Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 06:05

 

Département 11 - AUDE

 Ho, hisse... Que c'est haut vers le paradis des ruines !

Le château :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Padern est une petite commune située à 65km au Sud-Est de Carcassonne, à 30km au Nord-Ouest de Perpignan et à 5km au Nord-Est de Cucugnan (voir ce château) sur la route des châteaux Cathares entre Tuchan et Peyrepertuse.

  Coordonnées du château :

42° 52' 3.036" N 2° 39' 19.552" E
 42.86751°  2.655431°

 

      L'extérieur

La découverte

* Le château est posé sur un rocher escarpé.

* Il domine le village et surveille les gorges du Verdouble.

* En voyant l'impressionnante falaise, je me pose une question :

Est ce que je dois prendre mon équipement de montagne pour grimper ?

 

L'agréable montée

* Evidemment non.

* L'accès est facile par un petit chemin qui serpente au Sud.

* Je pressens déjà que dans l'ascension, je vais manger des mouches (tant la chaleur est lourde en ce mois de juin).

* Le château n'a pas du avoir de visiteurs depuis quelques jours, car des toiles d'araignée me chatouillent durant la marche entre les arbustes.

* En partie basse, je rencontre les ruines d'un premier rempart (flèche rouge)

* Après une petite ascension, le château m'apparaît.

 

J'ai une question

* La sensation est curieuse.

* Il est situé en hauteur comme une forteresse médiévale, il est donc rustique.

* Et pourtant, de grandes ouvertures et des murs peu épais l'entourent parfois. 

* La raison est simple : Au 17ème siècle, le château est aménagé dans un soucis de confort. Mais les bases médiévales sont conservées. 

   Torturée est la forme de ce château qui épouse en partie la falaise.

Le plan

* Pour mieux comprendre la visite, il est préférable de regarder le plan.

* La forme n'est pas conventionnelle.

* Elle est due à l'emplacement du château sur ce pog et aussi par certains aménagements de défense par armes à feu.

 

Première constatations

* A l’Ouest, le mur d’enceinte est d’une épaisseur imposante

* Curieusement, il est borgne dans sa première moitié. Aucune archère ou bouche à feu permet la défense.

Surprenant !

Est ce du à la consolidation du 20ème siècle ?

* A l’Est, en léger contrebas du château, un mur de faible épaisseur s’élève jusqu’à un passage entre deux vestiges de bâtiments.

* L’un est carré et l’autre est triangulaire avec des créneaux.

* L'entrée originale du château est au Sud (E sur le plan), à travers un mur aujourd'hui écroulé.

* Elle devait sûrement être précédée par une barbacane (voir glossaire).

 

      L'intérieur

La cour

* Pour entrer dans le château, il faut d'abord escalader des éboulis très nombreux.

* En franchissant une porte d’entrée "invisible" (repère E sur le plan), j'entre dans une cour (en vert sur le plan, repéré C).

Quelle curieuse sensation !

* Des murs solides sans fissure (sûrement dus à la rénovation du 20ème siècle) côtoient des éboulis au sol, au milieu d'herbes hautes et griffantes.

* L'ensemble étant sécurisé par une courtine avec créneaux reconstruits.

* Pour amplifier la sensation, des "fenêtres" immenses regardent des archères primitives.

* Jamais un château n'a été aussi confus pour moi.

Mais je me régale. Et vous ?

* En regardant le bâtiment central (en jaune sur le plan, repéré D), je comprends que je suis devant le donjon médiéval très remanié.

 

Il n'y a plus de princesse dans ce donjon... à cause du courant d'air je suppose ! Le donjon

* En revenant dans la cour, je décide d'explorer une ouverture à gauche du donjon.

* Il est précédé par un pan de mur arrondi qui est une tour-escalier desservant les 3 étages.

* Il subsiste les vestiges de quatre marches.

* A l'entrée du donjon, sur la droite, deux petites marches descendent vers un étrange orifice.

* Pas si étrange que cela car ce sont les vestiges des latrines bâties sur le vide.

* Le donjon n'est que le fantôme du bâtiment initial, la consolidation a lissé les détails.

* Mais, au fond du donjon, une surprise m'attend (sur le plan, repère V).

* Une porte, quelques marches et j'aboutis dans une pièce munie d’une ouverture rectangulaire de 1,10m sur 0,60 m donnant sur un précipice.

* C'est le vide-ordure. (oui, nos ancêtres jetaient les restes dans "le vide"). 

* Et en me penchant un peu plus, je découvre le vide... disons plutôt, la falaise.

Oups.... j'ai failli tombé.

 Ressentez vous la chaleur de la ruine proche de la cheminée ?

Le Logis

* En revenant dans la cour, je décide d'explorer un "couloir" sur la gauche du donjon (en bleu foncé sur le plan, repéré L).

* Ce n'est pas un simple couloir mais le logis de la famille Vic construit à la fin du 16ème siècle sur la façade Ouest.

* En entrant, sur la gauche, je vois une grande niche soutenue par un arc de décharge.

* Evidemment, vous avez reconnu un évier, avec écoulement de l'eau dans le vide (cela devient une habitude de tout jeter !).

* Juste à coté, à droite, je pressens l'existence d'une cheminée.

Cette pièce était elle la cuisine ?

* Un peu plus loin, une archère très primitive surprend.

* La sensation que j'avais en arrivant dans cette ruine continue.

* Voila un château qui n'a jamais réussi à évoluer "correctement".

C'est très curieux. 

 

Les "communs" (?)

* Au fond (en bleu clair sur le plan), je découvre une pièce qui devait être sombre par manque d'ouverture.

* Avec son sol non aplani, j'imagine que cela devait être les communs et la réserve de nourriture. Mais ce n'est que supposition de ma part.

* Je suis surpris de ne pas voir de corbeau ou de retrait du mur pour soutenir les poutres des planchers aux étages.

Quelle curieuse ruine !

  Elle parait entière (pour une ruine bien sur) mais de nombreux détails manquent.

 

C'est fini

* Il me faut repartir vers une autre croisade (pacifique car point Simon de Montfort je suis).

* Avant de quitter cette curieuse ruine, j'admire le paysage Audois.

* Ce n'est pas à Versailles que je verrais un tel spectacle de la nature.

Comprenez vous maintenant le plaisir

que j'ai à découvrir des ruines médiévales ?

