Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 06:06

 

Département 30 - GARD

  C'est moi qui guette l'échauguette !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Saint-Laurent-la-Vernède est située à 40km au Nord-Ouest d'Avignon, à 35km au Nord-Est de Nîmes, à 18km au Sud-Ouest de Bagnols-sur-Cèze et à 12km au Nord-Est d'Uzès.

 

Coordonnées de la cité fortifiée :

44° 6' 19" N 4° 27' 31" E
 44.10541119°  4.45878088°

 

 

La cité fortifiée : 
        L'extérieur :
La découverte

* En arrivant dans le centre ancien de la commune, c'est le choc !

* J'ai l'impression que le temps s'est arrêté.

* Devant moi apparaît une paroi avec systèmes défensifs :

- Une échauguette d'angle,

- En bas, une porte bouchée,

- Au dessus, pour la défendre, les vestiges d'une bretèche (voir vocabulaire).

* Dans certaines brochures, la cité fortifiée est comparée à Aigue Morte, mais en beaucoup plus petit.

 Cette tour me donne le tournis du plaisir !

La longue courtine

* Lentement je longe la courtine vers une  deuxième tour d'angle.

* Avec les siècles et la modernité de notre époque, les murs se sont percés de portes et de fenêtres.

* Archère, crénelage et mâchicoulis ont disparu.

 

La 1ère ronde tour

* Ronde elle est comme sa consoeur.

* Elle possède quelques archères droites.

* Au bout d'une longue courtine apparaît une autre tour.

 

La 2ème ronde tour

* Cette rondelette d'angle possède une archère droite un peu "trop" large.

* La curiosité vient de la partie supérieure donc l'origine des pierres est différente.

Est ce un rehaussement

suite à l'amélioration des armes de jet ?

* Rapidement, mes yeux sont attirés par un décrochement au bout de la courtine.

Qu'est ce ?

 Cette porte me transporte en un autre siècle

L'entrée fortifiée

* Surprenante elle est !

* L'entrée n'est pas dans l'alignement de la courtine mais à la perpendiculaire. Cela obligeait les assaillants à être à découvert sur leur flan gauche en tentant d'utiliser un bélier.

* Même si le temps lui a un peu adouci son caractère guerrier, elle possède encore des traces défensives.

Saurez vous me les nommer ?

 

Je force le passage

* Parfois mon coté espiègle prend le dessus sur la raison.

* Conséquence, je ne souhaite pas entrer par la porte.

* Je contourne l'entrée pour continuer ma découverte des courtines puis tenter d'entrer par un passage "secret"

* Au fond, je vois la 3ème tour ronde ressemblant aux deux premières.

* Au centre de la courtine, une ouverture non naturelle s'est créée.

* Cette trouée est une chance, elle me permet de voir l'épaisseur du mur et la qualité de fabrication.

* Comme un voleur j'entre.

La tour carrée fut défensive et axe de passage

        L'intérieur :

Rapide analyse

* La trouée semble avoir été volontairement réalisée pour permettre la sortie des véhicules modernes à quatre roues.

* La petite cité étant habitée, les aménagement ont été faits pour le confort moderne tout en gardant un style de vie et de beauté pour les yeux.

* Fleurs, arbres, escaliers intégrés, dallages concourent à être bien, à ne faire aucun bruit.

 

Le moyen âge est encore présent

* Durant mon errance, je rencontre dans un angle, une tour carrée.

* Après avoir vu 3 tours rondes, cette géométrique construction me surprend.

* Mes yeux de castellologue amateur sont heureux d'admirer un chemin de ronde aménagé il y a 6 siècles.

 

Le diaporama de cette cité est visible ici.

 

 

Histoire du bourg :

* En 1122, "La Villa Sancti Laurenti" appartenant au Comte (voir titre de Noblesse) de Toulouse est citée dans un texte.

* Durant 3 siècles, la cité est en copropriété de plusieurs seigneurs.

* En 1445 (à vérifier), les villageois aménagent une fortification. Des "maisons" (logements ?) sont données à ceux qui participent à la construction. Four et citerne sont aménagés.

80 familles auraient été identifiées (à vérifier).

*  En 1465, Beaumont de Sommières achète la part de Guillaume de Montfaucon. Il devient le seul propriétaire de la cité.

* Au 16ème siècle, le capitaine François d'Agoult occupe la cité avec une troupe de 200 soldats (à vérifier).

* Au milieu du 16ème siècle, Louis de Rochemore revendique la possession unique de la cité.

* Au 17ème siècle, la famille Julien possède la cité.

* En 1746, Antoine de Julien vend la cité à Joseph de Thomas.

* Au 19ème siècle, la petite chapelle est remaniée.

* Au 20ème siècle, plusieurs propriétaires se partagent la cité. La chapelle seigneuriale est devenue église paroissiale.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur et des ruelles intérieures est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Voulez vous boire à ma source ?

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 06:07

 

Département 30 - GARD

  Vais je réussir à monter vers cette beauté médiévale ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Cendras est située à 50km à l'Ouest de Bagnols sur Cèze, à 45km au Sud-Est de Florac et à 3km au Nord-Ouest d'Alès.

 

     Coordonnées du château :

44° 9' 4" N 4° 3' 23" E
 44.151093389°  4.0564119816°

 

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* Sur certaines brochures, le site fortifié est nommé : La tour du Puech.

* Ce nom m'évoque évidemment une butte, donc une montée.

Va-t-elle être difficile et remplie de ronces ?

* En réalité, une petite route grimpe jusqu'au hameau me permettant de laisser mon destrier proche de l'arrivée.

Mais, où est le chemin final pour découvrir cette beauté ?

 

J'avance vers mon graal

* La butte posée sur la rive droite de la rivière Galeizon offre un paysage magnifique durant la montée.

* Soudain, ma progression est stoppée par un mur.

* Au milieu du mur, une gigantesque porte apparaît.

* La propriété étant privée, je ne peux plus monter.

* Je retourne sur mes pas pour prendre un autre embranchement.

 La tour semble "presque" neuve !

Rapide description

* Un mur m'informe que je suis près du but.

* Elle est là, devant moi, aussi belle qu'au premier jour !

* La tour est construite avec des pierres à bossage parfaitement jointives.

