Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 06:30
      Ce blog des châteaux forts n'est pas exclusivement consacré aux bâtiments fortifiés connus. Au contraire, j'essaie de montrer des ruines oubliées, des constructions perdues, des pans de murs ayant eu une vie médiévale.
   Savigne est un bel exemple d'une bâtisse que personne regarde et pourtant elle a.....

 


Département :    34 - Hérault

 

Le bourg :

   Situation :    (--> la voir sur une carte)

        La tour de Savigne est située sur le territoire Azillanet, à 26km au Nord-Ouest de Narbonne et à 3km au Sud de Minerve.

    Coordonnées de la tour :

43° 18' 22.633" N 2° 44' 40.898" E
 43.306287°  2.744694°


La tour :
       L'extérieur :
La découverte
       A 2km au Sud de Azillanet en direction de Beaufort, une construction en pierre est cachée par la végétation. Est ce la tour de Savigne (parfois nommée Savignac) décrite dans mon dictionnaire des châteaux ?

L'analyse
      Au premier regard, ce vestige ressemble à un abris de berger. Pas de crénelage, mâchicoulis ou bretèche (voir vocabulaire) pour me faire vibrer. Mais en m'approchant je découvre une.... Avez vous deviné ?

   Que me dites vous ?.... Une fente de tir ?

  J'ai pensé que cela était une archère primitive. Elle ressemble par exemple à celles d'un château dans l'Aude (Albières).

       L'intérieur :

J'entre

    Délicatement je pousse la verdure et j'entre dans la "beauté" médiévale. Evidemment le plafond n'a pas de beau lustre, les murs ne sont pas couverts de tapisserie, mais ils sont très intéressants !
     Depuis 3 ans que je vous explique les caractéristiques architecturales d'une fortification, je vous demande de me décrire ce que vous voyez.

Allez, c'est à vous de travailler un peu  .

 

Doute vous avez ?

   Ceux qui doutent que cette construction ne soit pas très ancienne, je leur demande de regarder le mur (à droite).

Belle épaisseur n'est il pas ?

 

 
Histoire de la tour :  

* Au 12ème siècle, construction d'une tour de surveillance (?).
* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe, soyez prudents.

 

 

  Vers Menu châteaux de l'Hérault
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 06:30

 

Département 11 - Aude

Le château :
   Situation : (--> le voir sur une carte)
    Le petit village de Armissan est situé à 6km à l'Est de Narbonne. La ruine est en direction de Cazeneuve, à l'Ouest.

   Coordonnées du château :

43° 11' 33" N 3° 4' 47" E
 43.192545  3.079785

 

Le château :
 

      L'extérieur

Pourquoi suis je ici ?

     Grâce à mon dictionnaire des châteaux, j'ai connaissance d'une ruine médiévale sur la petite route entre la station balnéaire de Narbonne-plage et la cité de Narbonne. J'étais près....

   Quand soudain un mystère se présente à moi.

 

La découverte

    En arrivant sur le site, je pensais voir un panneau annonçant le château de Cazeneuve et c'est l'église Saint pierre qui est indiquée. Je prends donc un peu de recul pour comprendre la caractéristique architectural.
Regardez bien :

Est ce une église ou un château ?

  Je vous sens dubitatif. Ensemble, admirons avec attention ce même pan de mur mais de l'autre coté.

   Avez vous une idée ?

 

Un mystère

   je suis un peu farceur...... Je redeviens sérieux.

Puis je vous demander de regarder l'autre face qui est plus intéressante.

    Admirez ici avec attention. Il y a en haut du mur un indice magnifique. Je ne plaisante pas, sincère je suis !
Contemplez cet arc en encorbellement.

Ne vous rappelle t il pas "quelque chose"  ?

     S'il n'avait pas été seul, j'opterais pour les vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire). Mais il n'y a aucune trace de "jumeaux".

 

Un mystère
    Je pense que cette beauté était une bretèche. Mais il reste quelques curiosités :

1 - Pourquoi une bretèche sans porte en dessous ?
2 - Le mur semble peu épais pour un rempart extérieur de château. Quelle est sa fonction ?


Conclusion

    Il n'est évidemment pas facile, avec un petit pan de mur, de déterminer s'il s'agit d'un vestige de château ou d'une ruine d'église fortifiée, mais le plaisir de l'observation et de la découverte est plus fort que la résolution d'une énigme.



Histoire de la fortification :

* En 1271, un château est mentionné.
* En 1942, le vestige est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte est libre et gratuite.

 

Bretèche ou mâchicoulis ?... Mystère

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 06:30

 

Département :  11 - AUDE

 Mon Graal est encore loin !

Le site médiéval :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Elle n'est pas facile à trouver cette ruine. Si vous ne connaissez pas son existence ou si vous n'avez pas une carte précise, vous passerez devant sans lever la tête.

  Le site médiéval est sur un pic, sur la route entre Rennes les Bains, en direction de Peyrepertuse. Plus exactement au Sud-Est de Cassaignes, sur la butte proche du hameau de Pachevan.

   Cette "beauté de pierres" est dans le "triangle des châteaux Cathare".

 

    Coordonnées du château :

42° 56' 16" N 2° 18' 41" E
 42.937889  2.311399

 

  Origine du nom :

      Peu de recherches sont nécessaire pour connaître l'origine de ce nom. Le "fort" a été construit sur un rocher BLANC (si la toponymie  était toujours comme cela, ce serait extraordinaire).