 

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au Ier siècle, à l'époque romaine, exploitation de minerai de cuivre.

* En 899, le roi "Charles le Simple" donne le territoire de Padern à l'abbaye de Lagrasse (qui en sera propriétaire jusqu'en 1579. Longévité de propriété très rare dans cette époque troublée).

* En 1024, l'abbaye de Lagrasse chasse un certain Ginabert qui occupe injustement le lieu (je n'ai pas pu identifié quel lieu).

* En 1026, une motte est mentionnée pour la première fois.

* Vers 1165, une "forcia" (fortification secondaire) est signalée.

* En 1209, début de  la croisade contre les Albigeois.

* En 1210 (?), le château est pris par les troupes de Simon de Montfort.

* En 1211 (?), Alain de Roucy, lieutenant de Simon de Montfort, devient "propriétaire" du château.

* Vers 1216 (?),  le château est l’objet d’un litige entre l'héritier de Alain de Roucy, seigneur de Termes  et  l’Abbaye de Lagrasse. (Ce seigneur Nordiste jouit de tous les impôts et taxes qui aboutissait auparavant dans les caisses de l'abbaye "catholique").

* Vers 1246 (?), Chabert de Barbeira, seigneur faidit de Quéribus, le reprend par la force.

* En 1248, le roi Louis IX (voir liste des rois) ordonne au Sénéchal de Carcassonne de restituer le château à l'abbaye de Lagrasse.

* En 1283, après transaction avec les procureurs du roi de France, puis contre paiement, l’abbaye de Lagrasse récupère la forteresse.

* En 1579, la seigneurie de Padern est confiée à Jean-Pierre Vic capitaine de Termes et originaire de Girona en Catalogne. Il s'y installe et reconstruit le château en lui conservant son caractère fortifié et féodal en raison de l'insécurité qui règne dans la région.

* Durant le 17ème siècle, l'abbaye intente de nombreux procès contre la famille de Vic pour récupérer le château.

* En 1706. Blaise II de Vic le revend à l’abbaye de Lagrasse.

* En 1713, la carte de Roussel, recensant les fortifications, identifie "le château" comme une ruine.

* En 1790, il est abandonné. Comme souvent à la révolution Française, les pierres sont pillées, et l'état de ruine est l'avenir de ces bâtiments.

* Au 20ème siècle, des travaux "rapides" de consolidation sont réalisés.

* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre n'est pas nul. Soyez très prudents.

 

Le panorama est le magnifique cadeau d'une ruine médiévale

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 06:10

 

Département 30 - GARD

  Voyez vous la beauté sur la colline ?

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint-Hippolyte-du-Fort est située à 40km au Nord de Montpellier, à 30km au Sud-Ouest d'Alès et à 12km à l'Est de Granges.

 

     Coordonnées du château :

43° 57' 03" N 3° 50' 41" E
 43.950891685°  3.8446649909°

 

Le château : 

        L'extérieur :

Quel est son nom ?

* A moins de 2km au Sud-Ouest de Saint-Hippolyte-du-Fort, une verte colline porte des pierres construites.

* Curieusement, cette construction médiévale porte différents noms :

- Le Castellas,

- Le vieux château,

- Roquefourcade,

- Le château de Saint-Hippolyte-le-Vieux.

* Qu'importe son patronyme, je me dois de le découvrir par une ascension facile sur un chemin bien tracé.

 Un rempart épais avec archère défensive

La découverte

* A 200 mètres d'altitude, un vestige apparaît.

* Je dois contourner les arbres pour tomber nez à nez devant un rempart.

* Bien qu'il soit très arasé, le mur montre encore son épaisseur et surtout ses archères droites.

* Avec précaution, j'entre dans la place.

 

        L'intérieur :

Des surprises

* L'intérieur de l'archère droite, avec son faible ébrasement, m'informe que le système défensif date du 12ème siècle et n'a pas évolué.

* Quelques mètres plus loin je vois un curieux rocher taillé.

* Je prends un peu de recul pour comprendre.

Vais je faire carrière... en ce lieu ?

* Je pressens que ceci fut une carrière de pierres.

* Il est très possible que ce "cube" ait été utilisé comme réserve, écurie ou autre commun.

 Que voyez vous en cet amas de pierres construites ?

Curieux vestiges !

* Au sol les pierres s'amoncellent. La plupart ne sont point taillées, mais nombre d'entre elles sont dégrossies.

* Au sommet de la butte, un imposant mur apparaît.

* Il a une forme polygonale imparfaite.

* Il est constitué de pierres de dimensions différentes mais de la même provenance.

* Ce mur entoure un rocher taillé.

* Ce que je supposais être un rocher semble être un donjon.

* Ses pierres sont jointives et presque symétriques.

 

Enigmes

* Lentement j'approche ce vestige d'un autre temps quand soudain, mon oeil est arrêté par cette entaille.

Est ce une banquette (voir vocabulaire) ?

* Je continue ma marche d'approche quand je suis à nouveau interpellé.

Sont ce des marches ou un support de poutre ?

* Devant tant d'énigmes et de surprises, je décide de me reposer. Tout en dégustant une juteuse pêche, j'admire le paysage.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du site fortifiée.

* Vers le 13ème siècle, il semblerait que le manque d'eau et les attaques des Grandes Compagnies aient causé l'abandon de ce site (à vérifier).

* Au 17ème siècle, Sur l'ordre de son Roi (voir liste), Sébastien Le Prestre faut construire une fortification à Saint-Hippolyte-du-Fort.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite en respectant les vieux murs et la propriété privée. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe. Soyez prudents.

* Il est possible d'admirer les vestiges des fortifications de Vauban dans le bourg.

 

Le panorama est le trésor des ruines castrales

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 06:05

 

Département 30 - GARD

  Cela fait plusieurs heures que le château a vu mon approche

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Aujac est située à 50km au Sud-Est de Mende, à 45km au Sud-Ouest d'Aubenas et à 20km au Nord-Nord-Ouest d'Alès.

 

     Coordonnées du château :

44° 20' 50" N 4° 1' 39" E
 44.34729374°  4.0274897218°

 

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* A une portée de flèche à l'Est de la commune d'Aujac, une verte colline porte une rude fortification médiévale.

* Le sommet de ce mamelon est protégé par un à-pic sur 3 cotés Nord, Ouest et Sud.

