Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 07:04

 

Département 30 - GARD

  Ce vestige me fait rêver !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Boucoiran-et-Nozières est située à 25km au nord-Ouest de Nîmes, à 20km à l'Ouest d'Uzès et à 18km au Sud-Est d'Alès.

     Coordonnées du château :

43° 59' 44" N 4° 11' 5" E
 43.99569367°  4.184868336°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* Ma petite documentation affirme qu'en ce bourg, un vestige fortifié de l'époque médiévale existe.

* C'est donc avec certitude que je me rends vers le Nord de la commune, en direction de la rue du château.

* Soudain, mon nez se heurte à une paroi construite. Cela ressemble à un rempart défensif, l'échauguette en est un des symboles.

 

Les découvertes sont nombreuses

* Quelques mètres plus loin, l'angle est pourvu d'une construction en encorbellement.

* Puis une porte (curieusement au rez de chaussée) s'amuse à me poser une énigme :

"Chevalier, quelle fut la fonction de mes 2 ouvertures ?"

* Ne voulant point discuter avec cette questionneuse, je me faufile le long du mur pour  :

- Retrouver une autre porte (moins énigmatique),

- Admirer une fenêtre à meneaux en croix,

- Observer de loin, une petite tour carrée.

* Soudain, je vois une puissante porte défensive, avec un arc intérieur à longs claveaux.

* Je la traverse en contemplant ses belles pierres.

 

Est ce la faim et la fin ?

* Pensant avoir tout vu, je me mets en quête d'une auberge pour me délecter des mets de cette province.

* Est ce à cause de l'instinct du castellologue amateur ou un appel silencieux des "cieux", mais ma tête se tourne pendant que mon corps continue tout droit.

* En général, cet acte permet le heurt d'un poteau ou la chute à cause d'un trottoir mal nivelé. Mais, le miracle de la redécouverte m'empêche d'être la cible de maux sans pour autant être la flèche des mot (ou les mots fléchés).

Les mots me manquent en voyant ceci !

Que de constructions défensives !

 

La tour que je nie me donne le tournis

* Au dessus d'un mur portant des fentes, je vois une haute "cheminée".

* Cheminer proche de la cheminée est un besoin qui me brûle.

* Mais, honte j'ai de vous dire que trompé je me suis.

* Cette si haute construction est une tour médiévale.

* Et même si son sommet porte un "chapeau" moderne, cette belle me séduit.

* Je la contourne espérant la toucher.

* Mais la vieille damoiselle solitaire est enfermée dans une propriété privée.

 

        L'intérieur :

Echec

    Hélas, la propriété privée n'est pas visitable. 

 

Arme ultime : Le plan

* Par un hasard extraordinaire comme seule la chance d'un Chevalier peut avoir, je récupère un plan pour comprendre ce site :

- Le château mesure 75m de long pour 10m de large

- A - Tour carrée improprement nommée : Le Donjon.

- B - Saillant rectangulaire.

- F - Fenêtre à meneaux.

- G - Vestige d'un linteau en accolade.

- P - Porte fortifiée.

* Après la lecture du plan vous me dites :

"Chevalier, tu t'es bien moqué de nous dans ton article"

"Tu n'as point découvert les détails dans l'ordre de ton récit".

* Raison vous avez merveilleuses lectrices et subtils lecteurs, ma prose vous a promenés dans mon rêve et non dans ma vraie découverte du site.

* Je n'ai point triché, j'ai un peu déformé ma vérité.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un château est construit pour surveiller le passage sur la rivière. il appartient à la famille : Pelet d'Alès.

* En 1210, le site fortifié est mentionné dans un texte.

* En 1310, le site est vendu à Guillaume de Plaisians, conseillé de Philippe le Bel (voir liste des rois).

* En 1386, suite aux mouvements de rébellion des Languedociens contre l'administration Royale, Louis Grimaldi est envoyé par Jean 1er duc de Berry pour attaquer puis prendre le château de Boucoiran.

* En 1387, les Tuchins attaquent et récupèrent le château.

* Au 15ème siècle, le château est en indivision.

* En 1491, une salle du château sert de prison pour une sorcière nommée Martiale.

* En 1566, Jacques de Bozène, un des principaux propriétaires du château, vend le site à Robert de Calvière. Ce dernier entreprend de nombreux travaux de modernisation.

* En 1704, les Camisards attaquent le château, sans succès. Dans cette bataille, la chapelle est incendiée.

* Au 18ème siècle, la famille Calvière-Boucoiran délaisse ce vieux château. Ruine semble être son avenir.

* Au 19ème siècle, des industriels aménagent et utilisent la haute tour pour les tests de résistance des plombs de chasse.

* En 1954, monsieur Colombi achète le château, le restaure partiellement et utilise le site pour une fonderie de plombs de chasse.

* En 2011, la société est en liquidation judiciaire.

Que va devenir le site médiéval ?

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Point cheminée cela est... mais tour !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 07:01

 

Département 30 - GARD

  Je pressens que cette ruine va être une réjouissante découverte

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bellegarde est située à 35km au Sud-Ouest d'Avignon, à 15km au Sud-Est de Nîmes, à 14 km au Sud-Ouest de Tarascon et à 12km au Nord-Ouest d'Arles.

     Coordonnées du château :

43° 45' 10" N 4° 30' 35" E
 43.75284980°  4.509898424°

 

 

Le château : 
        L'extérieur :
Je le vois

* A un jet de flèche au Sud-Ouest de Bellegarde, une construction fortifiée apparaît sur sa colline aplanie.

