?".... Surpris je fus.
  "Ben parce que les princesses avec les belles robes, elles ne vivaient pas là !".... Et elle partit sans que je puisse donner une explication.
   Alors, pour cette petite princesse toute de rose vêtue, et pour les grandes derrière leur écran, je vais vous montrer un 
Pas-cassé !
 

Mais lequel ?
  Je n'en ai pas beaucoup vus des "pas cassés", et puis vous connaissez ma verve devant un mur en ruine en opposition à mon silence devant un château parfait. Pour vous plaire, il me faut pourtant en trouver un qui ait appartenu à une grande dame...... Et c'est ainsi que le château de Jeanne Antoinette Poisson, Marquise de Pompadour vint sur ce blog.
   Certains objecteront : "Messire le chevalier Dauphinois, La Pompadour fut la maîtresse du roi de France Louis XV, donc point médiéval cela est".
    Et je répondrai : "Évidemment, mais en ce lieu au 12ème siècle, Guy de Lastour bâtit une forteresse. Et puis, des murs ayant entendu au 13ème siècle la voix du troubadour Bertrand de Born, n'est ce point romantique pour les princesses ?".
   La cause étant entendue, voici ma tentative de montrer un château "pas cassé".
 

Le château :
       L'extérieur :
         Ne pas voir ce château est impossible, d'abord parce qu'il est imposant, ensuite parce que de nombreux panneaux routiers indiquent la direction, et enfin, étant devenu un haras national, un hippodrome le précède le rendant encore plus imposant (voir la vue satellite).  

Le rempart
    Avec le temps, les murs extérieurs entourant le château ont été détruits ou modifiés adoucissant la forteresse, mais les quelques tours à canon donnent une idée de sa puissance d'antan.
    Voici un plan facilitant la compréhension de cette fortification.

Les bâtiments
   Ce qui est marquant, c'est la rondeur de l'ensemble. Je ne vois aucun angle droit, aucun donjon carré comme dans "mes" autres ruines médiévales. La reconstruction et l'amélioration des défenses ont adouci cet ancêtre.
 
Le châtelet d'entrée
    La partie la plus fragile lors d'une attaque est l'entrée d'un château. Celle-ci a fait l'objet de quelques attentions.
   Il y a d'abord une "sorte de fossé" précédent le bâtiment. Je l'enjambe grâce à un solide pont fixe cimenté.
   Puis, de chaque coté, d'imposantes  tours rondes avec des bouches à feu dissuasives. La porte comporte les classiques ouvertures doubles (une pour les piétons et une pour les véhicules) avec au dessus les fentes des flèches (voir vocabulaire) de 2 ponts-levis.
   La fenêtre au dessus devait être une bretèche, reconvertie récemment en ouverture de confort.

 

Le sas d'entrée

       Le sas d'entrée a perdu son "agressivité" car il est dépourvu de herse, double porte, assommoir. Ce que je suppose être le corps de garde est devenu le guichet. Hélas, les heures de visite sont strictes, et aucune correspond à ma courte présence dans ce bourg. Je me contenterais d'un rapide aperçu.
 
Les bâtiments intérieurs
    Ils sont un compromis entre confort et efficacité défensive. Les impressionnantes tours rondes coiffées encadrent  de hautes courtines  ne comportant aucun angle mort. L'élégant chemin de ronde est équipé de mâchicoulis et de fentes de tir pour arme à feu.
   Ce petit plan vous fera mieux comprendre les bâtiments d'habitation.

 


 Histoire du château :

* Au 11ème siècle, après son retour des croisades, Guy de Lastour fait construire un "château fort".
* Durant la guerre de Cent ans, le château est détruit.
* Au 14ème siècle, le château est reconstruit. 
* Au 15ème siècle, les défenses sont adaptées à l'amélioration de l'armement.
* Au 16ème siècle, Geoffroy de Pompadour, évêque de Périgueux puis de Puy, achète les biens et la Vicomté de Comborn. Les terres sont élevées au rang de Marquisat (voir titres de noblesse).
* Au 16ème siècle, la Marquisat appartient successivement aux Saint Aulaire, Rochechouart puis Hautefort.
* Au début du 18ème siècle, le Marquis de Hautefort, propriétaire du château, meurt sans héritier direct. Une bataille juridique commence entre le Prince de Conti et la Marquise de La Vallière.
* Le Roi de France Louis XV (voir liste des rois) s'approprie le château, les terres et le titre pour les donner à sa favorite :  Madame d'Etiolle qui prit le nom de Marquise de Pompadour.
* En 1751, la Marquise crée un haras au château.
* En 1760, la Marquise de Pompadour se sépare du château et des terres qu'elle n'a pas vraiment habité. Ils retombent dans le patrimoine Royal.
* Vers 1761, Louis XV transforme le haras privé en haras Royal.
* Vers 1792, les révolutionnaires pillent et détruisent le château. Le haras est fermé.
* Vers 1795, Bonaparte rétablit le haras.
* Vers 1815, le haras est nommé : Haras National.
* En 1941, le château est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Renseignez vous sur les horaires.

 

 

 
Vers Menu châteaux de la Corrèze
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Limousin : 19 23 87
commenter cet article