* Elle est partiellement arasée m'interdisant de connaître si crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

* Je pressens que la fente fut une archère droite.

Avez vous remarqué le linteau ?

* Curieusement, une autre face ne comporte pas de fente (de tir ?).

Le site n'était il défendu que sur un seul coté ?

* Je contourne la construction pour arriver coté ombre.

* J'aperçois une fente positionnée plus basse que sur la 1ère façade.

* Je me demande si ces ouvertures étaient des puits de lumière éclairant 2 niveaux de salles.

* Tout en réfléchissant à mes supputations, je fais face à la dernière ..... face.

* Elle comporte, à plusieurs mètres du sol, l'entrée de la tour.

 

        L'intérieur :

* Hélas, il n'y a point d'escalier ni d'échelle pour entrer dans cette tour de guet.

* Avant de descendre pour retrouver mon destrier, je me régale du panorama magnifique sur la plaine et les Cévennes.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, probable construction d'un site fortifié. Certains historiens supposent que le château remplace une tour de guet d'époque Romaine.

* En 1576, Hélix Del Puech apporte le site en dot à Jacques de la Fare, Baron (voir titre de noblesse) de Monclar et de Salindranque. Après le mariage, il ajoute à ses titres celui de : Seigneur de la vallée de Cendras.

* Le 31 juillet 1626, par la déclaration de Nantes, Richelieu ordonne la destruction des châteaux qui ne sont pas frontière. Le château del Puech est démantelé.

* Vers 1630, le seigneur de Puech déserte le site au profit du château de La Fare, plus confortable.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite des fortifications intérieures est interdite. Le risque de recevoir une pierre existe, soyez très prudents.

 

La vieille tour a resistant aux temps et aux guerres

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 06:05

 

Département :  11 - AUDE Bien qu'en ruine, ce château est imposant... La découverte va être merveilleuse !
 

 

Le bourg :  ( --> le voir sur une carte

  La commune de Termes est située à 45km au Nord-Ouest de Perpignan, à 40km au Sud-Ouest de Narbonne, à 30km au Sud-Est de Carcassonne et à 12km au Sud-Sud-Ouest de Lagrasse.

 

    Coordonnées du château :

43° 0' 8.503" N 2° 33' 23.666" E
 43.002362  2.556574

 

 

Le château : 

      L'extérieur :

Pour arriver en haut de la colline, il faut franchir plusieurs rempartsLa découverte

* Élevé sur une plate-forme entourée sur trois côtés par un profond ravin, le château n'est accessible que par la face méridionale.

* Dans l'ensemble, peu de vestiges sont antérieurs à la croisade :

   - Une partie de la face sud de la première enceinte,

   - La 2ème enceinte,

   - Une partie des bâtiments qu'elle abritait.

* Le reste est l'œuvre des ingénieurs du roi dans la seconde moitié du 13ème siècle et au début du 14ème siècle.

 

La grande enceinte extérieure

* Depuis le village actuel, par un agréable chemin, je découvre les premières pierres.

* Ce sont les vestiges très ruinés de l'enceinte du village médiéval.

* L'oeil averti verra une entrée en chicane en protection le village. 

* Ces murs millénaires me mettent déjà dans l'ambiance.

* A l'époque médiévale, le château avec son village avait fière allure.

 

Le plan

  Avant de vous montrer les images de ce magnifique château Audois, je vous propose ce plan :Le château de Termes épouse les formes tourmanentées du terrain.

0 - Fossé.

1 - Rampe d'accès

2 - Barbacane.

3 - Porte d'entrée.

4 - Salle des gardes.

5 - Rampe d'accès.

6 - Citerne.

7 - Tour défensive Sud.

8 - Chapelle.

9 - Donjon.

10 - Citerne.

11 - Poterne.

 

Le fossé

* Ce puissant château est entouré, par nature, de profondes vallées.

* On ne pouvait y accéder que d'un seul côté, au Sud.

* Conséquence, un fossé est creusé pour créer un obstacle difficilement franchissable.

* Ce fossé a aussi servi de carrière de pierres pour le château.

 

Première enceinte du château

* Relativement bien conservée, elle a une forme de parallélogramme irrégulier.

* Elle mesure 125 mètres de long pour 70 mètres de large.

* L’accès se fait par un sentier en pente (donc limitant la vivacité de l'assaillant).

* L'assaillant, coincé entre la barbacane au Sud-Est et la tour ronde, avait sa progression très contrariée.

* S'il choisissait une autre courtine, de haut murs avec archère, crénelage et échauguettes (voir vocabulaire) l'attendaient.

 

      L'intérieur :

Les premiers bâtiments

* A l'intérieur de l’enceinte subsistent de nombreux bâtiments que l'on discerne parfois grâce aux bases des murs.

* L'angle Nord-Ouest est occupé par une poterne.

* Elle est défendue par une échauguette construite sur 2 contreforts.

* Son épaisseur est due à un escalier intérieur.

* Cette issue permet d'accéder au site du Termenet.

 Est ce une archère cruciforme ou une croix latine ?

Deuxième enceinte du château

* Autour du château, cette enceinte abrite la "maison" des propriétaires. Elle est très ruinée. Seuls apparaissent  partiellement les murs Sud et Est.

* Elle montre les vestiges d'une rampe d'accès de la porte, avec les traces d'une citerne et d'un lavabo.

* Le côté Ouest est occupé par la chapelle castrale, à la voûte écroulée, éclairée par deux fenêtres romanes dont l'une est cruciforme.

* Cette forme est devenue le symbole le plus emblématique de Termes.

 

Au sommet

* Au sommet du site, je distingue les énormes blocs de maçonnerie éparpillés. Ce sont les vestiges du donjon détruit à la poudre en 1654.

* Sur cette butte artificielle, le spectacle est magnifique sur :

- La barbacane,

- Les remparts,

- Les montagnes.

 

      Le site de Termenet :

A l'époque médiévale

* Ce fortin, sur un éperon rocheux à 250m en contrebas du château, est décrit par un chroniqueur de la "Croisade contre les Albigeois".

"Les croisés sentant que la victoire était impossible depuis les faubourgs Sud, décident de déplacer une partie de leurs mangonneaux sur le site de Termenet.

Ils pouvaient ainsi :

- Attaquer Termes par deux cotés, divisant ainsi le nombre de pierriers de défense des Cathares.