* Le château n'a donc qu'un coté vulnérable. Logiquement, le coté Est est protégé par un puissant donjon habitable.

Le voyez vous ?

 A gauche, le puissant donjon primitif

L'analyse 

* De loin, il n'est pas difficile de comprendre l'architecture et l'aménagement de cette forteresse médiévale.

* Cette simplicité a pourtant été très efficace durant plusieurs centaines d'années.

* A gauche, le puissant donjon carré du 12ème siècle.

* Sur la droite, un rempart droit "un peu arasé". Imaginez le avec crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Avec un peu d'attention, il est possible de voir des fentes défensives sur la paroi du rempart.

* Derrière le donjon et faisant un angle : Les logis.

* Entre le rempart et les logis : Une cour intérieure.

* A l'opposé du donjon, une puissante et ronde tour.

** Voici le plan du château **

 Bien qu'un peu ruiné, sa puissance est encore intacte !

Je m'approche

* Devant une telle masse compacte, je me sens timide.

* Je n'ose approcher sans montrer patte blanche.

* Sur la gauche, le logis a subi l'épreuve du temps. Pourtant le mur arbore fièrement ses fantômes de mâchicoulis.

* Sur la droite, le rempart masquant la cour intérieure possède en son angle les traces d'une échauguette sur culots.

* Evidemment, mon attention est portée sur le donjon.

* Le temps lui a greffé des fenêtres à chaque étage.

* Mais ce sont les archères droites sur la façade coté attaque qui me fascinent.

* L'imposante et profonde construction en encorbellement contribue à son aspect primitif et massif.

Qu'est ce ?

* Evidemment : Ce sont les latrines !

 

        L'intérieur :
  Hélas, le château n'est pas ouvert à la visite en cette fin de 20ème siècle. Mais il semble possible de le visiter depuis 2015. Je rêve déjà d'entrer en ce lieu figé dans le temps.

  Avant de partir, j'admire le magnifique panorama.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, l'évêque d'Uzès et la famille d'Anduze demande la construction d'une tour défensive de 20 mètres de haut pour protéger le val de Céze.

* A la fin du 12ème siècle,un petit village s'établit proche du château.

* En 1209, au début de la croisade des Albigeois, une charte du Roi Philippe Auguste mentionne : La Villa de Aviaco.

* En 1211, le Roi (voir liste) Philippe Auguste récupère le cite à la famille d'Anduze et le donne à l'évêque d'Uzès. Ce dernier le cède à la famille Randon.

* En 1311, la famille Randon vend une moitié de la seigneurie à l'évêque d'Uzès et l'autre moitié à Arnaud de Cubières.

* En 1232, une forcia de Aviaco est citée.

* Au 13ème siècle, deux corps de logis s'ajoutent à la tour. les texte cite le nom de Bastida Nova.

* Au 14ème siècle, amélioration du système défensif.

* Au 15ème des aménagements sont réalisés.

* Au 16ème siècle,  l'axe vallée du Rhône prend de l'importance, l'essor commercial des vallées autour d'Aujac est faible. De plus, avec l'invention des canons cette vieille forteresse est inutile. Pour finir, la Renaissance entraîne le besoin de confort. La conséquence est évidente : La famille Cubières, seigneur du Cheylard, abandonne la forteresse médiévale au profit d'un château dans la vallée.

* Durant deux siècles, le château sert de résidence d'été.

* En 1774, la seigneurie est vendue à Louis de la Fare.

* Vers 1792, terres et château sont récupérés comme bien national par les Révolutionnaires. Il est acheté par un membre de la famille Rigal (une brochure m'informe que c'était le métayer du château).

* A la fin du 20ème siècle, Marlène Rigal-Poujet souhaite redonner vie à cette magnifique forteresse médiévale. Des travaux de consolidation sont réalisés.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la foret et le parking. La visite des fortifications intérieures est possible en été. Veuillez vous renseigner sur les horaires.

 

Sa position lui permet d'observer toutes les vallées

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 06:08

 

Est ce le château fort que je recherche ?

Département :  11 - AUDE

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune d'Arzens est située à 30km au Sud-Est de Castelnaudary, à 20km au Nord de Limoux et à 12km à l'Ouest de Carcassonne.

 

  Coordonnées du château :

43° 11' 59" N 2° 12' 35" E
 43.1996497278°  2.209788859°

 

 

Le château :  

     L'extérieur :

Pourquoi le choix de ce site ?

* Comme vous le savez peut être, je suis toujours à la recherche de sites peu connus, non médiatiques et même oubliés des livres classiques.

* C'est ainsi qu'une brochure très spécialisée m'informe que la commune d'Arzens possédait un château fort modifié.

* N'écoutant que mon courage et ma témérité, je fais galoper mon merveilleux destrier vers ce bourg Audois.

 

Comment trouver le site castral ?

* Le château n'étant pas médiatique, il n'y a point de panneau indicateur.

* Parfois, pour le trouver je me dirige vers la rue du château (voir exemple), mais elle n'existe point en ce bourg.

* La solution la plus logique est de déterminer le point le plus élevé.

* C'est ainsi que je découvre cette cubique construction.

 Que de détails magnifiques pour créer le rêve médiéval

Minimal me dites vous ?

* En découvrant le bâtiment, comme vous je pense  :

"Du château fort il ne reste que peu".

* Pourtant ce peu est fascinant.

* L'actuel bâtiment possède 2 étages sur rez-de-chaussée.

* La façade de gauche comporte :

- De belles pierres tailles de grandes dimensions.

- Des fenêtres à meneaux en croix rebouchées.

* La façade à droite montre :

- Deux portes médiévales rebouchées.

- Des trous pour les poutres d'un plafond.

- Mon imaginaire voit les traces d'une cheminée.

Voyez vous aussi tous ces détails ?

 

L'autre façade est elle aussi fascinante ?

Cette façade ne fait pas de l'ombre à sa consoeur travaillée* Lentement, je contourne le bâtiment en prenant un peu de temps pour observer les fondations.

* La troisième façade est hélas dans l'ombre.

* Ce que je suppose avoir été une fenêtre avec des meneaux en pierre ont été remplacé par le bois du 20ème siècle.

* Elle possède toujours de belles pierres.

* En observant les pierres sous le toit, je subodore que ce dernier est un ajout récent. Le bâtiment a été arasé.