 

Le château :

  Ma vue se trouble à trop la regarder   L'extérieur :

L'approche

     Après une marche peu facile, j'arrive devant le "mur d'entrée". Un seuil de 3 mètres de haut faisant office de fossé ou de douves dans les châteaux de notre enfance (ah Hollywood, comme tu as déformé la vérité  ).

   Le rocher ne s'est pas effondré, c'est une "astuce classique" pour la défense d'une forteresse. Il faut une échelle pour pénétrer dans la cour.

       Les chevaux devaient être logés à l'extérieur de l'enceinte, mais aucune trace de bâtiment distinctif est visible.

 

Je m'interroge

   Ce qui surprend, c'est la petitesse du château par rapport à son importance dans l'histoire. Mais d'autres châteaux de cette région ont des dimensions encore plus modestes. 

 

     L'intérieur :

La cour intérieure

   Elle est très petite et on distingue (si l'on possède une loupe de Sherlock Holmes) au nord, les traces d'un bâtiment de forme trapézoïdale. Les contours comportent les traces de fondation d'une courtine (rempart).

  Plus au Nord, une autre plate-forme en contrebas d'une hauteur de 5 mètres. Je n'ai point été téméraire pour faire le saut (et le sot ?  ), mais je n'ai distingué aucune trace de construction (curieux !  ). 

 

La Citerne

    A l'Est de la cour, appuyée sur un rocher apparaissent les fondations d'une citerne, élément indispensable pour un château si haut perché donc ne possédant pas de puits. Elle a une profondeur de 2 mètres, mais des traces de grès taillés autour prouveraient que ses dimensions devaient être plus imposantes.

     Les parois possèdent encore le revêtement "étanche". Au fond, une vasque creusée dans le roc devait servir à la récupération des boues, lors du curetage (opération importante avec une citerne si l'on veut tenir face à un siège. L'eau propre est une condition de victoire). La conservation de la citerne surprend face au délabrement de l'ensemble.  

 

Le donjon

     Au sud de la cour trône les fondations d'une tour carrée de 7 mètres de coté avec des murs de 1,50m d'épaisseur. Ce n'était sûrement pas un bâtiment d'habitation. Le donjon devait servir de tour de guet et de dernier refuge en cas d'envahissement du château. Sa construction semble datée du 14ème siècle, mais il est difficile d'être affirmatif par le manque d'indice et de pierres.

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, une position fortifiée est construite par les Wisigoths.
* En 1067, le "castrum de Blancafortis" est cité dans la présentation d'hommage du seigneur au comte de Barcelone.
* Vers 1100, le château dépendait de l'abbaye de Jaffus (aujourd'hui disparue). Il semble qu'une querelle de territoire l'oppose à celle d'Alet.
* En 1119, le castrum apparaît dans le bulle du pape Calixte II. Le "castrum Blancafortis" appartient à l'abbaye d'Alet. Mais ceci n'était pas en accord avec le seigneur du château.
* En 1125, Bernard de Blancafort (seigneur du château ?) se soumet au Vicomte Bernard Aton, figeant ainsi ses droits sur Blancafort au profit d'Alet. 
* Vers 1130, une histoire (mais est elle vraie ?) prétend que des templiers ont été invités par le seigneur pour exploiter la mine d'or. La mine était une excuse pour justifier de production du métal précieux par "transformation". Certains racontent (chuuuuuuut, c'est un secret) que l'or venait de la fonte en lingot du trésor des 'Wisigoth' qui avait été retrouvé dans une grotte. (Templier, Or, Trésor--> Quelle belle histoire !...Cela ne vous rappelle rien avec Rennes le Château tout proche ?.... Mais est ce vrai ?).
* Vers 1209, début de la croisade contre les Albigeois, le château est conquis par les troupes de Simon de Montfort.
* Vers 1230, le seigneur Guillaume de Blancafort est contraint de fuir devant les forces royales. Il rejoint les rangs des "faidits".
* Vers 1231, le compagnon d'arme de Simon de Montfort, Pierre de Voisins, saisit le château et le territoire comme biens de la croisade. Il devient le nouveau seigneur de Blanchafort (c'est son nouveau nom),  puis il fait payer de fortes taxes aux habitants de la région.
* Au 14ème siècle, il semble que le château soit aménagé et consolidé. L'agrandissement de la citerne doit résulter de cette époque.
* Au début de 16ème siècle, avec l'arrivée des canons et de la Renaissance, la forteresse ne semble plus être utile et son inconfort la rend invivable pour ce nouveau siècle.
* En 1659, avec la signature du traité des Pyrénées (définissant la frontière entre l'Espagne et la France), cette forteresse perd son rôle d'arrière garde frontalière. Elle est abandonnée.
* En 1713, la carte de Roussel recensant les châteaux et forteresses de la France ne cite pas le Blanchefort.
* Le temps fait son oeuvre et la forteresse laisse place à la ruine inaccessible (sauf pour vous par cette visite virtuelle).
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite, mais à vos risques, car le terrain est glissant et le seuil d'accès un peu haut. Ruine réservée aux passionnés.

 

Filmé par David A. Williams ©

 

 

  Si vous êtes l'auteur de cette vidéo et si vous pensez qu'elle n'a pas sa place sur cette page, faites le moi savoir et je l'enlèverais.... Chevalier d'honneur je suis 

 

  Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 06:30

 

Département 11 - Aude

Le château :
   Situation :    (--> le voir sur une carte)
       La station balnéaire de Leucate est située à 30km au Sud de Narbonne et à 28km au Nord-Est de Perpignan.