- Priver l'accès à l'eau de la rivière pour les défenseurs."

 

Que reste-t-il ?

* Au 21ème siècle, il ne reste du Termenet qu'un fragment de maçonnerie caché dans une anfractuosité, ainsi que de rares aménagements du rocher.

* Depuis ce "fortin", une vue superbe s'étale sur le château, les gorges de Termenet et le moulin de la Buade.

 

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du village et du château :

* En 865, création de la septimanie. La frontière avec l'Espagne est fixée dans les Corbières. Le nom de termes viendrait de "Terminus" (frontière).

* En 1061, apparaît pour la première fois dans les textes le seigneur Olivier-Bernard de la famille de Termes. Cette famille est à la tête d'une vaste circonscription féodale des "Corbières", le Termenès, au sud du comté de Carcassonne à la frontière des possessions des comtes de Cerdagne puis Barcelone.

* En 1093, un castrum est mentionné.

* Au 12ème siècle, cette famille est périodiquement en conflit avec l'abbaye de Lagrasse voisine, notamment pour la possession de mines d'argent de Palairac.

* En 1163, l'acte de partage du château de Termes entre les deux frères, Raimond et Guillaume de Termes, oblige la construction d'une deuxième église. C'est l'édification d'une église fortifiée.

* En 1210, après sa victoire sur Carcassonne et Minerve, Simon de Montfort entame en août un siège contre Termes. Raymond, seigneur de Termes est accusé d'hérésie. Il oppose une résistance obstinée pendant 4 mois. Les 2 camps possèdent des "pierrières" qui font de ce siège un cas particulier de la croisade des Albigeois.

* En 1210, en novembre, les assiégés ont attrapé la dysenterie en buvant l'eau des citernes souillées par un fort déluge qui succédait à plusieurs semaines de sécheresse. Ils fuient le château dans la nuit. Resté sur place, Raimond de Termes est fait prisonnier. Il meurt en prison à Carcassonne. Après la capitulation de Termes, nombre de châteaux ne voulurent pas résister à Simon de Montfort.

* En 1211, le domaine est donné par Simon de Montfort à Alain de Roucy. Le village étant détruit, il est reconstruit le long de la rivière.

* En 1221, Alain de Roucy meurt durant la débâcle des croisés. Termes semble être de nouveau occupé par l'ancienne famille seigneuriale.

* En 1228, le château et ses terres sont rattachés à la couronne de France lorsque Amaury, fils de Simon de Montfort, abandonne ses droits sur le Languedoc. Termes devient la frontière du royaume de France face à l'Aragonais.

* En 1241, Olivier de Termes fait sa soumission auprès de Louis IX (voir la liste des rois).

* Vers 1250, le château de Termes est reconstruit, fortifié, puis occupé par une garnison royale. Il est intégré dans la ligne des places fortes gardant la frontière avec l'Aragon.

* Au 13ème siècle, Termes devient le chef-lieu d'une circonscription judiciaire (la viguerie du Termenès) ainsi qu'une circonscription religieuse (l'archiprêtre du Termenès). Termes est qualifié de "ville".

* En 1357, le château de Termes est temporairement "livré" aux Anglais du Prince Noir.

* En 1597, les notables de la région demandent au Roi de France (voir liste) les "écus" pour les réparations du château. Hélas, demande non satisfaite.

* En 1653, suite au recul de la frontière, la forteresse devenue inutile et coûteuse est détruite sur l'ordre du roi. Pendant un an, un maître maçon de Limoux démantèle les murailles à la poudre.

* En 1654, le puissant donjon est abattu.

* Au 17ème siècle, l'importance de la ville diminue considérablement lorsque le siège de la viguerie est établi à Félines-Termenès.

* En 1942, le site en ruine est classé aux Monuments Historiques.

* En 1973, le site est débroussaillé.

* En 1989, les ruines appartiennent à la commune et sont ouvertes au public.

* Au 21ème siècle, la visite est payante. Renseignez vous sur les horaires

 

Après toutes tes aventures, tu as le droit à un peu de repos !

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude

 

 

 

 

Repost 0
Published by le chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 07:05

 

Département 30 - GARD

  Le rempart sera-t-il assez haut pour m'empêcher de conquérir cette belle ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Les-Salles-du-Gardon est située à 50km à l'Ouest de Bagnols sur Cèze, à 20km au Sud-Ouest de Saint Ambroix et à 7km au Nord-Ouest d'Alès.

     Coordonnées de la tour :

44° 10' 14" N 4° 2' 54" E
 44.1706619°  4.0483653°

 

La tour : 
        L'extérieur :
La découverte

* A 4 kilomètres au Sud-Est de Les Salles du Gardon, sur une petite colline en bordure de la rivière Gardon (évidemment) apparaît le hameau de La Tour.

* Ce site peu connu et peu médiatisé possède 2 constructions médiévales fortifiées.

* A 100 mètres au Nord, un peu isolée du hameau, entourée par les vestiges d'un rempart, une tour se dore au soleil.

* Sous mon armure rutilante, mes poils de Chevalier Dauphinois se dressent.

Je pressens un moment unique !

 Quand j'étais petit, je disais Pugue au lieu de Cube. Maintenant je dis : Tour.

Je l'appréhende

* La rencontre avec une ruine médiévale, c'est un peu comme le premier rendez vous avec une Damoiselle, il y a :

- L'anxiété.

- La peur de déplaire.

- L'appréhension qu'elle ne me plaise pas.

- La terreur de ne pas savoir lui parler.

- Mais aussi, le ravissement.

- La séduction,

- Parfois la découverte de ses entrailles... (ceci est pour les ruines médiévales bien sur)

* C'est donc dans cet esprit que je franchi le rempart pour aller la rejoindre.

 

Elle est devant moi

* Droite comme un i,

* Cubique comme un ,

* Cela me donne une idée de son origine et de sa fonction.

 

Rapide analyse

* Pour moi une tour, protégée par un rempart avec une surface entre les deux, se nomme un château.

* Par ses dimensions, la tour est habitable, mais certainement pas confortable.

* Elle ne paraît pas très haute sur l'image, mais il faut l'imaginer :

- Avec un crénelage ou au moins un chemin de ronde au sommet.

- Avec moins en terre et de gravas au sol.