* Son architecture m'informe que la façade fut l'extérieur du bâtiment médiéval.

 

Est ce la fin des découvertes ?

* Je contourne le bâtiment.

* La quatrième façade est aussi dans l'ombre.

* Elle montre un mur ayant souffert du temps.

* Curieusement, une magnifique fenêtre géminée avec colonnette est bouchée en gardant son relief "historique".

* Je suis surpris de n'avoir pas vu de système défensif.

Est ce que je suis en face du logis dans les remparts (disparus) ?

 

     L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

* Presque à reculons, je redescends en direction de mon destrier.

 

Le diaporama du château est visible ICI.

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle (à vérifier), un château est cité.

* Au 11ème siècle, la seigneurie est possession du Comte (voir titre de noblesse) de Carcassonne. Ce dernier rend hommage pour Arzens à l'évêque de Carcassonne

* En 1072, après plusieurs années de conflit pour la possession de la seigneurie, le Comte de Foix (voir liste des Comtes) s'empare d'Arzens.

* Au 14ème siècle, la seigneurie est transmise à la maison d'Armagnac.

* En 1404, le site est propriété de la famille de Lévis de Mirepoix.

Nota : C'est cette famille qui construit le bâtiment actuel.

* En 1591, durant les Guerres de Religion, le bourg et le château sont attaqués par des troupes Espagnoles.

* Au début du 17ème siècle, le château n'est plus une résidence seigneuriale.

* En 1948, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée et le silence du lieu. La visite de l'intérieur est impossible. 

 

Impossible d'entrer, point de porte je vois

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11

Vers Menu châteaux

de l'Aude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 06:06

 

Département 30 - GARD

  C'est moi qui guette l'échauguette !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Saint-Laurent-la-Vernède est située à 40km au Nord-Ouest d'Avignon, à 35km au Nord-Est de Nîmes, à 18km au Sud-Ouest de Bagnols-sur-Cèze et à 12km au Nord-Est d'Uzès.

 

Coordonnées de la cité fortifiée :

44° 6' 19" N 4° 27' 31" E
 44.10541119°  4.45878088°

 

 

La cité fortifiée : 
        L'extérieur :
La découverte

* En arrivant dans le centre ancien de la commune, c'est le choc !

* J'ai l'impression que le temps s'est arrêté.

* Devant moi apparaît une paroi avec systèmes défensifs :

- Une échauguette d'angle,

- En bas, une porte bouchée,

- Au dessus, pour la défendre, les vestiges d'une bretèche (voir vocabulaire).

* Dans certaines brochures, la cité fortifiée est comparée à Aigue Morte, mais en beaucoup plus petit.

 Cette tour me donne le tournis du plaisir !

La longue courtine

* Lentement je longe la courtine vers une  deuxième tour d'angle.

* Avec les siècles et la modernité de notre époque, les murs se sont percés de portes et de fenêtres.

* Archère, crénelage et mâchicoulis ont disparu.

 

La 1ère ronde tour

* Ronde elle est comme sa consoeur.

* Elle possède quelques archères droites.

* Au bout d'une longue courtine apparaît une autre tour.

 

La 2ème ronde tour

* Cette rondelette d'angle possède une archère droite un peu "trop" large.

* La curiosité vient de la partie supérieure donc l'origine des pierres est différente.

Est ce un rehaussement

suite à l'amélioration des armes de jet ?

* Rapidement, mes yeux sont attirés par un décrochement au bout de la courtine.

Qu'est ce ?

 Cette porte me transporte en un autre siècle

L'entrée fortifiée

* Surprenante elle est !

* L'entrée n'est pas dans l'alignement de la courtine mais à la perpendiculaire. Cela obligeait les assaillants à être à découvert sur leur flan gauche en tentant d'utiliser un bélier.

* Même si le temps lui a un peu adouci son caractère guerrier, elle possède encore des traces défensives.

Saurez vous me les nommer ?

 

Je force le passage

* Parfois mon coté espiègle prend le dessus sur la raison.

* Conséquence, je ne souhaite pas entrer par la porte.

* Je contourne l'entrée pour continuer ma découverte des courtines puis tenter d'entrer par un passage "secret"

* Au fond, je vois la 3ème tour ronde ressemblant aux deux premières.

* Au centre de la courtine, une ouverture non naturelle s'est créée.

* Cette trouée est une chance, elle me permet de voir l'épaisseur du mur et la qualité de fabrication.

* Comme un voleur j'entre.

La tour carrée fut défensive et axe de passage

        L'intérieur :

Rapide analyse

* La trouée semble avoir été volontairement réalisée pour permettre la sortie des véhicules modernes à quatre roues.

* La petite cité étant habitée, les aménagement ont été faits pour le confort moderne tout en gardant un style de vie et de beauté pour les yeux.

* Fleurs, arbres, escaliers intégrés, dallages concourent à être bien, à ne faire aucun bruit.

 

Le moyen âge est encore présent

* Durant mon errance, je rencontre dans un angle, une tour carrée.

* Après avoir vu 3 tours rondes, cette géométrique construction me surprend.

* Mes yeux de castellologue amateur sont heureux d'admirer un chemin de ronde aménagé il y a 6 siècles.

 

Le diaporama de cette cité est visible ici.

 

 

Histoire du bourg :

* En 1122, "La Villa Sancti Laurenti" appartenant au Comte (voir titre de Noblesse) de Toulouse est citée dans un texte.

* Durant 3 siècles, la cité est en copropriété de plusieurs seigneurs.

* En 1445 (à vérifier), les villageois aménagent une fortification. Des "maisons" (logements ?) sont données à ceux qui participent à la construction. Four et citerne sont aménagés.

80 familles auraient été identifiées (à vérifier).

*  En 1465, Beaumont de Sommières achète la part de Guillaume de Montfaucon. Il devient le seul propriétaire de la cité.

* Au 16ème siècle, le capitaine François d'Agoult occupe la cité avec une troupe de 200 soldats (à vérifier).

* Au milieu du 16ème siècle, Louis de Rochemore revendique la possession unique de la cité.

* Au 17ème siècle, la famille Julien possède la cité.

* En 1746, Antoine de Julien vend la cité à Joseph de Thomas.

* Au 19ème siècle, la petite chapelle est remaniée.