   Coordonnées du château :

42° 54' 28.786" N 3° 1' 30.814" E
 42.907996  3.025226


Le château:     
    L'extérieur :
La découverte

     En arrivant dans ce bourg côtier, le blason apposé sur les panneaux des rues me donne l'ambiance : Une tour fortifiée (ou un château ?) a été construite.

Mais où est elle ?

    Un "fin limier" comme moi sait que cette beauté médiévale doit être sur une colline. Et c'est à quelques kilomètres de la mer, proche d'un hôpital moderne que je vois ceci.

N'est ce pas magnifique ?

    Je vous sens un peu dubitatif. Pourtant ce mur est bien l'un des nombreux vestiges de l'ancien château de Leucate.
    
La recherche d'indices
     Avec un peu de recul, en montant au sommet de la colline, en observant les restes des murs je comprends mieux la forme de cette fortification.
      Les angles étaient pourvus de tours polygonales et de nombreux bâtiments s'appuyaient sur les courtines.
   Vous semblez douter un peu de mes propos. Regardez ce plan  fourni par les archives municipales, il est très clair .
       J'avoue .... qu'il est peu lisible, mais ce croquis réalisé en 1590 doit mieux vous faire comprendre son architecture. Comparez là avec la vue satellite du 21ème siècle.

Magnifique oeuvre défensive, n'est ce pas !

 

       Ombre et lumière grâce au soleil du Languedoc L'intérieur :  

La difficulté de comprendre

   L'aménagement intérieur est un peu confus et les fonctions des salles peu explicites.  Les voûtes se succèdent sans révéler leur secrète vie passée.

Mais peut être est ce le brûlant soleil qui m'empêche de réfléchir et comprendre cette forteresse ?

 

Que cette ruine est complexe !

    A l'ombre, je discerne une forme ronde dont le parement est très inégal. Le plus surprenant et le manque de fente de tir, d'archère ou de bouche à feu (voir vocabulaire).

Peut être devrais je lever les yeux ?

 

   Et là, je vois.... heu.... une sculpture de... heu..... je ne sais pas.
      Que faire quand mon imaginaire est parti avec une chaleur trop violente. Il suffit simplement de déguster une pêche en admirant le paysage.


Histoire du château :

* Au début du 14ème siècle, le château appartient à 2 seigneurs : Raymond de Durban et Gausbert de Leucate
* En 1309, le roi de France Philippe le Bel (voir liste des rois) souhaite récupérer par échange de terres, les territoires et  château de Leucate pour en faire un port.
* En 1312, l'acte de transfert au royaume de France est signé.
* En 1321, une garnison s'établit dans le château et des travaux sont réalisés.
* En 1362, le château abrite l'armée royale devant envahir le Roussillon.
* En 1475, Arnaud de Chesnay est gouverneur de la place forte de Leucate.
* En 1496, les Espagnols ravagent les Corbières. Leucate voit partir l'armée Royale Française pour la conquête de la forteresse de Salses.
* En 1503, une puissante armée Espagnole attaque la région ainsi que la fortification de Leucate. Leur attaque est victorieuse et l'armée Royale française capitule.
* En 1527, des améliorations de défense sont réalisées.
* En 1589, durant les guerres de religion, la forteresse est tenue par Bourcier de Barri.
* En 1590, le gouverneur est fait prisonnier dans une embuscade et incarcéré à Narbonne. Craignant une attaque du Maréchal de Joyeuse ligué avec les Espagnols, sa femme (Françoise de Cézelly) se réfugie dans la forteresse. Elle commande la défense et fait face à une armée de Ligueurs et d'Espagnols impressionnante. Les assiégeants quittent le lieu de bataille tant la résistance est vive.
* La même année, impressionné par le courage de cette femme, le Roi de France Henri IV (voir liste) lui confie  le gouvernement de Leucate jusqu'à la majorité de son fils Hercule de Barri
* En 1637, des travaux de modernisation des défenses sont réalisés (demi-lune).
* En 1639, en représailles à l'attaque de la forteresse de Salses, les Espagnols attaquent Leucate, mais sans succès.
* En 1661, les Etats du Languedoc demandent au Roi le démantèlement de plusieurs forteresses devenues inutiles et coûteuses. Leucate est sur la liste.
* En 1664, l'ordre de démolition est donnée par le Roi. Ces travaux sont réalisés par François Carcassonne (maître maçon à Narbonne).
*En 1996, l'association "des amis de Leucate" effectue des travaux d'études et de mise en valeur du site.
* Au 21ème siècle, la découverte est libre et gratuite. Avec de la curiosité, de nombreux détails sont visibles. Et puis il y a la vue.

 

Venez vous faire trempette avec moi ?

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 07:30

 

Département :  11 - AUDE  

 

Le château :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

  Ce petit village de Fa est situé au Nord du château de Quillan, et à l'Ouest de Couiza. Ce village pourrait passer inaperçu si une tour dominant le village n'attirait pas l'oeil.

    Coordonnées du château :

42° 56' 1.979" N 2° 11' 31.229" E
 42.933883  2.192008

 

   Origine du nom :  (--> initiation à la toponymie)

      Certains historiens pensent que FA serait une déviation du mot Fée. Cette hyppothèse est jolie mais un peu fantaisiste.

   L'explication la plus plausible viendrait de FANUM, signifiant : Temple ou Signal.

Cette explication est la plus véridique car un autre château situé dans le Gard a cette étymologie.