* Le parement extérieur est constitué de pierres à bossage de dimensions aléatoires mais parfaitement jointives.

* La différence de couleur entre le sommet et la base me fait penser que la tour a été surélevée.

* Une fente verticale ressemble à une archère primitive.

* Question :

Est ce que l'architecte avait bu ?

* Sur une des faces, 2 imposantes ouvertures.

 Je suis au frais dans cette tour, je ne vais point sortir sous le chaud soleil Gardois

        L'intérieur :

La salle du basse

* En un bond, j'entre dans la salle basse de la tour.

* La spectacle est féerique.

* La salle basse est magnifiquement voûtée.

* Ses pierres sont parfaitement taillées et jointives.

* Une corniche permettait le portage de poutres divisant l'espace en 2 parties.

* A ce demi-étage, une ouverture accède (certainement) à l'escalier intérieur... A moins que ce soit aux latrines.

* Grâce à l'effondrement, je vois l'étage supérieur.

 

L'étage

* Que d'ouvertures et de mystères.

* L'ouverture de gauche est la porte haute.

* Celle de droite est une archère.

* Mais celle au centre est un défi pour moi.

* Tel un Terminator, je passe en mode infrarouge. Mais l'ouverture garde son secret.

 

Le diaporama de la tour est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction de la tour.

* Au 20ème siècle, construction d'un toit pour mise hors d'eau de ce site historique.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant les propriétés privées. La visite de l'intérieure est possible en étant très prudent. La tour n'est pas totalement sécurisée. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

Moi qui adore les rondeurs féminines, j'apprécie pourtant les angles de cette beauté

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 07:05

 

Département 30 - GARD

  Est ce une ville fortifiée, un château fort ou une forteresse ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune d'Allègre-les-Fumades est située à 45km au Nord de Nîmes, à 30km à l'Ouest de Bagnols sur Cèze et à 18km au Nord-Est d'Alès.

     Coordonnées du château :

44° 11' 49" N 4° 15' 51" E
 44.19692832°  4.2643153667

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* A moins de 2km à l'Est du Bourg, en bordure d'une falaise, des ruines se dorent au soleil.

* L'ensemble, mesurant plus de 150 mètres de longueur, ne passe pas inaperçu.

* Un parking à l'Ouest, proche d'un hameau, permet de laisser son destrier.

* Mais je préfère le plus petit emplacement à l'Est me permettant d'approcher la falaise autrement.

* Lentement je grimpe le sentier raviné dans l'odorante garrigue.

 La façade Sud brille de mille feux !

La montée

* Même si l'abondante végétation cache en partie le rocher et les parois construites, la façade coté Sud est impressionnante.

* Son asymétrie est surprenante.

Les constructions suivent elles la falaise ?

* Pour mieux comprendre, tel Terminator, je passe en mode infrarouge.

* Ma théorie sur le non-alignement semble confirmée.

 

Vais je faire le mur ?

* Devant elle (la ruine), je me sens petit.

* Ses hauts murs m'impressionnent.

* Je subodore que les trous de boulin au sommet soutenaient un hourdage en bois (voir vocabulaire).

* Plusieurs fentes verticales sont visibles sur toutes les parois.

Sont ce des archères primitives ?

* Une porte s'offre à moi. En plus d'une archère défensive, je remarque au dessus des trous de boulin alignés et une ouverture obstruée. Je suppose que bretèche protégeant la porte cela était.

* Dans mon errance extérieure, je découvre une belle entrée. Je regarde si elle n'est point gardée par un Gardois. J'en profite pour entrer, sur mes gardes je suis bien sur.

 Entrez bonnes gens, entrez dans cette ruineuse ruine.. Et priez !

        L'intérieur :

Préambule

* Le site est immense.

* Je ne vais donc pas vous faire une analyse détaillée ni suivre une logique de visite.

* Je vais vous montrer mon ressenti non chronologique.

 

Le chat pèle ?

* L'entrée, avec son épais mur, ressemble à un petit châtelet.

* Sur la gauche, sous l'alignement de nombreux trous de boulin (chemin de ronde ?), je remarque un mur tout en rondeur.

Que cache-t-il ?

* Je le contourne.

* La "pièce" n'est pas très large, son plafond est voûté.

* C'est évidemment une chapelle avec sur le coté quelques niches pour les objets du culte.

 La tour écarte ses bras de pierre pour me montrer ses entrailles !

Tours et constructions cubiques

* L'angle droit est plus qu'un droit en ce site médiéval.

* Dans ces "cubes", il y a parfois des archères avec ébrasement intérieur..
.... D'autre fois de hautes fenêtres.

* Parfois, en hauteur, apparaît une grande ouverture parallélépipédique.

Est ce une fenêtre ?

ou une porte vers l'inconnu ?

 

Les murs défensifs

* Evidemment, dans une forteresse médiévale, les système défensifs sont nombreux dans les murs.

* Beaucoup possèdent des fentes verticales avec des ébrasements intérieurs plus ou moins importants. Cela prouve que le site a été modifié ou agrandi à des périodes différentes.

N'y aurait il que de simple archères droites ?

* En cherchant dans l'immensité de ce site fortifié, je découvre une archère avec une petite arquebusière.

* Curieusement, aucune véritable canonnière est visible.

 Si vous souhaitez connaître la fonction de cette pièce.... Il faudra venir en ce lieu

Les salles de vie

* Evidemment, une cité est un lieu de vie.

* Plusieurs bâtiments ont gardé l'histoire de leur fonction.

* En franchissant cette porte, je vois...

Hooooo !..... (je ne vous dirais rien).

* Dans un bâtiment ruiné, il est possible de voir un beau revêtement de sol.

* Plus loin, un four à pain.

* Dans un autre bâtiment, l'association de sauvegarde a réalisé un toit permettant de mettre hors d'eau cette cheminée simple mais avec des piedroits sculptés.

* Et puis il y a.....

 

C'est la fin... pour vous

* Pour que vous ayez quelques belles surprises lors de votre visite, je ne vais point ici décrite toutes les beautés.

* Le site d'Allègre est si vaste qu'il vous faudra plusieurs heures pour déguster toutes les pierres.

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction de l'ensemble palatial, d'une tour défensive à l'Ouest et de quelques habitats coté Nord.