* Bien que le site soit "un peu" ruiné, je pressens que la visite va être passionnante.

* La montée n'est pas pénible car une route a été aménagée.

* Sur l'immense parking, je laisse mon destrier, puis je m'approche de ce château médiéval.

   

La Madone veille sur l'intégrité de la ruine

Analyse rapide

*  Sur cette imposante surface, seule la puissante tour est visible.

* Mais grâce à la vue satellite, je comprends que cette haute construction n'était pas isolée.

* Posée sur cette colline, le château était un formidable point d'observation.

* La base de la tour mesure 11m par 14m.

* Les murs ont une épaisseur moyenne de 2m.

* La partie basse est constituée de pierres lisses avec des joints très fins.

* Curieusement, la partie supérieure est réalisée en pierre à bossage.

* L'ensemble est très soigné prouvant que ce site n'était pas une simple tour d'observation.

* Sur un angle, au sommet, apparaît une vierge. Evidemment, cette représentation n'a point été posée à l'époque médiévale mais au 19ème siècle (voir historique).

  

Je vois la lumière dans la tour. Est elle habitée ?

Des ouvertures

* La tour est ouverte à tous les vents.

* Evidemment, les trous en partie basse sont des dégradations dues à son vieil âge.

* Mais les fentes au dessus m'intriguent :

Sont ce des archères ?

ou des puits de lumière ?

* En regardant en dessous sur la gauche, j'ai une partie de la réponse.

Avez vous remarqué les fantômes

des pierres en encorbellement ?

* Ce doit être les vestiges des consoles ayant certainement portées les mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Sur la façade ensoleillée (coté Ouest), une belle fenêtre rappelle/confirme que la tour était habitable.

  

Voyez vous tous ses détails d'une vie passée ?

        L'intérieur :

J'entre

* Lentement, je pousse la porte "virtuelle" et je vois, sur le coté, des trous ayant (peut être) reçu des poutres de blocage.

* Ne me dites point que la ruine est vide !

* Elle comporte de très nombreux indices prouvant sa longue vie.

* La première constatation est la présence de trous alignés marquant les étages.

* Dans l'angle, une jolie pierre en encorbellement devaient porter une poutre.

* Au sol, quelques marches me semblent avoir été aménagées récemment pour la visite des touristes curieux.

 

 

Lumière ou archères ?Puits de lumière et passage secret

* Au plus haut, je retrouve la fenêtre.

* Elle est si peu large qu'elle ne possède qu'un seul coussiège.

* Sur le mur détruit, en haut à gauche, de belles pierres en biais m'informent que des ouvertures (archères ou lumière) existaient.

* L'angle portant la Madone me livre de très nombreux indices :

- Le mur est très épais.

- Le remblai est composé des restes des tailles de pierre.

- A mis hauteur à droite, au dessus des trous pour les poutres, l'ouverture est une archère droite.

- Au dessus, l'ouverture avec un ébrasement est un puits de lumière.

* En prenant un peu de recul, je remarque la hauteur des salles et leur nombre.

* Elles étaient éclairées par les puits de lumière positionnés très haut.

Voyez vous les restes d'une voûte en berceau ?

* Un couloir a été aménagé dans l'épaisseur du mur.

 

 

Vais je partir ?

* Le site est si passionnant que je reste de longs moments à comprendre chaque pierre.

* Ma recherche d'indice est parfois interrompue par le magnifique panorama.

* Le temps s'est peut être arrêté pour le château, mais en mon 21ème siècle, il continue sa route. Conséquence, le soleil quitte lentement le département du Gard et le Royaume de France pour éclairer un autre continent.

 

Le site est il hanté ?

* La nuit tombe, il est temps de laisser la ruine dormir et rêver à ses nombreuses aventures passées.

* Avant de rejoindre mon destrier, je jette un dernier regard à la tour de Bellegarde quand....

.... un détail me surprend dans la trouée.

Sont ce les fantômes du château ?

Qu'est ce ?

* Lentement je m'approche......

Sont ce les fantômes d'une ancienne histoire d'amour ?

* Ne souhaitant pas les déranger, je regagne ma taverne du soir.

 

 

Le diaporama de ce château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un site fortifié (à vérifier).

* En 1208, un "Castrum Bellae-Gardae" est cité dans un texte lors d'une rencontre entre représentant des bourgs de Nîmes et Arles. Quelques historiens supposent que ce n'est point la tour visible en notre siècle.

* En 1209, début de la Croisade des Albigeois.

* En 1216, Simon de Montfort, à la tête de l'armée Royale, assiège puis s'empare du château. Il utilise le site comme base arrière pour l'attaque d'autres châteaux Cathares.

* Au 13ème siècle, les Templiers reconstruisent et occupent le château (c'est ce qu'affirme un historien --> A vérifier).

* Vers 1311, après l'arrestation des Templiers, le Roi (voir liste)  Philippe IV Le Bel donne le territoire de Bellegarde au Baron de Crussol.

* Au 14ème siècle, construction du donjon habitable.

* En 1565, le Baron de Crussol devient Duc (voir titre de noblesse) d'Uzès.

* Dans la 2ème moitié du 16ème siècle, début des Guerres de Religion. Les Protestants récupèrent le château et s'y installent.

* En 1570, Guillaume II de Joyeuse, à la tête d'une armée Catholique, attaque le château puis s'empare des Protestants. La petite histoire affirme qu'ils seront brûlés pour ne pas avoir renier leur nouvelle religion.