 

Le château :Voila une tour d'observation dont la position est très judicieuse.
     L'extérieur :

L'approche 

    Au loin, depuis la route, une tour tente de dépasser les hauts arbres. Un parking improvisé au Sud du village accueille ma petite voiture. A quelques mètres, un panneau de PR (petite randonnée) m'indique la direction de la Tour nommée : "Wisigoth".

   C'est un chemin pour tracteur qui me conduit dans une légère pente de 800m (non, ce n'est pas le dénivelé de la pente, mais la distance à marcher  ). Après quelques minutes, je vois .......  une surprise !

 

La découverte

   Comme je le pensais, ce n'est pas une simple tour, mais les restes d'un château. Le rempart extérieur,  très abîmé et parfois inexistant entoure un plateau de 40m par 20m. Les murs ne sont pas très épais et comportent quelques archères du 13ème siècle (il me semble).

 

     L'intérieur :

Les remparts

   Les éboulements, la terre et l'herbe cachent les fondations des bâtiments. Une saison de fouille archéologique serait nécessaire pour comprendre l'aménagement des anciennes salles.

   Légèrement décentrée, une tour carré trône fièrement.

 

La Tour

Pourquoi le nom : Tour Wisigoth ?

Une étude de l'Abbé Sabarthès l'affirme.  mais chacun d'entre nous doute un peu de cette "curiosité historique.
    Ce qui est sur, c'est qu'elle a été consolidée à plusieurs époques. Cette tour est très primitive dans sa construction :

* Aucune archère ou bouche à feu (voir vocabulaire),
* Deux petites ouvertures pour amener la lumière,
* Pas de trace d'escalier à l'intérieur (l'utilisation d'une échelle amovible en bois semble évidente).
* La porte d'accès est à 5 mètres de haut (classique dans les donjons du 12ème siècle).

  L'ouverture au niveau du sol est récente, elle ne correspond pas à l'entrée médiévale.
 
Pourquoi une tour en ce lieu ?
      L'implantation d'une tour proche de Fa n'est pas un hasard. Elle permettait la surveillance de la vallée du Kerkorb et devait servir de signal pour les autres châteaux. D'ailleurs, Rennes-le-château et Coustaussa (Voir ce château) sont visibles à l'horizon.
   Ce ne devait pas être le château d'un seigneur mais d'une garnison, un poste de surveillance (voir un équivalent en Alsace). Cette situation explique l'absence de texte historique.
 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle, les Romains établissent un lieu de culte ou une place forte (?).
* Au 10ème siècle, une forteresse primitive semble existée.
* En 1319, un château est cité dans un texte d'hommage.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre n'est pas négligeable dans la tour.   

 

Seule est cette tour sur sa petite colline

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude

 



 


 

Filmé par David A. Williams ©


  Si vous êtes l'auteur de cette vidéo et si vous pensez qu'elle n'a pas sa place sur cette page, faites le moi savoir et je l'enlèverais.... Chevalier d'honneur je suis 
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 07:00
 

Département :  11 - AUDE
  Est ce un mirage ?.....

Le bourg :

   Situation :    (--> le voir sur une carte)

      Le village de Villarouge La Crémade est situé à 35km Est-Sud-Est de Carcassonne, à 25km Ouest-Sud-Ouest de Narbonne, à 10km au Sud de Lésignan Corbières et à 4km au Sud-Est de Fabrézan.

   Coordonnées du château :

42° 6' 50.389" N 2° 44' 32.478" E
 43.113997  2.742355

 

Le château :

       L'extérieur :

Je flâne

       Sur la route reliant les abbayes de Lagrasse et Fontfroide, proche de la départementale 611 apparaissent au loin les ruines d'un château.

     Sans réfléchir, je tire sur les rennes de mon destrier pour découvrir cette curiosité que je n'avais pas notée sur ma carte des "Châteaux de l'Aude".

 

L'approche

    Depuis la route, une "ombre de mur" apparaît sur une colline au milieu du village. Sa couleur sombre tranche avec le ciel et le vert des vignes.  La marche sera courte car le petit parking est proche de cet ancien château.

 

Ne reste il qu'un mur ?

Rapide analyse

     Autour de la ruine, des fondations de murs de rempart sont visible, ils sont épais (donc médiévaux ?), composées de pierres assez grossièrement assemblées.

     Le dénivelé de la colline est faible, ce qui est surprenant pour un château médiéval, souvent haut perché. Mais il existe de nombreux exemples de petit fort, ou de château de plaine à l'époque médiévale. L'enquête sur la féodalité de notre ruine peut continuer.

  La montée est courte et facile. En haut, trônent les restes de la ruine.

 

       L'intérieur :

Vraiment minimal

    Il est impossible de comprendre l'aménagement du site. La terre a submergé toutes traces, l'herbe verte, même si elle est jolie avec ses pâquerettes, est peu agréable pour un castellologue amateur chercheur d'indices

Il reste ce pan de mur.

Que me dit il ?

 

La recherche de preuve médiévale

     La fenêtre est grande, trop pour un château si peu protégé des attaques. Il y a souvent des châteaux ayant des ouvertures aussi grandes, mais elles sont situées face à  l'à-pic. Cette fenêtre a du être construite (ou agrandie ?) après le 15ème siècle.

    Le mur est peu épais pour une fortification féodale; Il est vrai que parfois, les habitats dans un château n'ont pas 1 mètre d'épaisseur de mur.

     Ce château résiste à mon analyse. Je conserve encore l'espoir de trouver des traces de féodalité dans cette ruine.