* Au 12ème siècle, le site s'étend vers l'Est. Un puissant donjon défensif est construit coté l'Est.

* En 1163, citation du château dans un texte. Il est possession de l'évêque d'Alès (à vérifier).

* En 1209, le Comte (voir titre de noblesse) Raymond VI de Toulouse (voir liste des Comtes) reconnaît détenir le fief d'Allègre de l'évêque d'Alès.

* Au 13ème siècle, le palais est agrandi

* Au 14ème siècle, 6 co-seigneurs se partagent le site et rendent hommage à Guillaume de Randon Polignac, puissant seigneur du Gévaudan. En ce siècle, grange, logis et écurie sont construits ou agrandis.

* En 1321, Guillaume de Randon Polignac est très endetté. Il cède la seigneurie à Raymond-Guillaume Ier de Budos, un seigneur d'Aquitaine.

* Durant les 14ème et 15ème siècle, pendant la Guerre de Cent Ansles Routiers attaquent et saccagent plusieurs fois le château.

* Au 16ème siècle, le site est abandonné. Il semble que des villageois occupent encore quelques bâtiments (à vérifier).

* En 1678, Marie Félice de Budos affirme dans un texte qu'Allègre est "abattu et ruiné depuis longtemps".

* A la fin du 20ème siècle, création d'une association de sauvegarde.

* En 1997, le site est inscrit aux Monument Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible gratuitement en dehors des manifestations estivales. Pour des visites de groupe ou durant les travaux de l'association de sauvegarde, il est important de demander l'autorisation. Soyez très prudents, le site n'est pas totalement sécurisé. Ne montez pas sur les murs et respectez les barrières de protection.

 

Voici le site web de l'association - clic.

 

Il faut au moins 2 jours pour découvrir tous les secrets de cette merveille !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 07:09

 

Département 30 - GARD

  Ne reste-t-il que ce pan de mur ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Cornillon est située à 50km au Nord-Nord-Est de Nîmes, à 35km au Nord-Est d'Alès et à 15km au Nord-Ouest de Bagnols sur Cèze.

     Coordonnées du château :

44° 13' 28" N 4° 29' 14" E
 44.2245750°  4.487442970°

 

Le château :
        L'extérieur :
La découverte

* En arrivant par la route du Sud, je suis merveilleusement étonné par la vue offerte sur cette commune.

* L'ancien village médiéval a été construit en bordure d'une falaise.

* Il semble logique que le bourg fut fortifié et qu'un château en ait été le point défensif central.

Reste-t-il des preuves de mes supputations ?

 Ce site m'en fait voir de toutes les couleurs !

L'analyse 

* Même si les murs ont été arasés, la puissance de la courtine ne fait aucun doute sur le caractère défensif de la petite cité.

* Les tours carrées indiquent une construction vers le 12ème siècle.

* La modernisation du site ainsi que quelques réparations ont légèrement adouci l'aspect guerrier de Cornillon.

* Les multiples différences de qualité de taille des pierres ainsi que leurs dimensions me font penser à des reconstructions et réparations étagées sur plusieurs siècles.

* Rapidement j'entre dans le bourg.

 

        L'intérieur :

Je ne suis point un touriste !

* Dans le bourg, l'ancienneté des maisons est remarquable.

* Mais je ne suis pas venu  faire du tourisme. Ma mission est  une découverte de castellologue amateur.

 

Les vestiges

* La lecture du site n'est pas facile :

Des bâtiments éventrés difficiles à dater.

- Des vestiges de cheminée.

- Plus loin, des murs indatables pour votre Chevalier.

- Une porte avec arc me rappelle "mon" Moyen Âge.

* Je vous laisse ici et je vais admirer le paysage magnifique à travers ces fenêtres surmontées d'un arc de décharge.

 

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Vers 1121, le château est cité dans un texte.

* Au 12ème siècle, le site est propriété de l'évêque d'Uzès.

* Au milieu du 14ème siècle, Guillaume I de Beaufort habite le château.

* En 1376 (?) Guillaume I décède au château.

* Vers 1379, Guillaume II Roger de Beaufort, frère du Pape Clément VI, habite le château.

* Vers 1383, les Tuchins attaquent la ville et le château.

* En 1420, Raymond de Beaufort, Vicomte (voir titre de noblesse) de Valernes et seigneur de Cornillon, décède. Le château est transmis à la famille  Canilhac.

* Au 16ème siècle, durant les guerres de Religion, ville et château (possesion de la famille Desmartin) souffrent.

* En 1630, Henri II de Montmorency complote contre le Roi de France Louis XIII.

* En 1632, Henri II est arrêté puis exécuté. En représailles, de nombreux châteaux (dont les seigneurs ont soutenu sa rébellion) sont arasés ou brûlés. Cornillon subit la "vengeance" de Richelieu.

* Au 17ème siècle (1679 ?), la famille de Sibert devient propriétaire du château.

* Vers 1792, les révolutionnaires saccagent puis détruisent le château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du bourg et du château est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Un village bien protégé par son château médiéval

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 07:04

 

Département 30 - GARD

  Ce vestige me fait rêver !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Boucoiran-et-Nozières est située à 25km au nord-Ouest de Nîmes, à 20km à l'Ouest d'Uzès et à 18km au Sud-Est d'Alès.

     Coordonnées du château :

43° 59' 44" N 4° 11' 5" E
 43.99569367°  4.184868336°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

* Ma petite documentation affirme qu'en ce bourg, un vestige fortifié de l'époque médiévale existe.

* C'est donc avec certitude que je me rends vers le Nord de la commune, en direction de la rue du château.

* Soudain, mon nez se heurte à une paroi construite. Cela ressemble à un rempart défensif, l'échauguette en est un des symboles.

 

Les découvertes sont nombreuses

* Quelques mètres plus loin, l'angle est pourvu d'une construction en encorbellement.

* Puis une porte (curieusement au rez de chaussée) s'amuse à me poser une énigme :

"Chevalier, quelle fut la fonction de mes 2 ouvertures ?"

* Ne voulant point discuter avec cette questionneuse, je me faufile le long du mur pour  :

- Retrouver une autre porte (moins énigmatique),

- Admirer une fenêtre à meneaux en croix,

- Observer de loin, une petite tour carrée.

* Soudain, je vois une puissante porte défensive, avec un arc intérieur à longs claveaux.