* Au 20ème siècle, plusieurs propriétaires se partagent la cité. La chapelle seigneuriale est devenue église paroissiale.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur et des ruelles intérieures est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Voulez vous boire à ma source ?

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 06:07

 

Département 30 - GARD

  Vais je réussir à monter vers cette beauté médiévale ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Cendras est située à 50km à l'Ouest de Bagnols sur Cèze, à 45km au Sud-Est de Florac et à 3km au Nord-Ouest d'Alès.

 

     Coordonnées du château :

44° 9' 4" N 4° 3' 23" E
 44.151093389°  4.0564119816°

 

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* Sur certaines brochures, le site fortifié est nommé : La tour du Puech.

* Ce nom m'évoque évidemment une butte, donc une montée.

Va-t-elle être difficile et remplie de ronces ?

* En réalité, une petite route grimpe jusqu'au hameau me permettant de laisser mon destrier proche de l'arrivée.

Mais, où est le chemin final pour découvrir cette beauté ?

 

J'avance vers mon graal

* La butte posée sur la rive droite de la rivière Galeizon offre un paysage magnifique durant la montée.

* Soudain, ma progression est stoppée par un mur.

* Au milieu du mur, une gigantesque porte apparaît.

* La propriété étant privée, je ne peux plus monter.

* Je retourne sur mes pas pour prendre un autre embranchement.

 La tour semble "presque" neuve !

Rapide description

* Un mur m'informe que je suis près du but.

* Elle est là, devant moi, aussi belle qu'au premier jour !

* La tour est construite avec des pierres à bossage parfaitement jointives.

* Elle est partiellement arasée m'interdisant de connaître si crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

* Je pressens que la fente fut une archère droite.

Avez vous remarqué le linteau ?

* Curieusement, une autre face ne comporte pas de fente (de tir ?).

Le site n'était il défendu que sur un seul coté ?

* Je contourne la construction pour arriver coté ombre.

* J'aperçois une fente positionnée plus basse que sur la 1ère façade.

* Je me demande si ces ouvertures étaient des puits de lumière éclairant 2 niveaux de salles.

* Tout en réfléchissant à mes supputations, je fais face à la dernière ..... face.

* Elle comporte, à plusieurs mètres du sol, l'entrée de la tour.

 

        L'intérieur :

* Hélas, il n'y a point d'escalier ni d'échelle pour entrer dans cette tour de guet.

* Avant de descendre pour retrouver mon destrier, je me régale du panorama magnifique sur la plaine et les Cévennes.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, probable construction d'un site fortifié. Certains historiens supposent que le château remplace une tour de guet d'époque Romaine.

* En 1576, Hélix Del Puech apporte le site en dot à Jacques de la Fare, Baron (voir titre de noblesse) de Monclar et de Salindranque. Après le mariage, il ajoute à ses titres celui de : Seigneur de la vallée de Cendras.

* Le 31 juillet 1626, par la déclaration de Nantes, Richelieu ordonne la destruction des châteaux qui ne sont pas frontière. Le château del Puech est démantelé.

* Vers 1630, le seigneur de Puech déserte le site au profit du château de La Fare, plus confortable.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite des fortifications intérieures est interdite. Le risque de recevoir une pierre existe, soyez très prudents.

 

La vieille tour a resistant aux temps et aux guerres

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 06:05

 

Département :  11 - AUDE Bien qu'en ruine, ce château est imposant... La découverte va être merveilleuse !
 

 

Le bourg :  ( --> le voir sur une carte

  La commune de Termes est située à 45km au Nord-Ouest de Perpignan, à 40km au Sud-Ouest de Narbonne, à 30km au Sud-Est de Carcassonne et à 12km au Sud-Sud-Ouest de Lagrasse.

 

    Coordonnées du château :

43° 0' 8.503" N 2° 33' 23.666" E
 43.002362  2.556574

 

 

Le château : 

      L'extérieur :

Pour arriver en haut de la colline, il faut franchir plusieurs rempartsLa découverte

* Élevé sur une plate-forme entourée sur trois côtés par un profond ravin, le château n'est accessible que par la face méridionale.

* Dans l'ensemble, peu de vestiges sont antérieurs à la croisade :

   - Une partie de la face sud de la première enceinte,

   - La 2ème enceinte,

   - Une partie des bâtiments qu'elle abritait.

* Le reste est l'œuvre des ingénieurs du roi dans la seconde moitié du 13ème siècle et au début du 14ème siècle.

 

La grande enceinte extérieure

* Depuis le village actuel, par un agréable chemin, je découvre les premières pierres.

* Ce sont les vestiges très ruinés de l'enceinte du village médiéval.

* L'oeil averti verra une entrée en chicane en protection le village. 

* Ces murs millénaires me mettent déjà dans l'ambiance.

* A l'époque médiévale, le château avec son village avait fière allure.

 

Le plan

  Avant de vous montrer les images de ce magnifique château Audois, je vous propose ce plan :Le château de Termes épouse les formes tourmanentées du terrain.

0 - Fossé.

1 - Rampe d'accès

2 - Barbacane.

3 - Porte d'entrée.

4 - Salle des gardes.

5 - Rampe d'accès.

6 - Citerne.

7 - Tour défensive Sud.

8 - Chapelle.

9 - Donjon.

10 - Citerne.

11 - Poterne.

 

Le fossé

* Ce puissant château est entouré, par nature, de profondes vallées.

* On ne pouvait y accéder que d'un seul côté, au Sud.

* Conséquence, un fossé est creusé pour créer un obstacle difficilement franchissable.

* Ce fossé a aussi servi de carrière de pierres pour le château.

 

Première enceinte du château

* Relativement bien conservée, elle a une forme de parallélogramme irrégulier.

* Elle mesure 125 mètres de long pour 70 mètres de large.

* L’accès se fait par un sentier en pente (donc limitant la vivacité de l'assaillant).

* L'assaillant, coincé entre la barbacane au Sud-Est et la tour ronde, avait sa progression très contrariée.

* S'il choisissait une autre courtine, de haut murs avec archère, crénelage et échauguettes (voir vocabulaire) l'attendaient.

 

      L'intérieur :

Les premiers bâtiments

* A l'intérieur de l’enceinte subsistent de nombreux bâtiments que l'on discerne parfois grâce aux bases des murs.

* L'angle Nord-Ouest est occupé par une poterne.

* Elle est défendue par une échauguette construite sur 2 contreforts.