* Au 17ème siècle, la vieille forteresse n'a plus d'utilité défensive. Le Duc d'Uzès autorise les habitants à utiliser les pierres du château pour reconstruire l'église paroissiale.

* En 1875, une statut de la vierge est installée au sommet de la ruine. Depuis, ce jour, les habitant nomme le site : La Madone.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Bien que le site soit sécurisé et consolidé, il est important de respecter les vieilles pierres en ne grimpant pas sur elles.

 

Le panorama est la richesse d'une ruine médiévale

Vers liste

châteaux des

Templiers

Vers liste châteaux des Templiers     Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 07:02

 

Département 30 - GARD

  Après tant de heurts, la tour donne l'heure

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bagnols sur Cèze est située à 45km à l'Est d'Alès, à 16km Ouest-Nord-Ouest d'Orange et à 10km au Sud de Pont Saint Esprit.

     Coordonnées de la tour :

44° 9' 44" N 4° 37' 8" E
 44.16242548625°  4.619053602219°

 

La tour : 

        L'extérieur :

La découverte

* Ce bourg est un vrai plaisir pour un touriste car il offre tous les plaisirs que l'on demande durant ses vacances.

* De plus, grâce au circuit de découverte du bourg et ses panneaux didactiques, la flânerie est intelligente et variée.

* Mais étant un castellologue amateur (en plus d'être Chevalier Dauphinois), je me précipite sur la place du château pour m'engouffrer dans la rue de l'horloge.

Est ce pour connaître l'heure ?

* Que nenni, c'est pour découvrir l'un des rares vestiges des fortifications médiévales.

 Latrines ou bretèche ?

L'analyse 

* Même si le sommet a perdu son crénelage, il ne fait aucun doute que cette tour fut défensive.

* Sur une paroi, des archères droites sont visibles.

* Une autre face possède une construction en encorbellement.

Devinez vous sa fonction ?

* Ceci n'est point une question très difficile, il suffit de regarder en dessous.

Avez vous la réponse ?

* Puisqu'il y a une porte (certes bouchée) en dessous, le système posé sur 3 consoles est : Une bretèche.

 

        L'intérieur :

* La tour n'est point ouverte à la visite.

 

Le château :

* Le bâtiment n'existe plus.

* Mais son souvenir est gravé par les reconstitutions et son plan général.

 

 

Histoire du bourg :

* A la fin du 12ème siècle, les connétables de Sabran font édifier un château fort.

* Au début du 14ème siècle, le Roi de France (voir liste), Philippe le Bel, fait construire une puissante tour à l'image de celle de Villeneuve Lès Avignon. Le but est d'affirmer la présence Royale en face du Comtat Venaissin. Cela explique la présence des 3 fleurs de Lys dans le blason du bourg.

* En 1511, le Marquis (voir titre de noblesse) de Canilhac vend la tour fortifiée à la commune. Elle devient l'hôtel Consulaire.

* En 1630, Henri II, Duc de Montmorency et seigneur de Bagnols, se rebelle contre le Roi de France (voir liste) Louis XIII.

* En 1632, le Duc est décapité.

* En 1633, en représailles, le Roi fait détruire le château.

* En 1891, suite à l'expansion de la Poste et pour éviter les confusions de nom, le ville se dote de l'extension : Sur Cèze.

* En 1939, la tour est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Il est l'heure... de mon départ vers d'autres aventures !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 07:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgEst ce un mirage ou un rêve éveillé ?

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le regroupement des 2 petits villages se nommant Saint Just et Le Bézu se situe à 10km à l'Est de Quillan (voir son château), à 6km l'Ouest de Bugarach (voir son château) et à 9km au Sud de Cuiza.

    Coordonnées du château :

42° 52' 51.323" N 2° 18' 20.527" E
 42.880923°  2.305702°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Je le vois

   A 2km au Sud-Est de Le Bézu, au bout d'une crête, un rocher sans arbre attire mon regard. Je viens de trouver le rocher portant la ruine du château de Le Bézu, parfois nommé Albedun.

 

1ère analyse

    Avec mon oeil d'aigle de castellologue-amateur je tente de mieux le voir, mais il est loin. Alors, tel Terminator, je chausse des binoculaires à rayon de lumière. Je vois une paroi abrupte sans chemin.

   Je tente un autre réglage, mais aucun chemin apparaît et la ruine sait se cacher. Même en saturant les couleurs, les broussailles sont denses et un sentier n'est point visible.

La raison est simple : Les sentier est sur l'autre face (coté Nord-Ouest).

 

Je suis ensorcelé

     La fée surveillant ce château ayant peut être été vexée (haaa, les femmes !) par mes méthodes d'espionnage peu cavalières, un "rayon magnétique" endommage mes appareils électroniques. Je n'ai plus de binoculaire, ni d'appareil photos numériques. Je vais donc marcher à travers les ronces et les épineux sans gps et surtout ne faire que des diapositives avec mon vieil appareil argentique.

Ce que j'ignorais, c'est que cet ensorcellement continuera durant de nombreuses années. Au point qu'au développement, la FNAC a perdu l'une de mes pellicules (une des 2 de Bézu bien sur) puis plus tard un dégât des eaux défigura les rares diapositives de l'intérieur du château. Seules mes notes ont survécues

Incroyable n'est il pas ?

 

     L'intérieur :

Plan du château fort de Le Bézut - Aude

Le plan

    N'ayant plus d'images à montrer, je vous propose la lecture du plan réalisé par M° Quehen :

   1 - Donjon médiéval.