* Je la traverse en contemplant ses belles pierres.

 

Est ce la faim et la fin ?

* Pensant avoir tout vu, je me mets en quête d'une auberge pour me délecter des mets de cette province.

* Est ce à cause de l'instinct du castellologue amateur ou un appel silencieux des "cieux", mais ma tête se tourne pendant que mon corps continue tout droit.

* En général, cet acte permet le heurt d'un poteau ou la chute à cause d'un trottoir mal nivelé. Mais, le miracle de la redécouverte m'empêche d'être la cible de maux sans pour autant être la flèche des mot (ou les mots fléchés).

Les mots me manquent en voyant ceci !

Que de constructions défensives !

 

La tour que je nie me donne le tournis

* Au dessus d'un mur portant des fentes, je vois une haute "cheminée".

* Cheminer proche de la cheminée est un besoin qui me brûle.

* Mais, honte j'ai de vous dire que trompé je me suis.

* Cette si haute construction est une tour médiévale.

* Et même si son sommet porte un "chapeau" moderne, cette belle me séduit.

* Je la contourne espérant la toucher.

* Mais la vieille damoiselle solitaire est enfermée dans une propriété privée.

 

        L'intérieur :

Echec

    Hélas, la propriété privée n'est pas visitable. 

 

Arme ultime : Le plan

* Par un hasard extraordinaire comme seule la chance d'un Chevalier peut avoir, je récupère un plan pour comprendre ce site :

- Le château mesure 75m de long pour 10m de large

- A - Tour carrée improprement nommée : Le Donjon.

- B - Saillant rectangulaire.

- F - Fenêtre à meneaux.

- G - Vestige d'un linteau en accolade.

- P - Porte fortifiée.

* Après la lecture du plan vous me dites :

"Chevalier, tu t'es bien moqué de nous dans ton article"

"Tu n'as point découvert les détails dans l'ordre de ton récit".

* Raison vous avez merveilleuses lectrices et subtils lecteurs, ma prose vous a promenés dans mon rêve et non dans ma vraie découverte du site.

* Je n'ai point triché, j'ai un peu déformé ma vérité.

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un château est construit pour surveiller le passage sur la rivière. il appartient à la famille : Pelet d'Alès.

* En 1210, le site fortifié est mentionné dans un texte.

* En 1310, le site est vendu à Guillaume de Plaisians, conseillé de Philippe le Bel (voir liste des rois).

* En 1386, suite aux mouvements de rébellion des Languedociens contre l'administration Royale, Louis Grimaldi est envoyé par Jean 1er duc de Berry pour attaquer puis prendre le château de Boucoiran.

* En 1387, les Tuchins attaquent et récupèrent le château.

* Au 15ème siècle, le château est en indivision.

* En 1491, une salle du château sert de prison pour une sorcière nommée Martiale.

* En 1566, Jacques de Bozène, un des principaux propriétaires du château, vend le site à Robert de Calvière. Ce dernier entreprend de nombreux travaux de modernisation.

* En 1704, les Camisards attaquent le château, sans succès. Dans cette bataille, la chapelle est incendiée.

* Au 18ème siècle, la famille Calvière-Boucoiran délaisse ce vieux château. Ruine semble être son avenir.

* Au 19ème siècle, des industriels aménagent et utilisent la haute tour pour les tests de résistance des plombs de chasse.

* En 1954, monsieur Colombi achète le château, le restaure partiellement et utilise le site pour une fonderie de plombs de chasse.

* En 2011, la société est en liquidation judiciaire.

Que va devenir le site médiéval ?

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Point cheminée cela est... mais tour !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 07:01

 

Département 30 - GARD

  Je pressens que cette ruine va être une réjouissante découverte

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bellegarde est située à 35km au Sud-Ouest d'Avignon, à 15km au Sud-Est de Nîmes, à 14 km au Sud-Ouest de Tarascon et à 12km au Nord-Ouest d'Arles.

     Coordonnées du château :

43° 45' 10" N 4° 30' 35" E
 43.75284980°  4.509898424°

 

 

Le château : 
        L'extérieur :
Je le vois

* A un jet de flèche au Sud-Ouest de Bellegarde, une construction fortifiée apparaît sur sa colline aplanie.

* Bien que le site soit "un peu" ruiné, je pressens que la visite va être passionnante.

* La montée n'est pas pénible car une route a été aménagée.

* Sur l'immense parking, je laisse mon destrier, puis je m'approche de ce château médiéval.

   

La Madone veille sur l'intégrité de la ruine

Analyse rapide

*  Sur cette imposante surface, seule la puissante tour est visible.

* Mais grâce à la vue satellite, je comprends que cette haute construction n'était pas isolée.

* Posée sur cette colline, le château était un formidable point d'observation.

* La base de la tour mesure 11m par 14m.

* Les murs ont une épaisseur moyenne de 2m.

* La partie basse est constituée de pierres lisses avec des joints très fins.

* Curieusement, la partie supérieure est réalisée en pierre à bossage.

* L'ensemble est très soigné prouvant que ce site n'était pas une simple tour d'observation.

* Sur un angle, au sommet, apparaît une vierge. Evidemment, cette représentation n'a point été posée à l'époque médiévale mais au 19ème siècle (voir historique).

  

Je vois la lumière dans la tour. Est elle habitée ?

Des ouvertures

* La tour est ouverte à tous les vents.

* Evidemment, les trous en partie basse sont des dégradations dues à son vieil âge.

* Mais les fentes au dessus m'intriguent :

Sont ce des archères ?

ou des puits de lumière ?

* En regardant en dessous sur la gauche, j'ai une partie de la réponse.

Avez vous remarqué les fantômes

des pierres en encorbellement ?

* Ce doit être les vestiges des consoles ayant certainement portées les mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Sur la façade ensoleillée (coté Ouest), une belle fenêtre rappelle/confirme que la tour était habitable.

  

Voyez vous tous ses détails d'une vie passée ?

        L'intérieur :

J'entre

* Lentement, je pousse la porte "virtuelle" et je vois, sur le coté, des trous ayant (peut être) reçu des poutres de blocage.

* Ne me dites point que la ruine est vide !

* Elle comporte de très nombreux indices prouvant sa longue vie.

* La première constatation est la présence de trous alignés marquant les étages.