* Son épaisseur est due à un escalier intérieur.

* Cette issue permet d'accéder au site du Termenet.

 Est ce une archère cruciforme ou une croix latine ?

Deuxième enceinte du château

* Autour du château, cette enceinte abrite la "maison" des propriétaires. Elle est très ruinée. Seuls apparaissent  partiellement les murs Sud et Est.

* Elle montre les vestiges d'une rampe d'accès de la porte, avec les traces d'une citerne et d'un lavabo.

* Le côté Ouest est occupé par la chapelle castrale, à la voûte écroulée, éclairée par deux fenêtres romanes dont l'une est cruciforme.

* Cette forme est devenue le symbole le plus emblématique de Termes.

 

Au sommet

* Au sommet du site, je distingue les énormes blocs de maçonnerie éparpillés. Ce sont les vestiges du donjon détruit à la poudre en 1654.

* Sur cette butte artificielle, le spectacle est magnifique sur :

- La barbacane,

- Les remparts,

- Les montagnes.

 

      Le site de Termenet :

A l'époque médiévale

* Ce fortin, sur un éperon rocheux à 250m en contrebas du château, est décrit par un chroniqueur de la "Croisade contre les Albigeois".

"Les croisés sentant que la victoire était impossible depuis les faubourgs Sud, décident de déplacer une partie de leurs mangonneaux sur le site de Termenet.

Ils pouvaient ainsi :

- Attaquer Termes par deux cotés, divisant ainsi le nombre de pierriers de défense des Cathares.

- Priver l'accès à l'eau de la rivière pour les défenseurs."

 

Que reste-t-il ?

* Au 21ème siècle, il ne reste du Termenet qu'un fragment de maçonnerie caché dans une anfractuosité, ainsi que de rares aménagements du rocher.

* Depuis ce "fortin", une vue superbe s'étale sur le château, les gorges de Termenet et le moulin de la Buade.

 

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du village et du château :

* En 865, création de la septimanie. La frontière avec l'Espagne est fixée dans les Corbières. Le nom de termes viendrait de "Terminus" (frontière).

* En 1061, apparaît pour la première fois dans les textes le seigneur Olivier-Bernard de la famille de Termes. Cette famille est à la tête d'une vaste circonscription féodale des "Corbières", le Termenès, au sud du comté de Carcassonne à la frontière des possessions des comtes de Cerdagne puis Barcelone.

* En 1093, un castrum est mentionné.

* Au 12ème siècle, cette famille est périodiquement en conflit avec l'abbaye de Lagrasse voisine, notamment pour la possession de mines d'argent de Palairac.

* En 1163, l'acte de partage du château de Termes entre les deux frères, Raimond et Guillaume de Termes, oblige la construction d'une deuxième église. C'est l'édification d'une église fortifiée.

* En 1210, après sa victoire sur Carcassonne et Minerve, Simon de Montfort entame en août un siège contre Termes. Raymond, seigneur de Termes est accusé d'hérésie. Il oppose une résistance obstinée pendant 4 mois. Les 2 camps possèdent des "pierrières" qui font de ce siège un cas particulier de la croisade des Albigeois.

* En 1210, en novembre, les assiégés ont attrapé la dysenterie en buvant l'eau des citernes souillées par un fort déluge qui succédait à plusieurs semaines de sécheresse. Ils fuient le château dans la nuit. Resté sur place, Raimond de Termes est fait prisonnier. Il meurt en prison à Carcassonne. Après la capitulation de Termes, nombre de châteaux ne voulurent pas résister à Simon de Montfort.

* En 1211, le domaine est donné par Simon de Montfort à Alain de Roucy. Le village étant détruit, il est reconstruit le long de la rivière.

* En 1221, Alain de Roucy meurt durant la débâcle des croisés. Termes semble être de nouveau occupé par l'ancienne famille seigneuriale.

* En 1228, le château et ses terres sont rattachés à la couronne de France lorsque Amaury, fils de Simon de Montfort, abandonne ses droits sur le Languedoc. Termes devient la frontière du royaume de France face à l'Aragonais.

* En 1241, Olivier de Termes fait sa soumission auprès de Louis IX (voir la liste des rois).

* Vers 1250, le château de Termes est reconstruit, fortifié, puis occupé par une garnison royale. Il est intégré dans la ligne des places fortes gardant la frontière avec l'Aragon.

* Au 13ème siècle, Termes devient le chef-lieu d'une circonscription judiciaire (la viguerie du Termenès) ainsi qu'une circonscription religieuse (l'archiprêtre du Termenès). Termes est qualifié de "ville".

* En 1357, le château de Termes est temporairement "livré" aux Anglais du Prince Noir.

* En 1597, les notables de la région demandent au Roi de France (voir liste) les "écus" pour les réparations du château. Hélas, demande non satisfaite.

* En 1653, suite au recul de la frontière, la forteresse devenue inutile et coûteuse est détruite sur l'ordre du roi. Pendant un an, un maître maçon de Limoux démantèle les murailles à la poudre.

* En 1654, le puissant donjon est abattu.

* Au 17ème siècle, l'importance de la ville diminue considérablement lorsque le siège de la viguerie est établi à Félines-Termenès.

* En 1942, le site en ruine est classé aux Monuments Historiques.

* En 1973, le site est débroussaillé.

* En 1989, les ruines appartiennent à la commune et sont ouvertes au public.

* Au 21ème siècle, la visite est payante. Renseignez vous sur les horaires

 

Après toutes tes aventures, tu as le droit à un peu de repos !

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude

 

 

 

 

Repost 0
Published by le chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 07:05

 

Département 30 - GARD

  Le rempart sera-t-il assez haut pour m'empêcher de conquérir cette belle ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Les-Salles-du-Gardon est située à 50km à l'Ouest de Bagnols sur Cèze, à 20km au Sud-Ouest de Saint Ambroix et à 7km au Nord-Ouest d'Alès.

     Coordonnées de la tour :

44° 10' 14" N 4° 2' 54" E
 44.1706619°  4.0483653°

 

La tour : 
        L'extérieur :
La découverte

* A 4 kilomètres au Sud-Est de Les Salles du Gardon, sur une petite colline en bordure de la rivière Gardon (évidemment) apparaît le hameau de La Tour.

* Ce site peu connu et peu médiatisé possède 2 constructions médiévales fortifiées.