   2 - Plateau (est ce l'équivalent de la basse cour ou des communs ?).

   3 - Archère : Cette ouverture droite à faible ébrasement (voir vocabulaire) est implantée dans un mur de 0.70m d'épaisseur.

   4a - Emplacement théorique d'une porte.

   4b - Emplacement théorique d'une porte.

   5 - Porte d'accès du château.

   6 - Citerne.

   7 -Tour de défense coté Est.

   8 - Est ce une tour de défense Ouest ou les vestiges d'un premier château ?

 

Analyse rapide

      La disparité de taille des pierres et les dimensions des blocs peut s'expliquer par des aménagements durant les siècles.

   Certains castellologues et historiens en architecture pensent que ce château est un exemple unique de construction à 4 étages défensifs. D'habitude au Moyen Âge, un château n'en possèdait que 3 :

     1 - Le donjon,

     2 - La chemise du donjon,

     3 - Le rempart avancé.

 

Curiosité

    Très souvent (pour ne pas écrire toujours) un village se blottit aux pieds des remparts. Il n'y a que les châteaux de garde, à la superficie minimale, qui échappent à cette logique. Hors, le village de Le Bézu est à 2 km.

  Un historien pense qu'un premier village a dû s'établir dans la pente, mais après la destruction du château, les villageois sont partis plus bas dans la plaine, proche de l'eau. 

 

 

Histoire du château :

* En 1067, une famille nommée Albedun apparaît dans un texte.
* En 1112, Petrus de Albedun est le témoin d'un accord entre Roger II Comte (voir titre de noblesse) de Foix et Bernard Aton Vicomte de Carcassonne.
* En 1209, début de la terrible croisade des Albigeois.
* En 1210, après une bataille héroïque, capitulation du seigneur de Termes devant l'armée du roi de France (voir liste des rois) commandée par Simon de Montfort. Cet acte entraînera la capitulation de nombreux "châteaux Cathares", dont Le Bézu.
* En 1231, Pierre de Voisin, compagnon de Simon de Montfort, possède entre autre le château et foret d'Albedun
* En 1255, B. Sermon (seigneur d'Albedun ?) profite de l'absence de Olivier de Terme (parti aux Croisades en Terre Sainte) pour attaquer son château.
* En 1579, durant les guerres de religion, une fortification nommée "Le Behut" est citée dans un texte.
* A la fin du 16ème siècle, les Espagnols font de nombreuses incursions pour piller et détruire villes, villages et châteaux. Le Bézu n'est pas épargné.
* En 1594, un texte affirme que le château au bout d'un éperon rocheux est en ruine.
* En 1815, la carte de Cassini  montre une ruine de château au lieu dit : Rousse.
* Au milieu du 20ème siècle, les cartes IGN nomment curieusement ce site : Château des Templiers. Il n'y a dans les textes aucune trace de l'ordre du Temple en ce lieu.
  Ce nom est il du :

- A la présence très proche de Renne le Château et de son mystère ?

- Aux chercheurs de trésors (butin souvent imaginaire) ?

- A la présence en contrebas d'une bergerie nommé Tiplié... dont le nom fut déformé ?

     Un de mes visiteurs affirme (et je le soutiens) que cette construction se nomme : Château de Triplié.

* Au début du 21ème siècle, après une randonnée difficile, la découverte de la ruine est libre et gratuite.

 

Note :

   C'est la 2ème fois que je prends à défaut l'IGN, pourtant aux travaux et réalisations de grande qualité. La 1ère était dans l'Aude sur le Castel d'Ase.

Sont ce les tragédies Cathares et les multiples légendes qui troublent le sérieux de cet organisme ? 

 

Même en utilisant mon oeil d'aigle, le château est loin

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 07:05

 

Département 30 - GARD

  Faut il être un bucheron pour accéder à la ruine ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Brouzet lès Quissac est située à 40km au Sud-Ouest d'Alès, à 35km à l'Ouest de Nîmes et à 12km au Nord-Ouest de Sommières.

     Coordonnées du château :

43° 50' 42" N 3° 57' 29" E
 43.84510606°  3.9581787586°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* A la limite du département du Gard et de l'Hérault, proche du bourg de Vacquiérès, à 4km au Sud-Ouest de Brouzet lès Quissac, une vieille tour se morfond dans la forêt.

* Dépourvu de panneau indiquant son emplacement, oublié des cartes de randonnée, le château médiéval de Brouzet s'ennuie sans touriste ni promeneur.

* Mais en voyant le Chevalier Dauphinois avec son armure rutilante, la vieille tour se fait belle et les arbres s'écartent.

 

Où sont les remparts protégeant la tour ?

Première analyse 

* Lentement j'avance dans cette étendue d'arbres.

* Mes yeux de castellologue amateur cherchen au sol des traces d'un habituel rempart.

* Curieusement, je ne vois rien qui puisse me faire suggérer une chemise (voir vocabulaire) ou un mur de protection.

* Je fais appel à une vue satellite pour espérer entrevoir une protection entourant la petite tour.

Il n'y a rien !

 

Systèmes défensifs

* Face à la paroi, je constate que les pierres sont pauvrement taillées et de petites dimensions.

* Le parement d'angle n'est pas des plus parfaits. Ce site ne devait point être un château seigneurial. J'opte pour une tour de surveillance.

Approuvez vous ma conclusion ?

* Chaque face possède une fente verticale qui me semble être une archère droite.