* Dans l'angle, une jolie pierre en encorbellement devaient porter une poutre.

* Au sol, quelques marches me semblent avoir été aménagées récemment pour la visite des touristes curieux.

 

 

Lumière ou archères ?Puits de lumière et passage secret

* Au plus haut, je retrouve la fenêtre.

* Elle est si peu large qu'elle ne possède qu'un seul coussiège.

* Sur le mur détruit, en haut à gauche, de belles pierres en biais m'informent que des ouvertures (archères ou lumière) existaient.

* L'angle portant la Madone me livre de très nombreux indices :

- Le mur est très épais.

- Le remblai est composé des restes des tailles de pierre.

- A mis hauteur à droite, au dessus des trous pour les poutres, l'ouverture est une archère droite.

- Au dessus, l'ouverture avec un ébrasement est un puits de lumière.

* En prenant un peu de recul, je remarque la hauteur des salles et leur nombre.

* Elles étaient éclairées par les puits de lumière positionnés très haut.

Voyez vous les restes d'une voûte en berceau ?

* Un couloir a été aménagé dans l'épaisseur du mur.

 

 

Vais je partir ?

* Le site est si passionnant que je reste de longs moments à comprendre chaque pierre.

* Ma recherche d'indice est parfois interrompue par le magnifique panorama.

* Le temps s'est peut être arrêté pour le château, mais en mon 21ème siècle, il continue sa route. Conséquence, le soleil quitte lentement le département du Gard et le Royaume de France pour éclairer un autre continent.

 

Le site est il hanté ?

* La nuit tombe, il est temps de laisser la ruine dormir et rêver à ses nombreuses aventures passées.

* Avant de rejoindre mon destrier, je jette un dernier regard à la tour de Bellegarde quand....

.... un détail me surprend dans la trouée.

Sont ce les fantômes du château ?

Qu'est ce ?

* Lentement je m'approche......

Sont ce les fantômes d'une ancienne histoire d'amour ?

* Ne souhaitant pas les déranger, je regagne ma taverne du soir.

 

 

Le diaporama de ce château est visible ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un site fortifié (à vérifier).

* En 1208, un "Castrum Bellae-Gardae" est cité dans un texte lors d'une rencontre entre représentant des bourgs de Nîmes et Arles. Quelques historiens supposent que ce n'est point la tour visible en notre siècle.

* En 1209, début de la Croisade des Albigeois.

* En 1216, Simon de Montfort, à la tête de l'armée Royale, assiège puis s'empare du château. Il utilise le site comme base arrière pour l'attaque d'autres châteaux Cathares.

* Au 13ème siècle, les Templiers reconstruisent et occupent le château (c'est ce qu'affirme un historien --> A vérifier).

* Vers 1311, après l'arrestation des Templiers, le Roi (voir liste)  Philippe IV Le Bel donne le territoire de Bellegarde au Baron de Crussol.

* Au 14ème siècle, construction du donjon habitable.

* En 1565, le Baron de Crussol devient Duc (voir titre de noblesse) d'Uzès.

* Dans la 2ème moitié du 16ème siècle, début des Guerres de Religion. Les Protestants récupèrent le château et s'y installent.

* En 1570, Guillaume II de Joyeuse, à la tête d'une armée Catholique, attaque le château puis s'empare des Protestants. La petite histoire affirme qu'ils seront brûlés pour ne pas avoir renier leur nouvelle religion.

* Au 17ème siècle, la vieille forteresse n'a plus d'utilité défensive. Le Duc d'Uzès autorise les habitants à utiliser les pierres du château pour reconstruire l'église paroissiale.

* En 1875, une statut de la vierge est installée au sommet de la ruine. Depuis, ce jour, les habitant nomme le site : La Madone.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Bien que le site soit sécurisé et consolidé, il est important de respecter les vieilles pierres en ne grimpant pas sur elles.

 

Le panorama est la richesse d'une ruine médiévale

Vers liste

châteaux des

Templiers

Vers liste châteaux des Templiers     Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 07:02

 

Département 30 - GARD

  Après tant de heurts, la tour donne l'heure

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bagnols sur Cèze est située à 45km à l'Est d'Alès, à 16km Ouest-Nord-Ouest d'Orange et à 10km au Sud de Pont Saint Esprit.

     Coordonnées de la tour :

44° 9' 44" N 4° 37' 8" E
 44.16242548625°  4.619053602219°

 

La tour : 

        L'extérieur :

La découverte

* Ce bourg est un vrai plaisir pour un touriste car il offre tous les plaisirs que l'on demande durant ses vacances.

* De plus, grâce au circuit de découverte du bourg et ses panneaux didactiques, la flânerie est intelligente et variée.

* Mais étant un castellologue amateur (en plus d'être Chevalier Dauphinois), je me précipite sur la place du château pour m'engouffrer dans la rue de l'horloge.

Est ce pour connaître l'heure ?

* Que nenni, c'est pour découvrir l'un des rares vestiges des fortifications médiévales.

 Latrines ou bretèche ?

L'analyse 

* Même si le sommet a perdu son crénelage, il ne fait aucun doute que cette tour fut défensive.

* Sur une paroi, des archères droites sont visibles.

* Une autre face possède une construction en encorbellement.

Devinez vous sa fonction ?

* Ceci n'est point une question très difficile, il suffit de regarder en dessous.

Avez vous la réponse ?

* Puisqu'il y a une porte (certes bouchée) en dessous, le système posé sur 3 consoles est : Une bretèche.

 

        L'intérieur :

* La tour n'est point ouverte à la visite.

 

Le château :

* Le bâtiment n'existe plus.

* Mais son souvenir est gravé par les reconstitutions et son plan général.

 

 

Histoire du bourg :

* A la fin du 12ème siècle, les connétables de Sabran font édifier un château fort.

* Au début du 14ème siècle, le Roi de France (voir liste), Philippe le Bel, fait construire une puissante tour à l'image de celle de Villeneuve Lès Avignon. Le but est d'affirmer la présence Royale en face du Comtat Venaissin. Cela explique la présence des 3 fleurs de Lys dans le blason du bourg.

* En 1511, le Marquis (voir titre de noblesse) de Canilhac vend la tour fortifiée à la commune. Elle devient l'hôtel Consulaire.