 

Dois je douter ?

   Dans le mur, des trous de boulins sont présents (voir vocabulaire). Ceci est peut être une preuve de l'ancienneté du mur, mais ce n'est pas une preuve irréfutable. Longtemps après le 16ème siècle, dans certaines régions, cette technique de construction était encore utilisée.

Epoque médiévale ou pas ?

Sa position sur la butte tendrait à le prouver, mais le doute subsiste.

 

J'ai le secours d'un habitant

      Voyant mon désarroi et surtout étant surpris qu'un touriste s'intéresse à un pan de mur, un habitant s'approche de moi et me dit : "L'église du village est du 11ème siècle, elle a été construite (peut être) avec le château".

C'était peut être l'ancienne chapelle castrale.

Vite, je vole vers elle !

      Sa construction est très ancienne avec des murs épais, des fenêtres romanes, des ogives. Voici donc la 'preuve'  qui m'informe de l'ancienneté du site.

 

 

Histoire du château :

  Il n'y a rien

      Rien............. Malgré mes nombreuses recherches dans la littérature cathare et de l'Aude, dans les livres sur la croisade des Albigeois, dans les guides bleu, vert, routard etc.... Je n'ai trouvé :

* Ni de mention d'un acte d'hommage d'un seigneur,
* Ni un titre de vente ou cession,
* Ni une possession par l'une des 2 abbayes si proches et si puissantes au 12ème siècle.
* Ni un combat ou un siège par l'armée de Simon de Montfort.

 

  Pourquoi un silence de l'histoire ?

      Contrairement au Castel d'Ase qui n'a certainement jamais existé, ce reste de château est devant moi. Dans l'Egypte ancienne (et dans d'autres civilisations d'ailleurs), le bannissement faisait disparaître TOUTES traces, écrits et citations du personnage, mais jamais un château n'eut ce déshonneur !

 

 J'ai besoin de vous

     Si vous détenez des informations, je serais heureux d'enrichir mes connaissances sur ce château si mystérieux et lui redonner "la mémoire" à laquelle il a droit.

    Le "Chevalier" que je suis sera à jamais votre débiteur (heu, c'est une expression bien sur, n'en abusez pas).

 

Cette ruine m'en fait voir de toutes les couleurs 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by le chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 03:00

 

Département :  11 - AUDE

 Les remparts inférieurs sont très... primitifs.

Le château :

   Situation :   (--> le voir sur une carte

     Le château est situé à l'extrémité Est du village, sur un promontoire.  Il contrôlait la route reliant le Narbonnais au Razès. Vous pouvez découvrir ce lieu :

- Par le haut depuis le petit village,
- Ou par le bas, avec un GR qui contourne en sous-bois les remparts et monte sur le surplomb.

Coordonnées du bourg :

42° 56′ 52″ N 2° 28′ 43″ E
 42.947778°   2.478611°

 

  Origine du nom :  (initiation à la toponymie)

     Le nom d'Albières vient peut être du latin "album" ou de l'occitan "alba" signifiant :  Le peuplier blanc. 

 

Le château : 

     L'extérieur :

L'arrivée

   En partant par le chemin du bas, il est très difficile de voir le château tant la végétation est dense, et les arbres touffus. Théoriquement, je marche dans l'ancien Castrum d'Albières.

     Des analyses du cadastre et des études universitaires ont démontré la présence de ce lieu. J'avoue n'avoir rien vu, mais ma visite sur ce lieu est trop rapide.

 

1ère surprise

   Les arbres daignent s'écarter un peu, et un rocher portant le château apparaît. L'immense parois Sud qui fait face est bien la preuve que le château est médiéval, Elle parait infranchissable. Il faut encore monter sur le chemin qui le contourne par le Nord-Est pour le découvrir.

 

2ème surprise

    Un mur de rempart . Il est épais (1 mètre) et devait entourer le château (et le castrum ?), car les archères droites sont orientées coté village actuel. Les pierres très pauvrement taillées sont assemblées grossièrement, certaines assises sont plus hautes que d'autres.

Peut être est ce du au dénivelé important du sol ?

Cette technique permet de rattraper les différences de hauteur.

La construction semble datée du 12ème siècle.
    En arrivant sur la plate-forme, je constate que le château est protégé des attaques sur 3 cotés par un fossé naturel de plusieurs dizaines de mètres de haut. La seule possibilité de pénétrer est la face Ouest.

 

3ème surprise

     Le château ne ressemble pas aux forteresses que je visite dans la région. Son évolution en "maison" a adoucit son caractère guerrier. C'est un pentagone irrégulier occupant 1/5ème de la surface de l'éperon. En regardant un peu plus minutieusement le mur Ouest (épais de 1.6 m), je compte 7 archères, et toutes au même niveau. Je pensais qu'elle était assez primitive dans leur construction (car assez peu soignées), mais il semblerait que leur étroitesse ne servait pas pour les arcs mais les armes à feu. Si c'est la cas (comment puis je douter d'une étude universitaire ?) leur construction (ou aménagement) date du 16ème siècle.

   Contrairement aux remparts du castrum, les murs du château sont correctement assemblés. Les chaînages d'angle sont particulièrement soignés, ils me font penser à ceux du château de Montferrand.

   La cour intérieure ne peut pas vraiment nous donner d'indication sur l'aménagement médiéval. Elle a été modifiée par des bâtiments du 20ème siècle. Le mur Nord-Ouest a disparu, sa base montre qu'il ne devait pas dépasser 1 m d'épaisseur (logique, ils n'étaient pas du coté de l'attaque).