* Au dessus d'une archère droite, une rupture carrée me faut penser à un crénelage. Mais j'ai des doutes.

* En regardant mieux, j'aperçois des trous de boulin ayant peut être portés une passerelle en bois.

* Dans ce cas, l'ouverture devait être une pseudo bretèche.

* Si mon raisonnement est vrai, une porte doit se situer en dessous.

 Entrée ou effondrement du mur ?

Est ce une vrai entrée ?

* Je sens le doute dans votre regard (car je vous vois derrière votre écran). Vous pensez :

"Chevalier, comment être certain

que cette ouverture (sans porte)

soit une entrée et non un effondrement du mur ?

* Raison vous avez, il ne faut jamais tirer de conclusion sans observation sérieuse.

* Lentement je m'approche de l'ouverture.

* Je crois voir à la base, dans la profondeur du mur, non pas un remblai mais des pierres taillées.

Cette preuve vous satisfait elle ?

* Puis, en partie supérieure, je perçois la présence d'une clé de voûte.

Vais je conforter mon hypothèse en entrant ?

 

        L'intérieur :Quelle belle archère primitive !
Que la lumière soit !

* Je suis impressionné par la lumière. En général dans ce style de tour du début du 12ème siècle (c'est ce que je suppose), la lumière est minimale.

* Vous êtes si perspicaces mes chers lectrices et lecteurs que vous avez compris qu'une construction sans toit ni plafond ne peut pas être sombre.

 

Les défenses

* L'architecture n'est pas luxueuse. Aucune décoration, ni cul de lampe, ni cheminée.

* L'archère droite avec un faible ébrasement intérieure est la seule rupture à la rigueur dans cette tour.

* Je distingue plusieurs rangées de trous alignés pour recevoir les poutres des planchers.

* Je ne vois aucune trace de marche d'escalier. Je subodore que l'accès aux étages se faisait par des échelles en bois.

* Au sommet, je retrouve le "pseudo-crénelage". L'alignement des trous de poutre me conforte dans ma théorie d'une bretèche.

Etes vous d'accord avec moi ?

 

Petites devinettees

* Avant de quitter cette tour défensive, je souhaite vous demander votre avis sur 2 curiosités :

1 - Quelle fut la fonction de ces pierres à bossage alignées ?

2 - A quoi sert cet arc de cercle ?

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

Je n'ai aucune information historique sur cette belle ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est possible en prenant beaucoup de précautions. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser est important.

 

Ecoutez... Les murs nous murmurent l'histoire de France !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu

châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 07:04

 

Département 30 - GARD

  Que de murs ruinés !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Baron est située à 30km au Nord-Nord-Ouest de Nîmes, à 20km au Sud-Est d'Alès et à 15km au Nord-Ouest d'Uzès.

     Coordonnées du château :

44° 2' 35" N 4° 16' 22" E
 44.043180218°  4.272758961°

 

Le château : 
        L'extérieur :

Avant propos

* L'orthographe du nom de la colline fortifiée varie suivant les documentations :

- Larque,

- L'Arcque,

- L'Arque.

* C'est cette dernière que je retiens.

 

La découverte

* A 2km au Sud-Ouest de Baron, une colline porte les vestiges d'un bâtiment.

* De loin, il n'est pas facile de comprendre ce site ruiné.

* En avant du grand bâtiment, dans la pente, je vois des pans de murs.

* J'avoue que je suis un peu désarçonné.

Comment puis je comprendre ?

  

Le secret du Chevalier

* Pour mieux comprendre cette ruine j'ai deux armes magiques (ou diaboliques) :

1 - Une vue satellite très détaillée me montrant :

* Un imposant bâtiment quadrangulaire devant être le corps de logis.

* Une tour carrée en bas avec un mur à droite.

Etait ce le rempart extérieur du site ?

* Des murs alignés

Etait ce le rempart du château ?

2Un plan du château dont la date de réalisation m'est inconnue.

* Il ne m'apprend rien sur la fonction des murs en contrebas.

* Il semblerait qu'ils furent des bâtiments, dont la fonction m'échappe.

 Vais je comprendre les secrets de cette architecture ?

Première analyse

* Lentement, je monte la colline.

* Le premier mur que je rencontre  est la curieuse tour solitaire.

* Le second mur est évidemment arasé.

* Aucun système défensif en encorbellement est visible.

* Sur le second je vois :

- Un parement d'angle correct.

 - Mais des pierres pauvrement taillées et peu jointives sur la paroi.

 

Y a-t-il des sytèmes défensifs ?

* Tel un chien de chasse, je cherche des détails architecturaux sur ces murs trop plats et trop borgnes.

* "Qui cherche, trouve" affirme un dicton populaire.

* C'est ainsi que je vois une paroi avec une archère droite.

* Puis une autre.

* Et enfin une dernière qui semble avoir été ajoutée après la construction du mur.

 

Je vais entrer

* Je cherche l'entrée du "logis".

* Hélas, je ne remarque aucun détail me permettant de la trouver.

* Conséquence : J'entre par une ouverture suite à l'effondrement du mur.

 Nu comme un vers ou plutôt grise avec du vert

        L'intérieur :

La recherche d'indices

* Vide est l'intérieur de ce quadrilatère.

* Pourtant avec un peu d'attention il est possible de voir les bases de bâtiments.

* Puis les trous des poutres séparent les étages.

* Puis les archères droites, dont le faible ébrasement intérieur me les fait dater du début du 12ème siècle.

 

Voyez vous cette merveille ?