* A 100 mètres au Nord, un peu isolée du hameau, entourée par les vestiges d'un rempart, une tour se dore au soleil.

* Sous mon armure rutilante, mes poils de Chevalier Dauphinois se dressent.

Je pressens un moment unique !

 Quand j'étais petit, je disais Pugue au lieu de Cube. Maintenant je dis : Tour.

Je l'appréhende

* La rencontre avec une ruine médiévale, c'est un peu comme le premier rendez vous avec une Damoiselle, il y a :

- L'anxiété.

- La peur de déplaire.

- L'appréhension qu'elle ne me plaise pas.

- La terreur de ne pas savoir lui parler.

- Mais aussi, le ravissement.

- La séduction,

- Parfois la découverte de ses entrailles... (ceci est pour les ruines médiévales bien sur)

* C'est donc dans cet esprit que je franchi le rempart pour aller la rejoindre.

 

Elle est devant moi

* Droite comme un i,

* Cubique comme un ,

* Cela me donne une idée de son origine et de sa fonction.

 

Rapide analyse

* Pour moi une tour, protégée par un rempart avec une surface entre les deux, se nomme un château.

* Par ses dimensions, la tour est habitable, mais certainement pas confortable.

* Elle ne paraît pas très haute sur l'image, mais il faut l'imaginer :

- Avec un crénelage ou au moins un chemin de ronde au sommet.

- Avec moins en terre et de gravas au sol.

* Le parement extérieur est constitué de pierres à bossage de dimensions aléatoires mais parfaitement jointives.

* La différence de couleur entre le sommet et la base me fait penser que la tour a été surélevée.

* Une fente verticale ressemble à une archère primitive.

* Question :

Est ce que l'architecte avait bu ?

* Sur une des faces, 2 imposantes ouvertures.

 Je suis au frais dans cette tour, je ne vais point sortir sous le chaud soleil Gardois

        L'intérieur :

La salle du basse

* En un bond, j'entre dans la salle basse de la tour.

* La spectacle est féerique.

* La salle basse est magnifiquement voûtée.

* Ses pierres sont parfaitement taillées et jointives.

* Une corniche permettait le portage de poutres divisant l'espace en 2 parties.

* A ce demi-étage, une ouverture accède (certainement) à l'escalier intérieur... A moins que ce soit aux latrines.

* Grâce à l'effondrement, je vois l'étage supérieur.

 

L'étage

* Que d'ouvertures et de mystères.

* L'ouverture de gauche est la porte haute.

* Celle de droite est une archère.

* Mais celle au centre est un défi pour moi.

* Tel un Terminator, je passe en mode infrarouge. Mais l'ouverture garde son secret.

 

Le diaporama de la tour est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction de la tour.

* Au 20ème siècle, construction d'un toit pour mise hors d'eau de ce site historique.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieure est possible en étant très prudent. La tour n'est pas totalement sécurisée. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

Moi qui adore les rondeurs féminines, j'apprécie pourtant les angles de cette beauté

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 07:05

 

Département 30 - GARD

  Est ce une ville fortifiée, un château fort ou une forteresse ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune d'Allègre-les-Fumades est située à 45km au Nord de Nîmes, à 30km à l'Ouest de Bagnols sur Cèze et à 18km au Nord-Est d'Alès.

     Coordonnées du château :

44° 11' 49" N 4° 15' 51" E
 44.19692832°  4.2643153667

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* A moins de 2km à l'Est du Bourg, en bordure d'une falaise, des ruines se dorent au soleil.

* L'ensemble, mesurant plus de 150 mètres de longueur, ne passe pas inaperçu.

* Un parking à l'Ouest, proche d'un hameau, permet de laisser son destrier.

* Mais je préfère le plus petit emplacement à l'Est me permettant d'approcher la falaise autrement.

* Lentement je grimpe le sentier raviné dans l'odorante garrigue.

 La façade Sud brille de mille feux !

La montée

* Même si l'abondante végétation cache en partie le rocher et les parois construites, la façade coté Sud est impressionnante.

* Son asymétrie est surprenante.

Les constructions suivent elles la falaise ?

* Pour mieux comprendre, tel Terminator, je passe en mode infrarouge.

* Ma théorie sur le non-alignement semble confirmée.

 

Vais je faire le mur ?

* Devant elle (la ruine), je me sens petit.

* Ses hauts murs m'impressionnent.

* Je subodore que les trous de boulin au sommet soutenaient un hourdage en bois (voir vocabulaire).

* Plusieurs fentes verticales sont visibles sur toutes les parois.

Sont ce des archères primitives ?

* Une porte s'offre à moi. En plus d'une archère défensive, je remarque au dessus des trous de boulin alignés et une ouverture obstruée. Je suppose que bretèche protégeant la porte cela était.

* Dans mon errance extérieure, je découvre une belle entrée. Je regarde si elle n'est point gardée par un Gardois. J'en profite pour entrer, sur mes gardes je suis bien sur.

 Entrez bonnes gens, entrez dans cette ruineuse ruine.. Et priez !

        L'intérieur :

Préambule

* Le site est immense.

* Je ne vais donc pas vous faire une analyse détaillée ni suivre une logique de visite.

* Je vais vous montrer mon ressenti non chronologique.

 

Le chat pèle ?

* L'entrée, avec son épais mur, ressemble à un petit châtelet.

* Sur la gauche, sous l'alignement de nombreux trous de boulin (chemin de ronde ?), je remarque un mur tout en rondeur.

Que cache-t-il ?

* Je le contourne.

* La "pièce" n'est pas très large, son plafond est voûté.

* C'est évidemment une chapelle avec sur le coté quelques niches pour les objets du culte.

 La tour écarte ses bras de pierre pour me montrer ses entrailles !

Tours et constructions cubiques

* L'angle droit est plus qu'un droit en ce site médiéval.

* Dans ces "cubes", il y a parfois des archères avec ébrasement intérieur..
.... D'autre fois de hautes fenêtres.

* Parfois, en hauteur, apparaît une grande ouverture parallélépipédique.

Est ce une fenêtre ?

ou une porte vers l'inconnu ?

 

Les murs défensifs

* Evidemment, dans une forteresse médiévale, les système défensifs sont nombreux dans les murs.