* En 1630, Henri II, Duc de Montmorency et seigneur de Bagnols, se rebelle contre le Roi de France (voir liste) Louis XIII.

* En 1632, le Duc est décapité.

* En 1633, en représailles, le Roi fait détruire le château.

* En 1891, suite à l'expansion de la Poste et pour éviter les confusions de nom, le ville se dote de l'extension : Sur Cèze.

* En 1939, la tour est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Il est l'heure... de mon départ vers d'autres aventures !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 07:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgEst ce un mirage ou un rêve éveillé ?

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le regroupement des 2 petits villages se nommant Saint Just et Le Bézu se situe à 10km à l'Est de Quillan (voir son château), à 6km l'Ouest de Bugarach (voir son château) et à 9km au Sud de Cuiza.

    Coordonnées du château :

42° 52' 51.323" N 2° 18' 20.527" E
 42.880923°  2.305702°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Je le vois

   A 2km au Sud-Est de Le Bézu, au bout d'une crête, un rocher sans arbre attire mon regard. Je viens de trouver le rocher portant la ruine du château de Le Bézu, parfois nommé Albedun.

 

1ère analyse

    Avec mon oeil d'aigle de castellologue-amateur je tente de mieux le voir, mais il est loin. Alors, tel Terminator, je chausse des binoculaires à rayon de lumière. Je vois une paroi abrupte sans chemin.

   Je tente un autre réglage, mais aucun chemin apparaît et la ruine sait se cacher. Même en saturant les couleurs, les broussailles sont denses et un sentier n'est point visible.

La raison est simple : Les sentier est sur l'autre face (coté Nord-Ouest).

 

Je suis ensorcelé

     La fée surveillant ce château ayant peut être été vexée (haaa, les femmes !) par mes méthodes d'espionnage peu cavalières, un "rayon magnétique" endommage mes appareils électroniques. Je n'ai plus de binoculaire, ni d'appareil photos numériques. Je vais donc marcher à travers les ronces et les épineux sans gps et surtout ne faire que des diapositives avec mon vieil appareil argentique.

Ce que j'ignorais, c'est que cet ensorcellement continuera durant de nombreuses années. Au point qu'au développement, la FNAC a perdu l'une de mes pellicules (une des 2 de Bézu bien sur) puis plus tard un dégât des eaux défigura les rares diapositives de l'intérieur du château. Seules mes notes ont survécues

Incroyable n'est il pas ?

 

     L'intérieur :

Plan du château fort de Le Bézut - Aude

Le plan

    N'ayant plus d'images à montrer, je vous propose la lecture du plan réalisé par M° Quehen :

   1 - Donjon médiéval.

   2 - Plateau (est ce l'équivalent de la basse cour ou des communs ?).

   3 - Archère : Cette ouverture droite à faible ébrasement (voir vocabulaire) est implantée dans un mur de 0.70m d'épaisseur.

   4a - Emplacement théorique d'une porte.

   4b - Emplacement théorique d'une porte.

   5 - Porte d'accès du château.

   6 - Citerne.

   7 -Tour de défense coté Est.

   8 - Est ce une tour de défense Ouest ou les vestiges d'un premier château ?

 

Analyse rapide

      La disparité de taille des pierres et les dimensions des blocs peut s'expliquer par des aménagements durant les siècles.

   Certains castellologues et historiens en architecture pensent que ce château est un exemple unique de construction à 4 étages défensifs. D'habitude au Moyen Âge, un château n'en possèdait que 3 :

     1 - Le donjon,

     2 - La chemise du donjon,

     3 - Le rempart avancé.

 

Curiosité

    Très souvent (pour ne pas écrire toujours) un village se blottit aux pieds des remparts. Il n'y a que les châteaux de garde, à la superficie minimale, qui échappent à cette logique. Hors, le village de Le Bézu est à 2 km.

  Un historien pense qu'un premier village a dû s'établir dans la pente, mais après la destruction du château, les villageois sont partis plus bas dans la plaine, proche de l'eau. 

 

 

Histoire du château :

* En 1067, une famille nommée Albedun apparaît dans un texte.
* En 1112, Petrus de Albedun est le témoin d'un accord entre Roger II Comte (voir titre de noblesse) de Foix et Bernard Aton Vicomte de Carcassonne.
* En 1209, début de la terrible croisade des Albigeois.
* En 1210, après une bataille héroïque, capitulation du seigneur de Termes devant l'armée du roi de France (voir liste des rois) commandée par Simon de Montfort. Cet acte entraînera la capitulation de nombreux "châteaux Cathares", dont Le Bézu.
* En 1231, Pierre de Voisin, compagnon de Simon de Montfort, possède entre autre le château et foret d'Albedun
* En 1255, B. Sermon (seigneur d'Albedun ?) profite de l'absence de Olivier de Terme (parti aux Croisades en Terre Sainte) pour attaquer son château.
* En 1579, durant les guerres de religion, une fortification nommée "Le Behut" est citée dans un texte.
* A la fin du 16ème siècle, les Espagnols font de nombreuses incursions pour piller et détruire villes, villages et châteaux. Le Bézu n'est pas épargné.
* En 1594, un texte affirme que le château au bout d'un éperon rocheux est en ruine.
* En 1815, la carte de Cassini  montre une ruine de château au lieu dit : Rousse.
* Au milieu du 20ème siècle, les cartes IGN nomment curieusement ce site : Château des Templiers. Il n'y a dans les textes aucune trace de l'ordre du Temple en ce lieu.
  Ce nom est il du :

- A la présence très proche de Renne le Château et de son mystère ?

- Aux chercheurs de trésors (butin souvent imaginaire) ?

- A la présence en contrebas d'une bergerie nommé Tiplié... dont le nom fut déformé ?

     Un de mes visiteurs affirme (et je le soutiens) que cette construction se nomme : Château de Triplié.

* Au début du 21ème siècle, après une randonnée difficile, la découverte de la ruine est libre et gratuite.

 

Note :

   C'est la 2ème fois que je prends à défaut l'IGN, pourtant aux travaux et réalisations de grande qualité. La 1ère était dans l'Aude sur le Castel d'Ase.

Sont ce les tragédies Cathares et les multiples légendes qui troublent le sérieux de cet organisme ? 

 

Même en utilisant mon oeil d'aigle, le château est loin

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article