* A l'angle du mur, une curiosité m'intrigue.

A quoi vous fait penser ces pierres en encorbellement ?

* Lentement je me dirige vers la sortie.

* Avant de partir vers d'autres aventures, je me délecte du paysage.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, un castrum semble exister. Il semble logique que la butte naturelle ait été exploitée comme tour de guet.

* Au 9ème siècle (date proposée par certains archéologues), construction d'un site fortifié pour la surveillance des vallées avec une tour de signaux.

* En 1209, la fortification est citée dans un texte d'hommage, reçu par l'évêque d 'Uzès, de Raymond VI,  Comte (voir titre de noblesse) de Toulouse.

Rappel : La terrible croisade des Albigeois vient de commencer.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser est important. Soyez très prudent tout en étant respectueux des vieilles pierres.

 

Je vois l'infini... et même au-delà !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
14 janvier 2016 4 14 /01 /janvier /2016 07:03

 

Département 30 - GARD

  Diantre !... Que voila belle tour

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Génolhac est située à 50km au Sud-Ouest d'Aubenas, à 35km à l'Est de Florac et à 30km au Nord-Ouest d'Alès.
 

     Coordonnées du château :

44° 21' 2" N 3° 56' 58" E
 44.3506850°  3.94953936°

 

Le château : 
        L'extérieur :
L'arrivée

* Le petit bourg possède de nombreuses maisons dont l'architecture s'étale sur 5 siècles.

* Je ne suis donc pas surpris de rencontrer une gargouille à la mine patibulaire.

* Au Nord, proche de l'église avec son clocher à pignon, je découvre la beauté médiévale que je suis venue admirer.

* Il ne reste que cette tour de l'ancien château fort. Mais un visiteur ayant l'oeil d'un Castellologue (même amateur) pourra voir les fantômes des anciens murs et des fossés.

 Sont ce deux portes au même étage ?

Rapide analyse

*  Accolée à la tour, le âatiment d'un étage est un logis construit au 18ème siècle.

* Il conserve de belles fenêtres d'un siècle antérieur.

 

La tour

* Elle est presque carrée : 6m de coté.

* Elle est construite avec des pierres de granit de taille importante.

* Curieusement certaines pierres sont à bossage.

* Les murs ont une épaisseur supérieure à 1,5m.

* Aucune ouverture (entrée ou défensive) existe en partie basse.

* A 4m du sol, une porte permet l'accès dans la tour.

* Au dessus et en dessous, cette ouverture possède des corbelets. Je subodore qu'une passerelle couverte en bois existait.

* D'autres ouvertures sont visibles au même niveau.

Sont ce des passages vers les anciens bâtiments disparus ?

* Le sommet ne comporte point de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

        L'intérieur :
  La tour est une propriété privée non visitable.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château. La dualité de pouvoir entre le seigneur "laïque" et l'évêché va se faire sentir durant 6 siècles. Le site est en paréage entre :

- L'évêque d'Uzès et les seigneurs de :

- Randon,

- Puis Polignac,

- Puis Budos de Porte,

- Puis Conti,

- Puis François de Roche.

* Au 13ème siècle (à vérifier), construction d'un rempart entourant le petit bourg.

* Au 14ème siècle, le site n'est pas épargné par la Guerre de Cent ans.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, les protestants du bourg sont massacrés.

* A la fin du 16ème siècle, Joani, chef des Maquisards, attaque le bourg, massacre quelques catholiques puis brûle le couvent. La réaction du Roi (voir liste) est évidemment violente.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Avez vous une échelle pour entrer dans cette tour ?

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 07:01

 

Département 30 - GARD

  Si j'étais SuperMan, je franchirais le ravin en un seul bond

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bessèges est située à 45km à l'Est de Florac, à 20km au Nord d'Alès et à 10km au Nord-Ouest de Saint Ambroix.

     Coordonnées du château :

44° 17' 23" N 4° 7' 42" E
 44.289730655°  4.12841856479°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* A 3km à l'Est de Bessèges, sur une colline boisée, une cubique construction se dore au soleil.

* Il ne m'en faut pas plus pour rêver d'aventure et de princesse à sauver dans une tour gardée par un dragon maléfique.

* Tel un géant, je tente de franchir les hauts arbres pour rejoindre ma belle.

* Mais rapidement, devant la masse verte, je comprends qu'il me faut trouver un sentier.

* Comme dans les contes de fée, un panneau apparaît soudain m'expliquant que je suis proche.

 Derrière ce mur, je vais découvrir une beauté médiévale

La remarque du Chevalier !

- Sur le panneau (ainsi que dans les brochures et cartes) il est noté : Tour de Castillon.

- Je désapprouve cette appellation réductrice !

- D'abord, il est rare qu'à l'époque médiévale une simple tour soit construite.

- De plus, en regardant la vue satellite, il est évident que cette haute construction est l'un des vestiges du château fort.

- En conséquence, je nomme officiellement ce site : Le Château de Castillon.

 

Le rempart

* Le long mur qui me fait face ne ressemble plus au puissant rempart avec crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire). Le temps a fait son travail d'usure.

* Pourtant, avec un peu d'attention, il est possible de voir des fentes verticales s'apparentant à des archères droites.

* En franchissant le rempart extérieur par une trouée, je suis surpris de voir la trace pour une poutre de blocage de la porte.

* Dans la paroi, je vois l'intérieur de quelques archères. Avec leur faible ébrasement, je présume qu'elles datent du 12ème siècle.