 

4ème surprise

      En contrebas du coté Sud-Ouest, une porte du rempart extérieur tient miraculeusement en équilibre.

 

5ème et dernière surprise

     Le mur Sud comporte des  Graffitis gravés  dans les pierres. Une étude approfondie a démontré le coté religieux de ces représentations :

* Croix multiples,

* Évêque avec mitre,

* Symbole d'une église,

* Lettres IM (immaculée conception ?),

* Etc... 

Ces représentations se retrouvent dans plusieurs châteaux de la région (Bugarach).

 

 

Histoire du château :

* Vers le 11ème siècle, le Seigneur d'Auriac possède une partie des terres d'Albières. Ces 2 villages sont proches, et la construction de motte castrale (non prouvée) permet de contrôler les 2 vallées. Stratégiquement, le seigneur possédant ces 2 sites devient le maître d'un territoire "riche".
* En 1113, les seigneurs d'Auriac (et d'Albières) rendent hommage aux Trencavel.
* En 1183, Amélius d'Auriac rend hommage à l'archevêque de Narbonne pour le 'Castrum d'Albières'.
* En 1210, durant la croisade des Albigeois, la puissante forteresse de Termes  est prise par les armées de  Simon de Montfort.  Il semble que de nombreux "châteaux" se rendent sans combattre. Albières devait en être.
* En 1557, Audouin de Châteauneuf, seigneur d'Albières, rend hommage à l'archevêque de Narbonne.
* En 1713, la carte de Roussel (recensant les fortifications) indique que ce lieu comporte un château (aucune mention sur son état).
* Entre 1792 et 1824, les signes religieux extérieurs sont bannis en France. Les croix sur les places publiques sont démontées ou cassées. C'est peut être à cette époque que certains villageois ont gravé sur les murs extérieurs du château des "graffitis cruciformes et religieux".
* Après 1792, la révolution Française "permet" de dépouiller les châteaux de leurs plus belles pierres. Albières se retrouve amputer de ses sculptures, éviers etc....
* En 1815, un autre recensement des bâtiments n'indique plus que la paroisse. Y avait il eu une destitution et un déclassement du château en maison après la révolution de 1789 ?
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite à l'extérieur. L'intérieur est privé et habité le jour de ma présence. Il n'est donc pas visitable. Le risque de recevoir une pierre est important près des remparts, et faible pour l'extérieur du château sur le promontoire.

 

Est ce vraiment le mur d'un château ?

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 02:00

Département :  11 - AUDE

  Au milieu des vignes, un château médiéval nous attend.

Le bourg :

   Situation (--> le voir sur la carte)

      Ce château inconnu (ou presque) est situé à 50km au Sud-Est de Carcassonne, à 40km au Sud-Ouest de Narbonne, à 25km à l'Ouest de Leucate, à 5 km à l'Est de Tuchan et à 2 km du renommé château d'Aguilar.

    Coordonnées du château :

42° 53' 543 N 2° 44' 51'  E
 42.898352  2.747489

 

Le château :

     L'extérieur :

Comment le trouver ?

    Aucun panneau sur la route (RN611) indique sa présence, mais un castellologue "extraordinaire" comme moi (heu... c'est mon blog donc j'ai le droit de dire des bêtises  ) ne pouvait pas manquer ce rendez-vous avec une ruine qui a vu les Cathares et surtout les Espagnols.

    Elle se cache dans les vignes, mais mon nez de fin limier (il est vrai aidé par un viticulteur) l'a dénichée dans la brume matinale de fin d'été.

 

Est ce un château ou un simple mur ?1ère analyse

      Mon premier étonnement, c'est la position "défensive" du château.  Il n'est pas implanté sur la petite butte toute proche, comme le sont toutes les constructions de l'époque médiévale, dans une région vallonnée. Il est en fond de vallée et dominé par des collines.

Curieuse stratégie militaire !

 

2ème analyse

   Autre curiosité pour un "château de plaine", c'est l'absence de fossé autour.

Mais peut être a t il été comblé avec le temps pour agrandir les terres à vigne ?

    L'extérieur est une vaste enceinte à plan polygonal irrégulier.

A - Les murs font 1 mètre d'épaisseur et presque 1,5 mètre au Nord-Ouest, coté le plus proche de la colline.

B - Le mur Est est complètement effondré, et je dirais : "Explosé".

Sont ce les Espagnols qui ont commis cet acte ?

C - Le mur coté Ouest comporte de très nombreuses ouvertures sur 2 niveaux. Elles sont trop étroites pour des archères, j'opte pour des ouvertures de tir d'arme à feu, ce qui prouverait que ce château était toujours habité au 16ème siècle.

D - La porte d'accès devait être  sur le mur Est.

 

   La cour intérieure :
      Il ne reste aucun bâtiment à l'intérieur de la cour, mais ce "vide" fait apparaître l'intérieur encore plus grand. En regardant de plus prêt dans la végétation, on peut apercevoir des fondations de murs appuyés à l'enceinte. Ce sont sûrement les vestiges des bâtiments de "stockage".

    A bien regarder cette ruine, il me parait impossible que cette "forteresse" soit une construction pour un seigneur. Ce devait être une protection pour les viticulteurs du village et les troupeaux, et pour marquer le territoire. 

   Sur le coté Nord-Nord-Ouest du mur, j'observe un grand arc de décharge.