* Beaucoup possèdent des fentes verticales avec des ébrasements intérieurs plus ou moins importants. Cela prouve que le site a été modifié ou agrandi à des périodes différentes.

N'y aurait il que de simple archères droites ?

* En cherchant dans l'immensité de ce site fortifié, je découvre une archère avec une petite arquebusière.

* Curieusement, aucune véritable canonnière est visible.

 Si vous souhaitez connaître la fonction de cette pièce.... Il faudra venir en ce lieu

Les salles de vie

* Evidemment, une cité est un lieu de vie.

* Plusieurs bâtiments ont gardé l'histoire de leur fonction.

* En franchissant cette porte, je vois...

Hooooo !..... (je ne vous dirais rien).

* Dans un bâtiment ruiné, il est possible de voir un beau revêtement de sol.

* Plus loin, un four à pain.

* Dans un autre bâtiment, l'association de sauvegarde a réalisé un toit permettant de mettre hors d'eau cette cheminée simple mais avec des piedroits sculptés.

* Et puis il y a.....

 

C'est la fin... pour vous

* Pour que vous ayez quelques belles surprises lors de votre visite, je ne vais point ici décrite toutes les beautés.

* Le site d'Allègre est si vaste qu'il vous faudra plusieurs heures pour déguster toutes les pierres.

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction de l'ensemble palatial, d'une tour défensive à l'Ouest et de quelques habitats coté Nord.

* Au 12ème siècle, le site s'étend vers l'Est. Un puissant donjon défensif est construit coté l'Est.

* En 1163, citation du château dans un texte. Il est possession de l'évêque d'Alès (à vérifier).

* En 1209, le Comte (voir titre de noblesse) Raymond VI de Toulouse (voir liste des Comtes) reconnaît détenir le fief d'Allègre de l'évêque d'Alès.

* Au 13ème siècle, le palais est agrandi

* Au 14ème siècle, 6 co-seigneurs se partagent le site et rendent hommage à Guillaume de Randon Polignac, puissant seigneur du Gévaudan. En ce siècle, grange, logis et écurie sont construits ou agrandis.

* En 1321, Guillaume de Randon Polignac est très endetté. Il cède la seigneurie à Raymond-Guillaume Ier de Budos, un seigneur d'Aquitaine.

* Durant les 14ème et 15ème siècle, pendant la Guerre de Cent Ansles Routiers attaquent et saccagent plusieurs fois le château.

* Au 16ème siècle, le site est abandonné. Il semble que des villageois occupent encore quelques bâtiments (à vérifier).

* En 1678, Marie Félice de Budos affirme dans un texte qu'Allègre est "abattu et ruiné depuis longtemps".

* A la fin du 20ème siècle, création d'une association de sauvegarde.

* En 1997, le site est inscrit aux Monument Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible gratuitement en dehors des manifestations estivales. Pour des visites de groupe ou durant les travaux de l'association de sauvegarde, il est important de demander l'autorisation. Soyez très prudents, le site n'est pas totalement sécurisé. Ne montez pas sur les murs et respectez les barrières de protection.

 

Voici le site web de l'association - clic.

 

Il faut au moins 2 jours pour découvrir tous les secrets de cette merveille !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 07:09

 

Département 30 - GARD

  Ne reste-t-il que ce pan de mur ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Cornillon est située à 50km au Nord-Nord-Est de Nîmes, à 35km au Nord-Est d'Alès et à 15km au Nord-Ouest de Bagnols sur Cèze.

     Coordonnées du château :

44° 13' 28" N 4° 29' 14" E
 44.2245750°  4.487442970°

 

Le château :
        L'extérieur :
La découverte

* En arrivant par la route du Sud, je suis merveilleusement étonné par la vue offerte sur cette commune.

* L'ancien village médiéval a été construit en bordure d'une falaise.

* Il semble logique que le bourg fut fortifié et qu'un château en ait été le point défensif central.

Reste-t-il des preuves de mes supputations ?

 Ce site m'en fait voir de toutes les couleurs !

L'analyse 

* Même si les murs ont été arasés, la puissance de la courtine ne fait aucun doute sur le caractère défensif de la petite cité.

* Les tours carrées indiquent une construction vers le 12ème siècle.

* La modernisation du site ainsi que quelques réparations ont légèrement adouci l'aspect guerrier de Cornillon.

* Les multiples différences de qualité de taille des pierres ainsi que leurs dimensions me font penser à des reconstructions et réparations étagées sur plusieurs siècles.

* Rapidement j'entre dans le bourg.

 

        L'intérieur :

Je ne suis point un touriste !

* Dans le bourg, l'ancienneté des maisons est remarquable.

* Mais je ne suis pas venu  faire du tourisme. Ma mission est  une découverte de castellologue amateur.

 

Les vestiges

* La lecture du site n'est pas facile :

Des bâtiments éventrés difficiles à dater.

- Des vestiges de cheminée.

- Plus loin, des murs indatables pour votre Chevalier.

- Une porte avec arc me rappelle "mon" Moyen Âge.

* Je vous laisse ici et je vais admirer le paysage magnifique à travers ces fenêtres surmontées d'un arc de décharge.

 

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Vers 1121, le château est cité dans un texte.

* Au 12ème siècle, le site est propriété de l'évêque d'Uzès.

* Au milieu du 14ème siècle, Guillaume I de Beaufort habite le château.

* En 1376 (?) Guillaume I décède au château.

* Vers 1379, Guillaume II Roger de Beaufort, frère du Pape Clément VI, habite le château.

* Vers 1383, les Tuchins attaquent la ville et le château.

* En 1420, Raymond de Beaufort, Vicomte (voir titre de noblesse) de Valernes et seigneur de Cornillon, décède. Le château est transmis à la famille  Canilhac.

* Au 16ème siècle, durant les guerres de Religion, ville et château (possesion de la famille Desmartin) souffrent.

* En 1630, Henri II de Montmorency complote contre le Roi de France Louis XIII.

* En 1632, Henri II est arrêté puis exécuté. En représailles, de nombreux châteaux (dont les seigneurs ont soutenu sa rébellion) sont arasés ou brûlés. Cornillon subit la "vengeance" de Richelieu.

* Au 17ème siècle (1679 ?), la famille de Sibert devient propriétaire du château.

* Vers 1792, les révolutionnaires saccagent puis détruisent le château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du bourg et du château est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Un village bien protégé par son château médiéval

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article