 

De mystérieux arcs !Les bâtiments

* Certains bâtiments "peu ruinés" m'étonnent par leur aménagement intérieur.

* Ils sont assez imposants pour en faire un palais, mais ils sont dépourvus de cheminée.

Peut être étaient elles sur les murs disparus.

* La présence d'arcs borgnes m'interpelle.

1 - Si ce sont des fenêtres, l'absence de coussiège est inhabituelle.

2 - Si ce sont des archères en niche, le recul me semble faible.

* En me retournant, je vois de nombreuses pierres taillées sur une imposante surface. Cette construction n'a pas pu être qu'un simple château de guet.

 

Une curiosité

A quoi sert ce trou ?

* Lentement, j'avance avec prudence dans cette ruine.

* Le sol étant recouvert de pierres roulantes, je regarde où sont posées mes chausses.

* C'est ainsi que je découvre un curieux trou horizontal sur le sol.

* Au bout du trou, il y a un "tuyau" de pierre.

* En suivant le tuyau, j'abouti à une salle.

Quelle est la fonction de cette salle ?

* Comme l'indique l'arrosoir moderne, ceci était la citerne alimentée par les eaux de pluie.

A quoi sert ce tuyau ?

 

Bien qu'arasée, la tour reste impressionnante de puissance !

La tour

* La tour a une base quadrangulaire. J'ose la nommer : Le donjon de repli.

* Sa faible hauteur est le résultat du temps qui ne l'a point épargné.

* Sur la paroi, je distingue une petite fente étroite. Je suppose que cela fut une archère du 12ème siècle.

* Une large ouverture, au niveau du mur de rempart intérieur, correspond certainement à l'entrée du donjon de repli.

* Au niveau le plus bas, une porte d'accès a été aménagée.

* Je me dois de la franchir, avec prudence car la tour semble fragile.

 

        L'intérieur du donjon de repli :

Rapide analyse 

* Le mur a plus d'un mètre d'épaisseur.

* La dimension intérieure de la tour ne la rend pas habitable.

* La piètre qualité de la taille des pierres me conforte dans la fonction de repli et non d'habitat de ce donjon.

* Les trous alignés sur plusieurs niveaux représentent les étages. Chaque étage reposait sur des poutres.

* Je ne vois aucune trace d'escalier. L'ascension se faisait certainement par des échelles en bois.

* Le faible ébrasement intérieur de l'archère confirme ma datation du 12ème siècle.

 

Une hypothèse

* Tout en cherchant des indices architecturaux, une idée germe sous mon heaume de castellologue amateur.

* En me remémorant la vue satellite ainsi que bâtiments externes, je pressens que ce château devait avoir beaucoup de ressemblance avec une autre construction nommée : Belvézet.

* Si mon raisonnement est juste, le plan ressemblerait à ceci.

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, probable construction du château (à vérifier).

* Au 14ème siècle, il est probable que les Tuchins saccagent le château (à vérifier).

* Au 21ème siècle, la découverte du château est libre et gratuite en respectant les vieilles pierres. La ruine n'est pas stabilisée. Veuillez être très prudents dans votre approche et votre visite car les pièges sont importants. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

La tour médiévale surveille le village du 20ème siècle

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 07:05

 

Département 30 - GARD

  Chantez avec moi : "Il m'a dit d'aller siffler là haut sur la colline.."

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Belvézet est située à 30km au Nord de Nîmes, à 25km à l'Est-Sud-Est d'Alès et à 10km au Nord-Ouest d'Uzès.

     Coordonnées du château :

44° 4' 59"  N 4° 21' 23" E
 44.083193058°  4.35640097°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* Depuis le bourg de Belvézet, en regardant vers le Sud-Ouest, une masse grise apparaît au dessus des grands arbres.

* Il ne m'en faut pas plus pour partir à l'aventure vers cette construction d'un autre temps.

* En cette belle journée de fin septembre, la végétation me renvoie les odeurs agréables qui me font oublier la montée rocailleuse.

* Soudain, comme par miracle, un mur s'approche de moi (à moins que ce soit le contraire).

 Je dois sortir une loupe pour étudier chaque pierre

Des murmures de mur

* Au milieu de ces pans de murs oubliés, je me sens comme chez moi.

* Certains comportent des trous de boulin (voir vocabulaire) me faisant penser à des hourdages ou une passerelle en bois.

* L'épaisseur des murs du rempart (?) m'impressionne.

Pourquoi ose je dire : Rempart ?

*  En prenant un peu de recul, je vous donne/montre la réponse.

* Les murs en équerre entourent et protègent une haute tour.

"Nous ne voyons pas correctement la tour, Chevalier" me soufflez vous

"Peux tu mieux nous la faire découvrir ?"

Vos désirs sont des ordres.

La voici (après le plan)

 

Le plan ... inconnu

* Avant de vous faire découvrir la tour, je vous présente un plan du château.

* Je l'ai trouvé par hasard plusieurs années après la visite de la ruine de Belvézet.

* Je n'en connais ni l'auteur ni l'année de création.

* De nombreux bâtiments encerclant la tour m'interpellent.

* Il faudra que je retourne en ce lieu pour mieux comprendre.

 

La rigueur médiévale est la caractéristique de la tour-donjon

La tour, prends garde, j'arrive

* Au sommet, les trous de boulin alignés me font imaginer un hourdage.

* Les seules traces encore visibles de systèmes défensifs sont de petites archères droites. Cette tour n'a donc point évolué après le 13ème siècle.