Était ce l'emplacement de l'église ?

   Au centre les vestiges du donjon tentent de survivre aux attaques des ronces.

 

   Le donjon :
     Non, ne rêvez pas, point d'immense tour ici.  Il ne reste au centre que l'emplacement et quelques pierres. Il y en avait bien un, mais pas assez large pour servir d'habitat. Ce devait être surtout une tour de guet, et peut être un bâtiment de protection ultime en cas d'invasion.

 

 

Histoire du château :

* Au 9ème siècle (876 ?), des écrits nous apprennent que le lieu de Domneuve est connu.
* Vers l'an 1000, un testament cite le "allodam de Domneuve" appartenant à l'archevêché. Un village est établi au pied du château.
* En 1177, il semble appartenir à Pierre de Domneunova (est ce le début d'une seigneurie familiale ?).
* En 1262, l'abbaye fortifiée de Fonfroide possède le domaine.
* En 1315, ce petit château appartient maintenant à la famille de Nouvelles (voir son château).
* En 1204, l'église du village dépend de la paroisse de Saint Barthélémy.
* A partir de 1209, début de la croisade des Albigeois :  Aucune mention faite sur la prise par la force de ce domaine. Il est vrai que les  2  forteresses  importantes encadrant ce petit château se sont rendues aux croisés de Simon de Montfort. Il parait logique que Domneuve n'ait pas cherché le combat avec si peu d'argument de défense.
* Au 16ème siècle, une incursion Espagnole laisse des traces à ce petit château.
* Au 17ème siècle, il semble qu'une nouvelle incursion Espagnole sonne le glas du château et peut être même du village.
* Vers 1713, la carte de Roussel (recensant les fortifications) indique que ce lieu est ruiné.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Attention toutefois aux pierres peu stable et aux reptiles.

 

 Les murs intérieurs ont été remplacés par une dense végétation.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
2 juillet 2006 7 02 /07 /juillet /2006 06:30

 

Département :   30 - GARD
   

Le bourg :

   Situation (--> le voir sur une carte) Voyez vous le château fort au loin ?

      Le village de Aiguèze est situé à 50km au Nord-Ouest d'Avognon, à 30km au Sud-Ouest de Montélimard et à 15km à l'Est de Bollène. Il fait face à Saint Martin d'Ardèche bien connu des descendeurs en kayak.

    Coordonnées du bourg :

44° 18' 9.475" N 4° 33' 22.932" E
 44.302632°  4.55637°

 
   Origine du nom :  (voir initiation à la toponymie

    Aigue signifie: EAU. Cette eau est partout dans la roche, de nombreux puits sont présents dans les maisons.

 

Le château :

        L'extérieur :

L'arrivée

    Sur le plateau, en face du département Ardèche, les ruines du château sont  visibles de loin. Sa couleur grise tranche avec le bleu du ciel et le vert des nombreuses vignes me donne une envie de flâner et de ne découverte... Diantre, je dois me ressaisir. 

 

La découverte

    A proximité du château, je suis surpris de l'osmose entre les maisons du village et le château. Il ne semble faire qu'un. Le village est compact autour du château. Cela ressemble beaucoup à un village reconstruit avec un effet de style (par exemple, des créneaux sur le presbytère).

  Les 3 vestiges de cette ancienne forteresse sont alignés sur une étroite arrête  rocheuse, dominant en falaise la rive occidentale de l'Ardèche.

 

Les tours

    Deux tours étroites et en enfilades s'adaptent à la faible largeur du rocher. Depuis le bas,  la vision  est irréelle, on s'étonne de ce miracle de construction. Elles sont dépourvues de créneaux. Bien que leur construction semble dater du 12ème siècle, des réhabilitations et consolidations leur donne une vision intemporelle. 

   L'héritage de Charles Martel se fait sentir, car l'une des tours se nomme : Tour Sarrasine.

 

Le logis

    Bien que massif, il est renaissance par sa porte d'entrée et ses fenêtres. Les restaurations et améliorations pour un habitat confortable montrent un ensemble architectural de plusieurs époques.

 

 

Histoire du château : 

* Vers 730, une forteresse est construite par la famille Balazuc, sur la demande de Charles Martel  (voir liste des rois) dans sa lutte contre les Sarrasins.
* Vers 1080, Raymond IV de Toulouse, nouveau marquis de Provence, souhaite renforcer la position pour dominer le gué. Ce projet ne se concrétise que partiellement suite à son départ pour la croisade en Terre Sainte. 
* En 1196, un château est cité, mais non décrit avec précision.
* Vers 1210, le seigneur de Balazuc se rend aux croisées de Simon de Montfort (voir la croisade des Albigeois).
* En 1226, le roi de France Louis IX (voir liste des rois) possède ce château.
* En 1375, le roi de France Charles V vend la seigneurie à Pions Bordon, visiteur général des Gabelles de Pont-Saint-Esprit.
* Vers 1388, les Tuchuns contestent la possession de la seigneurie aux Bordon, et les chassent.
* Vers 1389 (quatorze mois plus tard), les nobles de la région assiègent le château et massacrent la famille Tuchin. Le village et le château sont en ruines et abandonnés.
* Au début du 16ème siècle, la dynamique de la renaissance fait reconstruire le village et les restes du château sont aménagés en maison forte. * Durant le 16ème et 17ème siècle, la Baronnie passe par mariages :

- Aux Beauvoir de Roure,

- Puis aux Hacourt-Lorraine. Ces derniers la vendent :

- Aux Rochepierre, qui le cèdent,

- A la puissante famille de Vogue.

* En 1789, le "château" appartient à une ancienne famille d'Aiguèze, les Romanet.
* En 1799, à la création des départements français, St Martin qui dépendait de Aiguèze, se situe maintenant dans le département de l'Ardèche. Aiguèze est rattaché au Gard.
* En 1848, la famille Romanet est ruinée et vend la seigneurie.
* En 1901, Mgr Fuzet, Archevêque de Rouen dont la mère était née Romanet, achète le château et réalise des restaurations et modernisations de l'ensemble.
* A la fin du 20ème siècle, les descendants des Romanet se nomment Fruton et possèdent toujours le "domaine".
* Au 21ème siècle, la visite de ce village et de l'extérieur du château est gratuite, mais l'accès intérieur est privé et interdit.

 

aigueze-11

  Vers Menu châteaux du Gard
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article
28 avril 2006 5 28 /04 /avril /2006 23:50

 

Département :  11 - AUDE
    Croyez moi, ceci est bien un château médiéval.

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Bouisse est sur le plateau le plus élevé des Corbières, à 37km au Nord-Est de Quillan et à 45km au Sud-Est de Carcassonne.

   Coordonnées :

42° 59′ 15″ N 2° 27′ 14.04″ E
42.9875° 2.4539°

 

   Origine du nom :  (initiation à la toponymie)

      La commune tire son nom du "Buis", plante qui poussait en abondance dans la région.

 

Le château :

        L'extérieur :
Où est il ?

     Lorsque j'arrive dans le village, aucune trace de château.

Mais où est il ?

    Pas de pog dominant le bourg, pas de colline surplombant la plaine, pas de mur gigantesque au dessus des toits des maisons.

Mais où est il ?

      Mon regard est attiré par une plaque de rue: RUE DU CHATEAU.

   Souvent dans les petits villages, les rues et ruelles portent le nom d'un élément architectural important (la poste, la mairie, l'église, la fontaine, le four, le château, la tour etc...).

    Cinq minutes plus tard, l'immense bâtisse est là, devant moi; (Ouf, revenir bredouille n'est jamais un plaisir).

 

La découverte

   L'ensemble paraît robuste, droit, rectiligne, peu médiéval. Aucune tour ronde, aucune échauguette, aucune bretèche.

Est ce bien LE château ?

   Ce bâtiment est bien le château de Bouisse. C'est un ensemble rectangulaire composé : 
        - D'un vaste bâtiment au nord, 
        - De deux ailes massives, 
        - D'un mur de clôture au sud fermant l'ensemble,
        - Et à chaque angle, des tours carrées flanques.

 

Rapide analyse

    Ce n'est pas un château "guerrier" comme tant d'autre en Aude, c'est un château de plaine défendable (voir château de Domneuve). Il a évolué doucement sans prendre le risque d'être renaissance (N'oublions pas que l'Aragon est proche, le luxe renaissance sans défense semble impossible).

   Ce château est plus 17ème siècle que féodal. Pourtant, sur une des tours carrées, une archère à fente droite est visible (voir vocabulaire). Le couronnement primitif a fait place à une toiture. Le remaniement des murs durant 400 ans a supprimé de nombreux éléments d'architecture médiévale.

   J'adore quand un château survit au temps et change ses formes.

 

 

Histoire du château :

* En 870, la villa Buxa (Buziniacum) apparaît dans un texte comme possession du Comte de Carcassonne: Oliba
* En 970, le successeur de Oliba donne Bouisse à l'abbaye de Lagrasse.
* Au 11ème siècle, l'abbaye de Lagrasse demande à la famille de Termes de sécuriser et diriger certaine de ses possessions dont Bouisse.
* Au 12ème siècle, de nombreux conflits opposent la puissante famille de Termes et Lagrasse sur l'attribution des terres. Bouisse semble faire l'objet de tractations.
* En 1210, la croisade contre les Albigeois fait rage, et le château de Termes  se rend. Toutes les possessions, dont Bouisse, appartiennent maintenant à un seigneur du "Nord" : Alain de Roucy.
* En 1241, Olivier de Termes fait sa soumission auprès de Louis XI. puis part aux croisades en terre Sainte. Par cet acte, il obtient les faveurs du roi.
* En 1250, plusieurs de ses anciens châteaux, dont Bouisse, sont rendus à Olivier de Termes.
* En 1260, Olivier a de gros besoin d'argent. Il vend plusieurs châteaux et terres à Pierre de Voisins, Baron d'Arques. Bouisse change de propriétaire.
* Au 16ème siècle, le château est attaqué par les espagnols.
* En 17ème siècle, la famille de Voisins change de nom et devient les  "Moussoulens".
* En 1660, construction des 2 ailes annexes.
* En 1790, avec la révolution, les Moussoulens perdent leur domaine.
* En 1792, le château est le siège d'une "gendarmerie". Il appartiendrait à la famille Raymond.
* Au 19ème siècle, les terres et le château sont vendus à plusieurs habitants de Bouisse.
* En 1951, le château est acheté par la famille Nelli. Ces nouveaux propriétaires font des travaux pour rendre son "âme" à ce vestige "médiéval".
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est possible depuis route et ruelle en respectant la propriété privée et le silence du site. Le château serait ouvert quelques jours/semaines dans l'année, veuillez vous renseigner.
  Nota : Des conférences sont organisées dans le château. Renseignez vous.

 

Attention, un cathare vous surveille depuis l'archère !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article