* L'ouverture à plusieurs mètres du sol semble être l'entrée principale de la tour. L'ascension devait être réalisée par une échelle et une passerelle en bois (dont les multiples trous carrés confirment ma supputation).

 

        L'intérieur :

Hauteur et rigueur

* Par une ouverture au rez de chaussée, la tour m'invite à la découvrir.

*  Le mur a une épaisseur 1,20 mètre.

* La pièce est éclairée par un puits de lumière.

* Les trous de poutre marquent les étages.

* Au plafond de la salle supérieure, l'orifice permettant d'accéder à l'étage supérieure par une échelle.

 

 

C'est la fin

* J'ai faim d'elle, mais elle me quémande de sortir.

* Comme pour toutes les princesses, la tour a besoin de temps pour que je l'apprivoise.

* Je ressors en n'oubliant pas d'admirer l'autre richesse d'une ruine : Le panorama.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle, construction du château. Il est possession des Vicomtes (voir titre de noblesse)  d'Uzès.

* Au 13ème siècle, les Vicomtes d'Uzès séjournent parfois au château pour chasser dans les bois alentours.

* En 1383, le château est attaqué puis détruit partiellement par les Tuchins.

* Au 15ème siècle, le site est abandonné.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en prenant soin de ne pas glisser sur les perres au sol. La visite de l'intérieur est possible en respectant les règles de sécurité. Le risque de recevoir une pierre existe. Soyez très prudents.

 

Ceci n'est point un pont, mais la voûte d'une salle inaccessible

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 07:04

 

Département 30 - GARD

  Je pressens que les ronces vons me griffer les mollets

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune d'Aigaliers est située à 40km à l'Ouest d'Orange, à 28km au Nord de Nîmes, à 20km au Sud-Est d'Ales et à 10km au Nord-Ouest d'Uzès.

     Coordonnées du château :

44° 03' 40" N 4° 19' 17" E
 44.06116239°  4.321347177°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* A 3km au Nord d'Aigaliers, au sommet d'une colline apparaît un amas de pierres construites nommé : Castellas de Aquilerio.

* La montée vers cette beauté médiévale ne va pas être longue, mais je pressens que les plantes piquantes et les pierres au sol vont s'amuser à me tendre des pièges.

* C'est donc un Chevalier vigilent mais très motivé qui part à la découverte d'un vieux château fort.

Venez vous avec moi ?

 Quelle coquine.. La ruine se cache de moi

Première analyse

* Dans ce labyrinthe d'arbres, je ne sais pas où je suis.

* Soudain, un mur épais apparaît.

* Il comporte des pierres correctement taillées mais aux dimensions et origines variées.

* Puis, plus loin, une autre paroi de pierres tente de survivre aux attaques de la végétation.

* Sa fonction  m'échappe.

* Les murs sont si arasés que point de système défensif est visible. Je vais donc supputer durant la visite.

 

Je suis perdu !

* Lorsque je ne peux pas faire la lecture d'un bâtiment fortifié, mon astuce est de pendre du recul.

* Hélas, avec les arbres, ma méthode est vaine.

* Soudain, j'ai un éclair de géni. Je vais faire appel à un satellite (plutôt qu'à un ami ou au 50/50 n'est ce pas Jean-Pierre).

* Comme vous le constatez, la végétation est si dense qu'il paraît difficile de distinguer la fonction des murs et surtout.... Je ne sais pas si je suis à l'intérieur ou à l'extérieur.

 Un mur qui ne murmure plus son histoire !

        L'intérieur :

Que voir et que vois je ?

* D'abord un mur épais, très épais. J'ai la sensation que cela eut pu être le portail d'entrée.

* Puis, en me décalant, un pan de mur qui ressemble à une courtine.

* Dans ce royaume de la désolation, je tente d'avancer.

* Au loin, un autre pan de mur m'attend. Son épaisseur est moindre. Je pressens que ce sont les restes d'un bâtiment d'habitation modeste.

* Dans mon périple de recherche d'indice je croise la route d'un bâtiment "presque entier" (il ne lui manque que 2 murs, les étages et la toiture). La piètre qualité des pierres et la petite ouverture me font penser à un commun (entrepôt, grange ?).

* Un peu plus loin, le sol est jonché de petits murs, traces évidentes de salles.

 

La surprise

* Dans mon errance je tombe nez à nez (disons plutôt pierre à heaume) devant une cubique construction.

* Par sa fente j'espionne ses entrailles qui ne m'informent que peu sur le nombre d'étages.

* Mais en me penchant, j'ai un gros penchant pour ce cube.

* J'entre et je vois... Hoooo.. que c'est beau !

* Ne voulant point tout vous dévoiler, je vous laisse devant la porte de sortie.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, probable construction du château par un vassal de la seigneurie d'Uzès.

* En 1209, début de la croisade des Albigeois.

* En 1211, le château est confisqué au profit du Roi de France Philippe Auguste (voir liste). Mais l'administration des biens est inchangée.

* En 1383, le château est attaqué puis endommagé par les Tuchins descendus d'Auvergne.

* En 1635, le Baron (voir titre de noblesse) d'Agaliers se nomme : Jacob de Rossel.

* En 1877, bien qu'en ruine, plusieurs bâtiments du château sont clairement identifiables.

* En 1977, la foudre s'abat sur le site. L'état de ruine sera l'avenir de ce château fort.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec prudence. Le risque de glisser ou de recevoir une pierre est important. Soyez très prudent.

 

Avec beaucoup d'imagination , il est possible de voir le château comme à son origine

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article